Version classiqueVersion mobile

La spatialisation de la biodiversité

 | 
Jean-Louis Guillaumet
, 
Anne-Élisabeth Laques
, 
Philippe Léna
, 
et al.

Préface

Georges Bertrand

Texte intégral

A.-É. Laques – Au fil du Solimões...

A.-É. Laques – Au fil du Solimões...

1Le paysage est à la base une méthode d’analyse de la biodiversité dans l’espace-temps des pays du Sud.

2Prétendre rendre compte de la biodiversité d’un territoire vaste, mal connu et difficile d’accès, qui plus est amazonien, à partir d’observations appuyées sur des enquêtes de terrain de nature anthropologique est, pour le moins, inattendu, assez improbable, voire saugrenu. Un défi à l’esprit d’analyse, voire à toute rationalité. Les auteurs en ont fait une question de méthode : entre complexité et diversité, élément et système, qualitatif et quantitatif, matériel et symbolique. Avec le paysage comme intercesseur et les politiques publiques en point de mire. Au cœur de la complexité amazonienne.

3En situant « la complexité à la base », Edgar Morin a ouvert de nouvelles perspectives sur les marges des méthodes scientifiques éprouvées. Tel est l’enjeu de cette étude qui, par ailleurs, doit répondre aux contraintes de temps et d’espace d’un pays du Sud. Comment appréhender, au mieux et au plus vite, directement ou indirectement, une extraordinaire diversité biologique dispersée dans la complexité d’un immense territoire ? Comment fournir une base de référence à la fois spatialisée et évolutive à des politiques publiques superposées qui sont confrontées dans l’urgence à la destruction d’un environnement forestier fragile ?

4Comme le souligne Robert Barbault, la biodiversité n’est pas simplement une question biologique, voire scientifique au sens large. Elle relève tout autant, comme problème d’environnement, du domaine de la culture, du sensible et du symbolique. Comme dans beaucoup de pays du Sud, les indispensables recherches spécialisées sur la biodiversité ont montré leurs limites pratiques : trop ponctuelles, trop aléatoires, trop lentes, trop naturalistes. Il leur manque, a minima, une connaissance globale et une grille d’échantillonnage dans l’espace et dans le temps.

5À leurs risques et avantages, les auteurs ont délibérément inversé la problématique. En partant du global, du complexe, du spatial et, pour partie, du descriptif et du qualitatif. C’est-à-dire du banal. C’est-à-dire du paysage. Pour tendre, par approches successives, au ponctuel, au quantitatif et à la diversité.

6Tel est le pari, et la réussite, de ce travail collectif, d’une interdisciplinarité vécue au plus proche du terrain, qui s’impose autant par son originalité que par son efficience. Tout y est réfléchi et tout y est méthode, avec une constante auto-critique et une claire conscience des limites de l’entreprise. La finalité est affichée : construire un système reproductible de spatialisation de données d’origines multiples (satellitales, anthropologiques, géographiques, économiques, juridiques, administratives…) et par leur croisement définir, à plusieurs échelles d’espace, des unités territoriales. Ces dernières, homogènes dans leur physionomie et leur contenu (floristique, agricole, etc.), recèlent chacune leur propre biodiversité. Il s’agit donc d’une méthode indirecte et « approchée ». Si elle ne prétend pas définir la biodiversité en tant que telle, avec tous ses composants floristiques et faunistiques, cette méthode permet non seulement de localiser avec précision la biodiversité sur un terrain difficile d’accès, mais encore de la replacer dans une dynamique environnementale d’ensemble en cours d’accélération, voire d’irréversibilité.

7Pour mener à bien un tel projet, les auteurs ont dû faire à la fois preuve d’esprit d’observation et d’esprit de système. Il fallait un déclencheur et un intégrateur. Ce fut le paysage. Cette notion profuse, fortement enracinée dans une culture européenne multiséculaire, est devenue, par une sorte de résurrection, un passe-partout pour la recherche fondamentale comme pour les pratiques d’aménagement et de développement des territoires. Dans le meilleur des cas, le paysage peut représenter, pour les chercheurs, toutes disciplines confondues, une notion appropriée pour réaliser l’étude globale d’un milieu, d’abord pour sa découverte, ensuite pour la description raisonnée de son continuum et de sa diversité. Toutefois, une telle notion européocentrée conserve une forte charge culturelle, parfois émotionnelle, assez délicate à transposer dans un pays comme le Brésil où le terme, plus ou moins équivalent, de « paisagem » reste d’un usage confidentiel. La question n’est pas seulement sémantique ou sémiologique. Elle est d’ordre anthropologique et son usage n’est jamais neutre. Les auteurs ont su éviter toute ambiguïté en définissant dès le départ le paysage non comme une notion vagabonde mais comme un concept opératoire spécifique à leur démarche : « pour parler le même langage et s’accorder sur les mots et les objets de l’étude… pour mener ensemble une analyse paysagère à partir de catégories minimales (les composants paysagers) et englobantes (les types paysagers) construites spécifiquement pour l’étude et permettant d’inclure la plupart des résultats obtenus à diverses échelles spatiales, par chacune des disciplines concernées » (p. 42).

8Le pari n’était pas gagné d’avance. Le paysage et la biodiversité n’ont pas de rapport direct. Par exemple, la diversité paysagère n’a que peu de choses à voir avec la diversité biologique. Il fallait trouver un « biais » méthodologique. Il est, en partie, fourni par l’invention et la mise en œuvre d’une batterie d’indicateurs, à la fois « naturalistes » et sociaux, qui en s’étayant mutuellement donnent un contenu biologique global à chaque type de paysage. Ainsi remanié, le paysage est beaucoup plus qu’un simple dénominateur commun. Il s’érige en révélateur-intégrateur des configurations spatiales de la biodiversité.

9Novatrice dans son principe comme dans son application, cette méthode doit retenir l’attention sur des points qui méritent d’être généralisés. On ne retiendra ici que ceux qui intéressent directement l’avenir des recherches sur l’environnement des pays du Sud ou territoires assimilés :

  • Le paysage surmonte la diacrisis Nature/Culture, d’importation occidentale, qui obère la problématique environnementale surtout lorsque celle-ci s’ouvre sur le « développement durable ». Il permet de traiter de la biodiversité telle qu’elle est globalement ressentie et vécue dans les pays du Sud. La dimension anthropologique devient alors constitutive de la biodiversité.

  • Le paysage correspond à un balayage spatio-temporel total. D’abord, il assure le continuum territorial qui fait le plus souvent défaut aux études approfondies sur la biodiversité. Ensuite, il place la biodiversité dans une perspective dynamique, celle d’une histoire conjointe de la société, avec ses fronts pionniers, et de la nature, avec ses changements climatiques et l’évolution générale des écosystèmes.

  • Le paysage, qui est avant tout image, s’accompagne ici d’une iconographie abondante et diversifiée (transect, coupes, profils, diagrammes, etc.) bien plus attrayante et informative que le tout cartographique traditionnel, « plat » par définition. Ainsi la biodiversité est replacée dans la diversité stratifiée de l’espace vertical, en quelque sorte à hauteur d’homme.

  • Le paysage en appelle aux pratiques descriptives et qualitatives qui viennent suppléer les carences des méthodes quantitatives et modélisatrices quand il s’agit de rendre compte, avec nuance, de la grande complexité de l’environnement tel qu’il est vécu par les sociétés. La recherche du qualitatif a un bel avenir scientifique.

10Le couplage du paysage et de la biodiversité demeure un paradoxe de la recherche. Il en est la difficulté mais aussi tout l’intérêt. Non seulement il permet d’approcher la biodiversité territoriale mais il l’enrichit de toute une dimension humaine à la fois anthropologique et sociétale. Un paradoxe qui, sur les marges floues du champ scientifique contemporain, permet d’innover et de répondre aux questions, urgentes et essentielles, de la complexité et de la diversité pour le développement des pays du Sud. Une opération scientifique qui a l’immense mérite de ne pas être un simple « transfert » du Nord vers le Sud.

Table des illustrations

Titre A.-É. Laques – Au fil du Solimões...
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/1172/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 95k

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search