Version classiqueVersion mobile

La lutte antivectorielle en France

 | 
Didier Fontenille
, 
Christophe Lagneau
, 
Sylvie Lecollinet
, 
et al.

1. Les paramètres de la transmission des infections vectorielles

Le rôle de l’immunité

Texte intégral

1Les épidémies de chikungunya surviennent par cycle (vingtaine d’années) (Mac Donald, 1957). En l’absence de mesures de protection, une proportion très importante de la population susceptible est touchée (75 %) et développe une immunité en quelques mois ce qui contribue à contrôler la transmission par le fait que le nombre de susceptibles dans la population devient insuffisant pour que la transmission persiste, le taux de reproduction net devenant alors inférieur à 1. Il faudra attendre la reconstitution de nombreuses générations de personnes susceptibles pendant de nombreuses années pour que la transmission puisse réapparaître et donner lieu à une épidémie. Pour la dengue, la circulation de plusieurs sérotypes permet, selon le sérotype circulant, des épidémies plus rapprochées dans la mesure où l’immunité d’un sérotype ne protège pas contre un autre.

2Enfin, pour le paludisme en zone d’endémie l’immunité et la protection (tolérance au parasite) qu’elle confère résulte d’un équilibre qui s’établit lentement entre le parasite et l’organisme (Heyman). Elle n’est que relativement efficace et qu’au bout de plusieurs années et disparaît en quelques mois si l'hôte n'est plus infecté. La protection ainsi acquise coexiste avec la présence d’une parasitémie faible ce qui permet en théorie à la transmission au vecteur de se maintenir. On parle alors de prémunition ou de semi-immunité. En pays ou le paludisme sévit toute l'année, le sujet devient semi-immun. Il est alors à l'abri des formes graves, mais peut faire les autres formes cliniques de paludisme. Dans ces régions, ce sont les nourrissons, ou les nouveaux arrivants, qui sont alors à fort risque de formes graves. Dans les régions où le paludisme est saisonnier (Sahel avec saison des pluies unique et courte), cette prémunition est faible, car l'acquis au moment de la période de transmission intense est rapidement perdu.

Bibliographie

Anderson R. M., May R. M., 1991 – Infectious Diseases of Humans: Dynamics and Control. Oxford: Oxford Science Publications.

Boëlle P. Y., Thomas G. et al., 2008 – Investigating transmission in a two-wave epidemic of Chikungunya fever, Reunion Island.Vector Borne Zoonotic Dis. 2008 Apr;8(2):207-17.

Fianu A. et al., 2006 Enquête de séroprévalence Favier du chikungunya en population générale, la Réunion, hiver austral, 2006. Chikungunya et autres arboviroses émergente en milieu tropical, la Réunion, 3-4 déc. 2006. http://www.invs.sante.fr/publications/2008/colloque_chik_dec_2007/26_perrau.pdf

Fine P. E., 2003 – The interval between successive cases of an infectious disease. Am J. Epidemiol ; 158:1039–1047.

Heyman D., 2004 – Control of Communicable Diseases Manuel. American Public Health Association, 18th edition, Washington DC.

MacDonald G., 1957 – The epidemiology and control of malaria. Oxford University Press.

Pialoux G. et al., 2006 – Chikungunya virus infection: review through an epidemic Med Mal Infect.; 36:253-63.

Rodhain F. et al., 1985 – Précis d'entomologie médicale et vétérinaire, 443 p., éd. Maloine, Paris.

Ross R., 1911 – The prevention of malaria, 2nd Edition, with an addendum on the theory of happenings. London John Murray.

Tran A., Biteau-Coroller F. et al., 2005 – Modélisation des maladies vectorielles. Epidemiol Santé Animale ; 47 :35-51.

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search