Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lutte antiérosive

Thème 2. Influence de la LAE sur la dynamique de l'eau : de la parcelle au bassin versant

L'épisode pluviométrique du 15 juin 2010 dans le Var (France) : précipitations, crues et inondations

Claude Martin

Résumé

Le 15 juin 2010, des précipitations très abondantes et intenses ont provoqué des crues violentes et des inondations catastrophiques dans la région de Draguignan et dans la basse plaine de l'Argens. Vingt cinq personnes sont décédées et les dégâts s'élèvent à un milliard d'euros. Certains aménagements (couverture de ruisseaux, ponts) ont aggravé la situation dans les secteurs urbanisés en zones inondables par crues rares ou exceptionnelles. Mais le risque doit être évalué au regard de la probabilité de retour de ce type d'événement.

During the 15th of June 2010, very strong and intensive rains have generated violent floods and catastrophic flooding in the environs of Draguignan and in the low valley of the river Argens. Twenty five persons have died and damages come to one thousand of euros. Certain appointments (covering brooks, bridges) have increased the condition in urban areas located in flooded zones during rare or exceptional flood-events. The risk must be evaluated taking in account the return probability for this type of event.

Entrées d'index

Keywords :

rainfall, flood, flooding, risk, Var, France

Texte intégral

Je suis reconnaissant à la Mairie de Draguignan, à celle de Transen-Provence et à l'association "Les Agités de La Motte" de m'avoir autorisé à puiser dans leur fonds photographique, ainsi qu'à M. Didier Gauthe de ses remarques.

1. Introduction

1L'épisode pluviométrique qui a touché le Var le 15 juin 2010, a causé le décès de 25 personnes et se classe ainsi parmi les plus meurtriers en France au cours des dernières décennies. Les précipitations abondantes et intenses du 15 juin ont provoqué, le jour même et le lendemain, des inondations aux effets dévastateurs, dont les dégâts (plusieurs ponts détruits ou endommagés, des routes défoncées, de nombreux locaux d'habitation et professionnels dégradés, des exploitations agricoles dévastées, des troupeaux et des élevages décimés, des centaines de voitures emportées ou submergées…) se chiffrent à un milliard d'euros.

2Laissant les investigations coûteuses aux équipes du Retour d'Expérience (REx Var) commandité par le Ministère de l'Écologie et du Développement Durable (CETE, 2011), j'ai choisi de m'appuyer largement sur des informations en libre accès sur internet. Je résumerai ici les premiers résultats publiés (Martin, 2010), en leur apportant quelques compléments.

2. Les précipitations

3L'épisode est dû à une dépression d'altitude progressant d'ouest en est avant de remonter vers le nord sur la Méditerranée. Les ascendances subies par l'air chaud, humide et instable poussé par la dépression déclenchent alors des pluies orageuses très abondantes sur le continent (Artigue et al., 2010). Ce type de situation, fréquent dans la partie occidentale de la façade méditerranéenne française, en particulier en Cévennes, est plus rare en Provence. Il se produit généralement en automne (Vaison-la-Romaine, septembre 1992 ; Marseille, septembre 2000), très rarement au printemps (Auribeau-sur-Siagne, juin 1994).

4Une grande partie du département du Var, dans le secteur moyen du bassin de l'Argens, a reçu des précipitations supérieures à 200 mm (Fig. 1). Les pluies ont été particulièrement abondantes dans un large secteur autour de Draguignan, la valeur maximale atteignant 461 mm à Lorgues (395 mm selon un poste amateur). Trois sous-bassins importants ont été particulièrement touchés, ceux de la Florièye, du Réal et de la Nartuby. On peut y ajouter les bassins de l'Aille et de l'Endre, mais ces cours d'eau ne traversant aucun village ont causé moins de problèmes.

Figure 1 : Localisation du terrain d'etude et precipitations au cours de Pepisode (du 14 juin a 8h00 au 16 juin a 8h00). Image satellitaire : GOOGLE Earth. Precipitations : Meteo-France, CIRAME, observateurs amateurs

5L'essentiel des précipitations est tombé le 15 juin (397 mm aux Arcs, 270 mm à Draguignan, 304 mm à Canjuers… – mesures du 16 juin à 8h00), avec une forte concentration de 11h00 à 19h00 : 338 mm à Taradeau (contre 384 mm pour l'ensemble de l'épisode). Les précipitations du 15 juin sont les plus fortes jamais enregistrées dans le secteur. Les précédents records étaient, par exemple, de 144 mm depuis 1946 au Luc (août 1983), de 164 mm depuis 1934 aux Arcs (octobre 1957) et de 185 mm depuis 1939 à Comps (6 km au nord de Canjuers – en 1957).

6De 1958 à 2009 (http://pluiesextremes.meteo.fr/​index.php – Météo France), le réseau pluviométrique du Var n'avait enregistré que huit valeurs journalières supérieures à 200 mm : cinq sur la côte ou à proximité immédiate, deux dans l'ouest varois (maximum de 250 mm en janvier 2006) et une à Callas, au sud de Bargemon (207 mm en décembre 1958). Deux seulement de ces valeurs ont été mesurées le même jour (sur le littoral, en octobre 1973).

7Pour un poste un peu éloigné, mais néanmoins représentatif, Collobrières, Lang et Lavabre (2007) donnent des valeurs références de 185 mm pour la pluie centennale et 240 mm pour la pluie millennale (loi de Gumbel sur la période 1966-2001). Dans le secteur Draguignan - Lorgues - Les Arcs, les pluies du 15 juin 2010 apparaissent donc bien plus que centennales. Leur caractère exceptionnel serait encore plus marqué en considérant une durée plus courte que 24 heures.

8Aux Arcs, les pluies horaires se sont maintenues entre 20 et 50 mm de midi à 22 heures ; à Lorgues, à la station CIRAME (461 mm sur l'épisode), les valeurs horaires maximales ont été enregistrées de 14 à 16 heures : 69 et 79 mm (source : http://pluiesextremes.meteo.fr/2010-06-15/catastrophe-de-draguignan.html – Météo France). À Taradeau, l'intensité maximale en 60 minutes (valeur glissante) s'est élevée à 69 mm/h à 14h49 et celle en 120 minutes à 56 mm/h à 15h44 (source : Daniel Siloret, http://sud-meteo.pagesperso-orange.fr) (cf. Martin, 2010). Ces valeurs sont élevées, mais moins exceptionnelles (sans doute décennales à centennales) que les précipitations journalières.

9Certes, l'épisode s'est produit à un moment de l'année où l'évapotranspiration est déjà forte, mais les conditions hydriques étaient favorables aux écoulements : année 2008-09 très arrosée (1253 mm à Taradeau) et année 2009-10 déjà assez pluvieuse (760 mm depuis le 1er septembre ; 110 mm depuis le 1er mai).

3. Réponses hydrologiques et inondations

10Les pluies se sont traduites essentiellement par des crues, responsables d'inondations. Des mouvements de terrain assez importants se sont produits dans les gorges de Châteaudouble, en amont de Rebouillon, où la D955 a été emportée, mais même dans ce cas la déstabilisation du versant doit beaucoup à la crue de la Nartuby, du fait de sapements de berge.

11Lors de l'épisode, la plupart des stations hydrométriques ont été détruites (Nartuby à Rebouillon et à Trans) ou mises provisoirement hors service (Argens aux Arcs). Pour les autres (Aille, Argens à Roquebrune), les hauteurs d'eau atteintes sont telles que l'extrapolation des courbes de tarage existantes n'aurait pas de sens. Je fournirai donc des débits estimés selon des approches hydrauliques par le REx Var ou par moi-même (mes estimations sont toujours plus basses que celles du REx).

3.1. Description des bassins versants

12La Nartuby et la Florièye prennent naissance sur les hauts plateaux varois (Plans de Canjuers) constitués de calcaires et de dolomies du Lias et du Jurassique. Le bassin de la Nartuby culmine à la Montagne de Barjaude, à 1073 m d'altitude. Les deux rivières descendent vers un plateau triasique (calcaires et dolomies) à 200-300 m d'altitude, avant de rejoindre la dépression permienne circum mauresque où elles se jettent dans l'Argens, issu de l'ouest varois, calcaire et dolomitique.

13Dans la partie amont du bassin de la Nartuby, celle-ci et son affluent la Nartuby d'Ampus, qui confluent à Rebouillon, ont creusé des gorges encaissées. Au niveau de Draguignan, la vallée est dominée en rive gauche par le massif du Malmont (551 m). La ville a été construite sur les pentes basses de ce relief et ne s'est étendue jusqu'à la Nartuby que récemment. En aval de Draguignan, le profil en long présente deux ruptures de pente, la première à Trans même et la seconde en amont de la Motte.

14Le bassin du Réal (qui traverse Les Arcs) naît sur le plateau triasique et rejoint l'Argens juste avant que celui-ci ne pénètre dans le massif cristallin des Maures. Durant son parcours mauresque, l'Argens est surtout grossi par l'Aille, dont les eaux viennent des Maures et de la dépression permienne. L'Argens ressort des Maures au Muy, où il reçoit la Nartuby. En aval de la confluence avec l'Endre, il s'écoule jusqu'à Fréjus et la mer dans une plaine alluviale à très faible pente.

3.2. Les petits bassins versants

15Dans beaucoup de villages provençaux construits sur les bords d'un petit ruisseau, celui-ci a été couvert pour faciliter les aménagements. Cette configuration a eu des conséquences très négatives au Luc (une victime), à Lorgues, aux Arcs, à Figanières… et même à Draguignan (une victime).

16Aux Arcs, par exemple, le Réal qui draine un bassin d'une superficie inférieure à 30 km2 en amont du village, s'écoule en tunnel sous deux places aménagées dans les années 1840-1860. L'entrée du double tunnel dans lequel le ruisseau s'engage montre une réduction considérable de la section offerte à l'écoulement par rapport à l'arche d'un pont construit en 1724 (Photo 1-a). Mais les aménagements réalisés au cours des dernières années à la sortie du tunnel n'ont rien arrangé, la construction d'un théâtre de verdure et d'une promenade ayant conduit à n'offrir finalement aux eaux qu'un chenal rectangulaire, d'une section de quelques m2, couvert de dalles de béton qui ont été soulevées (Photos 1-a et 1-b). Avec un débit de pointe qui a peutêtre approché 100 m3 /s le 15 juin 2010 (REx Var, in Boudevillain, 2011), les eaux se sont écoulées à la fois en rive droite et par-dessus l'ancien pont, balayant la rue principale et la place de la Mairie, et réduisant le théâtre de verdure et la promenade en aval à l'état de ruines. Les débordements ont débuté à 15h30 et se sont poursuivis jusque dans la soirée.

17À Draguignan, au bas du Malmont, le ruisseau de la Riaille (bassin de 3,5 km2) entre dans une section couverte par une ouverture très étroite protégée par des barreaux contre lesquels se sont arrêtés des matériaux qui ont fait bouchon. Les eaux sont passées par-dessus bord et grossies d'autres apports (dont les pluies urbaines), ont emprunté différents chemins, dévalant la rue qui descend vers le centre-ville, d'une part, et inondant des immeubles et un lotissement construits dans une zone en cuvette (Photos 2), d'autre part. Le phénomène a débuté à 17h00, soit presque simultanément de ce qui s'est passé à Figanières, sur le versant oriental du Malmont. Il a été ici beaucoup moins long qu'aux Arcs, mais les secteurs en cuvette sont restés inondés, le réseau d'évacuation des eaux pluviales étant colmaté.

3.3. La Florièye et la Nartuby

18La Florièye s'est manifestée violemment à Taradeau où des habitations récentes proches de la rivière ont été inondées et pour certaines détruites. Avec un débit de pointe de 350 m3 /s environ (pour un bassin de 89 km2), la situation est devenue critique. Le pont enjambant la Florièye ne permettant pas le libre passage des eaux, le niveau est monté en amont jusqu'à submerger l'ouvrage. Vers 16h00, le remblai de rive droite a cédé, aggravant brusquement la situation en aval.

19Mais c'est la Nartuby qui a été la plus meurtrière (15 victimes). La forme en entonnoir du bassin versant en amont de Rebouillon favorise la concentration rapide des eaux. Vers 16h30, les écoulements sont devenus de plus en plus violents. La perturbation provoquée par le pont joignant le hameau aux résidences de rive droite a entraîné le dépôt des blocs charriés par la rivière. Le courant s'est déplacé en rive gauche, creusant un nouveau lit. Une maison, malheureusement occupée, a été emportée. Le débit de pointe a sans doute dépassé 300 m3 /s (bassin de 149 km2).

Photos 1 : Les Arcs – a : Entrée du Réal dans les tunnels sous l'arche du pont de 1724 (à droite, maison détruite), b : Sortie du Réal en aval de la place de la Mairie, au niveau du théâtre de verdure (noter le talus érodé en arrière plan), c : Chenal réduit (qui était couvert) en aval du théâtre. [Clichés : C. Martin, avril 2011, pour a, juillet 2010, pour b et c]

Photos 2 : Draguignan – a : Les eaux de la Riaille dévalant le boulevard de la Liberté. B : Le lotissement "Le Clos Jean Aicard" inondé (en arrière plan, le Malmont). [Clichés : Mairie de Draguignan, Edition spéciale juillet 2010 – Site : www.ville-draguignan.fr, onglet "Publications municipales"]

20De la sortie des gorges de Châteaudouble jusqu'en aval de Draguignan, les débordements ont été spectaculaires. Le lit majeur de la rivière, encaissé de plusieurs mètres, partout relativement étroit, ne pouvait pas évacuer tout le débit. Les ponts ont en outre joué un rôle négatif, soit qu'un pilier et des aménagements obstruent en partie le lit (pont vers Lorgues – qui avait déjà posé problème lors de la crue de 1974 : 124 m3/s à Trans, Banque Hydro : www.hydro.eaufrance.fr), soit qu'un tablier horizontal empiète sur le lit majeur. Aux ponts routiers s'ajoutent ceux de deux voies ferrées désaffectées dont les remblais forment obstacle. En amont de Draguignan, le pont d'Aups a ainsi accentué le débordement, mais en rive droite, donc sans effet pour la ville. En aval de Draguignan, un autre pont ferroviaire et ses remblais ont en revanche contribué à l'extension de l'inondation dans la zone d'activité commerciale. Le débordement de la Nartuby s'est déclenché vers 17h15, touchant toute la partie basse de Draguignan, la prison, une clinique, la médiathèque, la caserne principale des pompiers, de très nombreuses habitations (Photo 3) et commerces.

Photo 3 : Draguignan - Le lotissement "Les Florentins", dans la partie ouest de la ville. [Cliché : Mairie de Draguignan, Édition spéciale juillet 2010 – Site ; www.ville-draguignan.fr, onglet "Publications municipales"]

21En amont de Trans (bassin de 195 km2), se trouve une portion de vallée régulièrement inondée lors des fortes crues (débits de pointe supérieurs à 50 m3 /s). Une zone commerciale et des habitations y ont cependant été construites. Quelques aménagements font en outre de ce secteur un bassin de rétention potentiel : route surélevée en rive gauche, blocage des écoulements à l'aval par un pont dont le remblai d'accès ferme la cuvette, passerelle située immédiatement en aval et en contrebas du pont. Une partie des eaux ayant débordé en rive gauche ont contourné le centre-ville par les quartiers est (Photo 4-a). Mais le cœur du village, au niveau de la rupture de pente qui assure pourtant un écoulement rapide sous des ponts anciens largement calibrés (Photo 4-b), n'a pas été épargné en rive droite. Le fait qu'une l'arche latérale du Pont Vieux (XVIIème siècle) soit maintenant en grande partie obstruée n'a pas été sans conséquences.

22À la Motte, le vieux village est en retrait de la rivière, mais des lotissements ont été bâtis à proximité. L'encaissement de la rivière offre ici une section importante aux écoulements, si bien que le pont de la D254 n'a pas été submergé pour un débit de pointe de 350 m3/s environ. Certaines installations en bord de rivière ont cependant été touchées (station d'épuration, centrale hydroélectrique). Le débordement d'un canal d'arrosage a creusé des ravines entre des maisons. Mais surtout, un sapement de berge en rive convexe à provoqué dans la nuit l'effondrement de deux maisons et la mise en péril de plusieurs autres (Photos 5).

Photos 4 : Trans – a : Inondation en rive gauche à 20h29. b : La Nartuby sous le pont Bertrand à 19h14. [Clichés : Mairie de Trans, L'Écho de Trans, Spécial inondations]

Photo 5 : La Motte - Sapement de berge et effondrement de villas au niveau du lotissement "Les Hauts de la Nartuby". [Cliché : Les Agités de La Motte – Site : http://lesagitesdelamotte.unblog.fr]

23Enfin, au Muy (bassin de 225 km2), les habitations et les commerces en bord de Nartuby ont été inondés. Le pont de la D7 a constitué un élément d'autant plus aggravant qu'il a été obstrué par un mobile-home, des voitures et divers débris.

3.4. L'Argens

24Le débit de pointe à Roquebrune (bassin ≈ 2700 km2) est estimé à 2500m3 /s environ, plus de 50 % au-dessus du plus fort débit connu antérieurement (crue de décembre 1959) (Philippe Lefort, communication orale). Comparée aux 115 m3 /s observés en aval de Carcès et de la confluence avec la Bresque (Banque Hydro – bassin ≈ 1300 km2), cette estimation témoigne de l'abondance des écoulements dans le secteur le plus touché par l'épisode.

25Dans la basse plaine de l'Argens, aux crues rapides de l'Argens moyen et de ses affluents se substitue une crue lente. Une grande partie de la plaine est inondée (voir les photos aériennes sur le site : http://pluiesextremes.meteo.fr/​index.php). La montée des eaux devient préoccupante le 16 juin entre 2h00 et 4h00. Les dégâts sont considérables (habitations, locaux commerciaux et industriels, campings, exploitations agricoles…). Aucune alerte n'ayant été déclenchée, les populations sont totalement surprises. Sept décès seront à déplorer (Roquebrune et Fréjus).

4. Caractérisation des crues

4.1. Les traits remarquables

26Dans les bassins touchés par les précipitations les plus fortes, ce qui frappe d'abord, c'est l'abondance des débits de pointe. Toutefois les valeurs spécifiques sont restées généralement inférieures à 4 m3 /s/km2, alors que des précipitations de 30 mm/h tombant en continu sont susceptibles d'assurer un débit de 8 m3 /s/km2 après saturation totale du bassin versant. Pour les bassins les plus étendus, la valeur maximale a été relevée sur la Florièye à Taradeau (près de 4 m3 /s/km2, contre de 1,6 à 2 ou 2,5 m3 /s/km2 sur la Nartuby à La Motte, Trans et Rebouillon), ce qui est en relation avec la très forte intensité des pluies à Lorgues et à Taradeau de 14 à 16 heures. Le débit de pointe (en m3/s) a peu augmenté entre Rebouillon et La Motte, du fait de l'expansion de la crue dans les zones inondées.

27Après un début d'épisode hydrologique conforme aux fonctionnements habituels, les cours d'eau ont connu une montée de crue forte et rapide, qui a demandé une trentaine de minutes. Sur la Florièye, elle s'est produite vers 16h00, après des précipitations de l'ordre de 200 mm et en réponse à des averses particulièrement intenses depuis 14h00. Ici, comme sur la Nartuby et les autres bassins, avec la saturation de zones de plus en plus étendues, les réponses aux précipitations se sont faites très brutales, que les eaux ruissellent en surface où qu'elles circulent dans les niveaux supérieurs de calcaires fissurés et karstifiés.

28Dotés d'une très grande énergie, les cours d'eau ont arraché la ripisylve, érodé les berges et charrié des quantités énormes de matériaux auxquels se sont ajoutées un grand nombre de voitures en aval des secteurs urbanisés.

29Autre fait marquant, le maintien de précipitations abondantes et intenses pendant une douzaine d'heures. Elle explique l'importance de la crue de l'Argens à Roquebrune et l'inondation de toute sa basse plaine, le fleuve ayant cumulé des débits importants fournis par tous ses affluents en aval de Vidauban.

4.2. Les périodes de retour, cas de la Nartuby

30La Nartuby avait déjà connu un épisode très violent, en juillet 1827, à la suite d'un orage localisé sur le haut bassin versant. À Trans, le parapet du Pont Vieux a été endommagé et une maison a été engloutie. Mais il est difficile de comparer les situations. En effet, l'occupation du milieu était très différente en 1827, la forêt ayant alors une extension limitée. De toute façon, seule une étude statistique peut établir la probabilité de survenue d'un épisode d'ampleur donnée.

31Beaucoup de méthodes sont disponibles pour le calcul des périodes de retour. Elles fournissent des résultats très différents, si bien que leur choix n'est pas toujours innocent. Pour la Nartuby, le PPR de Draguignan (2005) utilise la méthode du Gradex : le débit moyen journalier vicennal est déterminé par la loi de Gumbel ; au delà, on considère que toute nouvelle pluie est écoulée ; les débits de pointe de crue références sont ensuite estimés en multipliant les débits journaliers références par la valeur moyenne des rapports entre les débits de pointe et les débits journaliers trouvés pour les plus grosses crues enregistrées. Je suis reparti des résultats de ce document, mais en recalant les débits références de sorte que le débit de pointe vicennal corresponde à celui fourni par la loi de Gumbel appliquée aux débits instantanés. Par cette approche, la période de retour du débit de pointe de la Nartuby à Trans le 15 juin 2010 (estimé avec beaucoup de prudence à 320-350 m3 /s) apparaît supérieure à 400 ans, sans risque systématique qu'elle soit surestimée, bien au contraire. J'ajouterai que si les débordements sérieux ont débuté bien avant que le débit maximal ait été atteint, la période de retour correspondant au début des graves problèmes est au moins de 200 ans, que l'on considère le débit (de l'ordre de 250 m3/s) ou les précipitations (200 mm, avec des intensités très fortes dans les dernières heures).

32Bien sûr, en ajoutant un événement aussi exceptionnel que celui de juin 2010 à une chronique courte (depuis 1969 à Trans), les périodes de retour se trouveraient sensiblement réduites. Mais la représentativité des résultats ne serait évidemment pas satisfaisante.

5. Prévision et gestion de l'événement

33Météo France avait parfaitement prévu un très fort épisode orageux sur la façade méditerranéenne française et en avait progressivement affiné la localisation. Des pluies pouvant atteindre jusqu'à 250 mm étaient annoncées, ce qui était logique compte tenu des données anciennes. En revanche, les risques d'inondation étaient sous-estimés, quelques débordements localisés étant envisagés. Mais Météo France n'a pas de compétence dans ce domaine et le Service de prévision des crues n'assurerait encore aucun suivi dans le bassin de l'Argens. Il est toutefois regrettable que la mesure de la situation n'ait pas été prise dans l'après-midi du 16 juin, l'alerte météo étant maintenue à l'orange alors qu'un passage au rouge s'imposait.

34Localement, tous les services compétents ont été surpris, à l'image du Maire de Draguignan en réunion au rez-de-chaussée de la caserne des pompiers subitement inondée. Mais la réaction a partout été efficace. Près de 2500 personnes ont été secourues (plus de 1300 par hélitreuillage), dont 300 dans une situation très critique (Charaud et Paya, in CETE, 2011). Dans les jours suivants, l'armée est venue en renfort pour aider à une certaine remise en ordre, sinon en état.

35Cet épisode pose évidemment le problème de la transmission des informations. En effet, alors que la situation à Trans et aux Arcs était très difficile depuis 16h00, aucune disposition n'a été prise ailleurs pour que les populations soient mises en sécurité. Beaucoup de personnes ont donc quitté leur travail et emprunté les routes à 17h00, juste avant que la Nartuby connaisse sa montée de crue brutale à Draguignan.

36Plus surprenant, aucune alerte et aucun conseil n'ont été adressés aux populations de la plaine inférieure de l'Argens. Certes, sur les cours d'eau affluents, les débits les plus forts ont été atteints en début de soirée, mais les conséquences de l'épisode en aval de Roquebrune étaient déjà prévisibles à 18h00. Aucune réponse n'a été pour l'instant donnée à cette interrogation.

37Presque une année après, les choses ont repris leur cours. Mais il reste encore à faire. Les assurances n'ont pas tout remboursé, notamment dans le cas des collectivités territoriales. Les aides promises par l'État sont loin d'avoir été intégralement versées. Beaucoup de communes se sont lourdement endettées.

6. Conclusion

38Le bilan humain et matériel de l'épisode pluviométrique du 15 juin 2010 est très lourd. Il devrait inciter à prendre quelques dispositions pour améliorer la sécurité des biens et des personnes dans l'avenir. Au delà d'une amélioration des prévisions météorologiques et de connaissances plus fines des fonctionnements hydrologiques, on peut espérer la mise en place d'un service d'alerte hydro-météorologique plus efficace. Pour le reste, si les mesures bien connues en la matière (d'interdiction ou d'obligation) seront peut-être appliquées, il n'en demeure pas moins vrai que mis à part quelques cas particuliers, il sera impossible de modifier grand-chose. Bien sûr, des efforts devront être faits pour faciliter et/ou accélérer la circulation des eaux dans les secteurs où les implantations humaines sont menacées. Bien sûr, quelques zones pourront être préservées pour l'expansion des crues, à supposer que des espaces non occupés existent encore dans chaque bassin versant. Mais cela sera bien peu, car beaucoup d'aménagements ont été réalisés sur lesquels il sera difficile de revenir. L'État a décidé de fermer la prison de Draguignan plutôt que de la réaménager, mais ce geste ne peut avoir qu'une portée symbolique… ou politique. À quelques exceptions près, les habitations et les locaux professionnels resteront là où ils se trouvent, et d'autres viendront sans doute s'y ajouter du fait de la pression socio-économique, que ce soit dans le bassin de la Nartuby ou dans la basse plaine de l'Argens.

39Au demeurant, s'il a été catastrophique, l'épisode du 15 juin 2010 a aussi comme caractère d'être exceptionnel. Chaque année, la probabilité pour qu'un épisode au moins équivalent se produise est inférieure à 1/400 à Trans et elle est encore plus faible à Rebouillon et à Taradeau. Pour l'amorce des problèmes sérieux, la probabilité, dans tout ce secteur, reste en dessous de 1/200. Enfin, une inondation comme celle observée dans la basse plaine de l'Argens en juin 2010 ne peut être provoquée que par des précipitations extrêmement abondantes sur une grande partie du bassin versant, suffisantes en tout cas pour entraîner une forte concentration des écoulements. Contrairement à l'avis du REx Var (Fourmigué et al., in CETE 2011), qui avance pour l'instant une période de retour de 100 ans, il faut certainement ici aussi considérer l'épisode de juin 2010 comme pluri-centennal.

40Les décisions devront tenir compte à la fois de la nécessité de protéger la population, des contraintes socio-économiques et de la réalité objective du risque. Il n'existe pas de solution toute faite. Définir des actions pertinentes nécessite d'examiner l'ensemble des enjeux et de chercher entre eux un équilibre qui permette, en fonction des moyens disponibles, d'assurer un bon niveau de sécurité au regard du risque, tout en ne bloquant pas le développement.

Bibliographie

Références :

ARTIGUE, G., DUMAS, D., MERTZ, C. et WESOLEK, E., 2010. Retour d'expérience sur la prévision météorologique et hydrologique d'un épisode diluvien exceptionnel. Édit. KERAUNOS, Observatoire Français des Orages Violents et des Tornades : 20 p. En ligne : www.keraunos.org/recherche_inondations_var_15_juin_2010_prevision.pdf.

BOUDEVILLAIN, B., 2011. Risque hydrométéorologique, crues et inondations. Université Joseph Fourier/Diffusion des savoirs, Cours 1 : Introduction. En ligne : www.lthe.fr/PagePerso/boudevil/ENS/DDS-364-cours1.pdf.

CETE, 2011. Présentations de la journée technique du 15 mars 2011 "Retour d’expériences sur les intempéries des 15 et 16 juin 2010 dans le Var". CETE Méditerranée. En ligne : www.cete-mediterranee.fr/fr/breve.php3 ?id_breve=70.

LANG, M. et LAVABRE, J., 2007. Estimation de la crue centennale pour les plans de prévention des risques d'inondations. Édit. Quæ, collection "Update Sciences & Technologies" : 232 p.

MARTIN, C., 2010. Les inondations du 15 juin 2010 dans le Centre Var : réflexion sur un épisode exceptionnel. Ét. Géogr. Phys., XXXVII : 41-76. En ligne : www.physio-géo.fr (onglet E. G. P.).

PPR Draguignan, 2005. Plan de Prévention des Risques Prévisibles (PPR). Commune de Draguignan. La Nartuby. 1 - Note de présentation. Direction Départementale de l'Équipement du Var et Direction Régionale de l'Environnement Provence-Alpes-Côte d'azur : 22 p. + 5 annexes.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Localisation du terrain d'etude et precipitations au cours de Pepisode (du 14 juin a 8h00 au 16 juin a 8h00). Image satellitaire : GOOGLE Earth. Precipitations : Meteo-France, CIRAME, observateurs amateurs
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13187/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Légende Photos 1 : Les Arcs – a : Entrée du Réal dans les tunnels sous l'arche du pont de 1724 (à droite, maison détruite), b : Sortie du Réal en aval de la place de la Mairie, au niveau du théâtre de verdure (noter le talus érodé en arrière plan), c : Chenal réduit (qui était couvert) en aval du théâtre. [Clichés : C. Martin, avril 2011, pour a, juillet 2010, pour b et c]
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13187/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 928k
Légende Photos 2 : Draguignan – a : Les eaux de la Riaille dévalant le boulevard de la Liberté. B : Le lotissement "Le Clos Jean Aicard" inondé (en arrière plan, le Malmont). [Clichés : Mairie de Draguignan, Edition spéciale juillet 2010 – Site : www.ville-draguignan.fr, onglet "Publications municipales"]
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13187/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 796k
Légende Photo 3 : Draguignan - Le lotissement "Les Florentins", dans la partie ouest de la ville. [Cliché : Mairie de Draguignan, Édition spéciale juillet 2010 – Site ; www.ville-draguignan.fr, onglet "Publications municipales"]
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13187/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Photos 4 : Trans – a : Inondation en rive gauche à 20h29. b : La Nartuby sous le pont Bertrand à 19h14. [Clichés : Mairie de Trans, L'Écho de Trans, Spécial inondations]
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13187/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Photo 5 : La Motte - Sapement de berge et effondrement de villas au niveau du lotissement "Les Hauts de la Nartuby". [Cliché : Les Agités de La Motte – Site : http://lesagitesdelamotte.unblog.fr]
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13187/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 104k

© IRD Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540