Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lutte antiérosive

Thème 2. Influence de la LAE sur la dynamique de l'eau : de la parcelle au bassin versant

Processus érosifs et transport solide en milieu tropical insulaire. Cas des bassins versants de la Baie du Robert, Martinique, FWI

Nicolas Rocle, Xavier Bray, Anne-Claire Nivet, Julie Gresser et François-Xavier De La Foye

Résumé

Particulièrement vulnérable aux pressions d’origine anthropique, la Baie du Robert en Martinique est marquée par une dégradation généralisée de ses écosystèmes. L’envasement des fonds marins, les changements de bathymétrie et la dégradation de biocénoses remarquables sont notamment les conséquences d’un apport excessif de particules solides dans la baie. Sur certains sous-bassins versants de ce territoire, nous avons caractérisé et quantifié le transfert de solutés dans les eaux superficielles. Une première approche qualitative a permis d’établir un diagnostic cartographié de la vulnérabilité des terres à l’érosion à l’échelle des bassins versants. Dans un deuxième temps, un réseau de stations de mesures a été installé pour évaluer quantitativement le régime hydrologique et la dynamique de transport solide des cours d’eau instrumentés. Les principaux résultats de cette seconde étape permettent de caractériser les variations spatiales et temporelles du transport solide et d’estimer les quantités de matériaux entraînés en fonction des spécificités des sous-bassins instrumentés.

In Martinique (FWI), the Robert bay is characterised by some signs of eutrophication and hyper sedimentation, inducing impacts on its natural ecosystems. This study has allowed highlighting some of the main driving factors of erosion processes in the catchment basins. Combination of agricultural practices and human settlements uphill during the last decades is one of the phenomena of erosion amplification. A first step was to build a diagnosis of erosion vulnerability in the catchment basins. The second step was dedicated to design monitoring programmes, install equipment and collect physical and chemical data on three different basins. First results allow improving scientific knowledge on spatiotemporal variability of solid transport on catchment basin scale and assessing contribution of solid transport in pesticides contamination.

Texte intégral

1. Présentation du contexte et de la zone d’étude

1L’envasement des baies marines et la dégradation des biocénoses afférentes représentent aujourd’hui un problème d’ordre majeur dans la plupart des pays insulaires de la Caraïbe. A la Martinique, département français d’outre-mer de l’arc des Antilles, l’aménagement du territoire de ces dernières décennies a entraîné un changement dans l’occupation et la gestion des sols avec pour conséquence une aggravation des phénomènes d’érosion. L’urbanisation grandissante et non maîtrisée, l’absence ou la mauvaise gestion des eaux pluviales en lien avec ces aménagements ainsi que les pratiques agricoles sur monocultures sont le siège de phénomènes physiques qui présentent un impact majeur pour la gestion et la conservation des sols.

2Le Havre du Robert, situé sur la commune du même nom sur la façade Atlantique de la Martinique, est une baie semi-fermée de 21 km², protégée par de nombreux îlets. Le faible hydrodynamisme dont elle fait preuve maintient les pollutions d’origine terrestre proches du littoral et la rend particulièrement sensible à l’eutrophisation et à l’envasement. Le continuum terre/mer est lié à l’existence de 22 cours d’eau tributaires qui drainent un bassin versant (23 km²) ramassé et soumis à de nombreuses pressions anthropiques. Le secteur agricole représente 25 % de la superficie totale du bassin et se caractérise par des cultures à forte consommation d’intrants, dans un contexte physique et climatique favorable à leur usage (pression parasitaire continue) et à leur transfert (pente moyenne de 27 %). L’urbanisation, diffuse sur tout le bassin, s’accélère avec la construction d’habitations individuelles sur les hauteurs en amont des parcelles et d’infrastructures collectives sur les zones aval. La coévolution entre activités humaines sur les parties terrestres et les milieux littoraux s’en trouve dès lors renforcée. L’émergence ou le maintien d’activités côtières à fort potentiel de développement (tourisme nautique, pêche, aquaculture…) sont des enjeux de taille pour la collectivité. Depuis 2005, des organismes de recherche (CEMAGREF, IFREMER et Université Antilles Guyane) et d’expertise se sont associés à la collectivité afin de caractériser les impacts des activités terrestres sur le milieu marin et proposer des actions de prévention ou limitation des impacts. Deux enjeux prioritaires sont mis en avant : la diffusion des pollutions chimiques et organiques, impliquant notamment une eutrophisation accrue de la baie, mais plus encore le transfert des particules solides, qui accélère l’envasement du littoral et détruit les récifs coralliens et biocénoses associées (Dao et al., 2008).

2. Diagnostic et spatialisation de la vulnérabilité à l’érosion sur le territoire

  • 1 Par opposition à la vulnérabilité conjoncturelle, telle celle résultant d’un aléa climatique partic (...)

3Le diagnostic des zones d’apports terrigènes a constitué la première étape de la recherche-objet. Pour ce faire, la construction d’un indicateur de vulnérabilité structurelle1 à l’érosion a été choisie, via une modélisation qualitative, où seule l’érosion hydrique superficielle et non celle de masse (liée aux glissements de terrain) fût traitée. L’approche par indicateur nécessite de choisir un nombre restreint et pertinent de paramètres, afin d’établir des règles de décision (approche experte) pour aboutir, à partir de paramètres indépendants, à l’indicateur composite final.

  • 2 Acquise via le projet PARAGE « Evaluation de l’occupation Agricole des sols dans les Régions Antill (...)

4• Le premier paramètre est la couverture du sol2 : les surfaces imperméabilisées ne sont pas génératrices d’érosion, mais sont impliquées dans la formation et l’accélération du ruissellement. Le couvert végétal est un facteur clé puisque selon Roose, 1994, l’érosion est multipliée par 1000 lorsque, toutes choses étant égales par ailleurs, le couvert végétal diminue de 100 % à 0 %. Ainsi, pour hiérarchiser les différences dans l’occupation du sol, nous avons retenu l’ordre relatif des valeurs données par des modèles empiriques (Vigiak et al., 2005, Hessel et al., 2005, Hoyos, 2005). Par ailleurs, une étude sur l’érosion en parcelle expérimentale à la Martinique (Khamsouk, 2002) a permis de discriminer deux types de couverts en banane (âge de plus ou moins 2 ans). Les travaux de Roose (1994) permettent enfin d’estimer les pertes en terre sous les couverts denses et complets toute l’année (prairies, bois, savanes…).

5• La topographie est le second paramètre classiquement utilisé, à deux niveaux :

    • 3 Lal (1976), a montré au Nigeria qu’entre 1 et 15 % l’érosion est négligeable en présence de résidus (...)

    L’inclinaison de la pente : l’ensemble des auteurs ayant travaillé sur l’influence de l’inclinaison de la pente s’accorde à dire que l’érosion croît exponentiellement avec la pente pour des sols nus ou des sols recouverts partiellement par une culture3. Toutefois ces résultats sur l’amplification de l’érosion avec la pente sont à nuancer avec ceux obtenus pour le ruissellement, Hudson 1957, Lal, 1975, Roose, 1973 et Khamsouk en 2001 ayant observé que le ruissellement se stabilise autour de 20 % de pente.

  • La longueur de la pente : elle est connue comme étant un facteur aggravant de l’érosion (Zing, 1940 et Hudson, 1973). Ce paramètre est pris en compte par le calcul de l’accumulation des flux d’eau, via un algorithme « D8 » créé par Jenson et Domingue, 1988, appliqué au Modèle Numérique de Terrain (MNT) de l’IGN. L’utilisation du MNT et de cet algorithme permet de distinguer les zones où le ruissellement se concentre à l’extrême, « traçant » ainsi un réseau hydrographique théorique. Le paramètre « accumulation de l’écoulement » apporte donc une information sur la vulnérabilité à l’érosion linéaire.

6• Le dernier paramètre pris en compte est l’érodibilité des sols : de nombreux paramètres peuvent la décrire mais ceux-ci sont très variables dans le temps et dans l’espace. De manière à conserver le caractère qualitatif et générique du modèle, nous avons utilisé le type d’argile des différents sols et leurs propriétés de retrait/gonflement (carte pédologique au 1/20 000e de Colmet-Daage, 1969), de manière à s’intéresser davantage à la stabilité structurale des sols qu’à l’érodibilité. On rencontre sur le territoire d’étude une majorité de sols brun-rouge à montmorillonite et ferrisols compacts.

  • 4 Le facteur ou l’aléa climatique n’est pas utilisé dans le modèle : une analyse fréquentielle des ép (...)

7Une fois ces paramètres identifiés4, l’approche de modélisation par arborescence logique (Le Bissonnais, 2002) est proposée :

  • Pour chaque variable précédemment listée, on définit des classes en nombre limité. Par exemple, pour la variable « occupation du sol », 10 classes représentant la diversité spatiale de l’occupation du territoire sont proposées : habitat diffus, forêt, savane, canne à sucre…

  • On identifie ensuite les combinaisons possibles entre chaque variable. Une combinaison fait donc référence à un jeu de quatre classes (une classe par variable). Ainsi, si 10 classes sont données pour chacune des 4 classes retenues, nous obtenons 104 possibilités. Ce chiffre est réduit par le nombre prédéfini de classes (2 à 4 classes seulement pour certains paramètres) et par l’élimination de combinaisons inexistantes (pas d’agriculture sur des sols très pentus par exemple).

  • Au final, l’arborescence fournit toutes les situations possibles, le recours à l’expertise et à la connaissance du terrain réduit in fine le nombre de ces situations en sept catégories différentes, représentées par un indice de sensibilité à l’érosion.

8Le résultat cartographique permet alors d’identifier et de hiérarchiser des espaces sur lesquels la vulnérabilité est supposée importante et où le diagnostic préalable mérite d’être approfondi.

Figure 1 : Cartographie de la vulnérabilité à l’érosion du bassin versant du Robert, novembre 2006

9Les secteurs considérés comme les plus contributifs à l’érosion sont donc mis en évidence : il s’agit notamment des secteurs cultivés en banane et des zones temporaires de travaux et chantiers. Notons que cette cartographie peut être actualisée par acquisition d’images satellitaires et photo-interprétation de l’occupation des sols du territoire. Les travaux sur la spatialisation de la vulnérabilité à l’érosion permettent donc d’ores et déjà d’identifier les zones prioritaires sur lesquelles cibler les efforts d’actions préventives. La mise en place de techniques de lutte antiérosive (à la parcelle avec des itinéraires techniques adaptés et partagés, aménagement des berges des cours d’eau, etc…) pourra utilement s’appuyer sur la cartographie établie à l’échelle du bassin versant. Des travaux de recherche sur l’origine des matières en suspension seraient alors à envisager pour affiner l’expertise et les aménagements proposés en ce sens.

10Si l’indicateur représente bien la sensibilité d’objets spatiaux de référence (résolution 5m x 5m) à des formes d’érosion hydrique superficielle, il n’exprime cependant pas la quantité de terre réellement exportée vers le milieu marin. De plus, les voies artificielles d’écoulement, tels que les fossés et réseaux de collecte des eaux pluviales, n’ont pas été prises en compte dans la modélisation. Le risque de transfert, faisant appel à la connectivité des zones érodées au réseau hydrographique superficiel, a pu être appréhendé par la prise en compte de la proximité des écoulements superficiels avec les zones contributives à l’érosion.

11Les informations qualitatives obtenues suite à cette spatialisation sont ensuite confrontées aux données de terrain. Ainsi, des sous-bassins versants ont fait l’objet d’investigations poussées pour :

  • Valider le modèle par des observations directes et des enquêtes auprès d’acteurs, majoritairement des agriculteurs et résidents : le modèle reflète de manière satisfaisante la réalité de terrain, ceci pour des intensités ou des durées de pluie non extrêmes.

  • Etablir des cartographies détaillées des zones de production de matières terrigènes, des zones de transfert ainsi que des zones de dépôt.

  • Instrumenter des stations de mesure pour acquérir des connaissances complémentaires sur le transport solide des écoulements en présence.

3. Suivi du transport solide dans les eaux superficielles

3.1. Dispositif de mesures et protocole de suivi

12Afin de caractériser la dynamique de transport solide dans les eaux superficielles et ses variations spatio-temporelles, un dispositif de 4 stations de mesure a été mis en place sur des secteurs préalablement diagnostiqués (figure 2), différenciés par les facteurs suivants : superficie de l’impluvium, occupation du sol, pratiques anthropiques (itinéraires techniques), nature des écoulements (une ravine temporaire et deux cours d’eau permanents). La campagne de mesure s’est étalée de juillet 2008 au mois de mai 2009.

13L’étude des transferts de polluants physiques et chimiques a fait appel à une instrumentation ad hoc permettant de suivre les paramètres pluviométriques (Campbell, ARG 100 à augets basculeurs : cumul de pluie, intensité, durée de l’évènement), hydrologiques (sondes de pression Keller et Campbell : relation hauteur d’eau/débit par construction de courbes de tarage) et physico-chimiques (température, concentration en MES (turbidimètre) et polluants chimiques, essentiellement pesticides) des cours d’eau concernés.

Figure 2 : Localisation des stations de mesure sur les mirco-bassins versants

14Nous nous sommes intéressés au suivi du transport solide suivant ses deux composantes : la suspension des particules les plus fines et le charriage des matériaux plus grossiers. Pour ce faire, différents types de suivi ont été réalisés, en fonction des contraintes d’ordres technique et organisationnel :

  • Pour les matières en suspension (MES), un échantillonnage manuel sur quelques périodes d’étiage et sur les crues, ainsi qu’un suivi en continu par sondes de mesure in situ afin de mesurer les variations de concentrations en MES lors d’événements pluvieux. Les mesures, effectuées au pas de temps de la minute, sont alors enregistrées en continu dans la station d’acquisition et relevées toutes les deux semaines.

  • Des pièges à sédiments sur deux stations de mesure (ravine Mansarde, amont et aval des parcelles agricoles) pour casser l’énergie hydraulique et favoriser le dépôt des matériaux charriés. La mesure du volume des sédiments déposés se faisant à la suite de chaque événement de crue.

3.2. Principaux résultats

a) Réponse des bassins versants aux évènements de crues

15Afin d’appréhender au mieux la dynamique de transport des MES lors des crues, un échantillonnage des crues est réalisé manuellement, en cherchant à obtenir un nombre de couples [concentration – débit] le plus représentatif possible de l’événement (figure 3a). Si on ne peut observer de relation univoque entre la concentration et le débit pour l’ensemble des mesures de MES, on observe en général une relation concentration-débit (figure 3b) qui présente une forme d’hystérésis (Borges, 1993 ; Mathys et al., 1989, Williams, 1989).

Figure 3 : a) Points d’échantillonnage lors d’un évènement de crue b) courbe d’hystérésis lors de la crue du 19 septembre 2008, rivière Gaschette

16Williams, en 1989, propose une typologie des crues selon l’allure de la courbe traduisant les variations des concentrations en fonction de celles des débits pendant la crue. Ainsi la réponse des hydrosystèmes est-elle différente d’un sous-bassin à l’autre, en fonction notamment de l’occupation des sols et de la nature des écoulements considérés :

  • Une mobilisation conséquente des matériaux détritiques des berges proches de la station de mesure (exutoire du sous-bassin) pour la rivière Voltaire, liée à l’accélération des écoulements et l’augmentation de la force hydraulique par les aménagements amont (imperméabilisation des surfaces) ;

  • Une remobilisation des matériaux en abondance dans le lit de la ravine Mansarde, confirmant l’hypothèse posée par Pinte, 2006, d’une mobilisation des matériaux jusqu’à l’exutoire par reprise des matériaux déposés lors des crues précédentes ;

  • Un fonctionnement plus complexe sur le bassin versant de la rivière Gaschette, qui demande à chercher les régimes critiques de début de transport des différents bassins pour les comparer entre eux. Une comparaison des réponses des bassins de Voltaire et Gaschette nous a conduit à déterminer une plage de débits critiques, voisins de 2m3/s, à partir de laquelle les réponses exprimées en concentrations de MES sont clairement différenciées et dont la tendance n’évolue plus.

17Les courbes d’hystérésis nous permettent par la suite d’interpoler la valeur de la concentration en chaque point de l’hydrogramme (méthode par « rating-curve », Mathys, 2006).

Figure 4 : Hydrogramme et sédimentogramme, crue du 19 septembre 2008, rivière Gaschette

18Cette méthode présente l’avantage d’utiliser la précision de la mesure sur les débits et leur variation au cours de l’évènement (débit enregistré au pas de temps de la minute), pour appréhender celle des concentrations de matières en suspension. Le calcul des flux de matières en suspension peut alors être effectué de manière à quantifier le volume transporté lors de l’événement de crue (cf. infra).

b) Distribution du transport par suspension et par charriage sur Mansarde aval

19Les observations démontrent que les composantes du transport solide ne sont pas réparties uniformément sur les différentes périodes de l’année. Ainsi, en période d’hivernage (août – décembre) sur la ravine Mansarde, le ratio entre transport par suspension et transport par charriage évolue-t-il comme indiqué ci-dessous.

Figure 5 : Transport par suspension et par charriage sur la ravine Mansarde

20Le taux de charriage, représentant 40 % du transport solide dans la ravine en début de saison des pluies, indique une abondance de matériaux grossiers du lit. Ce taux diminue sensiblement pour ne représenter plus que 5 % du volume solide total sur la fin de l’hivernage. Nous pouvons relier cette observation avec le graphe ci-dessous, représentant la dynamique de transport par charriage observée sur la même période.

Figure 6 : Cumul de répartition des éléments charriés puis déposés dans la ravine Mansarde

21Plus de 80 % des matériaux se sont déposés dans la première moitié de la période étudiée. Cette tendance peut s’expliquer par le fonctionnement morphodynamique de la ravine Mansarde à l’échelle annuelle : sous l’effet des nombreuses alternances humectation/dessiccation qui se déroulent en période de carême (janvier à juillet), alors qu’aucun écoulement n’est visible dans la ravine, les agrégats du lit se désagrègent et se fragilisent. Ils sont de ce fait faiblement liés entre eux et sont alors fortement disponibles : le charriage est élevé en début de période des pluies. Ce stock, facilement mobilisable en début d’année hydrologique, va diminuer au cours de l’hivernage, lorsque la ravine est en eau, par épuisement de matériaux mobilisables. Après une nouvelle période sèche ayant reconstitué le stock de particules disponibles, la même tendance devrait s'observer sur la séquence suivante d'épisodes de pluie (Lopez Periago and Soto, 2004).

c) Estimation des flux annuels de transport solide

22Le traitement statistique des données hydrologiques acquises durant la campagne de suivi, couplé aux mesures de transport par charriage et suspension, a permis, par l’application d’un certain nombre d’hypothèses dans l’extrapolation et l’interprétation des données, d’estimer les flux annuels à l’échelle des trois petits bassins versants instrumentés (Nivet et al., 2009). Nous donnons ici quelques résultats sur le transport solide évalué à partir des campagnes de suivi et des analyses statistiques réalisées.

Bassins versants

Gaschette

Voltaire

Mansarde

Vulnérabilité estimée

8 à 15 t/ha/an

2 à 8 t/ha/an

8 à 20 t/ha/an

Figure 7 : Vulnérabilité à l’érosion sur les trois sites d’études, en tonnes de matière sèche par hectare et par an

  • 5 P. Saffache estime, sur le territoire de la baie du Marin, que 2 km² de parcelles cultivées en mara (...)

23L’ensemble de ces estimations aboutit à un ordre de grandeur de 10 tonnes de matières sèches par hectare et par an, dont nous faisons l’hypothèse qu’il s’agit d’une estimation a minima, sans évènement climatique majeur5.

24Nous avons enfin cherché à tester l’utilisation d’une formule simplifiée du transport solide, en s’appuyant sur les différents coefficients donnés par Meunier (1999) et en vérifiant les conditions de validité de cette formule dans nos conditions expérimentales. Il s’avère que cette formule (Qs/Qcr = B IA, Q s étant le débit solide, Qcr le débit critique de plein transport, I la pente moyenne du cours d’eau, B et A les coefficients à déterminer et à confronter à la littérature) semble pertinente à nos échelles d’observation pour une modélisation du transport solide à l’aide des coefficients de Smart et Jaeggi (Meunier, op. cit.), où A = 2,5 et B = 1,6. Toutefois, les faibles débits rencontrés sur la ravine Mansarde placent la formule à la limite de son domaine de validité et l’étendue granulométrique des sols bruns appellerait des mesures complémentaires afin d’apporter une réponse mieux argumentée. Nous proposons pour conclure de discuter et critiquer les méthodes employées ici pour de futures investigations sur le transport solide des cours d’eau des Antilles françaises.

4. Conclusion/discussion

25La pression démographique à la Martinique entraîne des changements dans l’organisation spatiale des activités humaines à l’échelle de territoires à enjeux. L’imperméabilisation des surfaces ainsi générée modifie le cycle de l’eau, notamment par une augmentation et une accélération des écoulements de surface au détriment de l’infiltration dans les sols et le sous-sol. Les variations spatiales et temporelles des processus érosifs et du transport solide doivent ainsi être appréhendées pour comprendre ces mécanismes.

26Au plan méthodologique, nous retiendrons que la fiabilité de la mesure optique et surtout la sécurité des équipements vis-à-vis des aléas sont des critères déterminants et sélectifs pour le choix des implantations (la détérioration et le coût de tels appareils auront été rédhibitoires sur la durée de notre étude). Les sites d’utilisation des turbidimètres et MES-mètres doivent donc répondre à certaines conditions : permettre l’immersion permanente des sondes de mesure et le bon positionnement de l’appareil dans le cours d’eau, l’ancrage du câble reliant l’appareil à la station pour résister aux forts courants, la protection du câble de liaison vis-à-vis des objets flottants ; et enfin disposer d’une alimentation électrique suffisante pour éviter les trous de mesure. L’estimation relativement fiable obtenue sur la rivière Gaschette met en évidence l’intérêt de disposer de préleveurs à déclenchement automatique pour mesurer efficacement les régimes critiques de plein transport qui sont des paramètres déterminants pour une évaluation juste du transport solide. Les turbidimètres et les prélèvements manuels seuls ne suffisent pas à caractériser ces régimes critiques essentiels. Par surcroît, une meilleure exploitation des mesures opérationnelles doit être recherchée de façon à discriminer les composantes de la vulnérabilité, dès lors que les mesures des évènements du cours d’eau seraient réalisées en continu au pas de temps de la minute.

27Au plan heuristique, les mesures réalisées sur ces bassins versants anthropisés au relief énergique, dont les pentes varient entre 5 à 30 %, ont permis d’aboutir à trois séries de résultats. Le comportement des bassins versants sur diverses classes de crue a été approché de manière exploratoire. Les composantes par charriage et suspension ont été discréditées sur la ravine Mansarde à l’échelle annuelle. L’érosion mesurée par le transport solide en suspension, largement majoritaire dans notre contexte, est évaluée par un ordre de grandeur de sa composante structurelle : 10 tonnes par hectare et par an, hors aléa climatique majeur. Les observations de la surface du versant au moment des ruissellements érosifs n’ont pas été suffisamment précises pour apporter davantage d’éléments. Par sécurité, nous avons retenu une incertitude relative de 50 % sur les mesures de concentration de MES. Ceci nous a amenés à conduire de front trois séries de calculs de façon à encadrer au mieux cette estimation : l’estimation maximale de la vulnérabilité, assimilée à sa composante structurelle, ne dépasse jamais 20 t/ha/an et l’estimation minimale ne descend jamais en dessous de 2 ou 3 t/ha/an. Cet encadrement stabilise l’ordre de grandeur estimé, mais ne prédispose pas des effets d'évènements climatiques majeurs ou de flux localisés générés par les activités humaines.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Borges, A. L., 1993. Modélisation de l'érosion sur deux bassins versants expérimentaux des Alpes du sud. Thèse de doctorat en Mécanique, Université Joseph Fourier Grenoble I, 205 pp. In Mathys, 2006.

Colmet-Daage, F., 1969. Carte des sols des Antilles au 1/20000e, Guadeloupe-Martinique (partie volcanique), ORSTOM, Centre des Antilles, bureau des sols.

Dao J-C. (coord.), 2008. Diagnostic préalable à l’aménagement intégré du territoire de la baie du Robert. Rapport final LITEAU II, MEDDMM.

Desse M., Saffache P., 2005. Les littoraux antillais : des enjeux de l’aménagement à la gestion durable. Paris, Ibis Rouge Éditions, 116 p.

Hessel, R., Van Den Bosch, R., Vigiak, O., 2005. Evaluation of the LISEM soil erosion model in two catchments in the East African Highlands. Earth Surf. Process. Landforms 31, 469 – 486 (2006).

Hoyos, N., 2005. Spatial modeling of soil erosion potential in a tropical watershed of the Colombian Andes. Catena 63 (2005) 85-108.

Hudson, N. W., 1973. Soil Conservation. Batsford, London. 320 p.

Jenson, S. K., et Domingue, J. O., 1988. Extracting topographic structure from digital elevation data for geographic information system analysis, Photogramm. Eng. Remote Sens., 54, p 1593 – 1600.

Khamsouk, B., 2001. Impact de la culture bananière sur l’environnement. Influence des systèmes de cultures bananières sur l’érosion, le bilan hydrique et les pertes en nutriments sur un sol volcanique en Martinique (cas du sol brun rouille à halloysite). Thèse pour obtenir le grade de Docteur de l’ENSA Montpellier. 214 p.

Lal, R., 1976. Soil erosion problems on an alfisoil in Western Nigeria and their control. IITA Monograph n ° 1, Ibadan 126p. In Roose, 1994.

Le Bissonnais Y., Thorette, J., Bardet, C., Daroussin, J., 2002. L’érosion hydrique des sols en France. Rapport IFEN. 106 p.

Lopez Periago, E. and Soto, B. 2004. Modeling wash load transport of soil in a headwater catchment cultivated by non-tillage methods. Journal of Hydrology, 28, 1-4 : 19-33.

Mathys, N., Meunier, M. and Guet, C., 1989. Mesure et interprétation du processus d'érosion dans les marnes des Alpes du sud à l'échelle de la petite ravine. La Houille Blanche, 3/4 : pp. 188-192. In Mathys, 2006.

Mathys, N., 2006. Analyse et modélisation à différentes échelles des mécanismes d'érosion et de transport de matériaux solides. Cas des petits bassins versants de montagne sur marne (Draix, Alpes-de-Haute-Provence). Thèse pour obtenir le grade de docteur de l’Institut National Polytechnique de Grenoble, 346 p.

Meunier, M., 1999. Les torrents du Nord-Ouest de la Martinique. Hydrologie des crues, hydraulique et dynamiques torrentielles. CEMAGREF Editions, 403 p.

Nivet, A-C. (coord.), 2009. Caractérisation du transport solide en ravine et cours d’eau permanent. Site-atelier de la baie du Robert, CEMAGREF, 95 p.

Pinte, K., 2006. Diagnostic de l’érosion sur le bassin versant de la baie du Robert. Mémoire de fin d’étude d’ingénieur, INA P-G – CEMAGREF, 184 p.

Roose, E. et Sarrailh, J. M., 1989-1990. Erodibilité de quelques sols tropicaux : 20 années de mesures en parcelles d’érosion sous pluies naturelles. Cahiers ORSTOM. Série Pédologie, 25, 1-2 : 7-30.

Roose, E., 1994. Introduction à la gestion conservatoire de l’eau, de la biomasse et de la fertilité des sols (GCES). Bulletin Pédologique de la FAO n ° 70. 420 p.

Roose, E., Khamsouk, B., Lassoudière, A., Dorel, M., 1999. Origine du ruissellement et de l’érosion sur sols bruns à halloysite de Martinique. Premières observations sous bananiers. Bulletin Réseau Erosion, 19 : 139-147.

Vigiak, O. et al, 2005. Modelling catchment-scale erosion patterns in the East African Highlands, Earth Surf. Process. Landforms, 30, p. 183-196.

Williams Garnett, P., 1989. Sediment concentration versus water discharge during single hydrologic events in rivers. Journal of Hydrology, 111 (1-4) : 89-106.

Zing, A. W., 1940. Degree and length of land slope as it affects soil loss and runoff. Agric. Eng. 21 : 59-64.

Notes

1 Par opposition à la vulnérabilité conjoncturelle, telle celle résultant d’un aléa climatique particulier et de pratiques culturales à un instant Ϯ donné.

2 Acquise via le projet PARAGE « Evaluation de l’occupation Agricole des sols dans les Régions Antilles et Guyane », sur trois périodes disponibles : novembre 2006, avril et mai 2007.

3 Lal (1976), a montré au Nigeria qu’entre 1 et 15 % l’érosion est négligeable en présence de résidus de surface, d’autres mesures laissent à penser que les pentes de 15 à 20 % constituent un seuil à partir duquel les phénomènes érosifs s’accentuent.

4 Le facteur ou l’aléa climatique n’est pas utilisé dans le modèle : une analyse fréquentielle des épisodes pluvieux entre une station sur le littoral et une station « haute » de la zone d’étude ne montre pas de différence significative du régime pluviométrique. Une homogénéité de l’aléa est ainsi posée comme postulat.

5 P. Saffache estime, sur le territoire de la baie du Marin, que 2 km² de parcelles cultivées en maraîchage libèrent 26 000 tonnes de sédiments par an, contre 24 tonnes pour 3 km² de terres pâturées (Desse, Saffache, 2005).

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Cartographie de la vulnérabilité à l’érosion du bassin versant du Robert, novembre 2006
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13013/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Figure 2 : Localisation des stations de mesure sur les mirco-bassins versants
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13013/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Légende Figure 3 : a) Points d’échantillonnage lors d’un évènement de crue b) courbe d’hystérésis lors de la crue du 19 septembre 2008, rivière Gaschette
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13013/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Figure 4 : Hydrogramme et sédimentogramme, crue du 19 septembre 2008, rivière Gaschette
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13013/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Figure 5 : Transport par suspension et par charriage sur la ravine Mansarde
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13013/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Figure 6 : Cumul de répartition des éléments charriés puis déposés dans la ravine Mansarde
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/13013/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 85k

Auteurs

CEMAGREF, UR Agriculture et Espace insulaire, Pôle de Recherche Agroenvironnementale de la Martinique, Lamentin, Martinique, France
Courriel : nicolas.rocle@cemagref.fr

CEMAGREF, UR Agriculture et Espace insulaire, Pôle de Recherche Agroenvironnementale de la Martinique, Lamentin, Martinique, France

CEMAGREF, UR Agriculture et Espace insulaire, Pôle de Recherche Agroenvironnementale de la Martinique, Lamentin, Martinique, France

CEMAGREF, UR Agriculture et Espace insulaire, Pôle de Recherche Agroenvironnementale de la Martinique, Lamentin, Martinique, France

CEMAGREF, UR Agriculture et Espace insulaire, Pôle de Recherche Agroenvironnementale de la Martinique, Lamentin, Martinique, France

© IRD Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540