Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lutte antiérosive

Thème 2. Influence de la LAE sur la dynamique de l'eau : de la parcelle au bassin versant

Influence de la lutte antiérosive sur la dynamique de l’eau de la parcelle au bassin versant

Texte intégral

1La majorité des aménagements et des techniques antiérosives ont été conçues pour dissiper l’énergie des pluies de petite et moyenne importance : soit en améliorant l’infiltration, soit en stockant les eaux dans la rugosité de la surface du sol ou dans diverses cavités sur le versant et/ou dans les vallées. Mais les problèmes majeurs d’érosion adviennent lors des averses majeures, ou lors des pluies rares ou cycloniques. Ces aménagements (fossés, banquettes, canaux de contour) généralement débordent et entrainent des dégâts considérables sur les versants et en aval.

2Dans cette section, sont définis les phénomènes pluvieux extrêmes, avec leur hauteur, leur durée, leur intensité maximale (dans les Caraïbes et dans le Var en France). Les conséquences sur les côtes touristiques (Martinique), en milieux urbains (en Algérie, en Haïti) et sur les aménagements traditionnels ou modernes (en Algérie) sont décrites.

3Enfin, divers auteurs ont étudié l’influence des arbres (au Sahel), le surpâturage et du paillage (sous bananeraie en Martinique) sur la maitrise des flux hydriques et de l’érosion sur fortes pentes (à Madagascar). Quant au surpâturage, il entraine la dénudation et le compactage du sol ce qui augmente les débits des crues, le ravinement, ainsi que le transfert de fertilité.

© IRD Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540