Version classiqueVersion mobile

La lutte antivectorielle en France

 | 
Didier Fontenille
, 
Christophe Lagneau
, 
Sylvie Lecollinet
, 
et al.

Évaluation de la lutte antivectorielle

Effets non intentionnels de la lutte antivectorielle1

Texte intégral

  • 1 Dans ce chapitre, les références au CD-ROM concernent la question 9 : « Quelles sont les effets non (...)

1La notion d’effets non intentionnels (effets non voulus sur des espèces non-cibles) concerne tout particulièrement les mesures de lutte faisant intervenir des produits biocides. On distingue ceux qui s’exercent directement ou indirectement sur la santé humaine et animale (animaux domestiques), relevant du domaine de la toxicologie, de ceux qui affectent les différents compartiments de l’environnement (eau, sol, air, faune, flore), relevant du domaine de l’écotoxicologie. Depuis la mise en œuvre de la directive européenne 98/8/CE, dite « directive biocides », l’évaluation des effets non intentionnels est obligatoire pour toute substance active biocide et, à terme tout produit biocide formulé qui en contient et ce, en préalable à l’octroi d’une autorisation de mise sur le marché (voir le paragraphe sur le droit communautaire dans le chapitre « Cadre législatif et réglementaire de la lutte antivectorielle »).

2Les études normalisées, pour la plupart conduites en laboratoire, permettent de classer a priori les substances actives et les produits dérivés par catégorie de danger pour la santé et pour l’environnement. Une fois les produits autorisés et utilisés, d’autres études circonstanciées, plutôt menées in situ et généralement hors du champ des exigences réglementaires, viennent souvent enrichir les connaissances en la matière et permettent d’adapter a posteriori les recommandations, sinon de restreindre l’usage des produits concernés. Les pages qui suivent seront exclusivement consacrées aux données toxicologiques et écotoxicologiques sur les principales substances actives biocides, que ce soit du fait de leur composition ou de leurs méthodes d’application, sur la base de la littérature et d’études menées ces dernières années.

TOXICITÉ ET ÉCOTOXICITÉ DES PRODUITS BIOCIDES

3Les principaux résultats évoqués ici, résumés de manière forcément succincte, s’appuient notamment sur des travaux de l’Afsset, sur un ensemble de documents d’homologation (français et européens) et sur un grand nombre de travaux d’agences, d’instituts ou de laboratoires français et étrangers (notamment américains et canadiens).

Évaluation des risques

4L’évaluation des risques (conformément à l’annexe VI de la directive 98/8/CE, repris à l’annexe VI de l’arrêté français du 19 mai 2004) se déroule en trois étapes : identification des dangers, évaluation de l’exposition, caractérisation des risques. L’identification des dangers consiste à caractériser la toxicité et l’écotoxicité. Il existe des protocoles normalisés publiés par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) pour la réalisation d’études toxicologiques et écotoxicologiques spécifiques, qui permettent de produire des résultats avec un niveau de confiance maximal. Il est aussi possible de recourir à d’autres protocoles, dont la fiabilité est laissée au jugement des évaluateurs au cas par cas.

5L’évaluation de l’exposition concerne non seulement l’applicateur lui-même, les personnes présentes au moment du traitement, les populations censées bénéficier des mesures de protection mais aussi l’environnement. L’exposition dépend de nombreux facteurs, extrêmement variables d’un contexte à l’autre, parmi lesquels on peut citer le type de formulation, le conditionnement du produit, la méthode et la dose d’application, la fréquence et la durée d’exposition et, dans le cadre d’études expérimentales (notamment en microcosmes), les conditions environnementales (biotiques et abiotiques ; voir les procédures sur CD-ROM).

6Enfin, la caractérisation du risque pour l’homme nécessite de comparer les doses d’exposition mesurées ou estimées aux valeurs toxicologiques de référence (VTR). Le calcul des VTR demande le choix de l’effet toxicologique le plus pertinent et l’application de facteurs de sécurité pour extrapoler les résultats de l’étude expérimentale, réalisée sur l’animal (rat, lapin, chien…), pendant une certaine durée (21 jours, 90 jours, 2 ans…) pour une certaine voie d’exposition (orale, cutanée, inhalation) à l’homme. Le risque pour l’homme est considéré comme acceptable si la dose d’exposition est inférieure à la VTR. Pour la caractérisation du risque environnemental, les concentrations d’exposition mesurées ou estimées sont comparées à la Predicted No Effect Concentration (PNEC), la concentration environnementale en dessous de laquelle le risque est considéré comme acceptable.

Pratiques et mesures de protection

  • 2 Circulaire DRT n° 12 du 24 mai 2006 relative aux règles générales de prévention du risque chimique (...)

7Il existe des bonnes pratiques et des mesures de protection des applicateurs dans le cadre de la réglementation relative à l’utilisation des produits phytosanitaires (Code de la santé publique et Code rural), qui peuvent être transposables par extension aux produits biocides de lutte antivectorielle dont le mode d’utilisation est proche. Par ailleurs, au regard des dispositions du Code du travail, la plupart des produits insecticides entrent dans le champ des agents chimiques dangereux, et leur utilisation est soumise aux règles générales de prévention du risque chimique, décrites aux articles R. 231-54 à R. 231-54-17 de ce Code. Les dispositions réglementaires liées à la prévention du risque chimique sont explicitées dans la circulaire DRT n° 12 du 24 mai 2006 relative aux règles générales de prévention du risque chimique2, à laquelle il convient de se référer.

8Ces règles visent à systématiser – sous la responsabilité de chaque employeur – l’application des mesures permettant, par ordre de priorité, d’évaluer le risque, de le supprimer, d’appliquer le principe de substitution prévu par cette réglementation, et de mettre en place des mesures de prévention adaptées à chaque situation de travail et au niveau des risques constatés.

9Dans le cadre de ces mesures, en ce qui concerne l’utilisation de produits insecticides chimiques, l’employeur doit réaliser un suivi des expositions de tous les travailleurs exposés, par l’établissement de la liste des travailleurs exposés et de la fiche d’exposition (R. 231-54-15). Par ailleurs, les travailleurs exposés aux produits insecticides chimiques sont soumis à une surveillance médicale renforcée telle que définie aux articles R. 241-49 et R. 241-50 du Code du travail.

10Parallèlement, l’employeur doit mettre en œuvre tous les moyens de protection des travailleurs contre les risques liés à l’utilisation de ces produits, en particulier des équipements de protection collective ou, à défaut, de protection individuelle adaptés et correctement entretenus. Cela doit être accompagné d’une information sur le risque encouru et d’une formation à l’utilisation de ces équipements.

11Depuis la création de l’Agence nationale pour la démoustication et la gestion des espaces naturels démoustiqués (Adege) en 1996, les opérateurs publics de démoustication partenaires portent une attention accrue au respect des règles de bonnes pratiques, mais également à l’adoption de mesures de protection de leurs agents en charge des opérations de traitement.

12Des fiches thématiques, élaborées sur la base d’une démarche participative, validées par décision en commission technique paritaire, ont pris place là où, parfois seuls, l’apprentissage oral et l’expérience étaient jugés suffisants. Les équipements de protection individuelle (EPI) sont choisis après consultation du personnel utilisateur. Certains opérateurs publics en démoustication comme, par exemple, l’EID Méditerranée, disposent depuis peu d’un personnel veillant à l’application des consignes d’hygiène et de sécurité, voire d’un responsable permanent. Dans ce même type de structure, la mise en place d’une démarche Assurance Qualité (ISO9000 version 2000) est envisagée à terme à l’échelon opérationnel.

Toxicovigilance

13Les données de toxicovigilance servent de base à des études épidémiologiques. La toxicovigilance est la « surveillance des effets toxiques pour l’homme d’une substance, d’une préparation ou d’une pollution aux fins de mener des actions d’alerte, de prévention, de formation et d’information ». Elle s’appuie aujourd’hui principalement sur le réseau des Centres antipoison et de toxicovigilance (CAPTV). Dans le cadre de sa mission de surveillance des risques sanitaires, l’InVS a été chargé de coordonner les activités de toxicovigilance et de réaliser l’exploitation épidémiologique des données recueillies dans ce cadre. S’agissant de la lutte antivectorielle, le réseau des CATPV a été sollicité, notamment lors de l’épidémie de chikungunya survenue dans l’océan Indien (2005-2006), afin d’évaluer les dangers de certaines molécules et de recenser les intoxications imputées aux produits utilisés dans ce cadre.

Impact environnemental des biocides

14L’impact environnemental des biocides est étudié dans le cadre d’investigations scientifiques menées au-delà des seules exigences réglementaires à finalité d’homologation. Celles-ci permettent d’enrichir les connaissances ou d’évaluer un impact possible d’une stratégie dans son ensemble ou d’une méthode de lutte particulière, ou bien encore d’élaborer une méthodologie adaptée à l’évaluation des effets aux conditions et aux milieux tout à fait particuliers dans lesquels sont réalisées les opérations de démoustication ou de lutte antivectorielle. Les principales études menées en France au cours des dix dernières années sont caractérisées par le fait qu’elles se sont appuyées sur une collaboration souvent étroite entre un ou plusieurs organismes de recherche et les opérateurs publics de la démoustication (voir CDROM), en particulier :

  • 1998-2001 et 2005-2007 : programme d’évaluation à long terme des effets de la démoustication dans le Morbihan ;

  • 1999-2003 : étude comparative in situ (mésocosme) des effets du Bti et du téméphos sur les arthropodes aquatiques non-cibles (dans le cadre du programme européen Life Environment) ;

  • 2005-2007 : programme de recherche sur l’évaluation du risque environnemental lié aux traitements larvicides de démoustication à base de Bti, de diflubenzuron et de spinosad et harmonisation des méthodes applicables aux invertébrés non-cibles dans les zones humides littorales méditerranéennes et atlantiques (dans le cadre du Programme national d’écotoxicologie-Pnetox) ;

  • 2006 : premier bilan sur les impacts des traitements antimoustiques dans le cadre de la lutte contre le chikungunya sur les espèces et les milieux de l’île de la Réunion (expertise collégiale et multidisciplinaire, Diren-Réunion).

REVUE DE QUELQUES SUBSTANCES BIOCIDES

15Aucune substance biocide ne présente une innocuité absolue. Seule une utilisation en toute connaissance de cause permet d’en maîtriser les risques. Les résultats des études qui viennent d’être évoquées sont, pour une part, résumés dans le tableau 9 (pour en savoir plus, voir CD-ROM). Ne sont évoquées dans ce tableau que les substances actives biocides ayant fait l’objet d’une notification pour les types de produit n° 18 et pour lesquelles un dossier a été soumis à la Commission européenne en vue de leur examen et de leur inscription sur la liste positive des substances actives (voir le paragraphe sur le droit communautaire dans le chapitre « Cadre législatif et réglementaire de la lutte antivectorielle »).

Tableau 9 Carte d identité des substances actives biocides*

Tableau 9 Carte d identité des substances actives biocides*

Tableau 9 (suite) Carte d identité des substances actives biocides*

Tableau 9 (suite) Carte d identité des substances actives biocides*

Tableau 9 (suite) Carte d identité des substances actives biocides*

Tableau 9 (suite) Carte d identité des substances actives biocides*

Tableau 9 (suite) Carte d identité des substances actives biocides*

Tableau 9 (suite) Carte d identité des substances actives biocides*

Note * Quelques éléments sur la toxicité, l’écotoxicité et l’impact environnemental de quatre adulticides (deltaméthrine, perméthrine, pyrèthre, naled) et de cinq larvicides (Bti, pyriproxyfène, spinosad, diflubenzuron, téméphos), au terme d’une revue de la littérature (pour en savoir plus sur chaque substance, voir CD-ROM).

16Résultat d’une évolution réglementaire européenne souhaitable, le retrait du marché, déjà décidé ou prévu, des organophosphorés pose la question de leur remplacement (exemple : cas du malathion en Guyane et en Guadeloupe, du fénitrothion à la Réunion, en Corse, en Languedoc-Roussillon). Les principales molécules candidates (spinosad, pyrèthre ou diflubenzuron) présentent par ailleurs des profils toxicologiques et/ou écotoxicologiques peu favorables pour une utilisation généralisée en lutte antivectorielle.

17Certaines substances actives pyréthrinoïdes présentent l’intérêt d’être actives à faible dose et peu persistantes (pas d’effet résiduel), mais demeurent peu sélectives. Une étude d’impact est en cours à l’EID Méditerranée. Son objectif : mesurer les effets sur l’entomofaune non-cible d’une formulation type émulsion aqueuse à base de deltaméthrine appliquée par voie terrestre au moyen d’un nébulisateur à froid en conditions naturelles. Les conditions d’utilisation sont, par ailleurs, contraignantes : délai de réintroduction du bétail d’au moins 24 heures en cas de traitement sur des marais ou prairies pâturés, respect de zones non traitées à proximité de points ou de cours d’eau, risque pour les pollinisateurs. En l’absence d’alternative (nouvelle substance active plus spécifique ou plus sélective), ce mode d’épandage spatial en milieu naturel reste donc problématique et à évaluer.

RÉPULSIFS ET ATTRACTIFS

18De nombreuses questions concernant les avantages et les risques liés à l’utilisation de ces substances actives et produits restent en suspens. Ces substances actives ont fait l’objet d’une notification pour le type de produit n° 19 dans le cadre de la directive 98/8/CE (voir le paragraphe sur le droit communautaire dans le chapitre « Cadre législatif et réglementaire de la lutte antivectorielle »), et sont actuellement en cours d’évaluation au niveau communautaire. Ces produits, comme tout produit biocide, seront à terme soumis à une autorisation de mise sur le marché, après évaluation préalable.

Répulsifs corporels

19Les répulsifs corporels ont donné lieu, suite à l’épidémie récente de chikungunya à la Réunion (2005-2006), à une saisine de l’InVS et des CAPTV par la DGS, l’objectif étant d’évaluer les risques d’intoxication liés à l’usage de ces produits. Cet usage avait en effet été fortement encouragé par les autorités sanitaires. L’étude a notamment permis de montrer que les conséquences d’une telle exposition restent modérées (voir CD-ROM).

20Ce type d’étude permet d’apprécier les risques aigus liés à l’utilisation de cette catégorie de substances, mais il ne permet pas d’appréhender les risques chroniques ou sub-chroniques. À ce jour, les données sur ces biocides restent parcellaires pour un certain nombre de substances et des incertitudes subsistent notamment en ce qui concerne les populations sensibles comme les jeunes enfants et les femmes enceintes.

21Quoi qu’il en soit, il est justifié de considérer les avantages directs de l’emploi de ces produits en fonction de la maladie (fréquence, gravité), d’une part, et de réduire les incertitudes relatives à la toxicité des produits, d’autre part. Par ailleurs, les recommandations françaises existantes ont été délivrées dans un contexte de protection sanitaire des voyageurs plus que pour les populations résidant dans des zones où certaines maladies vectorielles sont endémiques. Les effets de l’utilisation répétée et sur de longues périodes de ce type de produits sont mal connus. Il est enfin nécessaire de disposer de données concernant leur efficacité sur les autres arthropodes d’intérêt médical (tiques…) contre lesquels cette protection individuelle constitue parfois la principale action de prévention.

22L’amélioration des connaissances sur tous ces aspects devrait permettre d’adapter les messages de prévention individuelle destinés au public.

Spirales antimoustiques

23Les spirales antimoustiques (ou tortillons fumigènes) semblent constituer un risque sanitaire non négligeable s’ils sont utilisés en intérieur, en raison de la dégradation de la qualité de l’air lors de leur combustion, du moins au vu de certaines études. Par ailleurs, une enquête de la DSDS de la Guyane a montré une incohérence des recommandations d’utilisation selon les fabricants (usage extérieur seulement, ou efficace également en intérieur), alors que les recommandations sanitaires pour les voyageurs telles que publiées dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) du 24 juin 2008 préconisent leur utilisation à l’extérieur ou dans une pièce aérée. Ces différents éléments ont conduit le ministère en charge de la Santé (Direction générale de la santé, DGS) et le ministère en charge de l’Environnement (Direction générale de la prévention des risques, DGPR) à saisir l’Afsset pour réaliser une évaluation simplifiée des risques, dont les résultats sont attendus en 2009.

Attractifs

24Les attractifs, comme les répulsifs, sont considérés comme des biocides à part entière. L’un des principaux produits auxquels les opérateurs de lutte ont recours est le dioxyde de carbone (CO2). Le CO2 est utilisé dans de nombreux modèles d’appâts, pièges et capturateurs plus ou moins sophistiqués destinés à la destruction ou à la capture des insectes hématophages. Ces pièges sont souvent destinés à alimenter des réseaux de surveillance entomologique ou, plus ponctuellement, à vérifier la présence d’une espèce cible ou à en évaluer l’abondance.

25Le CO2 a fait l’objet d’un dépôt de dossier par une Task Force. Se pose toutefois la question de la pertinence de ce type d’évaluation pour une substance active intrinsèquement présente dans l’environnement et ne présentant guère de danger lors de son utilisation exclusivement autorisée en plein air ou, plutôt, selon ses différents modes de conditionnement (gaz en bouteille, carboglace, neige carbonique, ou résultat de la combustion de gaz butane/propane en bouteille ou d’une réaction chimique).

26Une substance utilisée en complément du dioxyde de carbone et qualifiée de synergisante, l’oct-1-ene-3-ol, renforce son pouvoir attractif pour certaines espèces. Ses propriétés toxicologiques et écotoxicologiques feront prochainement l’objet d’une évaluation communautaire. Autre substance aux propriétés synergisantes : l’acide L-(+)-lactique, qui n’a pas été notifié pour ce type d’usage. Contrairement au CO2 dont les usages sont par ailleurs multiples, ces produits synergisants sont généralement utilisés en quantité infime, ne justifiant guère d’investir dans un processus d’homologation en vue de leur maintien sur le marché.

EFFETS NON INTENTIONNELS LIÉS AUX MÉTHODES D’APPLICATION

27Quel que soit le profil toxicologique et écotoxicologique du biocide utilisé, il importe de ne pas sous-estimer les risques sanitaires liés aux méthodes d’application. De même, les pratiques des services, hétérogènes, peuvent conduire à des différences significatives en termes d’exposition.

28Lors des campagnes de démoustication en métropole, les traitements larvicides de plein champ sont réalisés sur des surfaces parfois considérables (notamment en Languedoc-Roussillon), ce qui nécessite l’intervention de moyens aériens. De telles applications peuvent être sources de dérangement pour la faune aviaire dans les lieux de nidification. Par ailleurs, lors des épisodes de submersion survenant sur le littoral du Languedoc-Roussillon (équinoxes de printemps et d’automne), les traitements antilarvaires à base de Bti ne peuvent être faits que par voie aérienne et à ultra bas volume. Pour réduire les effets de la dérive aérienne et l’évaporation des gouttelettes, une huile minérale adjuvante est ajoutée à la bouillie insecticide. S’il s’avérait nécessaire d’en poursuivre à l’avenir l’utilisation, une autorisation en bonne et due forme devra être délivrée pour le produit biocide dans son intégralité dans le cadre de la directive 98/8/CE (en France, Code de l’environnement, articles L. 522-1 et suivant). Des études sont en cours pour évaluer des techniques alternatives (voir CD-ROM).

29En ce qui concerne les traitements larvicides par voie terrestre (marais à submersion par pluie, entrée marine ou irrigation artificielle), des engins chenillés amphibies légers sont utilisés pour l’épandage. Ils sont susceptibles de laisser des traces de passage et de provoquer un dérangement dont il reste à évaluer l’impact, en particulier sur la flore et l’avifaune (étude en cours à l’EID Méditerranée). Dans le cadre de la démoustication ou lors de certaines opérations de lutte antivectorielle, le recours à des traitements spatiaux sur des moustiques adultes (traitements adulticides ou imagocides) en milieu naturel s’impose parfois. En termes de risques pour la santé et l’environnement, il n’existe pour l’heure aucun biocide totalement satisfaisant à cet égard.

ÉTUDE DE CAS : L’ÉPIDÉMIE DE CHIKUNGUNYA À LA RÉUNION

30L’épidémie de chikungunya, qui a sévi à la Réunion en 2005-2006, a été l’occasion d’analyser des données toxicologiques relatives aux produits biocides, d’étudier celles fournies par les dispositifs de toxicovigilance et de faire une évaluation de l’impact environnemental.

Données toxicologiques

31Les données toxicologiques pour les produits utilisables dans ce cadre ont fait l’objet d’une évaluation comparée par l’Afsset, saisie à cet effet (résultats publiés en novembre 2007). Il faut rappeler que ces évaluations, réalisées dans un contexte d’urgence, ne sont valables que dans le cadre de l’épidémie de chikungunya à la Réunion. Une extrapolation à d’autres contextes, certes possible, demanderait une analyse complémentaire. Par ailleurs, elles présentent des limites méthodologiques, en particulier la modélisation de l’exposition : les modèles d’exposition humaine comme les modèles de dérive de pulvérisation dans l’environnement, issus de l’évaluation des pesticides agricoles, s’adaptent mal aux traitements antivectoriels. Enfin, ce travail ne préjuge pas de l’évaluation qui sera réalisée dans le cadre de la directive 98/8/CE.

Deltaméthrine

32Les risques liés à l’utilisation de deltaméthrine ont été évalués pour des traitements réalisés avec un atomiseur ou un pulvérisateur portés à dos d’homme, des matériels montés sur des véhicules 4x4 et des moustiquaires imprégnées. En traitement antivectoriel, le risque est acceptable pour les travailleurs et pour la population générale, quel que soit le mode d’application.

33Les risques pour les oiseaux, les mammifères et les vers de terre sont acceptables. Le risque est élevé pour les organismes aquatiques ainsi que pour les abeilles lors des traitements en 4x4 (il faudrait préserver une zone non traitée de 100 m). En revanche, il est acceptable dans le cas d’un épandage au moyen d’un pulvérisateur à dos.

34L’utilisation de deltaméthrine en imprégnation des moustiquaires ne présente pas de risque inacceptable pour l’homme adulte, l’enfant ou le nouveau-né.

Perméthrine

35L’utilisation de vêtements imprégnés de perméthrine ne présente pas de risque inacceptable pour l’homme adulte. Dans le cas de l’enfant, le risque est acceptable pour les enfants de moins de 10 ans et de moins de 3 ans.

36Bien que les résultats de l’évaluation des risques liés aux opérations de ré-imprégnation par trempage par un particulier soient favorables, il est recommandé qu’elles soient confiées à des professionnels, en raison d’un certain nombre de risques (voir CD-ROM).

37Le risque encouru par un applicateur ré-imprégnant une moustiquaire avec un spray semble acceptable. Toutefois, en cas de traitement important des vêtements, par exemple en début d’épidémie, l’exposition du manipulateur pourrait alors être importante et dépasser la quantité maximale pouvant être ingérée sans effet dangereux pour la santé (Acute Reference Dose ou ARfD). De plus, cette technique de traitement ne permet pas de garantir une répartition homogène du produit sur le vêtement. Malgré ces réserves, cette procédure peut être envisagée si des tissus ou vêtements pré-imprégnés ne sont pas disponibles sur le marché, mais des consignes de précautions d’utilisation et de fréquence de traitement doivent être données.

Pyrèthre

38Les risques liés à l’utilisation de pyrèthre ont été évalués pour des traitements réalisés avec un atomiseur ou un pulvérisateur portés à dos d’homme et des matériels montés sur des véhicules 4x4.

39Le risque pour l’opérateur ne peut être écarté car on ne dispose guère de données permettant d’évaluer son potentiel de pénétration transcutanée. Certaines mesures pourraient faire diminuer les risques (voir CD-ROM). L’absence de risque pour les organismes aquatiques n’a pas pu être démontrée pour la plupart des organismes considérés. Le risque est acceptable pour les oiseaux et les mammifères. Le risque pour les abeilles n’a pas pu être écarté. Des mesures de gestion du risque seraient donc nécessaires : un appareillage plus sélectif, une limitation des périodes de traitement en fonction de la biologie des abeilles… Le risque pour les vers de terre et les micro-organismes du sol n’a pu être évalué en l’absence de données de toxicité sur ces organismes.

Naled

40Les risques liés à l’utilisation de naled ont été évalués pour des traitements réalisés avec un atomiseur ou un pulvérisateur portés à dos d’homme et pour des matériels montés sur des véhicules 4x4.

41Le risque n’est acceptable ni pour l’opérateur ni pour la population générale, quels que soient les niveaux de protection et les modes d’application. En ce qui concerne les risques pour les animaux, les résultats sont similaires à ceux décrits précédemment pour le pyrèthre.

Bacillus thuringiensis ser. israelensis (Bti)

42Les risques liés à l’utilisation du Bti ont été évalués pour des traitements avec un pulvérisateur manuel à pression préalable, un pulvérisateur à jet porté monté sur un véhicule, un pulvérisateur à jet projeté (lance) monté sur un véhicule et un épandage avec un petit appareil porté qui disperse les granulés et un épandage manuel. Pour l’opérateur et la population générale, ils sont acceptables dans tous les cas sans équipement de protection individuelle.

Pyriproxyfène

43Les risques liés à l’utilisation du pyriproxyfène ont été évalués pour un épandage avec de petits appareils portés qui dispersent les granulés et un épandage manuel.

44Ils sont acceptables pour les épandages manuels ou à l’aide de petits appareils portés par les opérateurs, à condition de porter des gants de protection. Ils sont aussi acceptables pour l’accompagnant et la personne présente à proximité des zones traitées pendant la phase d’application.

45Ils sont élevés pour les organismes aquatiques et considérés comme acceptables pour les oiseaux et les mammifères terrestres.

Spinosad

46Les risques liés à l’utilisation de spinosad ont été évalués pour des traitements avec un pulvérisateur manuel à pression préalable, un pulvérisateur à jet porté monté sur un véhicule et un pulvérisateur à jet projeté (lance) monté sur un véhicule.

47Le risque pour l’opérateur est acceptable dans tous les cas sans équipement de protection. L’absence de risque pour les organismes aquatiques n’a pas pu être démontrée. Le risque est acceptable pour les oiseaux et les mammifères. La forte toxicité intrinsèque du produit envers les abeilles conduit à un risque inacceptable pour cet organisme lors de l’application de produit contenant du spinosad en usage larvicide. Par conséquent, des mesures de gestion du risque seraient nécessaires telles qu’un appareillage plus sélectif, une limitation des périodes de traitement en fonction de la biologie des abeilles. Le risque est considéré comme acceptable pour les vers de terre et les micro-organismes du sol.

Téméphos

48Dans le cadre d’une demande de dérogation pour usage essentiel, les risques liés à l’utilisation du téméphos ont été évalués pour l’épandage manuel de granules à la louche, la pulvérisation manuelle avec un appareil portable à pression préalable, la pulvérisation mécanisée terrestre à jet porté (pneumatique) ou à jet projeté (lance) et la pulvérisation aérienne.

49L’utilisation de mesures de protection permettant de réduire les risques d’exposition des applicateurs a résulté en une marge de sécurité (MOS) supérieure de 30 à la MOS de référence pour tous les scénarios d’épandage. L’évaluation n’a pu être faite pour le scénario de l’épandage manuel à la louche.

50Pour l’exposition de travailleurs pénétrant sur une parcelle traitée, l’exposition est considérée comme nulle dans le cas des granules et de la pulvérisation manuelle et comme acceptable dans le cas de la pulvérisation en pick-up 4x4. Elle est, par contre, inacceptable dans le cas des traitements à jet porté en quad ou en chenillés. L’exposition directe à un traitement aérien présente un risque jugé à la limite de l’acceptable, mais une exposition à la dérive reste acceptable.

51Les effets sur les organismes aquatiques sont jugés préoccupants. Toutefois, une exposition chronique n’est pas à craindre et le risque d’un empoisonnement secondaire des oiseaux ou des mammifères consommant des poissons exposés au traitement est très limité. À la dose de 125 g/ha, il n’y a pas de risque potentiel pour les abeilles.

  • 3 Arrêté du 10 mai 2007 concernant la mise sur le marché et l’utilisation de certains produits biocid (...)

52L’autorisation d’utilisation du téméphos a été accordée jusqu’au 14 mai 2009 à des fins de lutte antivectorielle, mais uniquement dans les quatre départements d’outre-mer (Guadeloupe, Guyane, Martinique et la Réunion). Hors de ces départements, la mise sur le marché de produits insecticides à base de téméphos est interdite depuis le 1er septembre 2006, et leur utilisation depuis le 1er septembre 20073.

Toxicovigilance

53Les dispositifs de toxicovigilance ont permis de recueillir un certain nombre de données sur les cas pathologiques résultant de l’exposition aux biocides. L’InVS a été saisi à trois reprises par la DGS : d’abord pour évaluer les dangers du fénitrothion, ensuite pour évaluer les dangers de la deltaméthrine, et enfin pour envisager la mise en place d’un système de surveillance des intoxications imputées aux actions de lutte antivectorielle.

54Ces saisines ont été traitées par le Comité de coordination de toxicovigilance (CCTV) animé par l’InVS. Les réponses aux deux premières saisines ont notamment permis de préciser les dangers de chacune des substances utilisées, de guider le choix des produits (la deltaméthrine a ainsi remplacé le fénitrothion à partir de février 2006) et de définir des recommandations à l’attention des applicateurs et de la population. Ces recommandations constituent encore la base de l’information délivrée par le service de lutte antivectorielle de la Réunion dans le cadre de ses interventions.

55En réponse à la troisième saisine, un système de surveillance a été mis en place afin de recenser les cas d’intoxication imputés à une exposition à des biocides utilisés pour la lutte antivectorielle, d’une part, et de décrire les circonstances d’exposition les favorisant, d’autre part, dans le but de détecter des écarts aux protocoles. À cet effet, la Cire Réunion-Mayotte s’est dotée d’une cellule de toxicovigilance depuis février 2006.

56Au vu des informations collectées (voir CD-ROM), il est apparu que les symptômes étaient pour la plupart bénins et transitoires. Les symptômes apparus à la suite d’une exposition directe aux insecticides pulvérisés ont permis de détecter des écarts aux recommandations encadrant leur utilisation.

57Un suivi environnemental a été organisé, à l’initiative de la Direction régionale de l’environnement (Diren-Réunion), pour évaluer les effets indésirables des traitements de lutte antivectorielle.

58Même s’il semble que ces traitements à grande échelle n’ont pas eu de conséquences graves sur les milieux et la faune terrestre et aquatique (voir CD-ROM), il faut insister sur les limites de ce suivi. Dans le temps qui lui était imparti, il ne pouvait prendre en compte que les effets létaux et sublétaux à court terme, en aucun cas les effets indirects à long terme. Dans le cadre d’une généralisation de la lutte antivectorielle à la Réunion, les protocoles d’observation mis en œuvre au cours du premier semestre 2006 devraient être poursuivis par l’organisation d’un suivi régulier et le lancement de recherches approfondies sur l’impact des pesticides en milieu tropical. Un programme de recherches pluripartenaires piloté par l’Inra (EnviroChik) a d’ailleurs été élaboré dès le mois de mai 2006 pour répondre spécifiquement à ce besoin. Il n’a, à ce jour, pas trouvé les financements nécessaires. En revanche, les insecticides utilisés pour la LAV à la Réunion ont été intégrés dans un programme d’étude des effets de pesticides sur les récifs coralliens (Ericor) piloté par l’Arvam (Association de recherche pour la valorisation de la mer) et financé par le programme « Pesticides » (APR 2006) du Meeddat.

RECOMMANDATIONS
Évaluer le risque lié à l’emploi des produits biocides : caractérisation préalable et suivi écologique
Les expertises antérieures des effets non intentionnels des produits biocides utilisés en lutte antivectorielle se sont heurtées à certaines limites (manque de connaissances, absence d’outils adaptés, contexte d’urgence).
Diverses dispositions doivent donc désormais être prises :
■ mieux caractériser les expositions des agents chargés des opérations de lutte antivectorielle afin de minimiser les éventuelles conséquences (traitement spatial, traitements intradomiciliaires), en développant des modèles et des scénarios d’exposition spécifiques aux usages en lutte antivectorielle ;
■ mieux caractériser les expositions de la population générale ;
■ prévoir une évaluation a posteriori des substances utilisées, au-delà de l’évaluation a priori, en utilisant et développant des méthodologies adaptées ;
■ mieux caractériser les expositions environnementales en réalisant des campagnes régulières de mesure des conditions environnementales et d’échantillonnage des communautés d’invertébrés dans les différents sites traités comparativement à des zones non traitées ;
■ identifier les espèces indicatrices de la qualité du milieu ;
■ dans une optique d’analyse rétrospective et prospective, assurer une traçabilité des actions de lutte antivectorielle par un enregistrement rigoureux de l’ensemble des activités ;
■ accompagner systématiquement la mise en œuvre des programmes de démoustication par un suivi écologique, fondé notamment sur la caractérisation de la dynamique de fonctionnement du système dans son ensemble et une évaluation (semi-)quantitative de l’efficacité des traitements sur les espèces cibles.

Notes

1 Dans ce chapitre, les références au CD-ROM concernent la question 9 : « Quelles sont les effets non intentionnels de la lutte antivectorielle ? ».

2 Circulaire DRT n° 12 du 24 mai 2006 relative aux règles générales de prévention du risque chimique et aux règles particulières à prendre contre les risques d’exposition aux agents cancérogènes, mutagènes ou toxiques pour la reproduction.

3 Arrêté du 10 mai 2007 concernant la mise sur le marché et l’utilisation de certains produits biocides, contenant des substances actives non notifiées au titre du règlement (CE) 2032/2003 de la Commission du 4 novembre 2003.

Table des illustrations

Titre Tableau 9 Carte d identité des substances actives biocides*
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1234/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Tableau 9 (suite) Carte d identité des substances actives biocides*
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1234/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Tableau 9 (suite) Carte d identité des substances actives biocides*
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1234/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre Tableau 9 (suite) Carte d identité des substances actives biocides*
Légende Note * Quelques éléments sur la toxicité, l’écotoxicité et l’impact environnemental de quatre adulticides (deltaméthrine, perméthrine, pyrèthre, naled) et de cinq larvicides (Bti, pyriproxyfène, spinosad, diflubenzuron, téméphos), au terme d’une revue de la littérature (pour en savoir plus sur chaque substance, voir CD-ROM).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1234/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 237k

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search