Version classiqueVersion mobile

Le développement du lac Tchad / Development of Lake Chad

 | 
Jacques Lemoalle
, 
Géraud Magrin

Version française

Introduction. Urgence au lac Tchad : le besoin d’y voir clair !

Texte intégral

1Cette expertise est née du besoin de clarification lié à l’image brouillée que renvoie le lac Tchad, qui freine les politiques de développement en sa faveur.

2Depuis quelques années, le lac Tchad suscite un intérêt international accru. Ce géosymbole ancien, qui fascina géographes arabes du Moyen-Âge puis explorateurs européens du XIXe siècle – qui croyaient y trouver les sources du Nil (Krings et Platte, 2004 ; Bouquet, 2012) – est évoqué dans de nombreuses grandes conférences internationales sur l’environnement, l’eau, le climat et le développement. Cet intérêt gravite autour d’une sourde inquiétude : le lac Tchad serait menacé d’une disparition aux conséquences tragiques pour l’environnement et les millions d’hommes qui en dépendent, et sa nature de bien public mondial militerait pour qu’une solution internationale soit mise en œuvre pour le sauver.

  • 1 Dans la présente synthèse, on écrira « le Lac » pour désigner la région naturelle du lac Tchad (le (...)

3Or si le lac Tchad semble un objet aisément identifiable sur les mappemondes, où le bleu de ses eaux se détache clairement sur les jaunes et ocres du Sahel et du désert saharien, il se révèle un objet fort complexe vu de près. Cet hydrosystème doit son existence à sa latitude, sous un climat semi-aride, à son alimentation par des rivières qui drainent des bassins versants méridionaux au climat beaucoup plus humide. Il est caractérisé à toutes les échelles de temps (saisonnière, décennale, millénaire, géologique) par sa très grande variabilité. Celle-ci reflète celle de la pluviométrie sur le bassin amont, aux effets démultipliés par la configuration topographique. Le Lac1 occupe une zone basse particulièrement plane du bassin tchadien ; toute variation de niveau se traduit par des modifications considérables des superficies inondées et des paysages. Si l’on ne se baigne jamais dans le même fleuve, on ne voit jamais le même lac Tchad !

4En outre, le tableau des sociétés qui vivent du Lac n’est pas plus simple. Aire de polarisation démographique sur le temps long, le lac Tchad accueille un peuplement cosmopolite qui a développé des formes sophistiquées d’adaptation à la variabilité de l’environnement fondées sur la mobilité et la pluriactivité (pêche, agriculture, élevage). Le partage politique de cet espace entre quatre États (Cameroun, Niger, Nigeria, Tchad), hérité du découpage colonial, stimule les échanges informels transfrontaliers. Il favorise aussi la fragmentation des politiques publiques et la dispersion de l’information disponible. La complexité est donc inhérente au lac Tchad.

5Les discours alarmistes sur le lac Tchad en proposent une image brouillée : le diagnostic dominant porté par les politiques, les institutions spécialisées et les médias est source de confusion. Il est à la fois peu clair, variable, parfois contradictoire. Il est en outre en fréquent décalage avec ceux élaborés par les chercheurs de différentes disciplines qui s’intéressent au Lac (par exemple Magrin et al., 2010 ; Lemoalle et al., 2012). Ces imprécisions concernent le diagnostic hydrologique du Lac (surfaces en eau, tendance à l’assèchement ou non), les effets du réchauffement climatique (établis, présumés ou inconnus), la population affectée par les variations du Lac (qui en dépend directement ou indirectement), sa situation économique (espace en crise ou au contraire pays de cocagne), les effets attendus et les impacts potentiels d’un projet de transfert des eaux du bassin de l’Oubangui vers le lac Tchad examiné depuis la fin des années 1980.

6L’hypothèse retenue ici est que cette image brouillée gêne l’action. La clarifier constituera le fil rouge de cette expertise. Car justement, le contexte actuel se prête à l’action. Les États riverains du lac Tchad, comme une bonne partie du continent africain, connaissent une période post-ajustement structurel relativement favorable à la mise en œuvre de nouvelles politiques publiques (Magrin, 2013). Depuis bientôt cinquante ans, la Commission du bassin du lac Tchad (CBLT) est chargée de promouvoir une gestion partagée des ressources environnementales du bassin en faveur du développement durable. Après avoir traversé des difficultés qui reflètent largement celles des États membres, elle a connu une réorganisation profonde à la fin des années 2000 et a commencé à préciser les contours de son action pour les années à venir à travers une vision stratégique (CBLT, 2010), une analyse diagnostique transfrontalière (Bdliya et Bloxom, 2012) et un plan d’action stratégique (CBLT, 2008 et 2012a). Une Charte des eaux a été adoptée (CBLT, 2012b) et a commencé à être mise en œuvre. Une étude de faisabilité du transfert des eaux de l’Oubangui vers le lac Tchad a été finalisée fin 2011 (Cima International, 2011), concluant à la faisabilité technique et recommandant un transfert moyen de 3,4 km3/an. États, CBLT, bailleurs, chacun en fonction des agendas qui leur sont propres, semblent vouloir agir en faveur du lac Tchad.

7Les défis demeurent cependant nombreux : ils tiennent en partie à la capacité de la CBLT à mobiliser les financements nécessaires à la concrétisation de ses ambitions. Cette capacité dépend notamment de la hiérarchisation de ses projets et de la qualité des argumentaires sur lesquels ils reposeront. Dans un tel contexte, l’objectif de la présente synthèse est de proposer une image claire de la situation du lac Tchad, des dynamiques en cours et de leurs facteurs d’évolution. La nouvelle perspective ainsi dégagée pourra fournir des fondations stables au processus de planification stratégique et ainsi consolider les argumentaires en faveur des projets qui seront défendus par la CBLT.

La démarche : une diversité de regards, entre science et expertise

  • 2 Pour en savoir plus sur le modèle méthodologique d’une expertise collégiale, le lecteur pourra se (...)

8Cette expertise collégiale2 a été mise en œuvre par l’Institut de recherche pour le développement (IRD), dans le cadre du projet global Préservation du lac Tchad : contribution à la stratégie de développement durable du Lac approuvé et financé par le Fonds français pour l’environnement mondial (FFEM). À l’instar de démarches comparables utilisées par d’autres institutions (panels scientifiques indépendants, groupes internationaux ad hoc, etc.), elle vise à permettre, face à des enjeux techniques et politiques complexes, la production d’un diagnostic le plus objectif et légitime possible, afin d’améliorer l’analyse de la situation par les politiques et de faciliter le processus de prise de décision.

9Un collège de quatorze membres appartenant à des familles disciplinaires, à des institutions et à des pays différents (trois membres du collège sont tchadiens, deux sont nigérians, deux sont camerounais, un est nigérien ; les six autres membres sont français), a été installé. Sa composition a été motivée par le besoin de faire dialoguer des sciences de l’environnement (hydrobiologie, hydrologie, hydrogéologie, géologie, paléoclimatologie), des sciences biotechniques (agronomie, santé animale) et des sciences sociales (géographie, histoire), ainsi que par la nécessité de pouvoir disposer de points de vue de chercheurs ayant travaillé dans les quatre pays riverains du lac Tchad, sur le Lac ou sur le bassin. Si la responsabilité de l’écriture de détail de chaque contribution intégrale relève de ses rédacteurs, le fond du diagnostic et des propositions a été validé collégialement.

10Précisons aussi que l’objet de cette expertise est bien le lac Tchad, non le bassin tchadien. Si la compréhension d’un certain nombre de processus implique logiquement d’étendre le champ d’analyse à des variables explicatives qui prennent place à une autre échelle – par exemple le fonctionnement hydrologique ou hydrogéologique du bassin, ou encore les migrations, les échanges régionaux, les politiques publiques nationales ou internationales affectant le Lac, etc. –, l’objet demeure le Lac. Ici, « le Lac » désigne un espace d’environ 50 000 km2, soit un carré de 230 km de côté, correspondant aux espaces inondés (eaux libres et marécages), aux îles, aux rivages actuels, ainsi que les anciens rivages et leur arrière-pays proche. Ce sont les espaces où l’influence du Lac se fait la plus directement sentir au plan hydrologique, de la biodiversité, mais aussi de l’occupation humaine, des mobilités et des échanges.

11Ce travail combine une démarche scientifique avec une approche qui relève de l’expertise. Elle vise à faire le point sur ce que l’on sait du Lac, à repérer ce que l’on ne sait pas – en particulier lorsque cela présente un intérêt du point de vue de la gestion ou des politiques publiques –, et à formuler des recommandations sous la forme de l’identification de pistes d’action ou de recherches qui lui sont nécessaires.

12La liste des questions à traiter a été validée lors de l’atelier initial de l’expertise collégiale, tenu à N’Djaména le 20 septembre 2012. Celui-ci a réuni la CBLT, les points focaux des pays membres, les représentants de l’ambassade de France à N’Djaména, de l’Agence française de développement (AFD), de la présidence de l’IRD et de son Service de l’expertise, ainsi que plusieurs experts. C’est à l’issue de cet atelier que les président et vice-président du collège des experts ont été désignés et la composition du collège définie. Réuni à trois reprises en formation plénière, à N’Djaména en décembre 2012 et juin 2013, à Maroua en février 2013, le collège des experts a organisé les questions en chapitres, défini leur problématique, affiné leurs hypothèses. L’établissement des diagnostics a permis de formuler des recommandations. Une fois rédigés, les textes ont été enrichis par des regards croisés.

13Le travail du collège a consisté d’abord à réaliser une synthèse des productions scientifiques disponibles sur le sujet, complétée parfois par l’utilisation de la littérature grise produite par des institutions (CBLT, ministères des quatre pays riverains et projets de développement). Les experts ont en outre largement eu recours à un réseau d’étudiants qu’ils encadraient, impliqués dans des masters ou des thèses, pour compléter les informations manquantes qui paraissaient pertinentes en vue de l’établissement d’un diagnostic à jour. Les informations qui avaient le plus besoin d’être consolidées ainsi que les recommandations ont été discutées avec des personnes ressources et des cadres de la CBLT, sous la coordination de l’ingénieur hydrologue Ahmed Sedick, responsable du suivi du projet pour la CBLT.

14Cette expertise collégiale se démarque dans le paysage des travaux consacrés au lac Tchad. En effet, depuis l’ouvrage de référence de Christian Bouquet paru en 1990 et intitulé Insulaires et riverains du lac Tchad, aucun ouvrage de synthèse sur l’ensemble du lac Tchad n’a été publié, c’est-à-dire aucun texte intégrant le fonctionnement des écosystèmes et la manière dont les sociétés humaines interagissent avec lui. Olivry et al. (1996) ont synthétisé les connaissances alors disponibles en hydrologie, à partir de travaux de chercheurs de l’IRD. Krings et Platte (2004) ont produit un ouvrage pluridisciplinaire traitant de sujets assez divers situés plutôt dans le champ des sciences sociales (histoire, archéologie, anthropologie), avec une entrée par le Nigeria. L’Unesco a édité un beau livre destiné au grand public (Batello et al., 2006). En matière de littérature grise, les principaux travaux à mentionner sont les deux études de diagnostic sur l’environnement du bassin commanditées par la CBLT à la fin des années 1980 (Kindler et al. 1990) et durant les années 2000 (Bdliya et Bloxom, 2012), mais elles sont plutôt centrées sur les questions environnementales et institutionnelles, et surtout portent sur l’ensemble du bassin, non spécifiquement sur le Lac.

15Les limites de la présente étude témoignent des difficultés rencontrées. Comme toujours en pareil cas, ce que l’on pourrait tenir pour une ambition quasi encyclopédique s’est heurté à l’insuffisance du temps disponible et au caractère très inégal des données selon les thèmes et les pays. Malgré nos efforts de tamisage, le grain des informations utilisées demeure souvent trop contrasté pour que leur hétérogénéité ne soit pas visible.

16La frontière linguistique et académique entre le Nigeria et les autres pays riverains a constitué une des contraintes principales. Le collège était majoritairement composé de chercheurs africains francophones ou français travaillant sur le Tchad, le Niger et le Cameroun. La présence de deux collègues nigérians au sein du collège a permis d’y remédier pour une part, à travers les informations et la documentation fournies. Cependant, le contexte sécuritaire de cette période 2012-2013 au nord du Nigeria (insurrection et répression du mouvement Boko Haram) a beaucoup compliqué les choses, en premier lieu pour les collègues nigérians qui n’ont pas pu travailler avec la sérénité et dans les conditions matérielles requises. De plus, il n’a pas été possible d’envisager de tenir une réunion du collège à Maiduguri, ce qui aurait aidé le collège à mieux comprendre la manière dont la problématique du Lac est aujourd’hui pensée depuis le cœur politique du Bornou lacustre. Il n’a évidemment pas non plus été possible d’organiser des travaux de collecte de données de terrain par les étudiants au Nigeria.

Le rapport de synthèse et les contributions intégrales

17Cette expertise collégiale fournit deux produits distincts.

18D’une part, le rapport de synthèse, sous format papier, destiné avant tout aux décideurs, dirigeants et acteurs des sphères de la décision, ainsi qu’à ceux qui veulent aller à l’essentiel : il souligne les principaux points du diagnostic, décrit des choix de politique et propose des recommandations.

  • 3 Le renvoi aux contributions intégrales des experts sera fait ici de la façon suivante : III-4 dési (...)

19D’autre part, les contributions intégrales des experts, sur lesquelles se fonde le rapport de synthèse, sous format numérique (clé USB). Cet ensemble est organisé en 20 chapitres détaillés rédigés selon les règles de l’écriture scientifique, et regroupés en quatre parties3. La première partie décrit la situation et les tendances de l’hydrosystème lacustre ; la deuxième analyse les dynamiques démographiques autour du Lac ; la troisième met en contexte les principales activités socio-économiques productives et leurs interactions ; la quatrième s’intéresse aux enjeux de gouvernance. Le chapitre conclusif ouvre sur une réflexion prospective.

Notes

1 Dans la présente synthèse, on écrira « le Lac » pour désigner la région naturelle du lac Tchad (le lac, ses îles et ses rives).

2 Pour en savoir plus sur le modèle méthodologique d’une expertise collégiale, le lecteur pourra se reporter à la rubrique L’expertise collégiale à l’IRD : objectifs et méthode, p. 9.

3 Le renvoi aux contributions intégrales des experts sera fait ici de la façon suivante : III-4 désignera le chapitre 4 de la troisième partie des contributions intégrales, consultables sur la clé USB.

© IRD Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search