Version classiqueVersion mobile

La lutte antivectorielle en France

 | 
Didier Fontenille
, 
Christophe Lagneau
, 
Sylvie Lecollinet
, 
et al.

Mise en œuvre de la lutte antivectorielle

Perception du risque et communication sur la lutte antivectorielle1

Texte intégral

  • 1 Dans ce chapitre, les références au CD-ROM concernent la question 6 : « Perceptions et information (...)

1Quels sont les réseaux d’information, d’éducation et de communication sur la lutte antivectorielle ? Comment les populations l’acceptent-elles et en perçoivent-elles l’efficacité ? Deux questions clés qui ne sauraient être appréhendées séparément en raison de leur forte interdépendance : ce sera l’une des thèses étayées ci-après.

2Si la lutte antivectorielle constitue le principal moyen (voire l’unique) de protection contre toute forme (endémique, épidémique, émergente) de transmission vectorielle d’agents pathogènes, sa perception est conditionnée par la perception du risque de maladie infectieuse vectorielle. Toute communication devra prendre en compte l’une et l’autre : la perception de la réponse protectrice est largement structurée par celle du risque lui-même.

MISE AU POINT SUR QUELQUES CONCEPTS

La perception de la lutte antivectorielle

3Elle renvoie à deux notions distinctes : la perception de son utilité/efficacité vis-à-vis du vecteur et celle de son acceptabilité. Quelle que soit la technique utilisée, la lutte antivectorielle est en effet perçue, ou peut l’être, comme porteuse de risques sanitaires ou environnementaux, voire d’inconvénients et de coûts excessifs. Les Anglo-Saxons parlent de risk trade-off (échange de risque) pour traduire ce lien entre risque vectoriel et risque de la lutte antivectorielle. Il devra être pris en compte dans toute action de lutte antivectorielle et de communication. Il pèse encore plus lourdement lors de situations où le risque vectoriel n’est pas avéré, bien qu’anticipé, et qu’une campagne de lutte antivectorielle est envisagée pour le prévenir.

La communication

4Qu’elle soit de nature informative, éducationnelle ou autre, la communication vise à obtenir des publics-cibles un comportement protecteur effectif et efficace face aux risques identifiés. Dans cette perspective, la juxtaposition des trois notions d’information, d’éducation et de communication dans un seul sigle-concept, IEC, peut être source de confusion. L’information et l’éducation peuvent, en effet, être entendues comme des transmissions descendantes de savoirs et de pratiques justifiées par un déficit cognitif, pas toujours clairement identifié, auquel il s’agit de pallier. La communication fait référence à une approche ou à une méthode générique interactive au moyen de laquelle différents messages ou incitations peuvent être véhiculés, diffusés et rendus signifiants. Autrement dit, bien qu’en partie informative, la communication peut chercher à susciter des sentiments (peur, désir, conformité sociale, etc.), à éveiller des intérêts, sans être pour autant « éducative », l’objectif étant toutefois le même à savoir l’observance de comportements protecteurs. Rien ne permet de déterminer a priori le ressort qui, en fonction du contexte, sera le plus efficace.

IDENTIFICATION DES MESSAGES

5Le contexte historico-socio-culturel d’une campagne de communication, mais aussi son contexte épidémiologique (émergence, épidémie, endémie, présomption) et celui propre au système vectoriel concerné jouent un rôle déterminant sur les perceptions du risque vectoriel et de la lutte antivectorielle. Le choix des messages doit donc en tenir compte.

6D’une manière générale, la détermination de l’objet et du contenu de la communication doit s’appuyer sur la connaissance la plus précise possible des perceptions, des représentations, des connaissances, des croyances, des valeurs et des pratiques des populations exposées au risque vectoriel et à la lutte antivectorielle. Il faut en effet pouvoir répondre à un certain nombre de questions : sur quel aspect ou dimension du risque cette lutte portera-t-elle ? Qui visera-t-elle (des groupes cibles ou l’ensemble du public) ? De quelle façon espère-t-on atteindre l’objectif d’une meilleure efficacité/acceptabilité ?

7En résumé, la communication, pour être efficace, devrait se concevoir comme un produit dérivé des connaissances propres à une situation à risque donnée, dans un contexte donné. Celles-ci portent sur les perceptions par le public, à la fois du risque vectoriel et des bénéfices/risques de la lutte antivectorielle. Il se peut, par exemple, que les « croyances » de la population aillent à l’encontre de la réalité scientifiquement prouvée : lors de l’épidémie de chikungunya de 2005-2006, à la Réunion, une enquête réalisée en mai 2006 a révélé que près de 25 % de la population doutait de l’affirmation selon laquelle le moustique en était la seule cause (pour les références, voir CD-ROM).

LES DIFFÉRENTES FORMES DE LA LUTTE ET LEURS PERCEPTIONS

8Il n’y a pas une perception de la lutte antivectorielle mais des perceptions attachées à chacune des modalités d’action et sur lesquelles viennent se greffer d’autres facteurs de différenciation tels que le coût, la dangerosité perçue et diverses contraintes (environnement, conditions de vie, niveau de développement).

9Concrètement, les approches ou techniques de lutte antivectorielle se répartissent selon trois axes :

  • la prophylaxie environnementale : elle consiste à éliminer les gîtes larvaires et tous les facteurs physiques qui en favorisent la présence et la multiplication ;
  • la lutte mécanique et chimique : elle vise à détruire le moustique (stade aquatique et aérien) à l’aide d’outils chimiques (insecticides) ou biologiques (bactéries, prédateurs…) ;
  • la protection personnelle : répulsifs corporels contre les moustiques ou tout autre moyen physique (moustiquaire, climatisation…) ou chimique (diffuseurs, serpentins…).

10Chacune de ces techniques, dont la mise en œuvre relève de différents acteurs, peut faire l’objet d’information, d’éducation, de sensibilisation et de mobilisation, d’éducation à la santé, au travers d’actions ou programmes de communication. En raison de cette multiplicité des outils/acteurs, la perception/acceptabilité de la lutte antivectorielle semble être en grande partie influencée par la répartition des responsabilités de mise en œuvre (collective et/ou individuelle, institutionnelle ou sociale, locale ou nationale).

11Dans les faits, les individus sélectionnent l’un ou quelques-uns des moyens disponibles, le plus souvent sur la base d’une évaluation subjective du rapport bénéfices espérés/coût, en pensant qu’ils sont ainsi protégés contre les piqûres de moustiques. Sur l’évaluation subjective des bénéfices/risques, une abondante littérature met en lumière une relation inverse entre jugement sur le risque et jugement sur les bénéfices d’une technologie, d’un médicament… (voir CD-ROM). L’un des objectifs de la communication sur la lutte antivectorielle est précisément d’en mieux faire percevoir les bénéfices : complémentarité des trois axes de lutte, spécificités respectives, efficacité en fonction des contextes et des risques propres à chacun des mésusages.

Huit questions préalables à une communication efficace
■ Comment la lutte antivectorielle est-elle perçue en situation de risque vectoriel ? En l’absence de risque vectoriel avéré, comment la communication est-elle perçue ?
■ Quelle est la perception du risque vectoriel et des risques de la lutte antivectorielle ? De ses différents outils ? Quels sont les risk trade-offs ?
■ Quelles relations entre perception du risque vectoriel et communication sur la lutte antivectorielle ?
■ Quelles sont les actions de terrain les plus prometteuses ?
■ La participation/mobilisation communautaire : quelles sont les espérances et pratiques ?
■ Que sait-on en matière de communication sur le risque (vectoriel) et de ses impacts ?
■ Communication publique et communication médiatique : complémentarité ou dissonance ?
■ Quelles sont les propositions pour améliorer la communication sur le risque en relation avec la lutte antivectorielle ?

12Conclusion : il n’est ni pertinent de séparer arbitrairement les perceptions du risque vectoriel des différentes perceptions de la lutte antivectorielle, ni de l’isoler de la communication sur la lutte antivectorielle. Il va de soi qu’il s’agit là de conditions nécessaires pour obtenir l’évolution souhaitée des comportements, mais que ces conditions ne sont pas toujours suffisantes.

ÉTUDES DE CAS

13Dans les exemples qui suivent, une réponse partielle est apportée à certaines des questions préalables évoquées plus haut (voir l’encadré). Pour d’autres questions, de nouvelles recherches sont nécessaires. Ces présentations sont fondées sur la littérature et sur des enquêtes récentes (pour en savoir plus sur chaque exemple, voir CD-ROM).

En Martinique

14La perception de l’efficacité des différents modes de protection (échelle de 0 à 10) varie dans des proportions considérables, comme le montre la figure 1 résultant d’une enquête publiée en 2008. Il semble en particulier que les répondants plébiscitent des modes de protection environnementaux. Certes ces derniers ont sans doute une influence considérable sur la présence du vecteur de la maladie dans leur habitat. Mais du coup, ils ne dépendent pas d’eux (du moins pas complètement) : la plupart des mesures prophylactiques proposées sont mises en œuvre par les services publics. Ce faisant, les enquêtés font donc peser la responsabilité de la prévention, non pas sur leurs actions propres, mais sur celles de la collectivité (services de démoustication), du moins dans une certaine mesure.

15D’une manière générale, les répondants semblent majoritairement satisfaits des services de démoustication (2/3 d’entre eux, environ). Mais quelles étaient les raisons de l’insatisfaction d’un tiers d’entre eux ? Le questionnaire comportait une question ouverte qui leur était destinée. Comme en témoigne la figure 2, une forte majorité critiquait la démoustication (fréquence insuffisante ou incompréhension des règles de distribution). Une petite minorité la jugeait inutile et/ou toxique pour l’environnement. Cela peut être interprété comme la marque d’une minimisation de la cause-moustique.

Figure 1. Efficacité perçue de différentes mesures de protection

Figure 1. Efficacité perçue de différentes mesures de protection

Figure 2. Les motifs invoqués par les insatisfaits ( % de répondants)

Figure 2. Les motifs invoqués par les insatisfaits ( % de répondants)

À la Réunion

16Un rapport d’enquête publié en 2006 montre que sur trois types de mesures collectives – lutte antivectorielle par les métropolitains/lutte antivectorielle par les locaux/élimination des déchets, des encombrants et des carcasses de voiture – c’est la troisième qui est perçue par les enquêtés comme la plus efficace.

17Quant à leur perception de la dangerosité des insecticides pour les humains, la faune et la flore, laquelle est notée de 0 (pas dangereux) à 10 (très dangereux), c’est pour la santé animale et la santé humaine que le risque leur paraît le plus aigu, avec une dangerosité perçue comme légèrement supérieure pour les animaux (en raison sans doute de la médiatisation de nombreux cas d’intoxications d’animaux domestiques ou d’élevage au cours de la période d’enquête).

18En ce qui concerne les pathologies humaines perçues comme associées aux insecticides, il y a des maladies respiratoires et dermatologiques considérées comme bénignes (asthme, allergies, dermatoses, etc.), des maladies graves comme des cancers pour une minorité de répondants seulement (23 %)… Mais d’une manière générale, le chikungunya semble susciter une inquiétude nettement plus élevée que les maladies potentielles liées à l’utilisation d’insecticides pour le combattre.

Figure 3. Perception de l’efficacité de six mesures de protection

Figure 3. Perception de l’efficacité de six mesures de protection

À Mayotte

19Une enquête réalisée fin 2007 enregistre 94,6 % de réponses positives à la question de savoir s’il est utile d’utiliser des insecticides. L’étude comparée des perceptions à différentes mesures de protection montre par ailleurs un net avantage aux moustiquaires par rapport aux produits chimiques (diffuseurs, répulsifs…), ainsi que le montre la figure 3.

En l’absence de risque vectoriel

20Selon un certain nombre de travaux menés en territoire métropolitain, la question des moustiques et de la démoustication constitue, quand il n’y a pas de risque vectoriel, un sujet qui, chez les acteurs sociaux, suscite des discours contradictoires révélateurs d’une réalité sociale complexe et changeante. Les conclusions de ces études montrent que les personnes interrogées reconnaissent être, en effet, gênées par les moustiques, mais s’y être habituées, que le moustique est certes nuisible, mais aussi utile à la nature, qu’elles sont plutôt favorables à la démoustication mais souhaitent préserver les zones dites naturelles. Les auteurs concluent en insistant sur cette indécision assez majoritaire chez les répondants en considérant qu’elle « est révélatrice chez les individus d’une cohabitation entre références anthropocentriques et biocentriques ».

21Les actions ainsi que l’information et la communication autour de ces actions s’effectuent très souvent en étroite collaboration entre les services de l’EID et les services municipaux d’hygiène et de santé des grandes villes : voir, par exemple, les sites Internet des villes de Lyon, Cannes, Bourg-en-Bresse… Ces sites font généralement état de la mise en place d’une lutte contre les nuisibles en signalant que ces animaux (insectes, rongeurs…) peuvent être porteurs de maladies et que cette lutte s’inscrit dans une approche de « salubrité et de santé publique ».

Dans la littérature

22Quelques études portent sur le rôle des médias, sur la formation du jugement des individus face à un risque inconnu comme celui lié aux pesticides, ou encore sur l’impact de campagnes de communication (pour en savoir plus avec références, voir CD-ROM).

23En ce qui concerne les médias, une étude américaine (2002) porte sur leur rôle dans la construction de la perception du risque des insecticides dans la lutte contre le West Nile Virus (WNV). Résultat : insuffisance des informations sur les risques liés aux pesticides et sur les risques d’exposition aux pesticides vs ceux liés au WNV ; même constat pour les informations sur l’efficacité des pulvérisations et leur coût vs celui de l’encéphalite à WNV. Or la lutte contre le WNV illustre parfaitement le risk trade-off et seule une évaluation comparative permettrait au public de juger de la pertinence de la lutte antivectorielle.

24La formation du jugement que portent les individus sur un risque inconnu (car nouveau) fait l’objet d’une autre recherche (2007) qui montre que l’évaluation subjective d’un risque inconnu (dans ce cas, celui lié aux pesticides) est construite à partir de l’association avec d’autres risques (connus) : on parle d’associated risks. D’où la suggestion de s’appuyer sur les « modèles mentaux » pour communiquer.

25En ce qui concerne l’impact de campagnes de communication, une étude relative à la lutte contre la multiplication des gîtes larvaires d’Aedes ægypti met en lumière un paradoxe : l’impact sur les gîtes larvaires d’une communication éducationnelle serait plus efficace que celui de pulvérisations de malathion, même lorsque les deux sont associées. Interprétation : l’association de pulvérisations d’insecticide engendrerait une perception de (fausse) protection.

SUR QUOI ET COMMENT COMMUNIQUER ?

26Très peu de travaux traitent de la communication sur la lutte antivectorielle, voire aucun. Il existe en revanche des publications concernant la communication sur le risque infectieux ou la communication sur le risque vectoriel, les deux possédant d’ailleurs un socle commun.

27Une étude britannique (2000) révèle notamment à quel point l’impact de la communication (sur la perception de risque en général) dépend d’interactions complexes entre les caractéristiques de l’auditoire, la source des messages et son contenu. Les qualités du contenu seraient alors :

  • déclencher l’attention ;
  • être compréhensible ;
  • viser à influer sur la décision ;
  • être dépourvu d’ambiguïtés ;
  • être aisément interprétable afin d’influencer la décision de la cible.

28À noter également que la confiance joue un rôle important dans la mesure où elle est associée à l’expertise de la source, à son caractère non biaisé et ne visant pas le « sensationnel ».

29Conclusion : les qualités nécessaires à maximiser les impacts de la communication sont souvent difficiles à réunir du fait même de l’incertitude scientifique.

30Les cas du Sras, comme ceux du chikungunya et de la dengue, montrent en particulier que le public a tendance à déterminer son comportement sur sa perception du risque (et non sur le risque réel) dans un contexte d’incertitudes fortes sur les voies de transmission de l’infection, sur sa gravité, sur les traitements disponibles et sur la capacité de contrôle individuel. Les individus fondent souvent leurs décisions sur les comportements des autres, surtout si l’information qui leur parvient est le produit d’opinions plus que de la science.

31Une étude américaine (2006) a, par exemple, montré que les médias canadiens ont diffusé des informations souvent contradictoires (par exemple, que le Sras est une menace dangereuse mais lointaine) ou confuses. C’est d’une connaissance fine des perceptions du public, mais aussi des autres acteurs gouvernementaux, qu’il sera possible d’améliorer la communication : comment les individus évaluent-ils leur propre exposition au risque ? De quelle façon les perceptions affectent-elles les comportements ? Quels sont les effets des différentes stratégies mises en œuvre sur les perceptions ?…

SUR LE TERRAIN

32Une multitude d’actions ont été entreprises sur le terrain, notamment à l’occasion de l’épidémie de chikungunya à la Réunion (voir l’encadré, et pour plus de détails ou d’autres exemples, voir CD-ROM).

Réseaux d’information, d’éducation et de communication sur la lutte antivectorielle
Suite à l’atelier Combi organisé par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) à la Réunion, du 19 au 28 juin 2006, la Direction régionale de l’action sanitaire et sociale (Drass) a élaboré un Plan de mobilisation sociale, depuis septembre 2006, articulé autour de cinq axes : mobilisation institutionnelle, mobilisation communautaire, campagnes publiques d’information, communication interpersonnelle, promotion des points d’information. Les objectifs poursuivis portent sur l’adoption de trois comportements individuels, venant en complément de la lutte antivectorielle, de la veille épidémiologique et de l’offre de soins :
– inspection hebdomadaire par chaque foyer des alentours directs de son habitation afin d’éliminer tous les gîtes larvaires potentiels ;
– auto-signalement au numéro vert de toutes les personnes présentant des syndromes évocateurs de chikungunya ou de dengue ;
– utilisation de moyens de protection individuelle (répulsifs, vêtements longs, moustiquaires) y compris, dans le cas d’une infection, en période de virémie.
Ci-dessous un résumé des quelques forces et faiblesses du dispositif :
Suivi et animation de réseaux
– L’épidémie de chikungunya, par son ampleur, a permis de fédérer les institutions et les associations intervenant dans le cadre de l’éducation à la santé autour des messages sanitaires de la lutte antivectorielle. Le réseau a toutefois besoin d’être davantage structuré et animé pour les périodes inter-épidémiques.
– Les formations de formateurs-relais n’ont pas toujours donné les résultats escomptés.
– La crise du chikungunya a mis en évidence l’importance des médias dans la diffusion et la restitution des messages, et donc dans l’acceptabilité des populations aux mesures de lutte antivectorielle.
Évaluation des actions de sensibilisation
Il n’existe guère à ce jour d’outils d’évaluation pour mesurer « l’accroissement » des connaissances ou la modification comportementale.
Compétence des acteurs de mobilisation sociale
– L’éducation sanitaire ne se satisfait pas de l’amateurisme : il faudrait mettre en place des sessions de formation continue pour asseoir les différents messages à délivrer, mais également pour réactualiser les connaissances.
– L’idéal serait d’aboutir à l’élaboration d’un guide de l’éducation sanitaire en matière de lutte antivectorielle. L’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes) pourrait être sollicité.
Amélioration des messages d’éducation sanitaire
– Les messages de lutte antivectorielle, surtout après la crise du chikungunya, sont parfois perçus négativement.
– Sur le terrain, les messages sont bien intégrés, mais ne sont pas appliqués. La compréhension du message n’implique pas la mise en œuvre. Quelle solution ?

33Parmi les campagnes organisées, il faut également signaler la journée annuelle Kass Moustik, fruit du travail d’un collectif d’associations, de personnalités et d’institutions œuvrant en faveur de la participation citoyenne. Conçue comme un temps fort d’éducation et de mobilisation communautaire autour de la destruction des gîtes larvaires, cette journée est considérée comme une réussite par les acteurs locaux. Elle se déroule à la veille de la fête des morts et participe du même esprit qui anime l’opération Toussaint en Martinique. Reste que son évaluation (sur la base de l’indice de Breteau) montre à la fois un effet sensible et un retour à la situation antérieure après quelques semaines.

34Par ailleurs, un rapport d’expertise relatif au problème de la dengue dans les DFA, produit par l’IRD en 2003, souligne la nécessité de faire désormais appel à la participation communautaire (voir l’encadré). Ce même rapport pointe un certain nombre d’actions considérées comme peu concluantes : les visites à domicile des agents des services de démoustication, les réunions publiques d’information, et surtout le projet pilote de mobilisation des cadres municipaux de la ville de Schoelcher, qualifié d’échec. À l’inverse, la tenue de stands d’information dans des lieux publics ou à l’occasion d’événements (comme l’opération Toussaint) et les campagnes d’éducation en milieu scolaire ont montré leur efficacité.

La participation communautaire
L’OMS, très attachée à la lutte communautaire en matière de lutte antivectorielle, a élaboré un plan de mobilisation sociale privilégiant les actions qui prennent en compte les perceptions et souhaits des populations. À ce jour, peu de travaux permettent d’en évaluer les impacts. Deux études méritent néanmoins d’être citées : l’une concerne l’évaluation d’un programme à Porto-Rico (2002), l’autre celle d’un programme mené à Cuba (2004). La première relève une élévation significative des connaissances et de la conscience du public, mais seulement quelques changements de comportement et des modifications limitées sur les indices larvaires. La seconde (2004) constate des résultats en termes de perception et de jugements sur la valeur de la participation communautaire : les répondants en reconnaissant l’utilité et l’obligation d’y participer (conformisme social et politique ?), mais ils jugent sévèrement les leaders, plus concernés selon eux par leur bien-être que par les problèmes de la communauté.
Un certain nombre de critiques ressortent d’autres publications. Par exemple, les attentes ne se traduiraient pas par les effets espérés en raison du poids de l’ancien paradigm (magic bullet). D’où l’idée d’un nouveau paradigme, fondé sur un processus d’apprentissage itératif. Autre explication avancée : l’opposition idéologique et politique entre pragmatiques, favorables à différents modèles utilitaristes de participation, et activistes, privilégiant le modèle d’empowerment. Enfin, un article récent (2007) produit une méta-analyse des évaluations publiées en matière de participation communautaire (11 études retenues). Sa conclusion : les évidences en faveur de l’efficacité d’une approche communautaire, seule ou associée à d’autres mesures, sont faibles (voir « Pratiques et modalités », chapitre 3).
En matière de communication éducationnelle, certains en appellent au développement de la « science-based communication and assessment for policy making toward sustainable health and ecosystem » via la mise en place de Centres d’excellence de recherche et de formation en écologie et santé. Quant à la question de la communication généraliste vs ciblée, la réponse découle de l’identification des groupes sociaux les plus exposés ou les plus vulnérables : il n’y aurait pas grand sens à promouvoir des campagnes uniquement généralistes (indifférenciées) si l’on retient le paradigme de fonder la communication sur la connaissance des perceptions et de leur distribution.

35Plus généralement, il apparaît de plus en plus indispensable d’associer l’ensemble des acteurs, de mettre en place des réseaux, de favoriser la transversalité, de développer des formations et de prendre en compte les structures informelles. Lors de l’établissement de partenariats, les catégorisations doivent également être repensées : plutôt que de se fonder sur la classification individuels/associatifs/institutionnels, il serait préférable de réfléchir en termes d’enjeux stratégiques : partenaires de proximité, d’intérêt, d’opinion. Cette dernière catégorie devient incontournable, « dans la mesure où les services de démoustication seront contraints de passer à une autre échelle en termes de communication » (source : rapport de l’expertise 2003).

RECOMMANDATIONS
Propositions générales et structurantes :
– fonder les programmes de communication relatifs à la lutte antivectorielle sur l’identification des perceptions, des croyances et des pratiques objectivées par des enquêtes représentatives auprès des populations exposées au risque vectoriel, et ce, en tenant compte des connaissances existantes validées ; – organiser la communication sur la lutte antivectorielle pour mieux rendre compte de l’utilité/efficacité des différentes méthodes et outils en fonction du niveau de risque vectoriel ;
– déterminer le contenu de la communication en fonction des contextes socioculturels, épidémiologiques et vectoriels afin de cibler les groupes sociaux en relation avec les facteurs de risque propres à la situation de vulnérabilité et de réticence à l’adoption de comportements protecteurs ;
– développer des recherches interdisciplinaires dans lesquelles l’approche des sciences sociales serait centrale, en particulier sur les populations exposées aux piqûres de moustiques en l’absence de risque vectoriel (de maladie infectieuse) ;
– évaluer les programmes de communication et d’éducation à la santé en termes de changement durable de perceptions et de comportements, pas seulement en termes de mémorisation ou de connaissance ;
– évaluer à l’aide d’indicateurs entomologiques et épidémiologiques les programmes visant à développer la participation communautaire dans la lutte antivectorielle et identifier les obstacles à leur effectivité et/ou durabilité ;
– cas du vecteur Aedes albopictus : les recommandations ci-dessus s’appliquent tout particulièrement à ce moustique. En effet, des départements comme l’Hérault ou les Bouches-du-Rhône risquent d’être colonisés dans les prochaines années. Au-delà des aspects purement techniques, seules des études préalables réalisées dans la population exposée permettront d’élaborer des messages et les campagnes de communication visant à préparer les populations, les élus, les services de santé publique… à cette probable colonisation, voire à une épidémie de chikungunya ou de dengue en métropole.
Propositions opérationnelles :
– établir une plate-forme centrale (Inpes) pour développer une méthodologie et une approche de la communication et de l’éducation sanitaire en matière de lutte antivectorielle, pour travailler sur le contenu de messages types, pour évaluer les meilleurs vecteurs de communication, pour contribuer à la formation de formateurs et former en continu des agents sur ces domaines ;
– mettre en place une équipe de mobilisation sociale rattachée aux structures de gouvernance proposées dans le présent rapport (GIP/ARS) pour une meilleure coordination avec les aspects techniques et les initiatives engagées par les associations, afin d’aider à leur réalisation et à leur amplification (financement, contenus des messages...) ; – organiser une communication régulière avec les médias afin de réduire, autant que possible, les phénomènes de dissonance en fournissant les informations en temps réel, surtout en période d’alerte et épidémique ;
– élaborer un cadre stratégique de communication utilisable en cas d’épidémie, qui pourra être rapidement décliné en fonction des contextes de sa survenue.

Notes

1 Dans ce chapitre, les références au CD-ROM concernent la question 6 : « Perceptions et information-éducation-communication (IEC) sur la LAV : état de la question, problématiques et propositions ».

Table des illustrations

Titre Figure 1. Efficacité perçue de différentes mesures de protection
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1230/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Titre Figure 2. Les motifs invoqués par les insatisfaits ( % de répondants)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1230/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Titre Figure 3. Perception de l’efficacité de six mesures de protection
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1230/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 90k

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search