Version classiqueVersion mobile

La lutte antivectorielle en France

 | 
Didier Fontenille
, 
Christophe Lagneau
, 
Sylvie Lecollinet
, 
et al.

2. Les infections humaines

Infection à virus Toscana : principales données épidémiologiques, arbovirose autochtone du pourtour méditerranéen

Texte intégral

1Le virus Toscana (TOSV) a été isolé pour la première fois en Italie en 1971. C’est un virus enveloppé à ARN segmenté qui appartient à la famille des Bunyaviridae, genre Phlebovirus, transmis par des phlébotomes (Phlebotomus perniciosus et Phlebotomus. perfiliewi essentiellement). La zone d’endémie du TOSV se situe sur le pourtour du Bassin méditerranéen et plus particulièrement, en Italie, en France, en Espagne, au Portugal, en Slovénie, en Grèce, à Chypre, en Égypte et en Turquie. Des infections à TOSV ont été décrites chez des voyageurs lors de leur retour de ces pays méditerranéens.

2Contrairement aux phlébovirus Sandfly Naples et Sicilian, responsables de simples fièvres aiguës estivales, le TOSV a un tropisme pour le système nerveux central et représente une cause de méningites et d’encéphalites saisonnières survenant en été (surtout en août) lors de la période d’activité des phlébotomes. Le TOSV a été isolé chez des patients présentant des tableaux d’infections neuro-invasives aigues et également de phlébotomes (P. perniciosus et P. perfiliewi) retrouvés dans l’environnement de ces cas. Des recherches entomologiques complémentaires sont nécessaires pour identifier d’autres vecteurs potentiels. Un isolement de TOSV a également été signalé en Italie, sur une chauve-souris, en zone de circulation du virus. Les isolements et séquençages de TOSV suggèrent la présence d’au moins deux lignages de virus (Italie, Espagne), liés à des vecteurs P. perniciosus différents.

3Le cycle de transmission du TOSV dans l’environnement n’est pas encore bien connu. Comme pour tous les phlébovirus, ceux-ci sont à la fois vecteur et réservoir naturel du virus. Pour le TOSV, les populations de phlébotomes chez lesquelles la transmission verticale (trans-ovarienne) du virus est démontrée s’ajoute pour P. perniciosus une transmission sexuelle par les phlébotomes mâles infectés aux femelles. Le rôle d’hôtes vertébrés dans la persistance du cycle de transmission du TOSV (observé malgré les campagnes de traitements insecticides contre le paludisme des années 1943- 45 ayant quasi éradiqué les autres phlébovirus Sandfly Naples et Sicilian en Italie) n’est pas bien connu. Si aucune transmission du TOSV par les dons de sang ou la transplantation d’organe n’a été publiée, les récentes données de circulation du TOSV autour du bassin méditerranéen laissent entrevoir un risque en saison estivale.

4La période d’incubation des infections à TOSV varie de 3 à 7 jours (quelques jours à 2 semaines) après la piqûre d’un phlébotome infecté. Chez l’homme, la virémie et la virorachie sont brèves. Le virus peut être isolé dans le liquide céphalorachidien (LCR) les 2 à 4 premiers jours de la maladie. La proportion de formes cliniques asymptomatiques ou pauci symptomatiques d’infections à TOSV, dont la grande fréquence est attestée par les résultats des études de séroprévalences, n’est pas bien connue. La majorité des expressions cliniques de la maladie se limitent à un bref syndrome fébrile non spécifique. Les formes neuro-invasives sont principalement des méningites fébriles (céphalées, fièvre, nausées, vomissements, myalgies, altération de la conscience, raideur de la nuque, signe de Kernig) à LCR clair (5 à 500 cellules avec normo-glycorachie et protéinorachie < 2g/l), d’évolution favorable en moyenne en 7 jours sans séquelles mais avec parfois une convalescence prolongée et la persistance de céphalées quelques semaines. Un faible nombre de cas graves ont été publiés présentant un tableau d’encéphalite sévère, précédé pour l’un d’entre eux d’une symptomatologie infectieuse grave nécessitant une réanimation et la pose d’un shunt ventriculaire. En France, le CNR associé des arbovirus (Imtssa) et le CH d’Aubagne situé près de Marseille, ont signalé un cas de méningo-encéphalite sévère avec péricardite et myocardite associées, nécessitant un mois de réanimation. Ce cas sévère a récupéré complètement, sans séquelles.

5Le diagnostic d’infection à TOSV repose sur l’isolement du virus par mise en culture du LCR sur les cellules de mammifères (Vero, BHK-21) ou la mise en évidence du génome viral par amplification de gènes. La probabilité d’isoler le TOSV ou de le détecter par RT-PCR est optimale dans les 48 heures qui suivent l’apparition des symptômes. La recherche d’anticorps par méthode Elisa a été développée par quelques laboratoires spécialisés. En général les IgM sont détectables à partir du 3e jour et les IgG au-delà du 6e jour. Le manque de spécificité des réactions sérologique (réactions croisées avec les virus du complexe antigénique Sandfly Naples) nécessite le recours à un test de confirmation (séroneutralisation). Il n’existe pas de traitement ni de vaccin pour l’homme. L’utilisation périodique d’insecticides rémanents péri- et intradomiciliaire peut être recommandée pour contrôler les populations de phlébotomes si l’élimination des gîtes (tas d’ordures, terriers de rongeurs) s’avère insuffisante. En cas de persistance des phlébotomes, la protection individuelle contre les piqûres par l’utilisation de répulsifs.sur la peau et le port de vêtements imprégnés d’insecticide peuvent également être recommandés.

1. Épidémiologie en France et sur le pourtour méditerranéen

6La distribution géographique des infections à TOSV est moins large que celles des phlébovirus Sandfly Naples et Sicilian dont le phlébotome vecteur est plus largement répandu (Phlebotomus papatasi). De nombreuses enquêtes séro-épidémiologiques ont permis de préciser la distribution géographique du TOSV dans de nombreux pays du pourtour méditerranéen. Selon les régions d’Italie étudiées, le TOSV serait responsable de 30 à 80 % des méningites à liquide clair de l’adulte répertoriées pendant la période estivale. La prévalence des IgG anti-TOSV dans la population générale serait de l’ordre de 16 %. En Espagne, la séroprévalence moyenne serait de 26 %. Une enquête de grande envergure a montré que la séroprévalence augmentait avec l’âge, passant de 9 % chez les sujets de moins de 15 ans à 60 % chez les personnes âgées de plus de 65 ans. La présence du TOSV à Chypre a été démontrée chez un militaire suédois de l’ONU en 1985. Une enquête en population générale a estimé la séroprévalence à 20 %. Au Portugal, la séroprévalence n’est pas connu, mais 6 % des cas de méningites d’enfants et de jeunes adultes reçues lors de la saison estivale de 2002 à 2005 dans un hôpital du nord du Portugal étaient PCR TOSV positive. Au Kosovo, la présence du virus TOSV a été déduite de la séroconversion de militaires français en opération en 2002. En Allemagne, deux études séro-épidémiologiques, l’une auprès de professionnels sanitaires et d’étudiants en médecine et l’autre auprès de patients hospitalisés ont montré respectivement 0,7 % et 0,8 % de séroprévalence, témoignant d’une faible circulation du TOSV en Allemagne.

7Dans ces pays où le TOSV est endémique, celui-ci se manifeste par des épidémies de méningites estivales. Cette recrudescence des infections à TOSV coïncide avec l’accroissement d’activité et de densité des populations de phlébotomes lors de la saison chaude. Le pic maximum d’incidence de méningites étant observé en août.

8En France, un premier isolement d’une souche de TOSV à partir du LCR d’un cas autochtone a confirmé la présence de ce virus dans le sud est en 2001. Par la suite, le séquençage de TOSV isolés chez 3 patients infectés vivant dans la région de Marseille a permis de retrouver les deux génotypes ; « italien » et « espagnol ». Deux pools de P. perniciosus prélevés dans les environs de Marseille se sont également révélés positifs. La diversité des séquences de TOSV analysées dans les vecteurs et les prélèvements cliniques montre que les deux génotypes circulent dans le sud de la France. La séroprévalence chez 92 donneurs de sang de Marseille a été mesurée à 12 %. La surveillance des infections neuro-invasives, mise en œuvre de 2003 à 2007 dans les 9 départements du pourtour méditerranéen pour suivre les incursions du virus West Nile, a également permis la détection (sérologie et/ou PCR) de 29 méningites aigues à TOSV en Provence-Côte d’Azur. Celles-ci concernaient surtout la Provence et la Côte d’Azur et très peu le Languedoc-Roussillon. Le pourcentage de ces infections neuro-invasives TOSV positives était de 7,3 %, soit 10 fois plus que pour le virus West Nile.

2. Discussion – Questions non résolues

9La proportion d’infections à virus Toscana (TOSV) asymptomatiques, symptomatiques, légères, sévères et graves n’est pas bien connue, et il serait utile d’améliorer les connaissances sur ce sujet par des études séro-épidémiologiques.

10Quelques formes graves (réanimation prolongée) ont été décrites, guérissant toutes sans séquelles, sauf une avec pose d’un shunt ventriculaire.

11Un travail de recherche épidémio-clinique permettant de repérer et investiguer les cas graves (neuro-invasifs et autres…) hospitalisés afin d’en expertiser la gravité, y compris à moyen et long termes serait à promouvoir.

12Sur le constat que le TOSV est responsable de forme neuro-méningée plus fréquentes que le virus West Nile dans le pourtour méditerranéen d’Europe, il est devenu nécessaire d’élargir la surveillance méditerranéenne des formes neuro-invasives du virus West Nile, au formes neuro-invasives du TOSV.

13La saisonnalité estivale des infections neuro-invasives à TOSV est largement décrite, mais la répartition géographique de la circulation de ce virus n’est pas encore bien connue. Dans une perspective de pouvoir cibler les régions où promouvoir les mesures de LAV, il est nécessaire de préciser la distribution géographique et les populations à risque par des études séro-épidémiologiques et la surveillance des cas d’infection neuro-invasives à TOSV. Cette surveillance est à intégrer dans celle du West Nile.

14Le cycle écologique du TOSV n’est pas bien connu. Si les phlébotomes jouent à la fois le rôle de vecteur et de réservoir du virus, d’autres vecteurs pourraient être en cause ainsi que des hôtes vertébrés qui pourraient jouer un rôle dans la pérennisation de la circulation du virus et son maintien dans l’environnement. Des recherches entomologiques et écologiques pour améliorer les connaissances sur le cycle de transmission du TOSV sont à promouvoir.

15Aucun vaccin ni aucun traitement ne sont disponibles. Les moyens de lutte contre les infections à TOSV font appel à la lutte contre les phlébotomes (utilisation d’insecticides péri- et intra-domiciliaire), la réduction des gîtes (terriers, ordures…) et la protection individuelle contre les piqûres (répulsifs cutanés, vêtements et moustiquaires imprégnés). La promotion des mesures de lutte antivectorielle et de protection individuelle est donc d’actualité.

Bibliographie

Bibliographie

Valassina M., Cuppone A. M. et al., 1998 - Evidence of Toscana virus variants circulating in Tuscany, Italy, during the summers of 1995 to 1997. J Clin Microbiol. ; 36 :2103-4.

Nicoleti L., Verani P. et coll., 1991 - Central nervous system involvement during infection by phebovirus Toscana of residents in natural foci in central Italy (1977-1988). Am.J.Top.Hyg.; 45(4), 429-34.

Who Regional Office For Europe 2004 - The vector-Borne human infections of Europe: their distribution and burden on public health.

Who 2004 ; p 25-26. http://www.euro.who.int/document/e82481.pdf

Pillet S., 2007 - Le virus Toscana circule dans le Sud-Est de la France. Virologie ; 11(4) :329.

Villeneuve L., Leonnet C. et al., 2008 - Méningites à Toscana virus en pays d’Aubagne. Médecine et maladies infectieuses. 2008 ; 38, (S2) :115. et diaporama JNI, COL5-04 disponible sur http://www.infectiologie.com/site/medias/JNI/JNI08/Com/toscanaV-maulin-2008.pdf

Charrel R. N., Gallian P. et al., 2005 - Emergence of Toscana virus in Europe. Emerg Infect Dis.; 11:1657-63. Available from: http://www.cdc.gov/ncidod/eid/vol11no11/05-0869.htm

Valassina M, CUSI M. et al.; 2003 - A Mediterranean arbovirus: the Toscana virus. J Neurovirol. ; 9(6) :577-83.

Santos L., Simões J. et al., 2007 - Toscana virus. meningitis in Portugal, 2002-2005. Euro Surveill ; 12(6). Available online : http://www.eurosurveillance.org/em/v12n06/1206-222.asp

Di Nicuolo G., Pagliano P. et al., 2005 - Toscana virus central nervous system infections in southern Italy. J Clin Microbiol; 43(12):6186-8.

Defuentes G., RAPP C. et al., 2005 - Acute meningitis owing to Phlebotomus fever toscana virus imported to France. J Travel Med.; 12:295-6.

Sanbonmatsu-Gamez S., Perez-Ruiz M. et al., 2005 - Toscana virus in Spain. Emerg Infect Dis.; 11(11):1701-7. Available from: http://www.cdc.gov/ncidod/eid/vol11no11/05-0851.htm

Peyrefitte C. N., Devetakov I. et al., 2005 - Toscana virus and acute meningitis, France. Emerg Infect Dis.; 11(5):778-80. Available from: http://www.cdc.gov/ncidod/eid/vol11no05/04-1122.htm

Charrel R. N., Izri A. et al., 2007 - Cocirculation of 2 Genotypes of Toscana Virus, Southeastern France. Emerg Infect Dis.; 13:1299–300. Available from: http://www.cdc.gov/eid/content/13/3/465.htm

De Lamballerie X., Tolou H. et al., 2007 - Prevalence of toscana Virus Antibodies in Volunteer Blood Donors and Patients with Central nervous System Infections in Southeastern France. Vector-Borne and zoonotic diseases; 7(2), 275-77.

Rodhain F., 2001 - Fièvre jaune, dengue et autres arboviroses. Encycl Med Chir, Maladies infectieuses, 8-062-A-10, 18.

Grandadam M., 2007 - Surveillance et diagnostic des arboviroses en France métropolitaine. RFL - Revue francophone des laboratoires. Vol 37, N° 396 - novembre 2007. 75-84.

Control of Communicable diseases manual 18th Edition David L. Heyman, MD, Editor, World health organisation, Geneva, Switzerland. Arthropod-born viral fever Phlebotomine-borne viral fevers, pages 50-51 & Method of control preventive measures phlebotomine vectors, 300-01.

Hemmersbach-Miller M., Parola P. et al., Sandfly fever due to Toscana virus: an emerging infection in southern France. Eur J Intern Med. 2004; 15:316-7.

Document interne Cire sud Marseille. Bilan de la surveillance des infections à virus West Nile sur le pourtour méditerranéen 2000-07.

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search