Version classiqueVersion mobile

La lutte antivectorielle en France

 | 
Didier Fontenille
, 
Christophe Lagneau
, 
Sylvie Lecollinet
, 
et al.

3. Les zoonoses transmises par des vecteurs

Filarioses zoonotiques en France

Texte intégral

1. Filariose à Onchocerca spp.

1Une mention doit être faite sur les onchocercoses zoonotiques. Ces parasitoses sont accidentelles, souvent liées à un état immuno-dépressif. Ces cas ne sont pas connus actuellement en France et DFO, mais des risques potentiels ne doivent pas être ignorés.

1.1 Agents

2Les onchocerques sont fondamentalement des parasites d'ongulés, domestiques et sauvages, chez lesquels elles sont très diversifiées. Ce sont des parasites des tissus conjonctifs sous-cutanés, des aponévroses musculaires, des tendons, etc. Les femelles forment de longues sinuosités dans ces tissus et sont difficiles à extraire. Les microfilaires ne sont pas sanguines, mais lympho-dermiques.

3En Afrique tropicale et Amérique du Sud, une espèce parasite l'homme, Onchocerca volvulus ; elle provoque une grave pathologie cutanée et oculaire (cécité des rivières). Les dimensions des onchocerques varient selon les espèces mais, globalement, les filaires femelles sont longues de plusieurs centimètres, et larges de 100 à 300 μm; les mâles ont 2-4 cm de long et 100 μm de large. Chez la plupart des espèces d'onchocerques, les femelles ont une cuticule épaisse, formée de deux couches principales; l'externe est ornée de crêtes formant des demi-anneaux transversaux ; l'interne de stries transversales ; leur forme et leur assemblage sont des caractères diagnostics.

1.2. Répartition géographique

4Aucune zoonose d'origine domestique ou sauvage n'a été signalée en France métropolitaine ni dans les DFO. Une analyse des cas actuels est cependant instructive. Au Japon, la zoonose a pour agent un parasite du cochon sauvage, O. dewittei japonica. Depuis 1989, 5 cas ont été décrits, tous de même provenance, Oita, Kyushu (Takaoka et al., 2005). En Europe, le cerf est parasité par 4 espèces (Bain, Schulz-Key, 1976). L'une d'elles Onchocerca jakutensis a été identifiée chez l'homme, en Autriche (Koehsler et al., 2007).

5Le chien est l’hôte d'une espèce récemment retrouvée, O. lupi, qui réside dans les annexes oculaires, conjonctive et sclérotique (Sreter, Széll, 2008). Le parasite, signalé depuis une dizaine d'années, est présent en Europe centrale, Hongrie et dans la sous-région méditerranéenne, Grèce, Portugal. Il n'a pas été signalé en France mais les conditions climatiques et vectorielles pour la transmission y sont vraisemblablement remplies. En Tunisie, un cas humain de filaire oculaire semble devoir être identifié à O. lupi (Bain, Pampiglione, Orihel, en cours d'étude).

1.3. Transmission

6Les espèces vectrices des parasites du cerf et du chien ne sont pas connues, sauf pour O. tarsicola. Pour cette espèce, ce sont des simulies (Schulz-Key, Wenk, 1981), comme pour la plupart des onchocerques. Mais quelques espèces sont aussi transmises par des culicoides.

1.4. Réservoir et espèces sensibles

7Le bétail et le cheval qui sont les hôtes de quatre espèces d'onchocerques ne semblent pas être des dangers potentiels ; ils sont depuis des années très surveillés et déparasités par la chimiothérapie anthelminthique et anti- Hypoderma.

8Les réservoirs de zoonoses pourraient être :

  • l'ongulé sauvage le plus commun de nos régions, le cerf, Cervus elaphus. Sur ces 4 espèces d'onchocerques, une parasite aussi le renne ;
  • le chien : l'onchocercose du chien, nouvellement observée en Europe, n'est pas dépistée au début de la parasitose car les microfilaires ne sont pas dans le sang; il faut faire un prélèvement cutané pour les voir. Aussi le diagnostic est fait tardivement par les lésions oculaires. Il a été noté que la densité des microfilaires dans le derme peut être très élevée (Sreter, Széll, 2008).

1.5. Clinique

9Nodules sous cutanés et sous-conjonctival.

1.6. Prévention et lutte

10Intervention chirurgicale.

1.7. Questionnement

11O. lupi du chien étant identifié au Portugal et en Grèce, la distribution pourrait s'étendre à la région méditerranéenne de la métropole française. Dans ce contexte il serait utile de déterminer quels sont les vecteurs.

2. Filarioses zoonotiques à Dirofilaria spp.

2.1. Agent

12Deux espèces parasitent le chien et peuvent infecter l'homme : Dirofilaria repens et D. immitis, Onchocercidae, Filarioidea, Nematoda. En Inde, Asie et Japon, D. repens est aussi un parasite du chat. En Amérique du Nord, D. tenuis, parasite du raton laveur Procyon lotor, est une source non domestique de zoonose.

13Chez le chien, D. repens réside dans le tissu sous-cutané ; D. immitis gagne la circulation cardio-pulmonaire, à la suite d'une migration péritonéale de 2-3 mois (Kotani, Powers, 1982 ; Kume, Itagaki, 1955) qui se fait vraisemblablement par le système lymphatique (Bain, Babayan, 2003) ; la filaire est longue de 6 cm environ quand elle atteint le ventricule droit et l'artère pulmonaire.

14Chez D. immitis les mâles mesurent 120-180 mm / 0,6-0,9 mm de large et les femelles 150-300 /1-1,3 mm. Les dimensions de D. repens sont deux fois moins grandes. Les microfilaires des deux espèces ont un long filament caudal et n'ont pas de gaine ; celle de D. repens est la plus grande : 370/7 μm (en extension) et son espace céphalique est court.

15Le diagnostic différentiel des adultes des 2 espèces est simple : le corps des femelles et des mâles de D. repens est orné de crêtes cuticulaires longitudinales, déjà visibles à la loupe binoculaire ; en coupe transversale, la section du corps a donc un aspect crénelé. Les crêtes sont absentes sur le corps de D. immitis. Par contre les deux espèces ont une ornementation similaire de la face ventrale de la région caudale du mâle (area rugosa) qui ne peut donc être utilisée pour le diagnostic spécifique. D. tenuis a des crêtes plus rapprochées que celles de D. repens (Wong, Brummer, 1978). Les espèces ayant des crêtes sont placées dans le sous-genre Nochtiella.

2.2. Répartition géographique et épidémiologie

16Tous les pays sont concernés mais les publications les plus fréquentes viennent des États-Unis et de l'Europe, y compris la France métropolitaine (Nozais et al., 1994 ; Abou-Bacar et al., 2007 ; Estran et al., 2007, etc.).

17Les zoonoses à Dirofilaria sont parfois signalées comme des maladies émergentes (Szénási et al., 2008). C'est peut-être abusif. Mais il est sûr que les comportements humains actuels favorisent ces zoonoses, comme l'attrait des contrées chaudes où les prévalences sont vraisemblablement plus élevées et l'augmentation du nombre des animaux de compagnie. Par ailleurs, comme l'a souligné Rodhain (1995), l'invasion de nouveaux moustiques, comme Aedes albopictus originaire d'Asie, peut amplifier la transmission.

18En France métropolitaine, des enquêtes sont en cours pour réaliser la cartographie détaillée de la répartition et de la prévalence de D. immitis (Bourdeau, Peron et Roussel, poster, Emop X 2008). Ces auteurs soulignent que cette dirofilariose est surtout importée (71,4 % des cas diagnostiqués) et n'est autochtone que dans 15 départements de l'ouest et du sud.

2.3. Transmission

19Les vecteurs naturels ont été identifiés (Nicolas et Scoles, 1997 ; Russel et al., 2005) ou suspectés en effectuant des infections expérimentales. Une très grande diversité de moustiques constitue des vecteurs potentiels : A. (Stegomyia) aegypti et l'espèce venue d'Asie A. (S) albopictus (Cancrini et al., 2007) ; deux espèces halophiles A. (Ochlerotatus) caspius et A. (Oc.) detritus (Bain, 1978) ; Culex pipiens, C. quinquefasciatus, C. molestus ; Anopheles maculipennis. Cette liste n'est pas exhaustive. Dans le sud de la France, les vecteurs principaux sont C. pipiens et A. maculipennis (Euzeby, 1961).

2.4. Réservoir et espèces sensibles

20Le réservoir principal est le chien, hôte pour D. repens et D. immitis ; le chat peut être aussi parasité. En Europe, le renard Vulpes vulpes est signalé porteur de D. immitis (Magi et al., 2008).

2.5. Clinique

21D. repens provoque chez l'homme la formation de nodules souscutanés en différents endroits du corps ; chacun contient en général une filaire, mâle ou femelle, saine ou en cours de destruction (Pampiglione, Rivasi, 2000). Les localisations oculaires sous-conjonctivales sont aussi fréquentes, mais exceptionnellement la filaire est trouvée dans l'humeur vitrée (Gorezis et al., 2006). Les localisations profondes, cordes spermatiques (Pampiglione et al., 2002), poumons, sont très rares.

22D. immitis est reporté dans les poumons (McCall et al., 2008) et peut être confondu avec un kyste tuberculeux lors des examens radiologiques. La destruction du parasite est souvent avancée et le diagnostic spécifique peu sûr.

2.6. Prévention et lutte

23Le traitement des chiens contre les dirofilarioses se fait par l'ivermectine ou la moxidectine (Holm-Martin, Atwell, .2004). Pour la prévention, la moxydectine en association avec un insecticide neuro-actif de la famille des néonicotinoides a été testée récemment et paraît satisfaisante (Venco et al., 2008). Chez l'homme, les nodules filariens sous-cutanés et les filaires sous-conjonctivales sont extirpés chirurgicalement.

2.7. Questionnement

24La capacité de Dirofilaria à se développer chez l'homme est beaucoup plus faible que chez le chien. Cela réduit donc la possibilité que deux filaires de sexe différent parasitent un même individu et il n'existe qu'un cas de dirofilariose à microfilaires qui soit reporté jusqu'à présent (Nozais et coll., 1994).

25Il n'y a pas de danger épidémiologique. Cependant les cas zoonotiques humains ne sont pas rares (au Muséum national d'histoire naturelle, qui ne centralise pas tous les cas, en moyenne 3 sont diagnostiqués par an). Les médecins doivent être informés de ces zoonoses. Le traitement relève essentiellement de la chirurgie quand le parasite est emprisonné dans un nodule. L'ivermectine pourrait être préconisée si la filaire est pulmonaire.

26Pour effectuer le diagnostic, parfois difficile sur des spécimens en destruction, il faut que le prélèvement chirurgical soit soumis à deux protocoles de conservation : une partie dans le fixateur histologique classique destinée aux analyses anatomopathologique et morphologique, une partie dans l'alcool absolu pour l'analyse moléculaire (Rivasi et al., 2006).

27Chez les hôtes réservoirs domestiques, la détection de la parasitose et son traitement par ivermectine ou moxydectine (voir Venco et al., 2008) sont possibles et recommandés. On ne sait pas si l'usage de colliers antitiques, antipuces ainsi qu'antiphlébotomes dans la région méditerranéenne, a une efficacité contre l'activité trophique des moustiques.

Bibliographie

Bibliographie

Abou-Bacar A., Diallo M. et al., 2007 - Dirofilariose souscutanée à Dirofilaria repens chez l'homme. Un cas identifié à Strasbourg, France. Bulletin de la Société de Patholologie exotique 100: 269-270.

Bain O., Schulz-Key H., 1976 - Une quatrième espèce d'onchocerque, O. garmsi n. sp. chez le cerf européen. Tropenmedizin und Parasitologie 27 474-478.

Bain O., 1978 - Développement en Camargue de la filaire du chien, Dirofilaria repens Railliet et Henry, 1911, chez les Aedes halophiles.

Bulletin du Muséum national d'histoire naturelle, Paris, 3e, série n° 510, Zoologie 351: 19-27.

Bain O., Babayan S., 2003 - Behaviour of filariae: morphological and anatomical signatures of their life-style in the arthoropod and vertebrate hosts. Filarial Journal 2: 16.

Cancrini G., Scaramozzino P. et al., .2007 - Aedes albopictus and Culex pipiens implicated as natural vectors of Dirofilaria repens in central Italy. Journal of Medical Entomology 44: 1064-6.

Estran C., Marty P. et al., 2007 - Dirofilariose humaine: 3 cas dans le Sud de la France. Presse Médicale 36: 799-803.

Euzeby J., 1961 - Les maladies vermineuses des animaux domestiques et leurs incidences sur la pathologie humaine. Maladies dues aux Némathelminthes. Fasc. Premier 473 p. Eds Vigot Frères, Paris.

Gorezis S., Psilla M. et al., 2006 - Intravitreal dirofilariasis: a rare ocular infection. Orbit. 25: 57-9.

Holm-Martin M., Atwell R., 2004 - Evaluation of a single injection of a sustained-release formulation of moxidectin for prevention of experimental heartworm infection after 12 months in dogs. American Journal of Veterinary Research 65: 1596-1599.

Koehsler M., Soleiman A. et al., 2007 - Onchocerca jakutensis filariasis in humans. Emergent Infectious Diseases. 13: 1749-1752.

Komnenou A., Eberhard M. L. et al., 2002 - Subconjunctival filariasis due to Onchocerca sp. in dogs: report of 23 cases in Greece. Veterinary Ophthalmology 5: 119-126.

Kotani T, Powers K. G., 1982 - Developmenal stages of Dirofilaria immitis in the dog. American Journal of Veterinary Research 43: 2199-2206.

Kume S., Itagaki S. 1955 - On the life-cycle of Dirofilaria immitis in the dog as the final host. British Veterinary Journal 111: 16-24.

Magi M., Calderini P. et al., 2008 - Vulpes vulpes: a possible wild reservoir for zoonotic filariae. Vector Borne Zoonotic Diseases 8: 249-52.

Mccall J. W., Genchi C. et al., 2008 - Heartworm disease in animals and humans. Advances in Parasitology 66: 193-285.

Nicolas L., Scoles G. A., 1997 - Multiplex polymerase chain reaction for detection of Dirofilaria immitis (Filariidea: Onchocercidae) and Wuchereria bancrofti (Filarioidea: Dipetalonematidae) in their common vector Aedes polynesiensis (Diptera: Culicidae). Journal of Medical Entomology 34: 741-744.

Nozais J. P., Bain O. et al., 1994 - Un cas de Dirofilaria (Nochtiella) repens avec microfilarémie, provenant de Corse. Bulletin de la Société de Pathologie exotique 87: 183-5.

Pampiglione S., Rivasi F., 2000 - Human dirofilariasis due to Dirofilaria (Nochtiella) repens: an update of world literature from 1995 to 2000. Parassitologia 42: 231-54. Pampiglione S, Fioravanti ML, Piccolotti D, Pizzicannella G, Reale D. 2002. Human dirofilariasis in Italy: a new case in the spermatic cord. Parassitologia. 44: 93-6.

Rivasi F., Boldorini R. et al., 2006 - Detection of Dirofilaria (Nochtiella) repens DNA by polymerase chain reaction in embedded paraffin tissues from two human pulmonary locations. APMIS. 114: 567-74.

Rodhain F. - Aedes albopictus: a potential problem in France. Parassitologia 37: 115-9.

Russell R. C., Webb C. E. et al., 2005 - Aedes aegypti (L.) and Aedes polynesiensis Marks (Diptera: Culicidae) in Moorea, French Polynesia: a study of adult population structures and pathogen (Wuchereria bancrofti and Dirofilaria immitis) infection rates to indicate regional and seasonal epidemiological risk for dengue and filariasis. Journal of Medical Entomology 42: 1045-1056.

Schulz-Key H., Wenk P., 1981 - The transmission of Onchocerca tarsicola (Filarioidea: Onchocercidae) by Odagmia ornata and Prosimulium nigripes (Diptera: Simuliidae). Journal of Helminthology. 55: 161-166.

Sreter T., Széll Z., 2008 - Onchocercosis: a newly recognized diseease in dogs. Veterinary Parasitology 151: 1-13.

Szénási Z., Kovács A.H. et al., 2008 - Human dirofilariosis in Hungary: an emerging zoonosis in central Europe. Wien Klin Wochenschr.120: 96-102.

Takaoka H., Yanagi T. et al., 2005 - An Onchocerca species of wild boar found in the subcutaneous nodule of a resident of Oita, Japan. Parasitology International 54: 91-3.

Venco L., Mortarino M. et al., 2008 - Field efficacy and safety of a combination of moxidectin and imidacloprid for the prevention of feline heartworm (Dirofilaria immitis) infection. Veterinary Parasitology 154: 67-70.

Wong M. M., Brummer M. E. 1978 - Cuticular morphology of five species of Dirofilaria: a scanning electron microscope study. Journal of Parasitology 64: 108-114.

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search