Version classiqueVersion mobile

La lutte antivectorielle en France

 | 
Didier Fontenille
, 
Christophe Lagneau
, 
Sylvie Lecollinet
, 
et al.

Les outils d’anticipation

De la formation initiale à la formation continue1

Texte intégral

  • 1 Dans ce chapitre, les références au CD-ROM concernent la question 12 de l’expertise : « Quelles son (...)

1En 2005, on évaluait à une centaine seulement le nombre d’entomologistes médicaux français, dont la moitié était âgée de plus de 50 ans. La diminution du nombre de spécialistes en ce domaine et en lutte antivectorielle a conduit à délaisser des pans entiers d’activités où la France bénéficiait d’une expertise internationalement reconnue. Aujourd’hui, plus un seul entomologiste ne se consacre à temps plein à la systématique des insectes d’intérêt médical, alors que la taxonomie, même celle des groupes d’insectes a priori les plus connus, doit être profondément révisée (sur cette situation alarmante, voir en particulier les rapports de l’Académie des sciences de 2000 et de 2006, non suivis d’effets à ce jour).

2Plusieurs raisons peuvent être invoquées : réorganisation de l’enseignement et de la recherche en sciences de la vie, désengagement des recherches sur les vecteurs dans les pays tropicaux, manque de financements. Au plan scientifique, les travaux sur les arthropodes d’intérêt médical ou vétérinaire sont devenus, à la fin du xxe siècle, un objet d’étude relevant de la biologie intégrative, de la génétique et plus récemment de l’immunologie, de la génomique, des sciences de l’évolution, etc. Dans la foulée, l’entomologiste « filet à papillon » s’est vu affublé d’une image péjorative tandis que, parallèlement, l’offre d’emploi se réduisait du fait d’une réduction drastique des collaborations avec les pays du Sud et d’une sous-estimation des problèmes sur le territoire national.

3Néanmoins, la France conserve un potentiel de recherche et opérationnel performant, essentiellement dans différents instituts de recherches œuvrant dans les pays tropicaux : IRD, Cirad, réseau des instituts Pasteur, Institut de médecine tropicale du service de santé des armées (IMTSSA). Un potentiel existe également dans les universités, dans quelques entreprises privées et dans des agences opérationnelles : certains conseils généraux ou Ddass, EID…

LES FORMATIONS EXISTANTES EN FRANCE

4Une lutte antivectorielle efficace doit être conçue dans un cadre épidémiologique et dans un contexte organisationnel précis. Elle doit, ensuite, être mise en application et évaluée. Les compétences requises à ces différents stades ne sont pas les mêmes et ne relèvent pas toujours des mêmes parcours de formation.

Formation initiale

5La formation initiale comprend des cursus conduisant à l’obtention d’un master, d’un diplôme d’ingénieur ou d’un grade de technicien.

Les masters

6Le master international d’entomologie médicale et vétérinaire (MIE) offre la formation de haut niveau la plus complète en France et dans les pays francophones. Ses objectifs sont d’assurer aux étudiants du Nord comme du Sud un enseignement ouvrant sur la recherche en biologie, en systématique des vecteurs, en écologie vectorielle, en génétique des populations, en génomique et postgénomique et en contrôle des vecteurs. Le MIE associe désormais deux universités : celle d’Abomey Calavi (Bénin) et Montpellier-II. Il est soutenu par l’IRD, porteur du projet, l’Institut régional de santé publique (IRSP) de Ouidah (Bénin) et le Centre de recherche en entomologie de Cotonou (Crec). Entre 2005 et 2008, 45 étudiants de diverses nationalités venus de trois continents (Afrique, Europe et Amérique du Sud) ont suivi ce master, développant ainsi une culture commune, à l’instar de formations similaires à l’étranger (voir l’encadré).

7Toujours à Montpellier, des modules ou séminaires spécialisés sont, par ailleurs, proposés dans le cadre d’autres masters de la spécialité « biodiversité et interactions microbiennes et parasitaires » (BIMP) du master Sciences pour l’environnement : santé animale et épidémio-surveillance dans les pays du Sud (SAEPS) organisé avec le Cirad et l’École vétérinaire de Toulouse ; maladies infectieuses, vectorielles et alimentaires (Miva) à l’université de Kasetsart (Thaïlande), en partenariat avec les instituts Pasteur et le Cirad ; surveillance épidémiologique des maladies humaines et animales (Semha), en collaboration avec l’université Paris-XI, le Cirad et l’École vétérinaire de Maisons-Alfort ; dynamique des interactions parasite-hôte-environnement.

Formations à l’étranger
■ Un master anglophone en Medical Entomology and Vector Control a démarré en juin 2008. Il se tient à l’université de Gezira (Soudan) avec le concours du Blue Nile National Institute for Communicable Diseases (BNNICD). Avec le soutien du bureau régional de l’OMS basé au Caire (Égypte), ce master vise à couvrir les besoins en formation dans le domaine de l’entomologie médicale et de la lutte antivectorielle des pays nord et est-africains, ainsi que du Proche et Moyen-Orient ayant en commun la langue anglaise ou arabe.
■ Un master hispanophone en Medical Entomology and Vector Control de douze mois se tient chaque année à l’institut Pedro-Kouri de La Havane (Cuba). Il couvre les besoins en formation dans le domaine de l’entomologie médicale et de la lutte antivectorielle des pays d’Amérique centrale et du Sud ayant en commun le castillan. Il reçoit le soutien du bureau régional Pan American Health Organization (PAHO) de l’OMS.
■ Plusieurs universités européennes proposent des modules, stages, training courses en entomologie médicale (voir détails sur CD-ROM).
■ Aux États-Unis, l’investissement très important dans la lutte antivectorielle et contre les nuisances se traduit par une multiplicité des formations. Celles-ci vont du niveau master en entomologie médicale (universités de Floride, de Californie, de Louisiane…) à des cours de quelques heures théoriques et pratiques pour les particuliers (application d’insecticides…) organisés par l’Environmental Protection Agency (EPA), les Centers for Disease Control (CDC)… L’American Mosquito Control Association, très présente sur le terrain, accorde en outre des bourses en partenariat avec les États impliqués dans la lutte antivectorielle (Californie, Floride, New Jersey, Louisiane…).

8Quant à l’université de Tours, elle propose un master 2 (Contrôle et conservation de populations d’insectes) au sein duquel quelques heures sont consacrées à l’entomologie médicale et vétérinaire ainsi qu’à la lutte antivectorielle (voir détails sur CD-ROM).

9À signaler également un master Maladies transmissibles et pathologies tropicales comprenant un volet d’entomologie médicale, à l’université de Marseille et un cours théorique approfondi sur les vecteurs de deux mois proposé par l’Institut Pasteur (Paris) et l’IRD. Ce dernier, dont le recrutement est international, s’adresse à des titulaires d’un master ou d’un doctorat.

Autres formations de niveau master ou ingénieur

10Outre l’enseignement optionnel proposé en école doctorale à Montpellier (30 heures d’entomologie médicale), trois types d’écoles intègrent quelques aspects d’entomologie et/ou de lutte antivectorielle, en particulier : les écoles vétérinaires, les écoles agronomiques et agricoles, les écoles d’ingénieurs sanitaires.

11Dans les écoles vétérinaires, les étudiants reçoivent un enseignement de base en entomologie vétérinaire concernant les principes de la lutte antivectorielle, la bio-écologie et l’identification des vecteurs. À cela s’ajoutent des enseignements sur les maladies vectorielles mais aussi sur les différentes classes d’insecticides. Il serait toutefois utile de compléter par une formation spécifique d’entomologie vétérinaire ciblée sur les problématiques françaises.

12Les écoles agronomiques et agricoles ne dispensent pas de formations sur la lutte antivectorielle. Certaines d’entre elles abordent les pesticides, y compris les insecticides et leurs modes d’action et d’application, mais contre des arthropodes ravageurs des cultures et non pas des vecteurs.

13En ce qui concerne les écoles d’ingénieurs sanitaires, elles n’abordent que rapidement la lutte antivectorielle et dans le cadre d’autres disciplines en santé publique. Exemple : 8 heures sur les risques vectoriels et la lutte antivectorielle dans la filière sanitaire de l’École des hautes études en santé publique (EHESP).

14Pour sa part, L’IMTSSA, à Marseille, organise chaque année une formation de 40 heures en entomologie médicale, ainsi qu’un cours de lutte antipaludique.

15Il est important enfin de noter qu’aucun module ni séminaire ne traite des aspects juridiques de la lutte antivectorielle.

Formation de techniciens

16À ce jour, aucune formation spécifique n’existe en France pour former des techniciens (bac professionnel) ou des techniciens supérieurs (DUT, BTS, licence professionnelle) sur les vecteurs et la lutte antivectorielle.

17Reste que depuis le 1er janvier 1996, un agrément professionnel est obligatoire pour tout établissement effectuant des prestations de service (distribution, application) dans le secteur des produits phytosanitaires ou des biocides (décret du 5 octobre 1994, arrêtés des 6 et 13 mars 1995). Délivré par les Services régionaux de la protection des végétaux (SRPV), cet agrément suppose que soient réunies deux conditions : l’entreprise dispose d’au moins un agent permanent certifié sur dix affectés à ce type de services, et elle peut justifier d’une assurance de responsabilité civile professionnelle.

18Le certificat d’applicateur de produits antiparasitaires et assimilés (Capa), ou certificat de distributeurs et applicateurs de produits antiparasitaires (Dapa), est une attestation nominative. Ce dernier peut être obtenu sur diplôme ou après validation d’acquis et d’expérience (VAE) de cinq ans minimum, dans le secteur d’activité concerné ou dans un Centre de formation professionnelle et de promotion agricoles (CFPPA) habilité. Il doit être renouvelé tous les cinq ans sur la base d’un dossier et d’une réactualisation des connaissances.

19Par ailleurs, certaines entreprises privées intervenant en désinsectisation-dératisation-désinfection (3D) dispensent des modules ciblés à destination de professionnels du secteur.

Formation continue

20La formation continue se fait au coup par coup. Aucune formation ou remise à niveau sur les maladies vectorielles, les méthodes de lutte, les moyens de protection, les résistances aux insecticides, le cadre législatif… n’est organisée de manière concertée au niveau national. Suite à une nouvelle sollicitation de la DGS, l’EHESP devrait mettre en place une telle formation à partir de 2009. En attendant, les services de lutte « se débrouillent » pour former leurs agents et/ou chefs d’équipes ou de services, en leur permettant de suivre des modules de master ou d’école doctorale, des stages dans des services ou des laboratoires…

21On note toutefois l’existence, depuis quelques années, d’un cycle de formation spécifique (deux sessions annuelles d’une semaine) proposé par l’Adege avec le concours du CNFPT. Cette formation est exclusivement destinée aux agents techniques et techniciens de la démoustication (pour d’autres formations sporadiques, voir CD-ROM).

22Enfin, depuis 2005, la mise en place plus formelle des procédures d’hygiène et de sécurité, conformément aux règles en vigueur, s’accompagne d’actions de formation : en 2006, une vingtaine de modules d’enseignement ont été organisés au siège et dans les différentes agences de l’EID Méditerranée sur la sécurité des produits chimiques, le secourisme du travail, les gestes et les postures, la conduite d’engins de traitement, etc.

LES BESOINS EN FORMATION

23Les besoins concernent autant les techniciens que l’encadrement.

Formation des cadres

24Au niveau des cadres, les offres comme les masters de Montpellier et de Tours devraient répondre en partie à la nécessité de renforcer l’encadrement technique supérieur. Toutefois, l’expertise locale serait significativement améliorée par quelques bourses de master et de thèse fléchées sur la lutte antivectorielle, en particulier dans les départements français tropicaux, comme cela avait déjà été suggéré dans plusieurs rapports précédents (voir par exemple le rapport de mission 2006 de l’épidémiologiste Antoine Flahaut). Des enseignements plus fournis de lutte antivectorielle devraient, par ailleurs, être introduits dans les écoles d’agronomie, d’agriculture et vétérinaire et dans les formations de cadres en santé publique (type celles de l’EHESP).

Formation des techniciens

25Au niveau des techniciens, les manques sont considérables. Les techniciens sanitaires des Ddass, recrutés par concours, ont tous des formations initiales très différentes. Peu d’entre eux ont passé des concours de technicien sanitaire. Dans l’ensemble, les techniciens du ministère de la Santé sont insuffisamment formés à la santé environnementale. La situation est identique dans les Directions des services vétérinaires (DSV). Il est donc indispensable de mettre en place des formations continues axées sur l’opérationnel et des modules de formation dans les cursus existants ainsi qu’en formation continue, de préférence à des formations type baccalauréat professionnel, DUT…

26Ce constat ressortissait déjà de l’expertise collégiale de l’IRD (2003) relative à la dengue dans les DFA. Si cette recommandation générale reste d’actualité, il semble tout aussi fondamental que ces formations permettent aux agents, non seulement d’améliorer leur pratique, mais aussi de bénéficier d’évolutions de carrière (vu la pénibilité, parfois, de cette activité). Il en résultera la possibilité d’élaborer de véritables stratégies de recrutement qui font aujourd’hui trop défaut dans les services de lutte antivectorielle.

27Le contenu des enseignements devrait porter sur : vecteurs et maladies, hygiène et sécurité, techniques de lutte antivectorielle, communication sociale, cartographie (systèmes d’information géographique…). Une fois formées, certaines personnes pourront servir de relais (formateurs à leur tour) pour initier des agents communaux ou des personnels de complexes hôteliers.

Formation continue

28Au niveau de la formation continue, le Capa/Dapa relève d’une bonne idée de départ mais son contenu, actuellement trop général, devrait être davantage ciblé par métier et harmonisé au travers des divers centres de formation. En outre, pour la réactualisation des connaissances, le renouvellement tous les cinq ans est sans doute insuffisant. De même que la demande d’un agent certifié seulement sur dix affectés à la lutte antivectorielle est loin d’être suffisant.

29Il serait par ailleurs utile que le CNFPT, sous l’impulsion conjointe de la DGS, de la DGAL, des conseils généraux et des communes concernées, développe une offre de formation continue adaptée aux agents des services de lutte antivectorielle, avec le concours éventuel de l’EHESP.

30Les initiatives prises en Martinique pourraient servir d’exemple. Des sessions de formations sont en effet organisées depuis quelques années à l’attention des personnels municipaux (« relais municipaux démoustication ») par le service de lutte antivectorielle (une semaine de formation initiale puis remise à niveau permanente). Ensuite, ces « relais municipaux » interviennent sur le terrain, seuls ou en association avec les agents de lutte antivectorielle. Des contacts sont en cours avec le centre de gestion et le CNFPT local afin que de telles formations puissent être validées et prises en compte dans les parcours professionnels.

31En termes d’organisation, les formations pourraient être envisagées par grandes régions (océan Indien, Antilles-Guyane…), tandis qu’il serait fait appel à des experts de réseaux scientifiques (vectopôle de Montpellier, Adege…).

RECOMMANDATIONS
Veiller à ce qu’au moins un cadre de chaque opérateur de la lutte antivectorielle (EID, conseils généraux, grandes collectivités, services de l’État) suive une formation de haut niveau, type master en entomologie, ou bien recruter une personne l’ayant suivie.
Promouvoir une meilleure formation théorique et pratique sur tous les aspects de la lutte antivectorielle parmi les cadres de santé publique et vétérinaire (médecins, vétérinaires, agronomes, ingénieurs sanitaires, infirmiers). La formation continue des cadres de santé publique pourrait être prise en charge par l’EHESP, avec l’aide d’experts français (vectopôle de Montpellier, cadres de structures opérationnelles…) ou internationaux.
Renforcer et structurer la formation continue des agents techniques afin de prendre en compte les évolutions de techniques, des réglementations et des risques vectoriels et épidémiques. Elle peut être organisée régionalement par le CNFPT en s’appuyant sur les compétences locales, elles-mêmes renforcées par les réseaux professionnels de type Adege et les centres d’expertise. L’impulsion et l’évaluation doivent être sous le contrôle de la DGS et de la DGAL.

Notes

1 Dans ce chapitre, les références au CD-ROM concernent la question 12 de l’expertise : « Quelles sont les formations existantes et les besoins en formation ? »

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search