Version classiqueVersion mobile

La lutte antivectorielle en France

 | 
Didier Fontenille
, 
Christophe Lagneau
, 
Sylvie Lecollinet
, 
et al.

Les outils d’anticipation

La recherche : un gage de succès pour la lutte antivectorielle1

Texte intégral

  • 1 Dans ce chapitre, les références au CD-ROM concernent la question 13 de l’expertise : « Comment la (...)

1L’histoire de la recherche en lutte antivectorielle est parsemée de succès et d’échecs dont il serait utile de tirer les leçons. L’un des principaux succès est le programme de lutte contre l’onchocercose, en Afrique de l’Ouest. À l’origine de cette réussite : des recherches intensives sur les espèces de simulies vectrices et sur leur biologie, sur les insecticides utilisables et sur les stratégies de rotation de produits, le tout accompagné d’efforts financiers et humains considérables pendant plus de trente ans. Une approche pionnière, car très multidisciplinaire, a permis de contrôler la transmission de la maladie, au point qu’à ce jour, elle ne constitue plus un problème de santé publique.

2Inversement, la tentative d’éradication mondiale du paludisme par la lutte antivectorielle conduite de 1955 à 1968 s’est soldée par un échec en zone tropicale (voir CD-ROM). Plus récemment, l’introduction et la diffusion du virus du Nil occidental (VWN) aux États-Unis ont révélé le déficit de connaissances. Il en va de même en ce qui concerne l’épidémie récente (2005-2006) de chikungunya à la Réunion.

3D’une manière générale, la lutte antivectorielle s’appuie sur des recherches finalisées, mais suscite parfois des questions plus fondamentales. Les outils performants aujourd’hui mis en œuvre (moustiquaires imprégnées d’insecticides, pièges visuels à glossines…) sont souvent le fruit de recherches menées en amont dans de nombreuses disciplines. Elles relèvent des sciences de l’ingénieur, des sciences biologiques, de la chimie, de l’épidémiologie, des biomathématiques… mais aussi des sciences humaines et sociales ainsi que des sciences économiques et politiques.

DE LA CONNAISSANCE DES VECTEURS AUX OUTILS DE LUTTE

4Si l’on en croit l’adage selon lequel il faut connaître ses ennemis pour les combattre efficacement, les recherches sur la surveillance des vecteurs, sur les produits biocides et sur les équipements et matériaux doivent évidemment s’appuyer sur une bonne connaissance de la biologie des vecteurs.

La biologie des vecteurs

5La biologie des vecteurs comporte des recherches « systématique » et en « biologie des populations ».

Systématique

6L’un des préalables à la lutte antivectorielle est de savoir identifier les vecteurs et de les situer dans un contexte évolutif. Pour fixer les idées, rappelons que près de 900 000 espèces d’insectes sont aujourd’hui répertoriées, soit plus de 80 % des espèces animales décrites à ce jour. Près de 10 000 nouvelles espèces d’insectes sont publiées chaque année, et l’on estime entre deux et trente millions le nombre d’espèces encore à découvrir. Or, au fur et à mesure des observations, il est apparu que la plupart des vecteurs appartenaient à des complexes d’espèces morphologiquement similaires mais génétiquement différentes et isolées au plan de la reproduction.

7En matière de taxonomie, des logiciels d’identification à entrées multiples pallient désormais aux déficiences et à la subjectivité des clés dichotomiques classiques. Il a également été mis au point des outils moléculaires, essentiellement fondés sur la PCR, qui permettent d’identifier la majorité des taxons. Ainsi, en Tanzanie et en Afrique du Sud, alors que la présence de moustiques persistait après traitement insecticide, il s’est avéré (au vu de tests par PCR) que seuls des individus d’Anophele parensis, d’Anophele rivulorum ou d’Anophele vaneedeni, du même groupe que Anophele funestus mais exophiles et non vecteurs, s’étaient maintenus alors que Anophele funestus avait bien été contrôlé. La pratique du séquençage d’ADN ribosomique, d’ADN mitochondrial, ou d’intron et exons de gènes nucléaires permet d’affiner la phylogénie et la phylogéographie de nombreuses espèces de vecteurs. Il a ainsi été montré qu’en Camargue, les populations d’Anophele hyrcanus et d’Anophele pseudopictus constituaient une seule espèce.

Biologie des populations de vecteurs

8Aujourd’hui, les mécanismes génétiques de la compétence vectorielle commencent aussi à être connus, grâce à la génétique quantitative appliquée aux insectes et aux outils de génomique fonctionnelle. C’est chez Anophele gambiae, vecteur majeur de Plasmodium humain en Afrique, que les connaissances progressent le plus vite. Les études ont montré que ce moustique, comme les autres insectes, développe une immunité cellulaire impliquant des processus de mélanisation et de phagocytose par des hémocytes, ainsi qu’une immunité humorale via des peptides antimicrobiens. Son génome complet a été séquencé et en partie annoté (voir CD-ROM pour d’autres vecteurs et agents infectieux).

9Mais une avancée conceptuelle majeure en entomologie est la prise en compte de la dynamique du système vectoriel dans son ensemble, autrement dit du système composé des populations de vecteurs, de parasites et d’hôtes, tous adaptés à un moment donné à un environnement lui-même changeant. L’étude des vecteurs devient alors une composante de l’éco-épidémiologie. Les progrès considérables en génétique des populations de vecteurs accomplis récemment ont permis de mieux comprendre les liens entre chacun des acteurs du système et de mieux appréhender l’importance de phénomènes de co-adaptation et de co-évolution.

10De nombreuses recherches ont notamment été conduites sur l’adaptation physiologique, génétique, morphologique et comportementale des vecteurs à des environnements en évolution, en particulier suite à des changements climatiques et environnementaux. Les résultats obtenus portent, entre autres, sur le choix du partenaire sexuel des vecteurs, le choix du gîte de repos et du gîte larvaire des moustiques, l’identification de gènes impliqués dans ces comportements et la compréhension des mécanismes de leur expression. Ils doivent pour une grande part aux nouveaux outils de biologie moléculaire, mais aussi au regain d’études descriptives et explicatives sur les comportements et les traits de vie des vecteurs (voir CD-ROM).

11La composante socio-anthropologique est également mieux intégrée. Il apparaît, par exemple, que le développement et l’expansion de la dengue en Asie, en Amérique du Sud et dans les Caraïbes sont fortement corrélés à l’urbanisation et au niveau de vie. De même, les phénomènes de recolonisation des habitations par des triatomes sylvestres, vecteurs de la maladie de Chagas, permettent d’expliquer la persistance de la transmission après lutte antivectorielle.

La surveillance des vecteurs

12La surveillance des vecteurs, grâce à des pièges de capture notamment, vise à détecter la présence d’un vecteur ou d’une population donnée (introduction d’un vecteur exotique dans une zone jusque-là « indemne »…) ou bien à déterminer l’abondance des vecteurs dans le but d’estimer le risque de transmission (voir l’encadré sur « Les paramètres clés de la transmission » dans le chapitre « De l’évaluation des risques vectoriels à l’évaluation du risque épidémique »). Dans le premier cas (détection de présence), les pièges doivent être aussi sensibles que possible. Dans le second (évaluation d’abondance), les pièges doivent refléter la diversité et la quantité d’insectes se gorgeant naturellement sur les hôtes d’intérêt.

13La littérature est très riche de descriptions de méthodes de piégeage. L’histoire de celles utilisées pour les glossines africaines (mouche tsé-tsé), vecteurs de la maladie du sommeil, illustre parfaitement la manière dont la recherche permet de progresser (voir l’encadré).

Évolution des pièges à glossines
■ Les premières méthodes de captures des glossines étaient rudimentaires, mais relativement efficaces : captureurs, écrans imprégnés de glue.
■ 1930 : premier piège à glossine. Ce piège Harris est une enceinte surmontée d’une cage pourvue d’un dispositif antiretour.
■ Années 1970 : les pièges vont fortement évoluer grâce à des études sur le comportement des glossines vis-à-vis des animaux, des odeurs, des couleurs… Les observations révèlent notamment que : la forme et la taille du piège influent sur la capture (une seule forme ne peut être efficace pour toutes les espèces de glossines), certaines espèces sont sensibles aux mouvements (d’où l’utilisation de véhicules porteurs de grilles électrifiées), les glossines sont capables de distinguer les couleurs (certaines étant attractives, comme le bleu royal), certaines glossines sont sensibles aux odeurs (différentes substances peuvent être utilisées)…
■ Ces observations vont aboutir, entre autres, au piège biconique bleu et noir de Challier-Laveissière, simple, léger, pliable, bon marché et efficace surtout pour les glossines des galeries forestières, et au piège cubique bleu de Flint utilisable à poste fixe contre les glossines de savane.

14Les travaux des scientifiques permettent notamment de concevoir des pièges les mieux adaptés aux objectifs de surveillance : pièges avec ou sans appât animal, pièges ciblant seulement les femelles, pièges à oviposition… (voir détails sur CD-ROM).

Les produits biocides

15Les produits biocides, pour être efficaces, doivent évoluer en permanence du fait des résistances ou de l’adaptation des vecteurs. La législation impose également l’abandon d’un certain nombre d’entre eux.

Les nouveaux insecticides

16Suite à la mise en application de la directive 98/8/CE, la plupart des anciens biocides efficaces et peu coûteux (les organophosphorés et les carbamates en général), non notifiés ou non soutenus par leur fabricant, ont disparu (le téméphos, le malathion) ou sont en passe de l’être (fénitrothion). Quant au développement de nouveaux produits, l’un des freins semble tenir au caractère non prioritaire de ce marché aux yeux des fabricants, du fait de sa faible rentabilité.

17Des considérations de coût, d’acceptabilité, de sécurité et plus récemment de respect de l’environnement ont toutefois conduit les industriels, les instituts de recherche et les agences internationales à proposer de nouvelles molécules telles que des insecticides d’origine biologique : Bacillus thurigiensis israelensis (Bti), efficace contre les simulies et certains moustiques, B. sphaericus (Bs), actif contre les moustiques du genre Culex, le spinosad, de la famille chimique des naturalites issues de bactéries actinomycètes, ou encore des pyréthrinoïdes, peu toxiques contre les homéothermes, et enfin des régulateurs de croissance, mimétiques d’hormones d’insectes (voir l’encadré).

18Reste qu’à ce jour, peu de pistes réellement innovantes sont explorées. On note quelques essais en cours sur des substances naturelles telles que des huiles essentielles ou des extraits de plantes (géraniol). Des laboratoires de recherche travaillent sur de nouveaux biocides (chimiques ou bactériens) issus de criblage sur des cibles spécifiques d’arthropodes nuisibles. Quelques-uns ont donné lieu à des dépôts de brevets. Mais le lien entre la recherche en laboratoire et les industries agrochimiques ne s’établit pas facilement. En outre, le développement et la mise sur le marché d’un nouveau produit sont très chers et pas nécessairement rentables pour l’industriel.

Insecticides utilisables en France en bref
Le malathion, le téméphos et le fénithrotion ne sont plus autorisés en Europe.

Larvicides
Bti et Bs
– Utilisation : un spectre toxicologique très favorable et d’une grande sélectivité.
– Limites : le Bti agit sur la majorité des espèces de Culicidés, le Bs est plus spécifique des Culex et des Anophèles.
– Évolutions : diversification des formulations en fonction de la diversité des situations de terrain.
■ Diflubenzuron
– Action : inhibiteur de développement.
– Utilisation : peu ou pas utilisé jusqu’à présent, en raison de son mode d’action ne se manifestant qu’au moment des mues.
– Limites : effets non négligeables invertébrés.
– Usages potentiels : plutôt contre les espèces vivant en milieu urbain, mélanges extemporanés avec d’autres larvicides à évaluer.
■ Pyriproxifène et S-méthoprène
– Action : mimétiques de l’hormone de croissance.
– Utilisation : efficace à très faible concentration. Peu ou pas utilisé jusqu’à présent en raison de leur mode d’action ne se manifestant qu’au moment de l’émergence.
– Limites : effets à évaluer sur les invertébrés aquatiques non-cibles en cours de développement.
– Évolution : plutôt en milieu urbain (longue persistance d’action), mélanges extemporanés avec d’autres larvicides à évaluer.
■ Spinosad
– Action : altérations du système nerveux de nombreux insectes.
– Utilisation : homologué dans certains États membres contre les insectes déprédateurs (agriculture), usage comme larvicide anticulicidien en cours d’évaluation.
– Limites : premières évaluations peu encourageantes pour un usage en milieu naturel en raison des effets sur les invertébrés aquatiques non-cibles.
Imagocides
– Usages éventuels : dans les programmes de démoustication ou de lutte antivectorielle.
– Limites : peu sélectifs de l’entomofaune non-cible.
– Évolutions : plus d’une vingtaine de molécules soutenues au niveau communautaire (Union européenne).
■ Deltaméthrine
– Usages : pour le traitement spatial et le traitement résiduel.
– Évolutions : une formulation sous forme d’émulsion aqueuse est commercialisée.
Essais d’efficacité et de sélectivité en cours en vue de remplacer le fénitrothion.
■ Autres pyréthrinoïdes notifiés
– Usages : pourraient entrer dans la composition de produits destinés à des traitements imagocides intradomiciliaires non spécifiés (insectes/arthropodes nuisants, commensaux de l’être humain).
– Limites : coût de leur homologation, résistance croissante aux pyréthrinoïdes (Kdr, résistance croisée avec celle du DDT).
Produits nécessitant des recherches
Pyrèthre naturel (très photolabile et allergisant), étofenprox (un pyréthrinoïde non esterifié), naled, un des rares organophosphorés notifié (adulticide en traitement spatial), extraits naturels de plantes et huiles essentielles comme répulsifs ou insecticides…

Sensibilité et résistance aux insecticides

19De nombreux vecteurs sont devenus résistants aux insecticides. La gestion des résistances aux insecticides passe par leur caractérisation. La résistance est un phénomène adaptatif. Elle apparaît généralement dans une zone restreinte, mais elle peut s’étendre rapidement par migration active et, surtout, par migration passive puisque les moustiques peuvent se propager très loin de leur habitat via les avions ou bateaux. Leur adaptation génétique est plus ou moins efficace selon les gènes mutés, la nature des mutations et la pression de sélection exercée.

20Des progrès considérables ont été réalisés ces dernières années concernant la compréhension des mécanismes génétiques, dont deux grands types ont été mis en évidence au sein des populations de moustiques. Le premier, appelé résistance métabolique, correspond à une détoxification accrue de l’insecticide par des enzymes qui le piègent et/ou l’inactivent avant qu’il n’atteigne sa cible. Le second correspond à la mutation des cibles du produit qui modifient leur conformation et leur affinité pour celui-ci.

21L’élucidation de ces mécanismes ne peut qu’améliorer la lutte antivectorielle. En particulier, la construction de souches résistantes en insectarium à fond génétique contrôlé permet d’attribuer, à une mutation contrôlée, des niveaux de résistance à différents insecticides. La mise au point de tests de détection de ces mutations (détection biochimique ou moléculaire) offrira la possibilité de mesurer leur fréquence en populations naturelles. Ces fréquences seront corrélées à des facteurs environnementaux (traitements biocides, données écologiques…) et à des facteurs génétiques (voir détails sur CD-ROM).

Répulsifs et associations insecticides-répulsifs

22Le caractère polluant des insecticides et le développement de résistances aux insecticides ont conduit les industriels, les instituts de recherche et les agences internationales à s’intéresser aux répulsifs. Ces molécules, couramment utilisées pour la protection personnelle contre les piqûres d’insectes, font l’objet d’un regain d’intérêt en santé publique. Trois stratégies de lutte sont actuellement étudiées : l’utilisation des répulsifs en application cutanée seuls ou en complément de l’utilisation communautaire de moustiquaires ou de matériaux imprégnés, l’imprégnation de matériaux avec des répulsifs seuls, et l’utilisation de combinaisons répulsifs-insecticides à des doses réduites pour l’imprégnation de matériaux (pour en savoir plus sur les résultats obtenus, voir CD-ROM).

23Néanmoins, la recherche concernant les répulsifs et leur utilisation en santé publique n’en est qu’à ses débuts. Des recherches fondamentales concernant l’olfaction et les effets des répulsifs sur le système nerveux des insectes s’avèrent indispensables et urgentes. Des études sont actuellement menées sur des petites molécules qui fonctionneraient comme antagonistes des récepteurs chimio-sensoriels des moustiques et qui seraient ainsi en mesure de détruire leur système olfactif. Ces répulsifs de deuxième génération pourraient remplacer le DEET et la Picaridine, utilisés depuis des années. Parallèlement, l’identification de molécules agonistes ou antagonistes aux récepteurs à CO2 présents chez les moustiques ouvre la voie à la mise au point de nouvelles substances.

24Par ailleurs, les répulsifs étant extrêmement volatiles, le problème se pose de leur rémanence sur les matériaux imprégnés. Une étroite collaboration entre chimistes, biologistes et industriels s’impose pour entreprendre des recherches visant à formuler des substances qui répondent à des caractéristiques de rémanence bien définies, notamment à longue durée d’action. Il est en outre indispensable, comme pour toute nouvelle molécule, d’étudier la toxicologie des produits, seuls ou en combinaison. Enfin, leur efficacité, seule ou en combinaison avec d’autres moyens de lutte, doit être mesurée au niveau des populations sur le terrain. Il s’agit de questions de recherche en santé publique qui impliquent, lors de la mise en œuvre d’un programme de lutte, des protocoles d’évaluation comparatif expérimental ou quasi expérimental. Un groupe de travail a été mis en place en 2008 par la DGS pour aborder ces questions.

Effets indésirables

25Les biocides sont évidemment susceptibles d’entraîner des effets néfastes non intentionnels sur l’environnement, dont l’étude relève de l’écotoxicologie, mais aussi sur l’homme et sur l’animal, dont l’analyse nécessite notamment des recherches en toxicologie. On peut en particulier voir apparaître des phénomènes de résistance à certaines familles d’insecticides ou, encore, de changement de comportement (évitement). Parallèlement, la pression exercée par l’emploi intensif d’insecticides et la diminution d’abondance d’un vecteur peuvent entraîner une augmentation de la sévérité des maladies du fait de la perte d’immunité. Tous ces aspects sont abondamment traités dans le chapitre « Effets non intentionnels ».

Pesticides en agriculture versus résistance des vecteurs

26L’utilisation d’insecticides en agriculture peut se traduire par deux effets directs sur les populations d’insectes vecteurs : par une action non spécifique, ces insecticides tuent également les vecteurs, mais, de manière plus préoccupante, ils sélectionnent l’apparition de résistances chez ces derniers en créant une pression de sélection.

27Après quarante ans d’utilisation intensive d’insecticides organochlorés (OCs) et organophosphorés (OPs) en agriculture (coton notamment), les experts de l’OMS et de la FAO reconnaissaient à la fin des années 1980 l’évidence d’une sélection des insectes vecteurs de maladies par les pratiques phytosanitaires agricoles. Typiquement, sur les 48 espèces d’anophèles devenues résistantes, des populations appartenant à treize d’entre elles étaient présumées avoir été sélectionnées par les insecticides agricoles (voir d’autres exemples sur CD-ROM). En outre, lorsque les traitements agricoles co-existent avec des opérations de lutte antivectorielle, leur importance relative sur le processus de sélection n’est pas toujours évidente.

28L’identification puis le suivi du gène de résistance aux organochlorés et aux pyréthrinoïdes (gène kdr) dans les populations anophéliennes ont confirmé la continuité du processus de sélection des anophèles par les traitements agricoles en Côte d’Ivoire et au Burkina Faso (voir d’autres exemples et la littérature sur le sujet sur CD-ROM). Il existe aujourd’hui des alternatives chimiques aux pyréthrinoïdes en agriculture (spinosad, indoxacarb, régulateurs de croissance), mais aussi d’autres stratégies de protection (coton biologique, variétés génétiquement modifiées), susceptibles de réduire considérablement l’impact des pratiques agricoles sur la sélection des vecteurs du paludisme. Une cartographie régionale de la résistance des populations anophéliennes en fonction des stratégies utilisées dans les différents systèmes de culture permettrait de confirmer cette hypothèse.

29En ce qui concerne les engrais, notamment les engrais modernes de type NPK (azote, phosphore, potassium), ils peuvent posséder des propriétés attractives vis-à-vis des femelles gravides d’Aedes aegypti à certaines concentrations : il semblerait que le pouvoir attractif induit par la combinaison NPK repose sur une proportion précise de ses éléments constitutifs. La vigilance à exercer concerne aussi les zones résidentielles où jardins, plantes en pot… sont nombreux et reçoivent des engrais. Ainsi, pour Aedes albopictus, vecteur du virus chikungunya, les gîtes de prédilection en milieu urbain sont précisément les soucoupes situées sous les pots de fleurs. Sur toutes les cultures, l’utilisation des engrais se combine aux traitements insecticides.

30Les principaux mécanismes de résistance aux insecticides sont soit des mutations de cible, soit des résistances métaboliques, lesquelles correspondent à une détoxification accrue des pesticides et polluants par des enzymes (pour en savoir plus, voir CD-ROM). Il ne faut donc pas s’étonner que dans les grandes métropoles tropicales, Culex quinquefasciatus, observé dans les gîtes les plus pollués, soit devenu fortement résistant à la plupart des familles d’insecticides chimiques, alors qu’il ne fait généralement pas l’objet de campagne de lutte par des pesticides et polluants. Cela est d’autant plus préoccupant que l’on assiste depuis peu à une colonisation croissante de gîtes anthropiques et pollués en milieu urbain tropical par certains vecteurs majeurs comme Anophele gambiae, vecteur du paludisme en Afrique.

Équipements et matériaux

31Chaque élément matériel utilisé pour la lutte antivectorielle doit soigneusement être étudié et dimensionné à des fins d’efficacité, mais aussi de limitation des effets non intentionnels.

32En ce qui concerne les équipements de pulvérisation et les conditions de traitement, les recherches visent notamment à les optimiser au regard des nouvelles exigences en matière d’hygiène et de sécurité. Pour les EPI, des améliorations possibles concernent leur ergonomie, compte tenu de la pénibilité du travail en zones humides ou en milieux confinés (voir CD-ROM). Une autre amélioration, fruit d’une collaboration entre l’EID Méditerrannée et l’Institut de recherche pour l’ingénierie de l’agriculture et de l’environnement (Cemagref, Montpellier) porte sur la mise en place de DGPS (Differential Global Positioning System) embarqués et l’enregistrement des débits avant la sortie de la buse. Ces deux organismes associent également leurs efforts pour développer des générateurs de gouttelettes susceptibles d’optimiser l’épandage de Bti par voie aérienne.

33Les épandages aériens sont toutefois confrontés à l’image défavorable de leur usage dans l’agriculture. Ils ne pourront donc être maintenus qu’accompagnés de mesures rigoureuses (preuve de leur efficacité, meilleure maîtrise possible des paramètres de traitement). Des essais sont ainsi en cours, sous la houlette de l’EID Rhône-Alpes et de l’EID Méditerranée (voir plus de détails sur CD-ROM). En tout état de cause, que les traitements se fassent à partir de véhicules bâchés ou par voie aérienne, leur efficacité doit faire l’objet d’une évaluation, dans le temps et dans l’espace (voir le chapitre 3 sur l’évaluation de la lutte antivectorielle).

34En ce qui concerne les matériaux imprégnés (rideaux moustiquaires…), ils semblent encore être, à ce jour, les plus efficaces (et d’un coût modique), notamment dans le cas du paludisme. Des vêtements imprégnés de pyréthrinoïdes ou de répulsifs et résistant à plusieurs lavages en sont au stade de l’évaluation. Plusieurs essais réalisés à l’échelle opérationnelle ont, par exemple, montré que les moustiquaires imprégnées réduisent d’environ 50 % la morbidité palustre et de 20 % la mortalité des enfants de moins de 5 ans. L’utilisation des matériaux imprégnés à grande échelle est largement soutenue par l’OMS et est intégrée dans la quasi-totalité des programmes nationaux de lutte contre le paludisme.

35Parmi les thèmes de recherches actuels : des moustiquaires de troisième génération (d’efficacité insecticide pendant toute leur durée de vie), mais aussi des produits de substitution aux pyréthrinoïdes (les seuls usités car peu toxiques pour l’homme), vis-à-vis desquels les vecteurs ont développé des résistances. Il s’agit également de mieux comprendre le comportement du vecteur (identification de l’hôte et piqûre) pour développer des outils plus efficaces.

MÉTHODES ET STRATÉGIES DE LUTTE

36Comment évaluer les risques d’épidémie ? Quelles stratégies adopter (lutte génétique, biologique…) ? Pour répondre, il faut là encore s’appuyer sur des résultats de recherches ou en engager de nouvelles.

Les indicateurs entomologiques et épidémiologiques

37Les relations entre indicateurs entomologiques et épidémiologiques fournissent des informations indispensables pour l’amélioration de la gestion des plans de lutte, pour l’alerte et pour la planification de la réponse. D’où la nécessité de programmes de recherche visant à évaluer et à valider différents indicateurs, ce qui suppose une collaboration très étroite entre les services d’entomologie, les organismes de surveillance et des équipes de recherche en épidémiologie, en biostatistique et en modélisation. À terme, l’idée est de partager des outils communs de collecte d’informations géoréférencées.

38Les outils de télédétection peuvent aujourd’hui contribuer au suivi d’indicateurs. Par exemple, le ministère de la Santé argentin a donné mandat à son agence spatiale nationale, la Comisión Nacional de Actividades Espaciales (Conae), pour développer des applications de télé-épidémiologie, en collaboration avec le Cnes, France, et pour intégrer les produits spatiaux dans le système de surveillance des épidémies. L’objectif est de les utiliser dans un système d’alerte précoce, c’est-à-dire d’être capable de déceler une évolution des conditions environnementales et climatiques éventuellement propices à la production de vecteurs et de produire des cartes de risques (à destination des décideurs et opérationnels). Le Cnes est également impliqué dans le suivi de la fièvre de la vallée du Rift au Sénégal, ainsi que dans un programme sur le paludisme urbain à Dakar, sur le suivi de la dengue en Argentine et sur la détection de zones impaludées au Brésil (pour en savoir plus, voir CD-ROM).

L’évaluation des risques

39L’évaluation des risques doit, entre autres, tenir compte de ceux liés aux changements climatiques globaux, mais aussi des risques d’importation, via les transports notamment. Actuellement, les indicateurs de risque sont mal définis, ce qui empêche d’anticiper des épidémies éventuelles (voir CDROM). D’où l’intérêt du projet européen Eden qui associe plusieurs équipes de l’IRD, du Cirad, de l’EID, du CNRS et des universités pour réaliser des études et pour développer des modèles de risque (par exemple, pour le paludisme en Camargue). Une étude de risque de fièvre de la vallée du Rift (RVF) à Mayotte et à la Réunion a été conduite en 2008 à l’initiative de l’Afssa. Un groupe d’experts coordonné par l’Afssa donne des avis, sur saisine ou auto-saisine, sur les réglementations, les risques et les interventions liées à la fièvre catarrhale ovine en France. L’ECDC a commandé une étude des risques de maladies vectorielles au niveau européen et un rapport réalisé par un consortium international a été remis fin juillet 2008.

La lutte génétique

40Elle a déjà donné lieu à quelques succès (mouche myasigène Cochliomyia hominivorax, par exemple, à Zanzibar). De nouveaux projets de recherche visant à évaluer la faisabilité de lâcher des mâles stériles d’Anophele arabiensis, vecteur du paludisme, et d’Aedes albopictus, vecteur de la dengue, et du chikungunya sont en cours d’élaboration à l’île de la Réunion, ainsi qu’au Soudan et en Italie. Par ailleurs, la maîtrise récente de la transgenèse chez les moustiques, l’identification progressive de gènes d’intérêt et le développement de colonies d’insectes génétiquement réfractaires à divers agents pathogènes laissent entrevoir l’utilisation possible de moustiques génétiquement modifiés incapables de transmettre des virus ou des parasites à l’Homme. D’autres pistes sont également explorées, en particulier des techniques de paratransgenèse, mettant à profit la présence de bactéries symbiotiques (par exemple, de type Wolbachia). L’utilisation de moustiques transgéniques nécessite évidemment des recherches approfondies en amont pour s’assurer de la faisabilité de l’approche.

Les moyens

41L’utilisation des Wolbachia, des protéobactéries endocellulaires très répandues chez les arthropodes, a été expérimentée pour la première fois dans les années 1970. Chez les moustiques, elles provoquent des incompatibilités cytoplasmiques (IC) qui conduisent à une mort prématurée des embryons (voir les mécanismes sur CD-ROM). Des expériences sont actuellement en cours pour infecter des moustiques qui ne le sont pas naturellement dans le but de les rendre incompatibles avec les populations naturelles.

42Les recherches en la matière permettent d’envisager, à terme, une lutte génétique fondée sur les incompatibilités cytoplasmiques, au moins contre certaines espèces et dans certaines régions du monde. Le séquençage du génome de Wolbachia de différentes espèces contribuera à améliorer notre connaissance des gènes impliqués dans les phénomènes d’incompatibilité. Ces études génomiques pourraient ainsi conduire à identifier de nouveaux produits biocides.

La lutte biologique

43La lutte biologique consiste à utiliser des ennemis naturels des insectes. Ils comprennent les poissons et insectes prédateurs, et les parasites ou agents entomopathogènes. Parmi les premiers, on trouve les poissons larvivores et certains insectes aquatiques entomophages (voir CD-ROM). Parmi les seconds, on peut relever certains nématodes parasites (Ramanomermis cuilcivorax essentiellement, d’autres étant en évaluation) ou des virus entomopathogènes, mais dont l’utilisation en opérationnel est difficile à mettre en place. Les microsposridies ne présentent en revanche pas de réel intérêt. Quant aux champignons, plusieurs espèces font figure de candidats potentiels pour la lutte contre les moustiques. Restent les bactéries entomopathogènes qui possèdent un pouvoir entomopathogène si élevé que leur action peut être assimilée à celle d’un insecticide : elles sont utilisées depuis plusieurs années (voir CD-ROM).

LES RECHERCHES EN SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES

44Les recherches en sciences humaines et sociales dans le domaine de la lutte antivectorielle englobent de très nombreuses disciplines. La plupart du temps, elles sont d’ailleurs conduites dans le cadre de programmes à caractère interdisciplinaire. Les grandes disciplines des sciences humaines et sociales convoquées sont essentiellement la géographie, l’histoire, les sciences sociales et politiques, la psychologie, l’anthropologie, l’économie.

Géographie, histoire, psychologie…

45Autant d’approches disciplinaires à ne pas négliger. La géographie, en liaison avec l’aménagement des territoires (urbains ou agricoles), intervient de manière essentielle : inscription dans l’espace des processus biologiques et humains, notion de territoire, d’échelles, de méthodes d’analyse spatiale, de disparités, de ruptures, de continuités, etc. L’histoire également (connaissances d’épidémies passées et des actions de lutte déployées), de même que la mémorisation de catastrophes épidémiques passées, doivent être prises en considération : en particulier, de quoi se souviennent les populations et comment ces souvenirs sont-ils transmis ?

46Enfin, les aspects sociopolitiques, notamment dans ce qu’ils impliquent en termes de gouvernance et de débat social, sont au cœur de la gestion de crise : rôle de la presse, stratégies d’euphémisation selon la proximité du risque ou à l’inverse de minimisation… (pour en savoir plus, voir CD-ROM). Les travaux sur la lutte antivectorielle gagneraient d’ailleurs à intégrer ceux des psychologues, qui pourraient apporter un regard pertinent sur les niveaux d’implication personnelle des individus.

La psychosociologie

47Les recherches en psychosociologie sont relativement rares. Elles visent surtout deux objectifs principaux. Le premier consiste à identifier les perceptions de l’acceptabilité et de l’efficacité de la lutte antivectorielle en fonction des caractéristiques sociodémographiques des personnes. Le second se propose de mettre en évidence un lien, s’il existe, entre ces perceptions, croyances, sentiments, etc. et les comportements des acteurs exposés au risque vectoriel et à la lutte antivectorielle. Ces recherches gagneraient à être menées dans des contextes d’exposition différents et face à divers niveaux de risque.

Autres recherches

48Les recherches socio-épidémio-entomologiques, lorsqu’elles sont possibles, complètent les précédentes en y ajoutant un volet entomologique qui regroupe les données d’observation (gîtes, capacité et densité vectorielles…) ainsi que les données géoréférencées de la lutte antivectorielle, essentiellement celles concernant les luttes chimique et mécanique.

La dimension anthropologique

49Cette dimension est, d’une manière générale, trop absente des recherches sur la lutte antivectorielle. Or, des travaux récents mettent en lumière la valeur des savoirs et pratiques dites « indigènes ». Celles-ci sont porteuses de sens, un sens qu’il faut décrypter pour être en mesure d’agir auprès des populations. Les anthropologues considèrent que la distinction entre sens commun et sens savant, entre perceptions ordinaires et mesures scientifiques n’est pas synonyme d’univers étanches. En ce qui concerne les risques sanitaires liés aux problèmes environnementaux, il n’y a pas de frontières imperméables entre discours savants et discours populaires.

50Or les travaux en anthropologie de la santé montrent qu’il y a souvent une tendance forte à stigmatiser les populations (qui n’auraient pas compris, qui ne seraient pas assez observantes…), tout en omettant de considérer les perceptions et pratiques des professionnels dans leur rapport à leurs patients par exemple. En matière de lutte antivectorielle, il serait intéressant, à côté d’études sur les connaissances et comportements des populations (adhésion ou pas aux mesures de protection, usage ou pas de ces mesures collectives et individuelles…), de prendre aussi en compte le rôle des acteurs de la lutte antivectorielle (agents de la Direction régionale des affaires sanitaires et sociales, responsables…) et du corps médical en situation épidémique ou endémique.

51Au vu de ces remarques, il apparaît également que les notions de zones à risque ou de groupes à risque sont insatisfaisantes pour rendre compte de la diversité des situations et des échelles d’étude. Celle de vulnérabilité, qui associe conditions naturelles et conditions humaines, semble plus adéquate.

52Enfin, ces quelques réflexions conduisent à penser qu’il y a lieu d’appréhender les problèmes dans un contexte plus général et notamment d’examiner les interfaces environnement/santé en s’appuyant sur des approches conceptuelles et méthodologiques plus appropriées (pour en savoir plus, voir CD-ROM).

L’économie théorique et appliquée

53Les avancées en économie théorique et appliquée enregistrées au cours des dernières années vont avoir un certain nombre de retombées significatives dans le domaine de la lutte antivectorielle. D’une part, il sera désormais possible d’accéder à une meilleure évaluation économique des stratégies de prévention ou de traitement des maladies. D’autre part, ces avancées vont permettre de mettre en évidence les mécanismes par lesquels on peut agir sur les incitations des agents économiques (publics ou privés) et donc sur leurs comportements dans le cadre de la lutte antivectorielle.

54En ce qui concerne l’évaluation des politiques ou des stratégies de lutte antivectorielle, l’une des difficultés est d’estimer les coûts directs mais surtout indirects (voir aussi le chapitre « Évaluation économique : le retard de la France »). Ces derniers sont principalement supportés par les malades, leur entourage et les employeurs (absentéisme ou perte de productivité des malades). À cet égard, des développements méthodologiques semblent prometteurs : l’approche par la disposition à payer, la mesure de coûts d’externalités positives ou négatives, ou encore la normalisation des méthodes de mesures des coûts.

55Par ailleurs, dans le cadre des règles actuelles de gouvernance de la lutte antivectorielle et de leurs applications, on observe des défauts de comportements susceptibles de porter préjudice à la délégation de gestion (collectivités publiques ou organismes de droit public) ou à la mise en œuvre des mesures de prévention et de lutte contre les vecteurs. Sur l’amélioration de la relation de délégation, il existe une littérature abondante, mais les travaux qui y sont décrits doivent être adaptés au contexte français de santé publique. Pour ce qui est des comportements des agents privés et de leur implication dans la lutte, l’un des enjeux est d’induire une plus grande responsabilité des ménages et des entreprises dans un cadre de bien public global. Au-delà des campagnes de sensibilisation et d’information, cela signifie qu’il faut trouver des mesures incitatives liant les acteurs de la lutte antivectorielle et les agents privés ou les communautés d’agents privés, c’est-à-dire établir des relations contractuelles sur un objectif de résultat sanitaire (pour en savoir plus, voir CD-ROM).

LES ACTEURS DE LA RECHERCHE

56En France, et plus généralement en Europe et dans le monde, les recherches sur la lutte antivectorielle sont très peu coordonnées. Elles relèvent le plus souvent d’initiatives individuelles d’équipes du secteur public ou privé.

57Des orientations ou incitations sur certains thèmes sont parfois données par le marché (forte demande de répulsifs) et par des bailleurs de fonds : la Fondation Gates et l’OMS sur la lutte contre les vecteurs du paludisme et de la dengue, le CRVOI sur la lutte contre les vecteurs de chikungunya, l’Union européenne sur la lutte contre le paludisme… Certaines recherches peuvent trouver leur place dans des appels d’offres nationaux de l’Agence nationale de la recherche (ANR), dans le cadre plus large des maladies infectieuses ou de l’environnement, mais l’aspect finalisé est dans ce cas un handicap plus qu’un atout.

L’industrie

58L’industrie est peu présente dans le secteur de recherche en lutte antivectorielle. Les grandes firmes de l’industrie chimique telles que BASF ou Bayer conduisent ou financent des recherches pour l’agriculture essentiellement, très peu pour la santé publique. Certaines sociétés, comme Bayer Environmental Science, ont la volonté de développer leurs activités dans le secteur de l’hygiène publique, mais en ce qui concerne les biocides, elles se bornent à proposer de nouvelles formulations ou conditionnements de substances actives anciennes (généralement de la famille des pyréthrinoïdes). Les biocides (larvicides et adulticides) restent majoritairement des sous-produits de la recherche agro-pharmaceutique. Le Bti et le B. sphaericus, exclusivement spécifiques, ou presque, des larves de Culicidae ou de Simulidae, restent parmi les rares exceptions du genre.

59Certains industriels se sont engagés sur le créneau des moustiquaires, en particulier imprégnées d’insecticides, mais leurs recherches consistent essentiellement en des améliorations de l’existant. Enfin certaines entreprises conduisent des études, avec des protocoles parfois non standardisés, sur l’efficacité de substances réputées répulsives.

Les instituts de recherche et les universités

60Les instituts de recherche et les universités sont nombreux à s’impliquer sur l’ensemble des thèmes abordés précédemment, depuis les aspects fondamentaux (biologie des vecteurs…) jusqu’aux sciences sociales. Parmi les instituts ou centres de recherche, on peut citer l’IRD, le CNRS, le Cirad, l’Inra ou encore l’Institut Pasteur. La plupart du temps, ces recherches souffrent d’un manque de coordination, chaque équipe répondant, selon sa propre stratégie, aux appels d’offres régionaux, nationaux, internationaux ou aux demandes de l’industrie (voir la liste sur CD-ROM).

Des opérateurs de lutte

61Des opérateurs de lutte tels que les EID, le conseil général de la Martinique ou encore le GIP de la Réunion, conduisent des recherches appliquées sur l’écologie des vecteurs, sur la résistance aux insecticides, sur de nouveaux insecticides ou de nouvelles méthodes d’utilisation et d’épandage des biocides, souvent en collaboration avec des instituts de recherche. Naturellement au contact des populations, ils réalisent également, ou font réaliser, des études sur l’acceptabilité des méthodes et sur les effets non intentionnels, en particulier sur l’environnement.

Les agences

62Les agences telles que l’InVS, l’Afssa et l’Afsset n’ont pas mission de mener des recherches. Néanmoins, dans le cadre de leurs fonctions de surveillance et de veille sanitaire, elles collectent et analysent de nombreuses informations sur les risques infectieux humains et animaux, dont ceux liés aux vecteurs (zoonotiques ou non), et les risques pour l’environnement.

63Par exemple, l’InVS coordonne, anime et soutient financièrement un réseau de 47 centres nationaux de référence, dont plusieurs concernent les infections transmises par les vecteurs, et dispose d’antennes régionales (cellules interrégionales d’épidémiologie, dont l’une au niveau des départements français d’Amérique et une autre pour la Réunion et Mayotte). C’est le partenaire national désigné de l’ECDC pour la surveillance et l’alerte au niveau européen et il conduit une veille internationale très active sur les risques émergents. Il s’agit donc d’un partenaire important de la recherche en santé publique, que ce soit pour des projets planifiés ou des situations d’urgence.

64Pour le développement et l’adaptation de ses systèmes de surveillance, l’InVS collabore également avec des équipes académiques. Ces activités ont un intérêt particulier pour la recherche appliquée, en particulier sur la question du lien entre indicateurs entomologiques et épidémiologiques, sur le monitoring, sur l’évaluation des programmes de lutte antivectorielle et sur la modélisation.

65L’Afssa, pour sa part, s’implique directement dans le cadre d’équipes mixtes, par exemple avec des chercheurs de l’Inra.

Les bailleurs de fonds

66Les bailleurs de fonds jouent bien sûr un rôle essentiel dans l’orientation et la réalisation des recherches. Il ne saurait être question ici de les citer tous. Les principaux, pour les programmes français, sont : l’OMS, la FAO, l’Union européenne, les agences nationales ou régionales de financement (ANR, CRVOI, Afsset), les conseil régionaux, des industriels, les fondations telles que Bill et Melida Gates, Wellcome Trust, etc.

RECOMMANDATIONS
À la faveur des changements globaux (climatiques, environnementaux, sociétaux), des maladies émergent, d’autres voient leur aire de distribution se modifier, certaines maladies historiques comme le paludisme sont en recrudescence au niveau mondial. Les recherches doivent donc s’articuler autour de quelques grands thèmes :
– connaissance des mécanismes de la transmission vectorielle ;
– évaluation du risque entomologique ;
– stratégies de contrôle de la transmission moins polluantes, plus ciblées et plus durables.
Comprendre ce qu’est un vecteur
Au regard du nombre d’espèces d’arthropodes, les vecteurs d’agents pathogènes ne constituent qu’une infime minorité. Les études sur la systématique, sur la biologie et sur les interactions vecteur-agent pathogène qui utilisent les données morphologiques, morphométriques, biologiques, comportementales, génétiques et génomiques, devront se poursuivre, en particulier à l’intérieur des complexes d’espèces. Les interactions vecteur-parasite, qui restent une immense boîte noire, doivent être particulièrement investiguées.
Évaluer et prédire les risques de transmission vectorielle
Les changements globaux modifient ou vont modifier la densité et la distribution des vecteurs, leur capacité vectorielle et leur contact avec les parasites et les hôtes. Ces changements peuvent augmenter ou diminuer l’incidence d’une maladie à transmission vectorielle. La première étape doit consister à entreprendre un travail de fond sur les indicateurs de risque. Ces recherches doivent ensuite se matérialiser par le développement d’outils d’évaluation de risque fondés sur des modèles statistiques et théoriques validés. Un effort particulier doit porter sur les modèles de transmission impliquant un réservoir zoonotique, plus complexes que dans le cas d’un seul hôte impliqué.
Améliorer les méthodes de lutte actuelles et développer de nouvelles approches
La lutte biocide doit être plus spécifique, moins polluante, plus efficace. Les recherches associant entomologistes et spécialistes en sciences humaines et sociales devront s’intensifier afin d’optimiser l’acceptabilité des méthodes proposées et la participation des communautés. En ce qui concerne la lutte biologique, même si elle s’est révélée décevante dans la majorité des cas, il est nécessaire de poursuivre les recherches (autres bactéries, virus, champignons, parasites, prédateurs). Quant à la lutte génétique, elle ouvre des voies prometteuses pour le contrôle. Les équipes de recherche françaises doivent s’engager sur cette voie dans le cadre de collaborations internationales.
Coordonner les efforts de recherche multidisciplinaire
Les vecteurs ne connaissent pas les frontières. Les recherches doivent être conduites au niveau européen, ou méditerranéen, et parfois mondial. À l’échelle de la France, il n’y a pas pour le moment de véritable coordination nationale sur la lutte antivectorielle. Une structure telle que le vectopôle à Montpellier pourrait jouer ce rôle de pôle fédérateur de recherche, d’expertise et de formation au niveau national, voire européen. Un appel d’offres spécifique de l’ANR sur le thème de la lutte antivectorielle en France, pourrait être mis en place conjointement par les ministères de la Recherche, de la Santé, de l’Agriculture et de l’Écologie.

Notes

1 Dans ce chapitre, les références au CD-ROM concernent la question 13 de l’expertise : « Comment la recherche contribue-t-elle à l’amélioration de la lutte antivectorielle ? »

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search