Version classiqueVersion mobile

La lutte antivectorielle en France

 | 
Didier Fontenille
, 
Christophe Lagneau
, 
Sylvie Lecollinet
, 
et al.

Annexes

Annexe 5. Glossaire

Texte intégral

1Les termes en gras dans les définitions renvoient à une autre entrée du glossaire.

2Arboviroses : maladies virales dues à des arbovirus. Cette définition est épidémiologique et non virologique.

3Arbovirus : ensemble des virus ayant pour vecteur les arthropodes hématophages. Ce terme ne fait pas partie de la classification taxonomique des virus (il rassemble différentes classes de virus). Ce nom provient de la contraction de l’expression anglaise Arthropod – Borne Virus.

4Arthralgie : douleurs articulaires.

5Arthropodes : embranchement parmi les Invertébrés (du grec arthron « articulation » et podos « pied »). Le corps des arthropodes est formé de segments (ou métamères) articulés, recouverts d’une cuticule rigide, qui constitue leur squelette externe, dans la plupart des cas, constitué de chitine. Les insectes font partie de cet embranchement et appartiennent au sous-embranchement des hexapodes (trois paires de pattes).

6Arthropodes hématophages : groupe rassemblant l’ensemble des arthropodes ayant besoin d’un repas sanguin qui leur fournit les protéines nécessaires à la formation des œufs. Ainsi, dans beaucoup de cas, seule la femelle prend un repas de sang. Les principaux arthropodes hématophages appartiennent au sous-embranchement des hexapodes (insectes). On y retrouve les puces (ordre des Siphonaptères), les moustiques, mouches et moucherons (ordre des diptères, famille des Culicidés, Phlébotomidés, Cératopogonidés, Simulidés, Glossinidés et Tabanidés), les poux (ordre des Phthiraptères) et les punaises (Hémiptères). Les tiques dures (famille des Ixodidés) ou molles (familles des Argasidés) sont également hématophages mais font partie du sous-embranchement des Arachnides.

7Arthropodes vecteurs : arthropodes hématophages assurant, par un comportement spécifique, la transmission biologique (cycle indispensable de développement dans le vecteur) et active (le vecteur va jouer un rôle actif, c’est-à-dire qu’il amène l’agent à un vertébré réceptif) des agents pathogènes d’un hôte vertébré donneur à un autre hôte vertébré réceptif. On parle de spécificité parasitaire. Cet agent infectieux peut être une bactérie, un virus, un protozoaire ou un helminthe. N.B. : on distingue la transmission biologique de la transmission mécanique.

8Audit interne : activité indépendante et objective qui donne à une organisation une assurance sur le degré de maîtrise de ses opérations, lui apporte ses conseils pour les améliorer, et contribue à créer de la valeur ajoutée. Il aide cette organisation à atteindre ses objectifs en évaluant, par une approche systématique et méthodique, ses processus de management des risques, de contrôle et de gouvernement d’entreprise, et en faisant des propositions pour renforcer leur efficacité (Institut français de l’audit et du contrôle internes).

9Auto-évaluation : évaluation conduite par ceux qui gèrent un programme et/ou y participent sur le terrain.

10Biocides : substances actives et préparations contenant une ou plusieurs substances actives présentées sous la forme dans laquelle elles sont livrées à l’utilisateur, qui sont destinées à détruire, repousser ou rendre inoffensifs les organismes nuisibles, à en prévenir l’action ou à les combattre de tout autre manière, par une action chimique ou biologique.

11Capacité vectorielle : aptitude du vecteur à s’infecter sur un hôte vertébré, à assurer le développement d’un agent pathogène et à transmettre cet agent à un autre hôte dans les conditions du milieu naturel. Cet indice indique le nombre d’infections qu’un vecteur donné va occasionner par malade (cas index ou nouveau cas autochtone) et par jour dans une population non immune. Ce paramètre dépend de la compétence vectorielle, du taux de contact vecteur-hôte, lui-même dépendant de la préférence trophique (choix de l’espèce de vertébré pour le repas sanguin) et de l’abondance (densité de vecteurs), ainsi que de la longévité du vecteur (plus la longévité d’un vecteur et importante, plus il aura eu de chances de s’infecter lors d’un repas sanguin). La capacité vectorielle exprime également le degré de coadaptation parasite-vecteur et le fonctionnement du système dans un environnement donné à une saison précise. La capacité vectorielle se mesure pour une population donnée (dans un lieu et un temps donnés).

12Compétence vectorielle : aptitude intrinsèque du vecteur à s’infecter sur un hôte vertébré, à assurer le développement d’un agent pathogène et à transmettre cet agent à un autre hôte. Ce paramètre se mesure en laboratoire et est déterminé génétiquement. Il dépend de la population d’arthropode.

13Contrôle : évaluation de la conformité par observation et jugement accompagné, si nécessaire, de mesures, d’essais ou de calibrage (ISO 9000). Vérification de la validité.

14Culicidés : famille d’insectes communément appelés « moustiques », appartenant à l’ordre des diptères (deux ailes), et au sous-ordre des nématocères (antennes longues). Les femelles de la plupart des espèces possèdent de longues pièces buccales de type piqueur-suceur. Il s’agit d’une longue trompe ou proboscis. Le cycle de vie du moustique est composé de différents stades : l’œuf, la larve (4 stades larvaires) aquatique et la nymphe également aquatique. L’adulte émerge de cette nymphe et ne s’accouple qu’une seule fois (les spermatozoïdes du mâle sont conservés dans la spermathèque de la femelle). Durant sa vie, la femelle culicidée va piquer plusieurs fois afin d’amener ses œufs à maturité. Ceux-ci seront fécondés via la spermathèque au moment de la ponte. L’espace-temps entre deux pontes est appelé cycle trophogonique ou gonotrophique.

15Critères : variables capables de rendre compte, de manière pertinente et fiable, soit de l’atteinte des objectifs, en particulier des variations de l’état de santé, des connaissances ou des attitudes, soit des différentes composantes du programme.

16DFA : Départements français d’Amérique. Il s’agit de la Guadeloupe, la Guyane et la Martinique.

17Diapause : période d’inactivité durant laquelle le métabolisme est ralenti et le développement ou la croissance des insectes est suspendu. Les œufs de certaines espèces peuvent passer l’hiver en diapause et éclosent au printemps lorsque les températures et la photopériode sont de nouveau favorables au développement.

18Diptères : ordre d’insectes caractérisés par la présence de deux ailes (la deuxième paire d’ailes est transformée en balancier) et de pièces buccales servant à sucer ou à piquer.

19Diurne : qui présente une activité le jour.

20Économétrique : ensemble des techniques statistiques destinées à mesurer des grandeurs économiques et à pratiquer la recherche en économie.

21Efficacité : niveau de réalisation des activités planifiées et d’obtention des résultats escomptés (selon ISO 9000).

22Endémie : se dit d’une situation de transmission d’un agent pathogène à un niveau constant au cours du temps ; niveau qui peut être élevé ou bas. Rigoureusement, ce terme est réservé aux maladies humaines.

23Endémisation : est utilisé pour caractériser le processus par lequel une maladie nouvellement apparue se maintient dans la zone à un niveau constant.

24Enquête : démarche intellectuelle qui a pour but la découverte de faits, l’amélioration des connaissances ou la résolution de doutes et de problèmes.

25Enzootie : terme équivalent à endémie, mais réservé aux maladies animales.

26Épidémie : se dit d’une situation de transmission d’un agent pathogène caractérisée par une augmentation rapide du nombre de cas dans un temps relativement court. Après l’apogée de la transmission, on constate une diminution du nombre de cas. Rigoureusement, ce terme est réservé aux maladies humaines.

27Épidémisation : est utilisé pour caractériser le processus par lequel une maladie endémique devient épidémique.

28Épizootie : terme équivalent à épidémie, mais réservé aux maladies animales.

29Gîtes larvaires : expression largement utilisée dans la littérature scientifique pour désigner les plans d’eau abritant des moustiques immatures (œufs, larves et nymphes).

30Gravide : se dit d’une femelle arthropode, ayant amené ses œufs à maturité, en recherche d’un (de) site(s) de ponte.

31Hématophage : caractérise les arthropodes dont le régime alimentaire est en partie constitué de sang afin d’assurer la maturation de leurs œufs.

32Hématozoaire : parasite protozoaire (constitué d’une seule cellule) des hématies (globules rouges du sang).

33Imago : désigne le stade final du développement d’un insecte ayant effectué sa métamorphose (adj. imaginal). Il s’agit du stade adulte reproducteur, par opposition aux stades larvaires ou nymphaux qui ne sont pas capables d’effectuer la reproduction.

34Indicateurs : données concrètes et variables, simples ou complexes, quantitatives ou qualitatives dont le suivi et/ou la comparaison dans le temps (ou dans l’espace) permet d’apprécier ou mesurer des changements intervenus (ou des différences). Dans la réalité, ils rendent compte du critère choisi. Exemple : la densité ou l’abondance en vecteurs est un critère, les indices entomologiques sont des indicateurs. Il faut généralement plusieurs indicateurs pour traduire un critère donné.

35Larve : forme immature des insectes subissant une métamorphose complète, située entre l’œuf et la nymphe. Les larves de moustiques sont aquatiques.

36Larvivore : qui se nourrit de larves d’arthropodes.

37Lutte biologique : utilisation d’un « ennemi naturel » d’un arthropode pour en diminuer les populations et ainsi réduire les risques de transmission du pathogène. On peut séparer les agents de lutte biologique en prédateur (poissons prédateurs de larves de moustiques) et pathogène (champignon, parasitoïde).

38Lutte chimique : techniques utilisant des produits d’origine végétale ou de synthèse en tant que répulsifs, attractifs (couplés à des pièges) ou insecticides.

39Lutte environnementale : regroupe toutes les actions menées sur l’environnement pour rendre ce dernier hostile au développement des populations de vecteurs.

40Lutte génétique : consiste en l’emploi de toutes les conditions et méthodes de traitement susceptibles de réduire le potentiel reproductif des formes nuisibles par une altération ou un remplacement du matériel héréditaire.

41Lutte mécanique : on peut regrouper sous ce vocable les méthodes de capture des vecteurs (dans un but de diminution de l’abondance), celles qui s’opposent au contact hôte/vecteur et, par extension, les méthodes d’évitement du contact avec l’hôte.

42Maladie émergente : une maladie émergente est une maladie dont l’incidence réelle augmente de manière significative dans une population donnée, dans une zone géographique donnée et pendant une période définie par rapport à la situation épidémiologique habituelle de cette maladie (inconnue, rare, hypoendémique, etc.).

43Cette définition s’applique aussi bien aux maladies de l’Homme qu’à celles des animaux ou des végétaux. Cette émergence peut être liée soit à l’apparition d’un nouvel agent infectieux, soit à une modification d’un agent connu, cette modification le rendant pathogène ou résistant aux traitements habituellement efficaces.

44Moustiques ornithophiles : moustiques effectuant leurs repas sanguins préférentiellement sur les oiseaux.

45Norme : valeur associée aux critères (ou à l’indicateur) considérés comme acceptables en l’état actuel des connaissances.

46Nuisant : se dit d’un arthropode qui incommode par ses piqûres ou sa présence sans transmettre des maladies. Il provoque gêne et inconfort (par exemple, Aedes caspius en Camargue ou Culicoides impunctatus en Écosse).

47Nymphe : stade immature intermédiaire entre la larve et l’adulte chez les insectes subissant une métamorphose complète.

48Organochloré : produit chimique de synthèse, dérivé de molécules de chlore et utilisé comme solvant, insecticide, fongicide ou réfrigérant ou molécules intermédiaires de synthèse en chimie et pharmacie.

49Organophosphoré : qualifie des produits chimiques de synthèse, dérivés de molécules de phosphore et utilisés à diverses fins, comme insecticides, fongicides, réfrigérants, etc.

50Perception du risque : jugement subjectif porté sur une menace dans lequel interagissent une évaluation de sa probabilité/susceptibilité/gravité et des sentiments/émotions qui lui donnent une valeur.

51Période d’incubation extrinsèque : dans une transmission biologique, laps de temps qui sépare le repas de sang infectant du moment où le vecteur, une fois infecté, devient à son tour infectant. On devrait dire période de développement extrinsèque. Suite au repas de sang infectant, l’agent pathogène n’est pas tout de suite transmissible et ne peut pas être inoculé à un nouvel hôte lors d’un nouveau repas de sang. L’agent pathogène doit franchir plusieurs barrières afin de passer, dans le cas général, du tractus digestif aux glandes salivaires pour être inoculé. La période d’incubation extrinsèque revêt une grande importance en épidémiologie. En effet, sa durée dépend de l’espèce, de la souche du parasite, de l’arthropode et de facteurs liés au milieu (température, humidité…). Le cycle extrinsèque varie entre 2 et 15 jours en milieu tropical. N.B. : si la durée est trop longue, l’insecte meurt avant de devenir infectant. À l’inverse, si la durée du cycle extrinsèque est courte, la piqûre du vecteur infecté devient infectante, soit dès la piqûre suivante si cette durée est plus courte que la durée du cycle trophogonique, soit lors de la suivante. Plus le vecteur est âgé, plus celui-ci est dangereux car il aura fait plusieurs repas sanguins en augmentant le risque de s’infecter, on parle d’âge épidémiologiquement dangereux.

52Piège à adultes : piège destiné à évaluer la densité d’arthropodes adultes en recherche de repas sanguin. Le piège est généralement composé d’un élément attractant (appât vivant, oiseaux, mammifères), d’attractifs chimiques ou source lumineuse de longueurs d’onde plus ou moins spécifiques et d’un système de capture par aspiration. La capture peut également se faire directement sur appât homme ou animal.

53Piège pondoir : outil permettant la détection d’espèces de moustiques ayant comme sites de pontes des petits récipients, des feuilles engainantes ou des creux d’arbres. Le but est de fournir un site de ponte artificiel attractif pour l’espèce cible, stable (restant en place) et régulièrement en eau, localisé dans un environnement lui-même attractif (végétation dense, proximité d’hôtes). Par exemple, pour Aedes albopictus le piège est constitué d’un seau noir, étiqueté, contenant de l’eau (infusion préalable de bois sec), d’une pastille d’insecticide et d’un support de ponte constitué d’un carré de polystyrène. Ce piège permet avant tout de détecter la présence d’une espèce dans une zone indemne. Il peut éventuellement fournir des données sur la densité de l’espèce en zone colonisée si l’échantillonnage est correctement réalisé. Les pièges pondoirs sont souvent utilisés dans la surveillance des Aedes.

54Pour-on : formulation insecticide utilisée en médecine vétérinaire qui s’applique le long de la ligne du dos des animaux et qui, par la suite, est supposée diffuser sur l’ensemble du corps de l’animal.

55Processus : système d’activités corrélées ou interactives qui utilise des ressources pour transformer les éléments d’entrée en éléments de sortie (définition issue des normes ISO).

56Résistance : mécanisme génétique de tolérance de doses de substances toxiques qui exerceraient un effet létal sur la majorité des individus composant une population normale de la même espèce. Ou bien : « Apparition dans une population d’insectes de la faculté de tolérer des doses de substance toxique qui exerceraient un effet létal sur la majorité des individus composant une population normale de la même espèce » (OMS, 1957).

57Risk Trade-offs : échange de risque, traduit le transfert des événements dommageables d’une source à une autre à partir d’une action visant à réduire ces derniers (la LAV qui vise à réduire le risque vectoriel peut être la source de nouveaux risques, réels ou perçus).

58Solénophage ou « capillary feeding » : arthropodes hématophages ayant une trompe longue, perforante et cathétérisant les capillaires veineux pour absorber le sang. Ce groupe rassemble les punaises, les culicidés et les poux.

59Stade larvaire : période de développement pendant laquelle se succèdent les différentes mues larvaires chez les insectes.

60Suivi-Évaluation : combinaison du suivi et de l’évaluation qui permet d’obtenir les informations requises et de conduire la réflexion critique nécessaire à la bonne gestion du projet, à la satisfaction des obligations de redevabilité.

61Tableau de bord : représentation synthétique d’un ensemble d’indicateurs donnant à un responsable tous les éléments lui permettant de prendre visuellement et rapidement des décisions.

62Telmophage ou pool feeding : arthropodes hématophages ayant une trompe courte destinée à lacérer, dissocier puis absorber le sang accumulé dans un micro-hématome. Ce groupe rassemble les taons, les simulies, les cératopogonidés, les phlébotomes et les tiques. Ce processus permet également le prélèvement d’agents infectieux se trouvant hors du sang circulant, au niveau du derme.

63Transmission biologique : phénomène biologique impliquant la réalisation d’une phase du cycle évolutif d’un agent pathogène.

64Transmission mécanique : transmission se faisant lors de deux repas sanguins successifs séparés par un intervalle de temps très court (en général des repas interrompus). L’agent prélevé au cours de ce premier repas demeure au niveau des pièces buccales et est aussitôt réinjecté lors du second repas sanguin. Chez les vecteurs d’agents pathogènes de plantes il a été montré, dans le cas de la transmission non circulante (équivalent de la transmission mécanique), que la fixation de l’agent pathogène sur les pièces buccales était relativement spécifique, intervenant parfois par l’intermédiaire d’une protéine de la plante détournée par l’agent pathogène. Cette spécificité n’a pour l’instant jamais été recherchée chez les vecteurs d’agents pathogènes de vertébrés, et le dogme actuel suppose l’absence de spécificité. Ce mécanisme de transmission est très dépendant de la survie de l’agent pathogène dans les pièces buccales. Le virus du VIH-Sida n’est, par exemple, pas transmis mécaniquement par les arthropodes hématophages.

65Transmission verticale : décrit la transmission, en général de type trans-ovarien, d’un agent pathogène, en général un virus, d’une femelle à sa descendance. Cette transmission possède une grande importance épidémiologique car elle permet le maintien d’un virus dans un environnement défavorable à la transmission (saison froide en zone tempérée, saison sèche en zone tropicale) ; elle se produit pour de nombreux arbovirus. Elle est à opposer à la transmission horizontale « traditionnelle » : hôte-vecteur-hôte. N.B. : il existe également des cas de transmission trans-stadiale (persistance de l’infection malgré un changement de stade chez certaines tiques, par exemple). Dans quelques rares cas, il existe aussi une transmission sexuelle (infection d’une femelle par un mâle infecté, lors de l’accouplement). Les mâles ne prenant pas de repas sanguin chez les moustiques, la transmission sexuelle implique une transmission verticale.

66Ultra-Bas Volume : méthode d’épandage basée sur la dispersion d’un volume de bouillie ou de granulé insecticide inférieur à 5 l/ha.

67Virémie : période pendant laquelle l’agent pathogène est présent dans la circulation sanguine de l’hôte vertébré. Pour qu’un arthropode vecteur s’infecte lors d’un repas sanguin, la dose virale dans le sang doit atteindre un seuil d’infectivité donné. On peut parler aussi de bactériémie ou de parasitémie pour une bactérie ou un parasite.

68Zoonose : maladie animale transmissible à l’homme et inversement (c’est-à-dire maladie humaine transmissible à l’animal).

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search