Version classiqueVersion mobile

La lutte antivectorielle en France

 | 
Didier Fontenille
, 
Christophe Lagneau
, 
Sylvie Lecollinet
, 
et al.

Seconde partie. Chapitres analytiques

Annexes

Texte intégral

1. Les réseaux d’information, d’éducation et de communication en matière de LAV à la Réunion

1Suite à l’atelier Combi organisé par l’OMS à la Réunion du 19 au 28 juin 2006, la Drass a élaboré un Plan de mobilisation sociale décliné sur les 5 champs de la mobilisation institutionnelle, communautaire, des campagnes publiques d’information, de la communication interpersonnelle et de la promotion des points d’information, depuis septembre 2006. Les objectifs poursuivis portent sur l’adoption de trois comportements individuels, venant en complément de la lutte antivectorielle, de la veille épidémiologique et de l’offre de soins :

  • l’inspection hebdomadaire par chaque foyer des alentours directs de son habitation afin d’éliminer tous les gîtes larvaires potentiels ;
  • l’auto-signalement au numéro vert de toutes les personnes présentant des syndromes évocateurs de chikungunya ou de dengue, afin de permettre l’intervention des équipes de démoustication dans le périmètre de l’habitation et ainsi limiter la propagation de l’infection par l’Aedes albopictus ;
  • l’utilisation de moyens de protection individuelle (répulsifs, port de vêtements longs, moustiquaires), y compris, dans le cas d’une infection, en période de virémie.

2Le GIP Service de prophylaxie renforcé est désormais l’organe de pilotage et de suivi partenarial des actions de mobilisation sociale.

1.1. État de l’art

1.1.1. Sur la mobilisation institutionnelle

3Un groupe de travail Drass/Rectorat a été mis en place pour élaborer un outil conforme aux instructions officielles sous forme de mallette pédagogique à l’attention des enseignants et à destination des élèves de primaire. 1 500 mallettes pédagogiques ont été distribuées dans les 537 écoles primaires de la Réunion, à raison d’une pour 5 classes en moyenne. Un engagement fort du rectorat (circulaire de demande d’application) a permis de démocratiser son utilisation.

4Trois dessins animés, à destination des enfants de 6 à 12 ans, ont été produits sur le cycle du moustique, les modes de prévention et l’infection par le chikungunya ; ils sont projetés dans les écoles, en complément des supports pédagogiques. Une bande dessinée en a été tirée, distribuée à tous les enfants de primaire et de 6e.

5Les communes, le conseil général et le conseil régional sont destinataires de l’ensemble des outils produits dans le cadre du Plan de mobilisation sociale ; leurs cadres bénéficient de formations de formateurs-relais assurées par la Drass (cf. Infra) ; toutes les initiatives communales font l’objet, sur demande, d’un soutien matériel ou technique de la part de la Drass (animations de quartier, formation d’agents…).

1.1.2. Sur la mobilisation communautaire

6Les principales associations (éducation populaire, services d’aide à domicile, Croix-Rouge…) ont bénéficié, depuis septembre 2006, de journées de formation d’informateurs-relais, assurées par la Drass ; elles peuvent ainsi diffuser les connaissances de base et les messages de modification comportementale. Afin de démultiplier cette action, des conventions ont été négociées avec le Comité régional d’éducation pour la santé (Cres) et avec l’Association réunionnaise d’éducation populaire (Arep) pour assurer la formation de formateurs-relais.

7Les associations de lutte contre le chikungunya, constituées lors du pic épidémique précédent, et qui mènent directement des actions de sensibilisation et de lutte contre les moustiques, ont été intégrées dans le dispositif global de mobilisation sociale. Des subventions sont allouées à ces associations par le GIP – Groupement régional de santé publique.

8Le préfet a sollicité, au moment de la crise du chikungunya, les responsables religieux locaux, afin qu’ils répercutent les messages de mobilisation et d’adoption de comportements solidaires et individuels de prévention de l’épidémie.

1.1.3. Sur les campagnes d’information et la communication

9Les éléments qui suivent ont été mis en place spécifiquement suite à l’épidémie de chikungunya, et n’ont pas été reconduits en 2008 compte tenu du retour à une situation interépidémique.

10Une première campagne de communication visant à une remobilisation générale de la population entre septembre et novembre 2006 : encarts presse, affichage dans les lieux de passage, spots radio et TV. Une seconde campagne ciblée sur les trois modifications comportementales prioritairement retenues avec l’OMS a pris le relais à compter du 15 novembre 2006, pour la durée de l’été austral jusqu’en avril 2007.

11Chaque campagne a fait l’objet d’un post-test, réalisé par Ipsos et Louis Harris, afin d’en mesurer la notoriété et la compréhension.

12Un point presse hebdomadaire était organisé à la Drass ou à la préfecture, pour publier les derniers chiffres de l’épidémie et informer des actions de l’État. Ce dispositif a été suspendu en avril 2007, avec le prononcé de sortie de crise.

13Des points « presse » sont régulièrement réalisés pour médiatiser les actions de sensibilisation ponctuelles (Kass Moustik, centres aérés, manifestations publiques…).

1.1.4. Sur la communication interpersonnelle et la promotion des points d’information

14La Drass est désormais présente, au moyen d’un stand d’information, sur les principaux événements (salons, manifestations sportives, grands concerts et festivals) pour délivrer une information personnalisée et actualisée (une quarantaine d’interventions par an).

15Des week-ends Kass Moustik sont organisés 2 à 3 fois par an, permettant de sensibiliser la population au repérage et à l’élimination des gîtes larvaires, autour des habitations individuelles. Cette opération prend la forme d’animations de quartier assurant une transmission de proximité des messages et d’une présence radio et TV.

16L’opération Fleurs des Sables, promouvant l’utilisation de sable humide dans les vases, plutôt que d’eau, à l’occasion de la Toussaint dans les cimetières, et de la fête des mères, est désormais reconduite chaque année, avec l’association des communes.

17Des actions de sensibilisation massive dans les centres aérés ont été mises en place pour la première fois en janvier 2008 (1 250 enfants sensibilisés), puis reproduites en juillet-août 2008 (3 000 enfants à sensibiliser).

18Lors des actions de terrain, les agents diffusent systématiquement à la population des informations sur les moyens de prévention et de protection.

19Un numéro vert a été mis en place lors de la crise du chikungunya. Il permet à la population d’avoir des informations sur la maladie, de se signaler en cas d’apparition de syndromes dengue-like et de signaler des proliférations anormales de moustiques.

20Un site internet (chikungunya.gouv.fr) a été développé ; il reprend l’ensemble des informations validées mises à disposition par les services de l’État pour le grand public, mais aussi les jeunes, les professionnels santé/social, les entreprises, la presse ; il permet d’accéder aux calendriers des opérations de LAV et de disposer des supports de communication.

1.2. Limites et opportunités des actions de mobilisation

1.2.1. Suivi et animation de réseaux

  • L’épidémie de chikungunya, par son ampleur, a permis de fédérer les institutions et les associations intervenant dans le cadre de l’éducation à la santé autour des messages sanitaires de la LAV. Si ce réseau a été très actif pendant que le risque épidémique était présent, on note que les actions se sont espacées et que ce réseau a besoin aujourd’hui d’être davantage structuré et animé pour poursuivre ses activités en période interépidémique.
  • Les formations de formateurs-relais n’ont pas toujours donné les résultats escomptés. Il faut davantage cibler les participants selon leurs disponibilités futures et leur positionnement dans l’association ou dans l’organisme (choisir des profils adaptés). Par ailleurs, il faut également beaucoup de temps et de disponibilité de la Drass pour relancer et actualiser les formations dispensées aux formateurs-relais.
  • La crise du chikungunya a mis en évidence l’importance des médias dans la diffusion et la restitution des messages, et donc l’acceptabilité des populations aux mesures de LAV menées. Les défauts de communication ont montré qu’il était nécessaire de créer un réseau avec les médias hors période épidémique, pour instaurer la transparence et la confiance en période épidémique.

1.2.2. Évaluation des actions de sensibilisation

21La notion d’évaluation des actions de sensibilisation est assez difficile à mettre en œuvre. Que ce soit sur les outils pédagogiques créés (mallette pédagogique réalisée avec l’Éducation nationale) ou sur les opérations de grande envergure (opération Kass Moustik, opération Fleurs de Sable), nous ne disposons pas d’outils d’évaluation permettant de mesurer « l’accroissement » des connaissances ou la modification comportementale.

1.2.3. Compétence des acteurs de mobilisation sociale

  • L’éducation sanitaire ne se satisfait pas de l’amateurisme. Le principal écueil rencontré a été la formation des formateurs-relais. Quelques mois après leur formation, il s’est aéré que les messages délivrés avaient fortement évolué, et présentaient de nombreuses approximations, voire contre-vérités. Il faudrait à ce titre mettre en place des sessions de formation continue, pour asseoir les différents messages à délivrer, mais également pour réactualiser les connaissances.
  • L’idéal serait d’aboutir à l’élaboration d’un guide de l’éducation sanitaire en matière de LAV (aspects méthodologiques et techniques), qui serait également à réactualiser régulièrement. Dans quelle mesure l’Inpes pourrait-elle jouer un rôle dans ce guide, notamment d’un point de vue méthodologique ?

1.2.4. Amélioration des messages d’éducation sanitaire

  • Les messages de LAV, surtout après la crise du chikungunya à la Réunion, sont parfois perçus négativement. De fait, cela peut parfois porter préjudice notamment pour l’installation d’un stand de communication lors des grandes manifestations (réticences des organisateurs motivées par le risque d’associer leur image au chikungunya).
  • On relève sur le terrain que, si les messages sont bien intégrés, ils ne sont pas, en revanche, appliqués. La compréhension du message n’implique pas la mise en oeuvre. Quelle solution ?

2. Information, éducation et communication en matière de LAV à Mayotte

22Suite à l’épidémie de chikungunya de 2006, 3 personnes de Mayotte (2 de la Dass et 1 du conseil général) ont participé à l’atelier Combi organisé par l’OMS à la Réunion du 19 au 28 juin 2006. Cette formation a abouti à l’élaboration du Plan Combi Arboviroses 2007-2008. Ce Plan de mobilisation sociale s’articule autour des 5 champs d’intervention de la démarche Combi : la mobilisation institutionnelle, communautaire, des campagnes publiques d’information, de la communication interpersonnelle et de la promotion des points d’information. Bien que ce Plan ait été mis en place en 2007, des actions de mobilisation sociale ont débuté en septembre 2006.

23En complément de la lutte antivectorielle, de la veille épidémiologique et de l’offre de soin, les objectifs poursuivis par ce Plan sont les suivants :

24• Objectif général :

25– contribuer à l’élimination des maladies transmises par les moustiques.

26• Objectifs comportementaux :

  • inciter chaque individu à éliminer et éviter de créer des lieux de ponte des moustiques dans son environnement de vie professionnel, de loisirs ou familial ;
  • inciter chaque famille à effectuer une inspection de sa maison – intérieur comme extérieur immédiat des habitations – pendant 30 minutes une fois par semaine pour identifier et éliminer tout site de reproduction des moustiques ;
  • inciter chaque établissement d’enseignement à effectuer une inspection dans et en périphérie proche de l’établissement, au moins une fois par semaine, pour éliminer les nids à moustiques ; La phrase : « Au moins une fois par semaine, j’élimine les nids à moustiques » sera écrite en permanence sur le tableau des classes ;
  • inciter chaque entreprise (industrielle, commerciale, agricole, du bâtiment…) à réaliser, au moins une fois par semaine, une inspection visant à éliminer les nids à moustiques, dans l’enceinte et en périphérie proche de l’entreprise.

27La Dass a eu recours aux services d’une agence de communication pour la conception d’un logo Combi, des outils de communication ainsi que le suivi des partenaires pour la mise en place des actions de terrain.

28Combi Arboviroses s’articule autour de la promotion de 3 gestes à adopter : « Couvrir les réserves d’eau, Vider les récipients contenant de l’eau inutilisable et Jeter systématiquement ces récipients à la poubelle ».

2.1. État de l’art

2.1.1. Sur la mobilisation institutionnelle

  • présentation du projet au préfet le 30 janvier 2008 lors d’une visite du service de la LAV ;
  • réunion avec les différents partenaires le 19 septembre 2007 : politique de la ville (gestion des ateliers Santé-Ville), Délégation de la vie associative de la direction de la jeunesse et des sports, vice-rectorat, conseil général (DSDS4, Délégation à l’environnement), Association des maires, Mission locale, Centre information jeunesse, Caisse de sécurité sociale ; 4 Direction de la solidarité et du développement social
  • présentation du plan au préfet et aux cadres préfectoraux le 5 février 2008 (réunion à la préfecture) ;
  • réunion avec les enseignants le 19 mars 2008 : présentation du Plan et du projet de la réalisation d’une mallette pédagogique en partenariat avec le vice-rectorat, le Centre de documentation pédagogique et la CAF ;
  • lancement du Plan à la Dass par une conférence de presse pilotée par le Secrétaire général de la préfecture, en présence des partenaires et des médias le 20 mai 2008 ;
  • réunion avec les maires organisée par la Dass le 20 mai 2008 ;
  • réalisation d’une brochure pour les leaders d’opinion et décideurs pour leur permettre de s’approprier la démarche et de communiquer sur le changement de comportement. Accompagné d’une lettre du préfet, ce document a été distribué aux directeurs des services de l’État, aux 19 conseillers généraux, aux directeurs des services du conseil général, aux 17 maires, aux présidents et directeurs des Sivom, aux différents directeurs des services (CSSM, Mission locale, CIJ, CAF, Office du tourisme, SIAEM). Pour le secteur privé, les présidents de la CCI, du Medef et de la Chambre d’agriculture l’ont aussi réceptionné ;
  • établissement d’un communiqué de presse à la radio et à la télévision couvrant la thématique abordée après le lancement officiel.

2.1.2. Sur la mobilisation communautaire

2.1.2.1. DANS LES COMMUNES

  • organisation d’une journée de nettoyage de l’île le 16 septembre 2006, mobilisant l’ensemble des services de l’État ;
  • organisation de concours de « quartiers sans nids à moustiques » dans quatre communes à l’initiative de la Dass :
  • à Labattoir le 31 mai 2008
  • à Acoua le 7 juin 2008
  • à Chirongui le 14 juin
  • à Chiconi le 21 juin

29Dans ce cadre, mobilisation des responsables religieux locaux pour ces actions de terrain ;

  • inscription de la Dass dans l’agenda des manifestations organisées dans les communes avec présence d’animateurs disposant de stand d’information avec jeux questions-réponses :
  • journée Portes ouvertes du GSMA le 25 mai 2008 à Combani
  • couses des Pneus le 5 juillet à Mamoudzou
  • Mbiwi1 géant le 13 juillet à Passamainty
  • appel à projet de la Dass auprès des associations environnementales ainsi que des CCLEJ2 ;
  • soutien matériel ou technique de la Dass aux associations ou institutions (animations de quartier, formation d’agents…) initiant des actions.

2.1.2.2. EN MILIEU SCOLAIRE

  • mobilisation du dispositif PAE73 du vice-rectorat et soutien financier aux actions initiées par les élèves et les enseignants. Voici quelques exemples de projets soutenus en 2007 :
  • « Protection de l’environnement et créativité » du collège de Tsimkoura
  • « Compacteur de cannettes » du collège de Dzoumogné
  • « Mayotte propre » du lycée professionnel de Dzoumogné
  • « Lutte antivectorielle et hygiène de vie » du collège de Mtsangadoua
  • « Une plage, une école » du collège de Koungou
  • élaboration d’un dépliant d’information qui sera distribué aux élèves (primaire et secondaires) à la rentrée 2008 ;
  • inscription de la phrase « Au moins une fois par semaine, j’élimine les nids à moustiques » au tableau des classes à la rentrée 2008 ;
  • projet de création d’une mallette pédagogique. L’idée ici est :
    • de faire des élèves/lycéens des agents de communication auprès de leurs parents d’une part, les sensibiliser à propos des maladies transmises par les moustiques et de leur prévention d’autre part ;
    • de faire inscrire la problématique des maladies transmises par les moustiques dans le programme de l’enseignement.

2.1.3. Sur les campagnes d’information et la communication (publicité)

30Objectif : inciter les individus à adopter les 3 gestes recommandés « Je couvre, je vide et je jette à la poubelle ».

31Ainsi, des outils de communication ont été réalisés, tels que :

  • conception d’un logo « STOPOU MBOU !!!4 » avec un personnage unisexe promouvant les 3 gestes cités ci-dessus, repris sur tous les supports de communication ;
  • spots télévisés « À moi d’agir contre les moustiques » : 3 vagues de passage en 2007, 1 en 2008 ;
  • 2 spots radio en 3 langues pratiquées sur l’île (français, mahorais, shibouchi) diffusés du 5 au 25 mai 2008, puis du 2 au 15 juin 2008 ; une 2e vague de diffusion du 13 au 27 octobre, puis du 3 novembre au 7 décembre 2008 ;
  • 20 Affiches 4x3 : 3 vagues d’exposition en 2007, 1 en 2008 ;
  • affiches 40x60 distribuées dans les différents services ;
  • dépliants reprenant les 3 gestes et avec jeu questions réponses utilisées lors des actions de terrain ;
  • insertion presse dans les 3 journaux et les 4 bulletins d’information de l’île ;
  • autocollants (utilisés par les taximen) ;
  • badges pour les agents de terrain ;
  • habillage des voitures de la Dass reprenant le logo et les gestes ;
  • tee-shirts avec logo (utilisés lors des actions de terrain) ;
  • diplôme signé par le préfet (pour les participants aux concours des quartiers).

32L’action médiatique est rendue possible grâce à la collaboration précieuse de RFO ainsi que des radios libres de l’île dans une société ou prédominent le visuel et l’oralité.

2.1.4. Sur la communication interpersonnelle

33Au sein de la Dass, les chefs d’équipe de la LAV sont des facilitateurs pour entrer en contact avec les habitants. Par ailleurs, des agents contractuels sont embauchés périodiquement par la Dass pour assurer la communication interpersonnelle auprès de la population. Ainsi, 2 vagues d’interventions ont été réalisées sur le terrain par ces agents en novembre et décembre 2007, puis en mars, avril et mai 2008.

34Ne disposant pas de personnel de terrain pour assurer la mission d’IEC, la Dass travaille en étroite collaboration avec la cellule éducation pour la santé du conseil général. En effet, cette cellule dispose de 5 éducateurs de santé et de 23 agents de santé de proximité qui connaissent très bien le terrain. Déjà sensibilisés sur la problématique des moustiques localement, une séance de formation/information de 4 heures leur a été dispensée pour les sensibiliser de la démarche Combi. Un livret d’information leur a été délivré à la fin de la séance. Des dépliants d’information leur ont été distribués pour appuyer leur discours sur le terrain.

35Nous avons bien insisté sur l’aspect « visualisation des larves » réalisées par ces agents lors des visites à domicile.

2.1.5. Sur la promotion des points d’information

36Des affiches et dépliants d’information ont été mis à disposition dans les différents services et guichets accueillant du public : accueil des services du conseil général, les cabinets médicaux libéraux, la CSSM, la CAF, les Points information jeunesse, la Mission locale, le Cotes, le CHM, l’IFSI.

2.2. Limites et opportunités des actions de mobilisation

37Deux enquêtes pré- et post-test financées par la Dass et menées par Ipsos permettront d’évaluer la campagne Combi, notamment dans les quatre communes où ont eu lieu les concours de quartiers sans nids à moustiques.

2.2.1. Suivi et animation de réseaux :

  • Peu d’associations existent à Mayotte dans le domaine de l’éducation à la santé de manière générale ; ce qui impose à la Dass d’associer des partenaires associatifs intervenant dans d’autres domaines pour diffuser des messages sanitaires autour de la LAV. Les associations environnementales sont un support incontournable pour être relais auprès de la population.
  • Difficulté à mobiliser :
    • les communes autour de notre action, de part probablement leurs limites à assurer leur mission d’hygiène publique classique (problème d’entretien des caniveaux, ramassage irrégulier des ordures ménagères…) : 7 maires seulement sur 17 ont participé à la réunion organisée par la Dass ;
    • les associations environnementales qui expriment une certaine lassitude liée au comportement de la population (qui n’accompagne pas toujours leurs efforts) ;
    • les instituteurs, enseignants et dispositif de la Politique de la Ville (ateliers santé-ville) ;
    • le secteur privé (CCI, Medef, grandes enseignes, agriculteurs) en tant qu’employeurs d’une part, générateurs potentiels de gîtes d’autre part ou facilitateur pour réponse à l’objectif.
  • Nécessité d’élargir les actions de formation auprès des formateurs relais tels que les agents des services techniques communaux, aux coordonnateurs des ateliers santé-ville (agents de la Politique de la Ville), des animateurs du Cotes, des responsables associatifs ainsi qu’aux animateurs des centres des loisirs (Cclej, Maison des jeunes). L’insuffisance du personnel de la Dass (2 personnes) ne facilite pas cette tâche.
  • Indisponibilité de la mallette pédagogique « Le Moustique de A à Z » pour sensibiliser le secteur de l’enseignement à la problématique des moustiques à Mayotte ; situation due à l’insuffisance des moyens financiers déployés à Mayotte dans le cadre de la lutte contre le chikungunya.

2.2.2. Compétence des acteurs de mobilisation sociale

  • L’éducation sanitaire ne se satisfait pas de l’amateurisme. Le principal écueil rencontré a été la formation des formateurs-relais. Quelques mois après leur formation, il s’est avéré que les messages délivrés avaient fortement évolué et présentaient de nombreuses approximations, voire contre-vérités. Il faudrait à ce titre mettre en place des sessions de formation continue, pour asseoir les différents messages à délivrer, mais également pour réactualiser les connaissances.
  • L’idéal serait d’aboutir à l’élaboration d’un guide de l’éducation sanitaire en matière de LAV (aspects méthodologiques et techniques), qui serait également à réactualiser régulièrement. Dans quelle mesure l’Inpes pourrait-elle jouer un rôle dans ce guide, notamment d’un point de vue méthodologique ?

2.2.3. Amélioration des messages d’éducation sanitaire

38En dehors d’une période épidémique, nous avons fait le choix délibéré de ne promouvoir que les 3 gestes en vue d’une modification comportementale de la population. Les moyens de protection sont peu mis en avant pour éviter d’émettre plusieurs messages à la fois et d’engendrer des confusions auprès de la population.

39L’insuffisance des moyens communaux (irrégularité de la collecte des ordures ménagères, insuffisance et/ou absence des poubelles dans les quartiers…) limite la participation de la population qui rejette la responsabilité de l’insalubrité publique aux communes. L’amélioration des services des Sivom permettra d’accompagner l’effort de la population dans l’objectif visé, à savoir l’adoption des 3 gestes recommandés par Combi.

40Enfin, il s’avère indispensable de trouver une solution à la problématique des cannettes à Mayotte. Faut-il les consigner ?

Notes

1 Manifestation traditionnelle de femmes basée sur des chants religieux.

2 Centres communaux de loisirs des enfants et des jeunes.

3 Projets d’actions éducatives.

4 STOPOU = « mahorisation » du mot STOP et M’BOU voulant dire « Moustique » en mahorais.

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search