Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Lutte antiérosive

Thème 2. Influence de la LAE sur la dynamique de l'eau : de la parcelle au bassin versant

Comportement de certaines techniques traditionnelles suite aux évènements pluviométriques exceptionnels de 2008-2009 dans le NW de l’Algérie

Mohamed Mazour, Malika Benmansour e Mostafia Boughalem

Abstract

L’érosion hydrique est un vieux problème dans les montagnes méditerranéennes où l’homme a développé depuis des siècles des techniques de LAE capables d’en réduire les effets néfastes. L’année 2008 – 2009 a connu une pluviosité exceptionnelle : 300 % du module pluviométrique annuel à certains endroits des monts de Béni Snous et les montagnes côtières de Honaine et Zouanif (plus de 1100 mm de pluie). Les intensités maximales des événements pluvieux ont été aussi très élevées (80 mm/heure durant 30 minutes à Béni Snous).
Cette étude a pour objectif de tester la stabilité, la fiabilité et l’efficacité antiérosive de quelques aménagements antiérosifs dans les sites de Béni Snous, Honaine et Zouanif à la suite des pluies exceptionnelles de cette année. La méthode repose essentiellement sur l’évaluation des pluies (hauteurs, intensité, fréquence) et l’analyse du comportement des aménagements traditionnels utilisés. Les terrasses qui sont largement utilisées dans la région et qui ont montré en temps ordinaires une bonne efficacité contre le ruissellement et l’érosion (Mazour, 2006) ont été fortement endommagées cette année. Il en est de même pour la plupart des autres techniques traditionnelles comme les structures en pierres agencées, les seuils en terres compactées, les divers cordons et les ouvrages hydrauliques (Jboub, Madjène, Séguia, Sed, etc.).
Il apparaît clairement que les aménagements traditionnels de conservation de l’eau et du sol ont leur limite mais ceci semble être bien connu des populations rurales qui prévoient de grands travaux de réfection des ouvrages et aménagements antiérosifs après chaque évènement exceptionnel.

Hydric erosion is an old problem in the Mediterranean mountains but peoples developed many SWC traditional systems since centuries. The 2008-09 year, the rains were exceptionally important (1100mm in some seaside mountains, about 3 times the normal annual amount) and the rainfall intensity as well (80 mm/h during 30 min). This study is concerned by the resistance of traditional SWC managements observed in the mountains of Beni Snous, Honaine and Zouanif. The amount, intensity & frequency of rains were analysed in relation to the behaviour of the traditional SWC managements. Mediterranean terraces which resist well during the normal rains were seriously damaged during the exceptional rainstorms of this year. It was the same for others equipments like stone or compacted earth microdams, stone bunds and various hydrolic managements like jboub, Madjene = mares, séguia, canaux d’irrigation, sed, etc… We must conclude that the traditional managements have some limits of resistance but rural populations are organised to restore these managements after each exceptional rainstorm

Testo integrale

1. Problématique

1Certaines communautés rurales en zones montagneuses du nord ouest algérien ont contribué d’une manière fort intéressante au développement et au perfectionnement de certaines techniques traditionnelles de gestion de l’eau et des terres qui ont servi de support à leur survie. Les ressources naturelles disponibles sont souvent insuffisantes par rapport à une population trop nombreuse et toute l’ingéniosité de ces populations a été mise à l’épreuve pour garantir une autosuffisance alimentaire. Dans cette démarche, les aménagements traditionnels de conservation de l’eau et de la fertilité du sol ont toujours joué un rôle essentiel (Mazour et al, 2006). Mais ces aménagements ont aussi connu de temps en temps des dégradations importantes et même des destructions à la suite d’évènements pluviométriques extrêmes. Cependant, les populations rurales ont toujours su réparer, reconstruire ou reproduire ces aménagements grâce à un savoir faire acquis depuis des siècles et dans le cadre d’une organisation sociale performante.

2La pluviosité de l’année 2008 – 2009 a été exceptionnelle : le cumul des pluies oscille entre 200 et 300 % du module pluviométrique annuel à certains endroits notamment les monts de Béni Snous et les montagnes côtières de Honaine et Zouanif où ont été enregistrés parfois plus de 1100 mm avec des intensités maximales très élevées qui ont atteint à Béni Snous 75 mm/heure durant 30 minutes.

3Les aménagements traditionnels de conservation de l’eau et du sol ont-ils pu résister à ces évènements pluviométriques rares ? Comment ? Quels sont les préjudices matériels et financiers ?

4Les paysages ruraux que nous observons aujourd’hui sont justement le fruit d’aménagements divers lentement élaborés par les agriculteurs et leur comportement vis-à-vis des évènements pluviométriques surtout ceux intenses et de fréquence assez rares qui marquent durablement le milieu naturel. Dans un milieu semi-aride où la maîtrise des eaux est essentielle à la production agricole, où le sol est fragile et constamment soumis à l’érosion, les aménagements traditionnels pourraient répondre à un double objectif : la conservation de l’eau et l’augmentation de la productivité des terres. Il est cependant nécessaire d’évaluer et de prendre en considération les effets destructeurs, les dégâts et les surcoûts engendrés par les pluies exceptionnelles. Ceci est déterminant quant il s’agit de choisir le type d’aménagement le plus efficace, le plus reproductible avec un rapport coût/efficacité des plus intéressant. Mais il est assez rare de rencontrer un même type d’aménagement : il est souvent associé à d’autres techniques complémentaires dans une répartition spatiale qui est loin d’être uniforme. Un des aspects intéressants des techniques traditionnelles est justement leur diversité et la complexité dans leur fonctionnement combiné.

2. Matériel et méthodes

5Ce travail a pour objectif de tester le comportement du point de vue stabilité, fiabilité et efficacité antiérosive de quelques techniques et aménagements antiérosifs dans les sites de Béni Snous, Honaine et Zouanif à la suite des pluies exceptionnelles de l’année 2008-9. Un premier travail (Mazour et al, 2006) a été réalisé en 2004 dans la même zone et dans des conditions pluviométriques normales et pour les mêmes objectifs à savoir l’évaluation de l’efficacité des aménagements traditionnels, leur comportement, leur stabilité et le rapport coût/efficacité (Figure 1).

6L’approche méthodologique demeure simple et repose sur l’évaluation et la caractérisation des pluies (hauteurs, intensité, fréquence), les observations directes sur les sites avec des repérages et un suivi rigoureux des paramètres à analyser. Ensuite vient l’analyse du comportement des aménagements traditionnels utilisés face aux évènements pluviométriques extrêmes enregistrés l’année 2008-2009.

7Nous avons ensuite évalué l’intérêt de l’amélioration de certaines techniques par des technologies modernes et des matériaux nouveaux pour les rendre plus attractives économiquement (choix des cultures, fertilisation raisonnée, système d’irrigation performant et adapté, gabion, béton, etc.).

8Un certain nombre de facteurs sont appréciés directement et analysés à la lumière de plus de 15 années d’observations, de mesures, d’expérimentation et d’évaluation afin de comprendre les raisons de la pérennité et de la reproductibilité de certaines techniques qui ont exigé des efforts considérables d’adaptation au cours des siècles (tableau 1, 2, 3).

9Il y a lieu donc de présenter les techniques traditionnelles les plus intéressantes de la région montagneuse du nord ouest algérien, de mesurer leur efficacité et de préciser leurs liens avec les conditions climatiques et agro-écologiques de la zone).

10Nous avons choisi un échantillon d’une vingtaine d’aménagements représentatifs des montagnes telliennes de la région de Tlemcen précisément aux environs des localités de Béni Snous, Zouanif et Honaine, là où a été effectuée dans une première étude, l’analyse du comportement et de l’efficacité de quelques aménagements traditionnels dans des conditions pluviométriques normales ou déficitaires.

11Quelques aspects socio-économiques particuliers de ces zones ont été pris en considération notamment l’organisation du travail collectif et l’implication de la femme rurale dans l’entretien et la gestion des différents aménagements ruraux.

3. Le milieu naturel

12Les conditions naturelles de l’Algérie (climat, relief, sol et couverture végétale) associées à une société rurale bien particulière qui a toujours su mettre en œuvre des formes de gestion communautaires ont contribué au développement et au perfectionnement de techniques de gestion et de conservation de l’eau et des terres qui ont servi de support à la survie d’une population souvent trop nombreuse par rapport aux ressources disponibles.

13Les trois sites expérimentaux sont situés dans le nord ouest algérien dans la wilaya de Tlemcen. Les Béni Snous se trouvent à quelques 30 km au sud ouest de la ville de Tlemcen, dans une zone enclavée et où les conditions de vie sont dures : c’est en quelque sorte une oasis où les ressources naturelles sont gérées d’une manière rigoureuse. Le relief très escarpé est fortement disséqué avec de fortes pentes et un réseau de drainage assez dense ; le cours d’eau principal porte le même nom que la localité. Béni Snous coule dans des gorges profondes et contribue d’une manière importante à l’alimentation du barrage de Béni Bahdel situé à 8 km en aval.

14Le climat est de type continental semi-aride avec de fortes amplitudes thermiques ; les pluies moyennes annuelles varient de 300 mm à 550 mm. Ces pluies sont caractérisées par une irrégularité spatio-temporelle et par un régime de courte durée et à forte intensité (l’intensité maximale peut atteindre 80 mm/heure durant 30 minutes). La lithologie est constituée de roches calcaires et dolomitiques assez altérées ce qui confère à ces zones une bonne résistance aux différents processus d’érosion.

15Les formations végétales naturelles sont pauvres et très dégradées caractérisées par de faibles densités de recouvrement et de mauvaises conditions de régénération. L’agriculture est constituée essentiellement d’arboriculture fruitière rustique constituée principalement d’oliviers (qui ont fait la réputation de la région), de cultures maraichères sur terrasses traditionnelles bien connues et d’élevage de caprins et d’ovins.

16A quelques 80 km plus au nord, se trouvent les deux autres sites de Zouanif et Honaine sur des versants côtiers montagneux avec une autre physionomie du paysage qui parait moins escarpé mais aussi moins travaillé.

17Pour les deux sites le climat est de type méditerranéen semi aride où les pluies moyennes annuelles oscillent entre 300 et 450 mm et sont irrégulièrement réparties durant l’année : l’amplitude thermique est moins accentuée. L’influence maritime adoucit et humidifie l’atmosphère et permet beaucoup de cultures sans irrigation.

18Les sols à Zouanif sont assez riches et évoluent sur des faciès volcaniques. A Honaine, les sols ont une texture complexe et ont parfois des influences volcaniques. Ils ont souvent un bon potentiel de production.

19Les techniques traditionnelles de conservation de l’eau et du sol ont toujours accompagné toutes les activités agricoles dans la région. Bon nombre de ces techniques furent cependant abandonnées avec le temps, suite à des évènements historiques (invasions, colonisation, décolonisation, exodes,…) et des phénomènes de changement d’usage des terres qui sévirent dans les zones montagneuses du Nord de l’Algérie.

Figure 1. Carte de situation des monts du Tell occidental de l’Algérie

Figure 1. Carte de situation des monts du Tell occidental de l’Algérie

4. Résultats

Tableau 1. Comportement de quelques aménagements de conservation de l’eau et du sol en fonction de certains facteurs dans le nord ouest algérien en conditions pluviométriques normales 1991-2005 (Mazour, 2006)

Tableau 1. Comportement de quelques aménagements de conservation de l’eau et du sol en fonction de certains facteurs dans le nord ouest algérien en conditions pluviométriques normales 1991-2005 (Mazour, 2006)

Tableau 2. Comportement de quelques aménagements de conservation de l’eau et du sol en fonction de certains facteurs dans le nord ouest algérien sous pluies extrêmes 2008-2009

Tableau 2. Comportement de quelques aménagements de conservation de l’eau et du sol en fonction de certains facteurs dans le nord ouest algérien sous pluies extrêmes 2008-2009

* bs = Beni Snous : 15 aménagements ; z = Zoualef : 15 ; h = Honaine : 15
** Sed : ouvrage de stockage d’eau à l’amont d’une diguette réalisée généralement en terre transversalement à un cours d’eau temporaire avec un déversoir latéral. D’une capacité de quelques milliers de m3, il est généralement réparé ou entièrement refait après chaque crue importante par la Touiza (chantier de volontaires).

20Séguia : canal de dérivation et de collecte des eaux réalisé en terre ou en pierres agencées

21Madjen : ouvrages de stockage d’eau utilisant des dépressions naturelles ou creusées. L’eau sert à certaines activités domestiques telles que le lavage, l’arrosage des jardins et potagers et l’abreuvage des animaux d’élevage.

22Jboub : ouvrages de stockage d’eau de petite capacité réalisés au niveau de certaines ravines. Ils servent surtout à l’abreuvage du cheptel.

23Daya : dépression naturelle assez importante où s’accumulent les eaux de ruissellement couvrant parfois de vastes étendues de plusieurs hectares.

Tableau 3. Ruissellement (Kram & Krmax %) et érosion (t/ha/an) sur parcelles expérimentales à Tlemcen (1991-2005)

Tableau 3. Ruissellement (Kram & Krmax %) et érosion (t/ha/an) sur parcelles expérimentales à Tlemcen (1991-2005)

Kram : coefficient de ruissellement annuel moyen
Krmax : coefficient de ruissellement maximum

24Nous présentons ci-dessus les tableaux de résultats des comportements des différents aménagements traditionnels pour la période 1991-2005, périodes caractérisée globalement par un déficit hydrique récurent comme le montre d’ailleurs le tableau 4 ainsi que comportement de ces aménagements durant l’année pluviométrique en cours 2008-2009 qui a été largement excédentaire et où la pluie enregistrée a dépassé trois fois la moyenne annuelle (tableau 4). Il y a aussi le tableau 3 qui comporte les valeurs des ruissellements et d’érosion mesurés dans la région, où les conditions climatiques et agro écologiques sont proches, et ce en fonction des systèmes d’utilisation des terres pratiqués par les populations rurales.

Tableau 4. Ecart des pluies annuelles par rapport aux moyennes annuelles déterminées sur trois périodes de mesures et les pluies maximales journalières

Tableau 4. Ecart des pluies annuelles par rapport aux moyennes annuelles déterminées sur trois périodes de mesures et les pluies maximales journalières

5. Discussion

5.1. Caractérisation des pluies exceptionnelles de l’année 2008-2009

25Le climat de la région de Tlemcen est du type méditerranéen semi aride où le régime pluviométrique est caractérisé par des pluies le plus souvent sous forme d’averses de courte durée et d’intensité relativement élevée. Ces pluies sont très inégalement réparties dans le temps et l’espace et leur impact sur les bassins versants dépend de plusieurs facteurs, d’une part de l’état d’humidité des sols, la nature du terrain, le relief, la végétation et des usages des terres et d’autre part des caractéristiques intrinsèques de la pluie comme la hauteur et l’intensité de celle-ci.

26Une pluie peut être caractérisée par plusieurs paramètres qui peuvent avoir, au sein de la même pluie, des temps de retour très différents. Citons notamment :

  • la hauteur totale de pluie,

  • la durée,

  • l'intensité moyenne,

  • les intensités maximales sur des intervalles de temps quelconques,

  • la distribution d'intensité instantanée i(t).

27L'analyse des pluies a permis de définir deux lois générales de pluviosité qui peuvent s'exprimer de la manière suivante :

  • Pour une même fréquence d'apparition - donc un même temps de retour - l'intensité d'une pluie est d'autant plus forte que sa durée est courte.

  • Ou encore, en corollaire, à durée de pluie égale, une précipitation sera d'autant plus intense que sa fréquence d'apparition sera petite (donc que son temps de retour sera grand).

28Ces lois permettant d'établir les relations entre les intensités, la durée et la fréquence d'apparition des pluies peuvent être représentées selon des courbes caractéristiques : on parle généralement de courbes Intensité-Durée-Fréquence (IDF) (Figure 2.). La notion de fréquence est en faite exprimée par la notion de temps de retour.

Figure 2. - Représentation schématique des courbes IDF

29Les pluies enregistrées à la station de Tlemcen depuis plus de 20 ans oscillent entre 240 et 540 mm, très inégalement réparties durant l’année, de courte durée et avec des intensités élevées. Souvent ces pluies sont à l’origine de ruissellements assez importants mais de faible érosion. Ce sont les averses intenses du début d’automne qui génèrent le plus de ruissellement, les sols étant déstructurés en surface, battant et compact quasiment imperméable. Ces évènements sont assez bien régularisés et absorbés par les aménagement de conservation de l’eau et du sol traditionnellement réalisés en montagne dans le nord ouest de l’Algérie.

30Tous les 15 à 20 ans (fréquence de 0,07 à 0,05) en général, des pluies exceptionnelles ont lieu à l’instar de celles qu’on a connu cette année et qui totalisent prés de 1118 mm, soit plus de trois fois la pluie annuelle moyenne avec une intensité maximale de presque 80 mm/h. Les pluies journalières maximales ont atteint prés de 120 mm en 24heures.

31Les pluies sont tombées pratiquement sans discontinuité depuis octobre 2008 jusqu’à avril 2009 et l’impact sur les ruissellements et les risques de crue a été important. Les sols étant gorgés d’eau n’infiltrent que très peu d’eau, les ruissellements augmentent considérablement les crues qui dévalent des pentes et emportent et endommagent tous les aménagements antiérosifs et de protection contre les crues.

5.2. Comportement des ouvrages et structures traditionnels de conservation de l’eau et du sol

32Le village de Béni Snous dans les monts de Tlemcen, accroché à plus de 1000 mètres d’altitude, aux flancs de montagne est caractérisé par une sociologie particulière étant donné son enclavement depuis des siècles et des conditions du milieu naturel très difficiles. Ses populations sont passés maitres en aménagements et techniques de conservation de l’eau et sol comme les fameuses terrasses omniprésentes, les cuvettes aux pieds des oliviers en pierres soigneusement agencées. Béni Snous est surtout connu pour ses olivettes, ses vergers célèbres et ses terrasses cultivées. Ces terrasses verdoyantes atténuent les fortes pentes qui dépassent les 60 %. Les sols sont peu profonds sur un substrat calcaire et entretiennent une végétation naturelle assez dense sous forme de maquis de chêne et de résineux. Les pluies sont relativement abondantes et agressives en hiver et au printemps de sorte que les risques d’érosion et de ravinement sont très élevés dans cette région. Les agriculteurs ont su développer depuis longtemps des méthodes et des techniques parfois simples mais efficaces leur permettant de contrôler les eaux de ruissellement, les stocker et les utiliser pour l’irrigation des terrasses aménagées, des oliviers et autres arbres fruitiers (grenadier, pommier, pêcher, prunier, poirier, etc.). Au pied des arbres sont souvent confectionnées des cuvettes d’infiltration circulaires ou en demi lune avec l’utilisation du "mulching" en paille mais parfois aussi en pierres. Nous avons analysé 15 aménagements dans cette zone par rapport à six facteurs (Tableau 1.) : 2 terrassettes, 1 cordons en arbustes et fourragers 2 séguia, 1 sed, 1 Madjen, 1 daya, 1 cultures en billon, 1 utilisation de fumier, 2 cuvettes d’infiltration circulaires et 3 en demi lune. Il en ressort tout d’abord le bon rapport coût/efficacité pour toutes structures sauf les ouvrages de stockages d’eau Madjen et Jboub. Mais ce sont les terrasses et terrassettes qui caractérisent la région de Béni Snous depuis très longtemps comme en témoignent l’indice de reproductibilité et aussi l’indice de productivité des terres aménagées. Ces structures à l’amont des murets ou talus sculptent admirablement ce paysage montagnard. Du fait de leur densité élevée et leur bonne répartition spatiale, ils permettent une excellente conservation des eaux.

33Fonctionnant en association avec les séguia, seds, madjen, jboub et cordons en végétaux, leur efficacité est multipliée : les écoulements superficiels collectés, les ruissellements atténués par les cordons et le travail du sol et canalisés par les séguia, l’infiltration améliorée au niveau des terrasses. Les pertes de terre sont diminuées en conséquence (Tableau 3) sur tous les versants aménagés. Les techniques traditionnelles ont non seulement des liens étroits avec les conditions agro écologiques de la zone mais aussi avec ses caractéristiques socioéconomiques ; c’est ainsi que plus au nord, sur les versants côtiers de la région, à Zouanif à l’est et à Honaine à l’ouest, les terrasses, mêmes si elles sont toujours présentes, leurs densités sont plus faibles et leurs répartitions assez irrégulières. Ceci donne non seulement une autre physionomie au paysage qui parait moins travaillé mais aussi une plus faible complémentarité avec les autres techniques de conservation de l’eau et du sol. Les cordons en pierres en végétaux et mixtes sont assez nombreux et semblent jouer leur rôle d’une manière assez isolée. Il y a peu d’ouvrages de contrôle des écoulements superficiels et du ruissellement, ceci peut s’expliquer en partie par le régime pluviométrique caractérisé par des averses peu agressives, une influence marine qui atténue le déficit hydrique, des ressources générées par la pêche qui font que la pression sur les terres agricoles n’est pas importante et le système agricole moins contraignant.

5.3. Comportement des ouvrages et structures traditionnels de conservation de l’eau et du sol suite aux pluies exceptionnelles de 2008-2009

34Ces aménagements traditionnels bien efficaces en année normale, sont toutefois très vulnérables aux évènements pluviométriques exceptionnels. Les analyses de 45 aménagements au niveau des trois bassins expérimentaux de Béni Snous, de Zouanif et Honaine ont montré récemment suite aux pluies importantes (1118 mm) de l’année 2008-2009 que tous les aménagements ont été gravement endommagés si ce n’est totalement détruits (tableau 2). Les ouvrages de contrôle des eaux ont été complètement détruits, même les terrasses ont subi des dégâts très importants. Seuls les aménagements des cuvettes aux pieds des oliviers ont plus ou moins bien résisté.

35Les populations rurales au niveau de ces différents sites connaissent bien la situation et attendent en quelques sorte ces évènements catastrophiques de pieds fermes ; ils ont développé des actions d’entre aides pour réparer ou reconstruire ce qui a été détruit. Ces actions sont collectives appelées localement « touiza » et permettent à tour de rôle d’effectuer les travaux nécessaires. Des quêtes sont organisées si nécessaire pour aider au financement des différentes actions.

36D’expérience, les paysans connaissent les périodes de retour de ces évènements extrêmes, donc une certaine appréciation des fréquences d’apparition de pluies dévastatrices. Ce sont des éléments bien compris qui ont permis à ces populations de sélectionner les aménagements les plus utiles et en même temps les plus efficaces et les plus durables. Ces évènements sont parfois exploités pour mieux choisir les lieux d’implantation des ouvrages et les techniques les mieux adaptées.

37Certains aménagements sont très localisés, d’autres très éparpillés dans l’espace (terrasse, terrassettes, murette, talus, cordons pierreux, haies vives, cuvettes, madjens…). Ces aménagements sont réalisés souvent sur les bas de versants et proches des lits des oueds. L’évaluation de l’état de ces aménagements (tableau 2) suite aux évènements extrêmes montre que certains sont en voie de disparition et d’autres en extension et ceci n’est pas dû à leur faible efficacité mais plutôt aux changements dans certains rapports socio-économiques. L’efficacité des techniques culturales est strictement liée aux conditions économiques des sociétés (Roose, 2004).

38Il semble par ailleurs que certains exploitants s’intéressent à certains aménagements plus en tant que pratique d’amélioration de production, de protection contre les animaux sauvages et de diminution des travaux pénibles qu’en tant que pratique de conservation du sol. Certaines techniques bien qu’elles soient destinées à l’origine à délimiter où à protéger les parcelles (talus, clôtures en haies vives ou en pierres suivant les courbes de niveau), elles ont aussi un rôle très positif dans la conservation de l’eau et du sol et la lutte contre les crues et les inondations issues de pluies très intenses. Ces structures permettent de piéger des quantités importantes d’eau et de sédiments.

39Les dayas qui sont des dépressions importantes peuvent non seulement jouer un rôle d’atténuation des crues mais aussi constituer des réserves d’eau non négligeables qu’il faudra intégrer dans les systèmes de gestion des eaux en milieu rural de même qu’elle permet de pratiquer une agriculture pluviale (céréaliculture et arboriculture) et durable dans un écosystème très sensible.

5.4. Techniques culturales de CES et pluies intenses 2008-2009

40Le système de culture peut être défini comme un ensemble constitué par la succession des cultures sur une parcelle et les techniques culturales qui leur sont appliquées. C’est un facteur important où l’homme peut intervenir pour protéger et améliorer la productivité des ressources et en même temps lutter contre les facteurs de dégradation de l’eau et du sol..

41La répartition spatiale et temporelle des terres cultivées en zone montagneuse, nous permet souvent d’observer des systèmes de gestion traditionnels caractérisés par :

    • une diversification de cultures : céréaliculture, arboriculture fruitière, culture fourragère, et culture maraîchère ;

    • un travail du sol traditionnel (araire, manuel) ;

    • une utilisation de fumier et une matérialisation biologique des exploitations (haies vives) ;

42D’autre part, ce milieu montagnard aux fortes pentes reste très vulnérable aux ruissellements dévastateurs issus de pluies diluviennes qui malheureusement restent une caractéristique constante du climat méditerranéen. La fréquence de ces évènements est variable est peut être parfois assez rare comme c’est le cas dans les montagnes du nord ouest algérien.

43Ce sont ces évènements qui façonnent le paysage qu’on connait aujourd’hui Roose, 1994). Heureusement les hommes de ces régions, étant obligés pour survivre, ont appris à lutter contre ces catastrophes et ont développé des techniques ingénieuses et parfaitement reproductibles leur permettant de faire face à ces évènements cycliques.

44L’analyse des pratiques culturales dans les différentes zones étudiées a montré que face aux pluies diluviennes, les dégâts sont toujours très importants et il faut s’organiser pour effacer les impacts sur l’ensemble des terres aménagées (tableaux 1,2,3).

45Ce sont les techniques simples, peu coûteuses à la portée des exploitants agricoles qui semblent convenir le mieux à ces situations. Ceci est confirmé par les résultats d’analyse (rapport coût/efficacité et indice de productivité agricole intéressant et bonne reproductibilité). Certaines pratiques culturales largement répandues en Afrique du Nord sont de nature à minimiser les ruissellements importants et favoriser l’infiltration.

46Le travail du sol à l’araire sur les terres en pente présente moins de risque que le travail mécanisé et même que celui des sols laissés en jachère pâturée. La jachère, technique traditionnelle, si elle est bien gérée à une influence très marquée sur la production et la réduction de l’érosion (Roose et al, 1996).

47La pratique des cultures en billons, très répandue dans la zone, permet une bonne gestion des eaux de ruissellement et une réduction de l’érosion. Par exemple dans les monts des Béni Snous, sur un système traditionnel de culture en billons, l’érosion et le ruissellement ont été réduits respectivement de 10 et 5 fois par rapport au sol non billonné, mais devant les pluies extrêmes (intensité > 80 mm/hr), toutes les techniques traditionnelles ne tiennent plus (tableau 2)

48L’utilisation du fumier, même si le coût est relativement élevé, améliore significativement la CES, la productivité et relativement la résistance aux crues importantes.

49Enfin, il y a lieu de noter que l’utilisation des techniques citées ci-dessus n’ont d’impact positif que si elles fonctionnent ensemble et d’une manière combinée.

6. Conclusion

50La région du nord ouest algérien et particulièrement les zones montagneuses sont parsemées d’une multitude d’aménagements traditionnels de CES. Ils n’ont commencé à être étudiés, inventoriés et évalués que depuis 2006 (Mazour, 2006).

51En année normale ou déficitaire, leur impact est généralement positif sur la CES et sur l’amélioration de la productivité des terres aménagées. Ce sont les techniques simples, peu coûteuses et à la portée de l’exploitant agricole qui ont montré le plus d’efficacité. Néanmoins ces aménagements restent très éparpillés et quelquefois localisés. Certains sont abandonnés, d’autres au contraire sont largement utilisés, vu le profit qu’ils procurent,. Il s’est avéré que l’association des techniques de CES traditionnelles (mécanique, biologique, techniques culturales) combinée avec des compléments de fertilisation a un impact très positif sur la production et la réduction du risque de dégradation.

52Dans un deuxième temps, nous avons analysé le comportement de ces aménagements face aux pluies intenses de 2008-2009 où la hauteur cumulée des pluies atteint 1118 mm et l’intensité avoisine les 80 mm/h.

53Il apparaît clairement que l’ensemble des aménagements sont endommagés et les ouvrages de contrôle des eaux sont complètement détruits. Il s’avère clairement que les aménagements traditionnels sont très vulnérables aux pluies rares avec une période de retour supérieure à 20 ans.

54Mais ce sont des aménagements facilement reproductibles dans le cadre d’une organisation sociale du travail collectif (touiza) qui garantit la pérennité de ces aménagements en milieu rural étudié.

55Il apparait donc intéressant aujourd’hui de privilégier, dans le cadre des nouvelles stratégies de conservation de l’eau et du sol, toutes ces techniques ancestrales qui ont prouvé leur efficacité à travers le temps, mais surtout celles que les agriculteurs en montagne comme sur les collines ont adoptées, adaptées et maîtrisées.

56Il y a lieu enfin, de signaler ici le rôle important de la femme rurale au niveau de ces montagnes à qui reviennent le plus souvent l’entretien et la pérennisation de la plupart des aménagements traditionnels.

Bibliografia

7. Bibliographie :

Arabi M., et Roose E., 2002. Influence des systèmes de production du sol sur l’érosion, le stock et les pertes en carbone en moyenne montagne méditerranéenne du NO de l’Algérie Résumés des actes du Coll. Intern. Gestion de la Biomasse, Erosion et Séquestration du Carbone, Montpellier. p. 20.

Azontonde A., 1996. Dégradation et restauration des terres de barre au Benin Cah. Orstom ser. Pédol. 28, 2 : 17-226.

Coelho C., Laouina A., Ferreira A., Regaya K. Chaker M., Nafaa R., Naciri R, Boulet A., Carvalho T., 2002. The dynamics of land use changes in Moroccan and Tunisian sub-humid and semi-arid regions and the impact on erosion rates and overland flow generation. Résumés des actes du Coll. Intern gestion de la Biomasse, Erosion et Séquestration du Carbone, Montpellier. p. 85.

Gomer D., 1992. Ecoulement et érosion dans des basins versants à sols marneux sous climat semi-aride méditerranéen. GTZ – ANRH, 207 p.

Heusch B., 1970. L’érosion du Pré Rif occidental : une étude quantitative de l’érosion hydrique. Ann. Recherche forestière du Maroc, 12, Rabat, : 9-176.

Kouri L., Vogt H., 1993. Gully processes and types in Oued Mina basin, Algeria. Workshop “Soil Erosion in Semi-Arid Mediterranean Areas October 28-30TH 1993, Taormina. European Society For Soil Conservation (ESSC). Centro Studi di Economica Applicata all Ingeneria (CSEI) Catania, Italy. Book of Abstracts p. 14.

Laouina A, Nafaa R, Coelho C, Chaker M, Carvalho T, Boulet AN, Ferreira A., 2000. Gestion des eaux et des terres et phénomènes de dégradation dans les collines de Ksar El Kebir, Maroc. Bull Réseau Erosion 20 : 256-274..

Mazour M., Benmansour M. 2002. Effet de l’exposition des versants sur la production de biomasse et l’efficacité antiérosive dans le Nord Ouest Algérien. Bull. Réseau Erosion n ° 22, IRD Montpellier, 22 : 320-368

Mazour M, Roose E., 2002. Influence de la couverture végétale sur le ruissellement et l’érosion des sols sur parcelles d’érosion dans les bassins versants du Nord-ouest de l’Algérie. Bull Réseau Erosion 21 : 320 - 330.

Mazour M., 2004. Etude des facteurs de risque du ruissellement et de l’érosion en nappe et conservation de l’eau et du sol dans le bassin versant de l’Isser – Tlemcen. Thèse de Doctorat d’état, Université de Tlemcen ; 131p.

Mazour M., Morsli B., 2006. Analyse de l’efficacité de quelques techniques traditionnelles dans le nord ouest algérien. Actualité scientifique : efficacité de la gestion de l’eau et de la fertilité des sols en milieux semi-arides ; Bull. Réseau Erosion 23 : 193-198.

Mouffadal K. 2002. Les premiers résultats des parcelles de mesure des pertes en terre dans le bassin versant de Oued Nakhla dans le Rif occidental.

Bull Réseau Erosion 21 : 244-254

Morsli B., Mazour M., Mededjel N., Roose E., 2004. Influence de l’utilisation des terres sur les risques de ruissellement et de l’érosion sur les versants semi-arides du nord-ouest de l’Algérie. Sécheresse 15, 1 : 96-104.

Morsli B., Mazour M., Arabi M., Roose E., 2005. Influences of land uses, soils and cultural practices on carbon eroded and carbon stocks in soils of Mediterranean mountains of northern Algeria. In “Soil erosion & carbon dynamics”, Roose, Lal, Feller, Barthès, Stewart, eds, Advances in Soil Sciences, CRC publisher, Boca Raton, pp. 103-124.

Remini B., 2000. L’envasement des barrages. Bull Réseau Erosion 20 : 165-171.

Roose E., 1994. Evolution historique des stratégies de lutte antiérosive-Vers la gestion conservatoire de l’eau, de la biomasse et de la fertilité des sols (GCES). Sécheresse, 15, 1 : 9-18.

Roose E. Sabir M., 2002. Stratégies traditionnelles de conservation de l’eau et des sols dans le bassin méditerranéen : classification en vue d’un usage renouvelé.

Bull Réseau Erosion 21 : 33 - 44.

Roose. E., Arabi M., Brahmia K., Chebani R., Mazour M., Morsli B., 1997. Recherche sur la réduction des risques d’érosion par la GCES en moyenne montagne méditerranéenne algérienne Cah. ORSTOM Pédol, 28, 2 : 289-307.

Tribak. A. 1988. L’érosion du Prérif oriental. Contribution à l’étude de la dynamique actuelle dans quelques bassins prérifains au nord de Taza (Maroc).

Thèse Doc. Université Joseph Fourier Grenoble, 258 p.

Wischmeier WH, Smith DD. 1978. Predicting rainfall erosion losses. A Guide to soil conservation planning, Washington. USDA-ARS, Handbook 537 ; 58 p.

Indice delle illustrazioni

Titolo Figure 1. Carte de situation des monts du Tell occidental de l’Algérie
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13067/img-1.jpg
File image/jpeg, 88k
Titolo Tableau 1. Comportement de quelques aménagements de conservation de l’eau et du sol en fonction de certains facteurs dans le nord ouest algérien en conditions pluviométriques normales 1991-2005 (Mazour, 2006)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13067/img-2.jpg
File image/jpeg, 180k
Titolo Tableau 2. Comportement de quelques aménagements de conservation de l’eau et du sol en fonction de certains facteurs dans le nord ouest algérien sous pluies extrêmes 2008-2009
Legenda * bs = Beni Snous : 15 aménagements ; z = Zoualef : 15 ; h = Honaine : 15** Sed : ouvrage de stockage d’eau à l’amont d’une diguette réalisée généralement en terre transversalement à un cours d’eau temporaire avec un déversoir latéral. D’une capacité de quelques milliers de m3, il est généralement réparé ou entièrement refait après chaque crue importante par la Touiza (chantier de volontaires).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13067/img-3.jpg
File image/jpeg, 224k
Titolo Tableau 3. Ruissellement (Kram & Krmax %) et érosion (t/ha/an) sur parcelles expérimentales à Tlemcen (1991-2005)
Legenda Kram : coefficient de ruissellement annuel moyenKrmax : coefficient de ruissellement maximum
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13067/img-4.jpg
File image/jpeg, 388k
Titolo Tableau 4. Ecart des pluies annuelles par rapport aux moyennes annuelles déterminées sur trois périodes de mesures et les pluies maximales journalières
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13067/img-5.jpg
File image/jpeg, 220k
Legenda Figure 2. - Représentation schématique des courbes IDF
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13067/img-6.jpg
File image/jpeg, 55k

© IRD Éditions, 2012

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540