Version classiqueVersion mobile

La lutte antivectorielle en France

 | 
Didier Fontenille
, 
Christophe Lagneau
, 
Sylvie Lecollinet
, 
et al.

Mise en œuvre de la lutte antivectorielle

Des stratégies variables selon les territoires1

Texte intégral

  • 1 Dans ce chapitre, les références au CD-ROM concernent la question 4 : « Quelles sont les stratégies (...)

1La lutte antivectorielle utilise des outils et techniques différents selon ses objectifs et le groupe de vecteurs ciblés. Elle peut viser la diminution des populations de vecteurs en dessous des seuils nécessaires à la transmission (voir le chapitre « De l’évaluation des risques vectoriels à l’évaluation du risque épidémique »), ou bien l’évitement du contact hôte/vecteur, ou encore l’élimination de populations d’une zone géographique donnée. Les méthodes de lutte diffèrent donc, elles aussi, selon les objectifs fixés et en fonction du contexte vectoriel, écosystémique, environnemental…, mais aussi économique et sociopolitique. De manière générique, on distingue cinq grandes catégories de moyens mis en œuvre : la lutte environnementale, la lutte biologique, la lutte génétique, la lutte mécanique et la lutte chimique (voir toutes ces méthodes de lutte en détail sur CD-ROM, voir également les chapitres « Cadre législatif et réglementaire de la lutte antivectorielle », « La recherche : un gage de succès pour la lutte antivectorielle » et « Effets non intentionnels de la lutte antivectorielle »).

2La première regroupe les actions menées sur l’environnement pour le rendre hostile au développement des populations de vecteurs. La deuxième consiste à utiliser un « ennemi naturel » du vecteur cible pour en diminuer le nombre et ainsi réduire les risques de transmission de l’agent pathogène (virus, bactérie, rickettsie, champignon, parasite). La lutte génétique vise surtout à réduire le potentiel reproductif des arthropodes nuisibles par une altération ou un remplacement du potentiel héréditaire. Sous le vocable de lutte mécanique, sont regroupées les techniques destinées à capturer les vecteurs et celles qui s’opposent au contact hôte/vecteur. Enfin, la lutte chimique s’appuie sur l’utilisation de produits chimiques (d’origine végétale ou de synthèse) pour la fabrication d’insecticides, de répulsifs ou d’attractifs des insectes vecteurs.

3Dans ce chapitre seront abordées les différentes stratégies adoptées en France, dans les territoires d’outre-mer et sur le territoire métropolitain.

SANTÉ HUMAINE

4À ce jour, les maladies humaines à transmission vectorielle concernent les territoires d’outre-mer pour l’essentiel. Elles n’épargnent toutefois pas la métropole, notamment la Corse et la partie continentale du pourtour méditerranéen.

Dans les territoires d’outre-mer

5Des plans de surveillance et/ou d’alerte de plus ou moins grande ampleur ont été mis en place.

En Guadeloupe

6La seule maladie d’actualité est la dengue. Transmise par le vecteur Aedes aegypti, elle sévit depuis quelques années sur un mode endémo-épidémique. Ce vecteur se reproduit surtout dans les petites réserves d’eau claire, dans ou autour des habitations : fûts de stockage d’eau (30 % des gîtes larvaires répertoriés), vases de fleurs (10 % des gîtes), citernes, gouttières, objets et détritus divers susceptibles de contenir de l’eau pluviale, etc.

7Compte tenu de l’écologie du vecteur, la stratégie de base consiste en des visites domiciliaires au cours desquelles les agents de la lutte antivectorielle détruisent ou traitent chimiquement les gîtes de Aedes aegypti. En parallèle, ces derniers contribuent à l’éducation sanitaire des personnes visitées. Quant aux actions de mobilisation sociale, elles sont développées avec les municipalités (projets de santé de type communautaire), de même que les actions de sensibilisation dans les écoles ou, plus ponctuellement, dans le cadre d’associations.

8Sur le plan technique, les acteurs de la lutte antivectorielle s’efforcent de mettre en place des actions pérennes, non chimiques, pour contrôler les vecteurs : couvercles pour les fûts, modifications des gouttières, élimination des pneus usagés… La surveillance entomologique porte également sur Aedes albopictus (ports, aéroports) et sur des nuisants tels que Culex quinquefasciatus. Plus globalement, des plans communaux sont en cours d’élaboration.

9Un Plan de surveillance, d’alerte et de gestion des épidémies (Psage) de dengue a été rédigé en 2006 dans le cadre d’un partenariat entre la Cire-AG, le service de démoustication de la Martinique, les CVS de Martinique et de Guadeloupe, et le service de lutte antivectorielle de Guadeloupe (voir « Comment s’organise la gouvernance ? », partie I). Une démarche similaire est en cours pour les départements français d’Amérique dans le cadre de la lutte contre le chikungunya.

10Au nombre des nouveautés : l’utilisation croissante des Systèmes d’information géographique (SIG). L’une des difficultés majeures : au-delà des tensions sociales liées au transfert des personnels au conseil général, il manque un encadrement intermédiaire suffisant. Il est en effet anormal de faire reposer la gestion d’un service de lutte antivectorielle tel que celui de la Guadeloupe sur une seule personne à mi-temps (l’ingénieur entomologiste de ce service n’intervient qu’à 70 % de son temps sur un territoire plus grand que la Martinique, laquelle est pourvue de deux entomologistes et d’un ingénieur à temps plein).

En Guyane

11Un comité de suivi des maladies humaines transmises par les insectes est composé des différents acteurs de la santé et de la lutte anti-vectorielle sur le territoire, à savoir : la DSDS, le SDD, l’institut Pasteur de Guyane (IPG), les hôpitaux, l’université, les médecins libéraux. Ce comité fait régulièrement le point sur la situation épidémiologique des différentes maladies à transmission vectorielle (principalement le paludisme et la dengue) et décide éventuellement d’améliorations dans la conduite à tenir pour lutter contre ces maladies.

12La dengue, le chikungunya et la fièvre jaune font partie de ces maladies sous haute surveillance. En ce qui concerne la fièvre jaune, le dernier cas recensé date de 1998. La principale prévention passe par la vaccination. Quant à la lutte antivectorielle, elle peut être intégrée dans celle contre Aedes aegypti, vecteur potentiel de cette maladie en ville, outre son aptitude à transmettre la dengue. Pour cette dernière, la surveillance entomologique consiste à évaluer des indices de Breteau (IB) mensuels, par échantillonnage dans l’ensemble des secteurs des communes de l’île de Cayenne, et à les évaluer à l’occasion de visites domiciliaires systématiques dans les autres communes. La lutte antivectorielle proprement dite comporte pour sa part plusieurs phases selon la situation épidémique et la localisation :

  • visites domiciliaires systématiques, éventuellement orientées par les indices IB, avec élimination mécanique des gîtes larvaires et traitement par du Bti des gîtes impossibles à éliminer ;

  • épandage spatial d’insecticide par appareil tracté (Ultralow Volume, i.e. ULV) dans toutes les zones accessibles en voiture selon un programme pré-établi ;

  • actions autour des cas signalés avec adresse précise par la DSDS : au domicile du patient, brumisation de deltaméthrine à l’intérieur du domicile et élimination mécanique des gîtes larvaires voire, si besoin est, traitement larvicide au Bti ; autour du cas en zone urbanisée type Cayenne, élimination mécanique des gîtes larvaires voire, si besoin est, traitement larvicide et pulvérisation spatiale d’insecticide dans le bloc où se situe le cas ; autour du cas en quartier résidentiel (type villas), intervention dans un rayon de 100 mètres (élimination mécanique des gîtes larvaires voire, si besoin est, traitement larvicide et pulvérisation spatiale d’insecticide à l’extérieur des maisons) ;

  • actions en cas de méconnaissance de l’adresse : épandage spatial d’insecticide dans l’ensemble de la résidence ou du lieu supposé du ou des cas à raison d’un passage toutes les semaines (deux semaines de suite).

13Concernant le paludisme, véritable problème de santé publique en Guyane, où il sévit particulièrement le long des fleuves frontières (avec le Suriname à l’ouest et avec le Brésil à l’est), il est transmis pour l’essentiel par Aedes darlingi mais aussi par plusieurs vecteurs secondaires. Une carte des zones à risque, régulièrement actualisée par le comité de suivi, est disponible sur le site de la préfecture de la Guyane. La lutte antivectorielle se fonde principalement sur des pulvérisations murales d’insecticides (deltaméthrine) tous les trois à quatre mois dans les zones d’endémie, une opération effectuée par le SDD. À noter également des interventions ponctuelles autour des cas recensés. Des opérations moustiquaires imprégnées de longue durée ont, en outre, été lancées depuis l’an dernier, avec la participation des services de Protection maternelle et infantile (PMI) de la Croix-rouge, du SDD, etc. Quant aux principaux sites larvaires (marécages, canaux…), ils sont traités au téméphos. Parallèlement, un certain nombre de recommandations sont préconisées pour les non-résidents.

14En revanche, aucune action de lutte antivectorielle spécifique n’est actuellement mise en œuvre pour la fièvre West Nile (la surveillance repose sur le suivi des chevaux par les services vétérinaires), ni pour les leishmanioses (excepté quelques conseils aux personnes se rendant en forêt), ni pour la maladie de Chagas. Cette dernière fait toutefois l’objet d’un programme de recherche sous la houlette du laboratoire de parasitologie du CHU de Cayenne. Enfin, des actions sont menées contre des nuisants (voir CD-ROM).

En Martinique

15Depuis 1991, suite à une convention de mise en commun des moyens humains et matériels de l’État et du conseil général, les activités du service de lutte antivectorielle s’exercent dans le cadre d’une démoustication généralisée (vecteurs de maladie et nuisants). La stratégie mise en place porte sur :

  • l’information de toutes les couches de la population ;

  • l’assainissement du milieu (au niveau individuel et collectif) ;

  • le développement d’une approche communautaire : intervention des relais municipaux-démoustication, opération Toussaint (depuis 1998), outils pédagogiques en partenariat avec l’Éducation nationale, journée de lutte contre le moustique, ateliers démoustication… ;

  • l’utilisation rationnelle des molécules insecticides (chimiques et biologiques).

16En parallèle, une activité de recherche à visée opérationnelle s’est développée depuis un peu plus d’une quinzaine d’années (écologie de Aedes aegypti, résistance aux insecticides, indicateurs entomologiques, etc.).

17Les actions de lutte antivectorielle concernent surtout la dengue, le paludisme et la fièvre à virus West Nile. Pour la dengue, les interventions sont formalisées depuis 2006 dans le cadre du Psage évoqué précédemment. Pour le paludisme, les cas importés sont signalés au SDD qui mène alors des investigations entomo-épidémiologiques et met éventuellement en place une action de contrôle vectoriel contre les anophèles (en particulier Anopheles albimanus). Quant au virus West Nile, une action a été lancée en 2003 avec les services vétérinaires bien qu’aucun cas (ni humain ni animal) n’ait été recensé. Une cartographie des sites d’élevages équins et ovins est tenue à jour, lesquels font l’objet d’une surveillance entomologique (suppression/traitement systématique des gîtes larvaires identifiés). S’ajoute à cela une veille entomologique relative à Aedes albopictus : un réseau de surveillance a été mis en place depuis 1987 et renforcé en 2004 au niveau de certains sites sensibles (zones portuaires/aéroportuaires, marinas…). Des espèces nuisantes font également l’objet d’un contrôle régulier (voir CD-ROM).

À la Réunion

18Le paludisme a été éradiqué sur l’île (label d’éradication du paludisme décerné par l’OMS en 1979). À ce jour, la Réunion reste malgré tout une zone fragile compte tenu de la présence du vecteur Anopheles arabiensis (sur l’ensemble des zones littorales de l’île notamment) et en raison de l’intensification des échanges avec les pays voisins. La stratégie actuelle de lutte vise à éviter la réintroduction et l’installation stable du parasite et à intervenir sur les cas déclarés. La quasi-totalité d’entre eux (de 100 à 150 par an) est importée (48 % des Comores, 41 % de Madagascar). Les principaux gîtes sont cartographiés, ce qui permet un suivi de leur localisation et le choix des traitements préventifs. L’objectif est de maintenir le vecteur en zone rurale, où les campagnes de traitement l’ont maintenu depuis les années 1980.

19En ce qui concerne la dengue, la fièvre jaune, le chikungunya et la fièvre de la vallée du Rift (FVR), la lutte a en quelque sorte « bénéficié » de la résurgence de la dengue (2004). Le service de lutte antivectorielle a en effet commencé à développer une stratégie de lutte contre les vecteurs urbains et notamment contre Aedes albopictus. Les premières actions (lutte périfocale, éducation sanitaire) ont ensuite été complétées à la lumière de l’expérience acquise lors de l’épidémie de chikungunya (2005-2006). L’omniprésence de Aedes albopictus dans toutes les zones urbaines, jusqu’à 1 200 mètres d’altitude et durant toute l’année sur le littoral, oblige le service de lutte antivectorielle à y focaliser la lutte.

20Les 24 communes de l’île ont été découpées en 1 093 zones « homogènes » (voir détails sur CD-ROM) regroupées en 274 quartiers urbains. Chaque mois, 150 à 200 évaluations sont réalisées sur ces zones, ce qui permet de cibler la lutte sur celles où les densités de vecteurs sont les plus élevées. Parallèlement, des actions sont menées pour diminuer les stades aquatiques du vecteur en agissant sur les principaux gîtes larvaires productifs en continu (cimetières, ravines, bassins naturels…) ou temporaires (décharges, carcasses, chantiers…).

21Autre volet de la stratégie adoptée : le traitement des cas d’arboviroses, pour éviter la transmission des virus et l’apparition de cas secondaires. En complément du système de surveillance s’appuyant sur les données recueillies par les hôpitaux et laboratoires d’analyse, une cellule de veille sanitaire a ainsi été mise en place à la Drass depuis décembre 2006. Dans le même temps, une approche communautaire s’est développée. Elle vise à informer la population des mesures susceptibles d’être mises en œuvre à partir de la méthode Combi (voir le chapitre « Perception du risque et communication sur la lutte antivectorielle », et sur le CD-ROM). Enfin, toutes les actions du service de lutte antivectorielle sont géoréférencées, archivées dans une base de données et analysées chaque semaine.

22Afin de coordonner les politiques publiques, un GIP « Service de prophylaxie renforcé » (SPR) a été créé en octobre 2006 (voir le chapitre « Comment s’organise la gouvernance ? »). Il associe l’État et les collectivités territoriales et locales. Les actions menées dans le cadre de ce GIP jouissent d’une meilleure visibilité pour la population et leur efficacité est décuplée par la mise en commun de ressources humaines et matérielles. Cette cohabitation au sein d’une même structure-référence constitue donc un atout et sera primordial si l’île devait connaître un nouvel épisode épidémique majeur.

À Mayotte

23Cette île est une zone d’endémicité palustre. Le taux d’incidence annuelle du paludisme y est compris entre 3,1 ‰ et 5 ‰, avec une diminution du nombre de cas déclarés depuis cinq ans (792 cas en 2003, 496 cas en 2006). Quant au paludisme importé, il provient essentiellement de l’archipel des Comores.

24La stratégie de lutte contre les vecteurs du plasmodium (Anopheles gambiae et Anopheles funestus) repose sur la lutte imagocide et larvicide chimique. Des traitements intra-domiciliaires à effet rémanent sont effectués tous les quatre à cinq mois, avec un assez bon taux de couverture (80 % environ). Des traitements antilarvaires aux organophosphorés sont régulièrement réalisés dans les flaques et ornières temporaires, eaux stagnantes… Les grands bassins permanents et retenues collinaires sont également traités (ensemencement avec des poissons larvivores). Des enquêtes entomologiques sont menées autour de chaque cas de paludisme déclaré, avec destruction des gîtes éventuels et traitement éventuel dans les maisons environnantes. À noter, en outre, que la stratégie de contrôle du paludisme à Mayotte ne sera pleinement efficace que si la lutte antipaludique s’intensifie parallèlement au niveau régional (dans les îles de l’archipel des Comores notamment).

25En ce qui concerne la lutte contre les arboviroses et ses vecteurs, son développement est récent, pour les mêmes raisons qu’à la Réunion. Depuis l’épidémie de chikungunya de 2005-2006, le service de lutte antivectorielle s’est attelé à la lutte contre les vecteurs urbains, notamment Aedes aegypti et Aedes albopictus. Dès l’été austral 2006, une campagne généralisée de traitement chimique (imagocide et larvicide en péridomiciliaire) était organisée commune par commune, ce qui a nécessité un renfort de près de 150 vacataires. L’approche communautaire a également été renforcée par la mise en place d’un programme de mobilisation sociale et d’éducation sanitaire selon la méthode Combi (voir le chapitre « Perception du risque et communication sur la lutte antivectorielle », et sur le CD-ROM).

26Très récemment, une dizaine de cas humains de fièvre de la vallée du Rift ont été identifiés, ainsi que des cas dans des cheptels (bovins et petits ruminants). Ce nouveau risque a conduit à développer des actions de lutte ciblée, notamment des prospections entomologiques et des captures de moustiques (autour des cas et des cheptels contaminés) et des traitements préventifs en vue de limiter l’extension du virus. La stratégie de lutte contre les vecteurs d’arboviroses devrait prochainement être revue pour notamment intégrer la lutte périfocale autour des cas signalés et développer la surveillance entomologique pour orienter les actions de lutte. Une cellule de veille sanitaire est en cours de création.

En France métropolitaine

27Les régions les plus exposées se situent autour de la Méditerranée, en Corse et sur le continent. Comme en outre-mer, les stratégies de lutte s’inscrivent dans le cadre réglementaire et législatif notamment défini par les lois 64-1246 de décembre 1964 et 2004-809 d’août 2004 ainsi que par un certain nombre de circulaires (voir le chapitre « Cadre législatif et réglementaire de la lutte antivectorielle »).

En Corse

28Sur l’île de Beauté, la lutte antivectorielle concerne essentiellement les moustiques nuisants : Culex sp., Aedes (Ochlerotatus) caspius, Aedes detritus, Aedes vexans et Aedes mariae. Elle concerne également les vecteurs potentiels d’arbovirus (Aedes albopictus) ou de Plasmodium (Anopheles du complexe Maculipennis dont Anophele labranchiae). Le vecteur Aedes albopictus a été signalé pour la première fois en Corse en 2006. Quant à la dernière épidémie de paludisme, elle date de 1972. Cinq structures sont à ce jour impliquées dans la lutte antinuisance ou antivectorielle : les conseils généraux de Corse-du-Sud et de Haute-Corse, la Direction de la solidarité et de la santé (DSS) Corse et Corse-du-Sud, la Ddass de Haute-Corse et le Service communal d’hygiène et de santé (SCHS) de la ville de Bastia.

29Plus précisément, les actions menées en Haute-Corse s’inscrivent dans le cadre de la surveillance et du contrôle des vecteurs de Plasmodium (identification et traitement des gîtes larvaires) et de Aedes albopictus (traitements antilarvaires et adulticides). En Corse-du-Sud, près de 1 400 gîtes à Anopheles sont suivis et traités (prioritairement par des antilarvaires). Depuis l’apparition de Aedes albopictus, l’activité du service de lutte antivectorielle se diversifie. Les moustiques nuisants font désormais l’objet de contrôles. En Haute-Corse comme en Corse-du-Sud, les acteurs de la lutte antivectorielle ont pris acte de l’implantation récente de ce vecteur et travaillent à redéfinir leur stratégie.

Sur le continent

30En milieu urbain comme en milieu rural, la stratégie vise prioritairement le contrôle des gîtes larvaires. L’un des avantages est de pouvoir ainsi identifier les espèces à cibler et l’étendue des zones à traiter et, par là même, de mieux choisir les insecticides tout en réduisant les impacts sur l’environnement. Ce contrôle concerne essentiellement trois espèces de moustiques (sur les 105 présentes en France) auxquelles sont attribuées les plus grandes nuisances : Aedes (Ochlerotatus) caspius et Aedes (Ochlerotatus) detritus, ainsi que Culex pipiens molestus (une espèce commensale de l’Homme présente en milieu urbain). Un peu plus d’une quinzaine d’autres (voir CDROM), aux nuisances plus ou moins fortes, locales ou saisonnières, font l’objet de contrôles spécifiques par les EID, tandis que Aedes albopictus est surveillé depuis peu, notamment dans le cadre du plan antidissémination du chikungunya et de la dengue en métropole.

Les trois espèces de moustiques les plus nuisantes en Méditerranée
Aedes (Ochlerotatus) caspius et Aedes (Ochlerotatus) detritus sont des espèces halophiles inféodées aux milieux naturels humides saumâtres semi-temporaires et particulièrement bien adaptées au climat méditerranéen. Les éclosions sont provoquées par des submersions, les œufs restant toutefois viables pendant plusieurs années en l’absence de mise en eau. La nuisance s’exprime brutalement, surtout à l’aube et au crépuscule, et hors des habitations. La gestion hydraulique des milieux naturels joue donc un rôle déterminant. Par exemple, l’irrigation des prés-salés et les marais temporaires sont autant de situations propices aux éclosions.
Quant au Culex pipiens molestus, il colonise les eaux stagnantes domestiques et les eaux usées. Il pique la nuit à proximité immédiate des gîtes larvaires, essentiellement à l’intérieur des habitations. Cette espèce, présente dans toutes les agglomérations, est à l’origine de phénomènes de nuisance localisés.
Pour en savoir plus : voir CD-ROM.

31La stratégie de lutte antilarvaire s’appuie sur un processus en plusieurs étapes. La première consiste à cartographier les biotopes larvaires et les potentialités d’éclosions et ce, à une échelle très fine selon une méthodologie et une typologie définies par l’EID Méditerranée. Régulièrement mise à jour avec des données géoréférencées via un SIG, elle permet de prospecter et de décider des contours de traitements. En milieu naturel, les sites sont identifiés et recensés en utilisant les corrélations milieu-moustique-végétation établies par l’opérateur pour les zones humides de son rayon d’action (voir CD-ROM). Cette cartographie l’aide à appréhender le fonctionnement des milieux naturels sur lesquels il va intervenir et constitue un outil de formation, de diagnostic, de gestion et de communication pour la lutte intégrée. En milieu urbain, les gîtes pérennes et/ou à fort potentiel de production (voire occasionnels) des domaines public ou privé font l’objet de recensements systématiques qui peuvent donner lieu à des cartographies spécifiques.

32Une deuxième étape porte sur l’observation des variations de niveaux d’eau et l’identification des éclosions. Elle vise le repérage des zones à traiter et la délimitation des contours de traitements, à partir des mises en eau identifiées sur les habitats larvaires, en s’appuyant sur la cartographie évoquée précédemment. Pour des raisons d’efficacité, l’idée est en effet d’effectuer les traitements le plus en amont possible. Les biotopes potentiels de chaque zone humide ou du secteur urbain font donc l’objet d’observations de terrain répétées, à des rythmes très variables liés aux espèces pressenties, aux phénomènes météorologiques et aux interventions humaines dans la gestion des eaux (voir CD-ROM). Cette phase (plus de 60 % du temps des agents) garantit la précision des traitements ultérieurs, en particulier une démoustication ciblée limitant les impacts sur l’environnement.

33Vient alors l’étape du choix de l’intervention (physique, chimique…, terrestre ou aérienne). Ce choix s’opère au regard de divers paramètres : mise en eau ou pas des habitats larvaires, stade de développement des larves et densité, probabilités d’éclosion, contexte météorologique et distance entre gîtes et zones à protéger… Il doit également tenir compte de la disponibilité des moyens, mais aussi de la sensibilité des populations et des risques pour l’environnement. D’autres moyens, mais à plus long terme, peuvent enfin être employés, à savoir des travaux d’entretien, de prévention, de gestion de l’eau ou de réhabilitation (des cordons dunaires en zones de marais…).

34Les opérations de traitement proprement dites dépendent des superficies à traiter pour une grande part. Pour celles de taille modeste, différentes techniques de traitement terrestre sont utilisées. Pour les superficies importantes (50 ha à 1 000 ha/jour), on recourt aux traitements aériens. L’EID Méditerranée dispose, par exemple, d’une station d’approvisionnement (aérodrome de Candillargues, Hérault) et d’une flotte de six avions depuis 2007. Le choix des biocides est notamment réglementé par le dispositif biocide (directive 98/8 CE) (voir CD-ROM ainsi que les chapitres « Cadre législatif et réglementaire de la lutte antivectorielle », et « La recherche : un gage de succès pour la lutte antivectorielle »). Le Bti, dont l’efficacité est généralement suffisante, est le seul larvicide en usage. Quant aux adulticides, on emploie le fénitrothion (avant qu’il ne soit retiré du marché fin 2009) en zone naturelle. En ville ou en périphérie urbaine, la deltaméthrine est utilisée seule ou associée à l’esbiothrine.

35Enfin, il est nécessaire de contrôler a posteriori l’efficacité du traitement. Pour cela, on procède à de nouvelles prospections et à des captures d’adultes. Ces investigations peuvent conduire à une reprise du traitement larvicide ou bien à un recours à un traitement adulticide dans certains cas. En effet, l’émergence d’adultes sur certains gîtes, même de faible superficie, peut réduire considérablement l’efficacité globale du dispositif de démoustication, en particulier à proximité des zones urbanisées.

SANTÉ ANIMALE

36Maladies transmises par les tiques dans les départements français d’Amérique (DFA), hémoparasitoses des bovins à la Réunion, fièvre catarrhale ovine (FCO) en France métropolitaine : tels sont, entre autres, les fléaux qui frappent l’animal.

Dans les départements français d’Amérique

37La tique Amblyomma variegatum transmet la cowdriose à une forte proportion du bétail en Guadeloupe, à Marie-Galante et à Antigua, tandis que la Martinique est indemne. Les babésioses et l’anaplasmose, transmises par Boophilus microplus, touchent en revanche les trois départements. S’ajoutent à cela plusieurs sérotypes de fièvre catarrhale ovine (FCO), mais sans réelles conséquences cliniques à ce jour. Enfin, on note en Guyane une présence importante de trypanosomose à Trypanosoma vivax transmis mécaniquement par des stomoxes et tabanidés.

38En Guyane, il n’existe pas de lutte antivectorielle organisée. En outre, les services vétérinaires qui fournissaient des soins gratuits aux éleveurs sont fermés depuis juillet 2007. En l’absence d’une base juridique pour les mesures de contrôle aux frontières, celles-ci se limitent à une sensibilisation des éleveurs par la Direction départementale des services vétérinaires (DDSV) pour dissuader les importations d’animaux de zones infestées.

39Pour les départements de Guadeloupe et de Martinique, un Programme d’opération spécifique à l’éloignement et à l’insularité des DOM (Poseidom) a été engagé par l’État pour lutter contre les maladies transmises par les tiques. À partir de 2000, la stratégie envisagée a été de s’orienter vers un traitement épicutané bimensuel du bétail par des équipes des Groupements de défense sanitaire (GDS), d’abord à l’amitraz (acaricide), puis à la fluméthrine (pyréthrinoïde). Ce traitement n’est pas gratuit (contrairement à l’option prise par le programme similaire en Caraïbe, le CAP ou Caribbean Amblyomma Program, voir CD-ROM). Mais il est fortement subventionné par le ministère de l’Agriculture et de la Pêche et par des fonds européens. Des arrêtés préfectoraux rendent ces mesures obligatoires. En Martinique, les élevages sont, en outre, classés selon leur statut vis-à-vis de la présence d’Amblyomma variegatum.

40Reste que depuis 2003, des problèmes politiques au sein du GDS de la Guadeloupe y ont freiné les efforts. Enfin, si la stratégie retenue s’est révélée efficace pour la lutte contre les maladies transmises par les tiques (élimination d’Amblyomma variegatum de certaines îles de la Caraïbe dans le cadre du CAP), sa mise en œuvre se heurte à l’extrême intensité de l’infestation dans certaines zones (Guadeloupe), au type d’élevage (élevage familial, bovins au piquet) et aux problèmes d’organisation des GDS (Guadeloupe).

À la Réunion

41Outre les hémoparasitoses (quatrième cause de mortalité animale en 2004), les maladies affectant les animaux sont : les babésioses (Babesia bigemina et Babesia bovis transmises par Boophilus microplus), l’anaplasmose (Anaplasma marginale transmise par Boophilus microplus ou par des stomoxes Stomoxys calcitrans et Stomoxys niger), la cowdriose (Cowdria ruminantium transmise par Amblyomma variegatum). Il faut également noter la présence d’une transmission de plusieurs sérotypes de FCO, sans que des conséquences cliniques soient à ce jour enregistrées.

42Le programme Poseidom a été mis en œuvre par le Groupement régional de défense sanitaire du bétail de la Réunion (GRDSBR). Initialement, il consistait en une distribution gratuite de deltaméthrine en pour-on par les cliniques vétérinaires. À partir de 1996, les offres de lutte se sont diversifiées : association de luttes biologique, mécanique, chimique et environnementale contre les stomoxes, conjugaison d’un traitement chimique avec une lutte environnementale contre les tiques Boophilus et traitement chimique seul contre les tiques Amblyomma. À partir de 2002, un contrat d’engagement a été signé avec les éleveurs décidant de rejoindre le programme, avec proposition d’une aide technique et financière.

43Une évaluation a été réalisée sur la base de suivi des résultats d’autopsie par un réseau d’épidémio-surveillance et d’analyses sérologiques (données disponibles pour Babesia bigemina et Anaplasma marginale). Il a été constaté que la séroprévalence entre 1994 et 2006 n’avait que faiblement diminué pour la babésiose et qu’elle avait augmenté pour l’anaplasmose, avec de fortes variations interannuelles. Ce relatif échec pourrait s’expliquer par une réduction des abondances insuffisante pour briser les cycles de transmission. La lutte antivectorielle dans ce département a souffert d’un manque de recherche entomologique sur la biologie des vecteurs avant le démarrage de la lutte.

En France métropolitaine

44La principale maladie vectorielle est la fièvre catarrhale ovine (FCO). Entre 2000 et 2004, la seule partie du territoire concernée était la Corse (sérotypes 2, 4, 16) après que la présence de Culicoides imicola, le principal vecteur du virus de la FCO dans l’Ancien Monde a été confirmée. La transmission de ce virus en Corse et dans le reste du bassin méditerranéen est associée à la remontée vers le nord de la limite de distribution de Culicoides imicola, qui pourrait être liée au changement des écosystèmes méditerranéens (pour la migration de ce vecteur, voir CD-ROM et le chapitre « De l’évaluation des risques vectoriels à l’évaluation du risque épidémique »). Dans un autre contexte écologique, suite à l’introduction inattendue du sérotype 8 dans le Benelux en 2006, une grande majorité du territoire français est infectée par ce sérotype fin 2008. De plus, fin 2007, le sérotype 1 a été introduit dans le Pays basque espagnol et français pour s’étendre, en 2008, dans tout le quart Sud-Ouest de la France.

45Hormis la FCO, d’autres maladies touchent les cheptels, comme les maladies à tiques (notamment piroplasmose et besnoidiose, en expansion dans la région Provence-Alpes-Côte d’Azur). À noter également le premier foyer de surra (trypanosomose à Trypanosoma evansi) sur le continent européen, détecté dans un troupeau de dromadaires aveyronnais en octobre 2006. Enfin, un cas de nuisance importante à simulies a été décrit dans l’Hérault (région de Lodève), avec des chutes de production lactée entre autres. À cet égard, l’EID Méditerranée n’a pu intervenir pour des raisons essentiellement réglementaires (nécessité d’un arrêté préfectoral, après consultation du Conseil départemental de l’environnement et des risques sanitaires et technologiques, ou Coderst).

46La lutte antivectorielle contre la FCO est réglementée par la directive européenne 2000/75, transposée en droit national par l’arrêté ministériel du 24 août 2001 lui-même remplacé par celui du 1er avril 2008 (confinement des animaux à l’intérieur aux heures d’activité des vecteurs, traitement régulier des animaux à l’aide d’insecticides). De plus, le règlement européen 1266/2007 définit des dérogations à l’autorisation à l’exportation si les animaux sont « protégés des attaques du vecteur Culicoides » pendant leur transport et pendant un certain nombre de jours avant leur déplacement. La France traduit cette sibylline protection contre les vecteurs par le traitement insecticide épi-cutané des animaux (note de service DGAL/SDSPA/N2007-8276).

47En Corse, le produit (solution pour-on de deltaméthrine) est disponible gratuitement via des antennes des GDS. Sur le continent, aucune mesure de ce type n’a été mise en place et l’achat des insecticides reste à la charge des éleveurs. Une enquête réalisée par la fédération nationale des GDS a montré que peu d’éleveurs du nord de la France avaient traité leurs animaux en 2007.

48L’utilisation d’insecticides épicutanés à base de pyréthrinoïdes s’appuie sur les constats suivants : absence de connaissances précises sur les espèces de Culicoides impliquées dans la transmission, absence d’identification des gîtes larvaires et difficulté à les traiter, absence d’autres produits de lutte homologués. Bien que le traitement soit théoriquement obligatoire, l’adhésion des éleveurs s’avère difficile à obtenir compte tenu de l’absence de certitudes sur l’efficacité des produits disponibles et leur méfiance (et celle de certains GDS) vis-à-vis des effets éventuellement néfastes des insecticides.

RECOMMANDATIONS
En santé humaine
Le contrôle des vecteurs et des nuisants, particulièrement en outre-mer et en Corse, se heurte à plusieurs problèmes : définition de la stratégie et des objectifs, conduite quotidienne des opérations, résistance aux insecticides, faible qualification des intervenants de terrain, faible encadrement des équipes, faible participation des autres partenaires et des populations, faibles recours aux travaux d’assainissement ou à ceux entrant dans le cadre de la salubrité publique.
Il importe de :
– définir clairement les objectifs et stratégies dans le cadre de la gouvernance proposée (GIP et ARS) ;
– inscrire dans ce cadre toutes décisions visant à renforcer les structures par l’embauche de cadres techniques de bon niveau, à évaluer régulièrement les stratégies et les actions, à impliquer les populations et les collectivités municipales.
En santé animale
À ce jour, la lutte antivectorielle est essentiellement fondée sur l’application d’insecticides directement sur les animaux, à l’exception notable de la lutte antivectorielle sur l’île de la Réunion. Si cette stratégie est adaptée à la lutte contre les tiques, elle l’est peu à la lutte contre les Culicoides et les moustiques.
Il importe de :
– définir clairement les objectifs et stratégies en relation avec la DGAL et les directions des services vétérinaires ;
– intensifier la recherche afin de disposer de moyens de lutte efficaces contre les vecteurs de maladies animales, notamment les maladies émergentes.

Notes

1 Dans ce chapitre, les références au CD-ROM concernent la question 4 : « Quelles sont les stratégies de la lutte antivectorielle en France ? »

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search