Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lutte antiérosive

Préface

Georges De Noni

Texte intégral

1En Haïti, plus de 80 % de la population vit sous le seuil de pauvreté. L’indice de développement humain de la Banque Mondiale classe le pays au 145ème rang sur 169 pays. Les deux tiers des Haïtiens sont touchés par le chômage ou le sous-emploi. Haïti importe 60 % de ses besoins alimentaires et 80 % du riz qu'il consomme. Plus d'un Haïtien sur quatre est sous alimenté.

2Pourquoi la première république noire, Haïti, qui a fait figure d’exception en Amérique latine, qui fut le plus important fournisseur de cacao, de sucre, de café et de coton pour l’Europe, s’est-elle déviée des valeurs portées par Toussaint-Louverture et fait partie aujourd’hui des pays les plus pauvres du monde ?

3Force est d’admettre que l'économie haïtienne est affectée fréquemment par une succession d’aléas, d’origine climatique pour les plus récurrents (ouragans, cyclones, inondations) : avant le séisme de 2010, les catastrophes climatiques ont tué en 2008 plusieurs centaines de personnes et causé plus de 200 millions de dollars US de dégâts. L'insécurité alimentaire qui en résulte, concerne trois millions de personnes : l'autosuffisance alimentaire n'est plus assurée dans ces conditions. Les effets de la déforestation massive, résultant de la surpopulation paysanne pour cultiver de nouvelles terres et produire du charbon de bois, s’ajoutent à ces aléas pour contraindre le développement économique. L’environnement est très dégradé et l’érosion des sols dramatique.

4C’est au regard de ce contexte que l’équipe du Réseau Erosion-GCES (Gestion conservatoire de l’eau et des sols) de l’AUF a proposé, après les réunions d’Antananarivo (2004), Marrakech(2006) et Hanoï (2008), d’organiser un nouveau colloque scientifique à Port-au-Prince pour traiter spécifiquement ce type de problématique. La question principale peut s’énoncer de la façon suivante : les techniques de lutte antiérosive (LAE) sont-elles capables de restaurer la productivité des sols et de protéger les bassins-versants des effets des pluies exceptionnelles ? Cette question est cruciale parce qu’elle se pose directement en Haïti, mais aussi parce qu’elle est d’actualité pour d’autres pays et continents aux caractéristiques proches : versants volcaniques d’Amérique latine, massifs montagneux du Maghreb, et collines surpeuplées d’Afrique de l’Est, de Madagascar et d’Asie.

5Mais le séisme qui frappe l'île en janvier 2010 engendre horreur et drame : 250.000 morts en 30 secondes, des milliers de personnes disparues et 1500 000 sans abri. La ville de Port au Prince est quasi détruite, la communauté internationale tardant à la reconstruire face à l’ampleur du désastre. Aujourd’hui, le colloque initialement prévu en avril 2010 est annulé mais son objectif demeure entier, toujours d’actualité !

6L’édition de ce DVD permet ainsi de mettre à disposition les textes et les résultats qui auraient du être présentés au colloque à la communauté scientifique haïtienne et internationale ainsi qu’aux décideurs politiques ou économiques : 56 documents ont été retenus, ventilés en 6 parties : 1) Efficacité de la LAE sur la restauration de la productivité des sols. 2) Influence de la LAE sur la dynamique des eaux, de la parcelle aux bassins versants. 3) Aspects agronomiques de la gestion durable de l’eau, de la biomasse et de la fertilité des sols (GCES). 4) Rôles des arbres dans la GCES. 5) Spatialisation des risques d’érosion (SIG, indicateurs, simulation de pluies) et 6) Les aspects socioéconomiques de la LAE.

7Ce DVD est aussi un apport à l’action de l’AIRD (Agence Inter-Etablissement de Recherche pour le Développement) pour la refondation du système de l’enseignement supérieur et de la recherche d’Haïti, une mission de coordination de la réponse française confiée à cette Agence par le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche. La problématique soulevée dans le DVD concerne à la fois la communauté universitaire et celle de la recherche, deux secteurs essentiels pour reconstruire le pays mais encore trop faibles qualitativement et quantitativement : dispersion des établissements d’enseignement supérieur, formations généralistes jusqu’à la licence et une recherche publique presque inexistante. Ce DVD constitue un outil concret pour aider à concevoir des enseignements, à programmer des ateliers de recherche et à former l’élite universitaire et scientifique dont le pays a besoin.

© IRD Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540