Version classiqueVersion mobile

La lutte antivectorielle en France

 | 
Didier Fontenille
, 
Christophe Lagneau
, 
Sylvie Lecollinet
, 
et al.

Les outils d’anticipation

Des coopérations régionales et internationales1

Texte intégral

  • 1 Dans ce chapitre, les références au CD-ROM concernent la question 11 de l’expertise : « Quelles son (...)

1Les vecteurs, comme les agents pathogènes, vivent ou survivent dans des zones biogéographiques qui se jouent des frontières nationales. L’introduction d’une espèce ou de populations à phénotypes particuliers (tels que la résistance à un insecticide) se fait d’ailleurs le plus souvent depuis un pays voisin. Surveillance des vecteurs et lutte antivectorielle doivent donc impérativement être réalisées à l’échelle régionale. Les tentatives d’éradication d’un vecteur dans un pays seraient vaines si le même vecteur infeste un pays proche en toute impunité.

2De même, les systèmes d’alerte précoce seront d’autant plus efficaces qu’ils tiendront compte des informations recueillies au niveau de toute la région concernée par un risque vectoriel donné. Les coopérations régionales, mais aussi internationales, offrent en outre l’opportunité de partager des expériences, voire de mutualiser les moyens, tant logistiques que de formation.

3En France, la lutte antivectorielle s’organise dans le cadre de quatre grandes régions : région Antilles-Guyane, région océan Indien, région Pacifique, région Europe continentale.

COOPÉRATIONS DANS LA RÉGION ANTILLES-GUYANE

4Les départements et collectivités concernés sont les suivants : Guadeloupe, Martinique, Guyane, Saint-Martin, Saint-Barthélemy. L’essentiel des efforts en lutte antivectorielle porte sur Aedes aegypti et sur les Culex (Culex quinquefasciatus). À signaler également une surveillance des Anopheles, vecteurs potentiels de Plasmodium, et de la possible introduction de Aedes albopictus. En revanche, les phlébotomes et les triatomes ne font l’objet d’aucune lutte organisée en Guyane, bien que vecteurs de maladies. Les tiques du bétail sont parfois soumis à des actions de lutte.

Les cinq départements et collectivités

5Entre ces départements et les collectivités, il n’existe pas à ce jour de collaboration formalisée, que ce soit en matière de surveillance, de formation, de recherche opérationnelle, d’échanges réguliers d’expériences… On note seulement des échanges informels, assez nombreux, et quelques projets de recherche (voir CD-ROM). La mise sur pied récente d’un Psage de dengue dans chaque département contribue à améliorer les choses, en fonction des niveaux de la situation épidémiologique, mais chaque département garde encore son indépendance. Les problèmes rencontrés et lacunes observées dans les DFA ont déjà été abondamment décrits dans la littérature (voir notamment l’expertise collégiale de l’IRD, La dengue dans les départements français d’Amérique. Comment optimiser la lutte contre cette maladie ?, 2003).

6Quelques pistes mériteraient d’être explorées pour l’avenir. Une partie de la formation des cadres pourrait, par exemple, se faire via l’université Antilles-Guyane, à vocation interrégionale. Par ailleurs, la Cellule interrégionale d’épidémiologie Antilles-Guyane (Cire-AG) et les CVS des DSDS participent activement à la surveillance entomo-épidémiologique, à la réflexion sur une meilleure réponse face au cas de dengue et à la diffusion d’informations. Ces échanges devraient bénéficier d’un cadre plus formel et structuré à partir de 2009, dans le cadre des échanges inter-DSDS.

Les pays voisins

7Avec les pays voisins, on ne relève pas non plus de relations réellement formalisées, que ce soit avec le Brésil et le Suriname, pour la Guyane, ou avec les autres îles des Caraïbes, pour les DFA. L’épidémie de dengue de 2006 avait pourtant sonné comme une alerte, mais sans que les recommandations d’alors ne se traduisent dans les faits. Pour l’instant, les coopérations amorcées avec le Brésil concernent principalement le domaine épidémiologique. Avec le Suriname, rien n’est encore engagé sur la dengue. Des données sont en revanche échangées sur la surveillance des cas de paludisme, le Suriname étant en outre favorable à une homogénéisation de la stratégie de lutte antipaludique (pour plus de détails sur le contexte de collaboration, voir CD-ROM).

8Le Centre de démoustication de la Martinique s’est, pour sa part, lancé il y a quelques années dans une action de coopération sur « les aspects entomologiques de la dengue dans la Caraïbe ». Financée par le Fonds de coopération régionale (FCR), cette action visait notamment à établir une cartographie de la typologie des principaux gîtes d’Aedes aegypti et des niveaux de résistance aux insecticides utilisés par les différentes équipes nationales. L’institut Pasteur de Guyane et le Centre de démoustication de Martinique ont de leur côté des échanges ponctuels avec Haïti (notamment pour le paludisme).

9Quoi qu’il en soit, il y a une réelle demande d’échanges sur la lutte antivectorielle de la part de tous les techniciens de la Caraïbe (y compris de Cuba).

Le domaine vétérinaire

10Dans le domaine vétérinaire, différentes actions concertées sont menées pour assurer une meilleure collaboration des différents acteurs de la surveillance entomologique. Exemple dans la région Caraïbes : le réseau CaribVET (pour Caribbean Animal Health Network). Ce dernier associe des institutions et des professionnels dont le but est d’améliorer la santé animale ainsi que la qualité et la sécurité des produits d’origine animale, en particulier : des laboratoires vétérinaires, des agences gouvernementales, des instituts de recherche, des associations d’agriculteurs, des organisations non gouvernementales (ONG) et des universités, principalement des Caraïbes, mais aussi de pays d’Amérique du Nord, centrale et du Sud.

Les institutions internationales

11Des institutions internationales ont également vocation à intervenir en zone Caraïbes, dans le secteur de la santé publique comme dans le domaine vétérinaire. C’est notamment le cas de la communauté caribéenne (Caricom, une quinzaine d’États membres plus cinq membres associés), de la Pan American Health organization (Paho, le bureau de l’OMS pour les pays d’Amérique), de l’OIE, de la FAO, de la Coopération française (via l’Agence française de développement – AFD – et le FCR), de l’Union européenne (programme Interreg de coopération transfrontalière), de la Coopération américaine (via l’Usaid, l’United States Agency for International Development) et de la Coopération canadienne.

12Ces réseaux ne se sont pas encore mobilisés sur la lutte antivectorielle, mais les choses pourraient évoluer, en particulier dans le cadre du nouveau RSI.

COOPÉRATIONS DANS LE SUD-OUEST DE L’OCÉAN INDIEN

13Le département français de la Réunion et la collectivité départementale de Mayotte font partie de cette région. À la Réunion, l’essentiel des efforts de lutte antivectorielle porte sur Aedes albopictus et Anophele arabiensis, accessoirement sur Culex quinquefasciatus. Dans le strict domaine vétérinaire, les tiques du bétail ne sont soumis à aucune lutte organisée. La mouche hématophage Stomoxys calcitrans peut faire l’objet d’un contrôle. À Mayotte, la lutte antivectorielle porte sur Aedes albopictus, Aedes aegypti, Anophele gambiae et Anophele funestus, éventuellement sur les Culex quinquefasciatus. Comme à la Réunion, rien n’est fait dans le domaine vétérinaire.

14Dans cette zone de l’océan Indien, qui inclut Madagascar, la République islamiste des Comores, l’île Maurice, les Seychelles et, en Afrique de l’Est, le Mozambique, la Tanzanie et le Kenya, il n’y a, à ce jour, aucun réseau ni aucune coopération formalisée en matière de lutte antivectorielle. Pourtant, à diverses reprises, l’OMS a insisté sur la nécessité de mettre en place une stratégie régionale de surveillance et de réponse aux épidémies, avec surveillance et contrôle des vecteurs. L’organisation mondiale a notamment mis en place depuis 1996, avec la Commission de l’océan Indien (COI), un réseau de veille épidémiologique (Reve) sur les maladies transmissibles comprenant cinq pays (Madagascar, Comores, Seychelles, Maurice, France). L’une comme l’autre souhaitent développer cette approche.

15De son côté, le rapport d’information sur l’épidémie de chikungunya à la Réunion et à Mayotte (commission des affaires culturelles familiales et sociales de l’Assemblée nationale, juillet 2006) préconisait de « poursuivre l’engagement politique fort tendant à la mise en place d’un système d’alerte et de veille à l’échelle de l’océan Indien ».

16L’une des réponses à cette demande a été la création du Centre de recherche et de veille sur les maladies émergentes dans l’océan Indien (CRVOI) qui fonctionne depuis 2007. Dans le cadre de ses premières missions, il a été réalisé un inventaire des capacités, des compétences et des plates-formes dans les pays du sud-ouest de l’océan Indien, y compris en entomologie médicale. Des réseaux d’expertise, de formation, d’échanges d’expérience pourraient naître de cette initiative, bien qu’elle soit davantage ciblée sur la recherche que sur l’opérationnel.

17En ce qui concerne l’absence de coopération entre la Réunion et Mayotte (hormis quelques missions d’appui technique en 2008), deux grandes raisons peuvent être invoquées : les services de lutte de ces deux entités sont très jeunes, d’une part, et les priorités définies au niveau régional visent la veille épidémiologique plus que la lutte antivectorielle, d’autre part (pour plus de détails, voir CD-ROM).

COOPÉRATIONS DANS LA RÉGION PACIFIQUE

18À Wallis-et-Futuna, les vecteurs d’intérêt sont Aedes aegypti et Aedes polynesiensis. Ce sont l’Agence de santé des îles Wallis-et-Futuna et le Service territorial de l’environnement qui y conduisent la lutte antivectorielle.

19Les relations régionales s’organisent essentiellement avec la Polynésie française et la Nouvelle-Calédonie. Il existe également des relations formelles avec les autres communautés du Pacifique, via le secrétariat général de la Communauté du Pacifique, mais elles ne concernent pas directement la lutte antivectorielle. Ces relations s’expriment dans deux réseaux de santé publique : le Public Health Surveillance & Communicable Disease Control (PHS & CDC) et le Pacific Public Health Surveillance Network (PPHSN).

COOPÉRATIONS DANS LA RÉGION EUROPE

20Les coopérations s’organisent via des associations et des sociétés professionnelles plus qu’au travers de réseaux opérationnels communs. Les opérateurs se rencontrent régulièrement lors des congrès annuels de ces associations ou sociétés.

La France

21Elle occupe une place pionnière en matière de démoustication grâce à la mise en place, dès la fin des années 1950, d’organismes publics tels que les EID. Trois EID ont été créées (EID Méditerranée, EID Atlantique, EID Rhône-Alpes), chacune bénéficiant de l’expérience acquise tout en développant sa propre expertise. La mise en place de ces structures a elle-même contribué à la création, le 4 juillet 1996, de l’Agence nationale pour la démoustication et la gestion des espaces naturels démoustiqués (Adege, voir l’encadré).

L’Adege en bref
L’Adege regroupe, outre les trois EID, d’autres structures publiques : le Syndicat intercommunal à vocation unique (Sivu) de Lauterbourg (Alsace), le Centre de démoustication de la Martinique et les services de démoustication de la Corsedu-Sud. L’association entretient également des liens étroits avec ses partenaires espagnols, catalans en particulier, et italiens. Elle offre un espace de concertation entre organismes partenaires sur les stratégies, techniques, méthodes et outils propres à la démoustication ou à la lutte antivectorielle et à la gestion des espaces démoustiqués, ainsi qu’une plate-forme pour se porter candidate à des projets transversaux. L’Adege est aussi le relais privilégié des sollicitations ou des propositions des représentants élus.
Elle organise parallèlement, avec le concours du Centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT), des formations régulières ou occasionnelles à l’usage d’agents des services publics de démoustication. Des échanges techniques, voire des conférences à thème, ont également lieu à diverses occasions. Des démonstrations ou des essais de terrain réunissent parfois des techniciens des EID pour décider du choix d’engins ou de matériels de traitement, de techniques d’épandage et d’insecticides. Les personnels administratifs des EID se rencontrent épisodiquement pour échanger et se former sur les règles administratives.

22C’est en particulier à l’Adege que la Direction générale de la santé a confié, en avril 1998, la mise en place d’une mission de surveillance de l’introduction de Aedes albopictus en territoire métropolitain. Par ailleurs, l’Adege a été à l’origine de la naissance, en mai 1999, de l’Association européenne des opérateurs publics de démoustication et de la gestion des zones humides démoustiquées (Eden), dont les objectifs et le fonctionnement lui sont comparables. Très active au moment de la mise en application de la directive européenne 98/8/CE, l’Eden ne s’est toutefois guère mobilisée depuis.

Le domaine vétérinaire

23Dans ce domaine, le réseau MedReoNet doit servir à améliorer la surveillance des maladies transmises par les Culicoïdes (fièvre catarrhale ovine, peste équine et maladie hémorragique du daim). Cette action concertée financée par l’Union européenne consiste à favoriser le partage et l’échange des données, des expertises, des expériences et de l’information. Des réunions régulières sont organisées pour maintenir et améliorer les systèmes de surveillance en Europe et ainsi permettre une anticipation du risque de transmission. Les partenaires sont des instituts de recherche, des services vétérinaires ou des agences nationales impliqués dans la surveillance et le diagnostic des maladies transmises par les Culicoïdes.

Des coopérations scientifiques

24Des coopérations scientifiques européennes ou internationales portent sur les différents aspects de la lutte antivectorielle.

25C’est ainsi que les outils spatiaux commencent à trouver des applications en la matière. Le Cnes a, par exemple, mis en place des coopérations bilatérales ou avec des organismes internationaux (voir le chapitre « La recherche : un gage de succès pour la lutte antivectorielle »).

26De son côté, l’IRD s’est engagé dans diverses collaborations sur des projets de recherche opérationnelle (matériaux imprégnés, répulsifs, lutte génétique…) avec interventions en Amérique du Sud (Argentine, Bolivie, Brésil) et en Afrique (Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Togo).

27Au niveau de l’Europe, un appel d’offres a été lancé en 2008 par l’European Center for Disease Prevention and Control (ECDC) pour une revue sur la surveillance et le contrôle des vecteurs au niveau du continent. À signaler également, outre l’association Eden, l’European Mosquito Control Association (Emca), créée le 28 mars 2000 et réunissant plus de 170 membres venus de 19 pays européens et de 5 pays hors Europe sur des objectifs scientifiques et techniques communs autour de la lutte antivectorielle. Par ailleurs, les acteurs scientifiques et techniques communs autour de la lutte antivectorielle se retrouvent tous les deux ans à la conférence de la branche européenne de la Society of Vector Ecology (Sove), en alternance avec celle de l’Emca.

28Enfin, des collaborations épisodiques ou lors d’épidémies sont menées avec l’OMS, via son bureau Europe en particulier. Par ailleurs, la DGS est de fait impliquée dans un réseau international en tant que contact français pour la mise en place et l’application du RSI, en vigueur depuis juin 2007.

RECOMMANDATIONS
■ Développer les coopérations régionales (françaises mais aussi avec les pays voisins) afin d’améliorer la surveillance des vecteurs et l’échange d’informations, mais également pour favoriser la formation.
■ Soutenir la création de centres régionaux (océan Indien, Caraïbes, Europe) d’expertise et de formation en relation avec un centre national (de type vectopôle).
■ Renforcer les échanges entre associations professionnelles et créer des espaces interactifs d’information (forums sur les sites Internet dédiés, centres de documentation virtuels…) sur les activités opérationnelles, sur la répartition des vecteurs potentiels…

Notes

1 Dans ce chapitre, les références au CD-ROM concernent la question 11 de l’expertise : « Quelles sont les coopérations régionales et internationales concernant la lutte antivectorielle ? »

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search