Version classiqueVersion mobile

La lutte antivectorielle en France

 | 
Didier Fontenille
, 
Christophe Lagneau
, 
Sylvie Lecollinet
, 
et al.

2. Les infections humaines

Paludisme : Guyane, Mayotte et épisodes de transmission en métropole (aéroport…)

Texte intégral

1Le paludisme est une infection parasitaire due, principalement, à quatre espèces de Plasmodium, transmise par la piqûre de moustique du genre Anophèles. Le paludisme se déclare généralement dans les 8-30 jours suivant la contamination par piqûre de moustique. L’accès palustre simple est la manifestation classique de la maladie. Il se traduit le plus souvent par de la fièvre, un syndrome pseudo-grippal avec des frissons, céphalées, myalgies et fatigue, mais aussi une diarrhée, des vomissements voire une toux. Ce tableau peut se compliquer :

  • d’un ictère ;
  • d’une hypoglycémie ;
  • d’une insuffisance rénale ;
  • d’un œdème pulmonaire ou d’une défaillance circulatoire.

2La gravité toute particulière des infections à P. falciparum s’explique par la capacité des globules rouges infectés par cette espèce à occlure les vaisseaux sanguins du cerveau. Ces troubles de la circulation sanguine cérébrale provoquent un neuropaludisme associant des crises comitiales et des troubles de la conscience pouvant aller jusqu’à un coma, voire la mort.

3À la différence de P. falciparum, P. vivax, P. ovale et P. malariae peuvent être à l’origine des formes résurgentes de la maladie. Les rechutes peuvent survenir jusqu'à 20 ans après la primo infection surtout pour P. malariae.

4Le paludisme a sévi à l’état endémique de façon limitée en France métropolitaine jusqu’en 1960. Le dernier foyer de transmission a été signalé en Corse en 1971-1972 (Surveillance du paludisme en Corse, 1999-2002-2003) et le risque de réimplantation est considéré comme minime. En métropole, de rares cas autochtones sont décrits de manière sporadique et l’immense majorité des cas diagnostiqués sont des cas importés de zone d’endémie (2 134 cas en 2007, données CNR Paludisme). Éradiqué aux Antilles dans les années 1960, le paludisme reste cependant endémique sur le territoire français : en Guyane et à Mayotte.

1. Paludisme aux Antilles et à la Réunion

5Le paludisme a disparu de la Martinique, de la Guadeloupe et de la Réunion dans les années 1960. Néanmoins des vecteurs compétents existent sur ces îles et le risque de réémergence à partir de cas importés, bien que considéré comme limité, a conduit à maintenir une surveillance sous la forme de la déclaration obligatoire.

2. Paludisme en Guyane

6La Guyane est le seul département français où il existe une transmission du paludisme. Le paludisme y circule sur un mode endémo-épidémique tout au long de l’année. La tendance globale des cas recensés est globalement à la baisse depuis quelques années, avec 2 603 cas en 2007 et environ 5 décès annuels pour une population d’environ 209 000 habitants, contre 3 281 cas en 2004 et 4 415 cas en 2005.

Figure 8 : Incidence annuelle (nombre de cas pour 100 habitants) du paludisme en Guyane, 1999 et 2007

Figure 8 : Incidence annuelle (nombre de cas pour 100 habitants) du paludisme en Guyane, 1999 et 2007

7La situation au sein du département est hétérogène, avec une prépondérance nette dans les régions fluviales du Haut Maroni, de l’Oyapock et l’arrière-pays (http://www.guyane.pref.gouv.fr/​sante/​_pdf/​risque_paludisme_26_06_08.pdf). Entre 2000 et 2004, environ 75 % des cas ont été documentés dans le secteur du Maroni, 15 % dans le secteur de l’Oyapock, 10 % pour l’arrière-pays et 3 % en zone littorale (total supérieur à 100 % en raison de l’approximation). Dans la bande littorale où se situent les trois villes guyanaises et vit la grande majorité de la population, les cas signalés sont, le plus souvent, des cas importés mais qui peuvent être occasionnellement à l’origine d’une transmission (700- 1 000 cas par an, dont seuls environ 10 % sont à considérer d’origine autochtone).

8Les espèces P. falciparum et P. vivax se répartissent désormais à part égale, P. malariae ne représentant que moins de 3 % des cas. Mais la situation est hétérogène et a évolué ces dernières années. L’augmentation du nombre de cas, surtout à P. vivax, dans l’est du département (foyer de l’Oyapock et toute la région située entre Saint-Georges et Cayenne) ainsi que dans les deux villages de l’intérieur (Saint-Elie et Saül), contraste avec une diminution importante dans l’ouest guyanais, particulièrement pour P. falciparum dans les foyers du bas et du moyen Maroni.

9La majorité des sites posant problème actuellement sont localisés à proximité des lieux de migration et particulièrement ceux en rapport avec l’orpaillage clandestin. Les personnes les plus affectées sont les hommes jeunes d’origine étrangère.

10Anopheles darlingi est le vecteur majeur mais son rôle exclusif dans la transmission est moins évident dans l’est guyanais où l’hypothèse de la contribution d’autres espèces dans le maintien de l’endémie se trouve renforcée.

11Les souches plasmodiales circulant en Guyane présentent un niveau de résistance élevée à la chloroquine, observée dès 1970 et devenue généralisée au cours des années 1980 (70,6 % de souches résistantes en 2006). Cela a conduit à recommander en première intention l’utilisation pour le traitement des accès simples la quinine + doxycycline en 1995 puis de dérivés de l’artémisinine en 2002. Des antipaludiques à base d’artémisinine (artéméther/luméfantrine, Riamet !) sont disponibles en pharmacie hospitalière depuis 2007, mais seulement pour les cas hospitalisés. L’accès à l’hôpital peut être difficile en zone isolée, ce qui complique la prescription de ces médicaments efficaces. Par ailleurs, la primaquine, seul traitement disponible pour prévenir les rechutes de paludisme à P. vivax, n’est disponible que dans le cadre d’une autorisation temporaire d’utilisation (ATU) alors que les formes à P. vivax sont de plus en plus fréquentes. Malgré tous les efforts, l’accès aux antipaludiques efficaces reste donc difficile dans une partie du département français de la Guyane. Néanmoins, les moyens médicaux dans ce département français contribuent, malgré des caractéristiques épidémiologiques défavorables, à la relative rareté des formes sévères et des décès par paludisme.

12Grâce à un important travail de la DSDS appuyé par le service de la PMI, un programme de mise à disposition de moustiquaires imprégnées d’insecticide a été mis en place sur tout le territoire. L’évaluation de l’acceptabilité des moustiquaires imprégnées est en cours. Par ailleurs, ce programme est complété par la vente à prix subventionné entre 10 et 15 euros par l’intermédiaire d’une centrale d’achat et des pharmacies, ainsi que par la vente sponsorisée par la DSDS, pour les populations isolées du Haut Maroni et du Haut Oyapock par l'intermédiaire de relais locaux mis en place par la Croix- Rouge.

3. Paludisme à Mayotte

13Avec une incidence annuelle au cours des dernières années de l’ordre de 500 à 1 000 cas pour environ 180 000 habitants, le paludisme reste une priorité de santé publique de la collectivité départementale de Mayotte (Cire Réunion-Mayotte et Dit/InVS, Solet, Balleydier, 2007). La transmission du paludisme y est endémo-épidémique et particulièrement active au nord de la Grande Terre, zone qui concentre près de la moitié des cas diagnostiqués (plus de 50 % des cas à Bandraboua). Là encore, la tendance est à la baisse du nombre de cas. La grande majorité (97,2 %) des 432 cas confirmés en 2007 à Mayotte était due à P. falciparum. Seulement 6 cas de P. vivax ont été diagnostiqués en 2007.

14Les études de résistance in vivo et in vitro réalisées à Mayotte indiquent la présence d’une chloroquino-résistance identifiée depuis 2000 qui, depuis, est de plus en plus fréquente (Pettinelli, Pettinelli, 2004 ; Quatresous, Petinelli, 2007). Depuis 2003-04, des combinaisons à base d’artémisinine ont fait l’objet d’une dérogation d’achat. Leur utilisation effective hors ATU de cohorte est cependant intervenue à partir de la mi- 2007. Dans la pratique médicale ces combinaisons représentaient 80-90 % des prescriptions fin 2007.

4. Paludisme autochtone sur le territoire métropolitain

15On recense 1 à 2 cas suspects autochtones chaque année en France métropolitaine qui font suite à une transmission congénitale, une transfusion ou parfois des cas de « paludisme d’aéroport ». En 2006, un cas de paludisme à P. vivax importé en Corse a vraisemblablement donné lieu à une transmission autochtone (Armengaud, Legros, 2008).

16Des travaux ont été menés pour évaluer le risque de réémergence du paludisme en Camargue à partir de cas importés (Ponçon, 2008). Un vecteur potentiel – Anopheles hyrcanus – y a été identifié en raison de sa compétence, de son anthropophilie et de son abondance, fortement marquée par de profonds changements apportés à l’écologie de ce milieu par les activités humaines. Le risque a cependant été considéré comme minime en raison du faible nombres de cas importés dans la zone (Ponçon, 2008).

17En Corse, des travaux ont montré la présence de vecteurs potentiellement compétents (Anopheles maculipennis labranchiae) à peu près partout en plaine, en particulier dans des zones anciennement paludogènes, à des densités qui peuvent être importantes par endroit (Barré, 2007). De plus, le risque théorique de circulation de paludisme, notamment à P. vivax, est considéré non négligeable et supérieur à celui identifié en Camargue (Barré, 2007). C’est, cependant, dans la commune d’Ota, dans la région de Porto (Corse-du-Sud), région qui n’était pas réputée à risque, qu’a eu lieu un épisode de transmission autochtone de P. vivax en 2006 (Armengaud, Legros, 2008).

18Ces territoires sont identifiés comme les plus vulnérables en raison de l’élimination tardive des épidémies qui y sévissaient. Heureusement, peu de cas de paludisme d’importation y sont décrits annuellement. Cependant, les vecteurs compétents pour des espèces plasmodiales pouvant provoquer un paludisme chez l’homme ont été présents dans le passé en France sur la totalité du territoire métropolitain. De plus, des épidémies de paludisme sont décrites en Russie et historiquement en Finlande et à Arkhangelsk, ville russe proche du cercle polaire (températures moyennes maximales de 20 °C et minimales de 11 °C durant le mois de juillet). Ces quelques données parcellaires soulignent l’intérêt d’études entomologiques plus approfondies sur la présence de vecteurs compétents dans des zones où sont décrits des cas de paludisme d’importation afin de permettre une meilleure évaluation du risque.

Bibliographie

Bibliographie

Armengaud A., Legros F., et al., 2008 - A case of autochthonous Plasmodium vivax malaria, Corsica, August 2006. Travel Med Infect Dis; 6(1-2):36-40.

Barre H., 2007 - Étude des risques de réintroduction du paludisme en Corse. Corte, université de Corse, 23/05/2007, 151 pages. Thèse d'Entomologie médicale / Parasitologie.

Cire réunion-Mayotte et Dit/InVS. Épidémiologie du paludisme à Mayotte - État des lieux 2003-2004 et propositions. 2005.

Dss de Corse et Corse-du-Sud DPACdeCS. Surveillance du paludisme en Corse, 1999 - 2002 - 2003.

http://www.guyane.pref.gouv.fr/sante/_pdf/risque_paludisme_26_06_08.pdf

InVS-DIT note sur Paludisme autochtone en Fédération de Russie, 2 août 2006, disponible sur http://www.invs.sante.fr/international/notes/palu_russie_020806.pdf

Pettinelli F., Pettinelli M. E. et al., 2004 - Short report: High prevalence of multidrug-resistant Plasmodium falciparum malaria in the French territory of Mayotte. Am J Trop Med Hyg; 70(6):635-637.

Ponçon N., 2008 - Étude des risques de ré-émergence du paludisme en Camargue. Montpellier (FRA) ; Montpellier : université Montpellier-II ; IRD, 2008, 357 p. multigr. Th. : Microbiol.-Parasitologie, université Montpellier-II. 2008/01/28.

Quatresous I., Petinelli F. et al., 2007 - Que sait-on de la chimiorésistance du paludisme à Mayotte, France en 2007 ? Bull Epidemiol Hebdo ; 48-49 :409-412.

Solet J. S., Balleydier E. et al., 2007 - Situation épidémiologique du paludisme à Mayotte, France en 2005 et 2006. Bull Epidemiol Hebdo ; 48-49 :407-409.

Table des illustrations

Titre Figure 8 : Incidence annuelle (nombre de cas pour 100 habitants) du paludisme en Guyane, 1999 et 2007
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1310/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 75k

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search