Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

La spatialisation de la biodiversité

 | 
Jean-Louis Guillaumet
, 
Anne-Élisabeth Laques
, 
Philippe Léna
, 
et al.

Chapitre 2. Évaluation des dynamiques de la biodiversité

Full text

1Une approche pluridisciplinaire des dynamiques de la biodiversité suppose d’abord que l’on s’entende sur les mots, les mots qui décrivent, pour chacun des interlocuteurs concernés (populations locales, agents de développement, etc.) et aussi pour chacune des disciplines scientifiques impliquées, les objets et les concepts utilisés. C’est dans ce sens que nous avons déjà insisté, dans l’introduction, sur l’importance de la définition de la biodiversité. Pour cette raison également, nous suggérons la réalisation d’un glossaire évolutif qui puisse être complété ou amendé pendant toute la durée du projet et inclure un ensemble exhaustif des termes (techniques, scientifiques, locaux, du langage courant, des textes de lois, etc.) utilisés dans la description des états et des dynamiques de ce que nous avons appelé « biodiversité ». Ce glossaire est très utile lorsqu’il faut comparer des informations concernant un même objet d’étude, cependant nommé différemment par les différents acteurs (par exemple, le « jardin verger familial* » peut être décrit comme sítio*, horta de quintal*, chácara*, pomar*, terreiro*, etc.).

2Une approche pluridisciplinaire des dynamiques de la biodiversité suppose encore que l’on s’entende sur les objets. Pour se donner la possibilité de spatialiser les résultats, et donc de représenter à différentes échelles les états et les transformations de la biodiversité, il faut notamment se baser sur des mesures réalisées dans des formations végétales qui soient significatives et couvrent des portions d’espace définies. La définition de ces unités spatiales, reconnues pertinentes pour une étude donnée, est une étape importante de la démarche méthodologique proposée.

Identification des catégories spatiales et importance des nomenclatures

3Face à une même réalité sur le terrain, le botaniste, l’agriculteur, l’agronome, l’agent de développement, le chasseur, le pêcheur, le géographe, le pédologue, le touriste ne « voient » pas nécessairement la même chose. Chacun distingue des éléments différents par leur taille, leur aspect ou leur fonction ; chacun utilise des catégories et des nomenclatures de végétation (d’usage ou de paysage) se rapportant à des représentations spécifiques du milieu ; elles sont définies et nommées sur la base de critères différents (écologique, économique, utilitaire…) et ne sont pas toujours équivalentes ou assimilables entre elles. Il existe donc de multiples manières de découper le « continuum spatial » du réel et cette évidence est bonne à rappeler parce qu’elle engendre toujours de nombreux malentendus, par exemple entre les différents acteurs devenus partenaires au sein d’un projet de développement… ou d’un projet de recherche pluridisciplinaire. Pour parler le même langage, et s’accorder sur les mots et les objets de l’étude, les membres de l’équipe s’entendent, dans le cadre de ce programme de recherche, pour mener ensemble une analyse paysagère à partir de catégories minimales (les composants paysagers) et englobantes (les types paysagers) construites spécifiquement pour l’étude et permettant d’inclure la plupart des résultats obtenus à diverses échelles spatiales, par chacune des disciplines concernées.

4En effet, la biodiversité peut être étudiée de multiples manières : avec une approche strictement phytogéographique ou édaphologique par exemple (on se baserait alors sur des catégories « scientifiques » distinguant des types de végétation ou formations végétales et des classes de sols), à partir des seules pratiques et représentations locales (on se baserait alors sur les catégories spatiales ou paysagères nommées et définies par les populations locales elles-mêmes) ou par le biais d’approches synthétiques prenant simultanément en compte plusieurs « points de vue » sur la biodiversité. Le choix initial d’un ou de plusieurs « points de vue » dépend de l’objectif que l’on donne à chaque étude. Ce choix est déterminant pour la construction et la délimitation des catégories choisies (les types et composants paysagers définis plus loin) pour réaliser les différentes mesures possibles de biodiversité et pour spatialiser par la suite ses dynamiques. Ces catégories – de la même manière que le glossaire qui met en relation différentes nomenclatures – doivent être définies de façon évolutive, c’est-à-dire qu’elles peuvent être révisées en fonction des informations échangées entre les différents partenaires de l’étude, mais aussi en fonction des premiers résultats mesurés sur le terrain et des données obtenues à partir des images satellitales.

5Le processus, qui vise l’intégration de données multiples et hétérogènes et l’utilisation d’outils spécifiques, présente aussi quelques limitations.

Encadré 5 Éléments de définition de la notion de paysage
Éléments complémentaires de définitions géographiques du paysage
Une partie du territoire, visible par un observateur, où s’inscrit une combinaison de faits et d’interactions dont on ne voit, à un moment donné que le résultat global (Deffontaines, 1998).
Le paysage est un signe, l’apparence visible d’un système de forces plus ou moins complexe qui le produit. Ce système peut être naturel, anthropique ou, le plus souvent, mixte. Il est doté d’une inertie qui autorise la présence d’héritage… (Brossard et Wieber, 1980).
Le paysage comme ensemble d’indices en dit long sur la société qui l’a produit. Non sans biais : des parties sont cachées ; des indices sont trompeurs, polysémiques, renvoient à des indiqués différents ; le message est brouillé, en partie à cause des rémanences : nombre de traces sont mortes, viennent de mouvements du passé… (Brunet et al., 1992).
L’approche paysagère, qu’est-ce que c’est ?
D’après Béringuier et al. (1999)
Le paysage est bien un « objet construit », son identification sur le terrain résulte d’un consensus qui passe par un double filtre : celui des « points de vue » intellectuels à partir desquels on se situe et celui des objectifs définis par le projet de recherche. En cela c’est un concept suffisamment souple pour être utilisé par une équipe pluridisciplinaire.
L’approche paysagère représente une façon d’appréhender l’interface nature/société du continuum spatial, c’est-à-dire qu’elle prend en compte des éléments qui relèvent à la fois du milieu naturel et de l’action des sociétés. Dans cette perspective nous considérons que le paysage est le produit d’une multitude d’actes pour un milieu donné. Il comporte des signes que l’on peut apprendre à lire pour en comprendre le sens, en cela il est considéré comme un bon indicateur de l’impact spatial des actions anthropiques. Il contribue à identifier, de façon certainement incomplète, des catégories spatiales qui renseignent tant sur l’état de la végétation résultant de l’exploitation des ressources naturelles que sur les acteurs qui en sont à l’origine.
L’entrée par les paysages permet l’analyse de système et hiérarchise les composants et les types tout en s’attachant à reconnaître leurs interrelations. L’identification des types et composants paysagers sert ici à la fois de cadre pour la description du continuum et de support à l’analyse de la biodiversité.

6L’approche méthodologique proposée a pour ambition de produire, en un laps de temps relativement court, des documents susceptibles de représenter la répartition et les dynamiques de la biodiversité en utilisant les images satellitales pour exprimer des résultats à l’échelle du territoire d’une communauté, d’un ensemble de localités voisines, de la région, etc. Dans ces conditions, on doit parfois renoncer à la représentation précise de certains résultats obtenus, par exemple, sur des surfaces trop petites pour être vues sur l’image, même s’ils apparaissent importants du point de vue de la biodiversité. C’est le cas des sítios à Benfica ou, dans la même localité, de différentes classes de pâturages qui ne peuvent pas être distinguées sur l’image mais qui présentent pourtant des variations importantes de richesses spécifiques. Ces catégories sont reconnues par les populations locales, les agronomes et les botanistes, on souligne leur importance pour les dynamiques de la biodiversité au niveau local et pourtant, elles ne font pas partie des composants paysagers définis pour Benfica. Elles peuvent être étudiées différemment selon les techniques plus classiques de la phytogéographie. L’image satellitale impose donc des limitations, en fonction notamment de la résolution. Pour pallier ces difficultés, nous avons recours à deux procédés de traitement d’image afin de limiter au mieux les problèmes soulevés par la détection des composants (cf. infra).

7Il faut enfin rappeler que l’approche paysagère proposée ne vise pas une présentation exhaustive et suffisante des facteurs et des informations liés aux dynamiques de la biodiversité, qui sont évidemment très complexes ; elle n’a pas pour objectif de comprendre et d’expliquer le monde végétal. Le lecteur aura compris que notre intention n’est pas non plus, comme en écologie du paysage, d’étudier comment la structure de l’espace qui nous entoure influence la dynamique des populations, des communautés et des écosystèmes (Décamps, 2004). Par contre, elle offre les moyens d’intégrer de très nombreuses données, souvent dispersées et disparates, et de les rapporter à des unités paysagères de façon à cartographier et visualiser l’essentiel des dynamiques spatiales et temporelles de la biodiversité. L’encadré 5 propose les définitions du paysage qui contextualisent notre démarche.

L’approche paysagère, un outil d’intégration et de spatialisation des dynamiques de la biodiversité

8Face à la diversité des façons de catégoriser la végétation, choisie comme révélatrice de la biodiversité, il est donc nécessaire de s’entendre sur les « objets » reconnus d’intérêt pour l’étude et pour chacune des différentes disciplines. L’imagerie satellitale est l’outil de spatialisation de l’information de grande précision qui a été retenu car il est particulièrement adapté aux régions disposant de peu de documents cartographiques actualisés. En outre, il permet d’appréhender les dynamiques de la biodiversité dans l’espace et dans le temps, notamment grâce aux possibilités de mise en carte diachronique (encadré 6). L’approche paysagère facilite l’utilisation des images en apportant une information complémentaire à l’étude, sur le terrain, de la partie visible d’un espace. L’analyse des images, combinée à celle des paysages, permet ainsi d’extrapoler les résultats forcément très localisés des études de terrain pour les ramener à l’échelle de l’unité de gestion territoriale – l’assentamento, le município* et la région – cadre dans lequel opère la majeure partie des politiques publiques. Les différentes étapes de la démarche s’articulent autour de ces deux outils, le paysage et l’image, utilisés pour effectuer le passage du relevé de végétation, à celui de la réalisation de documents cartographiques concernant les dynamiques de biodiversité. L’objectif consiste à estimer le rôle tenu par les politiques publiques dans ces dynamiques. La démarche enchaîne quatre étapes principales que présente la figure 1 ; on trouvera ci-après des définitions relatives à la terminologie utilisée en analyse paysagère.

9

Figure 1 – Les quatre étapes de la démarche paysagère

Figure 1 – Les quatre étapes de la démarche paysagère

1- Types et composants paysagers : des catégories pour segmenter le continuum spatial
2- Biodiversité : des indices et une échelle de complexité pour estimer la biodiversité
3- Images-satellite : des traitements d’images pour localiser et quantifier les dynamiques spatio-temporelles de la biodiversité
4- Cartes et courbes : des outils de mesure pour estimer l’impact spatial des politiques publiques sur les dynamiques de la biodiversité

  • 1 Zones d’égale valeur de biodiversité.

Encadré 6 Pourquoi passer par la carte ?
La spatialisation des données, à différentes époques, signale en effet la place, la taille et la forme des différentes zones d’isobiodiversité1 et le suivi de leurs évolutions.
La place de chaque zone d’isobiodiversité aide à comprendre les relations qui s’établissent entre elles ou bien avec certains autres éléments comme par exemple leur proximité à la route, à un cours d’eau, à des habitations, leur éloignement de la forêt…
La taille de ces zones apporte des informations sur leur surface en hectares. Ces données sont utilisées pour évaluer leur importance en terme de couverture du sol et servent à quantifier l’ampleur des changements dans le temps.
La forme, combinée à la taille, renseigne par exemple sur ce qu’on appelle le processus de fragmentation. Du degré de fragmentation d’un massif forestier dépend la capacité de reproduction de certaines espèces tant végétales qu’animales : un vaste massif, d’un seul tenant, n’a pas la même signification pour le maintien des espèces que la même surface disséminée dans l’espace. Cet émiettement perturbe la circulation des espèces.
La spatialisation des données de biodiversité aide ainsi à quantifier leurs dynamiques par le suivi de la diffusion, rétraction, stabilité des zones d’isobiodiversité en lien avec les actions anthropiques et les politiques publiques.

Définitions

10Les définitions du paysage sont nombreuses et les façons de l’utiliser aussi. Celle rédigée par G. Bertrand (1978 in Bertrand, 2002) permet de clarifier la position adoptée dans le cadre de cet ouvrage :

11Le paysage est, sur une certaine portion d’espace, le résultat de la combinaison dynamique, donc instable, d’éléments physiques, biologiques et anthropiques qui, en réagissant dialectiquement les uns sur les autres, font du paysage un ensemble unique et indissociable. Le paysage est fait de matérialités – la structure et le fonctionnement propres aux composants naturels ou autres –, mais également de processus économiques et culturels dont les effets diffèrent selon les productions et les groupes sociaux.

12Les paysages forment un continuum spatial qu’il s’agit de segmenter pour appréhender les deux niveaux d’intelligibilité de l’espace qui sont mobilisés dans la démarche de façon complémentaire : le type paysager et le composant paysager. Ces deux niveaux de segmentation paysagère sont conçus pour servir de langage commun entre les disciplines, les terrains, les images et les mesures de biodiversité.

13Le type paysager (TP) se veut représentatif d’une portion d’espace homogène, cohérente tant sur le plan physionomique (existence d’une similitude de nature, d’agencement et de fréquence des éléments constitutifs) que sur celui de l’usage socio-économique et du fonctionnement écologique à l’origine de sa production. Il correspond à la synthèse entre une matérialité spatiale homogène et une catégorie d’acteurs aux pratiques comparables d’utilisation des ressources. Le TP est un indicateur spatial d’état du territoire et de certaines de ses dynamiques. La figure 2 (page II du cahier couleurs) montre les 5 TP définis à Benfica. Ils sont décrits de façon à faire ressortir les particularités qui les différencient les uns des autres, les proportions occupées par les composants qui les constituent et la relation milieu/actions anthropiques qu’ils révèlent.

  • 2 Dans certains cas, le composant paysager peut se superposer à la « facette écologique », définie pa (...)

14Le composant paysager (CP) correspond au plus petit objet élémentaire reconnu sur le terrain à la fois par l’analyse paysagère et par le traitement d’image. Notre approche donne en effet une grande importance à l’image satellitale, qui permet la spatialisation des données. Le composant2 représente, en quelque sorte, les morceaux du puzzle qu’il faut ensuite assembler pour construire le paysage. Leur association fait émerger le paysage. Sans échelle a priori, ce sont en fait des éléments (jardin, capoeira*, champ...) dont la physionomie informe sur la fonction. Il contient aussi des indices révélateurs de l’état et des tendances d’évolution du paysage. La figure 3 (page III du cahier couleurs) présente les 10 composants sélectionnés à Benfica. Le composant « pâturage » renseigne, par exemple, sur l’une des activités agricoles dominantes et le composant « capoeira » souligne un stade transitionnel d’attente avant la mise en pâturage ou d’abandon.

Objectifs

15Dans chaque composant paysager, niveau le plus fin, est effectué, dans certains cas et selon les possibilités, un relevé de végétation destiné à fournir les données de base nécessaires à l’évaluation de la diversité végétale, dont on ne prend en compte que l’aspect spécifique, excluant les aspects génétiques et écosystémiques. Le composant ne correspond pas obligatoirement à une formation végétale (encadré 7). Certes, c’est souvent le cas et si, à Benfica, la majorité d’entre eux peut être assimilée à des formations végétales, le « bas-fond avec végétation arborescente » est en fait une succession de groupements dépendants des conditions édaphiques.

Encadré 7. La végétation
Définitions botaniques de la végétation…
La végétation est l’ensemble des plantes présentes en un lieu donné tel que station, habitat, milieu, région, étage ou zone climatique… la définition d’une végétation repose sur des critères d’ordre physionomique (structures verticale et horizontale, phénologie…), affinés par la prise en compte de données floristiques (Da Lage et Métailié, 2000).
La végétation d’une contrée est le tapis végétal qui la recouvre. Elle est formée des espèces de la flore groupée en quantités et proportions diverses, les unes jouant un rôle physionomique considérable, les autres étant disséminées et comme perdues au milieu des précédentes… (Trochain, 1980).
… de la flore…
La flore est la liste des plantes qui vivent dans un territoire donné (Trochain, 1980).
ensemble des taxons végétaux relevés sur un territoire déterminé (région, pays…), un type de milieu (forêt montagne…) (Da Lage et Métailié, 2000).
… des unités de végétation…
Type de végétation : Unité majeure de l’étude de la végétation. Les types de végétation sont reconnus par le vocabulaire courant tel que : forêts, prairies, savanes… (Trochain, 1980).
Formation végétale : ce terme introduit par Alexander von Humboldt en 1806 et défini par Grisebach en 1838 a subi tant d’interprétations différentes que certains auteurs se refusent à l’employer, tout en reconnaissant qu’il a une valeur descriptive réelle, pratique dans une analyse rapide de la végétation.
Groupement végétal : Unité reconnue au sein d’une végétation et correspondant à des conditions écologiques particulières (Da Lage et Métailié, 2000).
… et quelques autres
Association végétale : Groupement végétal particulier défini par sa composition floristique, reflet des conditions mésologiques, mais aussi : Unité élémentaire de la phytosociologie…, définie par un ensemble caractéristique d’espèces ; synécie : Type de végétation défini par sa physionomie et par sa composition floristique ; phytocénose ou communauté végétale : Ensemble des organismes végétaux vivant dans un biotope donné (Da Lage et Métailié, 2000).
Notre choix en fonction des objectifs de cet ouvrage
Face à une telle situation nous considérerons, avec de nombreux auteurs, comme synonymes « type de végétation » et « formation végétale », unités de végétation définies par leurs physionomies, leurs structures et leurs composants. C’est d’ailleurs ainsi qu’il en fut fait lors du Congrès de Yangambi (CSA, 1956) dont les participants s’étaient fixés pour tâche la définition des types de végétation de l’Afrique tropicale. Il s’agissait de définir les différents types de végétation sur des critères essentiellement physionomiques. Veloso Filho et al., (1991) ont pu, dans le cadre du projet Radambrasil, appliquer cette terminologie à la végétation brésilienne, avec le succès que l’on sait.
On se permettra de citer longuement Guinochet (1973) : …l’étude des formations végétales… n’exige pas des connaissances systématiques approfondies, ni un travail analytique soutenu sur le terrain, ni la mise en œuvre de techniques subtiles de traitement des données. Elle est donc à portée du plus grand nombre, et, de surcroît, elle aboutit beaucoup plus rapidement à des exposés qui font impression sur le public non botaniste.
Il faut, pourtant, reconnaître que les formations végétales ont, pour la plupart, d’indiscutables rapports avec les climats, aussi bien zonaux que régionaux, voire locaux. Leur étude n’est donc pas inutile. D’autant plus qu’en l’absence d’études phytosociologiques sur un territoire, ce qui est encore, malheureusement, le cas de la plus grande partie du Globe, mieux vaut une bonne description de ses formations végétales que rien du tout. Mais cela semble plus relever des préoccupations du géographe que de celles du botaniste soucieux de comprendre la diversité du monde végétal.
Malgré le dédain manifeste de l’auteur pour ce qui ne relève pas de la phytosociologie, ce texte correspond exactement à notre approche de la couverture végétale à travers l’analyse paysagère que nous proposons.

16En d’autres mots, les CP sont le passage obligé tant pour la phase des relevés de terrain (végétation et image) que pour celles des calculs de diversité. Toutefois, chaque procédé d’évaluation des diversités prend en compte soit la totalité des composants, soit seulement certains d’entre eux, ou bien les regroupe en classes plus englobantes selon les nécessités de la procédure et du type d’indice sélectionné (cf. infra).

17Si la majeure partie des relations entre les politiques publiques et leurs effets sur le couvert végétal est analysée au niveau du type paysager, certaines le sont toutefois au niveau du CP. Il est important, par exemple, de suivre l’évolution des surfaces occupées par le composant « bas-fond avec végétation arborescente » lorsque l’on veut, ultérieurement, estimer l’impact de la loi interdisant leur déboisement afin de protéger les cours d’eau.

18Les types paysagers aident à spatialiser les valeurs de biodiversité obtenues par composant et à produire des documents plus faciles à interpréter, lorsqu’il s’agit d’en suivre les transformations spatio-temporelles afin de les mettre en relation avec les politiques publiques. En effet, les cartes par composants sont particulièrement difficiles à analyser quand les dynamiques de biodiversité sont observées à l’échelle des unités de gestion territoriale et qu’il faut suivre leurs évolutions dans le temps. Constituées d’une multitude de minuscules taches de couleurs, elles ne facilitent pas la compréhension des dynamiques et la comparaison diachronique, alors que les cartes de biodiversité par types paysagers présentent l’avantage de simplifier la lecture en rapportant les mesures à des zones synthétiques, plus vastes. Les analyses de biodiversité sont ainsi possibles sur de grandes étendues régionales comme c’est le cas dans le Haut-Solimões. En outre, l’expérience conduite dans cette région a montré qu’il n’était pas toujours possible de détecter les composants sur les images. En revanche, la délimitation des types paysagers pose peu de problème.

Types et composants paysagers : des catégories pour segmenter le continuum spatial

19Il s’agit à ce niveau de préciser les choix méthodologiques conduisant à l’identification des deux niveaux de segmentation du paysage à identifier, pour y estimer la biodiversité.

20Le procédé de segmentation peut-être soit descendant – de la globalité paysagère aux composants, soit ascendant – reconstitution de la globalité par assemblage des CP. Autrement dit, la première étape de reconnaissance des deux niveaux peut commencer par l’identification soit des types paysagers, comme cela s’est produit à Benjamin Constant, soit des composants paysagers, ce qui fut le cas à Benfica.

Fractionner le continuum en types paysagers

21Fractionner le continuum en types paysagers nécessite de recourir à une observation visuelle in situ, associée et complétée par la vision verticale des images satellitales. Les données radiométriques aident à estimer le degré de représentativité et l’extension spatiale de ce qui est observé au sol. Lors d’un premier parcours sur le terrain, effectué à pied, en bateau ou en voiture, on cherchera à identifier les lieux, autrement dit les paysages, qui se ressemblent. On dira qu’un paysage ressemble à un autre lorsqu’il est constitué, en proportions approchées, équivalentes, des mêmes composants et que ceux-ci sont organisés de manière similaire. La découverte progressive de la zone d’étude amène à faire la liste des différents paysages traversés (paysages A, B et C sur la figure 4, page IV du cahier couleurs) et à élaborer le paysage type qui les représente. Le type paysager est donc le paysage modèle, le paysage idéel construit et représenté graphiquement auquel s’apparentent les paysages qui lui ressemblent. Cette figure donne un exemple de la façon dont se différencient visuellement les paysages sur le terrain et le type paysager auquel ils sont assimilés.

22Ce procédé conduit à une première typologie basée essentiellement sur la physionomie des lieux qu’il faut ensuite valider ou invalider au regard des trois points suivants :

  • La connaissance socio-économique parallèlement acquise auprès des acteurs sociaux. Ces informations aident à la fois à faire émerger la fonction d’« indicateur » du type paysager et à sélectionner ceux qui seront retenus dans la typologie, c’est-à-dire ceux qui seront évalués comme représentatifs d’une action, que l’on souhaite identifier sur le terrain, et (ou) d’un milieu particulier. À Benfica, nous avons gardé le type paysager de la « mosaïque agricole » (fig. 2 : TP 1), même si ce paysage a pratiquement disparu. En effet, il témoigne de la période d’installation des petits colons et représente en cela un bon indicateur de cette catégorie d’acteur et du temps très variable qu’il leur est nécessaire pour passer à la phase suivante représentée par le type paysager de « l’extension des pâturages » (fig. 2 : TP2).

  • Les objectifs du programme de recherche. Pour ce projet nous avons estimé important de sélectionner des types paysagers représentatifs de différentes formations végétales en fonction des milieux et de l’intensité de leur artificialisation. Dans la région du Haut-Solimões, les types paysagers se différencient en fonction du milieu, várzea* ou terra firme, puis d’après leur degré d’anthropisation, lié à la densité de population.

  • La capacité à détecter les types paysagers sur les images satellitales. Les types paysagers qui ne peuvent être suivis par télédétection ne sont pas retenus dans l’analyse paysagère.

23Le résultat de cette étape se présente sous la forme d’une segmentation spatiale en types paysagers, jugés représentatifs de l’unité de gestion territoriale analysée (fig. 2).

Fractionner le type paysager en composants paysagers

24Si les types paysagers sont identifiés en parcourant l’ensemble de l’assentamento, du município, et de la région avec l’aide des images, les composants sont eux sélectionnés à partir d’observations effectuées à l’intérieur de chaque type paysager (fig. 5 page IV du cahier couleur).

25Outre cette différence, le principe d’identification est de même nature pour les types et les composants : parcours du terrain et construction progressive de la typologie, au fil des observations. Dans le cas de ce programme centré sur la biodiversité, l’identification des composants est effectuée de façon à ce qu’ils caractérisent soit une étape dans la série végétale – champ, capoeira, forêt –, soit une formation végétale particulière, comme la formation dense de babaçus* ou babaçual.*

26Le résultat de cette étape se présente sous la forme d’une segmentation spatiale en composants paysagers jugés représentatifs des éléments constituant les types paysagers (fig. 3).

  • 3 Dans le cas présent nous n’avons pas tenu compte de la perception des habitants et de leur façon de (...)

27Comme cela a été dit précédemment, les types et les composants paysagers sont sélectionnés en fonction, d’une part, de l’intérêt porté à l’action anthropique et aux milieux qu’ils révèlent et, d’autre part, de leur disposition à être reconnus par une physionomie propre sur le terrain et sur les images3. Bien entendu, privilégier une telle approche a pour conséquence de diminuer la finesse de certaines données issues de différentes disciplines, d’autant plus qu’il n’est pas toujours possible pour les uns et les autres de reconsidérer leurs propres objets d’intérêt pour les incorporer dans les catégories paysagères. Des discussions sont nécessaires pour ajuster les regards et aboutir à une catégorisation commune. Que ce soit au niveau des types ou des composants, la typologie qui en résulte est donc régulièrement révisée en fonction des regards croisés des différents partenaires de l’équipe afin qu’elle soit la plus pertinente possible par rapport aux dynamiques de végétation, à l’analyse des politiques publiques et à la reconnaissance sur les images des éléments du paysage. Le facteur limitant pour l’établir reste presque toujours la détection des différentes catégories sur les images satellitales car la radiométrie, mais aussi la forme, la couleur et la texture des objets retenus ne sont pas systématiquement décelables par les procédés de traitement d’image utilisés. La figure 3 rappelle que sur les 14 composants sélectionnés initialement à Benfica quatre ont été éliminés car ils n’étaient pas identifiables sur les images.

Estimer la biodiversité : indices et échelles

28Cette deuxième étape permet en premier lieu de préciser comment acquérir des données de diversité végétale pour chaque composant paysager. Ensuite, sont présentés les procédés de traitement de ces données à partir de méthodes relevant d’approches différentes. Enfin, le dernier point expose comment transposer ces mesures des composants vers les types paysagers.

Richesse et diversité floristiques

  • 4 Au-delà de la description, ils permettent évidemment d’aborder les lois qui régissent cette organis (...)

29Ces deux termes peuvent prêter à confusion ; ils recouvrent deux réalités différentes. La richesse floristique, nombre total d’espèces végétales présentes sur une surface donnée, nous renseigne sur les éléments présents dans un espace déterminé, naturel (liste des espèces de la forêt de « várzea » à Benjamin Constant ou présentes dans tel composant paysager) ou non (les espèces rencontrées dans l’assentamento de Benfica ou sur la propriété de telle personne) et permet de classer les entités reconnues des plus pauvres aux plus riches. La diversité est la relation entre le nombre d’espèces et le nombre d’individus de chacune d’entre elles, en d’autres termes « la manière dont les espèces se répartissent entre les individus présents » (Rollet, 1979). Elle donnera une image des ressources potentielles, évaluées en fonction des usages connus localement ou plus largement. Ces indices décrivent l’organisation d’une formation végétale « par un modèle mathématique, une loi statistique, une classification, un paramètre caractéristique. » (Rollet, 1979)4. Leur expression est différente : la richesse s’exprime par un chiffre relatif à une superficie ou un territoire donné, la diversité par un indice faisant appel à une construction mathématique plus ou moins complexe.

30On trouvera dans la littérature spécialisée de nombreux travaux théoriques sur ce sujet, depuis ceux de Piélou (in Whittaker, 1972) jusqu’aux plus récents (Pélissier et al., 2002). Tous prennent en compte le nombre d’espèces et le nombre d’individus par espèces et expriment donc la richesse spécifique et la diversité sensu stricto (Rollet, 1979). Rappelons que « de nombreux indices de diversité ont été proposés mais l’utilité de beaucoup ne semble pas évidente » (Vieira da Silva, 1979). Celui de Shannon-Wiener restant le plus simple et le plus utilisé, Whittaker en recommande l’usage. Cet indice présente sa valeur minimale quand tous les individus appartiennent à la même espèce et maximale quand chaque individu appartient à une espèce différente. L’équitabilité, souvent associée à la diversité, est la « répartition, en valeur absolue ou en pourcentage, des individus d’une phytocénose donnée entre les différentes espèces constitutives » (Da Lage et Métailié, 2000), elle est définie par le rapport entre l’indice de diversité de Shannon-Wiener et l’indice qui correspondrait à une diversité maximale, c’est-à-dire à un peuplement où toutes les espèces seraient représentées par le même nombre d’individus.

Les limites à l’utilisation des indices botaniques

  • 5 La similitude entre parcelles différentes est testée par des indices adaptés dont les plus courants (...)

31L’obtention de ces seules données de base (nombre d’espèces et nombre d’individus par espèces quelles que soient leurs dimensions), indispensables pour le calcul de ces indices, s’avère difficile pour de multiples raisons et onéreuse en temps et en moyen. Plusieurs répétitions devraient être effectuées dans chaque type de végétation retenu pour s’assurer de l’homogénéité de la formation étudiée5 et de la représentativité de l’échantillon. Sans compter que, pour les forêts denses humides, il ne paraît pas possible de définir une surface susceptible de renfermer toutes les espèces constitutives de cette formation (Aubréville, 1957-58 ; Mangenot, 1958 ; Rollet, 1979). Les identifications botaniques qui, si elles ne sont pas obligatoires, restent essentielles pour classer les espèces par catégories (cultivées, introduites, pionnières, etc.), définir les statuts et procéder à l’inventaire des usages, sont toujours longues, maintes fois incertaines et trop souvent impossibles (encadré 8). On ne peut donc pas multiplier les relevés : à Benfica, les 10 composants paysagers demanderaient, au moins, 30 relevés et dans le Haut-Solimões 24. De plus, les techniques de relevé ne sont pas les mêmes dans les deux localités (fig. 6).

Encadré 8. Les données nécessaires au calcul des indices

Encadré 8. Les données nécessaires au calcul des indices

Figure 6 – Relevés floristiques et structuraux à Benfica et dans le Haut-Solimões

Figure 6 – Relevés floristiques et structuraux à Benfica et dans le Haut-Solimões

32Par ailleurs, on ne le rappellera jamais assez, les composants paysagers ne correspondent pas nécessairement à un type de végétation, encore moins à une association végétale (encadré 9). De telles mesures dans des formations forestières tropicales humides sont très rares et ne concernent que de petites surfaces, toujours inférieures à 1 hectare. En Amazonie, elles sont inexistantes. La plupart du temps, les relevés n’ont pris en compte que les seuls arbres, sans même tenir compte des palmiers, et seulement au-dessus d’un certain diamètre (généralement 10 ou 20 cm, voire 40 dans les inventaires destinés à l’exploitation forestière). C’est dire combien « un inventaire forestier même soigné sous-estime la richesse floristique » (Rollet, 1979). Enfin, il est peu probable que l’on puisse tirer parti des travaux d’inventaires antérieurs, tout au plus pour comparaisons entre régions différentes.

Encadré 9. Composants paysagers et formations végétales
Composants paysagers et formations végétales procèdent de deux démarches différentes. Les appellations des formations végétales utilisées ici se réfèrent, dans la mesure du possible, aux propositions des tentatives d’uniformisation de CSA (1956), Emberger et al. (1968), Veloza et al. (1991). Les dénominations régionales sont utilisées pour les composants paysagers mais à éviter pour les types de formation : leur usage est commode et recommandable à partir du moment où le type de formation a été précisé (Daget et al., 1968).

33En résumé, les indices, en l’état des relevés de terrain déjà existants, ne sont qu’en partie utilisables pour spatialiser la diversité et on peut s’interroger avec Barbault (2002) sur la possibilité de « rendre compte de la diversité du vivant, de sa signification – voire de sa raison d’être – par des nombres ? La fascination du nombre, du quantitatif, ne détourne-t-elle pas de l’essentiel : de la vertu de la diversité, de la valeur vitale de l’existence de différences. Le recensement de la diversité du vivant ne suffit pas à traduire ce qu’apporte le concept de biodiversité... sur l’environnement et le développement ». En conséquence, les mesures classiques de végétation, outre le fait qu’elles posent des difficultés techniques bien souvent insurmontables en Amazonie, ne sauraient être suffisantes pour notre objectif de mise en carte de la biodiversité. Nos recherches, pour prendre en compte ces mesures, demanderaient à être plus approfondies. Par contre, les indices botaniques apportent des informations de base indispensables à l’approche paysagère par la compréhension des mécanismes des dynamiques de la biodiversité qu’ils nous révèlent.

L’utilisation d’échelles relatives et géographiques

34Ces échelles par classes de valeur ordonnées, basées à dire d’expert, sont d’utilisation fréquente dans la vie courante comme en sciences. Celles de Beaufort pour les vents, de Mercalli pour les tremblements de terre, l’échelle européenne des risques d’avalanche sont connues de tous. La phytosociologie utilise toujours les coefficients d’abondance-dominance et de sociabilité proposés par J. Braun-Blanquet et repris ensuite par ses successeurs (encadré 10). Le Relevé méthodique de la végétation et du milieu rédigé et publié sous la direction de L. Emberger (1968) en propose toute une série.

35À chaque composant paysager, les échelles permettent d’associer une valeur chiffrée. Il s’agira ensuite de la rapporter aux types paysagers et de visualiser de cette manière, par des cartes et des courbes, les dynamiques d’évolution des biodiversités. Cette démarche est comparable à celle de T. Schor (2006). Les échelles que nous proposons sont construites à partir d’évaluations basées sur des caractéristiques qualitatives et quantitatives, aisées à rassembler afin de rendre compte soit de la complexité intrinsèque des composants paysagers, soit de la valorisation locale de la biodiversité.

Encadré 10. Abondance-dominance et sociabilité des végétaux estimées au moyen d’échelles indicielles
L’abondance-dominance… est une expression de l’espace relatif occupé par l’ensemble des individus de chaque espèce, espace qui est déterminé à la fois par leur nombre et par leurs dimensions…, fondée sur le fait que deux espèces peuvent occuper autant de place, l’une par de nombreux individus de faibles dimensions, l’autre au moyen d’un petit nombre d’individus. L’échelle de Braun-Blanquet comporte 6 niveaux qui sont des …appréciations de l’importance relative des espèces sur la surface étudiée, une manière abrégée de traduire les expressions : dominante, très abondante, abondante, peu abondante, présente, rare (Guinochet, 1973).
5 = recouvrement supérieur à 75 %, abondance quelconque
4 = recouvrement de 50 à 75 %, abondance quelconque
3 = recouvrement de 25 à 50 %, abondance quelconque
2 = très abondant ou recouvrement supérieur à 5 %
1 = abondant et recouvrement faible ou assez peu abondant avec un plus grand recouvrement
+ = simplement présent (recouvrement et abondance très faible)
La sociabilité exprime la distribution des individus d’une espèce.
5 = en peuplements
4 = en petites colonies
3 = en troupes
2 = en groupes
1 = isolément
Note : l’expérience prouve que les écarts d’appréciation qui peuvent se produire entre différents observateurs sont minimes, ce qui ne serait pas le cas si l’échelle comportait un plus grand nombre d’indices (Guinochet, 1973).

L’échelle de complexité : une façon d’estimer les changements de la biodiversité

36Est complexe ce qui est « composé d’éléments qui entretiennent des rapports nombreux, diversifiés, difficiles à saisir par l’esprit, et présentant souvent des aspects différents. » Nous pensons que cette définition, extraite du Trésor de la langue française (CNRS), s’applique parfaitement aux objets étudiés. Effectivement, bien des auteurs avant nous ont qualifié les écosystèmes forestiers tropicaux de complexes, même si, avec raison, Vieira da Silva (1979) note qu’il ne faut pas confondre, comme il est fait fréquemment, diversité avec complexité. Enfin d’après Kolmogorov, fondateur de la théorie mathématique qui porte son nom, « un objet est complexe quand il n’en existe pas de description courte » (Delahaye, 2003). Cette théorie a inspiré des travaux sur la biodiversité (Ponsard et al., 2003).

  • 6 Les formes biologiques sont des catégories de végétaux définies par des critères morphologiques. P. (...)

37On retrouve, plus simplement, la notion de complexité dans la caractérisation des formations végétales proposée par P. Daget et al., (1968) : « Si une forme biologique6 est massivement prépondérante, la formation sera dite “simple” ; si les végétaux se rattachent à deux ou plusieurs formes biologiques principales, la formation sera dite “complexe” ». Diversité et richesse spécifiques ne concernent que les constituants – les espèces végétales – des composants paysagers ; la complexité rend compte des relations et de l’organisation entre les végétaux (stratification, recouvrement…) mais aussi de leur tempérament (pionnières ou non) et de leurs utilités (espèces cultivées, introduites…). C’est l’observation et la quantification de ces différents aspects perceptibles sur le terrain et diversement analysés à partir des données obtenues par les relevés floristico-sructuraux, qui nous permettent de proposer l’échelle de complexité. Elle associe des estimations directes de diversité végétale avec différents aspects des relations et types d’organisations entre les végétaux. Notons avec M. Guinochet (1955) qu’« il est difficile de se passer de l’intuition, et cela d’autant plus que l’on se propose des objets plus complexes ». Le résultat est une classification relative des composants paysagers, en fonction de leur diversité et de leur organisation, qui puisse rendre compte de leur complexité.

  • 7 Dès la mise en place de l’assentamento de Benfica, quelques essences furent abattues. Les souches n (...)

38Nous partons du principe qu’un territoire constitué majoritairement de milieux complexes garantit une certaine biodiversité et fournit par conséquent des services environnementaux de grande valeur. À l’inverse, un territoire offre moins de services environnementaux d’importance si, au cours du temps, la complexité de ses milieux tend à diminuer fortement. L’échelle proposée permet ainsi d’estimer rapidement la position des composants paysagers les uns par rapport aux autres en termes de plus fort ou de plus faible degré de biodiversité. En pratique, pour une entité territoriale donnée, on identifiera les deux extrêmes, du plus simple au plus complexe, de 0 à 15 sur l’échelle. À Benfica, le composant le plus simple est le « pâturage avec peu de ligneux », le plus complexe la « forêt exploitée7 » ; dans le Haut-Solimões, ce seront respectivement la « roça » et la « forêt naturelle » de várzea ou de terra firme. Rapportées ensuite au niveau des types paysagers, puis observées par unité de gestion territoriale (UGT), ces mesures donnent une image globale de la potentialité du territoire à offrir ou non des services environnementaux. L’échelle de complexité est considérée comme l’un des critères d’évaluation de la durabilité environnementale d’un territoire car elle permet d’estimer rapidement un degré de biodiversité en région diversement anthropisée.

39L’échelle de complexité se base sur quatre indicateurs dont la complémentarité permet d’estimer un degré de biodiversité des composants paysagers. Le premier rend compte de la diversité spécifique estimée en termes de richesse et de nombre d’individus, les autres portent sur divers aspects de la diversité fonctionnelle.

  • Indicateur de diversité. Il apprécie la quantité totale (richesse) et l’abondance relative (diversité) des espèces que renferme le composant paysager par rapport au CP le plus riche de la région étudiée. Plus le pourcentage est élevé, plus la richesse et la diversité augmentent et se rapprochent de celles des formations reconnues de plus haute biodiversité dans le site d’étude, ici des forêts. Les valeurs des indices de diversité et d’équitabilité peuvent entrer dans cette appréciation en fournissant des données quantitatives précises permettant d’éventuelles comparaisons d’un endroit à l’autre.

  • Indicateur de continuité de la strate arborescente. Cet indicateur renseigne sur l’organisation horizontale de la strate arborescente, ou des strates arborescentes, afin d’en estimer le recouvrement (« ticale de son appareil aérien », Da Lage et Métailié, 2000) qui peut, dans certains cas, être supérieur à 100 % de la surface au sol. Ce critère est très utilisé dans les descriptions des types de végétation, il pourrait être utilisé comme indicateur de fragmentation dans l’interprétation des images satellitales.

  • Indicateur de stratification. Certes la notion de strate a fait l’objet de nombreuses discussions et continue à le faire. Elle résulte pourtant de l’observation banale de l’organisation verticale de la végétation. On considérera les strates comme les niveaux de concentration maximale des appareils végétatifs aériens des plantes. Cet indicateur renseigne sur l’organisation verticale de la formation afin d’estimer son état de maturité. Plus il y a de strates et plus le composant est proche du stade climacique. Par ailleurs, l’observation montre qu’il y a une certaine relation globale entre stratification et diversité : en général, plus il y a de strates, plus la diversité est élevée. Mais il y a des exceptions, tels certains des premiers stades de colonisation en várzea, dans le Haut-Solimões, constitués d’une strate inférieure herbacée presque monospécifique dominée par une strate supérieure constituée d’une seule espèce arbustive.

  • Indicateur d’artificialisation. Ce marqueur des transformations dues à l’homme est associé aux autres indicateurs afin de rendre compte du caractère anthropique de la formation : de la monoculture aux systèmes plus complexes de l’agroforesterie et aux formations naturelles. Il sera d’autant plus efficace que la région étudiée sera utilisée par l’homme.

  • Des indicateurs spécifiques. D’autres indicateurs peuvent être ajoutés en fonction des objectifs par exemple l’indicateur de secondarisation : la présence d’espèces pionnières témoigne d’un événement, naturel ou dû aux activités humaines, qui a modifié le couvert végétal. Si ces plantes, qui s’installent les premières dans le processus de succession végétale, sont abondantes, c’est-à-dire représentées par un nombre important d’individus, le couvert a été profondément transformé, comme à la suite d’une coupe à blanc, ce qui est le cas des roças. Selon les circonstances, les particularités locales, les objectifs, on utilisera des indicateurs particuliers. On pourrait imaginer ainsi la création d’un indice estimatif de l’impact sur le gibier dans les différents composants, de la densité de gros arbres, voire de certaines caractéristiques édaphiques.

Encadré 11. Les indicateurs du degré de complexité des composants paysagers
Indicateur de diversité

A : très peu d’espèces représentées par de très nombreux individus
B : peu d’espèces représentées par de nombreux individus
C : nombreuses espèces représentées par de nombreux individus
D : nombreuses espèces représentées par peu d’individus
E : très nombreuses espèces représentées par très peu d’individus

Indicateur de continuité de la strate arborescente

Indicateur de stratification

Indicateur d’artificialisation

Autre indicateur possible : indicateur de secondarisation

40L’attribution du coefficient de complexité se fait par l’observation directe sur le terrain. C’est volontairement que 4 ou 5 classes ont été fixées par indicateur : l’expérience prouve que les écarts d’appréciation qui peuvent se produire sont minimes, ce qui ne serait pas le cas si l’échelle comportait un plus grand nombre de classes (Guinochet, 1973).

41Pour chaque composant paysager, les grilles par indicateurs (encadré 11) sont donc remplies à partir des observations de terrain. Chacune d’elles attribue un certain nombre de points. Les composants se trouvent ainsi dotés d’un degré de biodiversité qui est la somme des quatre notes indicielles attribuées sur le terrain. Plus le degré est fort sur l’échelle qui va de 0 à 15, plus la biodiversité du composant est élevée. La figure 7 (page V du cahier couleurs) présente un exemple de la façon dont sont hiérarchisés, sur l’échelle de complexité, les composants paysagers identifiés à Benfica et dans le Haut-Solimões.

Les échelles de valorisation locale

42Elles fonctionnent selon le même principe que l’échelle de complexité. En revanche, pour prendre en compte les manières dont les populations locales valorisent la biodiversité de leur milieu, on utilise plusieurs indices ou indicateurs choisis en fonction des objectifs de l’étude, des compétences et des moyens de l’équipe. On a ainsi distingué des indices qualitatifs basés sur les perceptions locales de la diversité et des indices quantitatifs plus classiques en ethnosciences, notamment l’ethnobotanique quantitative (Zent, 1996) pour évaluer l’importance des plantes utiles ou utilisables.

43■ Indice de diversité utilisée. Il permet d’évaluer l’importance absolue ou relative des plantes connues et (ou) utilisées par les habitants. Il est élaboré à partir de mesures quantitatives et doit être rapporté au nombre d’espèces présentes dans les différents composants paysagers étudiés.

IDU = SU/n
SU = nombre d’espèces utilisées
n = nombre total d’espèces

44■ Indice de diversité potentiellement utilisable. Il permet d’évaluer un potentiel de diversité utile pour les espaces considérés et d’orienter, par exemple, des politiques destinées à promouvoir les usages de la biodiversité locale. Il est élaboré à partir des connaissances locales, complétées par une recherche bibliographique. Il peut être calculé également pour une catégorie d’usages donnée (alimentaire, médicinale, etc.). Les plantes potentiellement utilisables sont, en fait, celles dont les usages sont connus et cités dans la riche documentation existant sur ce thème, et il n’est pas inutile de faire remarquer que cette évaluation ne saurait partir du postulat, avancé par quelques-uns (Phillips et Gentry, 1993), que toutes les plantes pourraient avoir une utilité pour l’homme.

IDPU = SPU/n
SPU = nombre d’espèces utilisées localement ou d’utilisation reconnue ailleurs
n = nombre total d’espèces

45■ Indice de diversité nommée. Toutes les plantes distinguées et nommées ne sont pas nécessairement jugées utiles ou utilisables. Cet indice complète par conséquent les précédents et prétend valoriser les nomenclatures locales associées au monde végétal, lesquelles traduisent un intérêt plus ou moins marqué pour la diversité. Il peut s’appliquer à des catégories de populations choisies (spécialistes locaux des plantes par exemple) et pourrait également être utilisé au niveau variétal dans une étude de la diversité des plantes cultivées.

IDN = SN/n
SN = nombre d’espèces distinguées et nommées par les populations locales
n = nombre total d’espèces

46■ Indice de catégorie d’usage. Cet indice évalue l’importance des espèces en fonction des types d’usage dont elles font l’objet, par exemple pour évaluer la diversité des plantes utilisées en extractivisme, d’éventuels effets de politiques publiques favorisant la commercialisation de plantes sylvestres ou encore pour évaluer l’intérêt d’une mesure visant à protéger et valoriser les savoirs médicinaux locaux.

IU = SU/n
SU = nombre d’espèces pour une catégorie d’usage donnée
n = nombre total d’espèces

47■ Indice de valeur d’usage. Cet indice est habituellement utilisé en ethnobotanique quantitative pour évaluer l’importance de chaque espèce du point de vue des usages qui en sont faits par les populations locales (Phillips et Gentry, 1993). Ces valeurs peuvent être déjà disponibles sur les sites d’étude. On obtient une valeur d’usage par plante et par informateur (VUis) ou éventuellement par groupe d’informateurs puis la valeur d’usage de chaque espèce (VUs).

VUis = ∑Uis/neis
Uis = nombre d’usages mentionnés à chaque entretien par l’informateur i et pour l’espèce s
neis = nombre d’entretiens sur l’espèce s avec l’informateur i

Encadré 12. Le point de vue des populations locales : catégories, valeurs, usages
ÉTAPE 1 :
Comment les habitants catégorisent-ils leur environnement ?
Avec quels mots parlent-ils de la « biodiversité » ?
Objectifs
– Repérer et recenser les termes locaux utilisés pour décrire les lieux, les végétations et leurs transformations.
– Reconnaître et définir les nomenclatures locales et les principes de catégorisation du milieu (hiérarchies, critères d’inclusion et de séparation, etc.).
– Faire un lexique qui servira à élaborer le questionnaire (étape 2).
Méthodologie
– Entretiens non dirigés avec un nombre minimal d’habitants qu’on accompagne également dans leurs déplacements sur le territoire de la communauté.
– Prendre des photos des différentes catégories spatiales reconnues et nommées.
– Selon les objectifs, les compétences et les moyens de l’équipe, on peut
réaliser des entretiens plus systématiques en suivant les bases théoriques
de l’ethnobiologie (Berlin, 1992) mais élargies aux catégories spatiales.
ÉTAPE 2 :
Quelles valeurs les habitants attribuent-ils à la biodiversité ?
Approche qualitative de leurs perceptions de la diversité à partir d’entretiens ?
Objectifs
– Hiérarchiser selon une diversité croissante les différentes catégories spatiales de végétation reconnues dans l’étape 1.
– Évaluer qualitativement la diversité utile.
– Évaluer les transformations dans le temps de la biodiversité (échelle d’une vie humaine) et le rôle de la population locale dans ces transformations.
Méthodologie
– Entretiens et questionnaire.
– Utilisation de séries de photos (pour distinguer les catégories retenues) et d’un moyen semi-quantitatif de hiérarchisation (par exemple petits cailloux répartis en nombre plus ou moins important entre les différentes catégories selon qu’elles présentent un plus ou moins grand nombre de « type de plantes » assimilé à une note de biodiversité).
ÉTAPE 3 : Quels usages les habitants font-ils de la biodiversité ?
Objectifs
– Établir la liste des espèces utiles (nom local et nom scientifique) globale, par catégorie spatiale de végétation et/ou par utilisation (type d’usage).
Méthodologie
– Utilisation des données botaniques, ethnobotaniques (liste des plantes utiles et de leurs usages obtenue au travers d’entretiens dirigés, de questionnaires et en accompagnant les personnes dans leurs déplacements).
Remarques
Pour l’étape 3 (approche quantitative), on peut donner les résultats en passant directement par les catégories définies par l’analyse paysagère (nombre d’espèces utiles et nombre total d’espèces par composant paysager). Par contre, l’approche qualitative (perceptions de la diversité et de ses dynamiques) exige nécessairement que l’on passe par des catégories qui aient un sens pour les populations locales (cf. étape 1). Les données obtenues au cours des étapes 1 et 2 sont valables pour les catégories spatiales d’usage et (ou) de végétation reconnue au cours de l’étape1 (il s’agit en fait des catégories locales). Pour permettre l’élaboration de cartes, elles doivent cependant être rapportées aux catégories définies par l’analyse paysagère (composants et types paysagers) dont on a vu qu’elles étaient tributaires des limitations techniques imposées par les images. Ce passage des catégories locales aux catégories déterminées par les scientifiques n’est pas toujours facile, ni possible. Les habitants de Benfica, par exemple, distinguent de nombreux types de pâturage alors que nous n’avons pris en compte que 3 composants paysagers en pâturage. À l’inverse, des composants ou des types paysagers peuvent aussi ne pas avoir leur correspondant dans les classifications et les nomenclatures locales. Il va ainsi de soi que les connaissances locales sur le milieu ne peuvent être solubles dans la catégorisation exigée par l’approche méthodologique proposée puisque celle-ci se fonde sur un découpage du réel opéré à partir d’autres critères que ceux des usages et des représentations locales de l’environnement. Il s’agit donc de trouver un compromis satisfaisant entre catégories locales et catégories scientifiques, parfois au détriment de précisions supplémentaires. On procède par exemple, par agglomération, en privilégiant la catégorie englobante (pasto limpo* plutôt que les différents types de pâturages distingués localement, ou « mata* » plutôt que les différents types de forêts distingués localement).

VUs = ∑VUis/nis
nis = nombre d’informateurs interrogés sur l’espèce s

48En rapportant ces valeurs aux unités spatiales prédéfinies – composants paysagers, par exemple, ou autre type d’unité spatiale –, on peut obtenir la valeur d’usage de chaque composant utilisé par un même groupe d’informateur.

IVUcp = ∑VUs/n
∑VUs = somme des valeurs d’usage des espèces présentes dans le CP
n = nombre total d’espèces

49■ Indice de perception : cet indice a la difficile ambition de chiffrer des informations qui par nature ne sont pas quantifiables. Il permet de prendre en compte certains aspects des représentations sociales de l’environnement ou d’évaluer la façon dont les populations locales – ou les acteurs externes – valorisent ce que nous avons défini comme biodiversité ou encore de présenter des opinions relatives, par exemple, à telle ou telle politique publique. Il est élaboré à partir de données qualitatives. Au cours d’entretiens ou de questionnaires, on attribue avec l’informateur une valeur chiffrée pour chaque composant paysager. Les données doivent cependant être rapportées à des unités spatiales qui aient un sens pour les informateurs, on travaille donc à partir des catégories locales qui sont ensuite « traduites » en composant paysager, ce qui est loin d’être toujours évident ou même possible. La valeur donnée à chaque unité spatiale est choisie sur une échelle de valeur relative (donner une note entre 1 et 10 par exemple) ou alors calculée en fonction de la place de chaque unité dans un classement en ordre décroissant. Chaque informateur donne ainsi un chiffre traduisant la valeur qu’il accorde à une unité spatiale donnée (pâturage « propre », jardin verger, forêt de lianes, etc.) pour un thème donné (lieux où se concentre la plus grande diversité, lieux où on a observé une diminution ou une augmentation de la biodiversité, etc.). Ensuite, on établit une moyenne des valeurs obtenues pour chaque composant paysager. Ces moyennes, chiffrées, permettent enfin de classer les unités spatiales sur une échelle relative d’appréciations qualitatives de la biodiversité.

IPcp = ∑VPi/ni
VPi = valeur perçue par l’informateur i au sujet du composant paysager
ni = nombre total d’informateurs qui ont fourni une note pour ce composant paysager

50Rapportées aux composants et (ou) aux types paysagers prédéfinis, ces valeurs permettraient d’élaborer différentes sortes de cartes pour montrer, par exemple :

  • des connaissances locales sur l’environnement et leur éventuelle répartition dans l’espace ou au sein de la population ;

  • des appréciations données localement sur la diversité végétale et l’évolution dans le temps de la biodiversité ;

  • des utilisations différenciées du territoire de la communauté ;

  • l’importance des ressources végétales locales, qu’elles soient effectivement utilisées ou potentiellement utilisables ;

  • d’éventuels décalages ou superpositions entre des perceptions locales et scientifiques ou techniques de la biodiversité, etc.

51Les données nécessaires à l’élaboration de telles cartes peuvent être obtenues suivant différents protocoles ; l’encadré 12 en détaille un.

52Selon les cas, on peut préférer l’ethnobotanique quantitative, qui fournit des données chiffrées sur la répartition des savoirs sur les plantes, et donc sur la biodiversité, au sein de la communauté. Idéalement, l’ethnobotanique quantitative exige que les relevés de végétation et les questionnaires sur les usages des plantes soient effectués dans les mêmes parcelles et avec plusieurs informateurs représentatifs d’origines ou de classes d’âge différentes. Cette option méthodologique donne des résultats beaucoup plus précis sur les connaissances et les usages du végétal mais, en contrepartie, elle demande un investissement important qui n’est pas toujours envisageable ou qui n’est pas forcément nécessaire au vu des objectifs initiaux. Cette approche a pu être menée à bien pour un des types paysagers du Haut-Solimões (Noda, 2000). La méthode du « relevé floristique participatif » développée par la même équipe permet par ailleurs d’obtenir des résultats similaires (encadré 13). À Benfica, nous avons procédé autrement, en croisant les résultats des botanistes (listes d’espèces par composants ou types paysagers) et des ethnobotanistes (liste d’espèces utiles sur l’ensemble du territoire de la communauté).

Encadré 13. Richesses floristiques et indices dans le Haut-Solimões1 et dans l’assentamento de Benfica

Note 1. Tous les relevés ont été effectués en terre ferme.
Note 2. Pour les techniques d’échantillonnage dans les deux situations, voir la figure 6.
Note 3. Le riz, Oryza sativa L.
Note 4. Brachiaria brizantha (Hochst. ex A. Rich.) Stapf est la graminée plantée par les éleveurs.
Note 5. Dans les bas-fonds, le palmier açaí (Euterpe oleracea Mart.), dont le fruit est apprécié sous forme de jus, est entretenu mais pas cultivé à proprement parler.

Des composants aux types paysagers

53Le passage des mesures de la biodiversité des composants paysagers aux types paysagers doit être réalisé après avoir effectué les traitements d’image présentés au chapitre suivant. Cependant, pour ne pas rompre l’enchaînement des trois étapes – 1) relevés de végétation par composants paysagers, 2) estimations des biodiversités par composant paysager, puis 3) par type paysager –, ce point est exposé ci-dessous.

Estimation de la biodiversité par type paysager

54Il est nécessaire d’attribuer une valeur de biodiversité à chaque type paysager en agrégeant les valeurs des composants le constituant de façon à lui donner une valeur propre, assimilable à une « note » globale de biodiversité. L’objectif est de disposer d’estimations à l’échelle du composant et du type paysager pour analyser, selon ces deux niveaux complémentaires, l’impact spatial des politiques publiques. On cherche donc à obtenir des informations spatialisées et quantifiables, introduisant de la mesure pour le suivi de ces impacts. Cela permet de répondre plus précisément aux questions suivantes : où se produisent les changements, quand se produisent-ils, et quelle en est l’ampleur ?

Les données nécessaires

55Les données acquises au cours de l’étape précédente sont les suivantes :

  • estimation de la biodiversité par composant paysager selon différentes approches ;

  • surfaces occupées par les composants paysagers dans chaque type paysager, exprimées en hectare. On peut en suivre les modifications à partir des classifications d’images à différentes dates (tabl. I).

Tabl. I - Surfaces occupées dans chaque type de paysage. Exemple de la partie orientale du Haut-Solimões

Tabl. I - Surfaces occupées dans chaque type de paysage. Exemple de la partie orientale du Haut-Solimões

Calcul de la biodiversité globale par type paysager

  • 8 Dans le cadre de cet exposé nous n’avons pas la possibilité de prendre en compte le niveau de fragm (...)

56Associer les degrés de biodiversité des différents composants paysagers pour chaque type paysager suppose de prendre en compte le rapport de surface qui existe entre eux, donc de pondérer chaque degré de biodiversité selon sa représentativité spatiale. Par exemple, le composant « forêt exploitée » à Benfica n’a pas le même poids spatial dans le type paysager 2, où il représente 35 % de la superficie, que dans le 3 où il n’en représente seulement que 9 %. Une simple moyenne entre les degrés de biodiversité de chaque composant paysager n’est donc pas souhaitable. En revanche, si on pondère selon la surface occupée par chaque composant paysager en appliquant la formule ci-dessous, le résultat a le mérite de rétablir un équilibre en fonction de la représentativité spatiale de chaque composant observé dans le type8.

S = surface occupée par le composant paysager
Vb = degré de biodiversité du composant paysager

Résultat final

57L’application de cette formule à tous les types paysagers identifiés dans l’unité de gestion territoriale permet d’attribuer un degré de biodiversité à l’ensemble des paysages observés. Des cartes et des graphiques sont ensuite construits pour compléter les mesures, en particulier pour le suivi des dynamiques spatio-temporelles de la biodiversité. Bien entendu le sens à accorder à cette valeur est étroitement lié au choix de l’indice préalablement utilisé (cf. supra). La figure 8 (page VI du cahier couleurs) donne un exemple de la façon d’opérer lorsque l’échelle de complexité est utilisée (assentamento Benfica et secteur oriental de la région du Haut-Solimões). Ce procédé permet de comparer rapidement des régions dont les milieux, les formes de l’exploitation et les rythmes d’évolution sont considérablement distincts.

Imagerie satellitale : des données pour localiser et quantifier les dynamiques spatio-temporelles de la biodiversité

58Après avoir présenté les images et les différentes façons de les obtenir, nous exposerons dans cette nouvelle étape de la démarche méthodologique les procédés de traitement et d’obtention de l’information satellitale. Celle-ci permet ensuite d’élaborer les documents concernant les dynamiques spatio-temporelles de la biodiversité sur lesquels nous nous appuyons pour appréhender le rôle joué par les politiques publiques.

Choix des images à utiliser pour spatialiser les dynamiques spatio-temporelles

59Au cours des dernières décennies, le développement de la télédétection a rendu possible le suivi de l’évolution dans l’espace et dans le temps de la surface terrestre. Nombreux sont actuellement les satellites d’observation dotés de types variés de résolution spatiale et temporelle. En se basant sur la complémentarité des capteurs multispectraux, les transformations de la couverture végétale – déboisements, incendies, urbanisation, etc. – peuvent être étudiées de façon régulière tout en quantifiant les phénomènes observés. Le choix du satellite et de ses capteurs dépend de l’objectif recherché : fréquence chronologique du phénomène à étudier, dimension de la zone analysée, mais aussi des ressources financières disponibles pour l’acquisition des images.

  • 9 Le site de l’INPE (Instituto Nacional de Pesquisas Espaciais) donne gratuitement accès aux images L (...)

60Pour étudier la biodiversité et sa dynamique dans l’espace et dans le temps avec l’approche paysagère proposée, on doit considérer principalement les séries chronologiques disponibles et les résolutions spatiales des capteurs. Il existe, depuis 1982, une importante série d’images Landsat TM et ETM9 rendant possible l’observation des transformations de la surface terrestre sur une longue période. En outre, la résolution de 30 mètres qui les caractérise permet d’identifier correctement la plupart des types paysagers. Mais le principal motif reste la mise à la disposition gratuite d’images pour les recherches scientifiques à travers le programme de l’université du Maryland Global Land Cover Facility (GLCF), qui permet l’analyse d’un grand nombre d’images.

61Malgré leur fine résolution (10 m en couleurs et 2,5 m en panchromatique supermode), les images SPOT 5 ne sont disponibles que depuis 2002. Avant la mise en place de la plate-forme SEAS-Guyane (Surveillance de l’environnement amazonien par satellite) elles étaient rares sur cette région du globe. Les accords avec la station SEAS-Guyane devraient permettre d’utiliser plus régulièrement ces données, particulièrement adaptées à l’analyse des paysages.

62Dans le cadre du projet Biodam, les images Landsat ont été utilisées pour aborder la dimension temporelle, c’est-à-dire le suivi dans le temps des dynamiques paysagères. Les images SPOT, quant à elles, ont servi de référence pour mieux connaître l’état actuel du couvert végétal et aider au repérage des composants et types paysagers lors des missions sur le terrain. Cela dit, il serait souhaitable de conduire l’ensemble de la démarche avec ces images de meilleure résolution lorsqu’elles peuvent être disponibles sur plusieurs années. En effet, celles-ci permettent d’utiliser une nouvelle génération de logiciels « orientés objets » susceptibles d’améliorer considérablement les procédés d’identification des objets paysagers.

Procédés de traitement des images

63L’étude de la dynamique spatio-temporelle des paysages est effectuée à partir des images satellitales selon la démarche suivante :

  1. Recherche sur Internet d’images disponibles et homogénéisation de ces données :

  • géo-référencement commun pour toutes les images en vue d’une localisation précise des relevés de terrain et des informations géographiques nécessaires à la réalisation des fonds de carte (nomenclature, limites administratives…). Cette rectification des coordonnées des images permet aussi de les superposer les unes aux autres afin de suivre et mesurer les changements de paysages à différentes dates ;

  • amélioration visuelle des images par contraste et autres traitements, afin d’augmenter le pouvoir de discrimination des données radiométriques et d’aider à l’identification des objets paysagers à répertorier.

  1. Préparation d’une base de données géo-référencées qui mette à disposition des informations satellitaires et permette la mise en forme cartographique des images traitées.

  2. Découpage des images par entité territoriale afin de centrer les traitements sur les zones étudiées : les limites du terrain Benfica correspondent à celles de l’assentamento et, à Uruará, du município. À Benjamin Constant, la délimitation d’une zone arbitraire (buffer) de 7 km à partir de la rive droite du Solimões et couvrant les territoires des communautés étudiées a été nécessaire pour donner un cadre à l’analyse (fig. 8, page VI du cahier couleurs).

  3. Classification des images afin de mettre en évidence les composants lorsque cela est possible, puis identification visuelle des types paysagers sur les images classées ou non après avoir établi un certain nombre de règles à observer (taille des ouvertures forestières, densité du bâti, hétérogénéité des composants…) selon les principes classiques de photo-interprétation.

  4. Spatialisation et analyse temporelle (cartes et courbes) des résultats obtenus à partir des classifications (cf. infra).

Orientation des procédés de traitement en fonction des terrains

64Étant donné les importantes différences spatiales observées entre les composants et types paysagers des zones étudiées, il faut utiliser des méthodes de classification propres à chaque terrain. L’encadré 14 précise les deux protocoles de traitement utilisés dans les deux cas analysés et la figure 8 les dynamiques spatio-temporelles des types paysagers dans les deux situations.

65Il est important de souligner que les méthodes d’analyse des images sont différentes et spécifiques pour chaque région : à Benfica les cartes des types paysagers sont obtenues en détectant en premier lieu leurs composants, alors qu’à Benjamin Constant ceux-ci n’étant pas décelables (petite taille, imbrication des limites, grande hétérogénéité, rapidité des changements), ces cartes ont été construites directement par interprétation visuelle. Pour autant, les résultats obtenus à Benjamin Constant sont similaires, car il est également possible de spatialiser les types paysagers et d’y établir les pourcentages occupés par chacun de leurs composants. Au terme de ces traitements d’images, nous sommes en mesure de les utiliser pour la spatialisation des indices de biodiversité, de façon à pouvoir relier ensuite les résultats obtenus avec les politiques publiques (cf. les autres étapes de la démarche).

  • 10 Le partenariat avec le projet SEAS-Guyane a permis d’acquérir des images de 2006 qui ont rendu poss (...)

Encadré 14. Les deux protocoles de traitement utilisés sur les deux terrains
Après avoir défini les composants puis les types paysagers sur les terrains, une base de données cartographiques géoréférencées est créée pour servir de support aux traitements d’image.
BENFICA
Les différents composants ont une taille suffisante pour être observés à partir des images Landsat d’une résolution de 30 m.
Sur les images ils sont donc identifiés en premier lieu pour construire, ensuite, les types paysagers.
Les étapes des traitements d’image
1.
Acquisition des images Landsat-TM, orbite/point 224/064 de 1987, 1996, 2001 et 2005, bandes 3, 4, 5 pour gérer l’image synthétique colorée RGB avec le canal 5 dans le rouge, 4 dans le vert et 3 dans le bleu (5R4G3B).
2. Après augmentation des contrastes, les images sont segmentées en utilisant le procédé des seuils de similarité afin de les préparer aux classements.
3. Les pixels des images segmentées sont ensuite répartis en autant de classes qu’il y a de composants selon la méthode de « classification supervisée » qui utilise la distance Bhattacharya et le seuil d’acceptation de 99,9 % comme critère de décision statistique. Parmi les 14 composants paysagers préalablement définis sur le terrain, quatre ont montré une telle confusion radiométrique qu’ils n’ont pas été conservés pour ne pas perturber la discrimination radiométrique des dix autres. L’image comporte dès lors 10 classes qui correspondent aux 10 composants restants.
Les images SPOT ont servi à la validation thématique de ces classes.
4. Les 5 types paysagers ont été identifiés sur l’image classée par interprétation visuelle en comparant le modèle graphique de chacun d’eux (dessin et description) avec la distribution, la taille et la forme des composants observées sur l’image. (Ce procédé d’identification des types paysagers est en train d’être amélioré à la station de réception SEAS-Guyane, par reconnaissance de forme sur les images SPOT, publication en cours.)
5. Production des cartes et courbes sur les dynamiques spatio-temporelles des objets paysagers (cf. infra)
BENJAMIN CONSTANT
La petite taille des composants observés sur le terrain ne permet ni de les identifier, ni de les différencier sur les images Landsat. Sur les images, les types paysagers sont donc identifiés en premier, pour en reconstituer ensuite les composants.
Les étapes des traitements d’image
1
. Acquisition des images Landsat-TM, orbite/point 004/063 de 1986, 1992, 1994, 1999 et 2001, bandes 3, 4, 5 pour l’obtention d’une image synthétique en composition colorée 5R4G3B, et de l’image SPOT 510 de 2006 en composition colorée à partir des canaux XS4 dans le rouge, XS3 dans le vert et XS2 dans le bleu.
2. Afin de circonscrire la zone des traitements sur la partie « utilisée » de la région d’étude, une zone arbitraire « buffer », sorte de masque, de 7 km de profondeur à partir de la berge du Rio Solimões, est calculée. Au-delà de cette distance, on considère que les modifications dues aux activités humaines sont minimes et ne nécessitent pas d’observation ni de traitement.
Pour faciliter l’identification des types paysagers, on a divisé en deux la zone interne au buffer afin de séparer la zone de várzea de celle de terra firme, chacune d’elles ayant des paysages particuliers.
3. Pour chacun de ces grands milieux, várzea et terre ferme, on a ensuite identifié visuellement les types paysagers en fonction de l’étendue de la zone forestière altérée et de la densité du bâti.
4. Les tentatives de détection, par classification d’image, des composants n’ont pas donné de bons résultats. Les confusions radiométriques entre eux sont trop fortes. L’estimation des surfaces (en %) occupées par chacun d’eux a donc été effectuée par des observations de terrain et des analyses d’images SPOT. Ce procédé ne permet pas de produire des cartes de localisation des composants dans l’espace mais suffit aux calculs d’estimation de la biodiversité par type paysager.
5. Production des cartes et courbes sur les dynamiques spatio-temporelles des objets paysagers (cf. infra).

Cartes et courbes : des documents pour estimer l’impact spatial des politiques publiques sur les dynamiques de la biodiversité

66Cette dernière étape montre comment utiliser les traitements d’image pour construire les cartes et graphiques nécessaires à l’analyse spatiale des changements de la biodiversité. Elle mène donc à la quantification des surfaces modifiées et à l’estimation des effets des politiques publiques.

67Ces analyses permettent en effet d’évaluer le degré ou l’absence d’impact de certaines politiques publiques sur le couvert végétal en termes d’augmentation ou de diminution de la biodiversité. En d’autres termes, ils donnent à voir la capacité de certaines politiques publiques à réduire, maintenir ou augmenter la biodiversité. Bien entendu ces résultats sont à relativiser selon les cas, car les politiques publiques ne sont généralement pas les seules en cause pour expliquer les changements du couvert végétal. Par exemple, dans la région du Haut-Solimões, l’augmentation de la population doit être prise en compte pour expliquer certaines fluctuations.

68Seules deux familles de documents sont présentées, il serait nécessaire d’explorer l’ensemble des possibilités offertes par toutes les informations disponibles : proposer, par exemple, des documents renseignant sur la vitesse des transformations et sur l’ampleur des dynamiques paysagères (LAQUES, 1993).

Réalisation de cartes diachroniques

69Les cartes peuvent être réalisées lorsque les données suivantes sont disponibles :

  • les images satellitales classées par type paysager et par composant paysager telles qu’elles ont pu être réalisées, par exemple, à Benfica ;

  • l’estimation des degrés de biodiversité par composant et par type paysager (cf. supra).

Construction des cartes

70Le procédé est relativement simple : connaissant les degrés de biodiversité des types paysagers, les cartes par date d’état de la biodiversité résultent de l’attribution, pour chaque type, d’une couleur correspondant à son degré de biodiversité. Par exemple, le type paysager1 ayant comme degré de biodiversité la valeur 11 selon l’échelle de complexité, les surfaces qu’il occupe sur la carte prennent la couleur vert clair correspondant à la valeur 11. La figure 8 reprend les différentes étapes de la construction des cartes.

Les informations contenues

71Ces données cartographiques permettent d’observer les changements de degré de biodiversité dans l’espace. L’exemple présenté dans la figure 8 montre que la partie sud-ouest de l’assentamento Benfica n’évolue pas de la même façon que la partie nord-est ; le premier ensemble est, pour moitié, couvert par des formations végétales dont le degré de complexité est très faible. Alors que l’autre ensemble est composé d’une matrice importante au degré de complexité relativement élevé.

72Il s’agit, à ce stade de la démarche, de mettre en relation les dynamiques spatio-temporelles cartographiées avec la période de mise en place des politiques publiques ou, du moins, de leur application effective. Les cartes sont analysées en focalisant les observations sur les rétractions ou diffusions des niveaux de biodiversité avant et après la mise en application des politiques publiques : l’impact de certaines politiques, comme l’accès à des subventions pour l’élevage, peut être visualisé sur les cartes en termes de localisation et d’ampleur des changements. Les disparités spatiales entre les parties nord-est et sud-ouest de l’assentamento résultent de la façon dont les acteurs locaux se sont appropriés ou pas cette mesure et de la date à laquelle ils ont eu accès à ces crédits. La carte de 2006 montre que la quasi-totalité de l’assentamento a aujourd’hui un niveau de complexité bas, voire très bas (cf. chapitre 3).

73Comme cela a été souligné en début de chapitre 2, il est important aussi de suivre les dynamiques au niveau des composants paysagers sans passer par le filtre d’un calcul de biodiversité. En effet, la présence ou l’absence de certains d’entre eux est en soi, ou non, un indicateur de l’application ou pas de certaines réglementations. Ainsi, les cartes de suivi du composant « bas-fond avec végétation arborée » aident à évaluer l’impact de la loi interdisant la destruction des forêts galeries protectrices des écoulements d’eau.

Les graphiques d’évolution destinés à quantifier l’altération, la stagnation et l’augmentation des surfaces d’isobiodiversité

74Ces diagrammes sont obtenus en mettant en relation les surfaces des types et composants paysagers avec leur degré de biodiversité par date (fig. 9, page VII du cahier couleurs). Pour les construire, il est nécessaire de mobiliser les informations suivantes :

  • l’estimation des degrés de biodiversité par composant et par type paysager (cf. supra) ;

  • les tableaux associés aux classifications des images par type et composant paysager. Ils donnent leurs surfaces d’isobiodiversité en hectares et pourcentages aux différentes dates.

Quantification en termes de surface des transformations induites par les politiques publiques

75Comme pour l’analyse des cartes, les graphiques sont examinés au regard de la période de mise en application des politiques publiques, tel que cela est appliqué au chapitre 3. L’infléchissement ou le relèvement des courbes avant, après et durant cette période aident à suivre l’impact de la politique en ce qui concerne l’augmentation ou la diminution des surfaces d’isobiodiversité.

76Ce procédé de restitution de l’information a pour principal intérêt de quantifier les surfaces et de les comparer les unes aux autres. Par exemple, la figure 9 montre, au niveau des types paysagers, que le degré 15 sur l’échelle de complexité n’existe plus à Benfica depuis 2001 alors qu’il couvrait 80 % de la surface en 1987. En revanche, à partir de cette même date, l’étendue des surfaces de degré 3, le plus faible, est passée de 14 à 22 % en 5 ans. Le graphique montrant l’évolution des surfaces d’isobiodiversité au niveau de trois composants confirme clairement la disparition progressive des forts taux de complexité ; depuis 2005, les courbes se croisent, il y a maintenant plus de 20 % de composants avec un taux faible et moins de 20 % avec un taux élevé.

77La démarche qui vient d’être exposée, tout en représentant une manière particulière d’aborder la biodiversité (à travers les paysages) cherche à rendre possible la combinaison de plusieurs points de vue, notamment par le recours au principe de l’échelle.

78Le recours au paysage a permis de mettre au point une typologie spatiale commune aux différentes disciplines, à partir de laquelle peuvent être estimés différents degrés de biodiversité, selon différents points de vue disciplinaires. D’autres disciplines (notamment la zoologie) pourraient utiliser cette typologie, sans renoncer à leurs propres questionnements. Des relevés botaniques plus détaillés pourraient également venir compléter les informations qui ont servi de base à la caractérisation des composants et des types paysagers. La deuxième étape, c’est-à-dire la spatialisation des données paysagères et leur suivi dans le temps, permet de mesurer les impacts des changements sociaux et économiques sur la biodiversité.

Notes

1 Zones d’égale valeur de biodiversité.

2 Dans certains cas, le composant paysager peut se superposer à la « facette écologique », définie par C. Blanc-Pamard et G. Sautter (1990) comme la « plus petite unité insécable d’un point de vue naturel et humain », et qui correspond normalement à des catégories locales. Toutefois, nos contraintes en termes de découpage de l’espace sont plutôt liées à la résolution des images et aux différentes manières d’aborder la biodiversité.

3 Dans le cas présent nous n’avons pas tenu compte de la perception des habitants et de leur façon de nommer la végétation, cela pourrait pourtant être envisagé dans le cas d’une autre étude.

4 Au-delà de la description, ils permettent évidemment d’aborder les lois qui régissent cette organisation, voire aussi les différents types de biodiversité proposés par Whittaker (1972).

5 La similitude entre parcelles différentes est testée par des indices adaptés dont les plus courants sont ceux de Jaccard et de Sörensen.

6 Les formes biologiques sont des catégories de végétaux définies par des critères morphologiques. P. Daget et al. (1968) reconnaissent ainsi des ligneux de différentes hauteurs et des végétaux herbacés. Les types biologiques, désormais classiques, de Raunkiaër sont aussi utilisés.

7 Dès la mise en place de l’assentamento de Benfica, quelques essences furent abattues. Les souches ne se voient plus, les chablis se sont refermés et les pionnières sont devenues invisibles pour l’observateur non averti. Malgré ces abattages, cette forêt représente la forme la plus riche par sa diversité, sa structure et son fonctionnement. Elle est proche du stade climacique qui doit être considéré, selon la formule de J.-L. Trochain (1980), comme la manifestation ultime du dynamisme du tapis végétal.

8 Dans le cadre de cet exposé nous n’avons pas la possibilité de prendre en compte le niveau de fragmentation des composants. Cette dimension devrait pourtant enrichir l’attribution d’un degré de biodiversité par type paysager. Elle introduit par exemple la longueur de bordure entre composants paysagers, l’effet de masse, d’émiettement et de corridor.

9 Le site de l’INPE (Instituto Nacional de Pesquisas Espaciais) donne gratuitement accès aux images Landsat 5 et aux images CBERS : http://www.cbers.inpe.br/

10 Le partenariat avec le projet SEAS-Guyane a permis d’acquérir des images de 2006 qui ont rendu possible l’observation de l’état actuel de la végétation étant donné que Landsat présente des problèmes d’acquisition de données depuis 2003.

List of illustrations

Title Figure 1 – Les quatre étapes de la démarche paysagère
Caption 1- Types et composants paysagers : des catégories pour segmenter le continuum spatial2- Biodiversité : des indices et une échelle de complexité pour estimer la biodiversité3- Images-satellite : des traitements d’images pour localiser et quantifier les dynamiques spatio-temporelles de la biodiversité4- Cartes et courbes : des outils de mesure pour estimer l’impact spatial des politiques publiques sur les dynamiques de la biodiversité
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1180/img-1.jpg
File image/jpeg, 68k
Title Encadré 8. Les données nécessaires au calcul des indices
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1180/img-2.jpg
File image/jpeg, 220k
Title Figure 6 – Relevés floristiques et structuraux à Benfica et dans le Haut-Solimões
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1180/img-3.jpg
File image/jpeg, 240k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1180/img-4.jpg
File image/jpeg, 524k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1180/img-5.jpg
File image/jpeg, 248k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1180/img-6.jpg
File image/jpeg, 92k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1180/img-7.jpg
File image/jpeg, 84k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1180/img-8.jpg
File image/jpeg, 136k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1180/img-9.jpg
File image/jpeg, 124k
Caption Note 1. Tous les relevés ont été effectués en terre ferme.Note 2. Pour les techniques d’échantillonnage dans les deux situations, voir la figure 6.Note 3. Le riz, Oryza sativa L.Note 4. Brachiaria brizantha (Hochst. ex A. Rich.) Stapf est la graminée plantée par les éleveurs.Note 5. Dans les bas-fonds, le palmier açaí (Euterpe oleracea Mart.), dont le fruit est apprécié sous forme de jus, est entretenu mais pas cultivé à proprement parler.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1180/img-10.jpg
File image/jpeg, 228k
Title Tabl. I - Surfaces occupées dans chaque type de paysage. Exemple de la partie orientale du Haut-Solimões
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1180/img-11.jpg
File image/jpeg, 92k
Caption S = surface occupée par le composant paysagerVb = degré de biodiversité du composant paysager
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1180/img-12.jpg
File image/jpeg, 13k

© IRD Éditions, 2009

Terms of use: http://www.openedition.org/6540