Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La spatialisation de la biodiversité

 | 
Jean-Louis Guillaumet
, 
Anne-Élisabeth Laques
, 
Philippe Léna
, 
et al.

Illustration

Texte intégral

Peuplées depuis plusieurs siècles, les rives du Solimões abritent un habitat égrainé sur les parties les plus hautes, à l’abri des crues ordinaires.
Entourée de son jardin-verger où quelques palmiers açaís émergent des manguiers, la maison domine le fleuve, seule voie de communication vers les centres urbains voisins. Selon la densité de l’habitat (épars ou groupé), la bande mise en culture à l’arrière n’excède que rarement le kilomètre, la production étant ramenée à dos d’homme jusqu’à la maison, le magasin flottant dont dépend la famille ou le marché le plus proche.

Ultime stade de transformation, le pâturage domine le paysage à Benfica, seuls les troncs des grands noyers du Brésil (Bertholletia excelsa H.B.K.) témoignent de la présence passée de la forêt et de la densité élevée des arbres. La pauvreté de la biodiversité actuelle est immédiatement perceptible !

Bien que légalement protégé, le bois très recherché du noyer du Brésil fait l’objet d’abattage et de commerce clandestins. Ici, dans un lambeau forestier non encore détruit, un arbre déjà en grumes prêtes à être transportées et vendues à la ville voisine. Le propriétaire en a reçu la somme dérisoire de 50 reais (environ 20 euros), il sera revendu au détail quelque 1 500 reais le mètre cube.

Figure 2 - Les types paysagers de l'assentamento Benfica

Figure 3 - Les composants paysagers de l'assentamento Benfica

Figure 4 - Les paysages observés sur le terrain et leurs types paysagers associés
L'exemple de l'assentamento de Benfica

Figure 5 - Les composants paysagers observés sur le terrain
L'exemple de l'assentamento de Benfica

Figure 7 - Le degré de complexité des composants paysagers

Figure 8 - Des images aux cartes sur l'état de la biodiversité

Figure 9 - Des images aux graphiques d'évolution de l'état de la biodiversité à Benfica

Figure 10 - Estimation des effets des politiques publiques sur la biodiversité à Benfica

Benjamin Constant

Haricot – Vigna unguiculata (L.) Walp. – en culture de décrue sur les berges exondées du rio Solimões.
D’autres plantes à cycle court, tels le manioc et le maïs, sont cultivées dans les mêmes conditions. Ces jardins temporaires permettent parfois de dégager un surplus commercialisé sur les marchés voisins.

Village sur le bourrelet de berge, périodiquement inondé et soumis à l’érosion du fleuve, en région de várzea. Les cultures établies aux dépens de la forêt se trouvent derrière les habitations.

Vue générale des berges en région de várzea.
A : la prairie aquatique qui laissera place aux plages où seront faites les cultures de décrue ;
B : le bourrelet de berge, ou restinga, hébergeant habitations, installations agricoles et jardin verger ;
C : en arrière-plan, les cultures et la forêt.

Mosaïque de cultures et de jachères à différents stades de reconstitution et où la forêt ne persiste qu’en quelques taches éparses.

Cette vue aérienne illustre bien l’impact de l’homme sur le paysage diversifié amazonien.
A : abattis récent ;
B : après le brûlis ;
C : culture de manioc ;
D : vieille jachère arborée ;
E : jeune jachère arbustive ;
F : forêt.

Intérieur de la forêt dense humide sempervirente de terre ferme composé de plantes de sous-bois, lianes, base de tronc à contreforts. La luxuriance de ce sous-bois laisse entrevoir la richesse et la diversité de ce type de végétation.

Paysanne ramenant sa charge de bananes, douces et à cuire, au village.
L’éloignement des roças oblige à de longs parcours pour rejoindre le village. Très souvent les cultures sont établies aux dépens de la forêt parce que leur entretien est moindre que celles installées sur de vieilles friches arborées.
Le temps ainsi gagné peut être consacré à d’autres activités, telle la pêche.

Préparation de la culture : après la coupe et le séchage des arbres et arbustes, le brûlis permettra le nettoyage de la parcelle avant semis et plantations.
Les champs comme celui-ci sont volontiers installés sur les parties les plus hautes quand il s’agit d’y cultiver des plantes à cycle long.

Un exemple de biodiversité créée : le jardin verger familial fonctionne comme un lieu de conservation et de contrôle de la diversité végétale, en regroupant des plantes aux usages multiples, introduites ou indigènes. Son apport est de première importance dans l’alimentation familiale, les surplus éventuels sont commercialisés. À Nova Aliança, installé en terre ferme, le jardin verger regroupe plusieurs dizaines d’espèces différentes :
A : buriti ;
B : açai ;
C : pupunha ;
D : oranger ;
E : arbre à pain ;
F : manguier.

Un type d’habitations groupées en zone de terre ferme. Les communautés du cours supérieur du Solimões s’échelonnent le long des rives.
Entre les villages de ce type, on rencontre des maisons isolées avec leurs sítios, leurs cultures de plage et leurs roças.

Intérieur d’une forêt de várzea. Les plantes de sous-bois sont pratiquement inexistantes, sauf aux endroits recevant de la lumière, au profit de nombreuses lianes. La physionomie des végétations de várzea varie infiniment en fonction du rythme du fleuve ; périodicité et durée de l’inondation sont strictement conditionnées par le microrelief.

L’abattis se caractérise par le mélange d’espèces et de variétés aux formes (herbes, lianes, plantes traçantes) et produits (racines, feuilles, fruits, graines) différents, cultivées au même endroit.
A : manioc ; B : maïs déjà récolté ; C : ariá, Calathea allouia (Aubl.) Lindl. ; D : potirons et courges ; E : patate douce.
Ce mélange permet un étalement de la récolte, évite en partie les proliférations de maladies et prédateurs, facilite la production et contribue à varier l’alimentation.

Benfica

Brûlis après abattage de la forêt et séchage des végétaux : on aperçoit les troncs calcinés sur les pentes des collines à gauche. En lisière, les arbres encore debout ont été brûlés, la plupart mourront. Le versant à droite montre un jeune pâturage.

Pâturages envahis par le babaçu, palmier proliférant dans les endroits découverts et très difficile à éradiquer. Sa structure lui permet de résister au feu et au bétail.

Formation à babaçus dominants établie sur un pâturage laissé à l’abandon pendant plusieurs années.

Plantation de riz pluvial établie la première année, après le défrichement de la forêt dont subsistent quelques souches et troncs brûlés.
Les épis de riz sont en cours de séchage. Le pâturage remplacera la parcelle de riz dans quelques mois.

Les pâturages mal gérés sont envahis par les palmiers et la végétation ligneuse. Avec à l’arrière-plan la forêt naturelle, c’est le paysage caractéristique de la phase d’installation des colons.

Paysage caractéristique de la phase d’installation des colons.
A : pâturage envahi par les ligneux ;
B : végétation de bas-fond ;
C : pâturage sans ligneux ;
D : relique de forêt.

Paysage caractéristique de la phase d’extension des pâturages sur la forêt : les pâturages sont propres et certains arbres de la forêt initiale ont survécu aux défrichements.
A : habitations entourées de jardins vergers ;
B : îlot de forêt relique ;
C : végétation secondaire à babaçu dans un bas-fond.

Paysage caractéristique de la zone des fazendas. Pâturage propre à babaçus épars avec vestige de forêt à l’arrière-plan. En phase « finale », tout est en pâturage.

Table des illustrations

Légende Peuplées depuis plusieurs siècles, les rives du Solimões abritent un habitat égrainé sur les parties les plus hautes, à l’abri des crues ordinaires.Entourée de son jardin-verger où quelques palmiers açaís émergent des manguiers, la maison domine le fleuve, seule voie de communication vers les centres urbains voisins. Selon la densité de l’habitat (épars ou groupé), la bande mise en culture à l’arrière n’excède que rarement le kilomètre, la production étant ramenée à dos d’homme jusqu’à la maison, le magasin flottant dont dépend la famille ou le marché le plus proche.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1189/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 234k
Légende Ultime stade de transformation, le pâturage domine le paysage à Benfica, seuls les troncs des grands noyers du Brésil (Bertholletia excelsa H.B.K.) témoignent de la présence passée de la forêt et de la densité élevée des arbres. La pauvreté de la biodiversité actuelle est immédiatement perceptible !
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1189/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende Bien que légalement protégé, le bois très recherché du noyer du Brésil fait l’objet d’abattage et de commerce clandestins. Ici, dans un lambeau forestier non encore détruit, un arbre déjà en grumes prêtes à être transportées et vendues à la ville voisine. Le propriétaire en a reçu la somme dérisoire de 50 reais (environ 20 euros), il sera revendu au détail quelque 1 500 reais le mètre cube.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1189/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 337k
Légende Figure 2 - Les types paysagers de l'assentamento Benfica
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1189/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 805k
Légende Figure 3 - Les composants paysagers de l'assentamento Benfica
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1189/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Légende Figure 4 - Les paysages observés sur le terrain et leurs types paysagers associésL'exemple de l'assentamento de Benfica
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1189/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Figure 5 - Les composants paysagers observés sur le terrainL'exemple de l'assentamento de Benfica
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1189/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 327k
Légende Figure 7 - Le degré de complexité des composants paysagers
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1189/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 357k
Légende Figure 8 - Des images aux cartes sur l'état de la biodiversité
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1189/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 369k
Légende Figure 9 - Des images aux graphiques d'évolution de l'état de la biodiversité à Benfica
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1189/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 427k
Légende Figure 10 - Estimation des effets des politiques publiques sur la biodiversité à Benfica
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1189/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 327k
Légende Haricot – Vigna unguiculata (L.) Walp. – en culture de décrue sur les berges exondées du rio Solimões.D’autres plantes à cycle court, tels le manioc et le maïs, sont cultivées dans les mêmes conditions. Ces jardins temporaires permettent parfois de dégager un surplus commercialisé sur les marchés voisins.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1189/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 771k
Légende Village sur le bourrelet de berge, périodiquement inondé et soumis à l’érosion du fleuve, en région de várzea. Les cultures établies aux dépens de la forêt se trouvent derrière les habitations.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1189/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 233k
Légende Vue générale des berges en région de várzea.A : la prairie aquatique qui laissera place aux plages où seront faites les cultures de décrue ;B : le bourrelet de berge, ou restinga, hébergeant habitations, installations agricoles et jardin verger ;C : en arrière-plan, les cultures et la forêt.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1189/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 463k
Légende Mosaïque de cultures et de jachères à différents stades de reconstitution et où la forêt ne persiste qu’en quelques taches éparses.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1189/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 286k
Légende Cette vue aérienne illustre bien l’impact de l’homme sur le paysage diversifié amazonien.A : abattis récent ;B : après le brûlis ;C : culture de manioc ;D : vieille jachère arborée ;E : jeune jachère arbustive ;F : forêt.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1189/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 382k
Légende Intérieur de la forêt dense humide sempervirente de terre ferme composé de plantes de sous-bois, lianes, base de tronc à contreforts. La luxuriance de ce sous-bois laisse entrevoir la richesse et la diversité de ce type de végétation.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1189/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 241k
Légende Paysanne ramenant sa charge de bananes, douces et à cuire, au village.L’éloignement des roças oblige à de longs parcours pour rejoindre le village. Très souvent les cultures sont établies aux dépens de la forêt parce que leur entretien est moindre que celles installées sur de vieilles friches arborées.Le temps ainsi gagné peut être consacré à d’autres activités, telle la pêche.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1189/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Préparation de la culture : après la coupe et le séchage des arbres et arbustes, le brûlis permettra le nettoyage de la parcelle avant semis et plantations.Les champs comme celui-ci sont volontiers installés sur les parties les plus hautes quand il s’agit d’y cultiver des plantes à cycle long.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1189/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 254k
Légende Un exemple de biodiversité créée : le jardin verger familial fonctionne comme un lieu de conservation et de contrôle de la diversité végétale, en regroupant des plantes aux usages multiples, introduites ou indigènes. Son apport est de première importance dans l’alimentation familiale, les surplus éventuels sont commercialisés. À Nova Aliança, installé en terre ferme, le jardin verger regroupe plusieurs dizaines d’espèces différentes :A : buriti ;B : açai ;C : pupunha ;D : oranger ;E : arbre à pain ;F : manguier.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1189/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Un type d’habitations groupées en zone de terre ferme. Les communautés du cours supérieur du Solimões s’échelonnent le long des rives.Entre les villages de ce type, on rencontre des maisons isolées avec leurs sítios, leurs cultures de plage et leurs roças.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1189/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Intérieur d’une forêt de várzea. Les plantes de sous-bois sont pratiquement inexistantes, sauf aux endroits recevant de la lumière, au profit de nombreuses lianes. La physionomie des végétations de várzea varie infiniment en fonction du rythme du fleuve ; périodicité et durée de l’inondation sont strictement conditionnées par le microrelief.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1189/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 382k
Légende L’abattis se caractérise par le mélange d’espèces et de variétés aux formes (herbes, lianes, plantes traçantes) et produits (racines, feuilles, fruits, graines) différents, cultivées au même endroit.A : manioc ; B : maïs déjà récolté ; C : ariá, Calathea allouia (Aubl.) Lindl. ; D : potirons et courges ; E : patate douce.Ce mélange permet un étalement de la récolte, évite en partie les proliférations de maladies et prédateurs, facilite la production et contribue à varier l’alimentation.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1189/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 780k
Légende Brûlis après abattage de la forêt et séchage des végétaux : on aperçoit les troncs calcinés sur les pentes des collines à gauche. En lisière, les arbres encore debout ont été brûlés, la plupart mourront. Le versant à droite montre un jeune pâturage.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1189/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 261k
Légende Pâturages envahis par le babaçu, palmier proliférant dans les endroits découverts et très difficile à éradiquer. Sa structure lui permet de résister au feu et au bétail.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1189/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 214k
Légende Formation à babaçus dominants établie sur un pâturage laissé à l’abandon pendant plusieurs années.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1189/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 287k
Légende Plantation de riz pluvial établie la première année, après le défrichement de la forêt dont subsistent quelques souches et troncs brûlés.Les épis de riz sont en cours de séchage. Le pâturage remplacera la parcelle de riz dans quelques mois.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1189/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 203k
Légende Les pâturages mal gérés sont envahis par les palmiers et la végétation ligneuse. Avec à l’arrière-plan la forêt naturelle, c’est le paysage caractéristique de la phase d’installation des colons.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1189/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Légende Paysage caractéristique de la phase d’installation des colons.A : pâturage envahi par les ligneux ;B : végétation de bas-fond ;C : pâturage sans ligneux ;D : relique de forêt.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1189/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 613k
Légende Paysage caractéristique de la phase d’extension des pâturages sur la forêt : les pâturages sont propres et certains arbres de la forêt initiale ont survécu aux défrichements.A : habitations entourées de jardins vergers ;B : îlot de forêt relique ;C : végétation secondaire à babaçu dans un bas-fond.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1189/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 531k
Légende Paysage caractéristique de la zone des fazendas. Pâturage propre à babaçus épars avec vestige de forêt à l’arrière-plan. En phase « finale », tout est en pâturage.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1189/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 300k

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540