Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lutte antiérosive

Thème 3. Aspects agronomiques de la Gestion conservatoire de l'eau et des sols

Influences de la fertilisation et de la gestion de la biomasse sur la production de couverts permanents en milieu montagnard tropical densément peuplé (Burundi)

Influences of fertilization and biomass management on productivity of permanent covers in highly populated tropical mountain environment (Burundi)

Hervé Duchaufour

Résumé

Les exploitants burundais ont su se préserver des nombreuses crises qui se sont présentées devant eux en développant la bananeraie agroforestière. Les agronomes belges considéraient déjà à l'époque la « jachère » à bananeraie comme une technique de conservation et de restauration des sols qui présente le double intérêt d'être productive et totalement endogène.
Que son taux de couverture soit dense ou éclairci, les essais de l'ISABU, réalisés en milieu réel, montre que la bananeraie a des répercussions économiques importantes sur l'exploitation et contribue à la préservation et l'évolution de la fertilité organo-minérale des sols. Une gestion optimale de tout le stock organique excédentaire de la bananeraie réduit en moyenne de 3,6 fois les taux de ruissellement et de 3,3 fois les pertes en terre par rapport à la même bananeraie conduite traditionnellement (déchets exportés vers la caféière). Les travaux de l'IRAZ confirment ces résultats mais soulignent que la conservation des sols ne se suffit pas à elle même pour maintenir la productivité. Une fumure organique de 10, 20 puis 30 t/ha/an est apparue nécessaire pour réduire les carences en NPK.
Les études de l'ADEPRINA menées sur l'ensemble du territoire burundais démontrent la forte valeur ajoutée/actif de la bananeraie qui se trouve être la mieux placée parmi les systèmes de culture et dépasse la caféière, culture de rente de prédilection. Cette dernière immobilise de trop grande quantité de biomasse en raison du paillage obligatoire et consomme une quantité de main d'œuvre (5,2 jours/are/an) bien supérieure à la bananeraie qui ne demande que 1,7 jours/are/an ce qui monopolise davantage l'intérêt des barundi.
La production fumière a toujours suscité l'intérêt des exploitants par laquelle ils valorisent leur journée de travail essentiellement par la concentration de la fertilité dont bénéficient les parcelles. Les associations arbre-culture-élevage, pratiquées depuis des temps séculaires, sont paradoxalement les plus souhaitées mais aussi les plus pratiquées par les agriculteurs des régions où l'emprise sur la terre est la plus forte (300 à 600 h/km2). Par le jeu de la densification du couvert végétal, notamment à travers la juxtaposition des jardins multi-étagés qui ceinturent les rugo (habitations), les terres se trouvent mieux protégées et plus productives jusqu'à un seuil où peut s'amorcer un processus de décapitalisation irréversible, notamment dans les zones périurbaines (> 1 000 hab/km2), faute de capital productif et de moyens monétaires suffisants.

Burundi farmers had managed to protect themselves against the numerous crisis they faced by developing banana plantation in agroforestery. At that time, Belgian agronomists already considered, the banana fallow as a soil conservation and restoration technique which presents the double interest to be productive and totally endogenous.
Whether the cover is dense or clear, the ISABU trials, carried out in the real world, show that banana plantations have significant economic impacts on the farm and contribute to the preservation and evolution of organo-mineral soil fertility. An optimal management of the whole organic stock surplus from the banana plantation reduces water runoff rate in average by 3.6 times and soil losses by 3.3 times compared to the same plantation conducted in a traditional manner (waste exported to the coffee plantation). Those results are confirmed by the works of IRAZ, while underlining that soil conservation cannot in itself sustain productivity. Organic fertilizer, at a 10, 20 and 30 t/ha/year application rate, was necessary to reduce deficiency in NPK.
ADEPRINA works, conducted throughout Burundi's territory, show the high-added value/assets of banana plantation as opposed to the other cropping systems, including coffee, the most preferred cash crop. This latter immobilizes too large an amount of biomass as a result of mandatory mulching and utilizes an amount of labor (5.2 days/are/year) well above the banana plantation that requires 1.7 days/are/year, observation that meets the most Burundi people's interest.
Organic fertilizer production has always attracted farmers as it values their workday essentially by the concentration of fertility to their lands. Paradoxically, the associations tree-crop-livestock, in use since the most ancient times, are not only the most desirable, but also the most practiced by farmers where the control on lands is the highest (300 to 600 h/km
2). Thanks to the densification of the vegetation cover, notably through the juxtaposition of the multistoried gardens which surround the rugo (houses), the lands are better protected and more productive up to a threshold where an irreversible decapitalization process can start, notably in the suburban areas (> 1000 people/km2), due to lack of production capital and sufficient monetary means.

Texte intégral

Introduction

1Soumis à des conditions climatiques tropicales chaudes et humides mais tempérées par l'altitude, le Burundi possède des conditions agro-écologiques favorables au développement d'une agriculture prospère. La population, essentiellement paysanne (92 % de la population totale soit 7,2 millions d'habitants) est cependant totalement dépendante des productions vivrières de ses terres et peut se trouver en rupture avec son milieu : diminution des surfaces cultivées par exploitation, disparition des jachères, mise en valeur des terres de plus en plus marginales aux pentes fortes et aux sols moins riches.

2Cette évolution pourrait avoir des conséquences dramatiques si les paysans burundais n'avaient su adapter leurs méthodes de production au rythme des changements du milieu, la densité de population n'étant pas un facteur défavorable à l'environnement. Si la manifestation de l'érosion et la baisse de fertilité des sols ont été souvent décriées, il n'en demeure pas moins que la mise en valeur des terres est devenue pour les paysans burundais un enjeu dont peut dépendre leur propre avenir. Ainsi, poussés par leurs propres initiatives, avec ou sans l'aide des chercheurs et des projets, les paysans burundais ont démontré qu'ils pouvaient adapter et faire évoluer leurs pratiques culturales traditionnelles en les perfectionnant dans leur arrangement structural (différentes strates de production) et leur complexité (associations arbres-herbacées-cultures dans un même espace). Les couverts végétaux permanents de l'agriculture burundaise et les différents modes de gestion de la fertilité qui y sont pratiquées constituent de la sorte de parfaits exemples de mutation du monde rural burundais.

1. L'équilibre ressources - besoins - population est-il menacé ?

1.1. Le cumul du « capital fertilité » par la bananeraie

3Les chiffres sur la densité de population présentent de fortes variations interrégionales : certaines provinces approchent 500 habitants au km2 alors que d'autres sont encore en dessous de la barre des 100 ; certaines collines dépassent même 1 000 habitants/km2. A en croire de nombreux écrits (trop nombreux pour les citer) la relation entre la densité de population, l'érosion et les systèmes agraires devrait suivre une logique : habitat très dispersé, agriculture « de rapine » extensive peu productive, surpâturage, pratique déplorable des feux de brousse et déforestation dans les régions les plus désertiques et inversement habitat regroupé dans un paysage dégradé par la surexploitation des terres et exode vers les pools urbains dans les régions à fortes concentrations humaines. Si cette version peut être facilement contredite, c'est qu'il existe au sein des ménages ruraux burundais des capacités d'adaptation remarquables qui contrecarrent tous les pronostics des experts.

  • 1 Concept introduit par H. COCHET en 1993 et développé notamment dans COCHET 1996, 2001 et 2004

4Depuis longtemps les Burundais ont en effet su écarter les nombreuses crises qui se sont présentés devant eux en exploitant et gérant mieux leurs ressources sans épuiser le sol. Ils ont augmenté la productivité par une gestion élaborée et laborieuse (de génération en génération) du capital fertilité1 en intensifiant la bananeraie agroforestière. Cette dernière permet de faire vivre et monétariser des familles malgré les pentes fortes ; par sa couverture protectrice, elle prévient les risques graves d'érosion hydrique et de glissement de terrain. Elle est toujours entretenue avec tous les excédents organiques de l'exploitation, enfin elle permet de regrouper et réduire les charges de travail lorsqu'elle est associée au vivrier. Il n'est d'ailleurs pas rare d'observer sous le couvert des plus belles bananeraies agroforestières, des systèmes de culture complexes associant sur la même surface jusqu'à cinq à six cultures différentes. De même, d'autres exploitations, de plus en plus rares, ont su préserver tous les avantages de l'association agriculture-élevage malgré la réduction de la SAU par actif, la diminution des surfaces pâturables consécutives à l'accroissement des surfaces cultivées et des reboisements de crêtes.

  • 2 En 1992, 42 Fbu ≈ 1 Franc Français ≈ 0,2 $US ☞ 275 Fbu = 1 euro ou 200 Fbu = 1 $US

5Toutes ces transformations constituent des exemples d'évolution remarquables qui démontrent l'ingénieuse adaptation des familles rurales qui ont su par le biais de la bananeraie accumuler du capital au cœur de l'exploitation. COCHET affirme même qu'au fur et à mesure de son extension, le bétail devient de moins en moins indispensable au maintien d'un capital-fertilité durable : « Tout se passe comme si l'extension de la bananeraie supplantait progressivement la multiplication du troupeau comme mécanisme fondamental d'accumulation du capital » (COCHET, 1993 - 2001). Des bananierculteurs disent souvent que la bananeraie représente symboliquement leur vache (BENDJEFFAL et al, 1993, COCHET, 2001). COCHET ajoute que les exploitants qui ont acquis récemment un parcellaire de 2 hectares dans une des régions d'accueil de migrants (Moso ou Buyogoma par exemple) sont en fait des semi-prolétaires car ils accusent un retard considérable et un handicap de départ long à rattraper par rapport aux natifs de la région. Ces gros propriétaires débarquent sans main d'œuvre abondante, sans épargne, ni outils nécessaires pour commencer à travailler. N'ayant ni stock, ni argent à leur arrivée, ils vendent leur force de travail sans prendre le temps de valoriser leur terre et la bananeraie presque inexistante est très peu productive. COCHET signale que huit années après leur installation, certains d'entre eux sont encore dans l'incapacité de subvenir à leurs besoins sans vendre à l'extérieur une partie de leur force de travail (= 25 000 à 30 000 Fbu/actif/an en 1992)2.

6Les ingénieurs agronomes belges du temps de la colonie avaient remarqué également les bénéfices de la bananeraie sur l'évolution de la fertilité des sols. A la station de Malungu (ex-Zaïre), les examens des sols des bananeraies de 10 ans d'âge étaient meilleurs que la majorité des terres laissées en friche (HENDRICKX et HENDERICKX 1948). Ils présentaient tous une couche arable très humifère, spongieuse tel un véritable terreau constituant un obstacle efficace à l'érosion et maintenant le sol dans un état de fraîcheur remarquable. L'épais horizon grumeleux sous-jacent très humifère et très frais est parcouru par une multitude de racines ; il représente l'ancienne couche arable. Tous les profils sous bananiers à forte densité sont caractérisés par une grande fraîcheur. Sous la brousse naturelle, l'horizon de surface est relativement grumeleux et humifère mais sec et l'horizon sous-jacent forme une couche assez compacte, sèche et ne possède pas de racine.

7Ces auteurs en concluent que la bananeraie présente d'importants avantages par rapport à la friche :

  • Apport considérable de matières organiques en surface (accumulation de 10 cm de terreau en 10 années soit 1 cm par an !). Cet enrichissement superficiel constitue un obstacle puissant à l'érosion et une garantie contre l'incinération ;

  • Couche arable plus épaisse ;

  • Horizon d'infiltration nettement caractérisé dans le profil sous bananiers. Il est dû vraisemblablement à la pénétration en profondeur de matières humiques formées en grandes quantités par la décomposition des déchets organiques qui recouvrent le sol ;

  • Présence de racines à 80 cm de profondeur sous le profil de la bananeraie alors que le profil de la friche naturelle les radicelles sont présentes en grand nombre dans la couche arable, mais rares dans les horizons inférieurs.

8La conclusion de cet examen va donc nettement en faveur de la bananeraie. Les auteurs soulignent même, alors qu'à l'époque les éclaircies étaient recommandées, que de toutes les cultures pratiquées par « l'indigène », celle du bananier abîme le moins le sol. A l'exception du danger de l'alcoolisme, ils y verraient avantage à étendre les bananeraies, ce qui éviterait la dégradation des terrains et jouerait un rôle très important dans l'économie locale.

9Ainsi, après avoir pris soin d'observer les effets de la bananeraie sur le terrain, ces auteurs proposent la jachère à bananeraie comme une technique de préservation du sol à l'érosion et de cumul de fertilité. Il s'agit en effet d'une technologie endogène à l'exploitation burundaise que les agriculteurs burundais ont adapté à leur manière dans l'idée bien entendu de cumuler la fertilité. HENDRICKX et HENDERICKX suggèrent une mise en valeur d'une friche par débroussaillement suivis de la mise en place de bananiers distants tous les 2 mètres (à farine et à cuire, précise t-il) laquelle précède toute autre plantation. Les cultures suivant une rotation se font entre les bananiers durant deux années en terminant par le haricot si le couvert des bananiers n'est pas encore trop dense. Cette rotation assure au moins dix-huit mois d'entretien aux bananiers et leur permet de se développer normalement. Là où il est à craindre que les bananiers se développent trop rapidement, l'écartement entre les stipes pourra être augmenté. Lorsque la bananeraie est en production, il suffit à l'agriculteur d'établir les travaux d'entretien courants et de récolter les régimes. Chaque année une nouvelle portion de terrain destinée aux cultures sera mise en valeur et après une dizaine d'années environ tous les bananiers de la première sole seront abattus en commençant une nouvelle rotation. HENDRICKX et HENDERICKX n'ont en fait proposé que le terme de jachère (productive) à bananeraie en empruntant la technologie à la coutume du pays. Les agriculteurs l'ont amélioré en l'adaptant au système de production et de monétarisation qu'ils ont choisi.

10Les bienfaits de la bananeraie ont été démontrés avec un aperçu de l'état qualitatif des sols rencontrés dans les deux bassins versants expérimentaux de Cirisha et de Nyarumpongo de l'ISABU (DUCHAUFOUR, 1993, DUCHAUFOUR et al, 2009). Les résultats des analyses de la carte pédologique et des suivis de parcelles en milieu réel dans le Mumirwa central (cf. carte 1 en annexe) confirment ce point de vue (CHANTRAINE, 1991, BIMENYUMUREMYI, NIJENAHAGERA, LECUYER, 1991 à 1993 et DACHARY et RURIHAFI, 1992 et 1993). Cependant, la fertilité naturelle de départ est prépondérante pour obtenir un effet optimal de la jachère améliorée. En condition desséchante (sols superficiels) et peu fertile, la restauration par la bananeraie ne sera pas aussi rapide ni bénéfique qu'en sol profond et naturellement humifère. Les agriculteurs savent parfaitement qu'un bananier ne répondra dans ce cas qu'après avoir apporté massivement de la matière organique. Le bananier s'accommode en revanche parfaitement d'une terre moyenne s'il fait l'objet d'un minimum de soins culturaux.

1.2. La bananeraie : comparaison de son couvert protecteur avec la caféieraie et le couvert forestier

11Trois couvertures pérennes ont fait l'objet de suivi expérimental : la caféieraie avec sa couverture paillée rendue obligatoire dès la colonie belge, une pineraie avec sa litière d'aiguille de pin et la bananeraie étudiée suivant deux conduites différentes.

12De nombreuses études sur plusieurs continents et sous différents climats ont démontré que sous couverts denses, l'érosion est toujours négligeable. Sous forêts ombrophiles, jachères naturelles épaisses ou prairies permanentes non dégradées, elle est de l'ordre de 0,01 à 1,5 T/ha/an avec des ruissellements compris entre 0,5 à 5 % en moyenne, exceptionnellement plus pour les averses décennales. L'écran total est bien le meilleur moyen de protéger le sol.

Tableau 1 : Comparaison des indices du couvert végétal (C) et protecteur (P) de trois principaux couverts permanents burundais (bananeraie, caféière paillée et plantation de pin)

PEDO-PAYSAGES

CULTURES PERENNES (par campagne)

INDICE C DU COUVERT VEGETAL

RUSHUBI I/II

- Bananeraie suivant conduite paysanne

0,03 à 0,24

PEDO-PAYSAGES

CULTURES PERENNES (par campagne)

INDICE P PROTECTEUR

RUSHUBI I

- Caféière avec paillis épais de 7 cm d'épaisseur
- Boisement de Pinus kesiya avec sa litière d'aiguille
- Manioc de 1 ère année sur buttes isohypses sous pineraie fortement éclaircie et rangement des aiguilles en courbe de niveau

0 à 0,002
0 à 0,006
0,02

RUSHUBI I/II

- Bananeraie suivant conduite expérimentale

0,10 à 0,56

Figure 1 : Evaluation des pertes en terre en T/ha/an et de Ruissellement annuel moyen (Ram) sur parcelle Wischmeier d'une bananeraie (300 m2) selon différentes modes de conduite (Station Rushubi l/ll)

Figure 1 : Evaluation des pertes en terre en T/ha/an et de Ruissellement annuel moyen (Ram) sur parcelle Wischmeier d'une bananeraie (300 m2) selon différentes modes de conduite (Station Rushubi l/ll)

13Certains couverts agricoles permanents du Burundi peuvent s'apparenter à ce système dense dans lequel les actions humaines parviennent à minimiser les risques de l'érosion hydrique. Il y a la bananeraie au taux de couverture variable mais avec une tendance à se densifier au même rythme que celui de la population rurale (planches photos 6b).

14La bananeraie et son couvert (planches photos 6 a et b) : Dans les régions à forte densité humaine, elle occupe une place prépondérante de l'espace agricole (Mumirwa, Buyenzi et Kirimiro → cf. carte 1 en annexe). Elle correspond à un système cultural complexe où sont associés généralement colocase et arbres agroforestiers pour les plus denses, haricot et céréales pour les bananeraies les plus éclaircies et toutes cultures vivrières pour les bananeraies juvéniles.

15Nos essais réalisés dans une bananeraie d'une vingtaine d'années en milieu réel donnent des résultats intéressants en ce qui concerne l'évolution de l'érosion en milieu rural puisque cette culture imprime de plus en plus le paysage agraire burundais. Le sol de la station expérimentale (Rushubi I / Il dans le Mumirwa central), située au contact du schiste et de la quartzite, est constitué d'un épais colluvionnement de sable de 35 cm (pH ≈ 4,5 à 5,0 et CEC ≈ 8 méq/100g de terre en surface) recouvrant un horizon B argileux ferrallitique développé sur un substrat schisteux en profondeur.

16Au regard des résultats (tableau et figure 1 ci-dessus), il faut bien se dire et accepter qu'une bananeraie peu intensive et moyennement productive ne protège pas efficacement le sol. Les pertes mesurées sur des parcelles de 300 m2 montrent que le ruissellement est encore très important (entre 4 et 16 %). Associée ou non à des cultures sarclées, les pertes sur cinq années expérimentales correspondent à 210 T/ha soit une moyenne de plus de 40 T/ha/an. En prenant comme critère l'épaisseur érodée du sol, nous arrivons à 2,5 mm par an. En cinq années, 1,3 cm de sol est retiré ; en un siècle, c'est toute la couche arable (25 cm) qui disparaît. C'est bien au-dessus du seuil acceptable pour ces sites vulnérables et à durée de vie très étroite (faible épaisseur de la couche arable sur très fortes pentes). Théoriquement, aucun seuil ne devrait être toléré dans ces conditions, même en climat peu agressif (R < 200). A l'inverse, les sols possédant une « longévité productive » plus ou moins infinie, la limite supportable, sans risquer de trop polluer les torrents et rivières et occasionner des dégâts en aval, serait de 10 à 12 T/ha/an. Dans tous les cas, ces pertes se redistribuent dans le paysage et une partie seulement est captée par le réseau hydrographique (DUCHAUFOUR, 1988 et 1993).

17En se référant aux travaux du Programme d'Intégration des Petits Ruminants à l'Agriculture (PIPRA / Facagro, NDIMUBANDI, 1992) et aux résultats de l'Atelier Bututsi de l'ISABU (POZY et al, 1988 et 1993), les pourcentages moyens en matière sèche des résidus de bananier sont de 7 % pour les stipes, de 18,5 % pour les feuilles et de 88 % pour les peaux. Pour une bananeraie de production moyenne, cela correspond entre 5 à 10 T/ha/an de biomasse fraîche soit environ 1 à 2 tonnes de matières sèches par an. Ce phénomène de pertes peut donc être compensé par les apports organiques (feuilles, peaux de banane et vieux stipes de bananier) qui sont normalement restitués au sol. Comme cela vient d'être précisé dans le § précédent, cette restitution des résidus organiques de l'exploitation bananière contribue à l'entretien, voire au redressement de la fertilité organique et structurale des sols. En revanche, le problème s'aggrave sérieusement lorsque cette biomasse excédentaire est exportée en grande partie ou en totalité sur la caféière ou, dans une moindre mesure, lorsqu'elle est destinée à l'alimentation non conventionnelle pour le bétail.

18Nous verrons plus loin que, pour plusieurs raisons, la bananeraie est une culture affectionnée par les agriculteurs burundais qui la conduisent de manière intensive autour du rugo en restituant une grande partie des résidus. De plus, elle reçoit la majeure partie ou souvent la totalité du compost et/ou du fumier disponible (RISHIRUMUHIRWA, 1996 et 1997). En condition intensive, (plus de 8 000 pieds par hectare), son couvert est plus important donc plus protecteur. Dans ces conditions, nous sommes loin des mauvais résultats évoqués ci-dessus mais plutôt de ceux du modèle de conduite expérimentale (figure 1). Le modèle en question se rapproche de celui qui est vulgarisé par un grand nombre de projet à savoir éclaircir la bananeraie pour y cultiver du vivrier en association, disposer tous les déchets existants en bandes isohypses en prenant le soin d'interchanger à chaque saison leur emplacement et de pratiquer le labour en courbe de niveau. Les ruissellements sont ainsi fortement atténués (de 0,5 à 5 %) de même que les pertes en terre. Nous enregistrons sur trois années 36 T/ha soit une moyenne de 12 T/ha/an. De toute évidence, la performance de ces résultats est due au rangement du paillis en bandes (facteur P moyen de 0,17) et non pas le fait d'avoir pratiqué le labour différemment, (le labour en courbe de niveau étant deux fois moins efficace que le billonnage, ROOSE, 1994) ou de cultiver plus intensivement du vivrier sous une bananeraie éclaircie. Nous devons au contraire nous poser la question si l'éclaircie n'aurait pas été plus néfaste dans le cas d'une exportation des résidus sur la caféière ou dans les fossés poubelles. Les Sociétés régionales de Développement (SRD), notamment celle du Kirimiro, préconisaient en effet à l'époque une forte éclaircie des anciennes bananeraies et 4 à 5 rejets par pied (planche photos 4 a et b). Les jeunes plantations sont disposées dans des fossés isohypses (quelque fois simplement des trous : planches photos 4a à 4c) équidistants de 5 à 10 m dans lesquels les vulgarisateurs demandent d'y accumuler tous les déchets organiques. On assiste ainsi à un véritable nettoyage du sol dans le souci du beau et de l'esthétisme. Il est certain, en regard de tous les résultats précédents, que plus on pratique le nettoyage des parcelles et plus on diminue la couverture végétale, plus on augmente les risques d'érosion. En fin de compte, une bananeraie dense peu cultivée mais sarclée régulièrement, disposant de tout son stock organique excédentaire pour maintenir la fertilité du sol, est très certainement le sous-système cultural le plus protégé de tous avec celui du café (DUCHAUFOUR, 1993 et 2009). Le cas est analogue pour la bananeraie éclaircie à condition d'une gestion soignée des résidus comme l'attestent les résultats des importants travaux de RISHIRUMUHIRWA (1993, 1997) dans la région du Kirimiro (carte 1 en annexe), comparables à ceux de l'ISABU.

19Les études de RISHIRUMUHIRWA ont porté sur des bananeraies denses immédiatement autour des habitations et des bananeraies espacées associées à d'autres cultures vivrières (haricot, maïs). Malgré les conditions pédologiques contraignantes (sols ferrallitiques argileux acides et désaturés), les résultats ont montré que le bananier est le principal producteur de biomasse dans l'exploitation, suivi des pâturages et boisements familiaux ainsi que des céréales. A l'identique des résultats de l'ISABU, l'utilisation de cette biomasse comme paillis permet de maîtriser le ruissellement et de contrôler l'érosion selon différents modes de paillage (RISHIRUMUHURWA et al, 1997). La comparaison montre la supériorité des dispositifs en bandes (planche photos 3b) par rapport au paillage en couronne, généralement appliqué dans les plantations de bananiers. La biomasse produite dans et hors exploitation converge vers l'habitation où elle est transformée en fumier-compost et en cendre pour être ensuite redistribuée sur les cultures. Cette convergence génère des flux dont bénéficient prioritairement le bananier, le haricot et le maïs ; ces associations culturales et rotations permettent à une fumure unique de profiter à plusieurs cultures en même temps. La fumure organique, résultant du recyclage de la biomasse, s'est révélée indispensable à une gestion durable des sols après défrichement et à leur restauration après érosion. La conservation des sols n'augmentant pas, à elle seule, la productivité des terres, l'auteur a donc tenté d'améliorer le potentiel de ces sols par des apports de fumier, de dolomie et d'engrais minéraux complexes. Ses résultats sur parcelles agronomiques, ont montré qu'un apport de 10-20-30 t/ha/an de fumier (soit 3-6-9 t de M.S.) augmente significativement les rendements des trois cultures et améliore quelque peu les propriétés physicochimiques des sols ferrallitiques en réduisant les carences en N-P-K et la toxicité aluminique. En revanche, plus étonnant car contradictoire aux résultats du programme fertilité de l'ISABU (OPDECAMP, 1988, OPDECAMP et al 1998, GOURDIN et al, 1991), le chaulage ne s'est pas avéré justifié techniquement, ni rentable économiquement dans les conditions de l'agriculture burundaise (RISHIRUMUHURWA et al, 1997).

20Là encore, le bananier apparaît comme un bon indicateur de la sédentarisation des populations et un bon agent de l'intensification des productions agricoles rendue nécessaire par une pression démographique de plus en plus forte.

21La caféieraie (planche photos 6a) : Culture de rente de prédilection pour la moitié des familles barundaises, elle est cultivée sur une surface moyenne de 5 à 6 ares par exploitation. Le paillage épais de 7 à 10 cm d'épaisseur est, comme nous l'avons vu, obligatoire depuis l'introduction de la culture dans les années 20. Depuis, aucune modification de son itinéraire technique n'a été apportée.

22Le paillage épais constitue un écran protecteur total contre l'érosion. L'essai sur pente expérimentale de 50 % durant six années consécutives n'a souffert d'aucune perte, même en année très pluvieuse (Ram1983-1984 = 591). Les taux de ruissellement annuels sont les plus bas de tous (< 0,3 %). Son effet tampon à l'égard des précipitations est comparable à l'efficacité d'une forêt dense : il intercepte les eaux de précipitation, retarde leur arrivée à la surface du sol, régularise dans le temps et l'espace l'infiltration, diminue l'évaporation-transpiration du sol et l'alimente en se décomposant.

23Le principal problème est de s'approvisionner suffisamment en biomasse pour garnir la surface du sol d'une couche de quelques centimètres. Les surfaces et les biomasses immobilisées pour pailler le café sont à la fois démesurées dans le cadre de la problématique actuelle des systèmes agraires burundais et génératrices de dysfonctionnements internes à l'exploitation (V. METZLER, 1993, COCHET, 1993-2001) : transfert et concentration disproportionnée de la fertilité sur une seule parcelle, surcroît de travail pour transporter le paillis sur le champ, surcoût de la main d'œuvre salariée, augmentation du coût de revient du café. A titre d'exemple, sur la colline de Sagara dans le Mumirwa central, une estimation a été réalisée par l'ISABU avec hyparrhénia (planche photos 6a). Pour un paillage épais de 10 cm, les 4 500 kg récoltés sur une surface de 1 300 m2 (jachère permanente coupée une seule fois dans l'année) a permis de pailler une surface caféière de 2 340 m2 soit 624 pieds de café. Il a fallu immobiliser l'équivalent d'une surface de 3,75 m2 de jachère d'hyparrhénia par pied de café (RUPIYA, 1993, DUCHAUFOUR, 1993). Même si elles n'atteignent pas encore la perfection recherchée, les alternatives sont connues mais n'ont jamais été promulguées en milieu rural. Il serait urgent de lancer une nouvelle approche de la culture caféière par le biais d'actions de recherche-développement qui proposeraient des alternatives au paillage à l'exemple de l'introduction de végétaux fixateurs associés aux caféiers (SNOECK, 1996). Cela permettrait de concevoir une nouvelle stratégie de la politique caféière au niveau national sans craindre des répercussions désastreuses sur l'économie du pays.

  • 3 Les preuves d'une argumentation bienfaitrice pour la protection de l'environnement étaient une faço (...)

24Boisement de pin (planche photos 6a) : La dernière couverture végétale étudiée concerne un boisement de Pin. Il s'agissait de suivre un petit programme de recherche avec la collaboration des forestiers du département des Forêts, soucieux de démontrer de manière quantitative le bien-fondé des projets de reboisement (reboisements de Pins et de Callitris visibles sur les planches 6 a et b) institués dans les années 70 par la Banque Mondiale et le Fonds Européen de Développement (FED)3. L'étude de l'érosion sous pineraie, avec son épaisse litière d'aiguille morte obtenue dès la deuxième année de plantation, joue un rôle identique à celui du paillage épais de la caféière : pas d'érosion et très peu de ruissellement malgré la forte pente. Pour observer des valeurs assez proches sous un autre couvert forestier, les espèces choisies doivent avoir une densité de plantation normale (au moins 1 100 plants à l'hectare), correspondre à leur milieu pédo-climatique et fournir une litière uniforme au moins sur 1 à 2 cm d'épaisseur.

25Dans le cadre d'une expérience sur l'association forêt-culture, que nous pourrions également appeler « d'agro-forêt », cette même pineraie fortement éclaircie (280 arbres à l'hectare) cultivée sous son étage de manioc s'est montrée toute aussi protectrice à condition d'amasser les aiguilles en andains. Les pertes et les taux de ruissellement mesurés sont négligeables.

1.3. Performance économique de la bananeraie

26Les principaux résultats des études réalisées par l'INA P-G au début des années quatre-vingt-dix montrent que la bananeraie est parmi les mieux placés des systèmes de culture et dépasse même en valeur ajoutée/actif la caféière, culture de rente de prédilection (COCHET, 1993 - 2001) :

Tableau 3 : Valeur ajoutée/actif (en Fbu 93) de la bananeraie dans différentes régions du Burundi (in COCHET, 1993)

Tableau 3 : Valeur ajoutée/actif (en Fbu 93) de la bananeraie dans différentes régions du Burundi (in COCHET, 1993)

27Ces résultats confirment l'intérêt que l'agriculteur burundais porte à sa bananeraie. La valeur ajoutée/actif/are domine dans toutes les régions du pays, même dans le Buyenzi, région caféicole par excellence. Ajoutons à cela que la valorisation d'une journée de travail est bien plus rentable avec la bananeraie en particulier dans les régions densément peuplées. PAULTRE (1992), lors de ses enquêtes dans le Mumirwa, estime pour sa part que la bananeraie ne demande que 1,7 jours/are/an alors que la caféieraie exige 5,2 et le manioc 6,2 jours/are/an. Les données du programme Erosion de l'ISABU corroborent les siennes : en comptabilisant le labour destiné aux cultures associées (en général colocase et/ou haricot), le suivi d'un hectare de bananeraie demanderait entre 120 à 150 jours de travail + une vingtaine de jour de travail pour l'entretien courant.

28On peut comprendre désormais pourquoi la bananeraie monopolise tant l'intérêt des barundi. Ils en tirent de nombreux avantages aussi bien sur le plan monétaire que sur le plan de l'accumulation du capital fertilité sans oublier celui des relations puisque le vin de banane est le complément indispensable des fêtes et cérémonies. En outre, la part du café dans la valeur ajoutée totale des exploitations agricoles et le revenu des agriculteurs sont généralement orientés à la baisse contrairement au cas de la bananeraie (COCHET, 1993 et 2001).

1.4. L'extension de la bananeraie et alcoolisme

29Après avoir démontré les bienfaits de la bananeraie, beaucoup objectent son extension qui se fait au bénéfice de la plante à « vignoble » et non de la plante vivhère. Aucun travail récent n'a vraiment approfondi ce sujet. La bière de banane (l'urgwagwa) est fabriquée à l'aide du jus de banane, additionné de malt de sorgho et de cendres. C'est en réalité une « bouillie » alcoolisée qui contient de l'amidon, des sucres, des protéines, des sels minéraux et des vitamines. Les seuls résultats disponibles, datant de la période coloniale (HENDRICKX et HENDERICKX, 1948 ; ADRIANES et LOZET, 1951) indiquent une teneur en alcool qui ne dépassent jamais 10 % en volume (voire même 5 %).

30En nous gardant bien de ne faire aucune propagande pour l'alcoolisme, il faut soulever l'apport nutritionnel indiscutable de l'urgwagwa (tableaux 4a et b). D'après TONDEUR (1947), le tonnage de bananes susceptibles d'être produit dans le pays en généralisant son extension équivaudrait à 40 fois le tonnage total des vivres cultivées à l'époque. Il ajoute que les agriculteurs pourraient même avoir de gros surplus en les exportant sous forme de régime ou de farine ce qui est aujourd'hui tout à fait le cas des grandes régions bananières (Buyenzi, Kirimiro et Mumirwa).

Tableau 4a : Analyses effectuées par DELVAUX au laboratoire de chimie de Malungu :

1er jour

2ème jour

3ème jour

4ème jour

6ème jour

Alcool en poids

1,022

1,019

1,007

1,007

1,006

Alcool en volume

1,94

2,94

4,0

4,31

3,41

Sucres réducteurs en maltose

2,34

3,69

5,0

5,39

4,27

Sucres après inversion (exprimé en intervertis)

5

1,66-1,73

1,33-1,37

0,57-058

0,08

Sucres totaux

2,33-2,31

1,72-1,78

1,71-0,73

0,015

Acidité totale après six jours : 10,5 cc. NaOH N/100 cc.
Acidité volatile après six jours : 2,46 cc. NaOH N/100 cc.
Acidité exprimée en acide acétique : 0,15 %

31

Tableau 4b : Analyses exécutées au laboratoire de l'Institut pour la Recherche Scientifique en Afrique Centrale à Astrida (Butare) du Ruanda. Les résultats sont les moyennes de différents échantillons de bières de famille type. Les recherches sur les alcools ont été effectuées avec l'appui de l'IRSAC à la station d'Essais du Centre d'Etudes et de Recherches des Industries Alimentaires à Bruxelles (in ADRIANES et LOZET, 1951)

Tableau 4b : Analyses exécutées au laboratoire de l'Institut pour la Recherche Scientifique en Afrique Centrale à Astrida (Butare) du Ruanda. Les résultats sont les moyennes de différents échantillons de bières de famille type. Les recherches sur les alcools ont été effectuées avec l'appui de l'IRSAC à la station d'Essais du Centre d'Etudes et de Recherches des Industries Alimentaires à Bruxelles (in ADRIANES et LOZET, 1951)

N.B. : La présence d'alcool méthylique et d'alcool supérieurs a été recherchée sur les distillats des boissons fermentées. Aucun échantillon obtenu ne contenait d'alcool méthylique. La teneur en alcools supérieurs des boissons fermentées est sensiblement comparable à la moyenne des vins italiens de l'époque

2. Agriculture - élevage - agroforesterie et gestion de la biomasse

  • 4 Contrat pastoral de la période de l'avant indépendance, ou « bail à bétail » appelé « ubugabire » e (...)

32Au début du XXème siècle, la bananeraie n'occupait pas une place aussi importante dans les exploitations agricoles. Les systèmes de culture étaient plutôt caractérisés par les céréales et les légumineuses, cultures associées à l'élevage bovin. A l'époque, les non-propriétaires de bétail pouvaient obtenir par l’ubugabire4 une ou deux bêtes en échange de services rendus. C'est ainsi que les petits cultivateurs parvenaient à maintenir la fertilité en ramassant soigneusement la bouse pour la répandre sur les terres autour du rugo.

33Les grands éleveurs, quant à eux, cultivaient de grandes surfaces également en proportion à leur ressource fumière. Ils occupent aujourd'hui encore une place importante dans les systèmes de production du Mugamba-Sud et du Bututsi où les vastes pâturages dominent toujours ces régions. Si autrefois, ces grands propriétaires terriens disposaient d'une main d'œuvre en suffisance avec les redevances de l'ubugabire, elle est devenue aujourd'hui la contrainte limitante pour la plupart d'entre eux. Les transferts latéraux de fertilité se cantonnent aux surfaces assolées ceinturant le rugo et le maintien des grands troupeaux commence à devenir une lourde charge gardiennage, régression des surfaces pâturables communautaires et disparition des pâtures d'été, servitudes de passage engendrant des conflits, concurrence des élevages rationnels, etc..

34EL-OBEID (et al, 1991) et RASSE (et al 1991) les ont divisés en deux groupes distincts :

  • Un premier à valeur ajoutée par are relativement faible (300 à 500 Fbu/are SAU=2 à 5 ha) qui traduit le caractère extensif du système de production. Ce sont des exploitations qui parviennent à dégager un revenu capable d'assurer la reproduction de l'unité de production avec 120 à 130 ares/actif.

  • Un deuxième, plus nanti (SAU >10 ha), ayant une valeur ajoutée plus élevée (VA/actif >100 000 Fbu) et une disponibilité importante en fumier (500 à 600 kg/are cultivé). La VA/are de 200 à 300 Fbu est en revanche très faible.

35Partout ailleurs, la valorisation d'une journée de travail sera déterminée par la concentration de fertilité dont bénéficient les parcelles. Nous avons vu que la bananeraie est un des moyens de cumuler de la fertilité et augmenter la production par journée de travail (tableau 3). Lorsque le potentiel de fertilité naturelle est insuffisant, les niveaux de productivité seront conditionnés par les apports organo-minéraux ou par la mise en repos de la terre durant un certain nombre d'années. Dans l'un ou l'autre cas, il faut disposer soit d'une quantité suffisante de fumier pour emblaver pendant les deux saisons culturales et accroître les rendements, soit d'une surface agricole suffisamment importante pour se permettre d'immobiliser des grandes surfaces durant plus de cinq années consécutives (longues jachères de jadis).

36Les résidus de récoltes et les déchets de labour sont généralement mieux valorisés sur place (mulch protecteur + biodégradation des matières organiques in situ → planches photos 3b et 4a à 4c) que par le passage de la compostière (planche photos 3a). L'étalement in situ de ces biomasses non transformées par compostage favorise la volatilisation de l'azote. Mais la protection du sol de l'érosion hydrique et de l'insolation compense sans aucun doute ces pertes azotées. Le mulch est ainsi une voie simple pour restituer la totalité de la biomasse et les nutriments qui le constituent (K, Ca, Mg et C par lessivage puis N et P par minéralisation et humification à travers la méso et microfaune). Il peut même ainsi contribuer à un léger gain en fertilisants par rapport à l'enfouissement de matériaux préalablement compostés.

37A l'inverse, un compost mal décomposé enfoui dans le sol « excite » l'activité microbienne pendant quelques mois et accélère la minéralisation des réserves organiques du sol et l'appauvrit en azote (les pailles enfouies directement dans le sol entraînent une faim d'azote importante). C'est également le cas lorsque les conditions de compostage sont mal appliquées ; les pertes azotées volatiles sont importantes tout comme la potasse qui s'évacue pour 50 % dans le fond de la compostière au lieu d'être restituée au sol (ROOSE, 1994). Les pertes en azote sous forme d'ammoniac sont en effet en étroite relation avec le mode de conditionnement et bien souvent les conséquences d'un mauvais stockage entraînent une transformation aérobie à froid de plus de 50 % de l'azote hydrolysable total (ATALLAH, 1993).

  • 5 La production laitière prend alors toute son importance et profite aux enfants et personnes âgées. (...)
  • 6 Contrairement en Haïti, où le réseau Lèt Agogo avec ses quinze micro-laiteries couvrent une partie (...)

38A défaut d'études sur le devenir de l'azote en provenance de divers composts et de travaux sur l'amélioration de sa gestion, on peut considérer que le fumier (ou les simples déjections animales) est le principal effluent organique restitué au sol et que sa production est plus privilégiée par les agriculteurs que le lait ou la viande (planche photos 3a). Si un exploitant en dispose d'une quantité suffisante, cela lui permet (COCHET, 1993) de faire une plus-value de 450 Fbu par panier (15 kg) soit un supplément de production deux fois plus élevé que le montant de la valeur ajoutée directement issue de l'élevage (NEUVILLE, 1992). A titre d'exemple, le programme Erosion de l'ISABU a mené des études de suivi de la fertilité d'une parcelle de 10 ares développée sur un sol ferrallitique acide (pH = 4,6) chez un exploitant élevant un porc en stabulation permanente. Les résultats ont montré que l'application régulière de la totalité du lisier récupéré équivalent à 2,2 t/ha par saison culturale, contribue au maintien de la saturation de la CEC en surface (86 %) par un équilibre très satisfaisant en calcium, magnésium et potasse (DACHARY, 1992, RURIHAFI, 1993). Tous ces facteurs réunis jouent sur la neutralisation de l'aluminium dans l'horizon de surface (Indice de Kamprath Ik = 9 %). Au delà des trente centimètres de profondeur, les caractères alliques apparaissent (Ik = 71 %). Ces résultats démontrent l'intérêt de tous les ménages ruraux de disposer d'un élevage-fumier. Ils sont prêts à allonger la durée de stabulation et à introduire des arbustes fourragers associés à des graminées et légumineuses à condition de leur donner les capacités d'accumuler le capital (crédit-paysan) et les moyens de conduire un élevage amélioré (alimentation complémentaire, soins vétérinaires) et d'organiser localement la collecte du lait (SIMONART, 1992, planches photos 2a à 2c)5. Ce type d'élevage amélioré, avec du petit ou du gros bétail, est paradoxalement très recherché (et souhaité) par les cultivateurs des régions les plus peuplées où l'emprise sur la terre est la plus forte (Kirimiro, Buyenzi, Mugamba Nord → cf. carte 1 en annexe). Dans ces régions, l'animal remplace la compostière en recyclant la biomasse produite sur l'exploitation et les ressources fourragères des espaces interstitiels (sentiers, bordures de parcelle ou talus → planches photos 1a à 1c et 5). Les aliments dits non conventionnels (tourteau de palmiste, son de céréales, drèches de brasserie → planche photos 2c) prennent alors une importance considérable dans l'apport nutritionnel de l'animal mais sont bien trop souvent déconsidérés ou ignorés lors des calculs des ratios alimentaires (POZY, 1993 ; SIMONART, 1992, SIMONART et al, 1994). Ces espaces sont convoités par les petits éleveurs-agriculteurs qui perçoivent cette biomasse extérieure comme un complément fourrager qui supplée aux insuffisances de l'exploitation. Il est certain que si une alternative au paillage des caféiers était diffusée, l'élevage se généraliserait à toutes les exploitations agricoles. Ces projets à élevage « rationnel » ne sont toutefois pas indéfiniment reproductibles car ils nécessitent un encadrement complexe et l'instauration de petites unités de transformations ou de groupement qui assurent le traitement du lait et la fabrication artisanale de produits laitiers. Ce système d'organisation à l'échelon national est inexistant6. Il est intéressant de rappeler que le déficit national en produit laitier dépasse le milliard de Fbu en 1995 et que leur importation (République Démocratique du Congo, Tanzanie pour le marché parallèle ; Kenya, Zimbabwe et Europe pour le marché officiel) coûte de plus en plus cher à l'Etat.

  • 7 Toutes ces espèces, d'introduction ancienne au Burundi, sont aujourd'hui bien naturalisées.

39L'arbre agro-forestier ou agro-arboricole est aussi une autre source d'accumulation de capital fertilité. Tous ces arbres associés au système des cultures vivrières complètent la panoplie des plantes productives dont les usages artisanaux, alimentaires et rituels sont multiples. Les arbres ou arbustes fruitiers (avocatiers, agrumes, papayers, goyaviers, manguiers, palmiers à huile, fruits de la passion, ...) et les essences forestières et fourragères (grevillea, eucalyptus, maesopsis, cedrella) accompagnés d'espèces indigènes7 (ficus, érythhne, markhamia, albizia, polycias, cassia, acacia, euphorbe, draceana, etc..) permettent une diversification de la production sans trop affecter les plantes de basses strates. L'agriculteur connaît les arrangements qui réduisent les compétitions culturales, anticipe le comportement de son sol en effectuant les amendements suffisants lorsqu'il associe une espèce forestière avec une culture.

40Les associations arbre-culture sont pratiquées déjà depuis des temps séculaires autour des rugo en recevant tous les déchets ménagers. Au fil des générations, elles sont devenues de véritables agro-forêts de case (ou jardins multi-étagés → planche photos 6b) à haute valeur ajoutée. Dans son étude sur la gestion de l'arbre dans l'exploitation du Buyenzi, BERTHELOT (1993) précise qu'un avocatier en production rapporte 2 500 Fbu annuellement, un grevillea sur pied 300 Fbu, le même débité en madriers 1 450 Fbu ou 1 800 Fbu en planches. Leur multiplication dans les parcelles vivrières et caféières, après cernage des racines (NDIKUMWAMI et al, 1991, planche photos 7), permet de produire de la biomasse par transfert vertical des éléments minéraux prélevés dans les couches profondes au profit de la surface du sol, de produire du bois à usage domestique (bois d'œuvre, de construction et de chauffe) apportant une valeur ajoutée appréciable, d'enrichir l'alimentation familiale en lipide et en protéine (avocat, huile de palme, arbres fruitiers en général), de diversifier les ressources fourragères et d'ombrager les caféières avec les espèces les moins concurrentielles (grevillea, maesopsis, albizia, acacia, leucaena et calliandra).

41Les pratiques agroforestières paysannes que ce soit au niveau des choix des espèces, de leur distribution dans le paysage parcellaire ainsi que de leurs modes de gestion peuvent éviter les pièges d'une distribution bien ordonnée des cultures en couloir tant préconisées par la recherche même sur terrains dégradés (planches photos 1a à 1c).

42Les résultats de RISHIRURMIRWA et al (1997) ont ainsi conduit à proposer des méthodes optimisées de production et de gestion des exploitations traditionnelles basées sur la diversification des sources de résidus et l'intensification de la production agricole. Ce qui suppose notamment l'introduction de l'agroforesterie dans les systèmes culturaux, l'intégration du petit élevage dans le système d'exploitation notamment pour le recours à la fumure organique et, si possible, l'apport d'engrais minéraux. C'est, pour le rappeler, le concept de la GCES introduit au Rwanda en 1988 par ROOSE et al (1988).

Conclusion

43De tous les facteurs contribuant à la conservation des sols et maîtrisables par les paysans, il en est trois qui se distinguent sans ambigùité : la gestion de la matière organique (compost, fumier et donc fourrages et litière), le mode de conduite des ruminants en stabulation et les aménagements biologiques (haie en courbe de niveau d'arbustes légumineux et/ou herbacées, végétalisation des bordures de parcelle et des chemins).

44On peut opposer d'un côté un système traditionnel, lent et moins productif (pâturages extensifs, stabulation libre, jachères) qui a permis aux générations précédentes de subsister selon un système extensif mais qui n'est plus adapté aux nouvelles contraintes de l'environnement et aux pressions exercées sur les terres. S'en suit alors d'un autre côté, l'adoption d'un système non traditionnel plus rapide et plus productif (stabulation permanente ou semi permanente du bétail, production et gestion efficace de la biomasse végétale, investissement en main d'œuvre et monétarisation) qui valorisent les potentialités des exploitations, utilisent plus efficacement l'espace disponible et portent mieux les sols contre l'érosion grâce à l'effet synergique entre production et conservation, condition sine qua non de la perpétuation du système.

45En revanche, les conditions de réussite et d'intégration de tels aménagements dépendent fortement de leur adéquation avec le milieu et les situations individuelles. Au lieu de systématiser toutes actions à l'échelle nationale, régionale, et même au niveau du bassin versant ou du pan de versant, il est recommandé de s'adapter à chaque situation ou à chaque type d'exploitation ce qui permet le plus souvent de proposer des alternatives qui seront plus vite acceptées et éviteront bien des déboires ou dépenses inutiles.

46Planches photos

47Planche 1a : Structures biologiques antiérosives fourragères

48Planche 1b : Structures antiérosives fourragères (herbacées et arbustes légumineux)

49Planche 1c : Les haies de Tripsacum laxum et de Pennisetum. L'ensilage traditionnel

50Planche 2a : Elevage bovin traditionnel et la stabulation au Burundi

51Planche 2b : Elevage caprin traditionnel

52Planche 2c : L'élevage bovin au Burundi  : soins, alimentation et production laitière

53Planche 3a : Gestion de la matière organique  : le compost et le fumier

54Planche 3b : Gestion de la matière organique  : le paillis

55Planche 4a : Les aménagements intégrés encadrés

56Planche 4b : Les aménagements intégrés  : fossés isohypses à bananiers paillés et andains

57Planche 4c : Les aménagements intégrés  : fossés isohypses et trous à bananiers paillés

58Planche 5 : Aménagements biophysiques  : formation d'une terrasse progressive et talutage

59Planche 6a : Les couverts permanents  : la bananeraie, la caféière et la pinède

60Planche 6b : La bananeraie agroforestière (détails)

61Planche 7 : Le système racinaire des arbres agroforestiers et le cernage des racines

62Le Projet de Recherche pour la Protection de l'Environnement (PRPE), financé par le Fonds d'Aide et de Coopération (FAC - France) de 1991 à 1995, était basé à l'Institut des Sciences Agronomiques du Burundi (ISABU). Ce projet correspondait aux programmes de recherche sur l'Erosion, l'Agroforesterie et la Sylviculture de cet institut.
Les photos ont été réalisées par Tristan SIMONART dans le cadre de son mémoire d'ingénieur agronome de l'Université Catholique de Louvain en octobre 1992 sous la co-direction du Dr. H. DUCHAUFOUR et Dr. B. DELVAUX.
Cette étude, commandée dans le cadre des actions du PRPE de l'ISABU, avait pour objectif de favoriser les liens entre la recherche, le développement et les paysans afin de mieux rentabiliser les efforts des uns et des autres.

Carte 1 : Carte des différentes régions naturelles du Burundi (le nom de la région est mentionné en sous titre de chacune des photos)

Planche 1a : Structures biologiques antiérosives fourragères

63

64Les structures et aménagements biologiques, de nature généralement linéaire, sont disposés en courbe de niveau. Elles agissent sur le facteur LS de Wischmeier en brisant la longueur (L) des parcelles. Elles sont connues par les paysans et font l'objet de toute vulgarisation antiérosive. Elles jouent des rôles multiples : limites de propriétés, production de bois, de paillage, de fourrages, de tuteurs, de compost, etc. Leur efficacité antiérosive va dépendre de leur disposition dans l'espace (densité, maillage), de leur entretien et de leurs adaptations écologique et pédologique. Leur présence dans l'exploitation paysanne est cependant bien plus motivée par leur utilisation in fine que par leur contribution à la protection du sol.

Planche 1b  : Structures antiérosives fourragères (herbacées et arbustes légumineux)

65Le Setaria sphacelata est une des graminées vivaces les plus représentées au Burundi. Disposé en haie, il est très efficace contre l'érosion en nappe et en rigoles par son système racinaire et ses rhizomes rampants, si du moins la plantation est suffisamment dense (+ ou - 15 cm entre chaque souche), large (3 ou 4 lignes en quinconce) et entretenue (coupe régulière et regarnissage dans les vides). Sa mise en place sur pente moyenne (20 à 40 %) conduit rapidement (2 à 3 ans) à la formation de terrasses progressives (ISABU, rapport annuel 1990-1991). C'est une espèce fourragère de bonne qualité (jusqu'à 0,75 UF/kg de pousses vertes). Comme de nombreuses graminées tropicales, le Setaria contient peu de Matière Azotée Digestible (12-16 g MAD/kg de pousses vertes -BRANDELARD, 1991) ce qui provoque un déséquilibre nutritionnel en défaveur des protéines si ingéré sans compléments par les bovins.

66Les arbustes légumineux, tels que le Calliandra calothyrsus, sont très appréciés par les paysans burundais. Ils le connaissent principalement parce qu'il fournit du matériel ligneux à usage multiple et du bon fourrage. Pour les éleveurs qui pratiquent la stabulation permanente ou semi-permanente des ruminants, les feuilles de Calliandra sont une source protéinique qui équilibre la ration alimentaire. La haute digestibilité, la teneur élevée en certains nutriments et la forte teneur en tanin de Calliandra calothyrsus sont connues et font de lui un excellent supplément pour les fourrages de faible qualité pendant la saison sèche à condition de prendre en considération la teneur en tanin. A titre d'exemple, l'effet de la supplémentation protéinique sur la production de lait d'une vache locale (Ankole) est net : la lactation passe de 150 à 450-500 I. si la ration est composée pour moitié de fourrages naturels graminéens pauvres (Eragrostis sp.) et pour moitié de feuilles de Calliandra calothyrsus (2 pieds coupés / jour) et de Setaria sp. ou de Tripsacum laxum (une botte de 6 à 8 kg / jour) (POZY, 1991). Par ailleurs, l'espèce est très adaptée aux sols ferrallitiques acides : il produit + ou - 1,1 kg de matière sèche par m de haie simple et par an (4 coupes) soit 5 à 6 kg en poids frais ou + ou - 60 T/ha/an de matière fraiche (ISABU, 1992, BRANDELARD 1992, AKYEMPONG, 1992).

Planche 1c  : Les haies de Tripsacum laxum et de Pennisetum. L'ensilage traditionnel

67Le Tripsacum laxum, graminée vivace, peut être considérée comme l'espèce fourragère par excellence des agriculteurs éleveurs burundais (+ ou - 20 g MAD et 0,10 UF par kg de jeunes pousses en saison des pluies ou en saison sèche). On peut presque lier sa présence avec celle des grands ou petits ruminants. Cette espèce permet l'ensilage en saison des pluies pendant sa croissance maximale assurant une alimentation aux ruminants en saison sèche. Il ne fane pas en saison sèche même s'il ne croît plus.

68A l'identique du Pennisetum sp., le Tripsacum est reconnu pour être une espèce exigeante. Elle est considérée à raison par les paysans comme concurrentielle vis-à-vis des cultures.

69Les travaux de recherche (ISABU, rapport annuel 1990 - 1991) montrent la concurrence d'une haie de deux rangées en quinconce (50 x 50 cm) de Tripsacum sur la production de manioc (15,8 T/ha). Elle est compensée par une production élevée de cette graminée (de 28T 88T/ha de matière verte de la première coupe à la troisième coupe) pouvant être utilisée comme paillis (très efficace contre l'érosion) ou comme fourrage. En général, la croissance du Tripsacum est faible sur sol ferrallitique si aucun apport n'intervient ou s'il est coupé plus d'une fois par an. Il est en revanche plus productif en bonnes conditions pédologiques (sur sols suffisamment humides et fertiles) atteignant jusqu'à 60T de matière verte/ha/an en milieu paysan (PRPE ISABU, 1991, Brandelard, 1991).

70Le pennisetum, communément appelé Bana Grass (variété hybride de P. purpureum x P. thypoïdes), est apprécié du paysannat des régions d'altitude où les maisons sont encore construites avec des toits de tuiles ou de chaume nécessitant de nombreuses tiges lignifiées fournies par le pennisetum. Ces tiges servent également de tuteurs pour le haricot volubile, de petit bois de construction ou de chauffe et plus rarement de paillis. Les tiges peuvent être vendues (1 à 2 Fbu pièce en 1992)

Planche 2a : Elevage bovin traditionnel et la stabulation au Burundi

71La conduite traditionnelle des ruminants est la stabulation libre c'est à dire le vagabondage des animaux dans les pâturages communaux la journée et le retour dans l'exploitation le soir. En général, ils ne reçoivent pas de compléments alimentaires mais se contentent d'herbes pâturées généralement très pauvres. La croissance des animaux et la production fumière sont très faibles. La quantité de fumier produite pesée à la sortie de l'étable est très faible : moins de 1,5 T/an/bovin adulte (Atelier Bututsi, POZY, 1989).

72La stabulation semi-permanente est une conduite intermédiaire qui voit les animaux rester plus de temps en stabulation (nuit jusqu'à midi, parfois l'après-midi) pendant laquelle ils reçoivent des compléments fourragers coupés dans les haies vives (+/- 2 m de haie double de Setaria sp. ou touffes de Tripsacum laxum pour les bovins). C'est un système productif et stimulant favorisant une quantité de fumier plus élevée qu'en stabulation libre estimé entre 3 et 8 t/an/bovin adulte.

73La stabulation permanente : Les animaux restent dans leur enclos toute la journée et la nuit. Ils sont pris en charge entièrement par la famille O équivalent de 4 à 5 m de haie vive de Setaria ou 5 touffes de Tripsacum avec bien souvent des mélanges de légumineuses (Calliandra, Leucaena) et des résidus de cultures (fanes, pelures de bananes, tige de maïs). Elle libère l'exploitant du gardiennage mais l'oblige à trouver quotidiennement des fourrages en quantité suffisante et à les apporter à ses animaux. La quantité de fumier produite est élevée (8 à 12 t/an/bovin adulte, fonction de la litière fournie).

Planche 2b : Elevage caprin traditionnel

74La conduite traditionnelle des petits ruminants est le plus souvent la stabulation libre. Il arrive fréquemment que les moutons et chèvres passent la nuit dans la maison familiale. En général, ils ne reçoivent pas de compléments alimentaires mais se contentent de jeunes pousses d'herbes pâturées. La croissance des animaux et la production fumière sont très faibles.

75La conduite en stabulation semi-permanente, ou plus exceptionnellement permanente, permet aux animaux de recevoir un apport de légumineuses et de graminées comme le Setaria sp., Tripsacum laxum ou Pennisetum sp. plus riches en Matières Azotées Digestibles (MAD).

Planche 2c : L' élevage bovin au Burundi : soins, alimentation et production laitière

76Les paysans burundais sont peu habitués à la stabulation permanente dont la pratique est plus exigeante. Ils n'en voient pas l'intérêt avec la race locale Ankole mais plutôt avec les vaches améliorées plus productives. Ces dernières sont souvent plus sensibles à certaines maladies et surtout plus coûteuses (2 à 5 fois) que les vaches locales. Les soins médicaux sont obligatoires, non gratuits, pour assurer la survie et la croissance de ces animaux. La lutte contre les tiques est une priorité et un encadrement minimum s'impose. Si la stabulation permanente ne « s'improvise pas », elle permet néanmoins d'élever des races Sahiwal ou exotiques dont le potentiel génétique est supérieur à la race rustique locale (lactation, croissance, fécondité, précocité).

Lactations bovines que l'on peut espérer en milieu rural en fonction de la race et du type de conduite des animaux :

Mode de stabulation / Races

ANKOLE

SAHIWAL*

RACE EXOTIQUE

Libre (traditionnelle)

+ / - 150

ND

inadaptée

Semi-permanente

400-500

900 - 1000

inadaptée

Permanente

600-900

1400-1600

2000-3000

Unités = litres de lait trait/lactation (production nette n'incluant pas la part du veau)
Sources  : ISABU, projet FAO/PNUD, MERCY in SIMONART, 1992
* Race tropicale rustique
ND  : Non déterminé

Planche 3a : Gestion de la matière organique : le compost et le fumier

77La bonne gestion des intrants organiques (composts et fumier) assure l'essentiel de la fertilisation des parcelles vivrières afin de garantir en principe la sécurité alimentaire dont la préoccupation est prioritaire pour les paysans et leur famille. La majorité des sols cultivés au Burundi sont des sols ferrallitiques à faible pouvoir de rétention des cations (CEC < 5-7 méq/100g de terre) et souvent carencés en K et P. Le rôle de la Matière Organique Fraiche (MOF) sur la fertilité des sols ferrallitiques est multiple, à la fois physique, chimique et biologique. Grâce à sa forte charge négative, elle contribue à la détoxification de l'AI3+ des terres alliques par formation d'un complexe alumino-organique [AI(MO)x] et libération de phosphore biodisponible (H2PO42-).

78Le compost du paysan burundais est un mélange de déchets de toutes origines : fanes des cultures, résidus de sarclage, fumier (si élevage) mauvaises herbes, stipes, épluchures des bananes à bière, eaux usées, cendres, etc. C'est la poubelle de l'exploitation.

79Le compost est exceptionnellement retourné et haché, jamais arrosé, rarement d'un volume important et souvent mal protégé du soleil.

80Il existe deux grands types de compostière :

  • une fosse remplie au fur et à mesure, parfois couverte et le plus souvent, à moitié vide (lourde contrainte).

  • Compostière en tas disposée au milieu même des cultures sans localisation fixe, ce qui évite un gros travail par rapport à la fosse (mieux acceptée par le paysan)

Planche 3b : Gestion de la matière organique : le paillis

81Le paillage est, comme le compost et le fumier, une technique de restitution organique, sans enfouissement, de divers végétaux à la surface des parcelles cultivées (annuelles ou pérennes). Son but est triple : 1°) protéger un sol nu ou peu couvert contre le « splash » et le ruissellement et l'érosion qui s'en suivent, 2°) restituer aux cultures des nutriments indispensables et 3°) maintenir un gradient d'humidité à la surface. Il permet également de lutter contre les adventices lorsqu'il est épais (plusieurs cm) et réparti sur toute la parcelle. Malgré les avantages antiérosifs certains, le paillage est peu pratiqué si ce n'est pour le café (obligatoire au Burundi) et les plantations d'ananas. Une des raisons majeures est le manque de déchets végétaux disponibles dans l'exploitation, soit parce qu'ils sont brûlés, donnés aux animaux, mis dans la compostière ou encore réservés exclusivement à la caféière, ce qui ne va pas sans créer des problèmes : déficit organique dans les parcelles vivrières car toute production est exportée, travail supplémentaire pour respecter la loi, etc.

Planche 4a : Les aménagements intégrés encadrés

82

1. Associations culturales (maïs - haricot)
2. Fossé d'absorption paillé et planté de bananiers, légumes...
3. Haie herbacée (Setaria sp.)
4. Rangée arbustive (Grevillea robusta) ; Avant-plan : parcelle de manioc non aménagée, bordée de Grevillea Robusta

83

1. Caféière paillée
2. Ligne d'ananas
3. Haie herbacée (Setaria sp.)
4. Fossé d'absorption
5. Bande de bananiers
6. Ligne simple de manioc
7 Parcelle de maïs

84

1. Double bande de bananiers associés à de la colocase
2. Haie herbacée (Setaria sp.)
3. Chemin paillé
4. Grevillea robusta
5. Ligne simple de manioc
6. Associations culturales (terrain nu après labour)

85

1. Bande de patate douce
2. Bande de bananiers
3. Ligne simple de manioc
4. Ligne de pois cajun
5. Semis en ligne de haricot
6. Ligne de canne à sucre
7. Haie arbustive (Calliandra calothyrsus)

Planche 4b : Les aménagements intégrés : fossés isohypses à bananiers paillés et andains

86Ce type d'association vivres-ligneux-herbacées est une des formes de ce que l'on appelle communément les cultures en couloirs. Leur disposition en courbe de niveau dans le parcellaire des exploitations paysannes est un moyen efficace de préserver les sols de l'érosion et de maintenir la productivité des terres. Si non coupée régulièrement (3 à 4 fois : an), ces aménagements biologiques concurrencent par leur ombre portée les cultures vivrières sur environ 1 m de chaque côté de la haie soit 2 fois deux lignes de manioc par exemple. Par ailleurs, la place prise par ces aménagements est aussi perçue par le paysan comme une perte d'espace cultivé qui n'est acceptée que grâce aux avantages concrets que procure la haie.

Planche 4c : Les aménagements intégrés : fossés isohypses et trous à bananiers paillés

87

88

89

90

91

92

93

94Certaines exploitations encadrées par des projets de la coopération internationale ou de l'Etat peuvent être considérées comme modèles par l'intégration de leurs aménagements conservatoires et par leur gestion de l'espace et de la biomasse. Elles sont toutes caractérisées par la présence de bétail (bovin ou caprin), par la conduite intensive ou semi intensive de haies fourragères diverses (Setaria, Tripsacum, Calliandra, Leucaena, etc.) et par la pratique de cultures en couloir variées et du semis en ligne. La situation de ces exploitations, apparemment enviables et qualifiées de modèles, résulte inévitablement de beaucoup de volonté et de travail de l'exploitant mais ne contribue pas pour autant à une meilleure productivité et performance économique en terme de valeur ajoutée

Planche 5 : Aménagements biophysiques : formation d'une terrasse progressive et talutage

Formation d'une terrasse progressive :
1. Haie vive (herbacées et/ou arbustes)
2. Parcelle mise en culture
3. Décapement de l'horizon superficiel
4. Atterrissement, augmentation de la profondeur de l'horizon superficiel

95Les haies vives réduisent sans conteste le processus d'érosion mais ne le suppriment pas totalement puisque l'érosion se manifeste par un décapage du sol en amont des parcelles et un atterrissement en aval, bloqué par la haie inférieure. L'érosion peut être forte si les sols sont peu couverts mais après les premiers mois suivant la plantation, l'effet antiérosif se marque très bien (cf. résultats in DUCHAUFOUR et BIZIMANA, 1996).

96La conséquence peut en être alors une baisse de productivité (petite taille des cultures vivrières et jaunissement des feuilles de la culture intercalaire : haricot, maïs, sorgho,...), sensibilité plus forte aux maladies comme la mouche du haricot par exemple et en aval des haies, par disparition progressive de l'horizon humifère superficiel.

Planche 6a : Les couverts permanents : la bananeraie, la caféière et la pinède

97La bananeraie agroforestière dense est composée de trois strates de végétation au sein desquelles le bananier constitue la composante principale. Cet agro-système, typique de l'agriculture burundaise, ceinture les habitations burundaises (rugos) et reçoit tous les déchets organiques de la cuisine. Il offre de nombreux produits indispensables à la vie des familles rurales et, plus encore que la culture caféière, contribue à l'équilibre économique et social sur les collines. Sa conduite intensive associée à une bonne gestion des intrants organiques (disposition des déchets végétaux en andains, fumure organique régulière et suffisante) en fait un couvert protecteur efficace contre l'érosion. La bananeraie constitue par ailleurs un capital transmis d'une génération à l'autre.

Planche 6b : La bananeraie agroforestière (détails)

Planche 7 : Le système racinaire des arbres agroforestiers et le cernage des racines

98Le Grevillea robusta (chêne argenté d'Australie) est une espèce introduite depuis l'administration coloniale et fait partie du paysage burundais. Les paysans la connaissent très bien et l'apprécient beaucoup. Sa productivité est élevée (bois de construction du rugo, étable, séchoir après 5 à 7 ans). Les branches élaguées servent soit de paillage, soit de perches. Son feuillage riche en azote et peu cellulosique est restitué au sol et vite minéralisé. Il est considéré par les paysans comme peu concurrentiel avec les cultures (fut droit, canopée haute et ombrage limité). On le rencontre souvent au sein des parcelles cultivées (sols profonds), des caféières ou en limite de parcelle matérialisant ainsi les limites de propriétés. Son impressionnant système racinaire, oblique et plongeant, lui assure une stabilité excellente tout en permettant de bien fixer les sols. Lors des travaux de préparation du sol, les paysans n'hésitent pas à cerner volontairement les racines de surface lorsque l'arbre est encore jeune (1 à 2 ans) pour provoquer une réorientation des racines vers le bas (NDIKUMWAMI et al, 1991).

99Les arbres se rencontrent un peu partout dans l'exploitation burundaise. De nombreuses espèces, allant des fruitiers aux arbres agroforestiers exotiques ou naturels témoignent souvent d'une mise en valeur récente des terres.

100On en retrouve cependant que quelques uns dans les structures de conservations des sols proprement dites. Comme pour les herbacées et les arbustes légumineux, la présence d'aménagements arbustifs et la diversité des espèces rencontrées résultent le plus souvent du dynamisme des projets de développement.

101On peut citer trois espèces agroforestières de prédilection pour le paysan burundais : le Grevillea robusta, le Cedrela odorata et le Cedrela serrulata.

102Le Cedrela sp. est un arbre à fut droit et mince. Il donne un très bon bois d'œuvre de couleur rouge résistant aux termites. Cedrela serrulata est apparemment mieux apprécié par les paysans que Cedrela odorata surtout à proximité de l'habitat car ce dernier dégage une odeur désagréable, d'où son nom. Ses caractéristiques racinaires sont semblables à celles du Grevillea, raison pour laquelle il est fréquemment observé en milieu de parcelles cultivées ou associé aux structures antiérosives. Il est très représenté dans l'escarpement du Mumirwa central.

Bibliographie

Bibliographie

ADRIANES E.L., et LOZET F. 1951. Contribution à l'étude des boissons fermentées indigènes au Ruanda. In Bulletin Agricole du Congo belge Vol XLII N° 4. p 933-950.

AKYAMPONG E., 1991. AFRENA Burundi Project Progress Report for the period march 1990 -September 1991. N° 47. 31 pages

ATALLAH T. 1993. Conditions de valorisation du fumier et risques de lixiviation de l'azote. Agricultures. Volume 2. N° 1 :26-35.

BENDJEFFAL B., DIALLO A., DUCHAUFOUR H., LORMANN C, NGOUAKA F. 1993 : Contribution au diagnostic des systèmes de production de la Province de MUYINGA (BURUNDI). Analyse de la problématique de la fertilité des terres. 95 pages + annexes. ICRA et ISABU Édit.

BERTHELOT E. 1993. Gestion de l'arbre dans les exploitations agricoles du Buyenzi. Burundi. CNEARC. 64 pages + annexes.

BIMENYUMUREMYI L. 1993. Etablissement de la carte pédologique au 1/10.000ème des secteurs de référence de Manga-Kibuye et de Bigorna dans le bassin versant de la Ntahangwa. FACAGRO et ISABU, Bujumbura-Burundi.

BRANDELARD P., 1991. Réseau burundais de recherche-développement en alimentation animale. Bull, de liaison N°1, 12 pages.

BRANDELARD P., 1992. Effects of cuttings levels and cuttings frequencies on the annual yield of Leucaena and Calliandra hedges. 3 pages ISABU Bujumbura

CHANTRAINE V. 1991. Identification du fonctionnement agronomique du bassin versant de Nyarumpongo ; Bassin Versant de la Ntahangwa. ISABU & Paris VI.

COCHET H. 1993. Etude sur la dynamique des systèmes agraires au Burundi. Ministère de l'Agriculture et de l'Elevage, ADEPRINA, Juin 1993. 200 p.

COCHET H. 1996. Gestion paysanne de la biomasse et développement durable au Burundi. Cahiers des Sciences Humaines, vol 32, n° 1, ORSTOM, 1996, pp. 133-151.

COCHET H. 2001. Crise et révolutions agricoles au Burundi. INAPG - Karthala, 468 p.

COCHET H. 2004. Agrarian dynamics, population growth and resource managment : the case of Burundi. Geojournal. An international journal on human geography and Environment sciences N° 60 : 111-122. Kluwer Academic Publishers, The Netherlands.

DACHARY C. 1992. Termes vernaculaires utilisés par les paysans pour caractériser les sols et essai de corrélation avec la classification ISABU. Bassin versant de la Muha et de la Ntahangwa - BURUNDI. Université de Paris VII. DESS Espace et Milieux ; Département Environnement.

DUCHAUFOUR H. 1993. Stratégie de développement régional. Une approche spatiale de l'environnement rural des Bassins versants de la Ntahangwa et de Muha. Montpellier, CIRAD-SAR n° 52/93, 70 p.

DUCHAUFOUR H. 1995. Le malaise social du Burundi rural : réalités historiques et actuelles de l'érosion. Programme de Recherche pour la Protection de l'Environnement, Institut des Sciences Agronomiques du Burundi, 184 p. + annexes

DUCHAUFOUR H., PARTY J.P. 1988. Etude de la conservation des eaux et des sols dans le Mumirwa. Cas de deux bassins versants. Commune d'Isale, Mission d'Appui Technique à l'ISABU, 42 p. + annexes + planches couleurs.

DUCHAUFOUR H., GUIZOL P., BIZIMANA M., PELTIER R., POUILLOUX C (1996) : Avantages et inconvénients de la haie mixte Calliandra / Setaria comme dispositif anti-érosif en milieu rural burundais. 19 pages. Bull, du Réseau Érosion, ORSTOM, n° 16, 20 p.

DUCHAUFOUR H., MIKOKORO C 2009. Tentatives d'une estimation de l'érosion sélective en nutriments et de l'évaluation des coûts des pertes de quelques sols représentatifs au Burundi. (Non publié)

DUCHAUFOUR H., MIKOKORO C 2009. Erodibilité des sols de différentes unités paysagères représentatives du Burundi. (Non publié)

GOURDIN J., HOLLEBOSCH P., KIBIRITI C, NDAYIRAGIJE S. 1991. Répertoire analytique au Burundi. 95 pages.

HENDRICKX F.L., et HENDRICKX J. 1948. La jachère à bananiers. Conférence Africaine des Sols, Goma (Congo Belge), 8-16 novembre, p. 1701-1712.

ICRA. 1993. Diagnostic des systèmes de production agricole de la province de Muyinga. Analyse de la fertilité des terres. 80 pages + annexes.

ISABU - ICRAF. 1988. Potentiels agroforestiers des systèmes d'utilisation des sols des hautes terres d'Afrique de l'Est à régime pluvial bimodal. Burundi. Rapport AFRENA n° 2, 157 p.

ISABU, 1988, 1989, 1990, 1991, 1992. Institut des Sciences Agronomiques du Burundi. Rapports annuels, Programmes Agroforesterie, Sylviculture et Erosion. Bujumbura.

ISABU. Rapport annuel 1992-1993. Atelier régional de recherche du Buyenzi. 97 pages.

LECUYER J. 1992. Contribution à la cartographie agropédologique au 1/10.000ème de trois secteurs de référence dans le bassin versant de la Ntahangwa au Burundi. Université Libre de Bruxelles (Belgique) et ISABU, Bujumbura.

METZLER (V.), 1993. Gestion de la biomasse et transferts de fertilité dans les exploitations agricoles du Buyenzi-Burundi. Mémoire de fin d'études, ENSAIA Nancy / CNEARC

NDIMIRA P.F. 1991. Dynamique et problématique d'amélioration des systèmes d'exploitation agricole au Burundi. Cas de la région de Remera, Université Catholique de Louvain, Faculté des Sciences Agronomiques, Louvain-La-Neuve.

NDIKUMWAMI H., DUCHAUFOUR H., BELLEFONTAINE R. 1991. Observation sur l'enracinement du Grevillea robusta au Burundi. Flamboyant n° 20, p. 19-20.

NDIMUBANDI A. 1992. Synthèse des recherches sur l'alimentation des petits ruminants de la zone d'intégration du PIPRA. Université du Burundi. Faculté des Sciences Agronomiques. 50 pages + annexes.

NEVILLE A. 1992. Diagnostic du système agraire du Buyenzi (Burundi). Mémoire de D.A.A. Chaire d'Agriculture Comparée, INAPG.

NIJENAHAGERA J. 1992. Contribution à la cartographie agropédologique au 1/10.000ème de deux secteurs de référence dans le bassin versant de la Ntahangwa. FACAGRO et ISABU, Bujumbura.

OPDECAMP L. 1988. Mécanismes de pédogenèse acide dans les régions agro-pastorales d'altitude du Burundi. Publication ISABU N° 127. 13 pages.

OPDECAMP L., MUSONI I., et GOURDIN J. 1988. Effets stimulants et toxiques de l'aluminium sur la croissance des plantes cultivées dans les sols humifères acides du Burundi. Publication ISABU № 129. 26 pages.

PAULTRE V. 1992. La sous-région agricole du Mumirwa central : Diagnostic et alternatives de développement. Mémoire pour l'obtention du diplôme de Mastère en Politique, Programmes et Projets de Développement Agricole et Rural. Chaire d'Agriculture Comparée, INAPG., Paris.

POZY P. 1993. L'alimentation des bovins dans le Bututsi. Atelier Bututsi de l'ISABU. Bulletin de liaison №1 du réseau Burundais de Recherche-Développement en alimentation animale. Fiche technique N° 17, Institut des Sciences Agronomique du Burundi, 56 p.

POZY P. et LAYS JF. 1988. L'embouche bovine en milieu rural. Une méthode pour mieux valoriser son bétail. Unité de prévulgarisation. Division de Zootechnie. Fiche technique №5, Institut des Sciences Agronomique du Burundi, 21 p.

RASSE E. SEXTON D. 1991. Diagnostic du système agraire du Bututsi (Burundi), Mémoire ISARA/INAPG.

RISHIRUMUHRWA, T., 1993. Contribution des résidus du bananier en conservation de l'eau et du sol. Bulletin Réseau Erosion, 13, ORSTOM Montpellier, p. 63 - 70.

RISHIRUMUHIRWA, T., 1996. The contribution of banana farming Systems in sustainable land use in Burundi. Submitted to the 9~ ISCO conference, Bonn.

RISHIRUMUHIRWA T. 1997. Rôle du bananier dans le fonctionnement des exploitations agricoles sur les hauts plateaux de l'Afrique orientale (application au cas de la région du kirimiro-Burundi). Thèse de doctorat en sciences Techniques N° 1636. Ecole Polytechnique de Lausanne (EPFL, Suisse), 224 p.

RISHIRUMUHIRWA T., ROOSE E. 1998. Effets des matières organiques et minérales sur la réhabilitation des sols acides de montagne du Burundi. Soil Congress. Symposium n° : 38

ROOSE E. 1994. Introduction à la gestion conservatoire de l'eau, de la biomasse et de la fertilité des sols (GCES). Bulletin Pédologique de la FAO 70. 420 pages.

ROOSE E., NYAMULINDA V., NDAYIZIGIYE F., BYILINGIRO E., 1988. La GCES, une nouvelle stratégie antiérosive pour le Rwanda. Bull. Agricole du Rwanda, 4 : 264-277.

RUPIYA, P. 1993. Essai de divers systèmes de protection d'exutoire et d'aménagement d'une ravine dans le Mumirwa (Cas de la ravine de Sagara). ISABU et FACAGRO, Bujumbura -Burundi.

RURIHAFI J.M. 1993. Essai de corrélation entre termes vernaculaires utilisés par les paysans pour caractériser les sols ; bassins versants de la Ntahangwa et de la Muha. FACAGRO & ISABU. Bujumbura-Burundi.

SIMONART T. 1992. La conservation des sols en milieu paysan burundais ; étude et hiérarchisation des stratégies anti-érosives. Université Catholique de Louvain La Neuve (Belgique) et ISABU- Bujumbura. 141 pages + annexes et planches photos

SIMONART T., DUCHAUFOUR H., BIZIMANA M. et MIKOKORO C.1994. La conservation des sols en milieu paysan burundais. Etude et hiérarchisation des stratégies anti-érosives. Cahier d'Outre-Mer, 47, (185) Janvier-Mars 1994

SNOECK D. 1995. Interactions entre végétaux fixateurs d'azote et non fixateurs en culture mixte : cas des Leucaena spp. Associées à Coffea Arabica L. au Burundi. Université de Lyon 1, 199 p. Thèse de doctorat d'Université.

Notes

1 Concept introduit par H. COCHET en 1993 et développé notamment dans COCHET 1996, 2001 et 2004

2 En 1992, 42 Fbu ≈ 1 Franc Français ≈ 0,2 $US ☞ 275 Fbu = 1 euro ou 200 Fbu = 1 $US

3 Les preuves d'une argumentation bienfaitrice pour la protection de l'environnement étaient une façon de gommer ou de faire oublier les critiques portant sur le coût prohibitif de ces vastes programmes réalisés en régie par rapport à leur faible valeur ajoutée.

4 Contrat pastoral de la période de l'avant indépendance, ou « bail à bétail » appelé « ubugabire » en Urundi ou « ubuhake » au Ruanda (MARCHI, 1939 et ADAMANTIDIS, 1956 in DUCHAUFOUR, 1995).

5 La production laitière prend alors toute son importance et profite aux enfants et personnes âgées. Le litre de lait se vend facilement entre famille au prix de 150 Fbu mais en cas de grande quantité, son écoulement sur le marché est plus difficile et conditionné par l'existence de petites unités de transformation locale (microlaiterie, fromagerie,...).

6 Contrairement en Haïti, où le réseau Lèt Agogo avec ses quinze micro-laiteries couvrent une partie du territoire national (2009).

7 Toutes ces espèces, d'introduction ancienne au Burundi, sont aujourd'hui bien naturalisées.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Evaluation des pertes en terre en T/ha/an et de Ruissellement annuel moyen (Ram) sur parcelle Wischmeier d'une bananeraie (300 m2) selon différentes modes de conduite (Station Rushubi l/ll)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13358/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Tableau 3 : Valeur ajoutée/actif (en Fbu 93) de la bananeraie dans différentes régions du Burundi (in COCHET, 1993)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13358/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Tableau 4b : Analyses exécutées au laboratoire de l'Institut pour la Recherche Scientifique en Afrique Centrale à Astrida (Butare) du Ruanda. Les résultats sont les moyennes de différents échantillons de bières de famille type. Les recherches sur les alcools ont été effectuées avec l'appui de l'IRSAC à la station d'Essais du Centre d'Etudes et de Recherches des Industries Alimentaires à Bruxelles (in ADRIANES et LOZET, 1951)
Légende N.B. : La présence d'alcool méthylique et d'alcool supérieurs a été recherchée sur les distillats des boissons fermentées. Aucun échantillon obtenu ne contenait d'alcool méthylique. La teneur en alcools supérieurs des boissons fermentées est sensiblement comparable à la moyenne des vins italiens de l'époque
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13358/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Carte 1 : Carte des différentes régions naturelles du Burundi (le nom de la région est mentionné en sous titre de chacune des photos)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13358/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13358/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13358/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13358/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13358/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13358/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13358/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13358/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13358/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13358/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13358/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13358/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13358/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13358/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13358/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13358/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13358/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13358/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13358/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13358/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13358/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13358/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13358/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13358/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13358/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13358/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13358/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13358/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13358/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13358/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13358/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13358/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13358/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13358/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13358/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13358/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13358/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13358/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13358/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende 1. Associations culturales (maïs - haricot)2. Fossé d'absorption paillé et planté de bananiers, légumes...3. Haie herbacée (Setaria sp.)4. Rangée arbustive (Grevillea robusta) ; Avant-plan : parcelle de manioc non aménagée, bordée de Grevillea Robusta
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13358/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende 1. Caféière paillée2. Ligne d'ananas3. Haie herbacée (Setaria sp.)4. Fossé d'absorption5. Bande de bananiers6. Ligne simple de manioc7 Parcelle de maïs
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13358/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende 1. Double bande de bananiers associés à de la colocase2. Haie herbacée (Setaria sp.)3. Chemin paillé4. Grevillea robusta5. Ligne simple de manioc6. Associations culturales (terrain nu après labour)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13358/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende 1. Bande de patate douce2. Bande de bananiers3. Ligne simple de manioc4. Ligne de pois cajun5. Semis en ligne de haricot6. Ligne de canne à sucre7. Haie arbustive (Calliandra calothyrsus)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13358/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13358/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13358/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13358/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13358/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13358/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13358/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13358/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13358/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13358/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13358/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13358/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13358/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13358/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Formation d'une terrasse progressive :1. Haie vive (herbacées et/ou arbustes)2. Parcelle mise en culture3. Décapement de l'horizon superficiel4. Atterrissement, augmentation de la profondeur de l'horizon superficiel
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13358/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13358/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13358/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13358/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13358/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13358/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13358/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13358/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13358/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 764k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13358/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13358/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13358/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13358/img-72.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13358/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13358/img-74.jpg
Fichier image/jpeg, 816k

© IRD Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540