Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La spatialisation de la biodiversité

 | 
Jean-Louis Guillaumet
, 
Anne-Élisabeth Laques
, 
Philippe Léna
, 
et al.

Glossaire

Texte intégral

1Agregados : individus ou familles habitant sur le lot d’un propriétaire. Ils peuvent avoir des liens de parenté ou non avec ce dernier, et travailler sous différentes formes de contrat et d’échange de travail.

2Assentamento : « Zone de colonisation, sur des terres expropriées ou sur des terres publiques » Théry et Mello (2003).

3Aviamento : « En Amazonie, le terme aviamento se réfère au système économique qui sous-tend l’extractivisme et dans lequel chaque maillon de la chaîne est relié au précédent par une relation de dépendance qui se concrétise dans la remise d’une avance en produits manufacturés contre une certaine quantité de produits forestiers. Le dernier maillon de cette chaîne est le collecteur et le premier, la maison exportatrice. » Emperaire (1996).

4Babaçu : palmier – Orbignya phalerata Mart. ou Attalea speciosa Mart. ex Spreng. – très fréquent et envahissant dans certains endroits d’Amazonie. Résistant aux feux, à Benfica il envahit les pâturages jusqu’à constituer des palmeraies denses (babaçual) qui semblent bloquer la reconstitution naturelle de la végétation. Le babaçu donne de nombreux produits utiles.

5Babaçual (pl. babaçais) : peuplement de babaçus.

6Bolsa famίlia : revenu social destiné par l’État aux familles les plus pauvres, normalement attribué sous condition (scolarisation des enfants, examen des ressources…).

7Coboclo : à l’origine métis de Blanc et d’Indien. Ce mot inclut des populations d’origine amérindienne ou en voie de réappropriation de l’identité indigène.

8Capoperia : d’origine tupi « là où il y a eu de la forêt », ce mot a été retenu dans le Dictionnaire de biogéographie de Da Lage et Métailé (2000) et ainsi défini : « au Brésil, en milieu forestier, végétation secondaire basse (herbes, fourré, brousse) succédant aux défrichements ». La capoeira est une formation dense, fermée et reconnue comme un stade de reconstitution naturelle de la forêt. Elle évoluera vers des formations de plus en plus complexes et diversifiées. Le portugais du Brésil possède un augmentatif, capoeirão, pour désigner une capoeira dont les éléments constitutifs, les arbres, ont acquis des dimensions importantes. Dans la région de Benfica, le mot juquira, plus souvent entendu, s’appliquerait strictement à une capoeira résultant de l’abandon d’un pâturage. Selon P. Grenand (comm. pers.), juquira aurait sensiblement la même origine à partir de la lingua geral avec « l’idée parfaite de régénération donc (de) revenir au point de départ ». Au sens agronomique, la capoeira est une jachère : période de repos après la récolte destinée à être remise en culture ; la juquira une friche, espace abandonné et éventuellement remis en pâturage.

9Chácara : voir sítio.

10Colon : agriculteurs familiaux venus d’autres régions du Brésil durant les trente dernières années, en particulier ceux qui ont été installés par les pouvoirs publics.

11Cupuaçu : arbuste – Theobroma grandiflorum (Sprengel) Schumann – proche du cacaoyer, dont la pulpe du fruit est consommée de différentes façons, jus, confiseries, gâteaux. Sa pulpe déshydratée est utilisée en biscuiterie et sa graine fermentée et torréfiée donne un excellent chocolat.

12Dendé : palmier à huile, Elaeis guineensis Jacq., originaire d’Afrique tropicale.

13Extractivisme : ce mot dérivé du mot portugais extractivismo a été introduit par Lescure et de Castro en 1992. « Il désigne toute activité de récolte de produits naturels, qu’ils soient d’origine minérale (exploitations minières), animale (peaux, huiles animales, viandes de chasse) ou végétale (bois, latex, résines, fibres, tanins, etc.). L’usage en français du mot « extractivisme » se justifie « dans son opposition avec la “cueillette” ; le premier implique, en effet, une collecte pour commercialiser un produit, tandis que le second se réduit à la collecte d’un produit destiné à l’autoconsommation. Selon le produit exploité, l’impact de l’extractivisme peut être déprédateur, s’il conduit à la disparition progressive des ressources, ou conservateur si la collecte reste inférieure ou égale à la capacité de régénération des ressources ».

14Fazendeiro : grand propriétaire spécialisé dans l’élevage bovin.

15Front pionnier : ce terme désigne la limite atteinte par la mise en valeur, l’avancée extrême des défricheurs, des colons, des migrants qui viennent établir une colonie dans des terres jusque-là vides ou peu peuplées (d’après Les mots de la géographie. Dictionnaire critique, 1992, Paris/Montpellier, La Documentation française/Reclus, coll. Dynamiques du territoire, 520 p.).

16Guaraná : arbuste lianescent ou liane ligneuse – Paullinia cupana HBK var. sorbilis (Mart.) Ducke – dont la graine est très utilisée pour ses nombreuses propriétés. Connu des Amérindiens, le guaraná fait depuis quelques décennies l’objet d’un véritable commerce, alimenté par d’importantes cultures.

17Horta de quintal : jardin proche de l’habitation et réunissant des plantes, herbes, arbustes, arbres et palmiers utiles. Voir sítio.

18Jardin verger familial : traduction en français proposée par Guillaumet et al. (1990) pour sítio.

19Juquira : voir capoeira.

20Mata : forêt.

21Municίpio : circonscription administrative autonome d’un État, gouvernée par un préfet (prefeito) et une chambre de conseillers (vereadores). Le préfet, investi du pouvoir exécutif, et les conseillers sont élus.

22Pasto limpo : pâturage (pasto) bien entretenu avec un minimum de mauvaises herbes, c’est-à-dire propre (limpo).

23Pomar : verger. Voir sítio.

24Posseiro : agriculteur ou agroextractiviste ne possédant pas de titre formel de propriété individuelle ou qui n’est pas inséré dans un territoire collectif reconnu légalement (Resex, etc.). Les agriculteurs des programmes de colonisation ou des assentamentos sont considérés comme posseiros tant qu’ils n’ont pas de titre de propriété ou d’autorisation légale d’occupation.

25Restinga : dépôt de sable marin parallèle au rivage. En Amazonie, ce terme désigne les levées d’alluvions établies le long des cours d’eau de várzea.

26Roça : espace de culture, destiné essentiellement à la subsistance de la famille et à la commercialisation à petite échelle de produits exclusivement alimentaires. La roça entre dans le cycle : défrichement de la forêt, mise en culture, récolte, abandon durant un temps plus ou moins long, puis reprise du cycle. Elle se caractérise aussi par le mélange d’espèces et de cultivars. L’équivalent français est « abattis » utilisé en Guyane (Grenand, 1996) et au Canada.

27Seringal (pl. seringais) : population naturelle de seringueira Hevea brasiliensis (Willd. ex. A. Juss.) Müll. Arg. – autrefois très exploitée pour l’obtention du latex. Zone(s) appropriée(s) par un seringalista et où travaillent des seringueiros à l’exploitation du latex.

28Sίtio : espace planté d’arbres, arbustes et herbes utiles. De tous les synonymes cités ici, sítio est le plus utilisé en Amazonie brésilienne où il désigne aussi une petite propriété rurale.

29Terra firme : expression utilisée pour désigner les plateaux peu élevés d’Amazonie non soumis à l’action de la mer (marées) ou des cours d’eau (crues et étiages). La terra firme supporte des types de végétation très différents. En français « terre ferme ».

30Terreiro : voir sítio.

31Tucum : palmier, Astrocaryum aculeatum G. Mey., dont les fruits sont très appréciés dans diverses régions d’Amazonie.

32Várzea : plaine alluviale de l’Amazone et de quelques-uns de ses affluents soumis au rythme annuel des crues et décrues. En aucun cas il ne désigne une formation végétale, on parlera de mata, de campo (prairie), de várzea et aussi de lago (lac) de várzea.

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540