Version classiqueVersion mobile

La lutte antivectorielle en France

 | 
Didier Fontenille
, 
Christophe Lagneau
, 
Sylvie Lecollinet
, 
et al.

Version française

Objectifs et méthodes de l’expertise collégiale

Stéphane Raud

Texte intégral

1Les expertises collégiales sont mises en œuvre par l’Institut de recherche pour le développement (IRD) « sur commande », pour éclairer la décision politique et le débat public sur des enjeux de société. Mettre la recherche et les connaissances des chercheurs à la disposition de la collectivité fait pleinement partie des missions des établissements publics de recherche.

2En s’appuyant sur une méthodologie éprouvée, l’Expertise collégiale, l’IRD entend, avec une très forte exigence, rassembler et analyser sur un sujet donné les connaissances disponibles dans la littérature spécialisée, en dégager la portée, proposer des conclusions et recommandations fermes sur lesquelles les scientifiques peuvent se mettre d’accord, et enfin identifier les points encore sujets à controverse et préciser les domaines sur lesquels les travaux disponibles s’avèrent insuffisants.

3Trois considérations sont prises en compte pour réaliser ce type d’expertise :

  • Le temps de la décision n’est pas celui de la recherche : il est souvent beaucoup plus court. Les dirigeants sont souvent appelés à prendre rapidement des décisions – parfois même sous la pression de l’urgence. L’expertise collégiale est organisée pour faire un état des lieux sur les connaissances existantes dans la littérature internationale : elle ne comporte pas de collecte de données ou d’exploitations complexes nouvelles.
  • La question posée concerne rarement une discipline unique : « toutes les facettes » de la problèmatique posée doivent être simultanément éclairées en tenant compte de la littérature la plus récente. C’est pourquoi un collège pluridisciplinaire d’une douzaine d’experts est mobilisé. Les conclusions et recommandations sont débattues et assumées collectivement par les experts, dans le cadre d’une responsabilité « collégiale ». L’IRD assure une relecture du rapport par des personnalités qualifiées extérieures au collège des experts pour vérifier la complétude de l’exposé, sa clarté et sa conformité à la littérature internationale. Le collège des experts reste souverain de ses conclusions.
  • Enfin, pour faciliter l’appropriation des analyses, conclusions et recommandations formulées par des experts issus de disciplines différentes, la synthèse des contributions des experts doit être présentée dans un langage concis, accessible aux non-spécialistes. L’IRD la publie à cette fin dans sa collection « Expertise collégiale » à destination d’un public relativement large, au-delà même de la région ou du pays concerné par l’expertise.

4Les termes exacts des questions liées à la commande sont définis avec la plus grande précision par l’organisation, dans le cadre d’un « atelier initial », d’un échange approfondi entre les institutions commanditaires, des représentants des communautés scientifiques concernées et, éventuellement, les diverses parties prenantes. Il faut, en effet, s’entendre précisément sur les attentes réciproques. D’une part, certaines questions cruciales pour la décision, ne relèvent pas d’une approche scientifique ; il convient donc de les écarter. D’autre part, pour cibler leurs conclusions, les scientifiques doivent être guidés par une bonne connaissance du contexte dans lequel les décisions doivent être prises.

5Pour conduire la présente expertise, un collège de quinze experts, chercheurs et spécialistes, a été réuni sous la présidence de monsieur Didier Fontenille (voir la composition du collège en annexe 3). Le résultat de ce travail collégial, présenté dans cet ouvrage, est une réponse scientifique aux questions que les cinq ministères commanditaires ont adressées à l’IRD par saisine conjointe en date du 18 janvier 2008.

6Comment ne pas exprimer notre profonde gratitude envers Didier Fontenille, qui a présidé et animé le collège des experts avec cet engagement continu et cette grande ouverture d’esprit qui, seule, permet de réaliser l’indispensable synthèse des connaissances.

7L’IRD souhaite exprimer au-delà ses remerciements aux différents acteurs de cette expertise et, tout d’abord, aux membres du comité de pilotage qui a permis de maintenir la relation indispensable qui doit exister entre commanditaires et experts durant l’ensemble du processus. Il souhaite ensuite exprimer sa reconnaissance à l’ensemble des experts qui ont eu la responsabilité et le mérite de mener une réflexion collective jusqu’à son terme, et plus particulièrement aux membres de la coordination scientifique.

8Enfin, que soit ici remercié très vivement le Pôle expertise et consultance du Département expertise et valorisation de l’IRD qui, sous la responsabilité de Sylvain Robert, a su piloter, accompagner et assurer la bon déroulement de cette expertise collégiale dans un calendrier très contraint.

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search