Version classiqueVersion mobile

La spatialisation de la biodiversité

 | 
Jean-Louis Guillaumet
, 
Anne-Élisabeth Laques
, 
Philippe Léna
, 
et al.

Résumé

Texte intégral

1Dire que la biodiversité constitue un enjeu majeur pour l’Amazonie et qu’elle y est menacée est devenu un lieu commun. Maintenir, améliorer, voire restaurer cette biodiversité implique l’élaboration de politiques publiques encore à inventer et la mise au point d’outils d’analyse et de gestion de l’espace appropriés à ces objectifs. À travers ce vaste ensemble forestier aux multiples facettes quant aux milieux abiotiques et biotiques, où se retrouvent de nombreuses formes, traditionnelles ou non, d’exploitation par l’homme, on distingue l’Amazonie des fleuves, celle des populations pratiquant des systèmes agroforestiers de faible impact, l’Amazonie des routes où progressent des fronts pionniers composés d’agriculteurs familiaux (orientés vers l’élevage bovin), de grands éleveurs et d’exploitants de bois, enfin l’Amazonie des régions où acteurs privés et publics tentent d’élaborer des alternatives techniques, économiques et sociopolitiques à l’exploitation prédatrice des ressources naturelles. Le municipe de Benjamin Constant, sur le cours supérieur de l’Amazone au Brésil, le projet de réforme agraire de Benfica, dans l’État du Pará, et le municipe d’Uruará, dans la zone de colonisation de la route transamazonienne, ont été retenus comme représentatifs de ces trois situations.

2L’approche présentée ici propose une intégration de données souvent dispersées et disparates aux fins de les rapporter à des unités paysagères, de façon à cartographier et visualiser l’essentiel des dynamiques spatiales et temporelles de la biodiversité pour les mettre en relation avec les dynamiques socio-économiques et les politiques publiques.

3Continuum spatial, les paysages sont segmentés en deux niveaux d’intelligibilité complémentaires – le type paysager et le composant paysager – conçus pour servir de langage commun entre les disciplines, les terrains, les images et les évaluations de la biodiversité. Le premier niveau se veut représentatif d’une portion d’espace diversifiée mais homogène au plan physionomique comme à celui de son usage socio-économique et de son fonctionnement écologique. Le second correspond au plus petit objet élémentaire reconnu sur le terrain et visible sur les images de satellite. Il caractérise une formation végétale, un ensemble de diverses formations ou un stade de reconstitution. La première étape de reconnaissance des deux niveaux commence, selon les terrains, par l’identification des types paysagers (cas du Haut Solimões) ou celle des composants (Benfica). La mise en évidence des premiers passe par l’observation directe sur le terrain, complétée par la vision fournie par les images satellitales. Les types paysagers non identifiables sur celles-ci ne sont pas retenus. Il en résulte une segmentation spatiale en types paysagers qui va permettre la production de cartes à l’échelle des unités de gestion territoriale, comme l’assentamento, auxquelles se rapportent les politiques publiques. Les analyses de biodiversité sont, elles, effectuées à l’échelle du composant paysager. Il était tentant, pour ce faire, d’utiliser les méthodes classiques de mesures de la richesse et de la diversité floristiques mais les auteurs ont privilégié une autre façon de l’appréhender. À l’exemple des échelles destinées à estimer la vitesse des vents, l’ampleur des tremblements de terre, les risques d’avalanche ou les critères classiquement utilisés en étude de la végétation, est proposée ici une « échelle de complexité » susceptible de classer et hiérarchiser les changements de la biodiversité, la complexité étant quantifiée sur la base d’indicateurs simples et d’application aisée : indicateurs de diversité, de continuité de la strate arborescente, de stratification, d’artificialisation. D’autres indicateurs peuvent être ajoutés en fonction des spécificités du terrain et des indices particuliers sont utilisés pour rendre compte des manières dont les populations locales valorisent la biodiversité de leurs milieux. Ces indices sont qualitatifs lorsque basés sur les perceptions locales, ou quantitatifs, et relèvent alors plus spécialement de l’ethnobotanique quantitative. Ils s’appliquent à la diversité utilisée et nommée, à la catégorie, à la valeur d’usage et à la perception.

4La valeur de biodiversité par type paysager prend en compte les valeurs de chacun des composants paysagers en fonction des surfaces occupées. Au final, l’application à tous les types paysagers identifiés dans l’unité territoriale de gestion considérée permet d’attribuer un degré de diversité à l’ensemble des paysages de la zone d’étude. Les cartes qui en résultent, construites à partir de la reconnaissance des paysages sur les images satellitales et le degré de biodiversité que l’on peut leur attribuer, permettent de comparer rapidement des régions dont les milieux, les formes d’exploitation et les rythmes d’évolution sont considérablement distincts.

5La comparaison entre les cartes, dûment datées, permet de suivre la dynamique : maintien, diminution, plus rarement augmentation de la biodiversité. Des cartes ainsi réalisées, on pourra facilement passer aux graphiques d’évolution de la biodiversité en terme de modification des surfaces concernées par les changements.

6Les politiques publiques constituent un des facteurs qui influencent les changements du rapport entre les populations locales et leur environnement. Elles interfèrent pratiquement avec tous les autres facteurs que l’on peut regrouper en plusieurs grandes catégories : potentialités du milieu et disponibilités foncières, héritage culturel, croissance démographique, stratégies sociales et économiques, organisation sociale et rapprochement des acteurs. Les politiques publiques ne pouvant être toutes prises en compte, il est nécessaire d’établir des critères de choix en fonction d’une période d’observation conditionnée par la disponibilité des images satellitales, en privilégiant celles qui ont une influence directe et observable sur les entités paysagères, précédemment définies. En fait, seront recensées les politiques publiques ayant affecté les territoires étudiés pendant les quinze ou trente dernières années.

7Les politiques publiques peuvent être d’insertion sociale, d’aménagement et de développement agraire, entre autres les politiques foncières, la commercialisation et la transformation des produits, le crédit et l’assistance technique, la préservation de l’environnement. Enfin, il est nécessaire de prendre aussi en considération les actions privées de développement.

8Les types d’indicateurs susceptibles de mesurer l’impact des politiques publiques sur les systèmes de production concernent essentiellement les rythmes de transformation de l’espace naturel : rythme annuel de déforestation et de formation de capital productif, taux annuel d’abandon à la friche et de réutilisation des défrichements antérieurs. L’utilisation d’autres indicateurs – capital initial, valorisation du foncier, crédits, etc. – permet d’affiner et d’interpréter la dynamique des composants paysagers.

9Les cartes d’évolution du degré de biodiversité montrent, au cours du temps, deux situations assez différentes : en Amazonie des routes, sur le front pionnier de Benfica, l’évolution du paysage de ces vingt dernières années met en évidence une diminution brutale de la biodiversité, alors qu’en Amazonie des fleuves, dans le Haut-Solimões, les transformations du paysage sont peu importantes durant ce même laps de temps et les degrés de biodiversité y demeurent élevés.

10Les changements, ou le maintien, de la biodiversité, sont à mettre en relation avec les grands programmes politico-économiques du pays qui ont largement contribué aux choix des systèmes de production que l’on retrouve en Amazonie, dans la mesure où ils privilégient des orientations agricoles au détriment d’autres (agroforesterie, cueillette...). En Amazonie orientale, le projet gouvernemental avait pour objectif l’intégration économique de la région au reste du pays, grâce à des mesures incitatives de colonisation des terres et leur mise en pâturage pour la production de viande. Dans l’assentamento de Benfica, les origines et les traditions d’éleveurs-agriculteurs des migrants sont assez différentes, les stratégies agricoles sont donc variées mais ont pour point commun la généralisation à moyen terme de la production de bétail. Les migrants qui s’installent sur les fronts pionniers, étrangers à l’environnement local, tentent d’y reproduire les modes de production qu’ils connaissent, ce qui, le plus souvent, conduit à la destruction de la forêt, pour mettre en place des agrosystèmes dont les impacts ont des conséquences variables mais importantes sur la biodiversité initiale. À l’ouest du massif forestier en revanche, le gouvernement brésilien n’a jamais encouragé la colonisation massive des terres, en raison des difficultés d’accès et de l’éloignement des grands centres urbains. Dans cet environnement plus préservé, les populations qualifiées de traditionnelles, telles que celles du Haut-Solimões, ont recours à des pratiques agricoles peu consommatrices d’espace forestier.

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search