Version classiqueVersion mobile

La lutte antivectorielle en France

 | 
Didier Fontenille
, 
Christophe Lagneau
, 
Sylvie Lecollinet
, 
et al.

1. Les paramètres de la transmission des infections vectorielles

Modes de transmission des agents infectieux / La dynamique de la maladie versus celle de l’infectiosité

Texte intégral

Modes de transmission des agents infectieux

1La transmission des agents infectieux résulte de l’interaction entre l’agent lui-même, l’environnement et l’hôte. Les modifications d’un des composants de cette triade ou de leur interaction pourront entraîner une augmentation de la transmission et de l’incidence de la maladie et une épidémie. On distingue la transmission directe, indirecte et la transmission par l’air (aérienne) (Heyman). La transmission directe a lieu par transfert d’un agent infectieux, sans élément intermédiaire, d’un hôte infectieux (humain ou animal) à une porte d’entrée d’un hôte humain susceptible (toucher, mordre, rapports sexuels, projection directe de gouttelettes pharyngées lors d’éternuements, la toux, crachat…). La transmission indirecte nécessite l’intervention d’un élément intermédiaire, au niveau duquel l’agent se multiplie ou pas, qui peut être un véhicule contaminé (eau, aliment, objet, produit biologique, sang, organe, ustensile médical, main contaminée d’un soignant…) ou un vecteur vivant qui peut assurer la transmission par transport mécanique ou biologique de l’agent avec dans ce dernier cas un cycle plus ou moins complexe de maturation avant que le vecteur devienne infectieux. De manière simple et opérationnelle, on peut aussi distinguer deux modalités de transmission : la transmission de personne à personne et la transmission à partir d’une source commune par un véhicule commun contaminé tels les aliments, l’eau ou l’air. La transmission vectorielle, correspondant à une transmission de personne à personne ou (d’animal à animal ou d’animal à l’homme) indirecte.

2Les infections à transmission vectorielle sont celles pour lesquelles l’agent pathogène (virus, bactérie ou parasite) est transmis d’un individu infecté (un hôte vertébré : homme ou animal) à un autre par l’intermédiaire d’un arthropode (moustique, tique, pou, puce) hématophage. Elles contribuent fortement, le paludisme et la dengue au premier rang, à l’impact global humain des maladies infectieuses dans le monde (Rodhain et al., 1985). L’impact en santé animale n’est pas moindre : trypanosomose animale, la fièvre de la vallée du Rift ou la fièvre catarrhale ovine... Il en résulte un fardeau important non seulement sur la santé, mais aussi sur le développement des pays touchés. Sujets à des recrudescences, des épidémies et à leur implantation en zones auparavant indemnes (West Nile aux États- Unis, chikungunya à la Réunion et Italie, diffusion de la fièvre catarrhale ovine en Europe) elles font partie des maladies émergentes du fait de l’intense circulation mondiale des personnes et des biens qui facilitent rapidement le déplacement des hôtes infectieux et des vecteurs compétents. Les modifications des écosystèmes et de l’environnement liées aux activités humaines et les facteurs climatiques jouent un rôle important dans leur dynamique. De plus, la perspective des modifications écologiques conjuguées à celle du réchauffement climatique auront un impact sur la dynamique et la diffusion des infections vectorielles dans les décennies à venir.

3Ainsi, le contrôle des maladies vectorielles constitue aujourd’hui un enjeu majeur de santé publique humaine et animale au Sud comme au Nord.

4La maîtrise passe par la compréhension des mécanismes et des paramètres de la transmission de l’infection, qui peuvent être complexes du fait du mode de transmission indirect (figure 1) faisant intervenir de nombreux acteurs : plusieurs vecteurs sont souvent impliqués dans le cycle de transmission, éventuellement plusieurs hôtes, ou la présence d’un réservoir animal (population, vertébrée ou invertébrée) assurant le maintien de l’agent infectieux dans la nature. Le cycle de l’infection à virus du Nil occidental en est une illustration (figure 2).

Figure 1 : Représentation schématique de la transmission vectorielle
L’hôte peut être humain ou animal ou les deux (zoonose). Le réservoir de virus peut être exclusivement constitué de l’hôte infectieux (dengue, chikungunya, paludisme…). Il peut, cependant, exister un réservoir de virus vertébré ou invertébré qui assure le maintien de l’agent infectieux dans la nature tel que pour l’infection par le virus du Nil occidental, la fièvre de la vallée du Rift... (d’après Tran, Biteau-Coroller et al., 2005).

Figure 1 : Représentation schématique de la transmission vectorielleL’hôte peut être humain ou animal ou les deux (zoonose). Le réservoir de virus peut être exclusivement constitué de l’hôte infectieux (dengue, chikungunya, paludisme…). Il peut, cependant, exister un réservoir de virus vertébré ou invertébré qui assure le maintien de l’agent infectieux dans la nature tel que pour l’infection par le virus du Nil occidental, la fièvre de la vallée du Rift... (d’après Tran, Biteau-Coroller et al., 2005).

Figure 2 : Exemple d’un cycle de transmission
Exemple d’un cycle de transmission impliquant un réservoir et un hôte zoonotique : transmission du virus du Nil occidental. Les infections transmises à l’homme et au cheval par le vecteur sont dites « accidentelles » et ne contribuent pas à la transmission par le vecteur. Le réservoir du virus est constitué par les oiseaux chez lesquels la transmission est assurée par le moustique vecteur, Culex principalement (adapted from CDC).

Figure 2 : Exemple d’un cycle de transmissionExemple d’un cycle de transmission impliquant un réservoir et un hôte zoonotique : transmission du virus du Nil occidental. Les infections transmises à l’homme et au cheval par le vecteur sont dites « accidentelles » et ne contribuent pas à la transmission par le vecteur. Le réservoir du virus est constitué par les oiseaux chez lesquels la transmission est assurée par le moustique vecteur, Culex principalement (adapted from CDC).

La dynamique de la maladie versus celle de l’infectiosité

5Pour une infection donnée, l’hôte (animal ou humain) est infecté après exposition efficace à l’agent infectieux. Si l’infection est symptomatique l’intervalle de temps qui sépare l’infection du début des signes de la maladie est la période d’incubation. La période de maladie évolue vers la guérison, le passage à une maladie chronique ou la mort. La dynamique de l’infectiosité ne suit pas nécessairement le même cheminement : l’infectiosité peut débuter au même moment que les signes cliniques, avant ou après et se terminer avant la fin des symptômes ; dans certains cas l’infectiosité après une maladie aiguë peut persister de manière chronique et prolongée. Du point de vue de l’infectiosité on distingue : la période de latence qui sépare l’infection du début de l’infectiosité et la période infectieuse ou contagieuse (figure 3). Cette distinction a son importance pour la transmission des maladies infectieuses qu’elle fasse intervenir ou non un vecteur. En effet, la probabilité de transmission via un vecteur dépendra de la durée de l’infectiosité chez l’hôte : plus celle-ci est prolongée plus la probabilité d’être piqué par un vecteur et pour ce dernier de s’infecter augmente. De la même manière le fait que l’infectiosité soit présente avant les signes cliniques ou que la maladie soit totalement asymptomatique aura aussi son importance sur la transmission, le comportement de l’hôte étant différent selon qu’il est asymptomatique ou malade.

Figure 3 : Dynamique de la maladie et de la contagiosité chez l’hôte
Le début de la contagiosité ne coïncide pas nécessairement avec le début de la maladie, la contagiosité pouvant survenir avant le début de la maladie (dengue et chikungunya, par exemple). Il existe par ailleurs des formes asymptomatiques (par exemple 80 % pour la dengue et 10 à 15 % pour le chikungunya). Dans d’autres infections, la période infectieuse de l’hôte pour le vecteur dure bien au-delà des manifestations cliniques (paludisme, leishmaniose…).

Figure 3 : Dynamique de la maladie et de la contagiosité chez l’hôteLe début de la contagiosité ne coïncide pas nécessairement avec le début de la maladie, la contagiosité pouvant survenir avant le début de la maladie (dengue et chikungunya, par exemple). Il existe par ailleurs des formes asymptomatiques (par exemple 80 % pour la dengue et 10 à 15 % pour le chikungunya). Dans d’autres infections, la période infectieuse de l’hôte pour le vecteur dure bien au-delà des manifestations cliniques (paludisme, leishmaniose…).

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Représentation schématique de la transmission vectorielleL’hôte peut être humain ou animal ou les deux (zoonose). Le réservoir de virus peut être exclusivement constitué de l’hôte infectieux (dengue, chikungunya, paludisme…). Il peut, cependant, exister un réservoir de virus vertébré ou invertébré qui assure le maintien de l’agent infectieux dans la nature tel que pour l’infection par le virus du Nil occidental, la fièvre de la vallée du Rift... (d’après Tran, Biteau-Coroller et al., 2005).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1303/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Titre Figure 2 : Exemple d’un cycle de transmissionExemple d’un cycle de transmission impliquant un réservoir et un hôte zoonotique : transmission du virus du Nil occidental. Les infections transmises à l’homme et au cheval par le vecteur sont dites « accidentelles » et ne contribuent pas à la transmission par le vecteur. Le réservoir du virus est constitué par les oiseaux chez lesquels la transmission est assurée par le moustique vecteur, Culex principalement (adapted from CDC).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1303/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Figure 3 : Dynamique de la maladie et de la contagiosité chez l’hôteLe début de la contagiosité ne coïncide pas nécessairement avec le début de la maladie, la contagiosité pouvant survenir avant le début de la maladie (dengue et chikungunya, par exemple). Il existe par ailleurs des formes asymptomatiques (par exemple 80 % pour la dengue et 10 à 15 % pour le chikungunya). Dans d’autres infections, la période infectieuse de l’hôte pour le vecteur dure bien au-delà des manifestations cliniques (paludisme, leishmaniose…).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1303/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 151k

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search