Version classiqueVersion mobile

La lutte antivectorielle en France

 | 
Didier Fontenille
, 
Christophe Lagneau
, 
Sylvie Lecollinet
, 
et al.

4. Les infections animales

Fièvre catarrhale ovine

Texte intégral

1. Agent

1La fièvre catarrhale du mouton (FCO, ou bluetongue) est considérée comme l’une des plus importantes maladies virales des ruminants. Elle est due à un Orbivirus appartenant à la famille des Reoviridae. Vingt-quatre sérotypes distincts de ce virus sont dénombrés à l’heure actuelle, chacun induisant une faible immunité protectrice contre les autres sérotypes.

2. Transmission

2Le virus est transmis par piqûres de Culicoides, petits diptères hématophages appartenant à la famille des Ceratopogonidae. Seulement quelques espèces de Culicoides ont été incriminées dans la transmission du virus FCO, alors qu’on en recense plus de 1 250 (Meiswinkel, 1989). Les espèces principales sont C. imicola (Afrique, bassin méditerranéen, Asie), C. bolitinos (Afrique), C. brevitarsis (Australie), C. sonorensis (Amérique du Nord) et C. insignis et C. pusillus (Amérique centrale et du Sud) (Meiswinkel, 1989 ; Mellor, 1990). Si la transmission depuis 1998 dans le bassin méditerranéen du virus de la FCO est associée à une remontée de la limite nord de distribution de C. imicola, certains foyers de FCO ont été déclarés dans des régions où C. imicola est absent. Ce fut le cas, par exemple, pour les épisodes bulgares de 1999 et 2001, impliquant le sérotype 9 du virus de la FCO (Purse et al., 2006). Sur la base de critères d’abondance (piégeages lumineux), d’isolements viraux, et d’infections expérimentales (Carpenter et al., 2006), les espèces des groupes Obsoletus et Pulicaris sont soupçonnées d’avoir joué un rôle de vecteur. C’est aussi le cas pour l’épisode actuel de transmission du sérotype 8 en Europe septentrionale et du sérotype 1 dans le sud-ouest de la France et le Pays basque espagnol (seuls quelques individus C. imicola ont été capturés dans le Pays basque espagnol). Les vecteurs suspectés d’être impliqués dans la transmission (sur la base de critères d’abondance, d’identification virale, et d’infections expérimentales) appartiennent au groupe Obsoletus, c'est-à-dire C. obsoletus sensu stricto et C. scoticus (les 2 espèces étant souvent regroupées sous le terme C. obsoletus/scoticus, les femelles ne pouvant être distinguées morphologiquement), C. dewulfi et C. chiopterus – la dernière espèce de ce groupe C. montanus est extrêmement rare. Néanmoins, les données restent pour l’instant parcellaires et insuffisantes pour déterminer clairement quelles espèces Paléarctiques sont impliquées dans la transmission de la FCO en Europe.

3. Répartition géographique

3Décrite pour la première fois en 1881 en Afrique du Sud, la fièvre catarrhale ovine a été reportée à partir de 1940, en Afrique centrale, dans le bassin méditerranéen (Israël, Turquie, Syrie, Oman, Arabie Saoudite), en Asie (Inde, Chine, Pakistan, Japon, Indonésie, Inde, Malaisie), aux Amériques (Nord, centrale et du Sud) et en Australie.

4Autrefois cantonnée entre les 30/40e parallèles sud et les 40/50e parallèles nord, l’infection s’est récemment étendue vers le sud puis le nord de l’Europe. La raison de cette extension est double, la remontée du vecteur tropical C. imicola vers le nord et la transmission du virus par des espèces paléartiques (première introduction du virus dans un environnement favorable ou modification des écosystèmes devenus compatibles avec la transmission). Le lien entre le réchauffement climatique et l’augmentation de l’aire de distribution du vecteur C. imicola est fortement suspecté. Ainsi, la modélisation géographique des biotopes favorables à l’installation de ce vecteur identifie toute l’Europe du Sud et, en particulier, une bonne partie du sud de la France, comme zone à risque (Tatem et al., 2003).

4. Symptomatologie

5Classiquement, seul le mouton exprime la maladie après infection. Cependant pour diverses raisons (telles que des variations du pouvoir pathogène en fonction des sérotypes ou des souches, les vecteurs impliqués ou la résistance particulière de certaines races ovines), l’infection n’entraîne pas toujours l’apparition de symptômes dans l’espèce ovine. Ainsi, tous les intermédiaires entre la forme aiguë et les formes inapparentes sont observés. Les formes cliniques graves ne sont décrites que chez des ovins vivants dans des régions contaminées pour la première fois (cas de la Corse en 2000) ou sur des races améliorées (comme les races corses ou sardes) (Zientara and Gourreau 2001). Après une période d’incubation moyenne de 2 à 6 jours (avec un maximum de 18 jours), les animaux présentent de l’hyperthermie (pouvant atteindre 42 °C) associée à de l’anorexie et de l’abattement pendant 4 à 8 jours. Des phénomènes congestifs, oedémateux et hémorragiques apparaissent alors, en particulier au niveau de la face et des muqueuses de l’oropharynx, mais aussi des membres (espaces interdigités). Parallèlement à ces signes cliniques, il est décrit une atteinte musculaire avec myosite dégénérative ainsi que des complications d’ordre pulmonaire ou digestif. Des avortements sont aussi signalés (Zientara et al., 2000). Le taux de mortalité associé à la FCO varie entre 2 et 20 %.

6Chez les bovins et caprins, l’infection est généralement inapparente et se limite à une simple hyperthermie transitoire. Toutefois, dans quelques cas, une forme aiguë peut se manifester. Les symptômes suivant peuvent être retrouvés : hyperthermie accompagnée de dyspnée et d’hypersalivation. De plus, en raison de son passage par voie transplacentaire, le virus provoque des avortements et des mortinatalités. En Corse, aucune manifestation clinique n’a été rapportée chez les bovins et les caprins. En revanche, l’épisode récent en Europe du Nord s’est caractérisé par une sensibilité accrue des bovins au sérotype 8 circulant dans cette zone.

7Des études sérologiques ont montré que dans la faune sauvage africaine de nombreuses espèces (notamment les buffles, les chameaux, les grands koudous, les impalas et les springboks) possédaient des anticorps contre le virus sans aucun signe clinique apparent. En Amérique du Nord, des cerfs mulets et wapitis ont été trouvés séropositifs. Le rôle de ces espèces animales dans l’épidémiologie de la maladie n’est pas encore connu.

5. Lutte

8L’incidence clinique de l’infection chez les ovins, voire chez les bovins et la mise en place, en cas d’épizootie, de mesures de prophylaxie sanitaire et médicale entraînant de fortes pertes économiques pour une filière, justifient l’inscription de cette maladie dans la liste des maladies à incidence majeure de l’Office international des épizooties.

9La lutte contre la maladie repose sur des mesures de prophylaxie sanitaire, à savoir la détection et le cantonnement ou l’élimination rapide des foyers introduits dans une zone indemne (isolement des animaux malades, interdiction de tout mouvement des espèces sensibles, traitement des animaux et des bâtiments contre les insectes et, enfin, le recensement des lieux susceptibles de favoriser l'hébergement des vecteurs ; l’abattage des animaux est également imposé dans certains pays européens).

10La prophylaxie médicale, prise en charge par l’État et obligatoire notamment en Italie, Espagne, Corse, est à l’heure actuelle la plus efficace. Elle repose sur l’utilisation de vaccins vivants atténués ou inactivés afin d’empêcher la diffusion du virus. Un vaccin contre chaque sérotype circulant est nécessaire, puisque la protection croisée entre sérotypes est très limitée. L’utilisation d’un vaccin vivant peut présenter un certain nombre de risques : atténuation insuffisante ou retour à la virulence de la souche vaccinale, effets tératogènes (les animaux gestants ne pouvant être vaccinés) et, enfin, les souches vaccinales circulent dans le sang périphérique et sont susceptibles d’être transmises à d'autres animaux par le biais des Culicoïdes. Depuis 2004, les autorités vétérinaires françaises ont préconisé l’utilisation de nouveaux vaccins inactivés. Les vaccins inactivés contre les sérotypes 2 et 4 ont été utilisés en Corse, en Italie et en Espagne. Des vaccins inactivés ne sont cependant pas disponibles contre l’ensemble des 24 sérotypes du virus FCO ; ainsi, les vaccins inactivés contre les sérotypes 1 et 8 en Europe depuis 2006 n’ont pu être disponibles qu’à partir de la fin du premier semestre 2008.

6. Situation épidémiologique

6.1. Situation dans le bassin méditerranéen

11À l’exception de plusieurs incursions au Portugal et en Espagne de 1956 à 1960 et en Grèce en 1979, l’Europe était indemne de fièvre catarrhale depuis les années 1980. Plus récemment, en 1998, cette maladie a fait son apparition dans les îles grecques du sud-est de la mer Egée. En 1999, des cas ont été enregistrés en Grèce, Bulgarie, Tunisie et Turquie ; en 2000 en Tunisie, Algérie, Italie (Sardaigne, Sicile et Calabre), Espagne (îles Baléares), à nouveau en Grèce et finalement en France sur l’île de la Corse (49 foyers) (Zientara et al., 2000 ; Zientara, Gourreau, 2001 ; Zientara et al., 2002 ; Breard et al., 2004). En 2001, la FCO est présente en Italie, Grèce et Corse (335 foyers). La maladie s’est étendue au nord et a sévi en Bulgarie, au Kosovo et en Serbie. Les sérotypes impliqués sont le sérotype 9 en Italie et dans les pays plus au nord, les sérotypes 9 et 4 en Grèce, et le sérotype 2 dans les pays situés à l’ouest ou au sud de la Grèce. Après deux campagnes de vaccination avec un vaccin atténué monovalent contre le sérotype 2 pendant les hivers 2000 et 2001, ce sérotype ne sera plus associé à des infections cliniques en Corse à partir de 2002, bien que la circulation de ce sérotype ait été mise en évidence dans l’île (Zientara et al., 2002 ; Breard et al., 2004).

12En 2003 et 2004, de nouvelles épizooties impliquant les sérotypes 4 et 16 ont sévi en Italie, Espagne, Corse, Maroc et Portugal. En Corse, on dénombrera respectivement 46 et 9 foyers dus au sérotype 4 en 2003 et 2004, et 18 foyers dus au sérotype 16 en 2004. Des études d’épidémiologie moléculaire ont montré que les virus de sérotype 4 présents dans le bassin méditerranéen étaient issus de 2 lignées différentes : l’une provenant de l’Asie qui a infecté la Grèce en 1979, 1999 et 2000, et l’autre venant d’Afrique qui a été la cause des épizooties de sérotype 4 dans le bassin méditerranéen en 2003 et 2004 (Breard et al., 2007).

13En 2005, des foyers de sérotype 4 ont été déclarés en Italie et en Espagne.

14En Corse, bien que la circulation du virus de sérotype 16 ait été démontrée, aucun foyer n’a été déclaré depuis fin 2004. En août 2006, le sérotype 1 s’est répandu dans le Magreb (en Tunisie et Algérie) et a atteint, fin 2006, la Sardaigne. Le 26 janvier 2007, Israël a déclaré la présence des sérotypes 4 et 15 du virus de la FCO. L’Espagne et la Tunisie sont infectées par le sérotype 1 depuis fin juillet 2007, puis ce fut le cas du Portugal fin septembre 2007.

15Ainsi, depuis sa réapparition en Europe en 1998, six sérotypes (1, 2, 4, 9, 15 et 16) sur les 24 existants ont été recensés dans de nombreux pays du pourtour méditerranéen. En France, de 2000 à 2004, seule la Corse a été le lieu de 4 épizooties impliquant les sérotypes 2, 4 et 16.

6.2. Situation dans le nord de l’Europe

16En août 2006, plusieurs dizaines de foyers ont été diagnostiqués pour la première fois dans le Nord de l’Europe, Allemagne, Belgique, Hollande et enfin France (Meuse et Ardennes) et le 1er février 2007, au moment où l’activité vectorielle semblait stoppée par le froid hivernal, 2 120 foyers avaient été déclarés dans le Nord de l’Europe (695 cas en Belgique, 7 cas en France, 952 en Allemagne et 8 au Luxembourg). L’épicentre de l’épizootie se situait dans les régions de Liège et de Maastricht. L’origine de l’introduction reste indéterminée. Par la suite et pour la seule France septentrionale, 1 5563 cas de FCO ont été déclarés en 2007 et 5 749 cas en 2008.

17En 2007, le sérotype 1, provenant d’Espagne, a également été à l’origine de quelques foyers en France, dans le Pays basque (3 foyers en 2007, 4 en 2008 au 07/08/2008).

Carte 4 : Distribution des sérotypes du virus de la bluetongue identifiés en Europe depuis la fin des années 1990 (source Cirad)

Carte 4 : Distribution des sérotypes du virus de la bluetongue identifiés en Europe depuis la fin des années 1990 (source Cirad)

Carte 5 : Situation européenne en 2008 : zones de restriction et sérotypes du virus de la FCO impliqués (Commission européenne)

Carte 5 : Situation européenne en 2008 : zones de restriction et sérotypes du virus de la FCO impliqués (Commission européenne)

Carte 6 : Foyers de FCO

Carte 6 : Foyers de FCO

Foyers de FCO (sérotypes 1 et 8) enregistrés jusqu’au 5 septembre 2008 et zones de restriction associées (bleu pour le sérotype 8, rose pour le sérotype 1, vert pour la zone de recouvrement des deux sérotypes) (carte DGAl).

6.3. Situation dans les DOM

18Les territoires et départements d’outre-mer français sont infectés de façon endémique. Le dernier virus isolé sur l’île de la Réunion en 2002 était de sérotype 3 (Breard et al., 2005). Dans les Antilles françaises, plusieurs sérotypes cocirculent sans causer de symptômes cliniques sur les ovins (données personnelles).

7. Discussion

19Les Orbivirus ont été isolés sur de nombreuses espèces animales y compris l'homme et sont répandus dans le monde entier. Ils sont responsables de maladies majeures en médecine vétérinaire alors qu'en médecine humaine leur gravité est moindre. Ils sont transmis par l'intermédiaire de nombreux vecteurs biologiques : tiques, phlébotomes, moustiques, moucherons (Culicoides...). Parmi les Orbivirus, les virus de la FCO, de la maladie épizootique hémorragique du cerf (EHD) et de la peste équine constituent des risques sanitaires majeurs et sont transmis par des Culicoides. Une extension de l’aire de répartition des virus de l’EHD et de la peste équine en Europe, eu égard à la situation de la FCO depuis les années 2000, doit être redoutée et préparée. Le virus de l’EHD, infectant les bovins, chameaux, lamas et cerfs est maintenant présent depuis fin 2006 dans le bassin méditerranéen au Maroc, en Algérie, Tunisie ainsi qu’en Israël. De plus, le virus a fait son apparition et provoqué l’infection de bovins dans l’Ouest de la Turquie en 2008. Le virus de la peste équine, responsable d’une maladie très grave des équidés (responsable d’un taux de létalité voisin de 90 % chez les chevaux infectés) n’a plus été signalé en Europe depuis le foyer de 1987-1990 en Espagne et au Portugal et reste pour l’instant cantonné à son bassin africain.

20L’émergence de la FCO dans le bassin méditerranéen, associée à la remontée de la limite nord de distribution de C. imicola, pose la question des conséquences des changements globaux sur les écosystèmes. Son émergence en Europe septentrionale questionne nos capacités d’anticipation face à un risque que personne n’envisageait. La gestion des conséquences de la transmission de la FCO en Europe est d’autant plus difficile que les Culicoides restent un genre de vecteurs pour lequel les inconnues sont encore nombreuses : incertitudes taxonomiques, données parcellaires sur le rôle vecteur des espèces paléarctiques, connaissances partielles de la bioécologie de certaines espèces d’intérêt, absence de moyens de lutte efficaces dans de nombreuses situations. Ces lacunes sont dues principalement à un manque de ressources humaines en entomologie médicale en général, et pour la recherche sur les Culicoides en particulier – avant 2000, à une époque où les arboviroses transmises par les Culicoides étaient absentes d’Europe, seul un spécialiste en France était capable de différencier les espèces de Culicoides. Depuis 2000 et l’identification de C. imicola en Corse, la surveillance entomologique et différentes études ont permis de mieux connaître la dynamique, la biologie et la distribution des Culicoides en France (Mathieu, 2005 ; Coroller, 2006 ; Guis et al., 2007 ; Gerbier et al., 2008). Les études et la surveillance étaient principalement tournées vers le système C. imicola et les écosystèmes méditerranéens. Dans le contexte actuel, l’extension de la surveillance ou l’intensification des études se heurte souvent à la difficulté d’identification morphologique des Culicoides, liée à un manque cruel de spécialistes en taxonomie. Toutefois, le récent développement d’outils de diagnostic moléculaire pour les Culicoides, y compris d’outils quantitatifs, permettront d’aider aux actions de surveillance et de recherche qui aboutiront à une meilleure connaissance des vecteurs potentiels, de leur biotopes et des méthodes possibles de contrôle (Cetre- Sossah et al., 2004l ; Perrin et al., 2006 ; Mathieu et al., 2007).

Bibliographie

Bibliographie

Cetre-Sossah C., Mathieu B. et al., 2008 - Development and evaluation of a real-time quantitative PCR assay for Culicoides imicola, one of the main vectors of bluetongue (BT) and African horse sickness (AHS) in Africa and Europe. Research in Veterinary Science, , 85 (2) : 372-382.

Coroller F., 2006 - Surveillance et évaluation du risque de transmission des maladies vectorielles émergentes : apport de la capacité vectorielle. Exemple de la fièvre catarrhale du mouton. Doctorat d’Université, université de Montpellier-II, 238 p.

Gerbier G., Biteau-Coroller F. et al., 2008 - Description of the outbreak of bluetongue in Corsica in 2003, and lessons for surveillance. Vet Rec 162: 173-6.

Guis H., Tran A. et al., 2007 - Use of high spatial resolution satellite imagery to characterize landscapes at risk for bluetongue. Vet Res 38: 669-83.

Mathieu B., Perrin A. et al., 2007– Molecular identification of the Western European species of the Obsoletus complex (Diptera: Ceratopogonidae) by an ITS-1 rDNA multiplex PCR assay. Journal of Medical Entomology, 44 (6) : 1019-1025.

Mathieu B., 2005 - Étude de Culicoides groupe Obsoletus (Diptera : Ceratopogonidae), vecteur potentiel de la fièvre catarrhale ovine : caractérisation moléculaire d’espèces et approche écologique originale. Mémoire de DEA, université de Montpellier-II, 31 p.

Perrin A., Cetre-Sossah C. et al., 2006 - Phylogenetic analysis of Culicoides species from France based on nuclear ITS1-rDNA sequences. Med Vet Entomol 20 : 219-28.

Table des illustrations

Titre Carte 4 : Distribution des sérotypes du virus de la bluetongue identifiés en Europe depuis la fin des années 1990 (source Cirad)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1323/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Carte 5 : Situation européenne en 2008 : zones de restriction et sérotypes du virus de la FCO impliqués (Commission européenne)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1323/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Carte 6 : Foyers de FCO
Légende Foyers de FCO (sérotypes 1 et 8) enregistrés jusqu’au 5 septembre 2008 et zones de restriction associées (bleu pour le sérotype 8, rose pour le sérotype 1, vert pour la zone de recouvrement des deux sérotypes) (carte DGAl).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1323/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 523k

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search