Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lutte antiérosive

Thème 1. Efficacité de la lutte antiérosive sur la restauration de la productivité des sols

Les techniques traditionnelles de GCES et de restauration de la productivité des sols au Rwanda

François Ndayizigiye

Résumé

Jusqu'au début du siècle dernier, le Rwanda était encore peu peuplé, et le problème de sol ne se posait pas en termes de disponibilité et de productivité ; il y avait encore de nouvelles terres riches à coloniser et la sédentarisation restait aléatoire. Les sols fatigués étaient mis en jachère et se reconstituaient avec le temps. Avec la poussée démographique est apparue l'appropriation des terrains considérés depuis lors comme principale source de moyens de subsistance. Ne pouvant pas abandonner les sols fatigués, les agriculteurs apprirent alors à les aménager en les protégeant contre l'érosion et en les fertilisant pour les rendre encore productifs. Ainsi, ils eurent recours à des techniques visant à ralentir et à infiltrer les eaux de ruissellement (haies vives et fossés), des techniques de gestion des bas fonds inondés (drains et sillons séparant des billons) et différentes méthodes de gestion du sol et sa fertilité (labour grossier, buttes, billons, jachère, utilisation des résidus et déchets de toute sorte, agroforesterie). Par la suite, les pouvoirs publics, conscients de la gravité du problème de dégradation des sols, ont essayé d'imposer des « nouvelles techniques » (fossés isohypses et terrasses radicales). Mais cette intervention fut couronnée par un échec parce que ces techniques ne répondaient pas à la principale attente des agriculteurs qui était d'augmenter la production des biens conséquemment à l'effort fourni. En plus d'être très exigeantes en main-d'œuvre (fossés : 250-350 HJ/ha/an et terrasses radicales : 800-1200 HJ/ha/an), ces techniques se sont avérées catastrophiques sur certains terrains très pentus et peu profonds. Des études faites par différents acteurs (chercheurs, services publics et ONGs) ont permis de voir qu'en combinant les pratiques traditionnelles avec les nouvelles techniques, on peut arriver à conserver de manière durable le sol et à lui assurer une productivité plus soutenue.

Until the beginning of the last century, Rwanda was still sparsely populated, and the problem of soil did not arise in terms of availability and productivity; there was still new rich land to colonize and settling was random. Tired soils were put fallow and were rebuilt over time. With the demographic surge appeared the appropriation of the land since considered main source of livelihood. Could not abandon the tired soils, farmers learned then to manage them by protecting against erosion and by providing fertilization to still make them productive. Thus, they used techniques to slow and infiltrate runoff (hedge rows and ditches), techniques for managing small marshes (drains and furrows separating plots) and different methods of soil management and fertility (coarse labour, buttes, ridges, fallow, use of residues and wastes, agroforestery). Subsequently, the public authorities, aware of the gravity of the problem of land degradation, have tried to impose "new techniques" (ditches and beach terraces). But this intervention was a failure because these techniques did not meet the main waiting's farmers was to increase the production of the crops accordingly to provide effort. Extra to be very labour - intensive (ditches: 250-350 HJ/ha/year and beach terraces: 800-1200 HJ/ha/yr), these techniques may be very catastrophic in some very steep and shallow lands. Studies made by different actors (researchers, public services and NGOs) showed that combining traditional practices with new techniques, can maintain a stable soil and provide a more sustained productivity.

Texte intégral

Introduction

1Selon les rapports des premiers missionnaires, le berceau du Rwanda actuel était peuplé, déjà au début de ce siècle, de manière remarquablement dense. Malgré les famines et les guerres intestines, la population rwandaise n'a cessé de s'accroître à un rythme extrêmement rapide. En 30 ans, la densité de la population s'est multipliée presque par trois partout dans le pays, passant successivement de 89 habitants par km2 en 1948 à 258 habitants par km2 en 1978, certaines zones étant plus peuplées que d'autres » (F. Ndayizigiye, 1993). D'après les estimations de la Banque Mondiale, le Rwanda a connu une forte poussée démographique ces dix dernières années et serait aujourd'hui le pays le plus densément peuplé d'Afrique avec une densité moyenne d'environ 400 habitants au km2 comme le montre la figure suivante.

2L'une des caractéristiques marquantes de la société rwandaise est la très large dissémination de l'habitat d'une grande partie de la population (environ 82 %) sur les collines et les plateaux du pays. Les villes ne renferment qu'environ 18 % de la population totale. Les vallées et les bas fonds, longtemps réservés à l'élevage et parfois aux reboisements d'eucalyptus, sont aujourd'hui colonisés par une agriculture très intensive (Photo 01).

Photo 01 : Habitat dense et dispersé

3Vivant sur un territoire très exigu, le peuple rwandais n'a assuré sa subsistance que grâce à une agriculture et un élevage faits de manière plus ou moins intensive utilisant des pratiques traditionnelles qui ont progressivement abouti à la réduction de la fertilité ayant pour conséquence la diminution de la production des cultures. Ainsi, la régression de la jachère et la surexploitation des sols qui, jointes à la topographie très pentue, la forte intensité des pluies et la fragilité de certains types de sols, ont constitué les facteurs déterminants pour une importante érosion et une diminution considérable de la fertilité des sols (Photo 02).

Photo 02 : Erosion sur terrains très pentus surexploités

4Confrontés à cette situation de manque de terre et de dégradation du sol, les fermiers ont ainsi eu recours à des pratiques de gestion du milieu qui permettent de maintenir le sol en place, de réduire l'érosion et d'augmenter les rendements des cultures. Mais la pression démographique devenant de plus en plus forte, les exploitations se sont amenuisées et les sols étant très sollicités sont devenus très pauvres et difficiles à restaurer. Nous allons voir les pratiques traditionnelles qui ont été utilisées en trois points à savoir les techniques de gestion conservatoire de l'eau, les pratiques de gestion du sol et les pratiques de restauration de la productivité des sols.

1. Les techniques de gestion conservatoire de l'eau

5L'agriculture traditionnelle rwandaise est principalement pluviale. Ainsi, pour leur besoin en eau, les cultures dépendent essentiellement de la pluie même si dans les bas fonds, certaines pratiques peuvent être assimilées à l'irrigation. Le fermier doit attendre l'arrivée des pluies pour faire des cultures ; et à certaines périodes de l'année, il doit aussi faire face à une grande quantité d'eau qu'il faut gérer pour le bénéfice des cultures et la sauvegarde de l'environnement en luttant notamment contre l'érosion. Pour ce faire, il a eu recours à diverses techniques qui ont été progressivement améliorées au cours des années pour donner les résultats que l'on connaît aujourd'hui.

a) Des chicanes en mottes d'herbes + haies d'arbustes et graminées aux bandes enherbées + haies vives d'arbustes

6En terrain incliné, les paysans réunissaient les herbes arrachées et la terre qui y adhérait en petites mottes disposées en chicanes suivant plus ou moins les courbes de niveau. Ils y plantaient aussi des haies d'euphorbes (Euphorbia tirucalli = umuyenzi) ou de grandes graminées (Hyparhenia = umukenke) pour renforcer le système. Après un certain temps, la pente s'atténuait et le paysan en cultivait la partie inférieure, après l'avoir protégée par un fossé. Ce qui ralentissait l'écoulement des eaux et empêchait le ravinement.

7Aujourd'hui, ce dispositif a été amélioré en installant, suivant les courbes de niveau et à des écartements différents selon le degré de la pente, des bandes enherbées avec des graminées fourragères (Sétaria, Tripsacum, Vetiver, Penisetum) et des haies vives d'arbustes légumineux (Leucaena, Sesbania, Calliandra) à usages multiples (bois de tuteurs, fourrage, engrais vert, paillage).

8Ces haies arbustives et bandes enherbées utilisées sur des terrains à faibles pentes (inférieures à 15 %) permettent d'obtenir progressivement des terrasses planes avec des talus courts et stables après un temps relativement court (3 à 5 ans) quand les parcelles sont régulièrement cultivées dans le sens de la pente et les structures bien entretenues (tailles et/ou coupes régulières) (Photo 03).

Photo 03 : Bandes enherbées contre l'érosion

b) Des fossés en bordure supérieure des champs aux fossés isohypses cloisonnés renforcés par des bandes enherbées

9L'agriculteur a toujours utilisé des fossés soit pour capter et infiltrer l'eau de ruissellement, soit pour évacuer les quantités d'eau indésirables au niveau du champ.

10En haut de chaque parcelle, l'agriculteur terminait le labour par un fossé large d'environ 30 cm et d'une profondeur de la hauteur d'une houe (environ 20 cm), dont la fonction principale était de capter et d'infiltrer des éventuels écoulements d'eau venant des parcelles situées en amont, et aussi y déposer de résidus de sarclage qui allaient servir de fumure organique à la saison suivante. Ce fossé pouvait constituer une structure antiérosive même s'il ne suivait pas toujours la courbe de niveau comme le conseillent les spécialistes. Ce fossé était régulièrement détruit et remplacé par un nouveau fossé de même dimension à chaque labour de la saison.

11Aujourd'hui, l'amélioration qui a été portée à cette technique consiste en ce que les fossés suivent les courbes de niveau à des équidistances régulières, et sont plus larges (40 cm) et profonds (30 à 50 cm), cloisonnés tous les 5-10 m pour forcer l'eau à s'infiltrer sur place (Photo : 04) ; et ils sont protégés en amont par une bande enherbée et/ou une haie arbustive qui retient les terres érodées sur la parcelle et permet la formation d'une terrasse progressive obtenue après 5 à 10 ans de culture continue (Photo 05).

Photo 04 : Fossés isohypses cloisonnés

Photo 05 : Bandes enherbées sur fossés

12Cependant, cette technique ne peut être utilisée que sur des terrains dont la pente n'excède pas 35 % et dont la profondeur du sol atteint 1 m au minimum. Elle ne peut pas être recommandée sur des terrains très pentus et argileux développés sur substrat schisteux ou volcanique. Sur ce type de terrains, l'expérience a montré que les fossés isohypses cloisonnés entraînaient d'importants glissements de terrains qui provoquent d'énormes dégâts sur leur passage et dans les bas fonds. Et en plus de son inefficacité à lutter contre l'érosion, cette technique demande un investissement considérable : environ 300 hommes-jours par hectare pour la mise en place, et 200-250 hommes-jours annuels par hectare pour l'entretien. Cet investissement ne peut pas être rentabilisé sans apports supplémentaires nécessaires pour la mise en valeur des terrains.

13Dans ces situations, il a été alors recommandé d'utiliser des haies d'arbuste et/ou d'herbes et des terrasses radicales. Ce qui a été jusqu'ici bien accueilli par les agriculteurs aussi longtemps qu'ils obtiennent un soutien (même sous forme de prêt) pour la mise en place de ces structures (production de plants d'arbustes et terrassement) et leur mise en valeur (fourniture d'intrants : fumure minérale, semences, produits phytosanitaires).

14Même si l'érosion subsiste sur la parcelle entre deux haies, le risque de glissement de terrains a été nettement réduit. Et là où ces structures sont bien entretenues, très peu de sédiments érodés arrivent dans les bas fonds. Avec les terrasses radicales, l'érosion est réduite au minimum acceptable. Ainsi pour toutes ces structures, c'est l'entretien qui garantit la réussite (Photo 06 et 07).

Photo 06 : Champs avec haies d'herbes

Photo 07 : Terrasses radicales en production

c) Des fossés de captage des eaux

15Toute l'eau qui tombe sur les toits des maisons, sur les cours environnantes et sur les chemins ruisselle vers le bas côté et constitue une source évidente d'une importante érosion. Ces eaux forment des rigoles qui, peu à peu, se transforment en ravins qui à leur tour, quand elles arrivent dans des terrains friables, forment des crevasses béantes qui rendent désormais la circulation très difficile. Pour limiter les dégâts, les paysans creusaient des fossés non loin de l'habitation pour les eaux ruisselant sur les aires habitées et en bordure des chemins dans le but de capter et d'infiltrer le maximum d'eau, et piéger les sédiments transportés par l'érosion (Photo 08).

Photo 08 : Fossé de retenue d'eau ruisselant sur les toits et cours des maisons

16Les chemins sont alors modifiés et protégés par une haie d'herbes (Photo 09).

Photo 09 : Chemin protégé

17Une fois que les eaux de ruissellement sont détournées, le ravin devient inactif et est ensuite colonisé par une végétation naturelle qui, cependant, ne bouche pas complètement le ravin (Photo 10).

18Ainsi pour corriger correctement les ravins, on utilisera des haies serrées d'arbustes à multiplication rapide et implantation par boutures (Euphorbia tirucalli, Dracaena afromontana, bambous) au travers du passage des eaux. On y associera également des herbes et des branches pour piéger d'éventuels sédiments transportés par les eaux. Les haies seront distancées en fonction du degré de la pente du terrain.

d) Des fosses le long des chemins

19Les eaux ruisselant sur les chemins qui traversent les exploitations sont dirigées dans des fossés antiérosifs là où ils existent ou dans des fosses creusées le long du chemin à intervalle de 10 à 20 mètres selon l'ampleur du phénomène. Elles sont de dimensions modestes (1 à 1.5 m de large et 0.40 à 0.70 m de profondeur) pour des raisons de faisabilité et d'entretien. Ces fosses sont généralement creusées au début de l'année culturale et servent à capter les eaux de ruissellement et les sédiments transportés sur les pistes. Elles sont creusées à l'écart du chemin pour la sécurité des usagers et y sont reliées par une petite rigole. Elles se remplissent en général au cours de deux saisons de pluies (septembre-décembre et mars-juin).

20Certains paysans préfèrent planter des rejets de bananiers ou des arbres fruitiers dans ces fosses à moitié remplies au milieu de la deuxième saison de pluie pour faire profiter le plant des riches sédiments accumulés et des eaux des pluies restant à venir dans la saison. D'autres fosses seront alors creusées ailleurs si cela s'avère toujours nécessaire. Pour d'autres agriculteurs, les fosses vont rester jusqu'à la prochaine saison culturale. Elles seront alors curées au moment du labour et les sédiments piégés seront enfuis dans le sol comme fumure organique.

21C'est ainsi que l'on peut observer des paysages densément peuplés où les chemins qui relient les différentes habitations restent stables et cachés derrière une abondante végétation parce qu'ils sont minutieusement contrôlés et entretenus (Photo 11).

Photo 11 : Paysage stable et verdoyante avec des chemins discrets

e) La gestion de l'eau et du sol dans les bas fonds

22Les bas fonds ou terres basses sont un prolongement des terroirs centrés sur les collines et contenus entre la colline et la rivière. Il s'agit d'un espace spécifique exploité en tant qu'entité écologique cohérente dont la valeur essentielle du point de vue agricole réside dans la relation de complémentarité qui caractérise ses champs irrigués par rapport aux champs des collines consacrés aux cultures pluviales (Meschy, 1989).

23Les agriculteurs drainent les terres inondées en permanence, irriguent les parties exondées en saison sèche en aménageant des planchettes ou larges billons (umutabo) de 2 à 4 mètres et longs de 10 à 20 mètres, orientés perpendiculairement au cours d'eau dans la partie amont de la vallée, qui est la plus pentue, et parallèlement dans la partie aval, qui est inondée en permanence et peu inclinée. Les drains (umugende) et sillons (umusambya) séparant les billons permettent d'évacuer les eaux stagnantes et récupérer des terres pour les cultures pendant la saison sèche ; leurs dimensions (largeur et profondeur) dépendront de la lame d'eau, mais en général, elles sont plus importantes en aval (largeur=1.00 m et profondeur=0.70 m) où l'inondation est permanente qu'en amont (largeur=0.70 m et profondeur=0.40 m).

24Dans les lieux inondés uniquement en saisons des pluies, en limite des versants, les rigoles sont orientées de façon à capter dans les bordures des champs l'eau de pluie et la terre qui descendent de la colline (Photo 12).

Photo 12 : Aménagement traditionnel des bas fonds : culture de patate douce

25Lors d'une sécheresse prolongée, il arrive que l'eau soit localement retenue en obstruant les rigoles et/ou les sillons par la terre mélangée à des résidus de sarclage pour irriguer les cultures des billons (irrigation par submersion).

2. Les pratiques de gestion conservatoire du sol

26Dans le souci de conserver le sol, l'agriculteur a eu recours aux différentes méthodes culturales à savoir le labour grossier, la culture en buttes et en billons et les terrassettes.

a) Le labour grossier

27Après un défrichement à la machette ou une courte jachère n'ayant pas développé une importante végétation, le sol est labouré à la houe en renversant les mottes, la partie avec les herbes vers le bas, et le sol n'est pas égalisé. Quand la pluie arrive, l'eau pénètre dans le sol par les orifices laissés entre les mottes, ce qui favorise l'infiltration des eaux de pluie et limite l'érosion, principale source de perte de sol. Cette pratique est très utilisée sur des terrains pentus dans les régions de montagnes où l'on cultive beaucoup les petits pois.

b) La culture en buttes

28Cette pratique est utilisée spécialement pour les cultures à racines (tubercules) spécialement le manioc et l'igname, et parfois pour la pomme de terre, la patate douce et le colocase sur des sols peu profonds. Le sol est réuni en un grand tas de terre d'une base d'environ 1 m de diamètre et de 30 à 50 cm de hauteur. On y incorpore souvent des résidus de labour, de culture ou de déchets de ménage quand il y en a. Dans la plupart des cas, ces tubercules sont en association avec d'autres cultures (haricot, maïs, soja). Les buttes sont disposées en quinconce, ce qui permet de ralentir et limiter le ruissellement en favorisant l'infiltration de l'eau, et de maintenir le sol en place (Photo 13).

Photo 13 : Culture de manioc sur buttes

c) La culture en billons

29Comme les buttes, la pratique des billons est utilisée principalement pour les tubercules notamment le manioc, la patate douce et la pomme de terre mais aussi pour les cultures potagères surtout dans les bas fonds. Traditionnellement, les billons sont souvent faits perpendiculaires à la pente sur des pentes faibles à moyennes, et parfois même on leur donne une légère pente dans les régions où la pluviosité est abondante (Photo 14).

Photo 14 : Culture sur billons : manioc + patate douce

30Sur des terrains très pentus (pente supérieure à 35 %), spécialement dans le Nord du pays et sur les coteaux des collines, certains agriculteurs font des billons carrément dans le sens de la pente pour donner libre cours aux eaux de ruissellement, parce que les billons perpendiculaires à la pente accumulent les eaux qui, quand il y a rupture de ceux-ci, emportent tout sur leur passage et provoquent d'importants dégâts dans les bas fonds.

d) Les terrassettes

31Dans la zone de montagnes du nord et de l'ouest du pays, sur des versants très raides, les paysans utilisent des terrasses étroites (utunyanamo) pour faire des cultures notamment les légumineuses (haricots, petits pois, pois cajan), le blé et la pomme de terre. Il s'agit de labourer des petites bandes de terre perpendiculairement à la pente, larges d'environ 1 à 3 mètres, séparées entre elles par un petit talus. Les cultures sont alternées tout au long de l'année sur différentes parcelles. Le ruissellement et les sédiments provenant des parcelles cultivées en amont sont piégés par les cultures sur les parcelles en aval. Les cultures se succèdent sur les différentes parcelles dans une rotation que les paysans maîtrisent et ils n'oublient pas de faire la jachère (courte jachère sur une saison) quand cela est nécessaire. Cette technique permettait de mieux gérer le sol et les eaux sur ces fortes pentes, mais le grand handicap reste que les sols s'épuisent petit à petit et qu'il faut faire appel aux amendements principalement chimiques (Photo 15).

Photo 15 : Terrassettes sur fortes pentes

3. Les pratiques de restauration de la productivité des sols

a) La jachère

32Elle consiste à laisser en repos un champ ou une parcelle pendant un certain temps pour lui permettre la reconstitution naturelle des éléments nutritifs du sol.

33Quand un champ ne donne plus assez de production, il est laissé au repos au profit d'une autre exploitation qui a bénéficié d'une jachère ou qui sera gagnée sur la forêt là où elle existe encore. La jachère se fait avec une végétation naturelle qu'on laisse pousser à l'endroit où on a récolté une culture ou au milieu d'une culture pérenne (arbres fruitiers) ou semi-pérenne (manioc).

34- La jachère longue permet de rétablir à la fois un bon état structural du sol, des teneurs suffisantes en matières organiques et la disponibilité en éléments nutritifs pour les plantes. Les champs bénéficiant d'une jachère longue (plus d'une année culturale) servent aussi de pâturage pour le bétail attaché ou libre mais gardé. Dans ces conditions, les déjections animales laissées par le bétail en parcours améliorent la fertilité du sol dans une certaine mesure. L'érosion y est aussi limitée par la végétation à condition qu'il n'y ait pas surpâturage (Photo 16).

Photo 16 : Jachère longue broutée par des chèvres en liberté

35- La jachère courte ne dure en général qu'une saison. Le terrain est colonisé par une végétation naturelle mélangée à des résidus de culture (restes de maïs, de sorgho...). La jachère est alors utilisée comme pâturage de courte durée et bénéficie des déjections animales du bétail qui y broute.

36La jachère courte est également faite avec des cultures semi-pérennes, c'est-à-dire celles qui occupent le terrain plus d'une saison culturale et dont la technique de conservation consiste à les laisser dans le sol pendant la durée de leur consommation. Il s'agit notamment du manioc, de l'igname et de colocases. Dans ce cas, les animaux ne seront pas autorisés à paître sur la parcelle. S'il y a assez de végétation, elle sera coupée et donnée comme fourrage aux animaux au piquet et à l'étable. Le sol sera enrichi principalement par des remontées chimiques et l'érosion est arrêtée par la végétation qui s'y développe (Photo 17).

Photo 17 : Jachère courte avec manioc

37Avec une croissance démographique galopante et une augmentation sans cesse des besoins, la durée de la jachère a progressivement diminué et voire même disparu avec l'émiettement des exploitations dû à l'héritage. Et comme toutes les terres cultivables ont déjà été défrichées, il faut maintenant protéger le peu de terre disponible et intensifier sa productivité par tous les moyens.

b) L'enfouissement des résidus et déchets

38Pour les agriculteurs qui n'ont pas de bétail, l'enfouissement des résidus (de culture et labour) et des déchets de ménage (cendres et déchets domestiques et autres déchets pouvant donner des matières organiques) constitue la principale solution pour intensifier la productivité de leur sol. C'est une filière courte (1 à 3 mois) qui permet un recyclage rapide des nutriments contenus dans la biomasse. L'enfouissement a lieu pendant le labour au début de chaque saison culturale (Photo 18).

Photo 18 : Labour avec enfouissement des résidus

39Il existe diverses méthodes traditionnelles où l'on ramasse les résidus de labour après qu'ils aient été séchés au soleil, on les dispose en petits tas que l'on recouvre de terre en forme de butte, et que l'on plante ensuite de manioc ou de patate douce (voir plus haut photo 13). Quelquefois, on y associe des cultures à faible enracinement comme le haricot et le pois cajan. A la récolte ces buttes sont détruites et la terre riche en matière organique est répandue alentour. Des enfouissements répétés dans l'année fournissent des matières organiques fraîches qui permettent de maintenir un certain niveau de carbone organique dans le sol, mais leur action sur la fertilité du sol et sur sa résistance à l'érosion, est limitée (E. Roose, 1993).

c) L'utilisation d'excréments humains

40Pour certains agriculteurs, les déjections humaines sont éparpillées sur la parcelle et sont couvertes d'herbes pour ne pas attirer des mouches et pour garder la chaleur nécessaire à une fermentation rapide ; elles seront enfuies au labour de la saison suivante.

41Aussi, dans une bananeraie qui n'est pas régulièrement cultivée, les agriculteurs creusent de petits trous (environ 50 cm de diamètre et 50 cm de profondeur) au milieu d'une rangée de bananiers et les remplissent avec des excréments humains. Et une fois pleins, les trous sont bouchés avec de la terre et ils creusent d'autres un peu distancés. Au début de la saison de pluie, ils plantent de nouveaux rejets de bananiers dans les vieux trous après avoir mélangé les excréments avec de la terre. Ainsi de suite, ils arrivent à rajeunir régulièrement leurs petites plantations de bananeraie.

42Pour d'autres agriculteurs, ils creusent un trou un peu plus grand (50 cm de diamètre et 100 cm de profondeur) à l'extérieur de l'habitation autour duquel ils construisent une hutte non couverte ; parfois même ils le délimitent avec quelques pieux joints entre eux par des roseaux secs pour signaler sa présence. Le trou est utilisé comme latrine pendant environ 6 à 12 mois en mettant des déjections humaines et quelquefois des résidus de labour. Et une fois rempli, il est rebouché avec de la terre et couvert de paille. Il faut alors attendre au moins 12 mois pour ouvrir le trou et avoir de la fumure prête à l'utilisation. Cette fumure est appliquée aux cultures de façon localisée.

d) L'utilisation des cendres

43Les agriculteurs ont longtemps pratiqué l'incinération des résidus de labour parce que la cendre obtenue était sensée être riche en éléments minéraux profitables aux cultures. Après qu'ils aient fait sécher les mauvaises herbes et les résidus de culture au soleil, ils les disposaient en petits tas circulaires éparpillés sur la partie la plus pauvre de la parcelle et y mettaient le feu juste avant les premières pluies de la saison. La cendre obtenue était alors mélangée avec le sol au moment du semis.

44Quelquefois, quand on a une masse importante de biomasse après le défrichement d'une parcelle, on préfère la brûler sur place et enfuir la cendre pendant le labour. Cette pratique permet de remonter le pH et de réduire la toxicité aluminique, mais la productivité du sol reste toujours faible sans autres amendements organiques ou chimiques. Quant à la cendre provenant de la cuisine, elle est souvent mélangée avec les déchets ménagers pour faire le compost, mais elle est parfois utilisée directement pour amender les jardins domestiques.

e) Le compostage de biomasse

45La pratique de compostage a été longtemps utilisée par les paysans les plus pauvres qui ne possèdent pas de bétail. Pour eux, les compostières au champ est le principal moyen de disposer de fumure organique pour remonter la fertilité du sol. La biomasse provenant du défrichage et les résidus de labour, quand ils ne sont pas directement brûlés, sont entassés dans un creux au milieu du champ ou à coté de celui-ci pour faire le compostage. Plus tard, on y ajoutera les résidus de sarclage. La transformation de la biomasse qui dépend de la nature de celle-ci peut prendre de 6 à 12 mois, et malheureusement, le rendement est très faible quelle que soit la qualité de la biomasse. Ainsi, les champs qui sont amendés de la sorte se dégradent progressivement et deviennent incapables de donner une production suffisante pour subvenir aux besoins élémentaires des paysans. Aujourd'hui, les paysans apprennent à faire un compost amélioré qui est fait d'un mélange de résidus de toute sorte auquel on incorpore la cendre de cuisine, la bouse de vache ou le fumier organique et l'urine animale (Photo 19). Le compostage durera trois semaines et donnera un fertilisant gratuit et biologique alors que les engrais chimiques sont chers et polluants (Fanny, 2010).

Photo 19 : Fabrication du compost avec les résidus de toute sorte/Rda

46Pour les agriculteurs disposant de bétail, le compostage était plus ou moins amélioré, mais demandait encore plus de travail. En effet, il faut creuser deux fosses assez larges (environ (4x2x1) m) près de l'habitation, couper et transporter la biomasse pour la litière et le fourrage des animaux, ramasser ensuite la litière mélangées avec les déjections animales et les ordures ménagères et les mettre dans la première fosse. Une fois la fosse remplie, les déchets et les déjections animales seront transférés dans la deuxième fosse en prenant soin de les mélanger uniformément et seront bien couverts pour garder la chaleur nécessaire à la fermentation. La compostière doit être couverte, mais quelquefois elle est creusée à l'ombre d'un arbre autochtone (Ficus, Markhamia, Erythrina...) pour entretenir une ambiance fraîche et humide qui favorisait la fermentation et la décomposition rapide du compost (Photo 20).

Photo 20 : Une compostière près de l'habitation

47Chez les agriculteurs disposant d'un nombre important de cheptel ou ceux qui ne pouvaient pas faire des compostières souvent par manque de main-d’œuvre, la litière et les déjections animales étaient ramassées et directement déposées au champ et couvertes de paille pour entretenir une certaine chaleur qui va accélérer la décomposition. Elles étaient ensuite réparties uniformément sur le champ et enfuies pendant le labour sans attendre qu'elles soient complètement décomposées. Ainsi, le paysan savait bien que cette fumure ne profitera pas pleinement à la culture de la première saison, mais que les cultures de la saison suivante pourront en bénéficier (Photo 21).

Photo 21 : Litière et déjections animales entassés au champ

48Notons que cette pratique était souvent utilisée quand l'agriculteur voulait associer des cultures parmi lesquelles il y en a celles qui ont un cycle végétatif dépassant une saison culturale : par exemple une association incluant le manioc ou certaines variétés de patate douce à très long cycle végétatif et les légumineuses (haricot, soja) et/ou les céréales (maïs, sorgho).

f) Le paillage

49Au Rwanda, le paillage a toujours constitué la technique la plus répandue et la plus efficace dans la culture du bananier et du caféier depuis son introduction dans les années 1930. Ceci est d'autant plus facile que le bananier produit lui-même la biomasse nécessaire à son paillage : les feuilles mortes, troncs de bananiers récoltés ou résidus d'entretien fournissent une masse importante de biomasse utilisée pour le paillage de la bananeraie et du caféier ; et quelquefois, une partie sert de fourrage pour animaux surtout pendant les mois très secs (Juillet-Août) (Photo 22).

Photo 22 : Bananeraie bien paillée

50Là où le paillage est bien fait, la restitution des éléments au sol est évidente de manière que les paysans font certaines cultures dans la bananeraie sans devoir procéder au labour. Par exemple dans de l'Est du pays (Kibungo), certains agriculteurs sèment le haricot à la volée ou dans de petits trous dans une bananeraie bien entretenue ; ils ne sarclent pas parce qu'il n'y a pas de mauvaises herbes qui poussent, et ils reviennent seulement pour récolter, et la production est importante.

51Quand le paillage est épais, non seulement il restaure la fertilité du sol, mais aussi permet de lutter contre l'érosion du sol. C'est une filière courte pour restituer la totalité de la biomasse et les nutriments qui la constituent (K, Ca, Mg, C, d'abord par lessivage, N et P à mesure de la minéralisation et de l'humification à travers la méso et la microfaune). La disparition de la litière est 30 % plus lente que lorsque la matière organique est enfouie par le labour (E. Roose, 1992).

52Le paillage était aussi fait avec des résidus de culture notamment de haricot, de soja, de petit pois que l'on utilisait pour couvrir les billons après la plantation du manioc ou des ignames dans une association de légumineuses sur des parcelles se trouvant à proximité de l'habitat. Ce type de paillage était très bénéfique parce que non seulement il maintient plus longtemps une bonne infiltration des eaux en même temps qu'une bonne activité de la mésofaune, mais aussi il apporte des éléments nutritifs ainsi que des matières organiques fraîches au sol qui améliorent sa structure et réduit l'érosion.

g) L'agroforesterie

53Depuis longtemps, l'agroforesterie est l'une des caractéristiques du paysage rwandais. L'arbre a toujours fait partie du paysage rural avec toute l'importance qui lui revient. Il fournit du bois de construction et de chauffage, de la biomasse pour le fourrage, le compost, le paillage et le tuteurage du bananier et les cultures grimpantes, des écorces à usages multiples (cordage, vêtements traditionnels...)

54Traditionnellement, on laissait des arbres et arbustes autochtones se développer sur les exploitations pour leurs qualités médicinales et leur capacité à produire du bois et assez de biomasse à chaque élagage qui a lieu annuellement dans le but d'améliorer la productivité des sols (Photo 23).

Photo 23 : Agroforesterie traditionnelle avec des arbres à usages multiples

55Le Ficus thininguii (Umuvumu) est l'arbre autochtone le plus rencontré dans le paysage rwandais. On le trouve sur les enclos et au milieu des champs où il matérialise un ancien emplacement d'une habitation ou une limite de l'exploitation. Ses branches sont régulièrement coupées pour qu'elles ne fassent par ombrage aux cultures. La biomasse sert d'engrais vert ou à la fabrication du compost et le bois obtenu est utilisé comme tuteurs pour les cultures grimpantes (haricot volubile, petit pois, igname, maracuja). Une fois l'arbre coupé, le tronc servait à la fabrication des barques, des ruches, des mortiers-pilon, des cuves de fermentation du vin de bananes... et l'écorce était utilisée pour faire des vêtements (impuzu) et des cordes pour la construction des maisons des chefs.

56Beaucoup d'autres arbres comme Vernonia amygdalina (Umubilizi), Markhamia lutea (Umusave), Erythrina abyssinica (Umuko), Acacia hockii (Umunyinya)... sont maintenus dans le paysage pour leurs qualités médicinales en plus de leur bienfait sur les sols.

57Des arbustes autochtones sont utilisés dans des haies bordant les grands chemins et séparant les différentes propriétés (Photo 24).

Photo 24 : Haies d'arbustes autochtones sur un chemin

58Les espèces souvent rencontrées sont Dracaena afromontana (Umuhati), Tetradnia riparia (Umuravumba) et Euphorbia tirucalli (Umuyenzi). Ces haies sont régulièrement taillées, la biomasse produite est retournée au sol comme engrais vert et le bois est utilisé comme tuteurs pour les cultures grimpantes (haricot volubile, igname, petit pois). Notons que là où les haies sont orientées perpendiculairement à la pente, elles permettent aussi de fixer le sol et de lutter contre l'érosion.

59Aujourd'hui, un grand nombre d'arbres et arbustes exotiques sont utilisés dans l'agroforesterie. Parmi les arbres, le plus rencontré est le Grevilea robusta qui est estimé pour sa croissance rapide et ses usages multiples : il produit une grande quantité de biomasse pour le compost, du bois de chauffe et des tuteurs lors de ses nombreux élagages, et du bois d'œuvre une fois récolté.

60Parmi les arbustes, les plus utilisés sont : Leucaena et Calliandra. Ils ont une croissance rapide et se prêtent aussi à de multiples usages. Utilisés dans les haies antiérosives, ils fournissent une importante biomasse riche en azote (100 à 125 kg/ha/an sur des haies distantes de 10m) qu'on peut soit enfouir directement dans le sol comme engrais vert, soit appliquer comme paillage ou mettre dans la compostière (Ndayizigiye, 1993). Dispersés sur la parcelle, ces arbustes fournissent aussi une grande quantité de biomasse, mais surtout du bois de chauffe et les tuteurs.

Conclusion

61L'agriculture au Rwanda reste aujourd'hui la principale source de moyens de subsistance pour une très grande partie de la population. Plus de 80 % des gens vivent en milieu rural. Et pour survivre, ils n'ont que très peu de terre (moins d'1ha par famille) et les techniques modernes (mécanisation, irrigation...) sont quasi inexistantes. A cela, il faut ajouter la diversité du milieu caractérisée par des fortes pentes et des pluies quelquefois agressives. Depuis longtemps, les paysans ont cherché à maîtriser leur environnement pour en tirer plus d'avantages, mais les techniques utilisées n'ont pas suffi pour maintenir un niveau acceptable de productivité des sols face à la croissance de la population et le manque de terres cultivables.

62L'intervention des pouvoirs publics a souvent échoué parce qu'ils n'ont pas d'abord cherché à comprendre le fonctionnement du monde rural. Confiant dans les solutions proposées (fossés antiérosifs, terrasses radicales, haies arbustives), ils ont sous-estimé les techniques traditionnelles et surévalué la capacité paysanne pour l'adoption des innovations. Ce qui a, dans la suite, amené certains agriculteurs à se montrer réticents voire hostiles envers ces réformes agraires (destruction des ouvrages antiérosifs : fossés et haies vives).

63Face à ce constat, des études approfondies ont été menées par l'Institut des Sciences Agronomiques du Rwanda (ISAR) et des ONG impliquées dans le domaine de l'agriculture pour mieux comprendre le fonctionnement de ces différentes techniques traditionnelles et modernes. Les résultats obtenus convergent vers une même recommandation à savoir qu'aucune technique ou méthode culturale n'est en mesure d'appréhender le problème de gestion conservatoire de l'eau et de restauration de la fertilité des sols sur l'ensemble du pays, une combinaison de techniques et méthodes traditionnelles et modernes doit être associées pour chaque situation.

Bibliographie

Références :

- Byers, A., 1990. Preliminary results of the RRAM Project soil loss and erosion control trials, Rwanda, 1987-1988, in IAHS-AISH, Publ. n° 192, 1990. Tropical Research & Development, Gainesville, Florida 32607, USA

- Charlery de La Masselière, B., 1992. Le resserrement de l'espace agraire au Rwanda. Les paysans dans la crise, Études rurales, Métallurgie à la campagne, n° 126/127.

- Fanny, B., 2010. Rwanda. Formation des paysans à la fabrication de compost, sur blog.hdh.org/mondialisonssnssolidalites/?post

- König, D., 1992. L'agriculture écologique agro-forestière. Une stratégie intégrée de conservation des sols au Rwanda in Bulletin Réseau Erosion, IRD Montpellier, n° 12 : 130- 139.

- Meschy, L., 1989. La colline et le marais. La gestion des bassins versants au Burundi et au Rwanda, in Etudes rurales, n° 115/116, juillet-décembre 1989.

- Ndayizigiye F., 1992. Valorisation des haies arbustives dans la lutte contre l'érosion en zone de montagne (Rwanda). Bull. Réseau Erosion, IRD Montpellier, 12 :120-129.

- Ndayizigiye, F., 1993. La gestion conservatoire de l'eau et de la fertilité des sols au Rwanda. Analyse des techniques antiérosives et de leurs effets sur la productivité des terres. Thèse de doctorats, Université Louis Pasteur, Strasbourg, France, 230 p.

- Ndindabahizi, I. et Ngabije, R., 1991. Evaluation des systèmes d'exploitation agricole pour une régionalisation des techniques de conservation et d'amélioration de fertilité des sols. Rapport d'une mission de consultation réalisée du 15-01-1991, Kigali, avril 1991.

- Nyamulinda, V., 1989. Les méthodes autochtones de conservation des sols dans les régions du Ruhengeri. Leur nature et leur mode d'insertion dans la trame actuelle de lutte contre l'érosion. Bulletin Agricole du Rwanda n° 1 : 3-15.

- Roose E., Ndayizigiye F., Nyamulinda V., Byiringiro E., 1988. La GCES, une nouvelle stratégie de lutte antiérosive pour le Rwanda. Bull .Agricole du Rwanda, 21, 4 :264-277.

- Roose, E., Ndayizigiye, F., Sekayange, L , Nsengimana, F., 1992. La gestion conservatoire de l'eau et la fertilité des sols (GCES) : une nouvelle stratégie pour l'intensification de la production et la restauration de l'environnement en montagne. Bulletin Réseau Erosion, 12.

- Roose E., Ndayizigiye F., Sekayange L , 1993. L'agroforesterie et la GCES au Rwanda. Cah. ORSTOM Pédol., 28, 2 : 327-350.

- Roose, E., 1993. Capacité des jachères à restaurer la fertilité des sols pauvres en zone soudano-sahélienne d'Afrique occidentale, sur http://www.documentation.ird.fr/hor/fdi:38729

- Roose, E. et Ndayizigiye, F, 1997. Agroforestery, water and soil fertility management to fight erosion in tropical mountains of Rwanda, in Soil Technology, vol.11 :109-119.

- Wassmer, P., 1981. Recherches géomorphologiques au Rwanda : Etude de l'érosion des sols et de ses conséquences dans la Préfecture de Kibuye. Ph.D. thesis : Université Louis Pasteur, Strasbourg.

Provenance des photographies :

- Photo 01 : http://www.radio.canada.ca/radio/radiomonde/index.asp?

- Photo 02 : http/icra-edu.org/page.cfm?pageid=publicfrencrwanda

- Photo 03 : in F. Ndayizigiye, 1993 : Thèse de doctorat, ULP, Strasbourg, France

- Photo 04 : Diallo M.S., 2010 online http://blog.fdh.org/mamadou/

- Photos 05 : http://blog.fdh.org/mondialisonsnossolidalites/7post/Au-Rwanda%2C-pes-paysans-modèlent-les-collines-pour-v-développer-l-agriculture-paysanne-!

- Photo 06 : http://lizandrichardsa.typepad.com/africa/e-rwanda---trekking-to-see-the-gorillas/

- Photo : 07 : http://www.ifad.org/operations/proiects/regions/pf/rwanda/pgerb/gallery/pages/pgerb_c3e.htm

- Photos 08, 09, 10 : http://blog.fdh.org/mondialisonsnossolidalites/7post/Au-Rwanda%2C-pes-paysans-modèlent-les-collines-pour-v-développer-l-agriculture-paysanne-!

- Photo 11 : http://www.beneluxnaturephoto.net/forumf/index.php?topic=75739.0

- Photo 12 : http://www.orinfor.gov.rw/printmedia/news.php?type=fr.&volumeid=135&cat=28&storyid=3814

- Photo 13 : wn.com/uganda cassava

- Photos 14 : labs.harvestchoice.org/.../

- Photo 15 : http://www.linternaute.com/vovage/afrique/photo/un-epoustouflant-survol-de-l-afrique/un-gout-d-asie-shtml

- Photo 16 : http://www.orinfor.gov.rw/printmedia/news.php ?type=fr.&volumeid=135&cat=28&storyid=3814

- Photo 17 : BetucoCA>albums>Rwanda manioc cassava

- Photo 18 : Jihane, 2009 : http://blog.fdh.org/jihane/

- Photo 19 : http://blog.fdh.org/mondialisonsnossolidalites/7post/Au-Rwanda%2C-pes-pavsans-modèlent-les-collines-pour-v-développer-1-agriculture-pavsanne-!

- Photo 20 : http://rwandaonthewing.blogspot.com/2011/01/organic-agriculture-and-composting-in-html

Photo 21 : www.internationalreportingproiect.org/.../1469/

- Photo 22 : http://www.orinfor.gov.rw/images/news/insinahat

- Photo 23 : http//:www.guatemalapasopaso.blogspot.com/2011/04/un-voyage-dans-un-voyage-le-rwanda.html

- Photo 24 : http://bachersblog.com/?p=868

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/12893/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Photo 01 : Habitat dense et dispersé
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/12893/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Légende Photo 02 : Erosion sur terrains très pentus surexploités
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/12893/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
Légende Photo 03 : Bandes enherbées contre l'érosion
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/12893/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Légende Photo 04 : Fossés isohypses cloisonnés
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/12893/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Photo 05 : Bandes enherbées sur fossés
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/12893/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Photo 06 : Champs avec haies d'herbes
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/12893/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Photo 07 : Terrasses radicales en production
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/12893/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Photo 08 : Fossé de retenue d'eau ruisselant sur les toits et cours des maisons
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/12893/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Photo 09 : Chemin protégé
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/12893/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/12893/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Photo 11 : Paysage stable et verdoyante avec des chemins discrets
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/12893/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Photo 12 : Aménagement traditionnel des bas fonds : culture de patate douce
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/12893/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Photo 13 : Culture de manioc sur buttes
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/12893/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 792k
Légende Photo 14 : Culture sur billons : manioc + patate douce
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/12893/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Photo 15 : Terrassettes sur fortes pentes
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/12893/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Photo 16 : Jachère longue broutée par des chèvres en liberté
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/12893/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 908k
Légende Photo 17 : Jachère courte avec manioc
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/12893/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Photo 18 : Labour avec enfouissement des résidus
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/12893/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 764k
Légende Photo 19 : Fabrication du compost avec les résidus de toute sorte/Rda
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/12893/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende Photo 20 : Une compostière près de l'habitation
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/12893/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 744k
Légende Photo 21 : Litière et déjections animales entassés au champ
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/12893/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 688k
Légende Photo 22 : Bananeraie bien paillée
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/12893/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 864k
Légende Photo 23 : Agroforesterie traditionnelle avec des arbres à usages multiples
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/12893/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Photo 24 : Haies d'arbustes autochtones sur un chemin
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/12893/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 949k

© IRD Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540