Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

La spatialisation de la biodiversité

 | 
Jean-Louis Guillaumet
, 
Anne-Élisabeth Laques
, 
Philippe Léna
, 
et al.

Avant-propos

Frédéric Huynh

Testo integrale

1Depuis de nombreuses années, et quelles que soient les méthodes utilisées, l’acte de spatialiser et de représenter des données et connaissances de terrain sur des cartes et autres supports occupe une place singulière dans les recherches portant sur les rapports entre les milieux et les sociétés. À mesure que les outils sont perfectionnés et appropriés par les équipes de recherche, les gestionnaires et les décideurs, ces approches sont devenues de plus en plus pertinentes pour répondre à la demande sociale.

2La spatialisation des connaissances sur l’environnement, naturel et social, à des fins de développement constitue un outil stratégiquement incontournable pour optimiser le passage de l’observation à l’action. Celle-ci consiste à exploiter les savoirs existants sous forme de cartes ou d’expertise, à accéder à de nouvelles informations (notamment par des changements d’échelle, nécessaires à la compréhension de l’interface entre milieux et sociétés), à améliorer le dialogue interdisciplinaire et les processus décisionnels.

3La spatialisation de la biodiversité en vue d’une gestion durable des territoires devrait se révéler d’une importance cruciale dans le contexte des négociations post-Kyoto visant la nécessaire adaptation des sociétés aux changements globaux ; en particulier pour la définition de stratégies de mise en œuvre de politiques de développement durable dans les pays du Sud.

4En 2003, l’Institut français de la biodiversité (IFB) lançait un appel à propositions de recherche intitulé « Dynamique de la biodiversité et modalités d’accès aux milieux et aux ressources ». Le Conseil scientifique retint trois propositions qui, bien que situées à des endroits éloignés de l’Amazonie brésilienne, lui semblaient correspondre aux termes de l’appel mais en demandant aux auteurs de présenter un projet commun. De cette fusion est issu le projet Biodam « Gestion de la biodiversité et des ressources renouvelables en Amazonie », accepté par l’IFB.

5Trois terrains d’étude, représentatifs de trois dynamiques différentes d’occupation de l’Amazonie, permettaient d’aborder et de comparer les principales configurations impliquant l’agriculture familiale amazonienne contemporaine : l’Amazonie des fleuves, peuplée de populations traditionnelles développant des systèmes agroforestiers de faible impact, l’Amazonie des routes, où progressent des fronts pionniers qui attirent des colons pratiquant la culture sur brûlis, suivie de l’implantation de pâturages, en lieu et place des écosystèmes forestiers ; l’Amazonie des régions où un réseau d’acteurs publics et privés tente d’élaborer des alternatives techniques, économiques et sociopolitiques à l’exploitation pionnière des ressources naturelles. La région du Haut-Solimões (municipalité de Benjamin Constant) représente l’Amazonie des fleuves, Benfica celle des routes, Uruará l’Amazonie des régions.

6Le projet reposait sur la complémentarité entre les équipes de recherche pluridisciplinaires et multi-institutionnelles françaises (IRD, Cirad, université d’Avignon) et brésiliennes (INPA, UFAM, Embrapa Amazônia Oriental, UFRJ) et s’appuyait également sur un réseau d’écoles doctorales brésiliennes (amazoniennes ou non) et internationales. Dans cet ouvrage, seule une partie des résultats de la recherche est présentée, en particulier celle qui concerne les acquis méthodologiques issus de l’approche comparative que l’équipe s’est imposée dès le début de l’étude. Cela dans l’espoir que son champ d’application, essentiellement amazonien, puisse être utile aux recherches sur la dimension spatiale de la biodiversité réalisées dans d’autres régions du monde.

7Ce programme, qui a regroupé pendant plus de quatre ans des équipes brésiliennes et françaises, a donné lieu à de nombreuses publications, à des formations à la recherche par la recherche, à la mise au point d’outils et de méthodes ainsi qu’à des opérations de transfert des résultats de ces travaux aux partenaires, aux institutions et aux populations locales.

8Pour mener à bien le projet, quatre thématiques principales ont été retenues, qui peuvent être ainsi résumées :

  • la gestion de la biodiversité par les populations locales (amérindiennes, métisses ou immigrées) ;
  • les représentations de la biodiversité et l’évolution des conditions d’accès aux ressources ;
  • les outils de suivi et de gestion des ressources naturelles ;
  • les politiques publiques ayant un impact direct ou indirect sur la gestion de la biodiversité et des ressources naturelles.

9Les données fournies par les recherches effectuées dans ces quatre directions devaient permettre d’estimer la biodiversité, sa gestion, sa dynamique, et d’en fournir une représentation spatialisée, conformément aux objectifs du projet.

10Il a été choisi de privilégier dans ce volume la quatrième thématique, relative aux effets des politiques publiques sur la biodiversité, en s’appuyant spécialement sur la localité de Benfica, représentative de cette Amazonie des routes où certaines équipes bénéficiaient d’un important acquis scientifique préalable et, à un moindre degré, sur la région de Benjamin Constant, l’Amazonie des fleuves, ici le haut cours brésilien du Solimões où une équipe mène des recherches depuis plusieurs années. Il ne s’agit pas de détailler ici toutes les méthodologies utilisées par les différentes disciplines, beaucoup sont connues et ont fait leurs preuves, mais de proposer une démarche qui permette de « mettre en cartes » les dynamiques de la biodiversité et ses liens avec les politiques publiques. Cette option, choisie parmi d’autres, permet d’utiliser les images satellitales pour travailler à plusieurs échelles d’espace et de temps. Le concept de paysage, souvent préféré ici à celui d’espace, traduit l’ambition d’intégrer, dans une même représentation cartographique, les facteurs sociaux qui exercent une influence sur les dynamiques de la biodiversité.

  • 1 « Dans toute discussion sur la biodiversité, la région intertropicale devrait occuper une place ce (...)

11La méthode élaborée dans le cadre de cette recherche n’a pas la prétention d’être applicable à toutes les situations si ce n’est, en l’état actuel, à celle de l’Amazonie forestière. Mais elle devrait pouvoir être utile aux études menées dans l’ensemble de la zone intertropicale humide, domaine écologique de la forêt dense humide1, sous réserve de prendre en compte et de respecter les particularités et originalités de chaque terrain d’étude. Les exemples utilisés tout au long de l’ouvrage sont essentiellement tirés de deux des trois sites étudiés, qui présentent d’importantes différences tant au niveau du milieu abiotique et biotique qu’en ce qui concerne les pratiques des populations locales.

12Les équipes ont eu le souci de restituer l’ensemble des connaissances obtenues, ainsi que les méthodes et outils développés dans le cadre du projet Biodam. Le présent ouvrage a pour objectif principal de restituer et formaliser les approches transversales de spatialisation de la biodiversité à partir des paysages et en rapport avec les politiques publiques. Un ouvrage de synthèse restituant l’ensemble des travaux menés sur les trois terrains de recherche lui fera suite.

Note

1 « Dans toute discussion sur la biodiversité, la région intertropicale devrait occuper une place centrale pour deux raisons.
Premièrement, c’est dans la ceinture intertropicale que la diversité biologique est la plus élevée (…)
Deuxièmement, c’est dans cette région, qui comprend la grande majorité des pays dits en voie de développement, que la conservation de la biodiversité est confrontée aux problèmes institutionnels et économiques les plus pesants et les plus épineux » (Bahuchet et McKey, 2005 : 37).

© IRD Éditions, 2009

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540