Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lutte antiérosive

Thème 3. Aspects agronomiques de la Gestion conservatoire de l'eau et des sols

Les cultures associées traditionnelles à l’échelle du champs : une technique biophysique raisonnée de valorisation des intrants et de gagner plus qu’en monocultures

Serge Valet

Résumé

Les résultats de cette étude conduite sur les cultures associées traditionnelles multi stratifiées et en relais dans la région des hauts plateaux de l’Ouest Cameroun démontrent le « génie agricole » des paysans illettrés qui repose sur leur connaissance empirique agropédoclimatique. Par rapport aux monocultures, les associations culturales offrent un ensemble de services supérieurs dans de nombreux domaines agronomiques et environnementaux, assurant une meilleure conservation/réhabilitation de la structure du sol et infiltration avec limitation de l’engorgement du sol, une meilleure protection du sol contre l’érosion ; un enracinement plus important et plus efficace, une meilleure utilisation des réserves en eau et nutriments ; une séquestration optimum du carbone. C’est ce qui explique qu’elles fournissent des rendements maxima totaux (LER) pour des doses de fertilisation minérale maximum de 20 à 50 % plus faibles que pour les monocultures maximisant les apports de fertilisation minérale. Grâce à l’économie d’intrants et de sol, elles sont plus rentables que les monocultures. La maximisation de la biomasse souterraine et aérienne explique la meilleure résistance à l’érosion hydrique. Les savoirs bio-agro-pédologiques empiriques renforcés par les savoirs scientifiques devraient concourir à la réhabilitation des agro-écosystèmes face à l’accroissement démographique et au changement climatique.

The results of this study about the traditional mixed and relay cropping in the W-Cameroon highlands proved the “agricultural genius” of the illiterate paysants which is due to their empirical agro-pedo-climatic knowledges. With regard to the pure cultures, mixed cropping offer some ecological services : best land conservation/rehabilitation, soil infiltration and structural preservation, good manual tillage, adequate soil erosion struggle, and optimal carbon sequestration… These explain that the optimal mineral fertilizer doses are 20 to 50 % less than these of the pure cultures. So, because the nutrients and soil economy, and the more important total yields (LER), than the same pure cultures, the mixed cropping make more money. The aerial and subterranean biomass maximisation explains the best resistance to the erosion. The empirical knowledge reinforced by the scientific knowledge would contribute to secure the agro (eco) logical conservation/rehabilitation face to the population increase and the climate change.

Texte intégral

I. OBJECTIF

1Les cultures associées traditionnelles recouvrent toujours de grandes surfaces dans le monde et assurent l’alimentation de plus d’un milliard de paysans illettrés. Ils pratiquent empiriquement ce type d’agriculture du sahel aux forêts tropicales (Hecq, 1958 ; Baldy, 1963 ; Valet, 1966 et 1970 ; Mazoyer, 1972). Les espèces et variétés cultivées, de même que leur nombre, varient avec la latitude mais aussi avec l’altitude, de même qu’avec les habitudes alimentaires traduisant l’adaptation aux potentialités multiples des agro-écosystèmes (Valet, 1966-1971 ; de Ravignan, 1969 ; Dupriez, 1980a). Pour les agronomes ces dernières «  devaient tout naturellement céder la place aux cultures intensifiées pures dès lors qu’elles auraient montré leur supériorité » (Tardieu, 1970). Quant à d’autres chercheurs, qui croyaient cependant à la supériorité des associations, ils pensaient que “ la culture pérenne doit conquérir normalement tout l’espace à l’exclusion des petites exploitations de subsistance tournées d’abord vers les cultures vivrières” (GRET, 1982). Les échecs de l’intensification des monocultures (Révolution verte prônée dès 1950) et aussi des techniques physiques de lutte contre l’érosion, sont reconnus et expliqués en partie par M. Griffon : «  Les agronomes ont été formés pour éradiquer les écosystèmes pour créer un système artificiel, simplifié et forcé par l’introduction d’une grande quantité d’engrais et de pesticides » (CIRAD, 2007). La nécessité de «  nourrir la planète » tout en la préservant oblige désormais à étudier les cultures associées traditionnelles innovantes (Valet, 1966-71). Pour ce faire des essais sur les cultures associées dans la région des hauts plateaux de l’Ouest-Cameroun qui représentent le meilleur exemple et le plus complet des associations culturales par leur diversité mais aussi par la possibilité d’en multiplier les arrangements ont été conduits.

2L’objectif de cette étude doit répondre à plusieurs questions agroenvironnementales que pose cet apparent et abondant chaos végétal :

  1. Quelles actions ces associations culturales ont-elles sur le sol qui «  est une ressource essentielle à l’activité humaine et à la survie des écosystèmes ?

  2. Comment assurer une augmentation de productivité des associations de façon soutenue sans pollution ?

  3. Quels indicateurs retenir pour démontrer l’effet de ces associations face au changement climatique ?

  4. Quels bénéfices comparés à ceux des monocultures ?

2. METHODE ET MATERIEL

2.1. Localisation

3L’étude a été réalisée dès 1966 dans l’Ouest-Cameroun en trois régions Nkondjock, pays Bamiléké et Bamoun entre 9° et 11° E et de 5° à 6° N.

2.2. Le climat

4La pluviosité moyenne annuelle diminue du sud-ouest au nord-est de plus de 3000mm à 1450mm (période 1921 à 1968) mais augmente au voisinage des plaines et des massifs montagneux (Valet 1966). La diminution entraîne le raccourcissement de la saison utile des pluies et une réduction du nombre de cycles annuels de cultures. Les températures moyennes annuelles qui diminuent avec l’altitude, sont de 27,5° C au sud à moins de 19° C dans les monts Bamboutos. L’insolation augmente de 1750 à 2400 heures inversement à la pluviosité. La région Bamoun est à risque de sécheresse climatique.

2.3. Les sols

5Les formations plus anciennes (socle granito gneissique et basalte ancien) supportent les sols ferralitiques (rouges et jaunes) les plus altérés ; alors que les plus récentes ont donné des sols faiblement ferralitiques sur la série éruptive moyenne et sols jeunes noirs et bruns sur la série supérieure basaltique et des sols remaniés caillouteux. Certains sols ferrallitiques et bruns enrichis en cendres volcaniques basaltiques sont appelés « à profil complexe » (Sieffermann, 1973). Ces sols présentent des sommes de cations échangeables de 1,8 à 31,5 m. éq./100g, de Corg. de 1,8 à 10 %, et des carences minérales en P et K de nulles à très fortes (Valet, 1967).

6Les sols sont caractérisés par trois régimes hydriques : Udic (bien alimenté en eau), Aquic (engorgement) et Ustic (avec une période de sécheresse).

2.4. Essais de fertilisation

7Des courbes de réponse (Urée & P2O5) ont été réalisés sur la monoculture de maïs (Cuban yellow et Mexican V seules ou croisées, Z290) et sur des associations bi et tri spécifiques comprenant des tubercules (Taro blancs : colocasia antiquorum et Macabo blancs : xanthosoma sagittifolium) et des légumineuses (Soja – Cola, ISRA3/73 & SJ289 et Haricot local). Des apports suffisants de P2O5 (Phosphate bi calcique) et de K (Chlorure de potassium) ont été ajoutés. Des essais de fertilisation organique (fumier de bovins et écobuage) ont été réalisés.

3. RESULTATS

3.1. Techniques culturales

3.1.1. Densité des cultures ou IOS (Indice d’Occupation du Sol)

8La densité des cultures est mesurée par l’IOS qui varie de 1,40 pour l’association tri spécifique, 1,30 à 1,95 pour les associations bi spécifique et varie de 1,04 à 3 pour 5 à 12 espèces dans l’association traditionnelle en fonction du climat et de la qualité du sol (Valet, 1976 ; Salez, 1986 et 1990).

3.1.2. Travail du sol : billonnage

9Les billons sont réalisés manuellement à l’aide d’un socle de pelle emmanché comme une houe. Les mauvaises herbes et les résidus de récolte sont déposés dans le sillon puis enfouis l’année suivante au sein du nouveau billon. Ce déplacement latéral des billons d’une année l’autre assure une certaine succession et assolement car les mêmes cultures ainsi ne se retrouvent pas en contact avec les mêmes particules de terre. De plus en plus de paysans sur sol plan pratiquent le labour mécanisé équin à plat suivi de billonnage.

10- Dimension

11Les billons sont espacés de 60 à 200 cm selon la nature du sol.

12*Sur sol peu profond et caillouteux, notamment sur granite, ils sont peu épais et rapprochés et de longueur réduite.

13*Sur sol profond et limono argileux, sur basalte ou à profil complexe (enrichi en cendre volcanique), leur taille et leur espacement sont grands.

14*Sur sol profond, notamment en zone hydromorphe, les buttes sont importantes et courtes.

15- Distribution sur le versant

16Les billons ont été réalisés perpendiculairement à ces pentes faibles.

17- Ameublissement

Figure 1-Effet des techniques culturales sur la profondeur d’ameublissement : D : sol ferrallitique à profil complexe à Dschang ; M : sol ferrallitique rouge gravillonnaire à Dschang-Météo (25/04/70) ; F : andosol noir à Foumbot (09/06/70). (Mesuré par la pénétration d’une tige de fer de 1cm de diamètre sous une masse de 10kg). (Cultural practice effect on the loose soil depth : D complex ferrallitic soil (Dschang) ; M : eroded red ferrallitic soil (Dschang-meteo) ; F : basaltic andic soil (Foumbot)

18Sur les sols très contrastés utilisés, sol ferrallitique à profil complexe, sol ferrallitique rouge gravillonnaire érodé (Dschang) et sol noir andosolique sur cendres basaltiques (Foumbot) les techniques culturales manuelles traditionnelles de travail du sol provoquent, de façon hautement significative, un ameublissement plus important sur une plus grande profondeur et une structuration meilleure que le labour mécanisé même suivi d’un billonnage (Fig. 1). Ainsi, une force appliquée de 75kgm fait pénétrer une tige métallique de 1cm de diamètre jusqu’à la profondeur de-25cm pour le labour mécanique,-46cm pour le labour et billonnage mécaniques et de - 65cm environ pour le billon manuel traditionnel. Cet ameublissement favorise l’enracinement très différent des multiples espèces latéralement et en profondeur.

3.1.3 Structure et porosité totale

19Outre la différence observée sur l’ameublissement du sol, le billon manuel traditionnel améliore significativement la porosité totale du sol en réduisant la densité apparente par rapport aux labours mécanisés de 1.25 à 0,99 soit une amélioration de la porosité totale de 49 à 61 %. De plus, le sol laissé nu en monoculture, en septembre pendant les plus fortes pluies très agressives, subit une plus grande érosion que celle très importante mesurée en début de saison de culture (Valet, 1999). Un essai de paillage protecteur, épais de 30cm, contre l’érosion sur une monoculture de maïs en saison des pluies a montré qu’il provoque une baisse de rendement de 7 à 19 % respectivement sans et avec engrais, car il maintient l’humidité du sol au dessus de la capacité au champ (de 40 % à 8 % respectivement de-2cm à-20cm de profondeur) et abaisse la température (à 12h. en moyenne de 9°C à 6°C respectivement de -2cm à -20cm de profondeur) ; Il ne peut donc pas être conseillé en saison des pluies pour protéger le sol de l’encroûtement (Valet, 1999).

3.1.4. Déficit ou excès hydriques

20Deux risques de déficit hydrique l’un climatique en région Bamoun et l’autre édaphique dans les deux régions pour les sols qui présentent un régime hydrique de type Ustic sur pentes fortes et en sols très sableux ou peu profonds ont été identifiés (Valet, 2004). Mais le plus souvent au cours du premier cycle cultural c’est le drainage qui domine. Il explique à la baisse de 54 à 66 % la variance des rendements du maïs pour les différents sols (Fig. 2). Cet effet dépressif du drainage est aussi mesuré dans des essais conduits sur sol hydromorphe où il se caractérise par un allongement significatif du cycle du maïs. Dans les deux cas, c’est l’engorgement du sol avec le risque d’asphyxie racinaire et le blocage de la minéralisation de l’azote qui ajoutent leurs effets pour allonger la durée de la croissance de la culture et réduire sa biomasse. Avec l’installation de la sécheresse, à partir de 1970, le risque d’engorgement s’atténuera et celui d’aggravation du déficit hydrique des associations traditionnelles devrait s’accroître et accentuer la compétition entre espèces.

Figure 2-Relation entre le rendement du maïs (Qx ha-1) et le drainage (mm) sur des sols de différente qualité dans l’Ouest-Cameroun (1965-1972).
(Maize yield (Qx ha-1) versus drainage (mm) for variable quality of soils in West-Cameroun (1965-1972)

3.1.5. Fertilisation des associations culturales et des monocultures

A-Fertilisation minérale

21- Associations tri spécifiques :

22Les courbes d’apport croissant d’urée (avec doses satisfaisantes de P et K) démontrent que le maximum se situe entre 60 et 80 U/ha de N pour le maïs, 40 à 60 environ pour le macabo et le taro pour des sols de qualité différente (Fig. 3). Les rendements totaux pondéreux maximum enregistrés aux doses maxima d’engrais varient de 10Tha-1 environ à Dschang à 23T à Foumbot.

Figure 3– Courbes de réponse à N de l’association Maïs-Macabo-Taro sur des sols de qualité différente, Ouest Cameroun. (Maize-Colocasia-xanthosema vs N of soils with different quality in West Cameroon)

23- Association bi spécifique : Maïs-Soja & Maïs-Haricot

24A partir d’essais conduits par Salez (1986, 1990) pendant 10 ans, on constate, pour des doses de N-P de 0 à 80 U/ha, que l’association Maïs-Soja présente un net antagonisme (Fig. 4A) au contraire de l’association Maïs-Haricot (Fig. 4B) quel que soit le type d’arrangement spatial (mélangé ou intercalaire). Les rendements du maïs sont nettement supérieurs dans l’association avec le haricot qu’avec le soja (1,6 à 6,5Tha-1 contre 0,9 à 3,3).

Figure 4- Relation entre le rendement du maïs et A) du soja et à Dschang et Foumbot. B) du Phaseolus à : Dschang, Foumbot, Bamendjou, Bandjou, Bamendou

25- Monoculture de maïs

26La dose maximum d’urée se situe entre 65 et 150 U/ha de N donc de 20% au doublede celle obtenue en association tri spécifique (Fig. 5). Les rendements obtenus en monocultures ne sont pas très supérieurs à ceux obtenus en association trispécifique. Seuls quelques rendements avec Soja et haricot sont nettement supérieurs mais avec une autre variété plus performante. La réponse pondérale du maïs dans ses essais aux doses croissantes de N et sa variance locale dépendent de la qualité des sols en fonction de leurs caractéristiques intrinsèques et du micro climat comme le définit Karlen et al. (2001).

Figure 5– Courbes de réponse du Maïs à N sur des sols de qualité différente, Ouest Cameroun. (Maize yield vs N on soils of different quality, West Cameroun)

B- Fertilisation organique

27- Ecobuage

28L’écobuage, réalisé seulement tous les 5 ans, libère brutalement beaucoup plus de P205 assimilable et de potasse que le témoin (Témoin = 30ppm contre 2030ppm de P205 libérés) et provoque une augmentation de 79,5 % du rendement du maïs pour 200 U/ha de phosphate (forme bi calcique) (Fig. 6A). Il maintient de plus l’azote dans le sol (Autfray, 1985).

Figures 6– Corrélation entre le rendement du maïs et le P205 assimilable libéré par l’écobuage (Sol à régime hydrique Ustic). B– Comparaison de l’effet de la fertilisation minérale et organique (fumier bovin) sur le rendement du maïs (Sol à régime hydrique Aquic)

29- Fumier bovin

30A dose de nutriments égale à la fumure minérale, le fumier a un effet identique sur le rendement du maïs ; de plus il majore l’effet des apports (+27,3% avec 200 U/ha) de N (Urée) (Fig. 6B).

31- Jachère

32La forte production de biomasse et le maintien de la jachère assurent efficacement la restauration physique et chimique de la fertilité du sol. A Koumelap sur un sol ferrallitique rouge sur basalte ancien, la jachère a permis au sol de recouvrer une fertilité minérale et organique équivalente à l’enfouissement de stylosanthes, en cations nettement supérieure, en phosphore légèrement inférieur à un apport de 200 unités ha-1 de P2O5 et une stabilité structurale supérieure à la monoculture intensifiée sur 20-40cm (Valet, 1999b).

3.1.6. Haies vives et parc arboré

33Les cultures associées implantées dans des parcs arborés (arbres et arbustes divers) et entourées par des haies vives bénéficient de leurs apports organiques (feuilles, brindilles, branches, racines, BRF) (Photo 1). Après 6 mois seulement ces haies filtrent et retiennent 95 % de la charge solide au Burundi (Duchaufour et al., 1996). De plus, ces haies permettent une amélioration de la fertilité et du rendement par remontée des nutriments et par la biomasse produite, 102 à 124kg ha-1 an-1 de N, 6 à 9kg ha-1 an-1 de P2O5 et 18kg ha-1 an-1 de K et le CO (Ndayzigiye, 1993). A la Réunion, sur fortes pentes une haie de calliandra calothyrsus améliore l’état structural des Andosols très sensibles à l’érosion (Cattet, 1996). Dans l’Ouest Cameroun, Kalemba et Ndoki (1995) ont vérifié l’effet des BRF (Bois Raméaux Fragmentés : branches de diamètre inférieur à 8cm), produit de l’émondage des haies et des arbres, sur l’amélioration du rendement du niébé et sur l’aggradation du sol. Ce rôle comme amendement organique efficace dans l’aggradation des sols productifs (Lemieux et al., 1999) a été évoqué par Valet (2007).

Photo 1-Cultures multistratifiées à Bansoa, Bafou, Foumbot et Dschang

3.2. Revenus comparés des cultures associées et des monocultures

34Les bénéfices de divers systèmes de cultures associées traditionnelles et raisonnées comparés aux monocultures intensifiées ont été calculés aux valeurs de 1970 sur de nombreux essais (Valet, 1972 et 1976 ; Salez 1986 et 1990). De déficitaire en monoculture à l’exception des tubercules l’accroissement des bénéfices est proportionnel au nombre de plantes par unité de surface (Fig. 7). De moins 18000CFA à 20000CFA en monoculture de maïs et arachide et 55000CFA pour les Macabos on obtient des gains de 125000CFA en association. La fertilisation raisonnée sur 3 espèces donne des bénéfices inférieurs à la pratique traditionnelle. La dérégulation libérale obligeant le Cameroun a supprimer les subventions agricoles dans les années 80, suivi en 1994 de la dévaluation de 50 % du CFA imposée par la BM, la disparition de la protection douanière puis de la baisse constante des cours mondiaux due à la «  mondialisation » devrait encore creuser l’écart entre les bénéfices obtenus dans les associations traditionnelles et celles des monocultures intensifiées au profit des premières (Valet, 2007).

Figure 7-Evolution des pertes et des bénéfices (CFA) en fonction des systèmes de culture : monoculture, bi-tri et multi spécifique traditionnel, raisonné et intensifié (1970).
(Losses and gains evolution of systems vs crop number (mono, bi, tri, multi Cropping-1970)

4. Discussion

35Les cultures associées multi spécifiques parce que conduites dans des parcs arborés parfois denses, et entre des haies, bénéficient d’abondants apports organiques, complétés par les adventices et résidus agricoles, mais aussi minéraux soit directement soit par remontée d’horizons profonds qui leur assurent une bonne qualité physico chimique et hydrique. Njoku et al. (1984.) ont démontré que les associations culturales réduisaient le lessivage de l’azote et des nutriments. Cela s’apparente assez à la conservation qu’aurait une jachère, des plantes de couvertures associées à l’emploi d’un engrais vert dont les effets sur la productivité des sols sont reconnus depuis longtemps sous toutes les latitudes (Etesse, 1932). Cette forte quantité de matière organique et minérale et leur nature différente dont les BRF expliquent le raccourcissement de la durée réparatrice des jachères comme l’ont obtenue Salako et Tian (2001) au Nigeria et Autfray (2005) en Côte d’Ivoire avec une seule plante de couverture à bon niveau de matière organique. La préparation manuelle traditionnelle du sol qui crée un très bon ameublissement et une porosité totale supérieure à celle du labour mécanique, favorise l’implantation rapide des multiples systèmes racinaires en densité et en profondeur assurant une utilisation supérieure de l’eau du sol diminuant encore plus les risques d’engorgement mais aussi résistant mieux à la sécheresse. En effet, la compétition entre cultures est réduite et ce d’autant plus que les « assiettes radiculaires » présentent des caractéristiques morphologiques et physiologiques différentes et complémentaires (Dupriez, 1980b). Ceci est confirmé par Hulugalle et al. (1987) qui signalent que le RER (Root Equivalent Ratio) des associations est supérieur, de l’ordre de 1,5 fois, à celui des mêmes monocultures et Autfray (2005) de 1.40 jusqu’à 100cm de profondeur de sol pour une association Sorgho-Bracharia. Le décalage des semis et les longueurs de cycle différents déplacent les besoins nutritionnels et hydriques qui ne se font pas aux mêmes époques, et les prélèvements en même quantité aux mêmes profondeurs (Baldy et Stigter, 1997). Ainsi Reddy et Willey (1981) ont démontré que deux plantes consomment seulement 10 % de plus par unité d’hectare que chaque monoculture et Sinha et al., (1985) quatre plantes 28 % de plus seulement. Trenbath (1976) a démontré que l’association culturale permettait une meilleure aération des racines en période de saturation du sol. Dans l’Ouest Cameroun chaque introduction de la monoculture a toujours été à l’origine, dès la première année, de la dégradation accélérée du milieu provoquant la destruction des équilibres bio-physico-chimiques avec apparition de ravines dans les écosystèmes respectés par les associations culturales traditionnelles (Peltier, 1989 ; Valet, 1999). L’ensemble de l’effet des techniques appliquées aux associations explique l’économie en intrants observé dans les essais de fertilisation (Trenbath, 1976). L’affinité maïs-haricot a été confirmée par Autfrey (1995) et Kleitz (1988) qui relèvent même une affinité arachide-haricot. Par contre la répulsion maïs-arachide n’a pas été notée par ces auteurs qui ne signalent qu’une répulsion de l’arachide avec les arbres, musacées, café, taro et macabo. C’est cette même répulsion qui est observée avec l’association maïs-soja. Cet antagonisme s’expliquerait vraisemblablement par la concurrence pour la lumière et la photosynthèse (Clark et Francis, 1985). C’est ce qui pourrait expliquer en partie que cette association n’est pas été retenue par les paysans. Toutes ces caractéristiques de ces agro systèmes assurent un large éventail de services mutuels écologiques à l’échelle du champ, un fonctionnement accru des enzymes microbiens (Floch, 2008) ; des facilités d’interconnections des mycorhizes (Hauggaard et Jensen, 2005) ; une meilleure résistance à la sécheresse (Jackson and al., 1989) ; une protection efficace contre l’effet érosif des pluies par leur interception par le feuillage et le couvert continu du sol qui empêchent toute formation de croûtes (Aussanac et Boulangeat, 1980 ; Valet, 2004) ; un microclimat plus atténué par la protection contre l’ensoleillement élevé et les fortes bourrasques (Cachan, 1963 ; Valet, 1974) ; la baisse et le contrôle des attaques des nématodes, pucerons et sclérotes, des fongus et des insectes (Chervonyl, 1999 ; Malézieux et al. 2009.) ; une économie de terre due à une utilisation maximum des terroirs en surface et dans le temps (Hecq, 1958). Cela concourre à une augmentation globale significative de la production agricole par unité de surface. Ce système est à rapprocher du «  jardin créole » et du «  jardin forestier indonésien » (Michon, 1985). Cet avantage des cultures associées multi stratifiées et en relais a été vérifié par Norman (1973) qui démontre qu’en valeur monétaire, dans les zones ou l’intrant majeur est la main d’oeuvre familiale (non rémunérée), les cultures associées produisent en moyenne 62 % de plus que les monocultures intensifiée/unité de surface en revenu brut. Il souligne qu’une association avec 4 composantes fournit un revenu brut supérieur de 15 à 20 fois celui de la mono culture intensifiée. On enregistre également un meilleur rendement nutritionnel (Dupriez, 1980a ; Salez, 1990 ; Dupriez et de Leener, 2003).

5. Conclusion

36Cette étude confirme la supériorité des cultures multi stratifiées et en relais par rapport aux mêmes mono cultures intensifiées et ce d’autant que les espèces sont plus nombreuses, jusqu’à douze, ce qui avait déjà été démontrée sur tous les plans (Valet, 1976 ; Dupriez, 1980b ; GRET, 1982 ; Egger, 1986 ; Baldy et Stigter, 1996). Très denses et conduites dans des parcs arborés, parfois denses, et entre des haies, elles bénéficient d’abondants apports organiques qui permettent la réduction considérable d’intrants (engrais et biocides) et le raccourcissement des jachères. L’abondance d’espèces et de variétés de qualité différente apporte la meilleure formule spécifique de lutte contre le changement climatique (déficit et excès pluviométrique, tempête, nouvelles maladies et attaques), démographique et la «  mondialisation ». Elle confirme aussi que les pratiques traditionnelles empiriques combinées à des pratiques savantes permettraient d’accroître voir de stabiliser des rendements soutenus tout en assurant aux écosystèmes la biodiversité nécessaire à leur conservation/réhabilitation. Toutefois, il est évident que tout «  développement ne peut se faire qu’à partir des cultures associées traditionnelles qu’il est impératif de connaître, par la mise en place de niveau d’intensification et de niveau d’équipement progressifs et adéquats (paliers technologiques) » (Valet, 1976). Il faudra éviter un nouveau forçage de ces associations par une densité trop forte, des intrants excessifs et des mélanges antagonistes. Mais ces systèmes agraires innovants devront être choisis par les paysans et non subis. Ils devraient permettre également de maintenir les jeunes au pays.

Bibliographie

Bibliographie

Aussanac G. and C. Boulangeat, 1980. Interception of precipitations and actual evapotranspiration in planting of leafy and coniferous trees. Ann. Sci. For. 37 : 91-107.

Autfray P., 2005. Effets de litières sur l’offre en azote d’origine organique dans des systèmes de culture de maïs à couvertures végétales Etude de cas dans la zone à forêt semi-décidue de Côte d’Ivoire. Thèse de Doctorat en Sciences du Sol. Ecole Nationale Supérieure Agronomique de Montpellier, France.

Autfray P., 1985. Cultures associées et systèmes de culture en pays bamiléké (Ouest-Cameroun). Centre Univ. de Dschang-CNEARC, mémoire 1ère année ESAT. 82p + annexe.

Baldy Ch., 1963. Cultures associées et productivité de l’eau. Ann. Agro. 14 (4) : 484-534.

Baldy C. and C. J. Stigter, 1997. Agrometeorology of multiple cropping in warm climate. INRA, 147, rue de l’Université, 75338, Paris Cedex 07. p236.

Cachan P., 1963. Signification écologique des variations microclimatiques verticales dans la forêt sempervirante de basse Côte d’Ivoire. Ann. Fac. Sci. Dakar. 8 : 88-155.

Cattet R., 1996. La légumineuse arbustive Calliandra calothyrsus comme protection des Andosols à la Réunion. Cahiers d’Agricultures et d’Etudes et de Recherches francophones. Aupelf-Uref (John Libbey Edit.). Vol. 5 N° 3.157-160.

Chervonyl A. Y., 1999. Rapport d’étape sur la technologie des BRF, utilisant le seigle comme référence pour les années 1997-98. N° 107. Université de Laval. Département des Sciences des Bois et de la Forêt. Québec GIK 7P4 Québec, Canada. 61 p.

CIRAD, 2007. Lettre d’Information, N° 22, octobre 2007.

Clark E. A. and C. A. Francis, 1985. Bean maize intercrops : A comparison of bush and climbing bean growth habits. Fields Crop Res. 11 :151-156.

de Ravignan Fr., 1969. Etude de la production vivrière dans la ZAPI de Menguémé (Centre Sud du Cameroun). Doc. ronéoté MD 206. 24p.

Duchaufour H., Ph. Guizol, M. Bizimana, 1996. Avantage et inconvénients comparatifs de la haie mixte Calliandra/Setaria et du mulch comme dispositif antiérosif en milieu rural burundais. Bull. Réseau Erosion N° 16, IRD Montpellier, France : 132-151.

Dupriez H., 1980a. Cultures associées ou monocultures ? Validité du savoir paysan. Cahier d’Etude du milieu et d’Aménagement du territoire. Environnement africain et Développement du Tiers-monde (ENDA). BP 3370 Dakar. Sénégal. 24p.

Dupriez H., 1980b. Paysans d’Afrique Noire. Terre et Vie. 256 p.

Dupriez H. et Ph. de Leener, 2003. Arbres et agricultures multiétagées d’Afrique. CTA, Terres et Vie. L’Harmattan, 7, rue de l’école Polytechnique, 75005, Paris. 280p.

Egger K., 1986. L’intensification écologique. Conservation (LAE) et amélioration des sols tropicaux par les systèmes agro-sylvo-pastoraux. p129-135. Docu. Syst. Agraires n° 6 : Aménagements hydroagricoles et systèmes de production. Actes du IIIème Séminaire. Tome I. CIRAD BP 5035, 34032 Montpellier 16-19 déc. 1986. p115-127.

Etesse M., 1932. Etude sur le maintien de la fertilité des sols coloniaux par les plantes de couverture et les engrais verts. L’Agronomie Coloniale. N° 173. Inst. Nat. d’Agro. Colon. ; Pp : 163-180.

Floch C., 2008. Les enzymes du sol : Etude de leurs potentialités bio indicatrices de contamination par des métaux et des polluants organiques. Thèse. Université P. Cézanne, Aix-Marseille III. 226p.

GRET, 1982. Cultures associées en milieu tropical. Eléments d’observation et d’analyse. Dossier Technologies et Développement. Coop. Française, 34, rue Dumont d’Urville, 75116, Paris Cedex. 75p.

Haugaard-N & E. S. Jensen, 2006. Facilite root interactions in intercrops. Plant and Soil. 274 :237-250.

Hecq, 1958. Le système des cultures Bashis et ses possibilités-Bull. agric. du Congo belge. XLIX. n° 4. p 969.

Hulugalle N. R. and S. T. Willatt, 1987. Seasonal variation in the water uptake and leaf water potential of intercropped and monocropped chillies. Expl. Agric. 23 : 273-282.

Jackson J. E., P. J. C. Hamer, and B. Jackson, 1989. Water-balance and soil-water relation studies in mixed tree-crop-bare-soil systems. In W. E. Reifsnyder and T. O. Darnhofer (eds) Meteorology and Agroforestry. ICRAF. Nairobi. Pp 431-442.

Kalemba, L., N Ndoki, 1995. Effets d'émondes d'arbustes et d'engrais minéral sur le rendement de niébé en cultures en couloirs. 98. - p. 231-237, In : Recherche et développement dans les zones tropicales humides d'Afrique Centrale et de l'Ouest. Montpellier : CIRAD. Symposium régional sur la recherche et le développement dans les zones tropicales humides d'Afrique centrale et de l'ouest Yaoundé, Cameroun, 12-04/1995-12-07.

Karlen D. L., S. S. Andrews, J. W. Doran, 2001. Soil quality : current concept and applications. pp. 40. Advances in Agronomy. Vol. 74. Sparks, Eds. Elsevier press, San Diégo.

Lemieux G., Lachance L., Stevanovic-Janezic T., 1999. La structure des sols et le bilan du carbone : une fonction de l’effet de serre. Groupe de coordination sur les BRF. Université de Laval. Département des Sciences des Bois et de la Forêt. Québec GIK 7P4 Québec, Canada. 8p.

Malézieux E., Crozat Y., Dupraz C., Laurans M., Makowski D., Ozier Lafontaine H., Rapidel B., De Tourdonnet S., Valantin-Morison M.. 2009. Mixing plant species in cropping systems : concepts, tools and models. A review. Agronomy for sustainable development, 28 : 43-62.

Mazoyer M., 1972. Développement de la production et transformation agricole marchande d’une formation agraire en Côte d’Ivoire. Communication au Colloque sur les “Stratégies de Développement économiques, Afrique et Amérique Latine”. UN, Institut Africain de Développement économique et de planification, Dakar, sept. 1972.

Michon G., 1985. From forest dweller to tree growing farmer. Indonesian agroforestry. PH. D Thesis. USTL. Montpellier, 273p.

Ndayizigiye F., 1993. Effets des haies arbustives (Calliandra et Leucaena) sur l’érosion, le ruissellement et les rendements (Rwanda) Bull. Réseau Erosion, N° 13, Montpellier, France : 41-51.

Njoku B. O., Igbokwe M. C. and Ohiri A. C., 1984. Leaching losses and recovery of fertilizer nitrogen in cassava/maize intercrop grown in lysimeter. Proc. 6th Symposium Int. Soc. Trop. Root Crops. 288p.

Norman M. J. T., Pearson C. J. and Searl P. G. E., 1984. The Ecology of tropical Food Crops. Cambridge Univ. Press. 369 pp. (Second Ed. 1995).

Reddy MS., and R. W. Willey, 1981. Growth and resource use studies in a intercrop of pearlmillet/groundnut. Fields crop. Res. 4 :13-24.

Salako et Tian, 2001. Litter and biomass from planted and natural fallows on a degraded soil in southwesterne Nigeria. Agroforestry Systems. 51. 239-251.

Salez P., 1986, Quelques facteurs influençant le comportement du maïs et du soja cultivés en association. «  Some factors influencing the behaviour of maize-soyabean intercrops”. Institut de Recherche Agronomique, Dschang, CAMEROUN. Vol. 41, no 2, pp. 101-109.

Salez, P., 1990. Intérêt des associations culturales maïs-légumineuses dans l'Ouest du Cameroun : relation entre espèces associées «  - p. 123-139, Français In : Cereals of the semi-arid tropics. Stockholm : IFS, Regional seminar on cereal of the semi-arid tropics ** (Garoua, Cameroun). 1989-09-12/1989-09-16 (Réunion). CIRAD-IRAT IFS ** (Stockholm, Suède).

Sinha A. K., Nathan A. K., et Singh A. K.. 1985. Radiation climate and water-use studies in intercropping systems. J. Nuclear Agric. Biol. 14 (2) : 64-69.

Tardieu M, 1970. Tentative dans la fertilisation des cultures associées. Séminaire Fondation Ford/IRAT/IITA sur les systèmes traditionnels de l’agriculture africaine et leur amélioration. IBADAN, 16-20 nov. 1970.

Trenbath B. R., 1976. Plant interactions in mixed crop communities. n : Papendick P. A. Sanchez and J. B. Triplett (eds). Multiple cropping. ASA. Madinson. Wisconsin. Spec. Pub. 27 : 129-170.

Valet S., 1966. Le climat de Dschang. IRAT/DEVE-CIRAD, BP 5045, 34032, Montpellier. France. 12p.

Valet S., 1967. Recherche des carences minérales des sols de l'Ouest-Cameroun en vases de végétation. Colloque sur la Fertilité des sols tropicaux. Tananarive 19-25 nov. 1967.

Valet S., 1974. Note sur des observations et mesures de quelques facteurs climatiques, physiques et pédologiques et de leur incidence sur la production agricole à la station de Dschang (Cameroun). Agro. Trop. vol. XXIX, n° 12, 1266-1287 Valet S., 1976. Observations et mesures sur des cultures associées traditionnelles en pays Bamiléké et Bamoun. (Essais de fertilisation et de pré vulgarisation de fumures-Cameroun). IRAT, BP 99 Dschang-Cameroun. IRAT, BP 5045, 34032, Montpellier. France. 38p.

Valet S., 1966-1971. Rapports d’activité annuelle et rapports de synthèse. Miméo IRAT-BP 99, Dschang. Cameroun.

Valet S., 1999. Eco-développement durable par l’aménagement “minimaliste” des versants et le maintien des cultures associées : cas de l’Ouest-Cameroun. Colloque International “L’homme et l’Erosion”. IRD-CIRAD. BP 5045, Montpellier, 34032, France. 12-15/12 Yaoundé, Cameroun. 17p.

Valet S., 2004. Effet de la sécheresse sur les associations culturales vivrières de l’Ouest-Cameroun. SECHERESSE (J. Libbey Eurotext, 127, ave. de la République, 92120). N° 4, Vol. 11 : 239-247.

Valet S., 2007. Les associations culturales traditionnelles améliorées : Une alternative écologique à l’intensification agricole face au changement climatique, démographique et à la «  mondialisation ». «  Efficacité de la gestion de l’eau et de la fertilité des sols en milieux semi arides. » Enfi-IRD-Auf. Réseau E-GCES de l’AUF. Conférence ISCO-2007. E. Roose, J. Albergel, A. Laouina & M. Sabir Edit. pp : 152-163.

Table des illustrations

Légende Figure 1-Effet des techniques culturales sur la profondeur d’ameublissement : D : sol ferrallitique à profil complexe à Dschang ; M : sol ferrallitique rouge gravillonnaire à Dschang-Météo (25/04/70) ; F : andosol noir à Foumbot (09/06/70). (Mesuré par la pénétration d’une tige de fer de 1cm de diamètre sous une masse de 10kg). (Cultural practice effect on the loose soil depth : D complex ferrallitic soil (Dschang) ; M : eroded red ferrallitic soil (Dschang-meteo) ; F : basaltic andic soil (Foumbot)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13223/img-1.jpg
Fichier image/, 280k
Légende Figure 2-Relation entre le rendement du maïs (Qx ha-1) et le drainage (mm) sur des sols de différente qualité dans l’Ouest-Cameroun (1965-1972).(Maize yield (Qx ha-1) versus drainage (mm) for variable quality of soils in West-Cameroun (1965-1972)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13223/img-2.jpg
Fichier image/, 176k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13223/img-3.jpg
Fichier image/, 252k
Légende Figure 3– Courbes de réponse à N de l’association Maïs-Macabo-Taro sur des sols de qualité différente, Ouest Cameroun. (Maize-Colocasia-xanthosema vs N of soils with different quality in West Cameroon)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13223/img-4.jpg
Fichier image/, 272k
Légende Figure 4- Relation entre le rendement du maïs et A) du soja et à Dschang et Foumbot. B) du Phaseolus à : Dschang, Foumbot, Bamendjou, Bandjou, Bamendou
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13223/img-5.jpg
Fichier image/, 160k
Légende Figure 5– Courbes de réponse du Maïs à N sur des sols de qualité différente, Ouest Cameroun. (Maize yield vs N on soils of different quality, West Cameroun)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13223/img-6.jpg
Fichier image/, 244k
Légende Figures 6– Corrélation entre le rendement du maïs et le P205 assimilable libéré par l’écobuage (Sol à régime hydrique Ustic). B– Comparaison de l’effet de la fertilisation minérale et organique (fumier bovin) sur le rendement du maïs (Sol à régime hydrique Aquic)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13223/img-7.jpg
Fichier image/, 128k
Légende Photo 1-Cultures multistratifiées à Bansoa, Bafou, Foumbot et Dschang
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13223/img-8.jpg
Fichier image/, 304k
Légende Figure 7-Evolution des pertes et des bénéfices (CFA) en fonction des systèmes de culture : monoculture, bi-tri et multi spécifique traditionnel, raisonné et intensifié (1970).(Losses and gains evolution of systems vs crop number (mono, bi, tri, multi Cropping-1970)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13223/img-9.jpg
Fichier image/, 529k

© IRD Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540