Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lutte antiérosive

Thème 3. Aspects agronomiques de la Gestion conservatoire de l'eau et des sols

Thème 3. Aspects agronomiques de la gestion conservatoire de l’eau et des sols (GCES)

Texte intégral

1Pour retarder «  la fatigue des sols cultivés », on peut faire appel à l’association des plantes (cultures associés), ce qui ralentit la vitesse de dégradation et améliore l’exploitation des ressources du sol et maintient plus longtemps leur productivité en réduisant les risques d’érosion ou d’attaque des nuisibles.

2L’association ou la rotation des céréales avec des légumineuses (arachide, soja, haricots…) apporte de l’azote de l’air. Mais ces techniques sont inopérantes sur des sols déjà dégradés car pour se développer correctement, les légumineuses exigent suffisamment de phosphore assimilable et des pH presque neutres.

3La gestion des résidus de culture (compost, fumier, paillage) ou des déchets urbains entretient les bonnes conditions physiques du sol et libère des nutriments favorables à la production des cultures. Cependant, les teneurs en nutriments des matières organiques sont faibles par rapport aux engrais chimiques et les quantités disponibles toujours trop réduites. Il faut donc prévoir à la fois une bonne gestion des matières organiques disponibles et un apport complémentaire de nutriments minéraux (le phosphore, souvent l’azote et certains oligotséléments).

4Certaines cultures comme les bananiers, les ananas et la canne à sucre produisent une abondante biomasse : leur gestion à la surface du sol, combinée avec des apports d’engrais minéraux complémentaires permet de construire des sols humifères fertiles (ex Burundi, Martinique).

5Enfin quand les collines sont trop érodées pour soutenir des cultures, il est possible de retenir les sédiments riches dans les vallées, de créer des sols alluviaux fertiles et d’y stocker les eaux de ruissellement des versants (seuils, citernes, puits) permettant des cultures intensives dégageant sur de petites surfaces des produits vivriers attendus en ville et d’un bon rapport pour les paysans (ex projet Gros Morne en Haïti).

© IRD Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540