Version classiqueVersion mobile

La lutte antivectorielle en France

 | 
Didier Fontenille
, 
Christophe Lagneau
, 
Sylvie Lecollinet
, 
et al.

3. Les zoonoses transmises par des vecteurs

Fièvre de la vallée du Rift

Texte intégral

1. Introduction

1La fièvre de la vallée du Rift ou FVR (Rift valley fever en anglais) est une arbovirose exotique due à un virus qui appartient à la famille des Bunyaviridae du genre Phlebovirus à ARN simple brin et de polarité négative (Swanepoel, Coetzer, 2004). Cette virose est une zoonose redoutable, présente essentiellement sur le continent africain et affectant surtout les ruminants domestiques et sauvages. En raison de la multiplicité des vecteurs potentiels (moustiques du genre Aedes, Culex…) de cette virose, de sa capacité à s’étendre au-delà de son foyer d’origine depuis plusieurs années et de l’accroissement de tous les facteurs, dont le réchauffement climatique, favorisant l’émergence de maladies infectieuses exotiques, la FVR figure parmi les maladies infectieuses fortement susceptibles d’émerger là où elle est inconnue jusqu’alors.

2. Situation actuelle de la fièvre de la vallée du Rift

2La fièvre de la vallée du Rift est désormais pratiquement présente sur l’ensemble du continent africain à l’exception des pays nord du Magreb (Maroc, Algérie, Tunisie et Libye). Elle a été décrite dans tous les autres pays ou presque, soit simplement lors d’enquêtes sérologiques soit lors d’épizooties/épidémies quelquefois très importantes. Deux exemples pour illustrer ces épisodes importants :

  • en 1950-51, en Afrique du Sud, plus de 500 000 avortements et plus de 100 000 morts chez les moutons ont été enregistrés au cours d’une épizootie de FVR qui reste parmi les plus sévères connues (Swanepoel, Coetzer, 2004) ;
  • en 1977-78, ce sont plus de 200 000 cas humains estimés avec 598 morts qui ont été recensés à la suite de la première incursion de la FVR en Égypte, probablement liée à l’importation de chameaux infectés en provenance du Soudan voisin (Meegan, 1979).

3La FVR a déjà aussi émergé hors du continent africain pour provoquer une importante épizootie/épidémie en 2000 dans la péninsule arabique (Arabie Saoudite et Yémen). Madagascar et très récemment l’archipel des Comores avec l’île française de Mayotte ont également connu des épisodes de circulation de FVR. À chaque nouvelle incursion, les études phylogénétiques ont pu montrer l’origine du virus en cause, soit à partir de l’Égypte soit à partir du Kenya et de la Tanzanie, à l’origine de deux grands groupes de virus de la FVR, le troisième groupe étant situé dans les pays de l’Afrique de l’Ouest : Sénégal, Mauritanie… (Sall, Zanotto et al., 1999 ; Shoemaker, Boulianne et al., 2002). Les épisodes de FVR les plus récents concernent :

  • la Tanzanie, le Kenya et la Somalie au printemps 2007 ;
  • le Soudan à l’automne 2007 ;
  • l’Afrique du Sud et les pays limitrophes (Mozambique et Swaziland) au printemps 2008 ;
  • l’archipel des Comores et l’île de Mayotte au printemps 2008 ;
  • et Madagascar avec une importante épidémie toujours en cours avec une cinquantaine de cas humains fatals actuellement recensés1.

4Ce recensement indique donc une activité toujours importante du virus de la FVR avec, pour la première fois, une incursion dans un territoire d’outre-mer français, l’île de Mayotte.

3. Vecteurs et épidémiologie de la FVR

5Plusieurs espèces de moustiques (principalement du genre Aedes, Culex, Anopheles…) sont susceptibles de véhiculer le virus de la FVR ; le virus a été ainsi retrouvé chez plus de 40 espèces de moustiques capturés dans la nature (cité par Moutailler, Krida et al., 2008). Il est désormais montré que des moustiques présents, parfois parmi les populations de moustiques les plus nombreuses, dans des pays autour du bassin méditerranéen (Tunisie et France), sont compétents pour transmettre le virus de la FVR, même si leur niveau de compétence exprimé en pourcentage de femelles infectées reste plus faible que les espèces du continent africain : c’est le cas de moustiques du genre Culex (C. pipiens) ou du genre Aedes (A. caspius, A. detritus, A. albopictus) (Moutailler, Krida et al., 2008).

6Les espèces animales sensibles sont surtout les ruminants domestiques et sauvages et plus encore les plus jeunes parmi ces animaux ; ainsi la mortalité avoisine les 100 % chez les très jeunes agneaux ou chevreaux de moins de 8 jours. Le tableau 12 classe les espèces animales selon leur degré de sensibilité au virus de la FVR.

Tableau 12 : Sensibilité de l’homme et des animaux au virus de la fièvre de la vallée du Rift (d’après P. C. Lefèvre, 1989)

Tableau 12 : Sensibilité de l’homme et des animaux au virus de la fièvre de la vallée du Rift (d’après P. C. Lefèvre, 1989)

7La survenue d’une épizootie/épidémie de FVR est souvent associée avec des histoires d’eau : saison des pluies, pluies diluviennes, mise en eau de barrages ou de canaux d’irrigation… propices à la pullulation des moustiques compétents pour la FVR. En revanche, les conditions de maintien du virus entre deux épisodes de FVR restent mal connues ; il est démontré que le virus peut être transmis, pour certaines espèces de moustiques du genre Aedes, à la descendance et se maintenir dans les œufs de moustiques pendant de longues périodes. Cette modalité correspondrait à une forme de résistance du virus aux conditions extérieures en profitant de l’éclosion des œufs infectés à la faveur de nouvelles pluies pour à nouveau se disséminer pour peu qu’il y ait dans l’entourage des espèces sensibles au virus et capables de l’amplifier via des virémies très élevées. Ainsi le cycle général de la FVR, représenté dans la figure 11 montre :

  • un cycle d’entretien ou silencieux fait : 1) de contacts entre moustiques infectés et des animaux réservoirs (sans qu’il soit possible à l’heure présente de dire qui sont exactement ces animaux réservoirs : ruminants sauvages ? rongeurs ?…) ; et 2) de la survie d’œufs infectés de moustiques dans les boues des étangs asséchés en période sèche ;
  • un cycle d’amplification quand les conditions sont réunies (fortes pluies) pour permettre l’éclosion puis la pullulation de moustiques infectés en contact avec des animaux domestiques proches et les personnes en charge de ces animaux et capables d’amplifier le virus conduisant à une épizootie/épidémie.

Figure 11 : Cycle général de la fièvre de la vallée du Rift sur le continent africain (d’après P. C. Lefèvre, 1989)

Figure 11 : Cycle général de la fièvre de la vallée du Rift sur le continent africain (d’après P. C. Lefèvre, 1989)

8Il est intéressant de noter qu’en Afrique australe, les conditions météorologiques favorables à la survenue des épizooties de FVR sont désormais relativement bien codifiées ; les « flambées » de FVR peuvent être ainsi prédites jusqu’à quelques mois à l’avance via des systèmes satellitaires d’enregistrement des données sur les phénomènes météorologiques et la végétation (Linthicum, Anyamba et al., 1999).

4. La maladie chez l’Homme

9La FVR est une zoonose redoutable, même si le pourcentage total de cas fatals lors des épidémies reste autour de 1 % de la population infectée. Parmi cette population, la plupart des personnes entrées en contact avec le virus ne développent aucun signe ou un syndrome pseudogrippal pouvant passer inaperçu. Une proportion de personnes infectées comprise entre 5 et 20 % selon les publications développe des signes plus ou moins sérieux selon la focalisation du virus. Fièvre, hépatite aiguë souvent associée à des signes abdominaux et rénaux, troubles nerveux survenant 1 à 4 semaines après les premiers symptômes, manifestations hémorragiques et atteintes oculaires sont alors les signes caractéristiques d’une épidémie de FVR chez l’Homme, comme cela a pu être montré lors de l’épidémie de FVR en Arabie Saoudite et au Yémen (Madani, Al-Mazrou et al., 2003). Dans cette étude, sur les 683 patients hospitalisés avec signes cliniques, 95 soit 13,9 % sont décédés : la mortalité a été plus fréquemment associée aux patients présentant des saignements, des troubles nerveux et/ou un ictère.

5. La maladie chez l’animal

10La FVR chez l’animal peut revêtir différentes formes selon l’âge, l’espèce et le statut physiologique des animaux infectés par le virus. Chez les très jeunes animaux, c’est la forte mortalité sans vrais signes annonciateurs qui dominera. Chez les animaux plus âgés (plus de 2 semaines), le symptôme les plus évident sera une forte fièvre (> 42 °C) plus ou moins accompagnée par différents autres signes : inappétence, ictère, diarrhée fétide et sanguinolente, jetage nasal mucopurulent et teinté de sang… Une proportion variable d’animaux va mourir : entre 5 à 60 %, avec une plus faible mortalité chez les animaux les plus âgés. Si la contamination survient au moment de la gestation, le signe le plus évocateur de la FVR sera les avortements massifs à tel point que les Anglo-Saxons ont surnommé ces vagues d’avortements par le terme abortion storm qui surviennent à tous les stades de la gestation.

6. Transmission

11La fièvre de la vallée du Rift est une virose d’évolution aiguë avec une période d’incubation courte tant chez l’animal que chez l’homme, souvent seulement de quelques heures à quelques jours. La virémie est très rapide, plutôt fugace puisqu’elle ne dure que quelques jours (maximum une dizaine de jours mais généralement moins dans la plupart des cas), mais atteint des pics élevés de l’ordre de 108 à 1010 particules virales par ml de sang. Ces virémies importantes favorisent les repas infectants chez les moustiques compétents et contribuent ainsi à la dissémination et à la pérennisation de la maladie.

12Il existe deux modalités principales de transmission de la FVR à l’homme : soit par piqûres de moustiques infectés, soit par contact direct avec des animaux infectés et/ou malades, essentiellement les ruminants domestiques. D’autres modalités plus marginales ont été évoquées sans que leur importance épidémiologique ait pu être réellement évaluée ; c’est le cas notamment de la transmission par le lait cru, souvent citée mais rarement authentifiée. Il est important de noter aussi que le virus de la FVR est responsable d’infections de laboratoire, d’où la nécessité de travailler ce virus en conditions confinées de niveau 3 (catégorie « BSL3 »). En revanche, il n’y a pas de transmission interhumaine directe démontrée notamment chez le personnel hospitalier en charge des malades atteints de FVR.

13Les modalités de transmission entre animaux sont similaires avec cependant une prépondérance de la transmission directe d’animal à animal notamment lors des avortements massifs survenant après l’introduction du virus dans une population de ruminants via un moustique infecté ; cette transmission directe d’animal à animal explique le caractère épizootique (flambée) que revêt la FVR dans un bassin de production donné.

7. Le diagnostic de la FVR

14Chez l’animal, outre le diagnostic épidémiologique et clinique qui doit faire la différence entre différentes infections susceptibles d’entraîner des mortalités brutales des jeunes animaux et/ou des avortements massifs, le diagnostic de la FVR au laboratoire se fait selon deux modalités complémentaires :

  • le diagnostic direct avec l’isolement du virus ou plus fréquemment, maintenant, la recherche de l’ARN viral par RT-PCR par PCR conventionnelle ou en temps réel ;
  • le diagnostic indirect avec la recherche des anticorps spécifiques du virus de la FVR dans le sérum des animaux suspects ou chez l’Homme : soit les IgM présentes entre le 4e jour et le 40-60e jour après l’infection signant donc une infection récente et en conséquence une circulation virale récente ; soit les IgG qui apparaissent un peu plus tardivement mais persistent pendant une longue période, conférant à l’animal ou à l’Homme infecté une très longue et forte immunité contre une ré-infection. Parmi ces anticorps, les anticorps neutralisants dirigés contre les glycoprotéines GC et GN sont importants pour la protection et sont utilisés pour la technique sérologique de référence, la séro-neutralisation virale, très spécifique mais nécessitant la manipulation du virus vivant.

8. Prévention et contrôle de la fièvre de la vallée du Rift

15Les mesures visant à contrôler les vecteurs sont peu efficaces et ne sont qu’un palliatif en cas d’épizootie de FVR. Seule la vaccination permet un contrôle effectif de la maladie. À l’heure actuelle, les seuls vaccins disponibles pour les animaux sont notamment produits en Afrique du Sud et sont au nombre de deux : un vaccin vivant produit à partir de la souche Smithburn et un vaccin inactivé. Le vaccin vivant a l’avantage d’induire une immunité solide et durable après une seule injection, mais possède l’inconvénient d’avoir un pouvoir pathogène résiduel chez la brebis ou la chèvre gestante en provoquant des avortements et/ou des malformations foetales. Le vaccin inactivé a l’avantage de ne présenter aucun effet adverse, mais l’immunité induite par ce vaccin est de courte durée et nécessite des rappels annuels. Il est recommandé pour une utilisation chez les animaux gravides ou dans des régions où la présence de la FVR est très récente.

16Compte tenu de la gravité de la FVR et de son caractère zoonotique, à l’échelle d’une région ou d’un pays, la déclaration de foyers de FVR est obligatoire auprès de l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) et de l’OMS ; la notification de la FVR est alors accompagnée par des mesures sanitaires visant à éviter la dissémination de la maladie, en particulier par le contrôle des mouvements des animaux et des produits animaux, selon les recommandations établies par l’OIE (Gerdes, 2004).

9. La situation actuelle dans l’océan Indien

17La FVR est présente actuellement dans certains pays et îles de l’océan Indien depuis le début de l’année 2008 : c’est le cas de Madagascar et de l’archipel des Comores, incluant l’île française de Mayotte. Dans les deux cas, les situations sont très changeantes puisque la FVR sévit en ce moment. Pour ces deux régions, il a été clairement démontré que des vecteurs compétents pour le virus de la FVR sont bien présents sur ces îles.

9.1. Madagascar

18Madagascar a connu par le passé plusieurs épizooties/épidémies de FVR avec une première véritable épizootie remontant au début des années 1990 (Morvan J., Fontenille D. et al. et coll., 1991), alors que le virus de la FVR avait été déjà isolé quelques années plus tôt (Mathiot, Ribot et al., 1984), démontrant une évolution enzootique de la FVR dans ce pays entrecoupée par des épizooties/épidémies à intervalles réguliers, à l’instar de l’épisode actuel de 2008. Jusqu’à présent, l’épizootie, actuelle, selon le dernier bulletin officiel de l’OMS2, sévit dans plusieurs régions de la grande île de Madagascar avec un nombre important de cas humains : 418 cas suspectés et recensés au 18 avril 2008 dont 17 décès ; parmi ces cas suspects, 59 ont été confirmés par le laboratoire de référence, l’Institut Pasteur de Madagascar. L’épizootie animale a été déclarée officiellement à l’OIE3 le 9 avril 2008 avec un premier foyer dans un élevage bovin avec une réponse sérologique IgM positive, signant une infection récente de l’élevage. Des moustiques infectés (cycle d’entretien) seraient à l’origine de la résurgence de la maladie selon le rapport transmis à l’OIE. Les mesures mises en place sont : le contrôle des vecteurs par la mise en place d’une lutte antivectorielle, le contrôle des mouvements des animaux, un suivi sérologique et virologique de l’épizootie, mais pas de vaccination envisagée au moment de l’émission du rapport.

9.2. L’archipel des Comores

19A priori, l’origine de la FVR dans l’archipel des Comores est différente de la situation à Madagascar puisque la FVR était inconnue à ce jour dans l’Archipel. Selon le rapport transmis à l’OIE par les autorités françaises le 14 mai 20084, la source de la maladie serait due à l’importation illégale d’animaux infectés par le virus de la FVR en provenance des îles de l’Union des Comores (notamment d’Anjouan), elles-mêmes probablement infectées à la suite d’importations d’animaux malades en provenance de l’Afrique australe dont le Kenya où sévissait fin 2007 un épisode important de FVR.

9.3. L’île de Mayotte

20À la Réunion et à Mayotte, l’évolution des flambées épidémiques d’Afrique de l’Est et de Madagascar ont été suivies avec attention dès que l’épidémie d’Afrique de l’Est a été confirmée officiellement (Cire Réunion Mayotte, 2008). La prise en charge, mi-2007, à Mayotte, suite à une évacuation sanitaire, d’un jeune garçon résidant en Grande Comore, atteint de la forme neurologique de la maladie, a conforté cette perception d’un risque d’émergence de la fièvre de la vallée du Rift à Mayotte lié à une possible circulation de ce virus aux Comores (Cire Réunion Mayotte, 2008). De plus la connaissance d’observations, toutefois mal étayées, d’un nombre anormalement élevé d’avortements au sein du bétail comorien n’a fait que renforcer cette perception d’un risque nouveau pour Mayotte. Cela a conduit les services vétérinaires de Mayotte à mettre en œuvre une étude sérologique sur un échantillon de sérums prélevés fin 2007 sur les bovins de Mayotte (prélèvements réalisés régulièrement dans le cadre des plans de contrôles) et sur des sérums de caprins importés illégalement d’Anjouan. Cette première étude a permis la mise en évidence d’anticorps anti-FVR sur 13 bovins sur les 79 testés et sur 4 chèvres (sur 29 testées).

21Afin de confirmer une réelle circulation du virus sur l’île de Mayotte, des bovins qui ne présentaient pas d’anticorps anti-FVR fin 2007 ont été de nouveau prélevés en mars 2008. Sur 18 bovins prélevés, la présence d’anticorps anti-RVF a été retrouvée sur 1 animal, signant ainsi formellement la circulation récente du virus dans le cheptel de Mayotte. De plus, sur 12 chèvres élevées localement testées en 2008, 9 avaient également des anticorps anti-FVR. Une enquête sérologique a alors été menée par la Direction des affaires sanitaires et sociales de Mayotte, en lien avec les services vétérinaires, chez les personnes vivant à proximité des cheptels concernés. Elle a confirmé que quelques professionnels travaillant au contact d’animaux de cheptels (4 personnes) présentaient également des anticorps anti-FVR. Si dans 3 cas, le contact semblait ancien (présence d’IgG isolées), l’une des personnes concernées, un professionnel très exposé notamment aux liquides biologiques des animaux (mode de contamination le plus fréquent pour la fièvre de la vallée du Rift), présentait des IgM témoignant d’une infection récente. Sur la base de ces éléments, le laboratoire du Centre hospitalier de Mayotte (CHM) a testé rétrospectivement pour la FVR, 217 sérums de patients conservés dans sa sérothèque. Il s’agissait de sérums de personnes qui avaient consulté au CHM pour un syndrome d’allure grippal, entre le 1er septembre 2007 et le 31 mai 2008. Pour tous ces patients la recherche de paludisme, chikungunya, dengue et leptospirose s’était révélée négative lorsque le diagnostic avait été évoqué par les cliniciens. À la fin mai 2008, 9 des 217 (4,1 %) sérums ainsi testés par le laboratoire du CHM avaient révélé soit la présence de virus de la FVR (RT-PCR positive pour 6 personnes) soit un marqueur d’infection récente (présence d’IgM dans 3 cas). Le Centre national de référence des arbovirus a confirmé ces résultats. Les personnes infectées étaient majoritairement des hommes (8/9, 87,5 %), l’âge médian (extrêmes) était de 22 ans (16-46). La répartition temporelle montrait : 1 cas ayant présenté des signes cliniques en septembre 2007, 4 cas en janvier 2008, 3 cas en mars 2008 et 1 cas en mai 2008.

22Les cas étaient dispersés sur l’ensemble des 4 grandes régions de l’île avec toutefois 2 cas survenant chez des personnes résidant dans un même quartier du grand Nord. Une exposition à un facteur de risque potentiel au virus de la FVR a pu être recherchée chez 8 des 9 personnes infectées. Des expositions ont été retrouvées pour 5 personnes : activité en lien avec les animaux (3 personnes), consommation de lait cru local (1 cas), contact indirect avec un avorton animal (1 personne). Pour les 3 autres cas, pour lesquels aucune exposition à des animaux ou produits animaux n’a été retrouvée, l’enquête a permis d’identifier la présence de très nombreux gîtes larvaires dans l’environnement immédiat de leur résidence. Le tableau clinique était dans tous les cas un syndrome grippal. Seul un patient par ailleurs atteint d’une cirrhose post-hépatite B a présenté des signes hémorragiques. L’évolution clinique a été favorable chez toutes les personnes infectées. Des travaux complémentaires sont actuellement en cours. Il s’agit d’une part du typage phylogénique à partir des sérums des 6 personnes virémiques au moment du prélèvement. Par ailleurs, une recherche sérologique sur 304 sérums d’animaux tirés au sort sur l’ensemble du territoire a permis de mettre en évidence une prévalence de 10,5 % dans le cheptel bovin de Mayotte. La confirmation de la circulation autochtone du virus de la FVR à Mayotte a conduit les autorités de Mayotte à émettre des recommandations en termes de surveillance épidémiologique et de prévention de cette maladie (Cire Réunion Mayotte, 2008).

9.3.1. La surveillance épidémiologique

23Celle-ci repose pour l’essentiel sur le laboratoire du CHM. Cette surveillance a pour but d’objectiver la circulation du virus chez l’homme, y compris hors saison des pluies, tout en proposant aux cliniciens d’intégrer cette infection virale dans leur démarche diagnostique. À cette fin, la surveillance repose sur la recherche systématique par confirmation biologique d’une infection par le virus FVR, CHIK ou dengue ou encore de la leptospirose en fonction du contexte clinique et après élimination du paludisme par test optimal® négatif. C’est sur la base des résultats biologiques que le laboratoire du CHM signalera à la Dass de Mayotte les cas positifs (RT-PCR positive ou présence d’IgM) qui conduiront à la mise en œuvre d’investigations et d’actions de santé publique.

9.3.2. Mesures de prévention et de protection

24C’est bien le contact rapproché avec les animaux et plus particulièrement avec leurs liquides biologiques, directement ou indirectement ou par l’intermédiaire d’aérosols, qui constitue le facteur de risque de contamination le plus important. Par conséquent, il est préconisé de porter des gants et des vêtements de protection adaptés en cas de participation à une activité d’abattage, et de faire attention au moment de manipuler des animaux malades, à leurs tissus ou leurs liquides biologiques. Par ailleurs, tous les produits animaux (sang, viande et lait cru notamment) doivent être soigneusement cuits avant d’être consommés. Enfin, il est conseillé d’adopter des mesures de prévention contre les proliférations de moustiques (individuelles et communautaires) et de protection contre leurs piqûres. La préfecture de Mayotte a émis un avis le 2 juin 2008, rappelant les mesures de précautions à mettre en oeuvre pour limiter les risques de contracter la fièvre de la vallée du Rift, notamment en cas de participation à des abattages ou en lien avec la consommation de viande en provenance d’animaux malades.

10. Discussion

25Compte tenu des éléments précités : 1) nombreux moustiques vecteurs du virus incluant des moustiques déjà présents sous des latitudes tempérées et parfois en grand nombre (Moutailler, Krida et al., 2008) ; 2) virémies de courte durée mais très élevées ; 3) démonstration de la capacité du virus à coloniser de nouveaux territoires comme l’ont démontré les émergences de la fièvre de la vallée du Rift en Mauritanie, en Égypte, à Madagascar, dans la péninsule arabique ; et 4) réchauffement climatique source de modifications de la distribution des vecteurs potentiels notamment (Pépin, Boireau et al., 2007), le virus de la fièvre de la vallée du Rift figure parmi les virus émergents potentiels dans les pays où le virus est inconnu actuellement, en particulier l’Europe.

26Vu ce potentiel émergent les agences internationales et nationales en lien ou à la demande des autorités sanitaires ont mis en œuvre des analyses de risque sur le danger d’introduction et de diffusion du FVR en raison de son caractère zoonotique marqué. En France, une évaluation de risque centrée sur l’île de Mayotte est en cours sous l’égide de l’Afssa. C’est l’introduction d’animaux malades dans un pays indemne (par rapport à l’introduction du virus via des personnes infectées, ou via des moustiques infectés ou par l’intermédiaire de produits animaux infectés) qui a été identifiée comme la modalité d’introduction la plus probable, à l’exemple de l’épisode actuel dans l’archipel des Comores ou des épizooties dramatiques de FVR en Egypte au milieu des années 1970 (Meegan, Hoogstraal et al., 1979).

27Les premiers éléments disponibles à Mayotte ont montré une circulation du virus de la FVR à la fois chez l’animal et l’homme indiquant un réel potentiel de transmission autochtone et épidémique. Cette situation nouvelle appelle à l’actualisation des modalités de diagnostic de la maladie animale et humaine et sa mise à disposition localement, la mise en place d’un système de surveillance épidémiologique en santé animale et humaine coordonnée pour identifier le plus rapidement possible une éventuelle émergence et limiter ainsi ses conséquences, et par un investissement en recherche fondamentale et appliquée. Il s’agit notamment d’évaluer : 1) l’importance de la circulation aussi bien en santé animale qu’humaine, les sources d’introduction, les réservoirs, les modes de transmission, les populations à risque et le rôle des vecteurs ; 2) décrypter les facteurs de virulence du virus ; 3) développer des vaccins animaux et humains et/ou des traitements anti-viraux efficaces, sans effets adverses et simples d’emploi ; et 4) mieux connaître l’écologie virale (réservoir, vecteurs…).

Bibliographie

Bibliographie

Cire Réunion Mayotte, 2008 - Confirmation de la circulation à Mayotte du virus de la vallée du Rift : mise en évidence d’une maladie émergente sur ce territoire. Bulletin épidémiologique de la Réunion Mayotte (Epirem) ; 3 : http://www.reunion.sante.gouv.fr/epidemiologie/epirem-3.pdf

Gerdes G. H., 2004 - Chapter 2.1.8. Rift Valley Fever. In: OIE, editor. Manual of Diagnostic Tests and Vaccines for Terrestrial Animals (mammals, birds and bees). Fifth Edition ed. Paris, Office international des épizooties : 185-94.

Lefevre P. C., 1989 - La fièvre de la vallée du Rift. Annales de Médecine vétérinaire ; 133 :453-63.

Linthicum K. J., Anyamba A. et al. et coll., 1999 - Climate and satellite indicators to forecast Rift Valley fever epidemics in Kenya. Science; 285(5426):397-400.

Madani T. A., Al-Mazrou Y. Y. et al. et coll., 2003 - Rift Valley Fever Epidemic in Saudi Arabia: Epidemiological, Clinical, and Laboratory Characteristics. Clinical Infectious Diseases ; 37(8) :1084-92.

Mathiot C., Ribot J. J. et al. et coll., 1984 - Rift valley fever and Zinga virus: a pathogenic arbovirus in man and animal new for Madagascar. Fièvre de la vallée du Rift et virus Zinga : un arbovirus pathogène pour l'homme et l'animal nouveau pour Madagascar. Archives de l'institut Pasteur de Madagascar; 51(1):125-33.

Meegan J. M., 1979 - The Rift Valley fever epizootic in Egypt 1977-78. I. Description of the epizootic and virological studies. Transactions of the Royal Society of Tropical Medicine and Hygiene;73(6):618-23.

Meegan J. M., Hoogstraal H. et al., 1979 - Moussa MI. An epizootic of Rift Valley fever in Egypt in 1977. Veterinary Record; 105(6):124-25.

Morvan J., Fontenille D. et al. et coll., 1991 - Possible rift valley fever outbreak in man and cattle in Madagascar. Transactions of the Royal Society of Tropical Medicine and Hygiene;85(1):108.

Moutailler S., Krida G. et al. et coll., 2008 - Potential Vectors of Rift Valley Fever Virus in the Mediterranean Region. Vector-Borne and Zoonotic Diseases (DOI : 10.1089/vbz.2008.0009).

Pepin M., Boireau P. et al., et coll., 2007 - Émergence des maladies infectieuses animales et humaines. inra Productions Animales ; 20(3) :199-206.

Sall A. A., Zanotto P.M.D.A. et al. et coll., 1999 - Genetic reassortment of Rift Valley fever virus in nature. Journal of Virology; 73(10):8196-200.

Shoemaker T., Boulianne C. et al. et coll., 2002 - Genetic analysis of viruses associated with emergence of Rift Valley fever in Saudi Arabia and Yemen, 2000-01. Emerging Infectious Diseases; 8 (12):1415-20.

Swanepoel R., Coetzer J. A., 2004 - Rift Valley fever. In: Coetzer JA, Tustin RC, editors. Infectious Diseases of Livestock. 2nd Edition ed. Cape Town, Oxford University Press Southern Africa,: 1037-70.

Notes

1 Ce chiffre est officieux, car les chiffres officiels du dernier bulletin de l’OMS daté du 18/04/08 font état de 17 personnes décédées.

2 http://www.who.int/csr/don/2008_04_18a/en/index.html

3 http://www.oie.int/wahid-prod/public.php?page=weekly_report_index&admin=0

4 http://www.oie.int/wahid-prod/public.php?page=weekly_report_index&admin=0

Table des illustrations

Titre Tableau 12 : Sensibilité de l’homme et des animaux au virus de la fièvre de la vallée du Rift (d’après P. C. Lefèvre, 1989)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1317/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Titre Figure 11 : Cycle général de la fièvre de la vallée du Rift sur le continent africain (d’après P. C. Lefèvre, 1989)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1317/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 145k

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search