Version classiqueVersion mobile

La lutte antivectorielle en France

 | 
Didier Fontenille
, 
Christophe Lagneau
, 
Sylvie Lecollinet
, 
et al.

3. Les zoonoses transmises par des vecteurs

La maladie de Chagas

Texte intégral

1. Étiologie et transmission

  • L’agent étiologique de la maladie de Chagas, encore appelée silent killer, est Trypanosoma cruzi, protozoaire flagellé exclusivement présent sur le continent américain.
  • T. cruzi est transmis par des punaises hématophages, de la famille des Reduviidae. La maladie de Chagas est une zoonose puisque le réservoir animal est constitué par plus de 150 espèces de mammifères sauvages et domestiques.
  • L’homme est infecté selon les modes suivants :
    • piqûre d’insecte vecteur : à partir des déjections déposées près de la piqûre ;
    • transfusion sanguine à partir d’un donneur infecté, plus rarement transmission mère-enfant, et par accident de laboratoire ;
    • ingestion de produits contaminés par des déjections de réduves contaminées.

2. Clinique

1La maladie de Chagas évolue en deux phases :

  • la phase aiguë de l’infection, 1 à 4 semaines après la piqûre infectante, comporte parfois des signes locaux (chagome au point de piqûre) et/ou des signes généraux peu spécifiques (fièvre, oedème). En général, elle est pauci ou asymptomatique et seules 1 à 2 % (WHO, 2002) des infections aiguës sont diagnostiquées. Des complications peuvent survenir dès cette phase dans environ 30 % des cas (myocardite, plus rarement méningoencéphalite). La létalité à cette phase est de 2-3 % ;
  • la phase chronique (Prata A., 2001), qui comprend :
    • une phase de latence asymptomatique dite « indéterminée » qui dure des années, voire des décennies. Environ 70 à 85 % des patients ne passeront jamais vers l'étape suivante (Barrett, Burchmore et al., 2003) ;
    • une évolution vers des complications tardives pour 15 à 30 % des personnes infectées avec des atteintes cardiaques, digestives ou neurologiques irréversibles. Dans certains pays d’endémie, les atteintes cardiaques (arythmies, troubles thrombo-emboliques et myocardiopathies) représenteraient jusqu’à 10 % des causes de décès de l’adulte (Bilate, Cunha-Neto, 2008). L’atteinte digestive (15 à 20 % des cas chroniques) se manifeste par un méga-oesophage ou un méga-colon.

3. Diagnostic

2Il est souvent difficile à établir car le nombre de trypanosomes circulants dans le sang périphérique est faible. Par ailleurs, les tests sérologiques disponibles posent des problèmes de sensibilité et de spécificité qui imposent le recours à deux ou trois techniques utilisant des antigènes différents pour confirmer le diagnostic.

4. Traitement

3Il se réduit à 2 médicaments, d’efficacité variable, et aux effets secondaires non négligeables : le nifurtimox (Lampit ® distribué par l’OMS) et le benznidazole (ex Rochagan®, fabriqué par un seul laboratoire au Brésil) délivrés en France sur ATU nominative (pas d’AMM). Le traitement (de 30 à 60 jours) a d’autant plus de chance d’être efficace qu’il est administré précocement. Les complications cardiaques relèvent de traitements symptomatiques (pace maker, greffe cardiaque…). Il n’existe ni traitement prophylactique ni vaccin.

5. Épidémiologie

5.1. Sur le continent américain

  • La maladie de Chagas est endémique sur une zone comprise entre le Mexique au nord (une transmission sporadique est décrite dans le sud des États-Unis) (Dorn, Perniciaro et al., 2007), jusqu‘en Argentine. Les vecteurs sont cependant présents depuis la moitié sud des États-Unis (46e degré de latitude nord) jusqu’au tiers inférieur de l’Argentine (42e degré de latitude sud).
  • Dans les années 1980, on estimait entre 16 et 18 millions le nombre de personnes infectées par le parasite. Les efforts conduits sous l’égide de l’Organisation panaméricaine de la santé et l’OMS depuis les 30 dernières années dans les pays du Cône Sud (1991), en Amérique centrale et dans les pays andins (1997), essentiellement la pulvérisation intra et péridomiciliaire d’insecticide, ont permis de réduire d’un facteur 10 l’incidence des nouveaux cas de 500 000 à 50 000 chaque année. Entre 8 et 11 millions de personnes en Amérique latine (selon les sources) seraient toujours porteurs de la maladie, et on estime à environ 14 000 le nombre de décès annuel pour complications de la maladie de Chagas (Senior, 2007, MMWR 2007, http://www.who.int/​mediacentre/​news/​notes/​2007/​np16/​en/​print.html.
  • Dans la région amazonienne y compris en Guyane, le risque concernant la maladie de Chagas chez l'homme a longtemps été sous estimé. Dans cette zone, les vecteurs sont sylvestres et péridomestiques, mais quasiment jamais domiciliés et la transmission vectorielle intradomiciliaire ne représenterait que la moitié des cas répertoriés. Les migrations de population, la pénétration des populations humaines dans les forêts (mines, exploitation du bois) et l’installation de « villes » sur des terrains récemment conquis sur la forêt modifient l’épidémiologie de la maladie de Chagas. Ainsi des études sérologiques réalisées dans les années 1990 ont rapporté des taux de 2,8 % à 5 % dans les États d’Amazonas, d’Acres et d’Amapa confirmant l’endémicité de la maladie (Coura, Junqueira et al., 2002).
  • En 2004, sous l’impulsion de l’OMS, le Surinam, la Guyane française, la Colombie, l’Équateur, le Guyana, la Bolivie, le Pérou, le Venezuela et le Brésil ont uni leurs efforts au sein de l’initiative intergouvernementale de surveillance et de prévention de la maladie de Chagas en Amazonie (Amcha) dont la 2e conférence s’est tenue à Cayenne en 2005.

5.2. La Guyane française

  • La Guyane qui a connu une forte augmentation démographique les 20 dernières années (immigration en provenance du nord du Brésil) était considérée jusqu’à récemment comme non endémique (13 cas diagnostiqués entre 1939 et 1996). Toutefois, les vecteurs y sont omniprésents ; plus de 10 espèces ont été recensées dont les 3 principales sont : P. geniculatus (terriers de tatous), R. robustus (palmiers) et R. pictipes (forêt et palmiers). Des réduves adultes sont retrouvées sans difficulté installées dans l’environnement immédiat des maisons, avec un fort taux d’infection par T. cruzi (entre 46 et 86 %) dans les zones forestières mais également à Cayenne (Blanchet, 2004). Les études sur le réservoir animal sauvage ont retrouvé 25 espèces de mammifères dont plus de 50 % étaient contaminées (Dr Aznar, Manaus 2004).
  • Chez l’homme, on ne connaît pas l’incidence ni la prévalence de la maladie. Depuis le début des années 2000, les travaux de l’équipe du Laboratoire hospitalier et universitaire de Parasitologie-Mycologie (LHUPM) du CH de Cayenne confirment l’émergence de la maladie de Chagas :
    • une étude sur 1 487 sérums issus de différentes populations guyanaises a trouvé une séroprévalence en IgG variant de 0 à 73 % selon le lieu de résidence, la classe d’âge et le groupe ethnique. Les populations les plus touchées provenaient des régions fluviales et forestières. Selon cette étude, dont les résultats seraient à confirmer sur un échantillon représentatif de la population, une prévalence de 0,5 % a été estimée pour l’ensemble de la population guyanaise (95 % CI (0,1 %-0,8 %) (Aznar, La Ruche et al., 2004) ;
    • depuis 2000 et surtout depuis 2005, 128 cas de maladie de Chagas ont été diagnostiqués en Guyane française (données du Dr C. Aznar) dont 24 % correspondant à des cas aigus, 74 % à des cas chroniques et 2 % à des cas congénitaux. Parmi tous ces cas, 64 % (n =82) étaient classés « autochtones », 25 aigus et 55 chroniques. Entre 1990 et 2005, 4 décès ont été imputés à des complications cardiaques de la maladie de Chagas ;
    • par ailleurs (Jeannel, Chaud, 2007), 26 cas de maladie de Chagas canins (20 cas confirmés et 6 probables) autochtones ont été identifiés entre le 1er janvier 2003 et février 2005 dans les zones résidentielles de Cayenne, Remire Montjoly et Matoury.
  • D’avril 2005 à novembre 2006, la collecte des dons de sang a été interrompue en Guyane par arrêté préfectoral. Depuis novembre 2006, un dépistage est systématiquement réalisé sur tous les dons de personnes ayant résidées en Guyane.
  • Un système de surveillance de la maladie de Chagas (cas humains et canins) piloté par l’InVS (Cire Antilles-Guyane et Département international) est en cours de formalisation dans ce département associant le LHUPM du centre hospitalier Andrée-Rosemon et la DSDS. Il a pour objectifs de documenter l’épidémiologie de la maladie, les voies de contamination impliquées et de détecter des cas groupés.

5.3. Groupes à risque en France métropolitaine

4En France métropolitaine, la pathologie est mal connue et peu d’équipes travaillent sur ce sujet (Tenon, Pitié-Salpêtrière). Les voies de transmission impliquées ne sont pas vectorielles et incluent la voie transfusionnelle (et le don d’organe) et la transmission congénitale justifiant l’instauration en 2007 d’un dépistage sérologique de tous les dons de sang provenant des personnes potentiellement exposées.

6. Implications en santé publique et pour la lutte antivectorielle

5Probablement sous estimé dans le passé, la maladie de Chagas est une infection vectorielle que l’on peut caractériser d’émergente en Guyane française, du fait de l’évolution sociale et démographique et des nouvelles interactions entre la population (ou certains groupes) avec l’environnement.

6Malgré la relative imprécision des données, les travaux de surveillance et d’investigation récents indiquent qu’il s’agit d’une question de santé publique à l’échelle de la Guyane avec des groupes à risque spécifique qu’il sera nécessaire de préciser par la surveillance et la recherche épidémiologique et en santé publique. De nombreuses questions demeurent par ailleurs sur le dépistage et la prise en charge des cas et sur le vecteur, son environnement et son interaction avec l’homme dans l’environnement spécifique de la Guyane française. On peut discuter les implications suivantes en termes de lutte antivectorielle.

  • En Guyane française comme en Amazonie, les vecteurs vivent dans les arbres et les terriers. Ils ne sont pas domiciliés. Les situations de contact entre l’homme et les réduves s’effectuent lors des pénétrations de l’homme dans la forêt (cas d’attaque de travailleurs dans les plantations) et par les phénomènes d’intrusion du vecteur dans les habitations qui sont de plus en plus fréquents y compris en zone urbaine. Par ailleurs, l’insecte attiré par la lumière peut contaminer des préparations culinaires.
  • Les réduves sont sensibles à presque tous les insecticides même si des phénomènes de résistance aux pirethrinoïdes ont été documentés en Argentine. Toutefois, on dispose de peu d’outils pour lutter contre le vecteur installé dans les zones péridomiciliaires ou dans la forêt. À ce jour, en Guyane comme en Amazonie, la lutte contre la maladie de Chagas repose plus sur la protection individuelle et le contrôle transfusionnel que sur la lutte antivectorielle.
  • Il n’y a pas actuellement de surveillance particulière des populations de vecteurs et des réservoirs sauvages en Guyane. Une étude comportant l’inventaire des vecteurs présents, leur taux d’infestation et leur localisation est en voie de finalisation (Dr D. Blanchet, 2009). Les compétences sur cette maladie restent encore limitées à quelques professionnels (principalement au LHUPM du CH de Cayenne). De fait, les équipes de désinsectisation et démoustication du conseil général de Guyane travaillent uniquement sur les moustiques.
  • La participation de la communauté et la formation des professionnels de santé sont à renforcer.
  • Les données et études préliminaires confirment la nécessité de dresser un bilan complet des vecteurs impliqués, des hôtes et des situations d’exposition dans la zone des fleuves comme sur le littoral. Ces nouvelles connaissances devront s’intégrer dans un dispositif régional commun de surveillance épidémiologique et entomologique visant, à terme, le géo référencement des informations sur les vecteurs, les cas et les données environnementales (Amcha).

Bibliographie

Bibliographie

Aznar C., LA Ruche G. et al., 2004 -. Seroprevalence of Trypanosoma cruzi Infection in French Guyana. Mem inst Oswaldo Cruz, Rio de Janeiro, vol. 99(8):805-808, december 2004.

Barrett M. P., Burchmore R. J. S. et al., 2003 - The Trypanosomiases. In The Lancet vol. 362. November 1. http://www.thelancet.com

Bilate A. M. B., Cunha-Neto E., 2008 - Chagas Disease Cardiomyopathy: Current Concepts of an Old Disease. In Rev. Inst. Med. Trop. S. Paulo 50(2); 67-74, March-April, 2008.

Coura J. R., Junqueira A. C. V. et al., 2002 - Emerging Chagas Disease in Amazonian Brazil. Trends in Parasitology vol. 18 N° 4, April 2002, 171-176.

Dorn P., Perniciaro L. et al., 2007 - Autochtonous transmission of Trypanosoma crusi, Louisiana. Emerging infectious Diseases vol. 13, N° 4, April 2007, 605-607.

Jeannel D., Chaud P., 2007 - Émergence de la maladie de Chagas en Guyane française. Évaluation en 2005 et perspectives. InVS mars 2007.

MMWR 2007 - 56 :141-143 repris dans JAMA, April4, 2007 – vol297.

Prata A., 2001 - Clinical and epidemiological aspects of Chagas disease. Review. The Lancet Infectious Diseases vol. 1 september 2001, 92-100.

Senior K., 2007 - Chagas disease: moving towards global elimination. The lancert.com., Vol.7 september 2007.

Site de l’OMS consulté le 18 juillet 2008 http://www.who.int/mediacentre/news/notes/2007/np16/en/print.html WHO, 2002 - Control Of Chagas Disease. Second report of the Who Expert Committee, Technical Report Series 905, Genève. pp. 109.

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search