Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La spatialisation de la biodiversité

 | 
Jean-Louis Guillaumet
, 
Anne-Élisabeth Laques
, 
Philippe Léna
, 
et al.

Chapitre 1. Influence de l’exploitation et de l’aménagement du milieu

Texte intégral

1Les trois zones étudiées présentent des différences considérables du point de vue des formes et de l’intensité de l’utilisation de l’espace. Il existe une opposition nette entre la région du Haut-Solimões, où prédominent des formes cycliques d’utilisation des ressources, et les deux zones pionnières, où la substitution définitive de la forêt par des pâturages progresse de façon linéaire. Immédiatement visibles dans le paysage, ces différences renvoient à l’opposition classique entre « population traditionnelle » et « production parcellaire » (petite propriété foncière et exploitation familiale). Dans le premier cas, il n’y a pas ou peu d’accumulation de capital productif, pas d’appropriation privée de la terre ni d’utilisation permanente du sol. L’intensification de l’utilisation de l’espace – pour des raisons surtout démographiques – passe avant tout par la réduction des temps de jachère et l’augmentation de la taille des parcelles. Dans le cas des zones pionnières, c’est la taille de la maille foncière et la capacité de l’unité de production familiale à former de façon continue un capital productif (actuellement, il s’agit essentiellement de pâturages et de bovins) qui surdétermine l’état du paysage. À terme, c’est la totalité de la propriété qui est transformée en monoculture avec, pour ceux qui le peuvent, l’achat de propriétés voisines, ce qui engendre un processus de concentration foncière. Chacun de ces deux « modèles » présente cependant de grandes variations internes. Pour comprendre les matrices socioculturelles et économiques qui président à la production des paysages, il est donc nécessaire d’étudier de façon détaillée les points suivants : l’histoire de la région, les caractéristiques ethno-historiques, la structure foncière, la démographie, auxquels il faut ajouter une typologie fine des exploitations à étudier.

Le diagnostic territorial

2Avant de procéder au choix des lieux où les études pluridisciplinaires seront effectuées, il est indispensable de réaliser un diagnostic des régions étudiées. Chacune représente une combinaison unique de facteurs écosystémiques, historiques, culturels, économiques et politiques. Il est essentiel de pouvoir identifier les principales caractéristiques de chaque région, les dynamiques actuelles et les principaux problèmes, tels qu’ils sont décrits par les pouvoirs publics et les différentes catégories d’acteurs sociaux. Les données seront acquises au moyen de la bibliographie existante (données historiques, recensements, diagnostics économiques, etc.), ainsi que par des entrevues de responsables d’organismes publics et d’institutions représentatives.

3Le diagnostic territorial doit par conséquent comporter des informations sur les thèmes suivants :

  • L’histoire de la région : pour les régions d’occupation ancienne, il est nécessaire d’identifier les principales phases d’occupation démographiques et économiques de la région, afin de comprendre la situation actuelle et les grandes tendances observables ; pour les régions d’occupation récente, le caractère officiel (projets de colonisation ou d’installation publics) ou spontané (occupations de terres publiques ou privées par des agriculteurs organisés) de l’installation, les aides reçues, l’ouverture de routes, le degré d’isolement, les éventuels conflits fonciers, constituent les principales données à recueillir.

  • Les caractéristiques ethno-historiques : il est indispensable d’établir une distinction entre les populations se déclarant « indigènes », ou en cours d’acquisition de cette identité, les populations « traditionnelles » (dotées de territoires exclusifs ou non) et les populations rurales immigrées. Une attention particulière doit être accordée aux revendications identitaires et territoriales visant à constituer des territoires d’usage exclusif (terres indigènes, aires protégées habitées de différents types…) et aux tensions locales que cela implique. L’origine des populations immigrées est également importante, ainsi que leur trajectoire et leur histoire de vie.

  • La structure foncière : Il est possible de distinguer deux régimes fonciers principaux, le communautaire et le parcellaire. Le régime communautaire correspond soit à une territorialité de premier ordre (espace vécu de chaque communauté, organisation spatiale héritée), soit à une échelle supérieure, à une territorialité politique, fruit d’une revendication identitaire d’un groupe de communautés de base. Dans les cas étudiés, cette territorialité inclut les terres indigènes (TI) et les aires protégées (AP) habitées (Resex, RDS, APA, etc.). Le régime parcellaire correspond à la propriété privée ; il est important de savoir quelle est la maille foncière de base de chaque projet d’installation et son évolution dans le temps (morcellement, concentration). Il est aussi important de savoir quelle est la structure foncière des zones qui entourent les projets d’installation d’agriculteurs familiaux, ainsi que son évolution récente. Il s’agit souvent de vastes propriétés consacrées à l’élevage bovin extensif, dont la rentabilité repose en grande partie sur l’accumulation foncière (appropriation privée de terres publiques), la vente du bois, l’exploitation de la main-d’œuvre (« esclavage contemporain ») et les réseaux de corruption.

  • La démographie : population totale (rurale et urbaine), distribution spatiale et localisation, croissance démographique, nombre d’enfants par femme, mortalité infantile, mobilité, densités rurales. Les données démographiques doivent être croisées, dans la mesure du possible, avec les données concernant les territoires communautaires de premier et de second ordre, les territoires de l’agriculture familiale parcellaire et les différents types de population.

4Toutes ces données doivent être présentées, chaque fois que cela est possible, sous forme de cartes, réalisées, quand c’est nécessaire, avec l’aide d’images satellitales. Il va de soi que ce diagnostic territorial n’est pas seulement destiné à fournir les informations de base dont toutes les disciplines participant à la recherche auront besoin. Il est aussi destiné à dessiner le cadre – constitué par des mémoires, des savoirs, des représentations, des croyances et des pratiques – qui préside à la production, la circulation et la transmission du sens dans les collectivités étudiées. C’est cette dimension qui permettra aux disciplines de sciences humaines de comprendre et de situer les discours des différents acteurs, leurs objectifs et leurs stratégies.

Le choix des lieux et des exploitations à étudier

5Il est très important que les différentes disciplines puissent travailler sur les mêmes exploitations. Or les critères de certaines disciplines requièrent en théorie un choix aléatoire des échantillons de façon à s’inscrire dans des méthodes de traitement des données universalisées. Deux types de motifs doivent conduire à donner la préférence au choix raisonné. En premier lieu, il existe une difficulté d’accès au terrain, les chercheurs pouvant tout simplement ne pas être acceptés ; il est donc nécessaire de passer par l’intermédiaire des autorités locales et des organisations représentatives (chef traditionnel, président de communauté, syndicats, associations, coopératives). Dans le meilleur des cas, après explication et négociation, il sera possible au chercheur de définir en partie les exploitations avec lesquelles il pourra travailler, évitant du mieux qu’il peut la sur-représentation d’exploitations considérées comme « modèles » par les organisations. L’application de questionnaires, la réalisation des fiches, les explications in situ sont très prenantes pour les familles participantes, ce qui suppose non seulement leur accord mais aussi un véritable engagement. Ces exigences limitent d’autant le nombre de familles disposées à participer, même si elles sont intéressées par les perspectives d’amélioration de leurs systèmes de production qui pourraient découler de ces recherches.

6En second lieu, il s’agit de trouver les communautés, les assentamentos* et les exploitations qui présentent le plus d’intérêt pour le type de questionnement développé par la recherche. Dans certains cas cela peut être la représentativité, mais pas toujours. Certains cas exceptionnels peuvent montrer de façon plus claire les principes sous-jacents aux systèmes existants, ou encore montrer une évolution en cours susceptible de se généraliser. C’est pourquoi des discussions préalables avec les autorités régionales et locales qui traitent de certains aspects de la réalité étudiée (Incra, secrétariats à l’Environnement, à l’Agriculture, à la Pêche, etc.), tout comme avec les instances représentatives, sont nécessaires pour définir les communautés et les assentamentos les plus significatifs. On peut ainsi obtenir une première caractérisation de ces noyaux de peuplement (type, évolution démographique, environnement, caractéristiques économiques et sociales, tendances, principaux problèmes…) qui orientera le choix des lieux étudiés.

7Au niveau des exploitations, et dans les limites indiquées ci-dessus, le choix devrait tenter de concilier les intérêts des différentes disciplines. Les informations recueillies par toutes les disciplines sur une même exploitation devront intégrer une banque de données. L’idéal étant qu’un suivi puisse être assuré par les structures de recherche régionales, afin de constituer un observatoire du changement, accompagné par images satellitales.

Typologie des exploitations

8La typologie des exploitations est réalisée à partir de fiches de l’exploitation construites grâce à des questionnaires détaillés appliqués auprès des familles d’exploitants. Il est important que les recherches effectuées par les disciplines biologiques soient réalisées auprès des mêmes échantillons. Dans la mesure du possible, ces fiches doivent retracer l’histoire de la famille concernée, de la propriété, des parcelles de culture, et décrire de façon précise le système de production.

Encadré 2 Le systèmes de production des populations « traditionnelles »
L’économie des caboclos repose de façon équilibrée sur l’agriculture, la pêche et la chasse. Des produits issus de ces trois activités peuvent être vendus sur le marché local (certains, comme la farine de manioc, pouvant exceptionnellement être vendus loin de leur lieu d’origine). D’autres, variables selon les époques (tel le caoutchouc entre 1860 et 1920), sont insérés dans des circuits commerciaux pyramidaux dont la mise en place remonte aux premiers temps de la colonisation. Cette production destinée à une consommation urbaine et industrielle, nationale et internationale, relève de ce qu’il est convenu d’appeler extractivisme*. C’était (et c’est encore en partie) le moyen pour ces populations d’accéder aux biens manufacturés, à travers un système d’échange basé sur l’avance et le troc (sans échange monétaire) appelé aviamento*. Suivant les époques, différents produits ont été privilégiés par le marché : caoutchouc, noix du Brésil, fibres, produits oléagineux, mais aussi peaux de jaguar ou cuir de caïman, carapaces de tortue, certaines espèces d’arbres, etc. C’est donc ce système et ses différents cycles, liés au marché régional, national et mondial, qui a conduit les populations caboclas à mettre parfois en danger certaines espèces très demandées à un moment donné. Par contre, si la pression exercée sur certaines ressources peut être grande, la simple reproduction domestique n’a pas recours à la substitution de la forêt par des cultures. Leur système de production comporte une agriculture sur brûlis à longue jachère, complétée par des cultures de décrue. C’est là une importante différence avec l’agriculture familiale des colons. Du moins tant que le système des colons, basé sur l’élevage bovin, n’est pas adopté. Une autre différence tient à la notion de propriété foncière (c’est l’usage qui est le fondement de l’appropriation du produit du travail) et à l’organisation communautaire du territoire. Il est important de souligner que la séparation entre l’autoconsommation et l’extractivisme n’est pas radicale. Soit parce qu’ils l’ont perdue (populations amérindiennes détribalisées au xviiie ou xive siècle), soit parce qu’ils ne l’ont jamais eue (immigrants de l’époque du caoutchouc ou de périodes antérieures), les caboclos n’ont jamais eu l’autonomie des populations amérindiennes. Dès le départ, ils ont dépendu, pour leur reproduction, de l’apport des produits manufacturés. Le défi pour la recherche et les politiques publiques est donc d’accroître leur capacité à obtenir des biens et services sur le marché sans pour cela adopter des systèmes impliquant la substitution de la forêt et sans mettre en péril les ressources provenant de l’extractivisme qu’ils ont l’habitude de vendre.
Encadré 3 Le systèmes de production des agriculteurs immigrés
L’origine de ces agriculteurs est très diversifiée, tant géographiquement que socialement. Tous sont venus pour accéder à la terre et obtenir une ascension sociale et économique qu’ils jugeaient impossible ou difficile dans leur région de départ. Certains ont eu une trajectoire de petits paysans autonomes et cherchent dans les disponibilités foncières amazoniennes une opportunité d’agrandir leur patrimoine et d’installer leurs enfants à la terre ; d’autres voient la possibilité d’accéder à la propriété après une vie de métayers ou de travailleurs sans terre ; d’autres encore ont exercé diverses professions en ville avant de tenter de revenir à l’agriculture, métier de leurs parents ou grands-parents. Leur migration a parfois été encadrée dans des projets de colonisation (aujourd’hui des projets de réforme agraire), parfois elle a été spontanée, tout en s’inscrivant dans des réseaux familiaux ou de voisinage. La taille de la propriété est définie dès le départ ou régularisée par les pouvoirs publics selon des critères régionaux. Il y a 30 ans, le module foncier régional était de 100 ha. Mais des projets d’installation à 80, 50 ou même 30 ha ont été également créés. Normalement, 50 % de la propriété devrait rester en forêt (voire 80 % selon une loi récente), ce qui n’est pas respecté. Si la pêche, la chasse et l’extractivisme sont présents dans des proportions variables, ils ne constituent pas le fondement du système de production. Les espèces utilisées sont beaucoup moins nombreuses que chez les caboclos, révélant une moindre connaissance du milieu. C’est donc l’agriculture qui est au centre du système. Les difficultés de transport et l’éloignement, ajoutés au rôle prépondérant des intermédiaires, rendent les cultures annuelles peu rentables. Les agriculteurs se sont vite tournés vers les cultures pérennes (cacao, café, guaraná, cupuaçu*…). Mais les mêmes difficultés, associées aux fluctuations des cours et à la désorganisation des circuits commerciaux, les ont conduits à se tourner de plus en plus vers l’élevage bovin. Aujourd’hui, plus de 80 % des agriculteurs familiaux immigrés pratiquent l’élevage bovin extensif. Cette activité entraîne une intense déforestation (au bout de 20 ans, il ne reste en général que 15 % de forêt dans un projet, et beaucoup de propriétaires ont défriché la totalité de leur lot) ainsi qu’un processus de concentration foncière. Les essences commerciales de la forêt restante ont été surexploitées. Le défi est donc de mettre en place des systèmes plus diversifiés, de préserver ou de reconstituer des réserves forestières (notamment les réserves légales) qui puissent devenir une source de revenus pérenne, et de faciliter l’accès au marché pour des produits d’une agriculture durable.

9Les questionnaires de base doivent être assez larges pour pouvoir être appliqués à des situations très différentes, comme c’est le cas de populations indigènes, caboclas et immigrées (encadrés 2, 3). Deux catégories principales de population ont été étudiées : les populations caboclas et les colons*. Les différences entre ces deux groupes sont importantes, elles concernent l’histoire, la culture et les pratiques. Dans tous les cas, c’est l’unité de production-consommation primaire qui est prise en compte de façon prioritaire, mais on doit s’attacher à décrire le devenir des produits obtenus ainsi que la participation de membres de ce groupe familial à différents types de collectifs de production et de partage.

10Les données à recueillir peuvent être classées en grandes catégories :

  • la force de travail et la mobilité passée et actuelle ;

  • le capital productif et le système de production ;

  • l’impact sur le milieu (rythmes de substitution de la forêt, etc.) ;

  • les formes de participation à des dispositifs collectifs et des projets.

11Mais il va de soi que chaque discipline est amenée à enrichir les fiches de l’exploitation par des données complémentaires qui lui sont propres. Il s’agit souvent de données d’ordre qualitatif qui permettent une meilleure compréhension des systèmes sociaux ou des agrosystèmes étudiés. Il en va ainsi du travail sur les contenus sémantiques partagés (savoirs, croyances, pratiques) qui forment le cadre de la circulation du sens dans les groupes étudiés, en particulier en ce qui concerne les rapports avec la « nature ».

La force de travail et la mobilité passée et actuelle

12Les agriculteurs familiaux immigrés présentent en général plusieurs étapes migratoires avant l’installation sur le lieu où ils font l’objet d’une enquête. Il est donc important de reconstituer cette trajectoire familiale, en décrivant le statut et l’activité des membres à chacune des étapes. Un statut antérieur de propriétaire, de métayer ou d’employé a des conséquences directes sur la situation actuelle, notamment en termes de capital initial : un capital important provenant de la revente d’une terre permet de ne pas vendre la force de travail à l’arrivée, de racheter une terre déjà mise en valeur (i. e. avec pâturage planté), d’apporter avec soi des bovins, de construire une maison de meilleure qualité, d’employer de la main-d’œuvre, etc. Cette biographie familiale doit être accompagnée par un historique de la constitution du noyau familial, autrement dit il doit comporter des informations sur les entrées et les sorties, l’autonomisation éventuelle des ménages des enfants, les naissances et les décès.

13Outre cette dimension diachronique, il est important d’enregistrer sur les fiches toutes les personnes habitant normalement la propriété au jour de l’enquête et d’identifier la présence éventuelle de plusieurs ménages s’il y a lieu, ainsi que leurs liens avec la famille propriétaire (membres de la famille économiquement associés au noyau principal, membres de la famille autonomes ou semi-autonomes, employés habitant la propriété, avec ou sans autorisation de travailler la terre à leur compte, et, le cas échéant, sous quel type de contrat, etc.). Mais il est également nécessaire d’identifier les personnes de la famille vivant ailleurs (parents, enfants, frères, sœurs, oncles, tantes du propriétaire et de son épouse), en zone rurale ou en ville, et de décrire les liens économiques éventuels qui les relient. Le niveau de scolarité atteint devra être noté pour toutes les personnes habitant sur la propriété, ainsi que pour les enfants du ménage principal qui vivent ailleurs.

14Contrairement à ce que l’on pourrait croire, la mobilité ne concerne pas que les migrants. On constate une grande mobilité chez les populations « traditionnelles ». Tant au niveau des déplacements individuels que collectifs. Dans ce dernier cas, il s’agit souvent du déplacement ou de la création de nouvelles communautés plus proches des grands axes fluviaux et des villes. Parmi les causes de cette mobilité on retiendra : la délimitation de terres indigènes dans la région, qui a conduit à l’expulsion des habitants qui ne se considéraient pas comme amérindiens ; les variations du milieu naturel lors des crues du fleuve, avec disparition de terres d’habitat ou de cultures ; les changements économiques tels que les restrictions à l’exploitation du bois ; enfin les nouveaux besoins liés aux politiques de redistribution (retraite, santé, bénéfices sociaux divers) qui conduisent les populations à se rapprocher des centres urbains où se trouvent ces services. C’est pourquoi il est aussi utile de connaître la date de création d’une communauté et son histoire démographique récente, dans le cas des populations traditionnelles, que de connaître la date d’arrivée d’une famille de colons dans le cas des projets de réforme agraire.

Le capital productif et le système de production

15Les systèmes traditionnels présentent en général une faible accumulation de capital productif. Il y a peu de substitution de la forêt par des cultures pérennes ou des pâturages, l’agriculture est caractérisée par la rotation des parcelles de cultures, laissées au recrû naturel après un temps variable d’utilisation. On pourrait dire que le capital est dans ce cas un capital naturel, disponible en fonction des besoins (bois, fibres, huiles végétales, poisson, gibier…). Dans le cas des familles immigrées des régions de colonisation, l’absence de capital productif au bout d’un certain temps de présence caractérise au contraire un échec ou en tout cas une situation de fragilité. Cette fragilité peut conduire à la revente du lot, suivie du départ ou du changement de statut des intéressés, chose impossible dans le système communautaire traditionnel.

16Les fiches de l’exploitation devront donc identifier clairement les activités menées par la famille : agriculture (cultures annuelles et pérennes), élevage bovin, petit élevage (porcs, volailles…), jardins et vergers, extractivisme*, chasse, pêche et cueillette pour l’autoconsommation, autres activités (exploitation du bois, artisanat, commerce…). Ces activités devront être évaluées selon le temps qui leur est consacré et leur part dans le revenu familial. Il est important de distinguer la part de l’activité et du produit destinée à l’autoconsommation et celle qui est commercialisée. Cette proportion peut varier au cours de l’année et d’une année sur l’autre. La répartition des tâches et du revenu au sein du groupe familial (et des ménages associés) sera enregistrée.

17Chaque activité devra faire l’objet d’une description qualitative et quantitative. Par exemple, pour ce qui concerne l’élevage bovin, il faudra recueillir des données sur la structure du troupeau, les naissances, les ventes, le type de pâturage, le ratio ha/tête, le niveau sanitaire, etc. C’est sans doute l’extractivisme qui constitue l’activité la plus difficile à décrire et à observer. Une question souvent posée concerne la frontière entre l’extractivisme et les prélèvements destinés en principe à l’autoconsommation mais occasionnellement vendus. Toute frontière sera en partie arbitraire ; on peut néanmoins considérer que l’extractivisme est un système qui associe un ou des commerçants (souvent propriétaires de bateaux, ils rendent périodiquement visite à leurs « clients ») à des producteurs de façon régulière et prévisible, avec des quantités de produit en général définies, même en l’absence de contrat écrit. L’essentiel de l’échange porte sur une petite gamme de produits. La fidélisation des « clientèles » s’inscrit dans un système d’avances et de dette. La vente occasionnelle d’un produit de cueillette, également autoconsommé, sur le marché, se situerait en dehors de l’extractivisme proprement dit. Ses produits sont d’ailleurs plus diversifiés. La question se pose également pour la chasse et la pêche. Les deux activités sont pratiquées pour l’autoconsommation, elles font l’objet de vente occasionnelle, mais aussi d’une spécialisation croissante. Il existe donc trois niveaux d’activité sans séparation nette. C’est principalement vrai pour la pêche dans le cas des populations traditionnelles (encadré 4). Il est par conséquent nécessaire d’évaluer les quantités autoconsommées et les quantités vendues, selon le type de poisson et le type de pêche.

Encadré 4 La pêche dans le Haut-Solimões
Très importante sur le plan alimentaire, la pêche a toujours fait intégralement partie des activités de subsistance dans la région. L’approvisionnement des seringais* et des campements d’exploitants de bois, puis la croissance des petites villes (conséquence de la chute du caoutchouc) ont conduit des familles à se spécialiser en partie dans la pêche commerciale à petite échelle. L’interdiction de l’extraction du bois en 1994 a coïncidé avec une demande croissante de poissons sans écailles de grande taille, sur le marché colombien (en particulier Bogotá), conduisant de nombreuses familles à entrer dans cette activité et à menacer ainsi la ressource. Parallèlement, des commerçants pratiquent une forme d’aviamento à partir de pontons flottants qu’ils installent près des communautés « clientes », faisant l’avance de produits manufacturés (voire aujourd’hui de l’argent) en échange du produit de la pêche. On constate le même phénomène pour la chasse, dont la commercialisation est pourtant interdite (l’avance porte dans ce cas essentiellement sur les cartouches).

18Les recherches de terrain étant réalisées par des équipes pluridisciplinaires, la présence de botanistes et d’agronomes permettra d’identifier les plantes cultivées, les plantes utilisées et de caractériser la biodiversité végétale des jachères, des recrûs et de la végétation naturelle. L’histoire des parcelles actuellement en culture ou abandonnées sera reconstituée et aidera ainsi à définir et à qualifier les unités paysagères. Pour chaque culture et chaque parcelle les espèces cultivées ou volontairement préservées seront identifiées, ainsi que les pratiques de préparation du sol et les soins donnés aux cultures. La taille des champs de cultures annuels et des jachères identifiables devra être relevée dans la mesure où elle permettra ensuite une série de calculs et d’indices. Cette caractérisation des parcelles et des jachères (selon leur taille, leur composition, leur âge et le temps d’utilisation antérieur) est précieuse pour l’identification des composants paysagers et leur reconnaissance sur les images satellitales.

19Pour compléter l’inventaire et la compréhension du système de production, les informations suivantes seront également reportées sur les fiches :

  • le calendrier des activités (agricoles, d’élevage, de cueillette, de pêche et de chasse) ;

  • les échanges de travail avec des voisins ; le travail rémunéré pour autrui ; l’emploi de main-d’œuvre rémunérée ;

  • les autres sources de revenu (retraite, indemnisation pour l’arrêt de la pêche en période de frai, salaire, bolsa família*, aide à la maternité…) ;

  • les éléments de confort et les outils de production ou de transport : type de maison, nombre de pièces, puits, électricité, bateau à moteur, véhicule, etc.

L’impact sur le milieu

20Populations « traditionnelles » et immigrées (ou colon) présentent deux types d’impacts très différents. Les premières utilisent la forêt de façon cyclique alternant jachères et mises en culture ; les surfaces cultivées par habitant varient peu, le produit obtenu étant avant tout destiné à l’autoconsommation. L’augmentation de l’impact sur la forêt est par conséquent liée aux changements démographiques. En cas de population stable, et après un certain temps d’installation de la communauté, le système devrait trouver un certain équilibre (rapport entre jachères d’âges variés, surfaces en culture et forêt). La qualité des sols, la répartition de la terre entre les différentes familles et la distance jugée acceptable entre la maison et le champ vont déterminer le rythme de remise en culture, donc le temps de jachère. Cette situation idéale s’est trouvée récemment modifiée par une série de facteurs. Nous retiendrons en particulier : la plupart des communautés sont en croissance démographique ; de plus en plus de ressortissants des communautés passent un temps variable en ville et se consacrent moins à l’agriculture ; l’adoption d’activités commerciales plus rentables (telles que la pêche au poisson sans écailles ou la fabrication de charbon de bois) entraîne alors la réduction de la taille des champs (conduisant à des pratiques agricoles visant seulement l’autoconsommation, voire à l’achat de denrées alimentaires d’appoint sur le marché). Deux modifications des systèmes de production, encore peu significatives, pourraient à terme avoir une grande influence : la mise en place de cultures pérennes en terra firme* (qui augmenterait l’emprise spatiale globale de la communauté) et surtout la création de pâturages pour l’élevage bovin. Ce serait alors le signe que les populations traditionnelles auraient adopté le système de substitution de la forêt propre aux colons, avec les conséquences que l’on sait sur la déforestation. Ces indices de modification du système sont donc très importants à déceler et à mesurer. D’une façon générale, on devra s’attacher à mesurer les temps de jachère (et leur éventuelle modification) ainsi que la taille des parcelles afin de juxtaposer ces informations aux données démographiques et à la séquence temporelle d’images satellitales, obtenant ainsi une appréciation globale de l’évolution de l’impact des communautés étudiées.

21Chez les agriculteurs familiaux immigrés, un système cyclique n’a jamais véritablement été mis en place. Dès la création des Projets de colonisation au tout début des années 1970, il est apparu que les cultures annuelles ne seraient pas à même d’améliorer durablement le niveau de vie des familles. Notons que, contrairement aux populations traditionnelles qui cultivent essentiellement du manioc et du maïs, les immigrés cultivent du riz (première culture de défriche), associé à du maïs et des haricots. L’adoption de cultures pérennes (cacaoyer, caféier et poivrier) a parfois permis des ascensions sociales notables. On a enregistré des cas de défrichement de la totalité de la propriété (100 ha) pour y planter du cacaoyer et du caféier dans les années 1980, mais il s’agissait d’une conjoncture exceptionnelle. En moyenne, les cultures pérennes immobilisent, lorsqu’elles sont présentes, entre 5 et 20 ha de chaque propriété, suivant les régions. Le reste de la propriété aurait donc pu entrer, au moins partiellement, dans un système cyclique alternant, à terme, cultures et jachères. Déjà, cependant, les agriculteurs et l’assistance technique avaient tendance à considérer que la défriche-culture non suivie de la mise en place d’une utilisation permanente de l’espace était symbole d’échec. Mais la fluctuation des prix des principales cultures pérennes et les difficultés de commercialisation ont découragé nombre d’agriculteurs. Ils ont donc adopté spontanément les pâturages et l’élevage bovin. Si l’agriculteur n’a pas les moyens d’acheter immédiatement du bétail, il peut louer son pâturage contre de l’argent ou une part des veaux. Le bétail constitue une épargne sur pied dont la vente ne dépend pas des saisons et dont le prix est stable. Il peut être vendu en cas de besoin sans engager le foncier ; il permet également d’installer les enfants à la terre et de rémunérer leur travail (entre autres avantages). Il n’est donc pas étonnant que, lors de la mise en place de crédits spéciaux pour l’agriculture familiale amazonienne (FNO), la quasi-totalité des agriculteurs ait demandé un crédit pour l’élevage bovin. On assiste alors à une accélération de la mise en pâturage, la défriche-culture étant presque systématiquement suivie de la création de pâturage. Le nombre de lots entièrement défrichés augmente, ainsi que la concentration foncière.

22La réalisation des fiches de l’exploitation et les informations collectées à cette occasion permettent d’évaluer quantitativement et qualitativement l’évolution de l’emprise spatiale des systèmes de production sous la forme d’un certain nombre d’indices rapportés au nombre d’années de présence de la famille sur les lieux et à la connaissance de l’état de la propriété (ou de la forêt dans le cas de communautés) au moment de l’installation (dans le cas des colons, la même propriété a été parfois mise en valeur par plusieurs propriétaires successifs). Ces indices permettent d’évaluer tout autant les dynamiques « spontanées » que l’impact des politiques publiques ; ils seront présentés dans le troisième chapitre.

Les formes de participation à des dispositifs collectifs et des projets

23Les modifications des systèmes productifs (et donc les changements concernant leur impact sur la biodiversité) ont essentiellement pour origine les idées qui circulent parmi les différentes composantes de l’assistance technique, relayées par les organisations représentatives et les associations de producteurs. Sous l’influence des écoles agronomiques, l’assistance technique a diffusé pendant longtemps des modèles dits « productivistes », fondés sur la maximisation de la production agricole. Plus récemment, le succès du concept de développement durable, le rôle croissant des universités et des recherches pluridisciplinaires ont permis la diffusion d’autres conceptions. Le système de production est compris dans un sens plus holiste, le rôle des facteurs naturels et la nécessité de conserver les ressources étant davantage pris en compte.

24On trouve donc simultanément des interventions de développement de type « productiviste », avec maquillage écologique, et des projets conçus dès le départ pour être « durables » (souvent dévoyés par l’inertie des systèmes en place). Quoi qu’il en soit, il est important de savoir le degré d’implication de l’exploitation étudiée dans des associations, coopératives et syndicats (mais aussi des partis politiques, des Églises, des associations de jeunes, de femmes) et d’identifier les modèles véhiculés par ces différentes instances et les types d’action qu’elles proposent. La participation directe à des projets (ce qui implique en général un crédit bancaire et une assistance technique) doit faire l’objet d’une attention particulière. L’historique de participation à des projets doit être reconstitué pour chacune des familles de l’échantillon. Les informations collectées doivent permettre d’évaluer les changements qui peuvent être imputés à chaque projet (financement de cultures pérennes, de l’élevage bovin ou de la pêche).

25Parmi les différents types de projet, ceux qui portent plus clairement la marque du développement durable (diffusion de systèmes agroforestiers, gestion de l’ichtyofaune sauvage, etc.) doivent être évalués. Parfois ces projets ne sont adoptés que pour obtenir un financement (lui-même appliqué à des activités « prédatrices ») et non suivis d’effets. Dans d’autres cas, ils peuvent constituer le point de départ d’un changement de modèle productif.

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540