Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le développement du lac Tchad / Development of Lake Chad

 | 
Jacques Lemoalle
, 
Géraud Magrin

Version française

Préfaces

Sanusi Imran Abdullahi, Michel Laurent et Annick Girardin

Texte intégral

Ing. Sanusi Imran Abdullahi
Secrétaire exécutif de la CBLT

1Depuis cinquante ans, la CBLT est chargée de promouvoir une gestion partagée des ressources environnementales du bassin, en faveur du développement durable. Dans ce sens, de nombreuses actions ont été réalisées et des études menées dans le but de préciser les contours de ses interventions pour les années à venir, notamment à travers la Vision 2025, le plan d’action stratégique, ainsi que la Charte de l’Eau. Cependant, les défis restent multiformes et nombreux.

2L’objectif de la présente expertise collégiale est de proposer une image claire de la situation du lac Tchad, des dynamiques en cours et les facteurs de leur évolution ; elle vise à permettre, face à des enjeux techniques et politiques complexes, la réalisation d’un diagnostic le plus objectif et légitime possible, afin d’améliorer la compréhension de la situation par les politiques et ainsi faciliter le processus de prise de décision.

3L’ouvrage issu de cette expertise résume les connaissances actualisées sur l’hydrologie du Lac et répond à un certain nombre de questions liées à l’état présent et aux tendances de l’écosystème. Il se veut une synthèse intégrant le fonctionnement des écosystèmes et leurs interactions avec les sociétés humaines. Il souligne également les principaux points de diagnostic, décrit les choix de politiques et propose des recommandations sur les orientations stratégiques, opérationnelles et en matière de recherche utile pour le développement.

4La nouvelle prospective ainsi dégagée pourra fournir des fondations stables au processus de planification stratégique et ainsi consolider les argumentaires en faveur des projets qui seront défendus par la CBLT.

*

Michel Laurent
Président de l’IRD

5Le Secrétaire exécutif de la Commission du bassin du lac Tchad a bien voulu, au nom de ses États-membres, confier à l’IRD, dans le cadre d’un projet financé par le Fonds français pour l’environnement mondial, l’organisation d’une expertise collégiale sur le devenir du Lac Tchad. Aujourd’hui, ce travail est édité et chacun pourra mesurer la qualité de la synthèse et des recommandations remises par le collège des experts issus du Nord et du Sud.

6Les travaux accomplis par le collège des experts ont été menés à bien dans les délais courts prévus par le « modèle » expertise collégiale. Ils l’ont été dans des conditions difficiles en raison des restrictions encadrant les missions dans la sous-région, en particulier au Nigeria. Mais l’exercice exigeant qu’est une expertise collégiale impose de surmonter les difficultés, et je tiens sur ce point à remercier les services de l’ambassade de France à N’Djaména pour leur appui constant.

7Cette expertise démontre l’importance de construire, aujourd’hui et demain, des politiques publiques en faveur de la préservation et du développement du lac Tchad. Nul ne doute que les acteurs, dont la Commission du bassin du lac Tchad, sauront s’approprier les résultats souvent complexes de cette expertise développée selon une approche globale et pluridisciplinaire.

8En préfaçant cette treizième expertise collégiale menée par l’IRD, je me réjouis que la recherche scientifique démontre une fois de plus sa contribution directe au développement en apportant des éléments et des éclairages pertinents pour la décision publique.

*

Annick Girardin
Secrétaire d’État au Développement et à la Francophonie, auprès du ministre des Affaires étrangères et du Développement international

9Le lac Tchad est emblématique des défis auxquels doivent faire face les pays partageant une ressource en eau dans un contexte de dérèglement climatique. Sa gestion illustre les réponses que les organisations régionales et la communauté internationale peuvent apporter pour soutenir le développement durable des pays. Ces défis sont à la croisée des dimensions environnementale, économique, sociale et politique.

10Le spectre de l’assèchement plane sur le lac Tchad. Ses variations de surface au cours des cinquante dernières années ont été spectaculaires et sont alarmantes. L’action conjuguée des facteurs climatiques et de la surexploitation des ressources en eau peuvent à court terme profondément remettre en cause la pêche, l'élevage et l’agriculture. La préservation de ce bien public régional qu’est le lac Tchad appelle une réaction urgente. L’amélioration des conditions de vie des populations riveraines, près de 2 millions de personnes, en dépend. La mobilisation de tous les acteurs est nécessaire. La France, dotée d’une expertise reconnue et engagée de longue date dans la gestion des ressources en eau transfrontalière, y participe pleinement.

11Cette publication, financée par le Fonds français pour l’environnement mondial (FFEM), résulte d’un travail collégial Nord-Sud et paritaire, coordonné par l’expertise française de l’Institut de recherche pour le développement (IRD). Elle contribue à la dynamique de production de connaissances, seule à même de doter les décideurs d’outils d’aide à la décision. On gère mieux ce que l’on connaît !

12Dans cette perspective, la gestion intégrée à l’échelle du bassin transfrontalier du lac Tchad prend tout son sens. Par une gouvernance appropriée et des investissements planifiés à l’échelle du bassin, elle est la clef d’une utilisation durable et d’une préservation des ressources naturelles. Elle facilite, grâce au partage équilibré des ressources et des bénéfices induits, la prévention des conflits entre les usagers et entre les États. L’adaptation aux impacts du changement climatique, les grandes infrastructures hydrauliques, la dégradation des écosystèmes et des services ne peuvent en effet être traités qu’à l’échelle de l’ensemble du bassin versant.

13Cette gestion intégrée constitue un pilier de l’action diplomatique et de l’aide au développement de la France. Le FFEM et l’Agence française de développement (AFD) jouent un rôle important dans la mise en œuvre de cette stratégie. Cette action mobilise tous les acteurs français de la recherche (IRD, Cirad, Irstea, BRGM), les bureaux d’études et les ONG (en premier lieu l’OIEau) pour qu’ils développent avec leurs partenaires internationaux, notamment africains, les solutions institutionnelles, techniques, économiques et sociales appropriées.

14Je me réjouis de cette réalisation mêlant des équipes françaises et africaines, qui illustre les vertus d’une coopération étroite entre recherche pour le développement et politique de développement. Je ne doute pas qu’elle permettra d’apporter une contribution déterminante au développement durable du bassin du lac Tchad, pour le bien-être des populations riveraines, mais aussi au-delà.

15Cette expertise collégiale contribue à développer une meilleure connaissance des solutions d’adaptation au changement climatique alors que la Conférence Paris Climat 2015 approche à grands pas. C’est par la multiplication de ces solutions positives et concertées que nous parviendrons à construire un accord universel qui s’adresse, non pas uniquement aux pays les plus émetteurs, mais bien à l’ensemble des États, et en premier lieu à ceux qui sont le plus touchés.

© IRD Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540