Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

La spatialisation de la biodiversité

 | 
Jean-Louis Guillaumet
, 
Anne-Élisabeth Laques
, 
Philippe Léna
, 
et al.

Introduction

Volltext

1Le mot biodiversité apparaît sous sa forme anglaise en 1985 (Rosen, 1985 in Barbault, 2002), mais c’est à la Conférence des Nations unies sur l’environnement et le développement de Rio de Janeiro en 1992 qu’il est définitivement consacré. Le contenu en est magistralement clarifié par R. Barbault à l’occasion du Sommet mondial du développement durable de Johannesburg en 2002 (encadré 1).

2Cette biodiversité, tenue pour essentielle à la perpétuation de la vie, subit une érosion accentuée que différents accords internationaux, des politiques nationales et des actions menées par des organisations non gouvernementales tentent d’enrayer. Les écosystèmes naturels et anthropisés apparaissent beaucoup plus fragiles qu’on ne le pensait naguère. Ils sont menacés directement par l’accroissement des activités humaines et indirectement par les changements globaux que celles-ci contribuent à induire. Dans ce contexte, « la compréhension des interactions dynamiques entre les écosystèmes, la biodiversité qu’ils supportent et les activités et besoins des sociétés humaines » (Barbault, 2002) est donc essentielle pour assurer à la fois les conditions de la durabilité de la biosphère et celles de la satisfaction des besoins humains.

3La destruction des forêts tropicales, où se concentre une part importante de la diversité des écosystèmes terrestres, et leur remplacement par des monocultures (pâturages, soja…), tout comme la simplification des paysages agricoles, contribuent à cette érosion. L’enrayer, voire reconstituer un certain degré de diversité là où elle a atteint un niveau jugé alarmant, exige des actions concrètes soutenues par une volonté politique sur le long terme. L’objectif est de reconstituer ou de pérenniser des conditions physiques et biologiques qui assurent le maintien d’un niveau de diversité jugé acceptable (nous reviendrons sur cette définition). Les écosystèmes et les espèces qui les constituent occupent de l’espace. Par conséquent, quand nous traitons du maintien ou de la reconstitution de la biodiversité, nous parlons en fait de gestion de l’espace. Or l’espace est soumis à des usages concurrents, voire contradictoires. Différents intérêts, individuels et collectifs, se conjuguent pour en retirer un maximum de valeur (d’usage et, de plus en plus, d’échange), ce qui jusqu’à présent s’est traduit par une diminution accélérée de la biodiversité.

Encadré 1 Diversité et biodiversité
La diversité du vivant est un fait. J’aimerais que l’on réserve l’emploi du néologisme biodiversité – qui certes dit la même chose au premier degré – au concept qui s’est dessiné dans les coulisses de Rio de Janeiro et qui donne corps à la Convention sur la biodiversité biologique. Parler de la biodiversité du vivant dans ce cadre, c’est dire autre chose que ce qu’entend habituellement le systématicien, le généticien ou l’écologue dans son univers de spécialiste. C’est à la fois cela et davantage. Et c’est donc différent.
Par le concept de biodiversité, on introduit deux ruptures épistémologiques par rapport au constat bien connu de la diversité du vivant. La première nous maintient dans le champ des sciences de la nature et attire notre attention sur les interdépendances qui existent entre les trois composantes majeures de la diversité du vivant, classiquement abordées par des spécialistes portés à s’ignorer – je veux parler d’une part de la variabilité génétique, de la diversité des espèces et de la diversité fonctionnelle ou écologique, et d’autre part des généticiens, des systématiciens et des écologues. Bref, c’est l’idée même de diversité qui prend de l’importance.
La seconde rupture épistémologique, et à mes yeux la plus significative, nous fait sortir du seul champ des sciences de la nature : le concept de biodiversité n’appartient pas aux seuls biologistes. Il inscrit la diversité du vivant au creux des enjeux, préoccupations et conflits d’intérêts qui se sont fait jour à Rio et qui expliquent qu’une convention internationale, ratifiée par 182 pays et l’Union européenne, s’impose aujourd’hui aux gouvernements du monde entier (même à ceux qui ont refusé de signer comme les États-Unis) pour organiser le développement des connaissances, la protection et l’utilisation durable de la diversité du vivant, ainsi qu’un juste partage des bénéfices qui en découlent.
On est bien, là, dans un univers conceptuel différent de celui des biologistes intéressés par la diversité du vivant – son état, ses mécanismes et son rôle dans le fonctionnement des écosystèmes.
(Extrait de Barbault, 2002)

4Depuis quelques années, les « externalités » produites par l’obtention de ces avantages économiques à court terme sont de plus en plus étudiées et font l’objet de nombreuses estimations de type économique. Il apparaît ainsi clairement que des avantages privés immédiats ont souvent des conséquences collectives négatives à moyen et long terme. Il s’avère très difficile de comparer des valeurs dans le temps (un bien-être socioéconomique immédiat peut restreindre la liberté de choix, voire le bien-être des générations à venir), surtout quand elles ne sont pas du même ordre. Mais, parallèlement à l’évaluation des conséquences négatives des activités humaines, la recherche a contribué à mettre en évidence les avantages économiques et sociaux qui pourraient provenir d’un bon usage de l’espace et des ressources privilégiant la conservation de la biodiversité (services environnementaux, activités touristiques, récréatives, éducatives…). D’autres calculs tentent d’évaluer le prix que les sociétés seraient prêtes à payer (évaluation contingente) pour sa conservation, sans perspective d’usage (valeur d’existence). Il n’est pas difficile d’imaginer que cette valorisation de la biodiversité va augmenter à mesure que son érosion va s’accentuer. D’autres demandes sociales viennent conforter cette valorisation, au niveau des activités agricoles cette fois : produits de l’agriculture biologique, produits de terroirs, certification, etc.

5Par ailleurs, un certain nombre d’indicateurs mesurant l’empreinte écologique commencent à être utilisés, non seulement par des chercheurs mais aussi par des communautés urbaines et même des entreprises, dans leur recherche d’économies, d’innovation, de compétitivité et d’image, dessinant peut-être le début d’un cercle vertueux. On parle, en particulier, de la « teneur » d’un produit en CO2, de la quantité d’eau et d’énergie consommées pour sa production, etc. Des gouvernements (anglais notamment) encouragent de diverses manières la réduction de ces quantités.

  • 1 On qualifiera de naturelles toutes formations végétales soumises aux lois qui régissent le fonctio (...)

6De nombreux chercheurs travaillent également à la quantification monétaire des services environnementaux. Au-delà des polémiques concernant la pertinence de ce type de calcul économique quand il s’agit des fonctions vitales et insubstituables de la biosphère, il est intéressant de poser la question des rapports entre les services environnementaux et la biodiversité. Pour les besoins du calcul, certains économistes considèrent que le capital naturel est un type de capital qui, au lieu de produire des intérêts, produit des services gratuits, auxquels on peut cependant attribuer une valeur. La même démarche est plus difficile en ce qui concerne la biodiversité. Un exemple suffira à le montrer : une plantation de palmier à huile (Elaeis guineensis) peut fournir un certain nombre de services environnementaux tels que la régulation du cycle hydrique, le maintien de la structure et de la composition chimique des sols, la fixation du carbone, des effets climatiques positifs, etc. Sans doute de façon moins efficace que la végétation qu’elle remplace, mais à des niveaux que l’on pourrait considérer comme acceptables. Du point de vue de la biodiversité il en va tout autrement. Celle-ci sera beaucoup plus faible et son niveau dépendra de facteurs extérieurs à la plantation elle-même (taille de celle-ci, présence de végétation naturelle1 proche en quantité et qualité, morcellement de la plantation par la conservation de bandes de forêt intercalaires, etc.).

7Une biodiversité riche est garante d’écosystèmes conservés et de services environnementaux de haute valeur, par contre, l’inverse n’est pas vrai ; des services environnementaux de valeur appréciable ne garantissent pas forcément un niveau élevé de biodiversité. Il est donc important de disposer d’indicateurs permettant d’attribuer une valeur de biodiversité tant à des types de végétation homogènes (une plantation de palmier à huile, par exemple) qu’à des compositions paysagères plus complexes. L’impact spatial des différents types d’activité humaine, des projets d’aménagement et des politiques publiques peut ainsi être quantifié en termes d’impact sur la biodiversité, et des politiques visant la réduction de l’impact sur la biodiversité peuvent s’appuyer sur des critères objectifs.

La question de la biodiversité en Amazonie brésilienne

  • 2 « Réserve légale » équivalant à 80 % de la surface de la propriété attribuée à chaque agriculteur, (...)

8Les zones occupées par des activités agricoles et d’élevage en Amazonie se présentent sous forme d’une marqueterie qui inclut depuis le pâturage (représentant souvent plus de 80 % des zones déboisées dans certains fronts pionniers*) jusqu’à la forêt naturelle, en passant par des cultures pérennes et de cycle court, différents stades de jachères (en général destinées à être à nouveau mises en culture dès que le propriétaire en aura les moyens) ou de friches (qui n’entrent pas dans le cycle cultural). Les zones de protection légale2 sur les fronts pionniers ne sont pas respectées. Dans les régions de petite agriculture familiale, le taux de boisement, ou de surfaces « quasi forestières », tombe en général autour de 15 %, avec cependant d’importantes variations régionales dues notamment à la proximité des villes, la qualité des sols, l’ancienneté et la nature de l’occupation, la présence et la qualité d’aides publiques au développement, etc.

  • 3 Voir, par exemple, le projet « Projeto Dinâmica Biológica de Fragmentos Florestais » (PDBFF) mené (...)

9Quand la couverture forestière a été aussi intensément détruite, il est couramment admis que le maintien (ou la reconstitution) de la biodiversité à un niveau jugé satisfaisant passe par la mise en place de pratiques alternatives à l’échelle de la propriété. Pourtant, l’optimisation de cette transformation passe par une gestion de l’espace qui implique une échelle supérieure à celle de la propriété, et donc l’utilisation d’outils adéquats. Pour illustrer cette nécessité, nous ne mentionnerons pour l’instant que le problème de la diffusion des individus d’une même espèce végétale, propre à maintenir la diversité génétique, qui nécessite la communication entre fragments isolés de forêt, et donc l’établissement de couloirs ou corridors (soit plantés, soit laissés au recrû naturel). Ou encore la question de la contiguïté des réserves légales : les réserves de deux ou plusieurs propriétés peuvent être planifiées pour constituer des blocs continus plutôt que des îlots de trop petite taille pour avoir une vraie signification écologique3.

10Tout cela implique l’élaboration de politiques publiques, encore largement à inventer, orientées vers le maintien ou la restauration de la biodiversité, mais aussi la mise au point d’outils d’analyse et de gestion de l’espace appropriés à cet objectif. De tels outils doivent pouvoir offrir aux pouvoirs publics un cadre scientifique leur permettant de formuler ou réorienter les politiques publiques, d’évaluer et simuler les impacts des scénarios retenus ainsi que de négocier avec les différents acteurs impliqués à partir de bases de données objectives. Cet ouvrage prétend donc ébaucher, à partir de recherches réalisées en Amazonie brésilienne, une approche méthodologique qui vienne combler en partie ce manque.

Végétation et paysages : pour une évaluation des dynamiques de la biodiversité

11Nous partons de l’observation que, dans les systèmes terrestres non urbains, la couverture végétale, appréhendée à différentes échelles, est le meilleur indicateur de la diversité, du moins le plus simple et le plus visible. Faut-il rappeler, en effet, que l’ensemble des végétaux vasculaires (plantes à fleurs, fougères et alliées) forme l’essentiel de la biomasse, constitue la base de l’alimentation des consommateurs primaires – y compris l’être humain – et crée en son sein des milieux spéciaux, habitats pour nombre d’organismes vivants ? La végétation a aussi un rôle protecteur et régulateur sur les sols et leur dynamisme, voire sur certaines variables climatiques. Enfin, la végétation et ses composants fournissent une très grande partie des ressources nécessaires aux besoins des sociétés humaines. Directement : nourriture, remèdes, usages techniques, etc. et indirectement : milieu de vie, nourriture du bétail, gibiers, etc. Indicateur visible, la végétation renseigne de façon plus ou moins implicite sur le degré d’anthropisation des milieux (espace naturel, habité, abandonné, cultivé…) mais aussi sur les manières dont les habitants perçoivent et valorisent le monde végétal (monoculture ou usages diversifiés des écosystèmes, plantes et lieux « sacrés »…). Ajoutons que les végétaux vasculaires sont relativement bien connus et que, comme on le verra plus loin, les techniques de quantification relatives à la diversité végétale sont les plus nombreuses et les plus éprouvées.

12Pour ces différentes raisons, nous avons choisi d’aborder les questions de la dynamique de la biodiversité en nous intéressant principalement au couvert végétal, à ses mutations et à son évolution dans le temps. Les mesures de diversité effectuées ne portent donc que sur la partie végétale des différentes formations identifiées dans les sites d’étude. Toutefois, il nous est apparu nécessaire de ne pas en rester à ce seul niveau d’observation mais de rapporter les mesures aux paysages, constitués d’un assemblage de formations végétales. Résultats d’interactions entre un milieu physique donné et des actions anthropiques actuelles et passées, ils constituent des objets d’observation qui renseignent sur l’érosion de la biodiversité à une échelle jugée pertinente. En effet, les formations sont observées dans leur contexte géographique (proximité ou éloignement les unes des autres, formes, étendue), en fonction de leurs usages contemporains qui sont eux-mêmes inscrits dans une chronologie historique.

13En outre, l’échelle des découpages spatiaux auxquels nous procédons afin d’identifier les paysages et leurs composants sur le terrain est compatible avec la résolution des images satellitales,, ce qui nous permet de spatialiser la biodiversité et d’en suivre les évolutions dans le temps grâce à la répétitivité de l’acquisition des données. L’analyse de ces transformations du couvert végétal permet d’estimer les impacts des politiques publiques sur les dynamiques spatio-temporelles de la biodiversité. On observe en effet que la dynamique des éléments du paysage – dont les types de végétation – est influencée par la présence, l’absence et le type des politiques publiques de développement ou de préservation/conservation. Nous proposons dans cet ouvrage une série d’indicateurs paysagers qui doivent permettre d’évaluer l’ampleur des changements affectant la biodiversité, tant d’un point de vue quantitatif que qualitatif. À l’heure où l’intérêt et l’inquiétude que suscite la biodiversité dépassent largement le milieu de la recherche, ces résultats constituent un premier pas vers l’estimation de la durabilité des systèmes à l’échelle des unités de gestion territoriale, niveau d’application des politiques publiques.

Anmerkungen

1 On qualifiera de naturelles toutes formations végétales soumises aux lois qui régissent le fonctionnement des écosystèmes, sans intervention humaine. Même profondément altérées, elles n’en sont pas moins des formations naturelles au contraire des pâturages, roças* et jardins vergers* qui sont des systèmes entièrement créés par l’homme et appelés à disparaître s’ils n’étaient pas maintenus par ses soins.

2 « Réserve légale » équivalant à 80 % de la surface de la propriété attribuée à chaque agriculteur, où le déboisement est en principe interdit, et zones de protection permanente (APPs) relevant de la législation de l’Union : sources et rives des cours d’eau, fortes pentes,…

3 Voir, par exemple, le projet « Projeto Dinâmica Biológica de Fragmentos Florestais » (PDBFF) mené par l’INPA (Manaus, Brésil) et la Smithsonian Institution (EUA) depuis 1979, qui a pour objectif d’évaluer, à long terme, les conséquences écologiques de la fragmentation de la forêt amazonienne en vue de favoriser sa conservation et l’usage rationnel de ses ressources.

© IRD Éditions, 2009

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540