Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lutte antiérosive

Thème 1. Efficacité de la lutte antiérosive sur la restauration de la productivité des sols

Dynamique de l’érosion sous différentes utilisations du sol au niveau d’un versant en zone méditerranéenne subhumide : influence des cultures, des aménagements de GCES et des couvertures forestières en Algérie

B. Morsli, A. Seladji et O. Kaci

Résumé

Sur les versants des zones méditerranéennes subhumides du Nord ouest algérien, les diverses formes d’érosion sont très actives : le décapage des terres entraîne une diminution de la productivité tout en entraînant un déséquilibre entre eau-sol- végétation.
L’objectif de cette recherche est d’étudier la dynamique de l’érosion, dans cette zone agrosylvo-pastorale, sous différentes utilisations de sol et d’examiner les relations entre les facteurs de cette dynamique et l’impact des aménagements, en particulier les actions de GCES par les paysans. Pour atteindre ces objectifs, on a étudié un transect au niveau d’un versant de 4 km de long. Le long de ce transect, on rencontre plusieurs utilisations et aménagements sur un même type de sol. L’approche est basée sur la comparaison de certains critères morphologiques et des indicateurs analytiques tels que pierrosité, infiltrabilité (mesurée au simulation de pluies), matière organique, épaisseur du sol (évacuation et accumulation des matériaux).
Les résultats montrent qu’à l'échelle du versant, la dynamique est sous l’influence de la pente et surtout de l’utilisation du sol. A la variation d’occupation des sols (formations arbustives, buissonnantes et des zones cultivées, arboriculture et céréales associées aux aménagements de GCES) correspond une variation de la dynamique érosive, que l’on peut suivre grâce aux indicateurs. En forte pente et sous couvert végétal faible, les sols sont érodés par la pluie et ceci est bien démontré par la charge caillouteuse et le décapage de l’horizon A. Par contre, Les sols très couverts sont mieux conservés malgré la présence de fortes pentes. Cette stabilité trouve son explication dans la densité du couvert végétal (reboisement dense et formation buissonnante) la litière et la richesse en matières organiques du sol, qui rendent la structure du sol plus stable et qui facilite l’infiltration des pluies. Les aménagements (murets de 1 à 2 m) réalisés sur les zones cultivées par les riverains apparaissent comme une solution ingénieuse. Ils permettent de cultiver des surfaces très pentues tout en limitant au minimum les risques d'érosion. Ces techniques, parallèle aux courbes de niveau, ont bien montré leur efficacité dans la réduction de l’érosion et le piégeage des sédiments. L’application de la gestion durable de l’eau et des sols (GCES) dans certaines exploitations en amont du versant (Intensification, cultures en étages avec arboriculture (cerisier) très valorisante et très économique, fumier, emploi de techniques antiérosives) a bien montré son efficacité dans la conservation du sol et dans l’amélioration des revenus.

The study of erosion manifestations along a landscape transect with the same red soils showed the importance of slope, land use and stone walls on the contour line. The topsoil fertility & depth are in relation with the vegetation cover and the erosion intensity. The application of intensive agricultural techniques (land husbandry, manure, crops under fruit trees plantations) had a great effect on erosion reduction and the net income improvement.

Texte intégral

1. Problématique

1Dans les montagnes méditerranéennes subhumides du Nord ouest de l’Algérie, la dynamique de l’érosion hydrique est très active. La perte partielle ou totale du sol entraîne une diminution de la productivité. A la suite d'une très longue pression anthropique (surpâturage, défrichement, incendies) sur le couvert végétal, les sols se dégradent profondément. Les processus érosifs se propagent plus vite là où le couvert végétal a été détruit et peuvent causer des dégâts considérables en aval.

2La dynamique érosive des versants s'analyse en terme de rapport de forces (Derruau, 1999), entre des forces de traction et des forces de résistance qui sont liés à des facteurs physiques et humains. L’Homme dispose d'une forte capacité de destruction, mais aussi de conservation et d’amélioration des ressources naturelles.

3A l'échelle d’un versant, homogène sur le plan lithologie où plusieurs utilisations de sol se succèdent, nous avons étudié la dynamique de l’érosion du sol et analysé la part de chaque facteur dans cette dynamique. D’autre part, une évaluation de l’impact des actions de GCES paysannes pratiquées a été réalisée.

2. Matériel et méthodes

4Pour atteindre ces objectifs, une démarche simple a été utilisée : l’étude d’un transect au niveau d’un versant de 4 km le long duquel plusieurs utilisations et aménagements se succèdent sur un même type de sol. L’approche est basée sur le suivi de certains critères morphologiques et analytiques tels que pierrosité, infiltrabilité (simulations de pluies), matière organique, épaisseur du sol (évacuation et accumulation des matériaux).

5La zone d’étude, qui se situe au niveau de Tlemcen - Algérie (fig. 1), se présente comme un ensemble qu’il est possible de percevoir globalement comme un « système agro-sylvo-pastoral ». Ce système, en zone subhumide, se traduit par un écosystème fragile et vulnérable où les impacts sont importants sur la végétation et par conséquent sur le sol. La toposéquence, est occupée essentiellement de sols rouges reposant sur des grès. Ce sont des reliques d’anciens sols rouges fersiallitiques. Sur cette toposéquence, se succèdent différentes occupations de sol (formations arbustives, formations buissonnantes et des zones cultivées (arboriculture et céréales)). Les formations forestières qui couvraient toute la zone régressent d’une année à l’autre. Les perturbations anthropiques sont pour une très large part, responsables de l’état actuel de la végétation (Quézel et Barbéro, 1990).

Figure 1. Carte de situation en Algérie

3. Résultats

6Les résultats montrent que le sol rouge qui couvrait tout le versant, change d’un faciès à un autre sous l’influence de la pente et de l’utilisation du sol.

7Le long du transect étudié, différentes occupations de sol se succèdent. A cette variation d’occupation du sol, correspond également une variation pédologique. Parmi les caractères morphologiques et analytiques différenciant les sols de cette séquence, on peut citer : la couleur, la texture, la teneur en matière organique, l’épaisseur, la différenciation des horizons et la charge caillouteuse. Ces variations sont présentées sous forme synthétique dans le tableau 1.

1. Le transect est divisé en trois sites caractéristiques

Tableau 1. Caractéristiques des sols de différents sites de la toposéquence

Tableau 1. Caractéristiques des sols de différents sites de la toposéquence

Partie sommitale (site 1)

8La partie sommitale est une zone forestière relique (fig. 2) ; le pâturage intensif et les incendies volontaires pratiquées depuis de longues années ont abouti à la disparition de la chênaie primitive et son remplacement par une formation arbustive dense dite maquis. Malgré la forte pente (fig. 4), le sol rouge a pu être conservé par la couverture végétale mais il n’est pas hors d’atteinte de l’érosion. Dans certains îlots dénudés, très localisés, le sol est décapé avec disparition de l’horizon superficiel (sol rouge tronqué).

Figure 2. Les différentes occupations de sol qui se succèdent au niveau de la toposéquence :

9La partie aval de cette partie sommitale, à faible pente (0 – 6 %), a permis la sédimentation des éléments enlevés de la partie sommitale, principalement de l’horizon de surface, riche en matières organiques. Le colluvionnement peut dépasser un mètre d’épaisseur dans les replats. Peut être la faible pente et la richesse de ces sols qui a fait que cette zone, située en pleine forêt, a été défrichée et utilisée d’une façon intensive (cultures associées avec arboriculture très rentable, irrigation, aménagements, savoir faire…) sans être dégradée. Les revenus sont estimés à plus de cinq fois supérieurs à ceux obtenus en zone aval, utilisée d’une manière extensive. L’homme qui contribue souvent à la dégradation des sols peut quelquefois jouer un rôle décisif dans la réduction des processus érosifs.

Figure 3. Répartition des classes de pente au niveau de la toposéquence

Le domaine médian de la toposéquence (site 2)

10Cette zone présente deux faciès écologiques nettement distincts

111-Faciès de dégradation : versant très pentu, occupé par une steppe à diss (fig. 2) qui témoigne de la disparition de la chênaie primitive et son remplacement par une association secondaire très dégradée. Cette dégradation est le résultat des pratiques très anciennes qui se sont exercées aux dépens de la forêt tout au long de l’histoire.

12Suite à cette dégradation du couvert végétal, le sol a subi à son tour une modification. Situé sur pente forte et occupé par une steppe à diss clairsemée (zone de parcours), le sol est très affecté par l’érosion en nappe. Il en résulte un décapage des horizons de surface, une charge caillouteuse importante de 15 à 50 % (fig. 4), un tassement du sol et une diminution d’activité biologique. La troncature du sol est si importante que l’érosion a fini par provoquer l’affleurement de pavages de cailloux et de la roche mère (grés), gênant ainsi fortement l’infiltration des eaux et la régénération des végétaux surtout du couvert végétal primitif où le climat le permet encore.

Figure 4. Charge caillouteuse au niveau de la toposéquence

132 – Faciès d’évolution : tout en aval de cette steppe à diss, sur le même faciès de dégradation, un reboisement dense (futaie de Pin d’Alep de 40 ans) a permis au sol de s’épaissir avec le temps par colluvionnement et surtout sous effet des matières organiques (le sol est recouvert par une litière épaisse > 5cm) surtout en aval du reboisement où la pente est plus faible. La présence d’une futaie régulière et bien couvrante (taux de couverture > 80 %) a permis l’enrichissement du sol en humus. La porosité est plus favorable à la circulation des flux d’eau, l’infiltrabilité est plus élevée (tab. 1).

Partie aval de la toposéquence, occupée généralement par l’agriculture (site 3)

14A l’aval du faciès d’évolution (futaie de Pin), les terres ont été aménagées par des ouvrages antiérosifs (murettes en pierres sèches), parallèle aux courbes de niveau, qui ont évolués en terrasses (fig. 5). L’analyse des profils situés entre les murettes montre que les sols sont très profonds (quelquefois l’épaisseur des colluvionnements dépasse les 2m). Ils sont constitués de dépôts récents (colluvions) qui se caractérisent par une texture hétérogène variable et une faible différenciation du profil, alors qu’à l’aval de la murette où le sol est érodé, l’affleurement de la roche mère témoigne encore de l’activité érosive. Avec ces aménagements, une nouvelle dynamique pédogénétique s’est déclenché et qui dépend des matériaux déposés.

Figure 5. Aménagement en murettes, parallèles aux courbes de niveau, qui ont évolués en terrasses progressives à pente réduite, mais jamais nulle

15Le matorral situé en bas de ces terres aménagées est constitué d’une végétation bien couvrante mais la divagation très fréquente des animaux, a rendu le sol très tassé favorisant ainsi le ruissellement. Le déséquilibre entre le rythme de croissance biologique des pâturages et les besoins des animaux a fait que toute la végétation herbacée a été détruite et a créé une discontinuité dans le couvert permanent, rendant le sol découvert et moins perméable.

16Tout en aval de la toposéquence des cultures se succèdent : arboriculture (oliviers) et céréales. Sur cette zone cultivée, les sols sont très remaniés par l’homme. Ces sols subissent actuellement une action de dégradation due à l’érosion hydrique. Sur cette partie, la qualité agrologique s’est détériorée suite à la mise en culture.

4. Discussion

17En région de climat méditerranéen à saisons contrastées, comme celle de la zone montagneuse de Tlemcen, les sols peuvent se distribuer d’une manière régulière ou non au niveau des versants. Leur dynamique est fonction de plusieurs facteurs de la morphogenèse et de la pédogenèse (climat, végétation et relief). La végétation exerce une grande influence sur le sol. Les processus érosifs les plus intenses se propagent habituellement dans des zones où le couvert végétal a été détruit et peuvent causer des pertes en sol considérable (Morsli et Mazour, 2004). La topographie oriente le plus la pédogenèse en favorisant le développement du sol ou en favorisant la morphogenèse (érosion) et par conséquence la régression du sol.

18Les horizons de surface des sols forestiers très couverts (P8 du site I et P5 du site II), sont non seulement les plus riches en matières organiques mais encore très poreux et moins durs. Le P7 du site I, sol cultivé intensivement et bien entretenu, a des caractères intermédiaires entre les sites forestiers et les autres sites. Les sols des sites cultivés d’aval et ceux des zones dégradées se différencient nettement des sols forestiers : ils sont relativement pauvres. Le taux de matière organique varie en fonction de la richesse des strates végétales (Kadik, 1987).

Figure 6. Le long de la toposéquence étudiée, à la variation d’occupation du sol correspond une variation pédologique

19Quant à la végétation, facteur important de la pédogenèse, elle permet de bien conserver le sol et favorise la pédogenèse. Sous couvert forestier dense, le sol est protégé par le feuillage des arbres et la litière. Il est stabilisé par l’enracinement des plantes. Mais suite à l’ouverture du milieu (éclaircissement), le sol se retrouve dénudé et fragilisé. Il est souvent admis que sur un versant partiellement végétalisé, les zones dénudées peuvent être soumises à l'érosion alors que les zones végétalisées sont protégées (Reid et al., 1999).

20Les sols très couverts (maquis amont et futaie de pin d’Alep) sont plus ou moins conservés malgré la présence de fortes pentes. Cette stabilité trouve son explication dans la densité du couvert végétal, la litière et la richesse des horizons de surface en matière organique qui rend la structure du sol plus stable et par conséquent plus résistante à l’érosion. Dans ces cas, la pédogenèse est favorisée surtout que la roche mère est facilement altérable.

21Si la pédogenèse est favorisée par les substrats (grès altérables) et la végétation quand cette dernière est conservée, la topographie et surtout l'utilisation des sols dans la conjoncture actuelle entravent de plus en plus l'évolution pédogénétique et dans la plupart des cas c'est la morphogenèse qui l'emporte. Certains secteurs sont à tel point dégradés que la roche affleure à la surface. Dans un tel milieu, pauvre en capacité de stockage de l’eau, aucun ligneux ne peut se développer.

22La topographie, dans une telle conjoncture, ne peut être que négative, même si elle peut jouer un rôle important dans la pédogenèse par l'orientation qu'elle donne au sol et aussi à la végétation. Dès que le sol est dénudé, la pente accélère le plus souvent le décapage des sols par suite de la forte déclivité. L’observation des profils complets et réguliers est rare. On note l'existence de zones d'appauvrissement superficiel au sommet de pente et une concentration en éléments dans les parties de faibles pentes. L'érosion accélérée se pose donc ici non seulement en perte de terre, mais encore en perte de fertilité et d'eau.

Figure 7. Les variations de la couverture pédologique s'ordonnent principalement selon la pente, la couverture végétale et l’utilisation du sol

23A l'échelle du versant, les variations de la couverture pédologique s'ordonnent principalement selon la pente. Les plus anciens sols occupent les positions topographiques les plus élevées (les anciens sols rouges). Puis viennent les sols bruns de bas de pente et des surfaces d'aplanissement. Enfin les sols colluviaux les plus jeunes se développent sur les accumulations récentes. Le relief apparaît comme l’un des facteurs essentiel de dynamique actuelle des sols.

24L’’homme joue aussi un rôle important dans cette dynamique. Par les défrichements, le surpâturage, les incendies, il a accentué la dégradation des terres tout en amplifiant la dynamique érosive, surtout dans la partie aval et dans la steppe à diss. Mais il peut aussi jouer un rôle décisif dans la réduction des processus érosifs, comme c’est le cas du site où il a développé un système intensif sur terrasses et une gestion conservatrice et très valorisante (cultures associées avec arboriculture très rentable (cerisier), irrigation rationnelle, aménagements). Les revenus sont estimés à plus de cinq fois ceux obtenus en zone aval, utilisée d’une manière extensive. D’autre part, les aménagements mis en place ont bien montré leur efficacité dans le contrôle de l’érosion.

5. Conclusions

25Cette étude a permis d’obtenir des données qualitatives relatives au fonctionnement et au comportement des sols des versants en zones subhumides. A l’échelle de la toposéquence, Ies variations du sol le long du versant sont dues à la dynamique érosive. Les résultats montrent que ce sont surtout les caractères du couvert végétal, de la pente (évacuation et accumulation), du mode d’utilisation et des aménagements qui conditionnent cette dynamique. A la variation d’occupation de sol (formations arbustives, buissonnantes et des zones cultivées, arboriculture et céréales associées aux aménagements de GCES) correspond également une variation de la dynamique érosive. Le suivi des différents critères met bien en évidence cette différence de dynamique.

26En forte pente et sous couvert végétal faible, les sols sont décapés par l’érosion et ceci est bien démontré par la charge caillouteuse, l’épaisseur de l’horizon A et la dénudation de la roche (grés séqualien décalcifié). Par contre, Les sols très couverts sont mieux conservés malgré la présence de fortes pentes. Cette stabilité du sol trouve son explication dans la densité du couvert végétal juste au-dessus du sol et la richesse en matières organiques : celles-ci rendent la structure du sol plus stable de telle sorte que l'eau de pluie s'y infiltre et s’y stocke plus facilement.

27Les aménagements (murets de 1 à 2 m) réalisés sur les zones cultivées par les riverains apparaissent comme une solution ingénieuse, ils permettent de cultiver des surfaces très pentues tout en limitant au minimum les risques d'érosion. Ces techniques ont bien montré leur efficacité dans la réduction du ruissellement et le piégeage des sédiments.

28L’application de la GCES dans certaines exploitations (Intensification, cultures en étages avec arboriculture (cerisier) très valorisante, utilisation de fumier, emploi de techniques antiérosives) en amont du versant a bien montré son efficacité dans la conservation du sol au niveau des versants et dans l’amélioration des revenus des paysans.

Bibliographie

Bibliographie

Derruau M., 1999. Les formes du relief terrestre. Notion de géomorphologie, 8éme édition, Armand Colin (Paris), 120p.

Kadik B., 1987. Contribution à l’étude du Pin d’Alep (Pinus halepensis Mill) en Algérie : Ecologie, dendrométrie, morphologie. O. P. U. Ben Aknoun (Alger), 313 p.

Morsli B., Mazour M., Meedjel N., Hamoudi A., Roose E., 2004. Influence de l’utilisation des terres sur les risques de ruissellement et d’érosion sur les versants semi-arides du Nord ouest de l’Algérie. Sécheresse 15, 2 : 96-104.

Morsli B., 1996. Caractérisation, distribution et susceptibilité à l'érosion des sols de montagne - Cas des monts de Beni-Chougrane. Thèse de Magister INA El Harrach Alger.

Quezel P. et Barbéro M., 1990 – Les forêts méditerranéennes : problèmes posés par leurs significations historiques, écologiques et leur conservation. Acta Botanica Malacitana 15 : 145-178.

Reid K. D., Wilcox B. P., Breshears D. D., MacDonald L., 1999. Runoff and erosion in a Pinon-Juniper woodland : influence of vegetation patches. Soil Science Society of America Journal, 63 : 1869-1879.

Table des illustrations

Légende Figure 1. Carte de situation en Algérie
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/12686/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Titre Tableau 1. Caractéristiques des sols de différents sites de la toposéquence
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/12686/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Légende Figure 2. Les différentes occupations de sol qui se succèdent au niveau de la toposéquence :
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/12686/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Figure 3. Répartition des classes de pente au niveau de la toposéquence
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/12686/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Figure 4. Charge caillouteuse au niveau de la toposéquence
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/12686/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Figure 5. Aménagement en murettes, parallèles aux courbes de niveau, qui ont évolués en terrasses progressives à pente réduite, mais jamais nulle
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/12686/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Figure 6. Le long de la toposéquence étudiée, à la variation d’occupation du sol correspond une variation pédologique
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/12686/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Légende Figure 7. Les variations de la couverture pédologique s'ordonnent principalement selon la pente, la couverture végétale et l’utilisation du sol
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/12686/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 406k

Auteurs

INRF, BP. 88 Mansourah Tlemcen Algérie. Email : morbinrf@yahoo.fr

INRF, BP. 88 Mansourah Tlemcen Algérie. Email : morbinrf@yahoo.fr

Laboratoire de CES et des écosystèmes forestiers, Université de Tlemcen Algérie

© IRD Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540