Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Lutte antiérosive

Thème 1. Efficacité de la lutte antiérosive sur la restauration de la productivité des sols

Des stratégies traditionnelles de lutte contre l’érosion des sols sur le plateau de Ngaoundéré (Nord Cameroun)

Michel Tchotsoua

Zusammenfassung

L’Adamaoua est le domaine pastoral le plus important du Cameroun. Il est marqué par une dégradation accélérée des terres dont les manifestations les plus inquiétantes sont la perte de la fertilité et le ravinement. Les paysans, conscients de la gravité du phénomène, ont développé un certain nombre de techniques pour tirer parti de l’eau, de la biomasse et de la fertilité des sols. En nous basant sur les variétés culturelles et éco-morphologiques de ce milieu nous avons étudié la diversité des stratégies traditionnelles en vue d’un usage renouvelé. L'approche adoptée comprend deux composantes : une analyse des images satellitaires complétée par des observations et des mesures de terrain afin de déterminer les terroirs critiques ; une enquête directe auprès de 3 groupes d’acteurs : les paysans, les élus communaux et les techniciens et ingénieurs agronomes. Les enquêtes et entretiens avec les paysans ont été réalisés sous forme de discussions et de débats dans 7 villages représentatifs dont 3 en plaine et 4 en montagne.
De ces observations et enquêtes, on relève que les paysans ont développé ou réactivé les méthodes traditionnelles de gestion de la fertilité des terres et de lutte contre l’érosion notamment : l’intégration agriculture-élevage bovin, les jardins de case, la plantation du Musa nain, l’élevage de la volaille et des petits ruminants en cage avec production de fumier. Bien que ces stratégies soient ingénieuses et efficaces, elles ne s’appliquent que sur de petites superficies et ne permettent qu’une agriculture de subsistance. Les chercheurs, en relation étroite avec les techniciens de l’Etat, doivent étudier les possibilités d’améliorer ces techniques paysannes. Du dialogue entre ces groupes d’acteurs, peut naître une prise en charge de l’environnement rural par les communautés qui l’exploitent moyennant des aides techniques et financières significatives de l’Etat.

The Adamawa highlands are the most important pasture region of Cameroon. It is facing an accelerated degradation which the most disturbing manifestations are loss of fertility and gully erosion. In some villages, farmers, aware of the seriousness of the phenomenon, have developed traditional techniques to manage water, biomass and soil fertility. Basing ourselves on the cultural and eco-morphological varieties we have studied the diversity of traditional strategies for renewed use. The approach includes two components: * an analysis of satellite imagery supplemented by field observations and measurements to determine the critical land; * a direct survey of 3 groups of actors: farmers, elected municipal and agricultural engineers and technicians. Surveys and interviews with farmers were made in the form of discussions and debates in 7 representative villages. From these observations and surveys, we observe that farmers have developed or revived traditional methods of managing soil fertility and control erosion including : the integration of agriculture and cattle breeding, home gardens, clearing and burning, planting of Musa Dwarf, breeding poultry in small cage with manure production. Although these strategies are ingenious and efficient, they can be applied only to small areas and allow only subsistence farming. The researchers, in close relationship with technicians should explore possibilities of improving the techniques used by farmers. Dialogue between these groups of actors can rise to a support environment for rural communities which operate by means of technical assistance and significant financial state.

Volltext

Introduction

1Depuis les années 1980, le plateau de Ngaoundéré (Figure 1) subit une évolution accélérée de son espace rural. Mais bien qu’elle soit en profonde mutation, l’agriculture est toujours le moteur de l’économie de la région. Cependant, la mise en culture d’espaces toujours plus grands et la diminution des temps de jachère, provoquent le surpâturage et favorisent la dégradation des sols dont la restauration par les engrais chimiques ne peut plus être envisagée compte tenu de la paupérisation généralisée des paysans.

2La dégradation des sols ne s'exprime pas seulement par une baisse de la fertilité mais aussi par une accélération des pertes en sol, les facteurs du milieu physique étant naturellement fragiles : le régime des pluies, souvent violentes, favorise le ruissellement, le ravinement sur les versants et l’ensablement des cultures dans les bas fonds. Le corollaire de tous ces facteurs est une baisse de la productivité du travail. La production de charbon de bois apparaît alors comme une alternative à l'amélioration des revenus agricoles. Cette production provoque un déboisement anarchique qui accélère la détérioration des ressources végétales, véritable support des exploitations agricoles.

3La décapitalisation ainsi provoquée s'accompagne d'une perte de la cohésion sociale et oblige les paysans à adopter une attitude de survie, marquée par le retour aux anciennes techniques de restauration de la fertilité des terres et de lutte contre l’érosion des sols que nous nous proposons d’analyser dans cette communication après avoir présenté le contexte éco-géomorphologique et la diversité des processus d’érosion en cours dans la région.

1. Du milieu et des hommes

  • 1 Le point triple (baptisé par Humbel, 1966) est le point de partage des eaux, situé à environ 20 km (...)

4A une altitude moyenne de 1100 m, le plateau de Ngaoundéré est constitué de molles ondulations aux versants généralement convexes. A partir du point triple1 (Figure 1), il est drainé par un réseau hydrographique centrifuge. Deux types de paysage géomorphologique s’y distinguent : les massifs granitiques résiduels aux versants encombrés de blocs rocheux et les constructions essentiellement trachytiques ou basaltiques du Tertiaire et du Quaternaire. Cette configuration topographique est responsable d’un climat un peu particulier à ces latitudes.

Figure 1. Localisation de la Région de Ngaoundéré

5Le climat du plateau de Ngaoundéré est caractérisé par une courte saison sèche de 4 à 5 mois (novembre/décembre à mars/avril) et une longue saison pluvieuse (avril/mai à novembre/décembre).

6L’altitude de Ngaoundéré crée des conditions climatiques particulières caractérisées par une modération très sensible des températures (moyenne mensuelle de 20 à 26° C) et d’importantes précipitations annuelles (entre 1 600 et 2 000 mm) inégalement réparties sur l’ensemble de la région.

7Les sols de la région ont été étudiés par plusieurs auteurs (Laplante et Bachelier, 1954 ; Humbel, 1966 ; Volger et al., 1982 ; Boutrais, 1995). Même si Humbel (1966) y distingue quelques affleurements de sols ferrugineux piégés entre les boules, ce sont essentiellement des formations ferrallitiques issues de roches diverses ou acides qui dominent dans la région.

8Au plan pédologique, l’Adamaoua central présente 2 ensembles plus ou moins calqués sur le relief. Sur les inselbergs et les édifices volcaniques du Quaternaire, les sols sont jeunes, peu épais aux horizons peu différenciés ou tronqués par l’érosion tandis que sur les interfluves du plateau, ils sont beaucoup plus évolués avec des horizons bien distincts.

9Alternent ainsi, en surface, les cuirasses, les sols ferrallitiques jeunes ou tronqués par l’érosion et les sols ferrallitiques évolués. Cette variation des types de sols conditionne plus moins la répartition du couvert végétal.

10La végétation de l’Adamaoua central est une savane soudanoguinéenne arbustives ou arborées à Daniellia oliveri et Lophira lanceolata. Sur les montagnes, elle est caractérisée par la grande taille des individus qui la composent et par sa relative homogénéité. Aux monts Nganha par exemple, vers Mbalang Djalingo et dans la vallée de la Ndoubar, Daniellia oliveri et Lophira lanceolata forment de véritables forêts claires, monospécifiques. Cette végétation, par sa morphologie, contraste avec celle du plateau moyen et des basses terres qui les entourent. C’est le domaine pastoral le plus important du Cameroun.

11D’après les travaux de Podlewski (1971) et les traditions orales, les premiers occupants de ces hautes terres seraient les Mboum, les Dii ou Dourou (excellents forgerons) et les G’baya. Ces peuples sont essentiellement des agriculteurs. Ils cultivent le mil, le maïs, le manioc et l’igname, la patate douce, la pomme de terre et les fruitiers (manguiers, orangers, goyaviers, citronniers et bananiers). A partir de 1830, l’arrivée des Foulbé marque un tournant dans l’histoire démographique de la région car, les agriculteurs sont très vite décimés ou réduits en esclavage. Les traces de ces peuples sont matérialisées de nos jours par les ustensiles en pierre notamment les meules dormantes. Malgré la croissance démographique rapide, le plateau de Ngaoundéré reste faiblement peuplé.

2. Diversité des processus de dégradation

12La grande diversité des milieux explique également la diversité des processus de dégradation des sols sous l’effet du climat et des actions anthropiques (Morin, 1998). Elle s'effectue en trois temps (Roose, 1992) :

  • minéralisation continue et rapide des matières organiques non compensée après le défrichement (peu ou pas d'enfouissement de M. O.) et accélérée par l'érosion diffuse (sélective de l’argile, des matières organiques et des nutriments associés) ;

  • glissement progressif des couches superficielles par un travail répété du sol sous les cultures vivrières occupant très temporairement le sol ;

  • développement du ruissellement et du ravinement suite au tassement du sol par le bétail, et surtout à la diminution de la capacité de stockage d'eau dans les sols décapés par l'érosion aratoire.

13L'érosion en nappe ne semble pas très importante dans les plaines : on observe rarement de véritables croûtes de battance mais souvent le rejet d'agrégats, l’affaissement des buttes et le tassement de la surface du sol. Les sols argileux, bien structurés, calciques et caillouteux sont très résistants : la battance de la pluie ne dégage que des agrégats.

14L'érosion linéaire, par contre, est omniprésente sous forme de griffes (canaux de quelques centimètres), rigoles (décimètres) évoluant rapidement en ravines actives (mètres) si on n'intervient pas (Roose, 1992 ; Tchotsoua, 2008). En effet, les terres où la roche-mère affleure, les chemins et les pistes, les jachères surpâturées et les sols sur substrat granitique ou basaltique sont à l'origine du ruissellement dangereux sur les fortes pentes.

15Les mouvements en masse de terres s'effectuent lentement par reptation et érosion aratoire (par le travail du sol) sur fortes pentes et par érosion régressive sur pentes convexes à partir des réseaux de ravines (Hiol Hiol et al.. 1997). L'érosion des berges est très active dans les vallées en auge où les rivières surchargées de sédiments changent fréquemment de lit.

3. Les stratégies traditionnelles paysannes de restauration de la fertilité des terres et de lutte contre l’érosion

16Face à la double crise économique et environnementale, la paysannerie adopte des stratégies qui varient dans le temps et l'espace.

3.1. Lutte contre l’érosion diffuse et maintien de la fertilité des terres

17Sur le plateau de Ngaoundéré les paysans utilisent des techniques de lutte traditionnelles mais dont l'efficacité est limitée. Elles ont toutefois l'avantage d'être bien intégrées aux systèmes de culture et pourraient donc être améliorées. On peut relever autour de Ngaoundéré :

  • Les billons perpendiculaires à la pente, plus courant dans les plaines de la Bénoué et du Diamaré, sont insuffisants pour enrayer l'érosion. Ils n'ont qu'un impact limité sur le ruissellement et suivent rarement les courbes de niveau. Aussi, lorsqu'ils sont trop longs, il se crée des points de rupture, début d'érosion linéaire lors de très fortes pluies.

  • Quelques haies vives constituées de diverses espèces pourraient avoir une certaine efficacité. Cependant, elles ne concernent que les parcelles proches des habitations, c'est-à-dire sur de faibles pentes et en propriété. De plus, elles sont surtout établies en clôtures et ne sont donc pas disposées en courbe de niveau. Leur principal rôle est de lutter contre le vol et la divagation des animaux. Les espèces utilisées ne sont pas appétées par le bétail et produisent peu de biomasse.

3.2 Lutte contre l’érosion linéaire

18Pour éviter les rigoles ou les griffes, les techniques de clayonnage sont également utilisées par les paysans, mais elles sont plus rares du fait que ces formes d'érosion se manifestent surtout dans les secteurs où la végétation n’existe plus.

19Pour les petites et moyennes ravines, la plantation de Bananier nain de part et d’autre du drain de la ravine permet de stabiliser le sol et diminuer l’érosion à l’aide du système racinaire de cette plante (Photo 1). Les agriculteurs construisent des petits seuils en matériel végétal et/ou en pierres (Photo 2). Mais ces pratiques ne sont pas encore courantes et nécessitent des précautions et de l'entretien : les plantes de bananier ou les ouvrages, bien souvent fragiles, sont emportés lors des grosses pluies.

Photo 1. Système traditionnel de lutte contre le ravinement avec le Musa nain. Cliché M. Tchotsoua

Photo 2. Amélioration du système de lutte contre le ravinement par les haies associées aux cailloux. Cliché M. Tchotsoua

4. Intégration agriculture – élevage et recomposition de l’espace rural

20Devant la situation créée par la rareté des espaces cultivables, l’agriculture itinérante sur brûlis n’existe plus. Il en est de même de la pratique de l’élevage transhumant qui devient de plus en plus difficile. Suite à la sédentarisation de la majorité des éleveurs et aux conflits récurrents entre agriculteurs et éleveurs, la plupart des éleveurs ont accepté une cohabitation avec les agriculteurs. Et la division de l’espace devient de mise tant chez les agriculteurs que chez les agro-éleveurs.

21On distingue désormais trois grands ensembles qui marquent le paysage et se caractérisent par des transferts de fertilité de l'un à l'autre par l'intermédiaire du bétail :

Figure 2. Structuration de l’espace rural conditionnée par la gestion de la fertilité des terres à l’ouest de Ngaoundéré d’après l’image satellite Ikonos de la région de Ngaoundéré du 22 septembre 2007

  • Autour de chaque habitation, le jardin de case s’étend généralement sur 500 à 2000 m2. Il est constitué de végétation anthropique dense entourant la case et toujours en propriété. Dans ce jardin de nombreuses espèces pérennes ou annuelles sont associées et forment plusieurs étages de végétation : avocatiers, manguiers, papayers, bananiers, macabo, taro et igname se discutent l’accès à la lumière. Le paysan soudano-sahélien est conscient du rôle des espaces boisés sur l'environnement (meilleure infiltration des eaux de pluies, production de biomasse, diminution des phénomènes de battance et de l'érosion en masse). Mais les contraintes exogènes (pression foncière, revenu faible d'où vente de charbon de bois) et endogènes à l'exploitation font qu'il lui est souvent difficile de gérer et maintenir ce patrimoine.

  • Au-delà du jardin de case se trouve les champs de tubercules et/ou de céréales de proximité : leurs superficies varient entre 2000 m et 10000 m2 : cette zone, non boisée, est délimitée par des haies vives d'arbustes afin de marquer la propriété, abriter les cultures du vent et les protéger des animaux. On y cultive en association le haricot, le maïs, l'igname, la patate douce, le niébé, le mil, le sorgho et/ou le manioc (Figure 2).

  • Plus loin, et parfois à la faveur de la présence d’un karal (Seignobos, 1993) ou d’un bas fond, se trouve le champ de cultures céréalières lointain. Avec des surfaces souvent supérieures à 10000 m2, ils sont généralement protégés contre le bétail par des piquets et fils barbelés. Les paysans y pratiquent une association de haricots et de patates douces ou du maïs et des arachides pendant six mois. Ensuite, la parcelle peut être laissée en jachère pâturée. La durée de la jachère varie de trois mois à deux ans selon les types de champs et la disponibilité en terre du paysan. Lorsque les jachères sont longues (un à deux ans), les animaux sont laissés au piquet sans apport de fourrage, d'abord pour y manger les résidus de récolte directement sur place (paille de maïs et de sorgho), puis pour le pâturage (Photo 3). Il y a ainsi un recyclage directement sur place de la matière organique en déjections animales qui, non fermentées et exposées au soleil, subissent de fortes pertes en azote (Roose, 1992). Cette technique provoque souvent un tassement du sol sur forte pente, ce qui favorise le ruissellement. A coté se développe aussi le parcage, une des grandes révélations de l’intégration agriculture-élevage dictée par la perte de la fertilité générale des sols en milieu soudano-sahélien (Photo 3 et 4).

Photo 3. Intégration agriculture-élevage : parcage et fertilisation des sols pour la culture du maïs dans la vallée de la Marza. Cliché M. Tchotsoua, mars 2009

Photo 4. Parcelle de 1 hectare fertilisée par un seul troupeau de 67 têtes en 2 semaines dans la vallée de la Marza. Cliché M. Tchotsoua, mars 2009

22Dans chaque parc à bétail de 200 m ² environ, généralement situés sur les pieds de versants un troupeau de 70 têtes en moyenne passe 10 à 15 nuits après avoir brouté pendant la journée les éteules dans les champs de bas fonds des agriculteurs. Après quoi, les piquets et le fil barbelé sont déplacés et ainsi de suite jusqu’à ce que les bouses de vaches soient déposées sur toute la parcelle (Photo 4).

5. Efficacité des stratégies de lutte antiérosive traditionnelle et propositions pour leur amélioration

23De l’analyse des techniques agricoles et des enquêtes auprès de ces acteurs, il ressort que le maintien de la fertilité des sols est lié à l’intensité des soins apportés à la terre, à l’adaptation au milieu, à la gestion de la fumure, aux aménagements pour retenir l’eau et les nutriments.

24Bien que ces stratégies soient efficaces, elles ne peuvent permettre qu’une agriculture de subsistance. Le rendement est important mais la productivité est très faible. Il ne peut en être autrement car la force du travail n’est que celle des bras des paysans. La mécanisation du système est nulle.

25Toutes ces techniques traditionnelles de lutte antiérosive confirment que le paysan soudano-sahélien est un artisan du paysage agraire. Mais si sa faculté d'adaptation est remarquable, il faut reconnaître que la logique de production par les sociétés rurales soudano-sahéliennes, induit des points de rupture remettant en cause la reproductibilité de certains systèmes. On distingue parmi les causes principales :

  • Un espace agraire très contraignant exposé aux érosions de toutes formes ;

  • Des conflits fonciers, obstacles à l'aménagement de parcelles ou de versants et favorisant également l'érosion.

26Il est primordial, si l'on veut augmenter la productivité, de procéder à une meilleure gestion de l'eau, mais aussi à une meilleure gestion des nutriments et de la matière organique. Ainsi, pour améliorer le cycle des nutriments, il convient de revoir l'utilisation de la biomasse disponible. Celle-ci peut être considérablement augmentée avec la production des haies vives qui doivent :

  • améliorer l'infiltration par ralentissement des écoulements ;

  • augmenter la production de biomasse (environ 3 à 5 tonnes/hectare/an si la distance entre les talus est d'environ 10 mètres) par la plantation des arbres qui peuvent être utilisés pour améliorer la fertilité par une restitution organique en répandant sur le sol les résidus issus de la taille des arbustes-légumineuses. Ainsi cette biomasse restitue rapidement et de façon plus progressive les nutriments. Enfin, elle est très utile pour l'alimentation du bétail (coupe des graminées et légumineuses), pour la production de bois de feu, et, à plus long terme, pour la production de fruits et de bois d'œuvre et pour améliorer la protection contre les vents et la divagation des animaux.

27Les actions d’accompagnement de ces stratégies sont indispensables et concernent :

  • l'introduction de cultures plus valorisantes notamment celle des cultures maraîchères. Cette diversification des cultures dans les bas fonds est la courroie de transmission entre aménagement, amélioration de la fertilité des sols et augmentation de la productivité, le corollaire étant une augmentation du revenu.

  • l'augmentation de la production de lait qui passe par des actions d'amélioration de l'alimentation, des conduites et des facteurs génétiques.

  • la diversification des produits fruitiers : plusieurs campagnes de surgreffage sur des arbres adultes de plus de 5 ans, ont été réalisées sur l'ensemble du transect pour introduire des variétés améliorées (oranges, mandarines et pamplemousses pour le marché américain) ou de contre saisons (manguiers, avocatiers) pour les marchés nationaux et internationaux.

  • l'amélioration de la sécurité foncière : les aménagements proposés constituent un investissement important en travail, parfois en argent. Pour le paysan, ces aménagements dont la rentabilité n'est pas immédiate sont d'autant plus importants que la sécurité foncière est bonne.

Conclusion

28Au total, les paysans des hautes terres de l’Adamaoua ont développé ou réactivé les méthodes traditionnelles de gestion de la fertilité des terres et de lutte contre l’érosion. Ce sont : l’intégration agriculture-élevage bovin, les jardins de case, la plantation du Musa nain, l’élevage de la volaille et de petits ruminants en cage avec production de fumier.

29Seulement, ces stratégies ne s’appliquent que sur de petites superficies et ne permettent qu’une agriculture de subsistance. Une rénovation de l’économie rurale qui nécessite une modernisation des moyens d’exploitation, une amélioration des méthodes de culture et une création d’autres sources de revenus pouvant faciliter la reconversion des terres et donner à la population des moyens de subsistance, est hautement importante pour maintenir les jeunes sur place. Il faudrait, sans doute, reconsidérer ces positions et, sans vouloir idéaliser les stratégies traditionnelles, analyser leur aire de répartition, les conditions de leur fonctionnement, leur efficacité, leur coût, leur dynamisme actuel, et surtout développer les possibilités de leur amélioration avec l’appui de l’Etat.

Literaturverzeichnis

Références bibliographies

Boulet J., Beauvilain A., Couty P., Hallaire A. et Boutrais J., 1984. Le Nord du Cameroun, des hommes, une région. ORSTOM, Paris, 551 p.

Boutrais J., 1995-Hautes terres d’élevage au Cameroun. Thèse de doct. de Géographie, Université de Paris X, ORSTOM, Etudes et thèses, Paris, 1302 p.

Consultants Associés, 1997. Les aménagements hydro-agricoles dans la vallée de la Bénoué : analyse diagnostic. Rapport de mission, F. E. D, MEAVSB.

Hallaire A., 1991. Paysans montagnards du Nord Cameroun : les monts Mandara. Orstom, Paris, 253p.

Hiol Hiol, F., Mietton, M. 1997. Fonctionnement hydrologique et rendement agronomique des terrasses des Monts Mandara (Nord Cameroun) : des comparaisons à différentes échelles spatiales entre systèmes agraires traditionnels et améliorés. In : F. Bart, S. Morin et J. -N Salomon (éds), Les montagnes tropicales : identités, mutations, développement. Collection Espaces Tropicaux, 16 : 323 – 354, Pessac.

Humbel F-X., 1966-Etude de certains sols rouges à sables quartzeux de l'Adamaoua (Cameroun). ORSTOM, Yaoundé (CMR), 28 p.

Morin S., 1998. Géomorphologie. In : Atlas de la Province de l’Extrême Nord Cameroun : 1-49

Naimi Mustapha Bachard Bouamar, 2002. Aménagements traditionnels dans une vallée du haut Atlas Occidental, Maroc. Bull. Réseau Erosion, 21 : 82-93.

Podlewski, A., 1971-La dynamique des principales populations du Nord-Cameroun (2ème partie) : piémont et plateau de l’Adamaoua. Cah. Orstom. sér. Sci. Hum., 8, n° spécial, 148 p.

Roose E., 1994. Introduction à la gestion conservatoire de l’eau et de la fertilité des sols (GCES). Bull. Sols FAO, Rome, 70 : 420 p.

Roose E., Boutrais J., et Boli Baboulé Z., 1998. Rapport d’évaluation fertilisation des sols du projet DPGT (Développement Paysannal et Gestion des terroirs) au Nord-Cameroun, Orstom-Cirad, Montpellier, 72 p.

Sabir M., Roose E., Merzouk A., Nouri A., 1999. Techniques traditionnelles de gestion de l’eau et de lutte antiérosive dans deux terroirs du Rif occidental (Maroc). Bull. Réseau Erosion, Montpellier, 19 : 456-471.

Seignobos C., 1993. Hardé et Karal du Nord-Cameroun, leur perception par les populations agro-pastorales du Diamaré. In : Peltier R., : Editeur Scientifique, "Les Terres Hardé, caractéristisation et réhabilitation dans le bassin du Lac Tchad" Cahiers Scientifiques du Cirad-Forêt n° 11, 121 pages. Nogent-sur-Marne.

Tchotsoua M., 2008. De la spatialisation à l’aide pour un développement maîtrisé en milieu tropical. Le cas des hautes terres de l’Adamaoua au Cameroun. Editions Le Manuscrit, Editions Manuscrit Université, 249 p., Paris.

Anmerkungen

1 Le point triple (baptisé par Humbel, 1966) est le point de partage des eaux, situé à environ 20 km à l’ouest de Ngaoundéré, entre les bassins de la Bini, du Faro, de la Vina et de la Bénoué.

Abbildungsverzeichnis

Bildunterschrift Figure 1. Localisation de la Région de Ngaoundéré
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/12875/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 104k
Bildunterschrift Photo 1. Système traditionnel de lutte contre le ravinement avec le Musa nain. Cliché M. Tchotsoua
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/12875/img-2.jpg
Datei image/jpeg, 108k
Bildunterschrift Photo 2. Amélioration du système de lutte contre le ravinement par les haies associées aux cailloux. Cliché M. Tchotsoua
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/12875/img-3.jpg
Datei image/jpeg, 96k
Bildunterschrift Figure 2. Structuration de l’espace rural conditionnée par la gestion de la fertilité des terres à l’ouest de Ngaoundéré d’après l’image satellite Ikonos de la région de Ngaoundéré du 22 septembre 2007
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/12875/img-4.jpg
Datei image/jpeg, 104k
Bildunterschrift Photo 3. Intégration agriculture-élevage : parcage et fertilisation des sols pour la culture du maïs dans la vallée de la Marza. Cliché M. Tchotsoua, mars 2009
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/12875/img-5.jpg
Datei image/jpeg, 76k
Bildunterschrift Photo 4. Parcelle de 1 hectare fertilisée par un seul troupeau de 67 têtes en 2 semaines dans la vallée de la Marza. Cliché M. Tchotsoua, mars 2009
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/12875/img-6.jpg
Datei image/jpeg, 68k

© IRD Éditions, 2012

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540