Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lutte antiérosive

Introduction

Texte intégral

1De nombreux pays tropicaux connaissent un ensemble de circonstances ayant abouti à la dégradation du milieu naturel. Parmi les milieux les plus dégradés, les pays montagnards à forte population, vivant le plus souvent sur un foncier insécurisé, manquent aujourd’hui des produits indispensables à leur subsistance. Ils en sont arrivés à la dégradation accélérée des ressources naturelles, à la dégradation du potentiel de production des terres, à l’érosion des terres et la pollution des eaux avec des conséquences parfois dramatiques sur la biodiversité, l’alimentation des populations et l’économie de ces régions, aboutissant parfois au déséquilibre social.

2De plus, la succession de plus en plus rapprochée de tempêtes tropicales et de cyclones (peutêtre en relation avec le réchauffement climatique) y a entraîné l’appauvrissement extrême des populations rurales (due à la dégradation des terres) et la fragilisation des populations urbaines (inondations et dépôts de boues). Dans ce contexte, il faut se demander si les nombreux projets de lutte antiérosive qui ont été financés dans les Caraïbes et dans les autres régions tropicales, sont parvenus à préserver la qualité de l’eau au niveau des bassins versants et à améliorer la productivité des terres aménagées. Les experts de la FAO (Hudson, 1991) et les chercheurs qui présentent ici leurs résultats émettent un doute justifié par leurs observations dans divers pays du monde.

3Par ailleurs, la conservation des sols n’est pas seulement un problème technique : les populations bénéficiaires des aménagements sont directement concernées. Les aspects socioéconomiques, administratifs et culturels liés à l’érosion des sols vont orienter le choix des solutions proposées, l’acceptabilité des techniques par les populations et la durabilité des aménagements.

4Pour trouver des solutions acceptables à ces problèmes complexes, il faut des études intégrées interdisciplinaires couvrant diverses échelles d’espace et de temps : depuis les champs qui subissent l’érosion, à travers les bassins versants jusqu’aux rives de l’océan où sont concentrés les polluants dans les villes et les sites touristiques.

5Le cas de Haïti, mais aussi ceux de Madagascar ou du Maghreb, nous semblent très parlants : le défrichement des forêts pour la production de charbon de bois et de nourriture, a accéléré la dégradation de la fertilité des sols, le ravinement des versants et la pollution des eaux qui vont inonder les plaines habitées et déposer des tonnes de boues dans les villes. Ainsi, les études présentées dans cet ouvrage proviennent non seulement d’Amérique latine, mais aussi d’Asie et surtout d’Afrique et de Madagascar où de nombreux chercheurs ont exploré diverses techniques de gestion conservatoire de l’eau et de restauration de la productivité des sols. Compte tenu de l'extrême nécessité de générer des revenus complémentaires pour répondre aux besoins des millions de petites exploitations familiales, la majorité des parcelles cultivées, le plus souvent sans sécurité foncière et sur forte pente, sont peu protégées des effets dévastateurs des pluies les plus agressives.

6Nous nous proposions d’organiser en Haïti, milieu insulaire tropical francophone, un colloque international sur ce thème complexe de l’influence de la lutte antiérosive (LAE) sur la restauration de la productivité des sols et la protection contre les pluies surabondantes qui saturent les sols et provoquent des érosions et inondations catastrophiques.

7Un an plus tard, la situation à Port au Prince ne permet pas encore de réunir ce colloque. Nous avons donc décidé d’annuler ce colloque mais de publier une soixantaine de communications sélectionnées par un comité de lecture pour faire circuler les informations disponibles sur ce thème lié au développement durable des milieux ruraux et à la protection des villes en aval. Suite à l’envoi de 80 projets de communications, le comité d’organisation a sélectionné les six thèmes présentés ci-dessous et retenu 56 communications et une dizaine de communications brèves.

8Profitant de l’espace disponible sur ce DVD, nous avons ajouté aux communications une série de documents issus des réflexions des experts sur les réalisations de lutte antiérosive en Haïti. Ce DVD constitue donc aussi une ressource bibliographique très importante (plus de 1000 pages) pour les experts, les Ministères, les ONG, les étudiants et les chercheurs concernés par la gestion durable de l’eau et de la productivité des sols tropicaux.

9Thème 1 : Efficacité de la lutte antiérosive sur la restauration de la productivité des sols. Les divers processus d’érosion ont un impact variable sur la productivité des sols. Les techniques de Conservation des Eaux et des Sols (CES) ont pour objectif de gérer les eaux de ruissellement et de ralentir les transports solides dûs à l’érosion hydrique. Les techniques de lutte antiérosive n’entraînent pas forcément l’augmentation de la productivité des sols «  conservés ».

10Thème 2 : Influence de la lutte antiérosive (techniques culturales, structures antiérosives et reboisement) sur la dynamique de l’eau : de la parcelle au bassin versant. Fonctionnement hydrologique des bassins versants. Caractérisation des cyclones (fréquence, hauteur et intensité des pluies) et adaptation nécessaire des techniques de LAE. Stockage et recyclage du ruissellement : analyse de la valorisation des eaux de surface par les fossés, les banquettes, les terrasses, les seuils de ravines, les citernes et les lacs collinaires.

11Thème 3 : Les aspects agronomiques de la Gestion Conservatoire de l’Eau et des Sols (GCES). Gestion de la biomasse, utilisation des litières en surface, fumures organiques et minérales, rotations et cultures associées, billonnage et semis direct sous litière. Association agriculture - élevage : influences positives et négatives des systèmes et des conduites d’élevage.

12Thème 4 : Rôles des arbres dans la GCES en fonction du bilan hydrique régional. Reforestation des versants abrupts, agroforesterie, agro-vergers, production fourragère. Sélection d’espèces indigènes ou introduites.

13Thème 5 : Spatialisation des risques en fonction des différents types d’érosion (SIG, indicateurs, simulation). Validation des modèles à partir de mesures de terrain.

14Thème 6 : Aspects socio-économiques de la lutte antiérosive. Apports de la GCES à l’économie rurale des bassins versants, coût de l’érosion et des diverses techniques antiérosives, opportunités de développement, influence de la pression foncière et du mode de faire valoir sur l’acceptabilité des techniques de lutte antiérosive par les populations. Planification, participation et valorisation des aménagements. Rôles des politiques publiques dans la gestion de l'environnement.

Comité scientifique

15- Eric ROOSE, IRD, Montpellier (France),...

16- Hervé DUCHAUFOUR, Université d'Etat d'Haïti (Haïti)...

17- Abdellah LAOUINA, Université Mohamed V, FLSH, Rabat (Maroc)...

18- Pham QUANG HA, National Institute for Soils and Fertilizers (Vietnam)...

19- Simone RATSIVALAKA, Université d’Antananarivo (Madagascar) :...

20- Dieter KOENIG, Université de Koblenz (Allemagne) :...

21- Georges DE NONI, IRD, (Sénégal)...

22- Evens EMMMANUEL, Université de Quisqueya (Haïti) :...

23- Ophny Nicolas CARVIL, Faculté d'Agronomie et de Médecine Vétérinaire, Université d'État d'Haïti (Haïti) :...

24- Jean ALBERGEL, IRD, Kenya (Kenya) :...

25- Alain LARAQUE, IRD, Montpellier (France) :...

26- Jean-Marie FOTSING, IRD, Guyane (France) :...

27- Didier ORANGE, IRD-IMWI (Vietnam) :...

28- Michel BROCHET, IRC (France) :...

29- Christian VALENTIN, IRD, Bondy (France) :...

30- Khalef BOULKROUNE, Agence Universitaire de la Francophonie (France) :

Comité d’organisation

31- Hervé DUCHAUFOUR, ATF, Université d'’Etat d'Haïti (Haïti)

32- Eric ROOSE, IRD, Montpellier (France), coordonnateur du Réseau Erosion et GCES de l’AUF (France)

33- Evens EMMANUEL, Université de Quisqueya (Haïti)

34- Jacques BLAISE, doyen de la Faculté d'agronomie et de médecine vétérinaire, Université d'Etat d'Haïti (Haïti)

35- Jean Vilmond HILAIRE, Université de QUISQUEYA (Haïti),

36- Jean Marie THEODAT, directeur régional du bureau Caraïbes de l'AUF (Haïti)

37- Ophny Nicolas CARVIL, vice – doyen chargé de la recherche à la Faculté d'agronomie et de médecine vétérinaire, Université d'Etat d'Haïti (Haïti)

38- Jocelyn LOUISSAINT, directeur des Affaires extérieures à la Faculté d'agronomie et de médecine vétérinaire, Université d'Etat d'Haïti (Haïti)

39- Bernard SMOLIKOWSKI, attaché de coopération pour le développement, Scac/Ambassade de France (Haïti)

40- Khalef BOULKROUNE, Agence universitaire de la francophonie, AUF (France)

41- Ogé PIERRE LOUIS, directeur de la Direction des ressources forestières et des sols, ministère de l’Agriculture, des Ressources Naturelles et du Développement Rural (MARNDR – Haïti)

42- Myrlène CHRYSOSTOME, USAID (Haïti)

43- Yves DUPLAN, PNUD (Haïti)

44- Paul VERMANDE, coordonnateur du Réseau Développement Durable et Environnement/AUF (France)

© IRD Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540