Version classiqueVersion mobile

La lutte antivectorielle en France

 | 
Didier Fontenille
, 
Christophe Lagneau
, 
Sylvie Lecollinet
, 
et al.

1. Les paramètres de la transmission des infections vectorielles

Les deux paramètres de base de la transmission

Texte intégral

1La dynamique de la transmission de personne à personne qui inclut donc la transmission vectorielle peut être résumée par deux principaux paramètres : le taux de reproduction et l’intervalle sériel ou intergénérationnel (Anderson, May, 1991).

1. Le taux de reproduction

2Le taux de reproduction de base (R0 : nombre moyen de cas secondaires résultant, au sein d’une population susceptible et au niveau de laquelle aucune mesure de lutte n’est appliquée, du contact avec un sujet infectieux). Pour des valeurs de R0 inférieures à 1, correspondant à la situation où chaque cas donne naissance en moyenne à moins de 1 cas secondaire, le nombre de cas diminue à chaque génération de cas et la maladie finit par disparaître. A contrario, pour des valeurs de R0 supérieurs à 1, chaque cas générant en moyenne plus de 1 cas secondaire, le nombre de cas à la génération n+1 est supérieur à celui observé à la génération n, ce qui correspond à un potentiel épidémique qui persiste tant qu’il reste suffisamment de personnes réceptives à l’infection dans la population (figure 4).

3Dans une population ayant un certain niveau d’immunité on parlera de taux de reproduction net (R) qui correspond à R0*S ou S est la proportion de sujets susceptibles. L'estimation du R est en soit intéressante en termes de prévision du devenir d’une épidémie. En effet, son estimation permet d'évaluer la proportion de la population qui doit être immunisée contre la maladie pour que la transmission de celle-ci cesse. Pour que la transmission cesse, il suffit que R soit <1. R étant = R0 * S ou encore = R* (1-I). La proportion de sujets immunisés (I) nécessaire pour que R<1 est alors 1-1/R0. Si comme l’ont suggéré les travaux de Boelle et al. (2008), on a un R0 pour le chikungunya à la Réunion aux environs de 4 (estimation de R au tout début d’une l'épidémie alors que la population était complètement susceptible) la proportion de sujets immuns nécessaire pour que la transmission cesse serait donc, sur la base des formules ci-dessus, aux environs de 75 %.

4À la fin de l’épidémie, on a estimé qu’environ 38 % des résidents de la Réunion avaient été contaminés par le chikungunya (Fianu et al., 2006) et étaient donc protégés ce qui est très éloigné de la proportion de 75 % estimée ci-dessus. Dans d’autres épidémies récentes (Grande Comore et Kenya), de l’ordre de 70 % de la population a développé des anticorps à la fin de l’épidémie, ce qui correspond à un R entre 3 et 4 et est bien supérieur au taux de prévalence des anticorps de 38 % observé à la Réunion. Sous réserve que l’estimation du R0 n’est pas biaisée, ce résultat peut suggèrer que la transmission du chikungunya à la Réunion aurait dû se poursuivre en l’absence de mesures de lutte antivectorielle et indirectement que les mesures de lutte antivectorielle mises en oeuvre ont probablement limité la transmission. Une hypothèse alternative pour expliquer l’absence de reprise épidémique est que le taux d’attaque de la population la plus exposée pourrait avoir été beaucoup plus élevé que le taux d’attaque moyen calculé sur l’ensemble de la population. Ainsi l’immunoprotection qui en résulte dans les zones les plus à risque aurait été sous-estimée et aurait pu atteindre des niveaux suffisants pour que le taux de reproduction net, dans ces zones devienne < 1.

5Le taux de reproduction est fonction du taux de contact (c) entre les sujets susceptibles et infectieux, du taux de transmission (t) pour un contact entre un sujet susceptible et un sujet infectieux et de la durée de la période infectieuse du sujet infecté selon la formule R0 = c * t*d. Pour les épidémies de source commune le nombre de cas est une fonction de la dose infectieuse du germe impliqué, de la dose d’exposition émise par la source commune et du nombre d’exposés qui dépendra de la quantité émise par la source et de la durée d’émission.

6Pour les agents à transmission vectorielle le R0 est déterminé par la facilité avec laquelle il est transmis de l’hôte au vecteur et inversement pour chaque piqûre, l’abondance du vecteur vis-à-vis de l’hôte ; la durée de présence de l’infectiosité chez l’hôte et le vecteur, la durée de vie du vecteur ; le comportement de l’hôte (exposition au vecteur) ; la bio-écologie du vecteur (fréquence et lieux de piqûre, préférences trophiques, taux de survie, taux d’infectivité, etc.). Ces paramètres, et en particulier ceux concernant les comportements de l’hôte et du vecteur, sont très liés aux conditions géo-climatiques locales et sont peu extrapolables d’une situation à une autre.

7Le R0 peut être calculé par la formule ci-dessous basée sur les travaux de Ross (1911) et de George MacDonald (1957) développé initialement pour le paludisme (Fine, 2003 ; Ross, 1911). Ce modèle s’applique aux autres infections transmises par les vecteurs :

8R0= (m . a2 . pn / -lnp) . b . c / r

  • m = nombre de vecteurs en relation avec un sujet donné
  • a = nombre de piqûres par jour sur l’homme par 1 moustique donné (1/a = durée moyenne entre chaque piqûre)
  • p = taux de survie quotidien pour un moustique donné
  • n = durée de développement de l’agent pathogène chez les moustiques
  • b = proportion de moustiques qui répliquent et peuvent transmettre l’agent pathogène (capacité vectorielle)
  • c = probabilité de transmission du virus d’un sujet virémique au moustique pour 1 piqûre
  • r = taux de disparition de l’infectiosité de l’hôte (1/r = durée moyenne en jour de la période infectieuse)

9L’expression (m . a2 . pn / -lnp) correspond à la capacité vectorielle (CV) pour un système vectoriel donné.

10Les paramètres m, a, p et n dépendent tous de l’environnement et du climat : nature, abondance des gîtes larvaires liée à la pluviométrie, densité des moustiques et vitesse de développement du parasite ou du virus dépendant de la température, contact entre l’homme et le vecteur en fonction de l’environnement anthropique.

11La LAV va pouvoir intervenir à différents niveaux :

  • en réduisant m et a (suite à une lutte antilarvaire, lutte alduticide, lutte antivectorielle communautaire…) ;
  • en réduisant par traitement adulticide… ;
  • en réduisant a par l’évitement du contact entre l’homme et le vecteur (éviter de sortir aux heures d’activité d’un vecteur exophile), l’utilisation de repellent, de protection vestimentaire, de moustiquaires… ;
  • en réduisant c par protection des sujets infectieux des piqures de moustiques (moustiquaires, repellent…).

12Les mesures médicales de traitement de l’infection (antiparasitaire notamment) chez l’homme qui réduisent la durée de la virémie ou de la parasitémie (1/r) réduiront R et affecteront négativement la transmission. Par contre la prophylaxie médicamenteuse intervient en réduisant l’efficacité de la transmission du moustique infectieux à l’homme susceptible (altération du paramètre a).

2. L’intervalle sériel ou intergénérationnel

13L’intervalle sériel explore une autre dimension de la transmission, à savoir la rapidité de survenue des cas résultant du contact avec une personne infectieuse (figure 4). Ainsi, pour un R0 aux environs de 3, et un intervalle sériel d’environ 6 à 9 jours pour une maladie donnée et de 2 à 4 jours pour une autre, le nombre de cas secondaires pour une période de 9 jours sera en moyenne de 3 pour la première alors qu’il sera de 3 + 32 (9) + 33 (27) = 39 pour la deuxième. Ainsi, la maîtrise de la transmission de la première infection est plus facilement accessible à des mesures de contrôle que la 2e. Dans une chaine de transmission, l’intervalle sériel dépend du temps de latence et de la durée de l’infectiosité chez le sujet index, de la période d’incubation chez le cas secondaire et de l’intervalle de temps entre le moment où l’agent infectieux quitte l’hôte infectieux et le moment où il pénètre un hôte susceptible (MacDonald, 1957). Pour une infection transmise par un vecteur ce dernier intervalle de temps dépend du vecteur et de l’interaction de l’agent infectieux avec ce dernier. La figure 5 empruntée à Boelle et al. (Anderson, May, 1991) représente l’intervalle sériel d’une infection transmise de personne à personne par un vecteur (ici le chikungunya transmis par Aedes albopictus) décomposé en ses différents éléments.

Figure 4 : Représentation de la dynamique de la transmission interhumaine faisant intervenir un vecteur (exemple du chikungunya à la Réunion)

Figure 4 : Représentation de la dynamique de la transmission interhumaine faisant intervenir un vecteur (exemple du chikungunya à la Réunion)

Figure 5 : L’intervalle intergénération dans une infection transmise d’homme à homme par un vecteur (d’après P. Y. Boelle et al.).

Figure 5 : L’intervalle intergénération dans une infection transmise d’homme à homme par un vecteur (d’après P. Y. Boelle et al.).

14L’intervalle intergénération (IG) est matérialisé par la flèche rouge : il débute avec le début de la maladie chez le cas index et se termine avec le début de la maladie chez le cas secondaire :

15IG= - TV + TB + TM + TI

16

17TV : intervalle de temps entre l’apparition de l’infectiosité et le début des symptômes chez l’hôte (correspond à la période de virémie pré symptomatique chez l’hôte susceptible). Pour le chikungunya, il est estimé entre 1 à 2 jours.

18TB : intervalle de temps entre l’apparition de l’infectiosité chez l’hôte et la piqûre par un moustique compétent. Selon la date de la piqûre, il varie selon la durée de l’infectiosité. Pour le chikungunya de 1 à 6 jours.

19TM : intervalle de temps entre la piqûre responsable de la contamination initiale du moustique et la piqûre de ce moustique qui transmettra l’infection à un hôte susceptible. Cet intervalle de temps est un multiple de la durée moyenne du cycle gonodotrophique (Pialoux et al., 2006). Pour le chikungunya, il est de 4 à 6 jours.

20TI : intervalle de temps entre la date d’infection et la survenue des symptômes chez l’hôte ; durée d’incubation qui, pour le chikungunya, varie de 2 à 7 jours.

Table des illustrations

Titre Figure 4 : Représentation de la dynamique de la transmission interhumaine faisant intervenir un vecteur (exemple du chikungunya à la Réunion)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1304/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Titre Figure 5 : L’intervalle intergénération dans une infection transmise d’homme à homme par un vecteur (d’après P. Y. Boelle et al.).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1304/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 48k

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search