Version classiqueVersion mobile

La lutte antivectorielle en France

 | 
Didier Fontenille
, 
Christophe Lagneau
, 
Sylvie Lecollinet
, 
et al.

2. Les infections humaines

Les filarioses humaines sur le territoire français

Texte intégral

1. La filariose lymphatique

1.1. Cycle de la maladie

1.1.1. Agent

1Sur les territoires français, l’agent est le nématode Wuchereria bancrofti, Onchocercidae, Filarioidea. Mais deux autres espèces de filaires provoquent des filarioses lymphatiques similaires : Brugia malayi, dont l'aire d'extension va de l'Inde et du Sud-Est asiatique à la Corée, et B. timori, limité à quelques îles d'Indonésie.

2Les filaires mâles de W. bancrofti sont longues de 40 mm et larges de 0,1 mm, les femelles de 80-100 mm/0,24-0,3. Ces filaires sont situées principalement en amont des ganglions lymphatiques, parfois dans les ganglions. Les deux sexes sont généralement enroulés ensemble et ont des mouvements ondulatoires. Les femelles pondent des œufs allongés et à coque mince déformable (la « gaine ») contenant chacun une larve de stade 1 ou microfilaire qui migre dans le sang. La taille des microfilaires est de l'ordre de 300 μm de long et 8 μm de large. La longévité d’un ver femelle est supposée être de quelques années.

3Dans la plupart des régions tropicales, W. bancrofti a une « périodicité nocturne » : la densité des microfilaires dans le sang périphérique présente un pic nocturne. Il correspond à une rétention des microfilaires dans la circulation cardio-pulmonaire, probablement sous l’effet de modifications rythmiques de facteurs chimiques ou physiques non encore déterminés (Hawking et al., 1981). En Océanie, la filaire est apériodique : la population périphérique des microfilaires est stable durant un nycthémère. Cette forme biologique est appelée W. bancrofti var. pacifica. Il semble que les phénotypes des microfilaires soient sélectionnés par les périodicités trophiques des vecteurs.

1.1.2. Répartition géographique

4La filaire de Bancroft a une répartition tropicale et équatoriale. Dans les territoires français de ces régions, elle est toujours présente en Polynésie (forme apériodique). À Mayotte (forme périodique), qui était encore considérée comme l'un des foyers les plus importants au monde il y a environ 40 ans avec 35,3 % de microfilariens en1976, la filariose a considérablement régressé avec une prévalence de 1,9 % en 2003. Les enquêtes entomologiques effectuées en 2003 et 2004 n'ont pas révélé la présence de larves de filaires (communication du Dr N. Elissa). Mais la prévalence actuelle n'est pas précisément mesurée (Sissoko, 2005, http://www.invs.sante.fr/​publications/​2005/​mayotte/​). À la Réunion, les campagnes antipalustres et l’élévation du niveau de vie à partir des années 1950 ont sans doute largement contribué à une régression spectaculaire de la maladie. Dans les années 1970, la filariose n’était déjà plus que très localisée, et semble avoir disparu depuis (communication de J. Thiria, Dass, Mayotte). La filariose n'est pas actuellement signalée en Martinique, Guadeloupe et Guyane française.

1.1.3. Transmission

5La transmission de W. bancrofti est effectuée par des moustiques.

6Les microfilaires sont ingérées et migrent dans les muscles thoraciques alaires. Elles finissent leur organogenèse durant le stade larvaire 1, muent et effectuent le stade larvaire 2, muent et, au début du stade 3, elles deviennent des larves infectantes amincies et mobiles qui sont libérées dans l'hémocèle. Ce développement larvaire s'effectue en 15 jours quand la température est de 25-27 °C. Lors d'un nouveau repas du moustique, les larves infectantes, très actives, sortent par effraction du labium lorsque celui-ci se coude pour faire pénétrer les autres pièces buccales ; elles se trouvent alors sur la peau de l'homme et y pénètrent ensuite activement.

7Des moustiques divers, Aedes, Anopheles et Culex, peuvent transmettre W. bancrofti. À Mayotte, où la périodicité est nocturne, la transmission est effectuée par Anopheles gambiae s. l., A. funestus, également vecteurs de paludisme, et A. arabiensis. En zone urbaine, un autre vecteur prend le relais, Culex quinquefasciatus, comme dans les îles voisines de la République fédérale islamique des Comores (Sabatinelli et al., 1994). En Polynésie, où la filaire est apériodique, la transmission est effectuée par Aedes polynesiensis, également vecteur de dengue.

8La capacité vectrice des moustiques varie selon les espèces. En particulier, il a été montré que des régulations peuvent s'effectuer au niveau du vecteur (Bain, 1971 in Bain, 1976) : dans le cas de la limitation, la proportion des microfilaires qui traverse la paroi stomacale pour se développer diminue quand le nombre de microfilaires ingérées augmente. La facilitation est le phénomène inverse. Ces régulations ont un impact épidémiologique (Pichon, 2002).

9La transmission de W. bancrofti par Aedes gambiae est du type « facilitation » (Brengues et Bain, 1972). Chez C. quinquefasciatus, elle suit le modèle de limitation (Subraniam et al., 1998) et aussi très probablement chez Aedes polynesiensis, comme il a été démontré chez l'espèce proche Aedes aegypti avec plusieurs modèles filariens (Bain, 1976).

1.1.4. Réservoir et espèces sensibles

10Il n'y a pas de réservoir animal. Cependant, expérimentalement cette filaire est transmise chez des singes, Macaca spp. (Cross et al., 1979). Il faut aussi signaler que, hors des territoires français, en Indonésie (Borneo), W. kalimantani, unique autre espèce du genre Wuchereria, est un parasite naturel de singes Cercopithecidae, Presbytis cristatus (Palmieri et al., 1980). D'après les caractères morpho-anatomiques cette espèce serait dérivée du parasite humain.

1.1.5. Clinique

11La filaire de Bancroft crée une pathologie des lymphatiques et bloque le drainage des tissus mais l’évolution est très lente et la maladie reste longtemps asymptomatique. Les manifestations aiguës sont des fièvres et des douleurs au niveau des ganglions lymphatiques et des cordes spermatiques. Les manifestations chroniques sont les œdèmes, les lymphadénites et lymphangites, les hydrocèles et dilatations scrotales et des éléphantiasis des membres extrêmement handicapants.

12Les dysfonctionnements du drainage entraînent l’accumulation de déchets protéiniques dans les espaces interstitiels de la peau qui deviennent un terrain propice à la colonisation par les bactéries. Cette pathologie surajoutée provoque une sclérose et un épaissisement considérable du tissu sous-cutané (Dreyer et Dreyer, 2000).

13Une pathologie respiratoire est associée à la filariose : des accès de toux et un syndrome appelé « poumon éosinophile », caractérisé par l’éosinophilie, des anticorps filariens circulants et, souvent, des IgE. Des kystes pulmonaires pseudo-tuberculeux ont été identifiés et ont pour origine des W. bancrofti mortes (Beaver et Cran, 1974). Anatomiquement les deux systèmes lymphatique et sanguin sont connectés, et les filaires peuvent arriver avec le flux lymphatique qui se déverse dans la veine cave, puis passer dans la circulation sanguine cardio-pulmonaire et être détruites dans les artères pulmonaires (Bain et al., 1994).

1.1.6. Lutte et prévention

14La phase préalable à la prévention est l'établissement d'une carte géographique des foyers, comprenant une estimation de la prévalence et de l'intensité de la parasitose. Ces documents sont basés sur des enquêtes parasitologiques classiques (identification des microfilaires sanguines), la détection des adultes par ultrasons (Dreyer et al., 1999 ; Mand et al., 2006), les examens cliniques, et les méthodes immunologiques, dosage des anticorps (TropBio Og4C3 serum Elisa) et/ou dosage des antigènes spécifiques chez l'homme, ainsi que chez les moustiques vecteurs (Langy et al., 1998).

15La lutte contre le parasite est essentiellement basée sur la chimiothérapie. Plusieurs molécules ont été essayées, dont les principales sont la diéthylcarbamazine (DEC), l'ivermectine et l'albendazole. Les deux premières molécules sont microfilaricides, la troisième est aussi macrofilaricide. De très nombreux protocoles d'administration ont été essayés durant 50 ans. Actuellement, le traitement de masse préconisé par l'Organisation mondiale de la santé est une administration annuelle de DEC+albendazole pendant au moins 5 ans dans les régions où la prévalence en antigènes filariens atteint le seuil de 1 % ; ce protocole vise à interrompre la transmission et à réduire les pathologies (http://www.who.int/​topics/​filariasis/​en/​). Notons que dans les régions où une autre filariose, l'onchocercose, co-existe avec la filariose lymphatique, l'ivermectine remplace la DEC ; mais cette situation n'existe pas dans les territoires français.

16La part des infections bactériennes surajoutées dans cette filariose étant maintenant bien établie (Dreyer et al., 1999), une amélioration des pathologies cutanées est apportée par des soins corporels (savonnages réguliers des parties atteintes).

17La prévention est basée sur la chimiothérapie de masse (Mass Administration Drug), la protection contre les piqûres des moustiques (moustiquaires) et la lutte antivectorielle contre les moustiques adultes (aspersion d'insecticides dans les maisons) et en essayant de détruire les gîtes larvaires. Dans les zones urbaines, le vecteur C. quinquefasciatus vit dans les eaux usées et fosses d'aisance et sa population peut être efficacement diminuée par un bon assainissement. En Polynésie, des stratégies sont à l'étude pour tenter d'éliminer les populations sauvages d'Aedes polynesiensis (Brelsfoard et al., 2008).

18La vaccination contre la filaire de Bancroft reste actuellement du domaine théorique. Les essais réalisés avec des modèles expérimentaux de diverses filaires ne confèrent pas une protection totale (Allen et al., 2008). Mais la vaccination pourrait être utile dans les foyers difficilement réductibles par la chimiothérapie et combinée avec elle.

1.2. Situation épidémiologique actuelle sur le territoire français

19Les filarioses ne sont pas des maladies de pays tempérés. Dans les régions tropicales-subtropicales, les traitements de masse, s'ils sont bien menés, les font régresser. L'urbanisation cependant crée un nouveau type de transmission par les Culex qui pullulent si les conditions sanitaires ne sont pas bonnes. L'amélioration des conditions de vie et de l'habitat ainsi que les campagnes antivectorielles menées dans le cadre du paludisme contribuent grandement aussi à la tendance générale, la régression de la filariose de Bancroft. La surveillance de la parasitose est effectuée par les Instituts de veille sanitaire (InVS) de chaque région administrative.

1.2.1. En France métropolitaine

20La parasitose est absente et la probabilité d'apparition d'un foyer est presque nulle puisque les saisons froides ne sont pas propices au développement larvaire chez les vecteurs. Cependant il faut se souvenir que Culex pipiens autogenicus capturé dans le métro parisien permet le développement de W. bancrofti jusqu'au stade infectant, à 25-27 °C (Callot et al., 1967).

1.2.2. Dans les départements français d’outre-mer (DFO)

21Au début du xxe siècle, la filariose à W. bancrofti était présente dans les territoires d'outre-mer. Les chiffres de prévalence rapportés par Brumpt en 1936 sont 5,47 % pour la Martinique et 15 % pour la Guadeloupe ; 27-37 % pour la Guyane ; 5 à 90 % pour les Comores. Pour Tahiti, les données de 1953 indiquent une prévalence de 31,9 % (Esterre et al., 2005).

22La filariose n'est plus signalée à la Réunion, en Martinique ni en Guadeloupe ; elle a régressé grâce à la lutte contre les vecteurs du paludisme et à l'amélioration de l'habitat. Les populations se protègent contre les piqûres nocturnes des anophèles. Il peut en résulter une modification de la répartition et des habitudes trophiques des vecteurs ; à la Réunion, par exemple, Anopheles arabiensis a reculé en région silvatique et il est devenu essentiellement zoophile.

23La filariose est toujours présente à Mayotte, avec une faible prévalence qui reste à préciser ; elle n'a pas été identifiée récemment (communication de J. Thiria, Dass).

24Par contre, elle se maintient en Polynésie française. L'Institut de recherches médicales Louis-Malardé a des programmes de recherche appliqués à l'étude de la transmission de la wuchereriose et de son traitement depuis les années 1950, actuellement intégrés dans le programme Global Alliance to Eliminate Lymphatic Filariasis (GAEFL). Pourtant, dans l'ensemble des quatre archipels, la prévalence moyenne de la microfilarémie, qui a été réduite de moitié par rapport aux années 1950, reste élevée : 15 % (Esterre et al., 2005).

1.3. Questionnement

25Dans les DFO, le climat tropical humide crée un environnement favorable à la multiplication des moustiques et au développement des microfilaires de W. bancrofti en larves infectantes chez les vecteur.

26À Mayotte, le traitement de masse (une dose annuelle de DEC plus albendazole pendant 5 ans) devrait interrompre la transmission là où la limitation par le vecteur n'existe pas (anophèles) et en zone urbaine en améliorant l'habitat (transmission par Culex). Une recrudescence ne serait due qu'à des négligences : pas de surveillance, pas de chimiothérapie dans les foyers qui persistent.

27Le problème épidémiologique est plus difficile en Polynésie pour deux raisons. 1) le vecteur, Aedes polynesiensis, est difficile à contrôler puisqu'il vit à l'état larvaire dans les innombrables terriers des crabes, creusés dans le sable des plages. 2) La limitation donne une probabilité maximale à une microfilaire isolée de se développer ; la chimiothérapie n'interrompt pas forcément la transmission et les microfilarémies résiduelles, si elles passent inaperçues, peuvent être source de recrudescence de la filariose.

28Un autre aspect est à considérer, les migrations humaines à partir de régions du Sud-Est asiatique et de l'Inde où les filarioses lymphatiques sont présentes. Elles peuvent engendrer théoriquement des foyers locaux. Une vérification de l'état sanitaire suivie d'un traitement en cas de diagnostic positif doit réussir à empêcher une telle extension. Ces observations s'appliquent non seulement à W. bancrofti mais aussi à Brugia malayi, dont les vecteurs variés, anopheles et Mansonia, montrent une forte plasticité pour s'adapter à de nouvelles conditions locales de transmission.

29Cependant ces dangers devraient se raréfier car la situation générale des filarioses lymphatiques est en train de s'améliorer grâce à la volonté concertée de l'Organisation mondiale de la santé, des instances gouvernementales, des associations publiques et privées, comme le GAELF, ainsi que grâce aux donations de firmes pharmaceutiques (GlaxoSmithKline & Merck & Co, inc.). Les chiffres de l'OMS indiquent actuellement 1,2 billion de personnes à risque ; 120 millions d'individus parasités ; 40 millions de malades gravement handicapés. Mais les campagnes d'administration des drogues (Mass Drug Administration MDA) s'appliquent à des populations de plus en plus larges : 25 millions dans 12 pays en 2000 ; 122 millions dans 36 pays en 2003 ; plus de 250 millions dans 39 pays en 2004 ; 381 millions en 2005. (http://www.cdc.gov/​ncidod/​dpd/​parasites/​lymphaticfilariasis/​index.htm ; http://www.who.int/​topics/​filariasis/​en/​).

30Il faut toutefois que cette action mise en place sur d'immenses territoires réalise un maillage serré et soit réellement maintenue le temps suffisant, sous peine de ne pas atteindre l'objectif de l'élimination et, peut-être au contraire, d'induire des résistances, comme cela est suspecté pour l'onchocercose avec l'ivermectine (Osei et al., 2007).

31Dans les DFO, il est nécessaire que les responsables de santé publique continuent leurs actions locales – mesures d'hygiène, amélioration de l'habitat, lutte antivectorielle, chimiothérapie – intégrées dans les programmes directifs suivis à l'échelle mondiale (Molyneux, 2003).

32En Polynésie, un programme particulier pour le Pacifique (PacELF) a été lancé en 1999, deux ans après le Programme global d'élimination des filarioses lymphatiques. L'objectif est l'élimination de ces maladies en 2020 (Addiss, 2005). En Polynésie, où le vecteur est très efficace et l'effet du traitement de masse moindre qu'ailleurs, il sera nécessaire d'effectuer une pression et une surveillance active prolongée pour éviter une réémergence, comme le soulignent Chanteau et Roux (2008). Dans ces territoires où W. bancrofti est encore présent, une mesure actualisée de la prévalence serait utile.

2. Filarioses à Mansonella spp. 

2.1. Agents

33Mansonella ozzardi, M. perstans et M. streptocerca sont des filaires humaines mais qui n'ont pas les graves conséquences de l'onchocercose et des filarioses lymphatiques sur la santé humaine. La plupart des patients sont asymptomatiques ; la pathologie est peu connue, mais ces dernières années ces filarioses font l'objet de quelques recherches médicales et sont traitées (Bregani et al., 2006).

2.2. Répartition géographique

34M. ozzardi est un parasite d'Amérique du Sud. M. perstans est un parasite africain, passé en Amérique du Sud les siècles derniers. Les données sur les prévalences indiquées ci-dessous sont anciennes (Hawking, 1975). M. ozzardi est signalé une fois en Guyane et en Guadeloupe ; en Martinique en 1950, la prévalence est de 9,4 % ; elle est de 0,5 % en 1961. Par contre dans une île proche, la Désirade, 33-66 % des habitants sont parasités. M. perstans n'est pas mentionné.

2.3. Vecteurs et réservoir

35Les vecteurs sont des culicoides et des simulies (Tidwell et Tidwell, 1982 ; Raccurt, 1999).

36Réservoir et espèces sensibles : pas de réservoir. Une espèce proche de M. ozzardi parasite un sciuridé sud-américain (Bain, 2002).

2.4. Questionnement

37Actuellement ces parasitoses ne sont pas considérées comme des maladies de l’homme, mais aucune étude épidémiologique ne permet de les exclure. De plus, dans le cadre des infections multiples, toutes les helminthiases doivent être prises en compte.

Bibliographie

Bibliographie

Addiss D. G. 2005 - Global elimination of lymphatic filariasis: origins, progress and challenges. Indian Journal of Urology 21: 12-17.

Allen J. E., Adjei O. et al., 2008 - Of mice, cattle, and humans: the immunology and treatment of river blindness. PLoS Negl Trop Dis. 2(4):e217.

Bain O. 2002 - Evolutionary relationships among filarial nematodes. In World Class Parasites. The filaria. 5: 21-29. Eds Thomas R. Klei & TV Rajan, Kluwer Academic Publishers, Boston/Dordrecht/lLondon.

Bain O, Wanji S. et al., 1994 - Cardiopulmonary location of lymphatic filariae. Lymphology 27 : 385-388.

Bain O., 1976 - Passage des microfilaires à travers la paroi stomacale du vecteur : techiques d'étude et importance épidemiologique. Bulletin de l'Organisation mondiale de la santé 54 : 397-401.

Beaver P. C., Cran I. R. 1974 - Wuchereria-like filaria in an artery, associated with pulmonary infarction. American Journal of Tropical Medicine and Hygiene 23: 869-872.

Brelsfoard C. L., Séchan, Y. et al., 2008 - Interspecific hybridization yields strategy for South pacific filariasis vector elimination. PLoS Neglected Tropical Diseases. 16: e129.

Bregani E. R., Rovellini A. et al., 2006 - Comparison of different anthelminthic drug regimens against Mansonella perstans filariasis. Transaction of the Royal Society of Tropcal Medicine and Hygiene 100: 458-463.

Brengues J., Bain O. 1972 - Passage des microfilaires vers l'hémocèle du vecteur, dans les couples Wuchereria bancrofti-Anopheles gambiae, W. bancrofti-Aedes aegypti et Setaria labiatopapillosa. Cahiers Orstom, série Entomologie médicale et Parasitologie, 10 : 235-249.

Brumpt E. 1936 - Précis de parasitologie, 1, 1082. Éd. Masson et Cie, Paris, collections de Précis médicaux.

Callot J., Ratignier A. et al., 1967 - Infection de Culex pipiens autogenicus Roubaud de France par une souche américaine de Wuchereria bancrofti. Bulletin de la Société de pathologie exotique60 : 184-187.

Chanteau S., Roux J. F. 2008 - Summary : bancroftian lymphatic filariasis : toward its elimination from the Pacific ? Bull Soc Pathol Exot. 101(3):254-60.

Cross J. H., Partono F. et al., 1979 - Experimental transmission of Wuchereria bancrofti to monkeys. American Journal of Tropical Medicine and Hygiene 28: 56-66.

Dreyer G., Dreyer P. 2000 - Rational for morbidity management in bancroftian filariasis endemic areas. Revista da Sociedade Brasileira da Medicine Tropical 3: 217-21.

Dreyer G., Santos A. et al., 1999 - Proposed panel of diagnostic criteria, including the use of ultrasound, to refine the concept of 'endemic normals' in lymphatic filariasis.Tropical Medicine and International Health 4:575-9.

Esterre P., Vigneron E. et al., 2005 - The history of lymphatic filariasis control programme in French Polynesia: lessons from a 50 years effort. Bulletin de la Société de Pathologie Exotique 98: 41-50.

Giraldo-Calderón G. I., Pérez M. et al., 2008 - Evaluation of the triflumuron and the mixture of Bacillus thuringiensis plus Bacillus sphaericus for control of the immature stages of Aedes aegypti and Culex quinquefasciatus (Diptera: Culicidae) in catch basins. Biomedica. 28: 224- 33.

Hawking F., Jennings T. et al., 1981 - The mechanisms which affect the periodic cycle of Pacific Wuchereria bancrofti microfilariae. Journal of Helminthology. 55: 95-100.

Hawking F. 1975 - The distribution of human filariasis throughout the World. Part IV. America. Document de l'Organisation mondiale de la santé, WHO/FiL/75.136. 1-20.

Langy S., Plichart C. et al., 1998 - The immunodominant Brugia malayi paramyosin as a marker of current infection with Wuchereria bancrofti adult worms. Infection et Immunity. 66: 2854-8.

Mand S., Supali T. et al., 2006 - Detection of adult Brugia malayi filariae by ultrasonography in humans in India and Indonesia.Trop Med Int Health. 11:1375-81.

Molyneux D. 2003 - Lymphatic filariasis (Elephantiasis) Elimination: a public health success and development oppportunity. Filaria Journal, 9:13.

Osei-Atweneboana M. Y., Eng J. K. et al., 2007 - Prevalence and intensity of ONchocerca volvulus infecton and efficacy of ivermectin in endemic communities in Ghana: a two-phase epidemiological study. Lancet 16: 2021-2029.

Palmieri J. R., Purnomo et al., 1980 - Filarid parasites of South Kalimantan (Borneo), Indonesia. Wuchereria kalimantani n.sp. (Nematoda: Filarioidea) from the silvered leaf monkey, Presbytis cristatus Eschscholtz, 1921. Journal of Parasitology, 1980, 66: 645-651.

Pichon G. 2002 - Limitation and facilitation in the vectors and other aspects of the dynamics of filarial transmissison: the need for vector control against Anopheles-transmitted filariasis. Annals of Tropical Medicine and Hygiene 96 suppl: S143-152.

Pichon G., Leonard J. F. et al., 2000 - Assessment of ELF program consequences on malaria transmission in West Africa. International conference on "Vector-borne Diseases Control in the New Era: Science, Policy and Action" 19-21 July 2000, VCRC, Pondicherry (India).

Raccurt C. P. 1999 - Filariose à Haïti : un siècle d'histoire. Bulletin de la Société de Pathologie Exotique 92 : 355-359.

Sabatinelli G., Ranieri E. et al., 1994 - Role of Culex quinquefasciatus in the transmission of bancroftian filariasis in the Federal Islamic Republic of Comoros (Indian Ocean). Parasite 1 : 71-6.

Sissoko D. Maladies infectieuses et parasitaires à Mayotte. Proposition de dispositif d'alerte et de surveillance épidémiologique. Mayotte, rapport. Avec la collaboration de Renault P., Solet J. L., Quatresous I., Paquet C., Desenclos J.-C. http://www.invs.sante.fr/publications/2005/mayotte/rapport_mayotte.pdf

Subramanian S., Krishnamoorthy K. et al., 1998 - The relationship between microfilarial load in the human host and uptake and development of Wuchereria bancrofti microfilariae by Culex quinquefasciatus: a study under natural conditions. Parasitology.116: 243-255.

Tidwell M. A., 1982 - Development of Mansonella ozzardi in Simulium amazonicum, S. argentiscutum, and Culicoides insinuatus from Amazonas, Colombia. American Journal of Tropical Medicine and Hygiene 31 : 1137-1141.

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search