Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas de la province Extrême-Nord Cameroun

 | 
Christian Seignobos
, 
Olivier Iyébi-Mandjek

Glossaire et index des sigles

Christian Seignobos

Texte intégral

1Ce glossaire est pour partie composé d’extraits de l’ouvrage Le Nord-Cameroun à travers ses mots (Province de l’Extrême-Nord) rédigé avec la participation du linguiste H. Tourneux, CNRS.

Ce glossaire regroupe des termes locaux et quelques autres d’un emploi plus généralisé, qui sont entrés dans le français parlé et écrit de la province.
Les emprunts viennent surtout du foulfouldé, langue véhiculaire au sud de la latitude de Mora. Certains sont entrés dans le français administratif courant : « lamido », « lawan », « alhadji »... D’autres ont acquis droit de cité en géographie ou en pédologie : « mayo », « yayré », « karal », « hardé »... Quant à la deuxième langue véhiculaire, l’arabe, de Mora au lac Tchad, elle ne fournit pas forcément au Cameroun les mêmes termes que ceux qui ont grossi le vocabulaire franco-tchadien.
Nous avons retenu dans le présent glossaire des mots que l’on peut rencontrer dans les archives coloniales, même si aujourd’hui ils sont sortis de l’usage.
Les administrateurs ont, en effet, diffusé un vocabulaire colonial depuis l’Ouest africain où ils avaient été précédemment en poste, c’est le cas de mots comme : « adobe », « tata », « fonio »...
Le jargon des services de l’Agriculture sous les tropiques a apporté sa contribution, relayé par celui des sociétés para-étatiques et des vagues de consultants, qui ont permis l’accumulation d’une grande quantité de « littérature grise ».
Certains mots français, enfin, ont pris un sens particulier dans la province et parfois dans l’aire géographique plus vaste où elle s’inscrit : le « pousse », le « kilo », le « chantier »... Certains de ces mots apparaissent rarement à l’écrit.
Ce glossaire de termes d’usage local devant servir à éclairer le nouveau venu dans la région, nous y avons fait entrer quelques ethnonymes qui peuvent prêter à confusion.
Les parlers locaux ont été retranscrits en écriture phonétique (entre crochets). Les noms de langues sont orthographiés selon la graphie française.

Adobe, n. f.

2Du portugais adobe, « brique de terre sèche ».

3Ce mot est attesté dans les écrits anciens et, parfois, les rapports d’administrateurs coloniaux.

affranchi, n. m.

4En foulfouldé diimajo, pl. riimay’be, ancien esclave affranchi.

5Dans les textes d’archive, le pluriel, orthographié rimaïbé ou rimaybé a été le plus souvent retenu.

6(Cf. Fulbe)

7agoda, n. f., inv.

8Du foulfouldé agooda, qui vient du haoussa gwada « mesurer ».

9« Agoda » est très utilisé dans le français local en concurrence avec « tasse ». C’est un récipient de fer, aujourd’hui en aluminium, servant d’unité de mesure pour les grains (sorgho, riz, arachide, niébé et pois de terre).

10L’agoda la plus courante contient un peu moins de 1 kg. Toutefois, avec l’agoda, on ne pèse pas le mil, on en mesure le volume, le poids variant en fonction de la densité et de l’humidité des grains.

alhadji, n. m.

11Du foulfouldé alaji, emprunté à l’arabe al hajj.

12On rencontre deux acceptions. L’alhadji est un musulman qui a effectué un pèlerinage à La Mecque. Ce pèlerinage coûteux suppose un personnage riche, le plus souvent un grand commerçant.

13Aujourd’hui, « alhadji » recouvre la classe sociale musulmane fortunée, plus ou moins intrigante. On parle volontiers de la « politique des alhadjis ».

alifa, n. m., inv.

14De l’arabe xalîfa, « calife ».

15Y. Urvoy, 1949 : 30, fait de l’alifa un « vice-roi » dans la titulature des Kanuri. Ce titre ancien, plus répandu au Tchad, se retrouve aussi chez les Kotoko pour le premier dignitaire des cités. Par cette charge héréditaire, l’alifa compose avec le sultan un véritable pouvoir bicéphale.

alkali

16De l’arabe al qa’di, « juge ».

17Juge traditionnel, il siège généralement devant le vestibule d’apparat du lamido et juge en première instance. Balaza-Alcali (rebaptisé Balaza-Lamido vers 1975), chef-lieu de canton à l’est de Maroua, fait référence à la pépinière de lettrés et d’alkali de ces villages, d’où provenaient les principaux juges de Maroua.

ambatch, n. m.

18De l’arabe ambaj, nom d’un arbuste aquatique, Aeschynomene elaphroxylon.

19Cette papilionacée prospère dans le lac Tchad, généralement près des rives, sur les fonds vaseux ne dépassant pas 2 m de profondeur. Son bois, d’une densité deux fois moindre que celle du liège, sert à construire des radeaux, des flotteurs individuels ou des flotteurs de filets. (Cf. kirta)

Ar’do, n. m., inv.

20En foulfouldé, « guide », chef de fraction peule à l’époque nomade.

21Dans la province, c’est devenu — à la différence des pays de la Bénoué — un titre honorifique. Pendant de l’ar’do, le chef païen est appelé arnaa’do.

armagasse, n. f.

22Du portugais argamassa, « mortier ».

23Toit de maison en terrasse, plate ou bombée. Ce mode de couverture utilisé à Maroua, et pour les sarés de chefs au début du siècle, vient du pays hausa.

argui, n. m., inv.

24De l’arabe araq, « alcool distillé localement ».

25Il est confectionné à partir de bière de mil éventée ou de résidus de boule de mil.

arrière-effet, n. m.

26Expression qui s’applique à la culture cotonnière utilisant des intrants. La notion « d’arrière-effet » a ouvert une polémique entre agronomes sur son importance et son rôle dans la rotation coton/vivrier. Pour la Sodecoton, ce rôle n’est pas négligeable.

27« Le coton étant pratiquement la seule culture fumée, cette pratique permet aux vivriers de profiter d’un minimum de fumure minérale, quoique insuffisant, par l’arrière-effet de l’engrais coton » (Rapport semestriel Sodecoton, oct. 1995, Békolo M. et Gaudard L.).

Babu

28Ce terme qui vient du toupouri est dit mbabuuri en foulfouldé.

29Sorgho repiqué, à cycle long (200 jours), sa mise en pépinière est moins étalée dans le temps que celle du muskuwaari et elle s’opère plutôt en ligne. Le repiquage intervient avant la fin de la saison des pluies, vers le début de septembre, sur des sols argilo-sableux. Le terrain humide est préalablement travaillé et le plant est mis en terre à la houe ou à l’aide d’une petite fourche de bois.

30Les babu sont des sorghos de la sous-race caffra de Snowden. Les Tupuri en distinguent quatre à cinq variétés. Ces sorghos présentés comme une originalité de l’agrosystème tupuri étaient très répandus au siècle passé, dans les régions du Mayo-Kebbi et de la Bénoué, y compris chez les Fulbe.

balanites, n. m., inv.

31Du nom scientifique latin Balanites aegyptiaca.

32Le terme de « balanites » supplante progressivement celui de « savonnier » que l’on donnait naguère à cet arbre épineux, dont l’écorce, contenant de la saponine, servait à fabriquer un « savon indigène ». On l’appelle aussi « dattier du Sahel » à cause de ses multiples utilisations.

Banana, n. et adj., inv.

33Du massa banana, « l’ami ».

34L’administration coloniale a appliqué cette appellation à tous les riverains du Logone, depuis les Musgum et Masa jusqu’aux Kabalay en passant par les Kim, les Gabri, les Musey et les Marba. L’administrateur J. Mouchet fit campagne, dès 1936, pour changer Banana en Masa.

35Toutefois, « Banana » aura la vie plus dure pour les Musey et les Marba. Jusqu’à l’indépendance et même après, on parlera encore de « Banana Hoho » pour les Musey et de « Banana Kolon » pour les Marba.

36Les Fulbe, par condescendance, continuent à appeler Masa et Musey « Banana » avec des connotations d’arriérés et de populations qui, il y a peu de temps encore, évoluaient nues. Les Masa ont pourtant adopté, pour les vieux adultes en tous cas, le long boubou et le chapeau peul mbuuloore qu’ils sont aujourd’hui pratiquement les seuls à porter si bien qu’on appelle celui-ci « chapeau masa ».

banko, n. m.

37Bousillage de terre pétrie avec les pieds qui sert à construire les murs traditionnels.

banda

38Vient du haoussa « poisson fumé ».

bariki, n. m., inv.

39De baariki en foulfouldé, emprunté à l’anglais barrack, caserne, via le haoussa. Il désigne le quartier administratif d’une ville, les bâtiments de la souspréfecture ou encore simplement les « campements » administratifs en brousse.

Baynawa, n. et adj., inv.

40Appellation des Gidar, construite sur le même modèle que « banana » pour Masa, voulant dire « ami ».

Bec-de-Canard, n. m.

41Région dont la représentation cartographique évoque un bec de canard. Cette expression a connu une fortune singulière puisque depuis sa création jusqu’à nos jours elle n’a que rarement désigné son véritable objet. L’expression « bec-de-canard » a dû apparaître après la convention franco-allemande du 4 février 1894, signée à Berlin, qui établissait les zones d’influence respectives des deux pays dans le bassin du lac Tchad. Les limites en étaient, au sud, le 10e parallèle ; à l’est, le Chari à partir de sa rencontre avec ce même parallèle, jusqu’au lac Tchad. L’ensemble de ce Nord-Cameroun allemand offrait l’allure d’une tête de canard se profilant ouest-est. Le Bec-de-canard proprement dit s’inscrivait entre Chari et Logone et couvrait 12 000 km2. Il a été cédé à la France après le « coup d’Agadir », à la suite des accords du 4 novembre 1911, en échange de 275 000 km2 principalement au Congo français, ce qui déclencha les invectives de certains députés, reprises par la presse accusant le gouvernement de se laisser déposséder des riches terres du Congo contre un malheureux « bec-de-canard » au Tchad (cf. Hérelle, 1938).

42Mais la région qui est de nos jours communément appelée « Bec-de-Canard » est le rentrant de la province de l’Extrême-Nord du Cameroun dans la république du Tchad. Elle est comprise entre le Logone et la frontière, qui suit approximativement le 10e parallèle. Elle couvre les cantons de Bougoudoum, Bangana, Gobo, Guissey, parfois Wina, au sud de Yagoua.

43Cette erreur est reproduite dans la littérature après 1965 et elle est avalisée par des scientifiques comme A. Hallaire et H. Barral (1967 : 38) qui parlent de « Moussey du Bec-de-canard ». Consacrée par l’usage, en particulier dans les rapports administratifs et ceux de la Sodecoton, cette expression acquiert une sorte de légitimité.

berbéré, n. m.

44De l’arabe du Tchad berbere : sol à argile noire et par extension sorgho repiqué de saison sèche. C’est l’équivalent du muskuwaari des Fulbe du nord du Cameroun. Les Arabes Showa au sud du lac préfèrent utiliser le terme de masakwa, comme au Bornou voisin, d’où sont issus ces cultivars.

45« Les terres noires argileuses localisées dans les cuvettes humides à l’emplacement des anciens barh ou dans les mares temporaires sont nommées berbéré en arabe. Ces terrains sont la condition exclusive du repiquage du sorgho, ce qui explique l’évolution sémantique de ce nom vers la désignation de cette culture : berbéré a progressivement supplanté masakwa pour désigner le sorgho repiqué au Tchad » (Raimond, 1999).

46Dans le nord du Cameroun, cette évolution est amorcée entre le terme muskuwaari et celui de karal, son terrain de prédilection ; on dit « sa récolte de karal a été bonne » ou encore « il compte plus sur son karal que sur son njigaari (sorgho rouge) ».

47(Cf. muskuwaari)

bief, n. m.

48Retenue d’eau temporaire.

49Ce mot a subi, dans les monts Mandara, un glissement de sens important. Des responsables de projets de développement, ne pouvant employer le terme de « barrages » que se réservaient les services administratifs qui en avaient le monopole, ont dû en trouver un autre pour désigner ce type de retenue d’eau.

50Le « bief » n’est pas un barrage proprement dit, mais un ouvrage élevé dans certains talwegs, afin de limiter l’érosion et de retenir temporairement l’eau, augmentant ainsi l’infiltration et améliorant l’alimentation des puits en aval. Ces petits ouvrages empruntent plusieurs techniques : pierres et terre, pierres calées, gabions...

51Le concept de bief a été mis au point dans les monts Mandara au cours des années 1970.

bilbil, n. m.

52Du sar bilibili, « bière de mil ».

53Ce nom, originaire du pays sara, très répandu au sud du Tchad, a gagné le Nord-Cameroun. Les cabarets où il est en vente sont appelés « sarés à bilbil ».

54Le processus de fabrication du bilbil dure cinq à six jours et comprend trois étapes.

55Le maltage est une germination contrôlée des grains, qui sont nettoyés et mis à tremper. Une fois germés, les grains sont séchés (touraillage) pour être stabilisés. Ils sont ensuite concassés sur une table meulière ou au moulin.

56Suit le brassage. Les grains concassés sont mélangés à de l’eau (empâtage), puis mis à chauffer afin d’obtenir des sucres fermentescibles par la levure. Le moût obtenu est filtré pour éliminer les matières solides en suspension (drêches), puis porté à ébullition. Le moût, enfin, clarifié par décantation, puis refroidi, est prêt pour la fermentation.

57La levure transforme alors les sucres en alcool. La fermentation dure une nuit. Cette bière, non stabilisée, doit impérativement être bue le lendemain, (Lopez, 1997 : 218-219).

58Les femmes de la région de Maroua utilisent un mélange de sorghos. La proportion la plus courante, bien que variable selon les périodes de l’année, est d’un tiers de njigaari pour deux tiers de muskuwaari. Le njigaari confère la couleur recherchée et le goût, alors que le muskuwaari donne du corps.

59On trouve d’un emploi courant les termes de « vin rouge » pour le bilbil et de « vin blanc » pour le furdu, sorte de bouillie alcoolisée, consommée chaude pendant la saison des pluies. Le furdu est un type de bière plus ancien que le bilbil chez les populations de plaine.

bikordi, n. m.

60Du foulfouldé biikor’di, pl. wiikordu, du verbe wiikaago, « agiter devant soi, à droite, à gauche ».

61Le bikordi est un couperet à deux tranchants, légèrement recourbé et évasé sur sa partie distale. Il sert à désherber les vertisols en décapitant les plateaux de racines avant que l’on y mette le feu pour préparer le repiquage des sorghos muskuwaari.

Bi-Marva, n. et adj., inv.

62On parle de Giziga Bi-Marva ou Giziga-Nord. Dans cette expression, le mot « bi » à valeur apparente de préfixe a conduit à une interprétation erronée. Il est, en effet, donné comme la transcription simplifiée du foulfouldé ’bii, « fils de », alors qu’il s’agit de Bwiy Marva du guisiga bwiy, « chef », autrement dit de Giziga dépendant du chef de Marva (Maroua).

blama

63Du kanouri belama, « chef de village ».

64Cette appellation a cours également chez les Mandara, comme équivalent du foulfouldé jawro. On la trouve écrite « Boulama ».

bloc, n. m.

65Subdivision de rizière.

66(Cf. casier)

bœuf de case, n. m.

67Ce « bœuf » est en fait un taurillon de six mois à plusieurs années que l’on enferme dans une case surcreusée, percée d’une étroite ouverture où est ménagée une mangeoire. Il s’agit d’un élevage particulier des montagnards mofu et mafa.

68(Cf. maray)

boukarou, n. m.

69Du haoussa bukka, via le foulfouldé bukkaaru, « hutte temporaire ».

70Chez les Fulbe, le mot désigne la hutte végétale à armature en arceaux des campements de transhumance. « (...) une intégration de plus en plus poussée des éleveurs nomades à la vie dite « moderne » qui signifie, en particulier, l’abandon du boukarou de paille, habitat fruste, au profit d’un logement fixe », Étude du secteur Élevage au Cameroun, Minepia-CFD, 1995.

71La fortune de ce mot dans le vocabulaire franco-camerounais est surprenante. Il désigne de nos jours une case circulaire améliorée, à toit de chaume ou même de tôle, à l’usage des « campements administratifs », des hôtels, voire des particuliers.

boule, n. f.

72Farine de céréales ou de manioc cuite à l’eau.

73La cuisinière verse la farine (sorghos, maïs ou petits mils) en pluie dans de l’eau bouillante, et la tourne avec une longue spatule de bois, jusqu’à l’obtention d’une pâte plus ou moins ferme.

74Le nom de « boule » vient de la forme hémisphérique que prend cette pâte lorsqu’on la moule dans une calebasse huilée et qu’on la sert, retournée sur un plat. La « boule » est l’élément central du repas, elle est accompagnée de sauces. (Cf. sauce)

burgu

75Terme foulfouldé pour Echinochloa stagnina, herbe semi-aquatique, à tige sucrée, abondante autour des mares résiduelles des zones inondables.

76« Bourgoutière » est un dérivé de burgu qui désigne tout pâturage de décrue comprenant Echinochloa stagnina et Vossia cuspidata dans les yayrés.

burma

77De l’arabe burma, « jarre », poterie en terre cuite. Réserve d’eau, elle est enfoncée au deux tiers dans le sol.

burtol

78Du foulfouldé burtol, pl. burti, « piste à bétail ».

79Pour désigner le « chemin du bétail », le foulfouldé dispose de burtol, sorte de draille sur terrain sec, de gorfol, pl. gorfi, draille empruntant lors de la saison des pluies des karals ou tout autre terrain détrempé et de durdugol, pour la « piste à bétail » qui conduit généralement à un pâturage de proximité durngol.

80Seul « bourtol » a été retenu dans les textes des services de l’élevage et de ceux des ONG.

brèdes, n. f. pl.

81Feuilles fraîches ou sèches qui entrent dans la préparation des sauces. Il s’agit de feuilles d’arbres, souvent sélectionnés et préservés à cette fin, et aussi de rudérales épargnées lors des sarclages.

82Les brèdes « cosmopolites » les plus employées dans la cuisine chez les populations des plaines sont les jeunes feuilles de baobab, de Balanites, de Celtis integrifolia, de Vernonia amygdalina, de Moringa oleifera, de manioc arbustif (Manihot glaziovii) et de Momordica charantia ; la base florale de Bombax costatum entre dans cette catégorie.

83Chaque milieu rajoute son complément, en montagne ce sont les feuilles de certains Ficus, Ficus dicranostyla, Ficus populifolia..., de Grewia sp. Quant aux brèdes issues des rudérales, nous ne citerons que Tribulus terrestris, Cleome gynandra et Corchorus spp.

Cailcédrat, n. m.

84Du wolof xay et cédrat, Khaya senegalensis.

85Le mot a d’abord été orthographié « caïl-cédrat ». On tire des graines de cet acajou du Sénégal une huile cosmétique et surtout médicinale. Les feuilles sont données au bétail. Le liber de son écorce confère à la bière de mil une amertume recherchée et sert également à de nombreuses médications.

86Arbre majestueux, il a fait l’admiration de générations d’expatriés, depuis les premiers administrateurs coloniaux jusqu’aux actuelles ONG. La ville de Maroua a été plantée de cailcédrats, bosquets en régie, le long des rues et des routes. Ils sont aujourd’hui menacés par la population qui d’abord les cravate pour prélever l’écorce, puis en font du bois de feu. En 1997, une ONG bien intentionnée a fait goudronner la base des troncs pour éviter leur écorçage. Toutefois, la plupart des pieds de cailcédrat sont vieux et demandent à être remplacés.

campement, n. m.

871° « Concession » réservée aux hôtes de passage.

882° Établissement touristique, de catégorie inférieure à l’hôtel.

89Le réseau de campements appelés baariki en foulfoudé, permettait aux « commandants » (administrateurs) et autres fonctionnaires de trouver un hébergement commode lors de leurs tournées. Les campements étaient généralement situés dans les chefs-lieux de canton et certains lawanats éloignés.

90Un campement était généralement composé d’un module de base de deux cases rondes de grand volume, affrontées et reliées entre elles par un auvent fermé danki.

91De nos jours, les villes secondaires comme Mora, Kousseri ou Yagoua possèdent encore un campement dont les chambres sont des cases rondes, des « boukarous ».

92(Cf. commandant, bariki, boukarou)

canari, n. m.

93Du créole antillais kannari, venant de langues amérindiennes, « poterie ».

94Dans l’utilisation qui en est faite dans le Nord-Cameroun, le canari serait plus associé à une poterie de petite taille alors que le terme burma désigne plutôt des jarres.

case-obus, n. m.

95Ancienne case des Musgum dont les derniers spécimens ont disparu de la rive camerounaise en 1983, alors que trente-cinq ans auparavant, cette architecture occupait les deux rives du Logone, de Gamsay au nord à Katoa au sud.

96A. Gide en a écrit la plus belle description : « Nul ornement, nulle surcharge. Sa pure ligne courbe, qui ne s’interrompt point de la base du faîte, est comme mathématiquement ou fatalement obtenue ; on y suppute intuitivement la résistance exacte de la matière (...). À l’extérieur, quantité de cannelures régulières, où le pied puisse trouver appui, donnent accent et vie à ces formes géométriques ; elles permettent d’atteindre le sommet de la case, souvent haut de sept à huit mètres… » (Le retour du Tchad, éd. 1981 : 274-277).

97« La case teleuk [autre nom récemment donné à la case-obus] est construite selon un principe de compression, assise par assise, sans coffrage, pour former un cône galbé sur lequel est construit l’échafaudage permanent » (Jamin, 1997 : 6).

98Cette architecture unique a frappé les esprits. Elle a fait l’objet d’un certain nombre de reconstitutions, par la Semry en 1973, par Norcamtour et la chefferie de Pouss en 1976 (pour les besoins d’un film De feuilles et de terres, en 1989), par l’Usaid en 1995... Une ONG « Patrimoine sans frontières » a procédé en 1996-97 à Mourla à des reconstitutions. Un GIC (Groupe d’initiative commune) est créé pour entretenir les bâtiments et promouvoir les techniques traditionnelles de construction.

99La case-obus devient alors un enjeu identitaire. Elle apparaît comme l’enseigne ethnique du peuple musgum, d’autant que les bailleurs de fonds semblent s’y intéresser. Des associations protestantes et musulmanes, qui correspondent aux clivages de la société musgum, s’affrontent pour en assurer la promotion.

case-vestibule, n. f.

100Case-vestibule d’apparat ou case-vestibule donnant sur des subdivisions du saré (gynécée, magasin, cases d’hôte), elles peuvent servir d’échoppe, d’atelier, de salle pour l’enseignement coranique, de pièce de mouture, d’écurie... (Cf. saré, zawleeru)

casier, n. m.

101Il s’agit d’un espace quadrillé qui désigne des « casiers de colonisation » ou des « casiers rizicoles ».

102« Un “casier agricole” implique un aménagement de basses terres inondables par tout un réseau géométrique de canaux et de digues assurant soit le drainage, soit l’irrigation de zones autrefois incultes. Au nord du Cameroun, on a repris ce terme dans une acception plus large, pour désigner une opération de colonisation agricole systématique, menée selon un plan établi à l’avance... C’est à partir de traits communs de ce nouveau paysage avec celui des casiers classiques que l’on a pu parler de “casier de colonisation” » (Boutrais, 1977 : 11).

103En 1958, le casier de Mokyo, avec son damier de carrés de 4 ha et son habitat en « rang » canadien a été un des premiers lotissements de migrants descendus de la montagne. Ce système rigide s’est rapidement avéré être un échec. On passa alors du « casier de colonisation » au « périmètre », formule plus souple qui est appliquée au « périmètre de Doulo-Ganay » et à celui de Haïssa-Hardé, sans plus de réussite.

104Quant aux « casiers rizicoles », ils renvoient aux aménagements du Semry dès 1954. Le casier correspond à un premier niveau de structuration d’un périmètre rizicole. Le casier est divisé en « blocs », le « bloc » en « quartiers hydrauliques » et, enfin, le « quartier hydraulique » en « piquets ».

105(Cf. piquet)

cauri, n. m.

106De l’hindi kaurî, Cypraea moneta ou Cypraea caurica, dit « coquillage monnaie » ou « coquillage de Manille » par allusion à sa provenance.

107Les cauris, ceede en foulfouldé – ce qui donnera le mot « argent » –, ont été introduits tardivement dans le nord du Cameroun, en provenance de Sokoto.

108Pour H. Barth, les premières importations de cauris dans l’Adamawa dateraient de 1845. Ils remplissaient une fonction monétaire conjointement avec la coudée de gabak et les boules ou les cylindres de fer brut, boomeeje, dits « lingots de fer ».

109« En territoire français, le cauri valait jusqu’à la guerre et sa démonétarisation définitive environ 1/10 de centime » (Urvoy, 1949 : 152).

centre-massifs, n. m. pl.

110Plateau intérieur, en arrière du bourrelet externe des monts Mandara, qui domine la plaine de Mora.

111On parle du « plateau du centre-massifs » et plus encore de la « route du centre-massifs » ouverte en 1948 pour les liaisons à caractère politique. Cette route qui allait de Mora au col de Méri désenclavait un certain nombre de massifs podokwo, muktele, zulgo, mineo et gemzek. C’est aujourd’hui une route touristique, malheureusement mal entretenue.

cerge

112Emprunté du mofou-goudour, les Fulbe ont adopté ce terme, plutôt que celui de cergeeri, à cause de son homonymie avec cargaari (Eleusine coracana).

113Les « tchergués » ont été entérinés par l’administration coloniale, puis par les services de l’Agriculture comme appellation générique pour les sorghos des lithosols, si particulier des montagnards.

114Le terme de slaraway qui a cours tant chez les Mafa, les Cuvok que chez les Mofu aurait été assurément mieux choisi. Cerge n’aurait été qu’un slaraway réservé à la prestigieuse chefferie de Goudour. « La culture de base est celle du sorgho de montagne. Les Fulbe le nomment "tchergue" ou "tchardi", les Wazan, "dlaraway"... Il est qualifié de sorgho jaune car les panicules sont souvent de cette couleur, mais elles peuvent être aussi rouges ou blanches. La tige est fine, mais peut monter à 3 mètres et soutenir de belles panicules » (Boutrais, 1987 : 51).

chadouf, n. m.

115De l’arabe égyptien shâdûf, « puits à balancier ».

116Le chadouf, kiikorwal en foulfouldé, serait apparu tardivement dans la région de Maroua, sous l’influence des Bornouans. Il a accompagné, au début du siècle, la diffusion de la culture des oignons.

chantier, n. m.

117Petit restaurant populaire, exclusivement tenu par des femmes « sudistes » jusque dans les années 1970. Le chantier est une gargote où l’on consomme des brochettes et du poisson grillé, accompagnés de bananes plantains et de pommes de terre frites.

chef de canton, n. m.

118Il est le détenteur de l’autorité politique traditionnelle et administrative à l’échelle du canton.

119Rouages essentiels de l’administration, les chefs de canton ont été mis en place pendant la période coloniale. Les chefs traditionnels au niveau du lawanat ont dû se couler dans le moule de chef de canton. Chez les non-musulmans, on a suscité des chefs de canton qui, excepté en pays masa et tupuri, ont aligné leurs comportements sur ceux des lamidos peuls.

chef de terre, n. m.

120Officiant chargé des rituels de la terre destinés à assurer l’harmonie entre celle-ci et la communauté. C’est souvent l’aîné des clans « autochtones » les plus anciennement établis qui ont cette charge forcément héréditaire.

cheikh, n. m.

121De l’arabe shaix, « personnage vénérable », qui donnera en haoussa et kanouri : shehu ou seehu.

122Ce titre s’est généralisé au XIXe siècle et désigne le fondateur de l’empire peul de Sokoto, Seehu Usmaanu Bi-Fooduye, ainsi que la dynastie des seehu du Bornou, fondée par El-Kanemi.

chicotte, n. f.

123Du portugais chicote, « fouet ».

124La chicotte en peau d’hippopotame, emblème du pouvoir, a de longs états de service entre les mains des « goumiers » des chefs. Elle a servi lors de la période de l’indigénat et, plus tard dans les années 1950, dans l’imposition d’une culture du coton très caporalisée.

125(Cf. indigénat)

chiendent, n. m.

126Appellation du souchet (Cyperus esculentus), dont les pousses évoquent, en effet, le chiendent, mauvaise herbe des pays tempérés. Culture de femme dans les monts Mandara, la « culture du chiendent » apparaît dans les rapports des administrateurs militaires, et l’expression est encore employée par les moniteurs d’agriculture.

127(Cf. souchet)

civiliser, v.

128Utilisation assez surprenante de ce verbe dans les archives pour dire « passer de l’administration militaire à l’administration civile ». On peut lire « la civilisation du commandement du poste eut lieu en... ».

129« C’est officiellement le 24 août 1927 que la subdivision de Guider est "civilisée", c’est-à-dire, dans le jargon colonial de l’époque, placée sous l’autorité d’un fonctionnaire civil » (Lestringant, 1964 : 204).

clando, n. m.

130Abréviation argotique de « clandestin », reprise par le foulfouldé sous la forme de kilanndo pour :

  1. Conducteur de moto-taxi.
  2. Moto utilisée comme taxi non déclaré.

131Le clando désigne une moto-taxi souvent non dédouanée, non assurée et pour laquelle aucune taxe n’est payée. La moto clando effectue à Maroua le gros des transports urbains. La flotte des clandos est constituée d’engins de petite cylindrée, généralement des Suzuki™ 100 cm3.

132Le clando peut être propriétaire de son engin, mais, la plupart du temps, il le loue. Les propriétaires sont en majorité des fonctionnaires. La location en 1996 était de 1 500 à 2 000 F CFA la journée. L’entretien et le carburant sont à la charge de celui qui prend la moto en location.

133Véritable soupape au chômage, cette activité intéresse de nombreux jeunes gens. Certains élèves paient même leurs études en faisant le clando si bien que pendant les vacances scolaires, la concurrence redouble et le prix de la course, entre 100 et 125 F, est au plus bas.

commandant, n. m.

1341° Chef de subdivision et de Région.

1352° Chef de district et sous-préfet.

136Cette appellation vient de l’époque de l’administration militaire qui s’achève entre 1927 et 1932. Il a depuis été porté par tous les administrateurs, y compris par les sous-préfets actuels.

corde, n. f.

137La « corde », ’boggol en foulfouldé, fut le terme utilisé pour désigner l’unité de culture du coton. Elle fluctua dans le temps pour se fixer à environ 50 ares. Il s’agit alors d’une parcelle de forme carrée (70 x 70 m), délimitée, récemment encore, avant la période des semis, par des moniteurs de la Sodecoton.

138Les cordes étaient jusqu’à la fin des années 1980 impérativement circonscrites dans une sole cotonnière. Ces pratiques devaient fortement marquer le parcellaire des villages du « bassin cotonnier ».

139Les paysans ont « la corde dans l’œil » et l’évaluent assez justement hors parcellaire cotonnier, ainsi que ses sous-multiples, la demi-corde appelée le « quart » (= 1/4 d’ha) et même le quart de corde.

140(Cf. piquet)

cordon dunaire, n. m.

141Dit aussi le « grand cordon dunaire ».

142Ce méga-système dunaire relié à la cote 320 m, daté aux environs de 6 000 BP va de Limani à Yagoua via Balda. Son expression topographique est faible, mais comme il constitue le seul accident dans cette vaste plaine sédimentaire, il est remarquable. S’il ne marque plus les limites du paléo-Tchad, on s’accorde généralement à en faire la limite d’un système palustre avec des lacs et des mares plus ou moins en connexion.

coton en productivité, n. m.

143Culture intensive du coton, avec intrants et culture mécanisée, lancée par la Sodecoton en 1975, après une période de fléchissement de la production et de doute quant à cette spéculation.

coton collant, n. m.

144Fibre de coton souillée de miellat. Les insectes piqueurs-suceurs, Aphis gossypii et Baemisia tabaci, qui persistent tardivement sur le bouquet terminal du cotonnier, produisent un miellat qui rend les fibres collantes quand elles tombent sur les capsules ouvertes. Le coton est alors déprécié en filature.

cotonnier arbrisseau, n. m.

145Les anciens cotonniers de la période précoloniale sont encore présents sur les marges du « bassin cotonnier », là où ils n’ont pas été éradiqués, en particulier dans les monts Mandara centraux, chez les Gude et les Njegn. Il s’agit de Gossypium arboreum race soudanense, de Gossypium hirsutum race punctatum, Gossypium barbadense et de Gossypium barbadense var. brasiliense.

cotonnier rouge, n. m.

146Cotonnier atteint par la maladie du « cotonnier rouge ». Signalée pour la première fois en 1990 dans la région de Touboro, la MCR s’est répandue rapidement dans les régions de la Bénoué touchant peu l’Extrême-Nord.

cure de lait, n. f.

147Période où les jeunes gens se gavent de lait en brousse. Tous les auteurs qui ont abordé les groupes masa, wina et tupuri ont parlé des « cures de lait » et de « l’enclos des gourna » où se réunissent les jeunes gens avec leurs vaches, à l’écart des villages, pendant la saison sèche.

148(Cf. gurna)

Danki, n. m.

149Du foulfouldé danki, « auvent ».

150Situé généralement devant l’entrée de l’enclos familial, il sert d’abri et on dépose au-dessus diverses productions, comme le mil, les niébés et les fanes d’arachides. Ce terme peul a été vulgarisé en français à l’époque des « campements administratifs », en même temps que celui de « boukarou ».

dawadawa, n. m., inv.

151Du haoussa daudawa, « moutarde de néré ».

152C’est un « condiment indigène » fait à base de graines de néré (Parkia biglobosa). Le daddawa (foulfouldé) est préparé avec des graines de néré fermentées, pilées puis séchées. Elles sont ensuite mises en pâte et conditionnées sous forme de petites boulettes de la taille d’un citron vert ; le daddawa est ainsi commercialisé sur les marchés.

153(Cf. néré)

déguerpissement, n. m.

154Terme administratif pour désigner le déplacement forcé de toute la population d’un village ou d’un quartier. Au déguerpissement, avec ou sans guillemets, correspondait théoriquement un « lotissement de recasement », rarement mis en place dans la réalité.

dia ou diya, n. f. ou m.

155De l’arabe du Tchad dîya, « prix du sang, compensation pour homicide ».

156Si un homme tue, accidentellement ou non, le représentant d’un autre lignage, sa fraction réunira la « diya » (bétail, argent...) pour la verser à la famille de la victime. Cette convention vise à empêcher les conflits d’éclater ou de dégénérer en vendetta.

Diamaré

157Ce nom désigne à l’origine le pays occupé par les Fulbe Ngara et Taara, au nord du mayo Boula, en souvenir du Jaama’re, pays où ils ont séjourné au Bornou.

158Les lettrés peuls de la région de Maroua préfèrent donner à Diamaré une étymologie arabe, ce nom viendrait de jamâ’a, « communauté », sous-entendu des croyants.

159 Jaama’re a été francisé d’abord en « Djamaré » dans les écrits administratifs vers 1945. Sa graphie actuelle a été officialisée en 1950, lors de la création de la « Région du Diamaré », avec comme chef-lieu Maroua.

dilaali

160Courtier, démarcheur, de l’arabe dilala « vente aux enchères, courtage ». Se dit dilaali en foulfoudé via le haoussa dillali.

161Intermédiaire ou plutôt homme de confiance des alhadjis, on dit du dilaali qu’il est « commissionné ». On retrouve ce terme au Nigeria et même au Niger.

162« Les intermédiaires de vente opèrent à proximité ou sur les marchés à bétail. Ils sont présents sur les foirails de toute l’Afrique et certains pays leur ont reconnu un rôle officiel, " dilaali " au Niger, par exemple » (de Gonneville, 1992 : 94).

dor, n. m., inv.

163De l’arabe dôr, « campement d’éleveurs ».

doum, n. m.

164De l’arabe dôm, le palmier doum, Hyphaene thebaica. En peuplement pur, ce palmier fourchu forme une doumeraie. Ce terme a été construit sur celui de rôneraie pour le palmier rônier (Borassus aethiopum).

Émirat peul du Baguirmi

165Il s’agit de la principauté peule de Kalfou peuplée de Fulbe Bagaarmi à qui le seehu de Sokoto avait donné, au début du XIXe siècle, un étendard pour conquérir le Baguirmi. Ils échouèrent et durent se replier sur l’autre rive du Logone.

166Incapable de réunir les forces suffisantes pour dominer ses voisins masa et tupuri, affaibli par de continuelles querelles, Kalfou n’a été qu’un petit lamidat. Il n’en continua pas moins à dépendre de Sokoto et jamais de Yola en dépit des velléités du dernier émir de Yola de l’incorporer dans l’Adamawa.

Faada

167Du haoussa fada via le foulfouldé faada, « conseil d’un chef ».

168Les rapports des administrateurs parlent complaisamment de « cour du lamido » et égrènent la titulature des différentes faada. Les notables influents faisaient l’objet de mentions nominatives et appréciatives.

fabirama, n. m.

169Du mandingue fa-birama, « pomme de terre du Soudan ».

170Cette labiée à tubercules alimentaires (Solenostemon rotundifolius) présente une grande analogie avec la pomme de terre.

171La mention de « fabiramas », très courante dans les rapports administratifs jusque dans les années 1930, disparaît ensuite totalement. Cette culture relictuelle est encore pratiquée dans les monts Mandara, chez les Gude et les Njegn.

Faidherbia, n. scient.

172 Faidherbia albida ou encore Acacia albida.

173« Chaque Faidherbia adulte, sans gêner la culture, bien au contraire, peut produire une centaine de kilos de fourrage (feuilles et graines) pour les ruminants… » (Propos sur le développement agricole du Nord-Cameroun, diocèse de Maroua-Mokolo, 1983, 37 p.).

faki, n. m.

174De l’arabe faqîh, « expert en sciences religieuses et juridiques ».

175Maître coranique, son emploi est plus fréquent au Tchad.

Fellata, n. et adj., inv.

176Appellation des Peuls par les Arabes : fallâta.

177Les Peuls du Tchad sont désignés comme « Fallâta am arba », Peuls à la lance, opposés aux Peuls récemment venus de l’Ouest qui sont munis d’arcs.

follere

178Terme foulfoudé pour Hibiscus sabdariffa.

179L’oseille de Guinée donne des feuilles acidulées, abondamment consommées. Les graines conditionnées en boulettes fournissent un condiment huileux. Les fleurs rouges servent à fabriquer une boisson consommée par les citadins. (Cf. karkadé) fonio, n. m.

180Du wolof fono, Digitaria exilis.

1811° Mil pénicillaire au Cameroun.

1822° Éleusine (Eleusine coracana) au Tchad.

183Le fonio n’est cultivé ni au Cameroun ni au Tchad, son aire orientale s’arrête au plateau Bauchi au Nigeria.

184Des administrateurs coloniaux, ayant servi en Afrique de l’Ouest et connu là le fonio, désignent au Cameroun des formes approchantes à petits grains comme les mils pénicillaires. On retrouve cette désignation dans certains rapports, par exemple, R. Diziain (1954 : 96) : « Maïs, fonio en très petites parcelles, peuvent compléter la gamme des cultures » chez les Mundang. Les agents de l’Agriculture l’emploient encore couramment dans les années 1990.

forgeron, n. m.

1851° Métallurgiste, spécialiste du travail du fer.

1862° Fossoyeur.

187Dans les monts Mandara centraux depuis Mokong, Massakal, jusqu’en pays mafa, kapsiki, jimi et bana, les forgerons sont castés. Ils ne peuvent prendre femme chez les non-forgerons. Ils doivent manger et boire à part. En plus du travail du fer, ils sont fossoyeurs. Ceux qui ont abandonné la forge sont toujours astreints à enterrer les membres de certains clans. Si bien que forgeron, en français local, tend à signifier « fossoyeur ».

Fort-Foureau

188Kousseri prend le nom de Fort-Foureau en avril 1915, en hommage à Fernand Foureau, explorateur français qui accompagna la colonne du commandant Lamy et participa au combat de Kousseri contre Rabah le 22 avril 1900.

189Fort-Foureau a été rebaptisé Kousseri (parfois orthographié Kousséri) par un décret du 11 mars 1974, un peu après que les Tchadiens aient changé la capitale Fort-Lamy en N’Djamena.

Fulbe, n. et adj., invar.

190Du foulfouldé Ful’be, « les Peuls », plur. de pullo, « un Peul ».

191« Foulbé » est une francisation assez malencontreuse du pluriel Ful’be. Ce terme s’est imposé dans le Nord-Cameroun et il peut qualifier n’importe quelle réalité concernant les Peuls : les zébus foulbés, l’architecture foulbée.

192Lorsqu’un Fulbe proprement dit décline ses origines, il est en mesure de préciser son clan asngol, voire son lignage suudu ; l’individu qui est dans l’incapacité de le faire se déclare alors simplement « foulbé », il s’agit dans ce cas d’un affranchi ou d’un islamisé.

193Dans certaines régions comme Gazawa, « Fulbe » a pris le sens d’islamisé au point que l’on peut entendre à l’endroit d’un vrai Peul des expressions pour le moins surprenante : « C’est un Fulbe peul ». Le mélange est tel dans certaines fractions peules comme les Yillaga que, de Gazawa à Yakang, Yillaga a la connotation d’« affranchi ».

194(Cf. mouton poulfouli, zébu peul)

Gabak, n. m.

195Du kanouri gabaga, « étroite bande de coton tissé ».

196Le gabak, bande de coton tissé de 7 cm de largeur, fabriquée par des hommes sur des métiers horizontaux à pédales, est stocké sous forme de rouleaux, qui ont valeur de placement. Cousues bord à bord ces bandes servent à la confection de gandouras teintes, brodées ou non.

197Au début du siècle, la coudée de gabak servait d’étalon monétaire. « Gabak » l’a emporté sur le terme foulfouldé leppol, pl. leppi que l’on rencontre néanmoins dans quelques rapports administratifs.

gadamayo, n. inv.

198Du foulfouldé ga’da maayo, « de l’autre côté du fleuve ».

199Terme par lequel on désigne à Maroua les gens originaires du sud du pays. Au début du siècle, ce nom visait les ressortissants des lamidats peuls au sud de la Bénoué, jusqu’à Tibati.

200Galdiima

201Du foulfouldé emprunté au kanouri galadima. Au Bornou, c’est un gouverneur de province. Dans les lamidats peuls, « galdiima » a été parmi les premiers titres de notables ; toutefois, le contenu de la charge s’est avéré très variable dans le temps et selon les lamidats.

202Glavda, n. et adj., inv.

203Ethnonyme sans doute le plus mal orthographié ; on trouve : Guélébda, Galabdés, Guélévda, Glavda... Quant à leur langue, c’est le [gelvaxdaxa]. Il s’agit d’un petit groupe venu du Nigeria et implanté au sud d’Assigachiga.

godon, n. m.

204De l’arabe qutun, « coton ».

205Le godon, godoore en foulfouldé, est une bande de coton de 65 cm de large environ, tissée plutôt par des femmes, sur des métiers verticaux installés à l’intérieur des cases.

206Les montagnards du nord affectionnaient ce tissu qu’il portait un peu à la façon d’une toge, jusque vers les années 1970. Aujourd’hui, ce tissu, généralement brodé, alimente l’artisanat de Maroua.

207Une coopérative de tisserands avait été montée à Maroua à la fin des années 1950. Cette coopérative avait imposé un cahier des charges techniques assez rigoureux, elle a été dissoute vers 1980.

golla

208En massa : « prêt de bétail ».

goni

209Du kanouri gonyi, « spécialiste de la récitation du Coran ».

210Cette technique de mémorisation de l’ensemble du Coran serait plus une spécialité de religieux bornouans.

211(Cf. modibo)

goro, n. f.

212Du foulfoudé gooro emprunté au kanouri, noix de cola (Cola acuminata). Donner la goro signifie donner un petit cadeau.

goudali, n. m.

213Du foulfouldé gudaali, « zébu à courtes cornes et à bosse très développée ».

214L’administration vétérinaire a réservé cette appellation à un zébu peul de l’Adamaoua. « Son aptitude bouchère lui vaut le surnom de charolais d’Afrique » (Minepia-CFD, 1995 : 152).

goumier, n. m.

215De l’arabe qawmî, « supplétif autochtone des troupes coloniales ».

216Les chefs de canton s’entourèrent de goumiers, individus souvent étrangers à la chefferie. Comme les autres notables, ils vivaient de leur charge. Ils avaient un rôle de police et se sont illustrés lors de corvées de voirie et au moment des premiers « piquetages » des campagnes cotonnières.

gurna

217Du masa guruna, « cure de lait ».

218Désigne la cure de lait et le jeune qui y participe. Le gurna est présenté comme un apprentissage de la vie sociale doublé d’une remise en condition physique avant la saison des travaux agricoles.

219Les missions religieuses et les enseignants ont combattu le gurna en raison, pour les premiers, de ses connotations païennes et, pour les seconds, de la concurrence avec le calendrier scolaire. L’institution perdure chez les Masa au sud de Yagoua et chez les Tupuri ; elle s’étend même, par contact, au groupe voisin musey.

groupement, n. m.

220Correspond à :

  1. un ensemble de villages reconnu par l’administration coloniale ;
  2. une organisation paysanne.

221On appelait « groupement » des villages païens présentant suffisamment d’affinités pour être regroupés, mais dont la population n’était pas assez nombreuse pour former un canton. Le chef de groupement occupait un niveau intermédiaire entre le chef de village et le chef de canton.

222Le groupement paysan est une association paysanne constituée à la demande d’une mission ou d’un organisme para-étatique. Il n’existe pas dans la province de groupements paysans spontanés, au mieux ont-ils été suscités par des ONG affairistes, comme en pays tupuri. Présentés comme les interlocuteurs « incontournables » des agences de développement dès les années 1980, on leur prête des volontés et des qualités qu’ils n’ont pas. Les groupements de structure plutôt démocratique sont difficilement viables dans les sociétés musulmanes. Ils peuvent, en revanche, prospérer dans la mouvance de missions chrétiennes en ce qu’elles prennent appui sur l’ensemble de la structure missionnaire, qui peut aussi assurer des arbitrages.

223La Sodecoton, imitée par la Semry, a suscité, pour sa part, ses propres groupements. Les GVP (Groupements villageois pré-coopératifs) ont été créés en 1980. Ils ont évolué en 1986 en AVP (Associations villageoises de producteurs) que l’on a poussé en 1991 vers une évolution en AVA (Associations villageoises autogérées), afin qu’elles ne se limitent pas à de simples organes de transmission pour les mots d’ordre agronomiques et la gestion des intrants, mais qu’elles prennent des initiatives en matière de développement. C’est pourquoi, en 1994, une nouvelle formule est proposée, celle du GIC (Groupe d’initiative commune), plus souple et plus apte à évoluer, comportant peu de représentants et disposant enfin d’un cadre juridique.

224Pour faire sortir les associations paysannes de la mouvance de la Sodecoton, la CFD (Caisse française de développement) préconise une politique « d’externalisation » qui se heurte à la genèse et au passé de ces groupements. La Sodecoton continue de mettre en place ses GIC PC (producteurs de coton) qui disposent de leur case en face du saré des chefs et continuent d’apparaître, en 1998, comme les seuls « groupements » fonctionnels.

gutta ou gutta-percha, n. f.

225Du malais getta, « latex » et percha, « arbre à latex ».

226Ce terme anglo-malais désigne le latex de sapotacées des archipels malais. Il s’applique improprement dans le Nord-Cameroun au latex de Ficus platyphylla. Ce Ficus, dundeehi en foulfouldé, donne une gomme qui a été commercialisée sous le nom de gutta. La récolte de gutta s’effectuait aux premières pluies et le latex était conditionné en boules de 0,75 kg. Cette production était acheminée au port de Garoua, où elle était achetée par la Royal Niger Compagny. Ce commerce a cessé vers 1947-1948.

Haa’be

227En foulfouldé, « non-musulmans », pl. de ka’do.

228Ce terme foulfouldé pour « païens », moins dépréciatif que « kirdis », se rencontre dans la littérature administrative et scientifique, francisé en « habés ».

229(Cf. kirdi)

hardé, n. m.

230Du foulfouldé harde, issu du kanouri har-, « être sec ».

231Sol halomorphe caractérisé par un horizon supérieur compacté et par des excès de sodium dans le complexe absorbant. Ce terrain est impropre à la culture. La végétation arbustive et même graminéenne y est contractée et lacunaire. Les hardés ne peuvent être mis en culture sans aménagement, carroyage de diguettes ou sous-solage.

232« Tout terrain, généralement à faible végétation arbustive et graminéenne, à très forte compacité et très peu perméable, et duquel l’agriculteur sait qu’il ne tirera qu’une très médiocre récolte » (Vaillé, 1970).

233Hardé a un pendant en arabe du Tchad avec « naga ».

hardéisation, n. f.

234Dérivé de hardé.

235Processus pédologique donnant naissance au hardé.

haricot textile, n. m.

236 Vigna unguiculata var. textilis, en foulfouldé nyebbe-lelji, niébé des gazelles.

237Ce « haricot » est en fait un niébé, dont les longs pédoncules floraux fournissent des fibres, qui servaient à confectionner des filets de pêche, des sacs et des parures pour les femmes.

hosséré, n. m.

238Du foulfouldé hooseere, « montagne ».

239Mot très fréquent dans la toponymie répertoriée, y compris sous sa forme diminutive « Kossel » kooseyel, colline, ou augmentative « Kosséwa » kooseewa, grande montagne, ou encore « Saka-Kossohoy » caka-kooseehon, entre les petites montagnes.

Impôt de capitation, n. m.

240Mis en place par l’administration coloniale en 1946, l’impôt de capitation que devait payer tout adulte bien portant perdura jusqu’en 1996. Il est remplacé en 1998 par un « impôt libératoire ». En 1993, l’impôt de capitation ou impôt forfaitaire était de l’ordre de 3 000 F CFA dans la province de l’Extrême-Nord.

indigénat, n. m.

241Du français « indigène ».

242Régime administratif spécial, qui s’appliquait aux indigènes des colonies.

243Tout homme devait, pour l’entretien des pistes et les fournitures pour les bâtiments administratifs, travailler gratuitement une quinzaine de jours par an. Par l’intermédiaire des chefs, la population masculine se trouvait ainsi mobilisée. Toutefois, ces recrutements par les chefs étaient discriminatoires. Le système, laissé à l’arbitraire des « commandants », ouvrait la porte à beaucoup de débordements : mobilisation abusive, pression sur les quartiers ou les familles d’opposants... La suppression des prestations date de 1946 et l’on a considéré que l’impôt de capitation s’y substituait. En réalité, les villages du Nord-Cameroun ont été semi-contraints à la réfection des pistes, pour certains même au-delà de 1960. (Cf. radier)

Jawro

244En foulfouldé « chef de village », pl. jawro’en.

245« Jawro » vient étymologiquement de jawmu wuro, « maître du village ». On le trouve souvent orthographié « djaoro ».

jiddere

246En foulfouldé « accumulation anthropique de terre et de déchets » qui, aujourd’hui, signale les anciens sites de villages.

247Djiddéré se rencontre dans de nombreux toponymes.

Kanun, n. m.

248De l’arabe du Tchad kânûn, « brasero ».

249Foyer métallique portatif, il fonctionne avec du charbon de bois et est utilisé dans la cuisine ou pour la préparation du thé. Le kanun s’est diffusé du Tchad via Kousseri, à Maroua, en 1979, lors de l’afflux de réfugiés tchadiens.

karal, n. m.

250Du foulfouldé karal, pl. kare, « champ de sorghos repiqués ».

251Le terme de « karal », adopté par les pédologues et les géographes travaillant dans la région désigne les terrains vertisoliques à teneur élevée en argile (35 à 75 %). La vocation agricole de ces sols intéresse une seule gamme de sorghos repiqués et désaisonnés, les muskuwaari. Il arrive que les sorghos eux-mêmes soient désignés comme « mils de karal ».

252 Firki au Nigeria et berbere au Tchad sont des synonymes de karal.

253(Cf. muskuwaari)

karkadé, n. m.

254Décoction sucrée, consommée fraîche, de calices de fleurs d’Hibiscus sabdariffa.

255(Cf. follere)

kaydal

256Ce terme foulfoudé appartiendrait à la même classe nominale que anndal, la « science », la « connaissance » ; en l’occurrence celle des animaux et des pâturages.

257Le kaydal est le chef des bergers d’un ou plusieurs village (s) pour la transhumance. Il est choisi par les autres bergers et les propriétaires de troupeaux, pour sa connaissance du milieu et des bêtes et pour sa « sagesse », en fait pour les « charmes » protecteurs dont il dispose pour protéger le bétail.

258Son rôle est celui d’intermédiaire entre les chefferies et leurs saarkin saanu, les services de vaccination et ses campements. Il s’occupe des laissez-passer auprès des services de l’Élevage, papier garantissant la couverture vaccinale des animaux, obligatoire pour tous les déplacements. Il négocie les goros à offrir à l’administration et « l’impôt sur l’herbe » garaama hu’do dont il faut s’affranchir auprès des chefs locaux. Il répond devant les autorités de ses campements.

259Un kaydal peut diriger jusqu’à une quarantaine de bergers avec 25 à 30 troupeaux de 50 à 100 têtes. Dans la province de l’Extrême-Nord, le kaydal tient un peu le rôle de l’ar’do dans l’Adamaoua.

kaygamma

260Mot foulfouldé emprunté au kanouri kaygama.

261Il apparaît dans la titulature des cours des lamidats peuls dès le début du XIXe siècle. Il correspondait à diverses fonctions, mais a toujours compté parmi les trois principaux dignitaires.

262À Maroua, le kaygamma exerce un rôle prééminent, sa charge est héréditaire, c’est lui qui nomme le lamido. Il représente, par rapport à ce dernier, une sorte de contre-pouvoir.

kilichi, n. m.

263Probablement de l’arabe qals, « corde », qui aurait donné en arabe du Tchad kilish, « lanière de viande séchée », d’où le kanouri cilis, le haoussa kilishi et le foulfouldé kiliisi.

264« Certains bouchers ont des spécialités, telle la fabrication de kilichi (viande séchée, boucanée, pimentée), deux ou trois ateliers à Garoua-ville » (de Gonneville, 1992 : 99).

265Un kilogramme de kilichi coûtait environ 3 500 F CFA en 1993 à Maroua.

kirdi, n. et adj.

266De l’arabe qird, « singe », désignation péjorative pour les non-musulmans.

267Les officiers français qui abordaient le Nord-Cameroun au début du siècle avaient déjà fait campagne au Tchad et avaient emprunté le vocable local de « kirdi » pour « païens ». Il devait devenir d’un emploi général après 1914.

268Une série de mots d’ordre est associée à ce terme, dans les années 1930 : « faire cesser les incidents kirdis », « sortir du guêpier kirdi », « faire une politique d’apprivoisement des kirdis », « faire descendre les kirdis en plaine »...

269Le mot véhiculait néanmoins la nuance méprisante qu’y avaient placé les musulmans du Tchad, pour des hommes non islamisés, nus, simples cultivateurs et buveurs de bière. Il a pourtant été maintenu dans les écrits au Cameroun jusque vers les années 1970.

270Depuis peu, il sert de revendication identitaire avec le parti Dynamique culturelle kirdi, fondé en 1990 et, depuis 1994, le journal Kirdis.

271(Cf. haa’be)

kirta, n. f.

272Du kanouri kerta et probablement du boudouma.

273Île semi-flottante à la dérive sur le lac Tchad.

274Les kirtas sont formées à partir de Cyperus papyrus et de Phragmites communis, qui peuvent s’accrocher à des formations d’ambatch ancrées sur le fond à 2 m de profondeur.

275Elles sont colonisées par des pêcheurs très cosmopolites qui construisent un plateau flottant d’ambatch, sur lequel seront montés huttes, fours à fumer le poisson et réserves de bois, et auquel ils amarrent leurs pirogues.

276(Cf. ambatch)

Korci, n. et adj., inv.

277Nom donné par les Kapsiki à un petit groupe se disant lui-même Gavar, situé entre eux et les Mafa. Dans les archives, ils sont désignés comme « païens de Gawar » ou encore « Gawar Hosséré ». Le terme de « Korci » ou de « Rtchi » recouvrait, pour les Bana et les Kapsiki, une appellation plus large désignant des populations situées au nord-est : les Gavar, mais aussi les Buwal ou Gadala et sans doute les Mefele.

Kotoko, n. et adj., inv.

278Les Kotoko sont les héritiers plus ou moins directs de l’ancienne civilisation « sao ». Si l’on s’en tient au critère linguistique, on constate qu’ils parlent huit langues distinctes et non inter-compréhensibles. On peut les regrouper de la façon suivante : Kotoko du nord (Afadé, Goulfey, Makari, Maltam), Kotoko du centre (Kousseri, Gawi, Logone-Birni, Logone-Gana), Kotoko du sud (Zina, Mazera). Ces deux derniers parlers sont très différents des autres.

279La diversité des langues kotoko reflète les multiples particularismes qu’a fait naître une longue existence dans des cités rivales, encloses de murailles et cernées par les eaux une partie de l’année.

kreb, n. m.

280De l’arabe krêb, Panicum laetum.

281Nom générique pour plusieurs graminées sauvages, souvent récoltées, qui revêtent une certaine importance au nord, près du lac Tchad. L’équivalent en foulfouldé est pagguri.

kuli, n. m., inv.

282Ce terme qui provient du mofou, mais aussi du guisiga, le kuli peut être à la fois l’esprit des ancêtres, le réceptacle de l’esprit (poteries ou pierres) et l’action du sacrifice lui-même.

283Les Fulbe de la région de Maroua l’ont emprunté pour désigner les sacrifices païens. « Le retour dans l’habitation paternelle s’impose pour accomplir les sacrifices aux " kuuli " : les mânes des ancêtres » (Boutrais, 1987 : 81).

Lamidat, n. m.

284Dérivé du foulfouldé francisé « lamido », sur le modèle de sultanat, pour désigner le territoire sur lequel s’étend le pouvoir d’un lamido.

lamido, n. m.

285Du foulfouldé laamii’do, « sultan », pl. laamii’be.

286Les chefs peuls de l’époque de la conquête, appelés ar’do, se firent « malloums » ou « modibos » pour recevoir l’investiture de Sokoto, via Yola. Dans la seconde partie du XIXe siècle, ceux qui se trouvaient à la tête des principautés les plus puissantes s’arrogèrent le titre de « lamido » jusqu’alors réservé au seehu de Sokoto que l’on désignait comme laamii’do juul’be, « commandeur des croyants ». Dès la fin des années 1950, le titre s’est dévalué jusqu’à ce que tous les chefs de canton musulmans se l’approprient.

lawan, n. m.

287Du kanouri lawân, au départ titre militaire, et de l’arabe al awan, « l’auxiliaire ».

288Chez les Fulbe, ce titre s’est appliqué aux ressortissants des dynasties issues de la conquête. Plus tard, on les appelle « Lawan asli » de asli, « terre », par opposition aux « lawan baariki » de baariki, « bureau, sous-préfecture ». Peu à peu, en effet, le terme de « lawan » est devenu le titre d’une chefferie intermédiaire entre lamido et jawro.

289En dehors des commandements peuls et mandara, « lawan » a fait tardivement son apparition, dans les années 1940, comme dans la région de Kaélé, où il remplaçait ici l’appellation de « chef de groupement ». Par souci d’homogénéité avec la terminologie appliquée dans le sud du pays, on utilisa après 1983 l’appellation de chefferies du 1er, 2e et 3e degré. Lawan se situe au niveau du 2e degré.

lit chauffant, n. m.

290Lit en terre dans lequel on introduit des braises.

291Cette sorte de chaufferette, à la dimension d’un lit, diffuse de la chaleur toute la nuit durant la saison fraîche. Le lit chauffant est ensuite récupéré le reste de l’année comme poulailler.

292Cet ustensile est un élément de la culture matérielle des groupes du moyen Logone, Musgum et Masa, et de quelques populations des monts Mandara, Gude et Njegn.

loumo, n. m.

293Du foulfouldé luumo, dim. luumel, le « marché ».

294Ce mot a rarement été utilisé dans le français local où l’on parle toujours de « marché ». Il apparaît, en revanche, dans de nombreux toponymes. Le plus grand marché de la province, est assurément celui de Maroua, qui s’est toujours, depuis deux siècle, déroulé le lundi, d’où son nom luumo altineewo.

Mafa, n. et adj., inv.

295Ethnie montagnarde la plus nombreuse, elle occupe les massifs les plus enclavés des monts Mandara. Bien que pratiquant des parlers différents, les Mineo au nord et les Mefele au sud sont traditionnellement rattachés aux Mafa.

296Les Mineo forment avec les Zulgo, qui leur sont proches, un groupe-tampon entre Mofu et Mafa. Quant aux Mefele, désignés comme « Bulahay » bela-hay par les Mafa, leur peuplement va de Shougoulé à Mouhour.

makala

297Mot foulfouldé pour désigner un « beignet de farine de froment ».

298On consomme couramment ce beignet au petit déjeuner, à Maroua, où cette habitude a été prise dans les années 1970.

malloum, n. m.

299Du foulfouldé mallum, de l’arabe mu allim, « professeur ».

300Maître d’école coranique qui enseigne à son domicile le Coran élémentaire. Les sciences coraniques relèvent, elle, du modibo.

marabout, n. m.

301Du portugais marabuto, qui vient de l’arabe murâbit, « militaire en poste ».

302On appelle « marabout » tant les malloums que les modibos. Toutefois une connotation fréquente en fait le synonyme de charlatan, surtout lorsqu’il s’applique aux nombreux fabricants de gris-gris et d’amulettes qui en font métier. « Maraboutisme » est alors synonyme de « charlatanisme » avec un sousentendu de magie noire.

maray

303« Les “gens des montagnes” sont ceux qui “font le maray”, qui offrent un taureau “maray”, élevé et enfermé pendant plusieurs années en vue du sacrifice aux ancêtres. La fête du maray constitue la grande référence… » (Vincent, 1991 : 71).

304Mofu Nord, Zulgo et Mafa célèbrent le maray selon des cycles de fêtes qui lient ensemble des massifs tous les deux, trois ou quatre ans. Les habitants de Dougour, Douvangar, Douroum et Wazang font le maray tous les quatre ans.

Margui-Wandala

305Terme administratif du début des années 1930 pour la circonscription du Margui-Wandala (parfois orthographié Marghi-Wandala). Il est forgé de l’association du royaume du Wandala avec « Margui », terme par lequel se désignent les populations kapsiki et apparentées, au sud de Mokolo.

306Le Margui-Wandala avec pour chef-lieu Mokolo, poste créé en 1922, était placé sous commandement militaire. Ses trois subdivisions, Guider, Mokolo et Mora, avaient en commun le même problème à régler : la pacification des groupes montagnards.

307L’appellation a été suffisamment populaire pour remplacer parfois celle de « monts Mandara » par « montagnes du Margui-Wandala » (Fréchou, 1984 : 433).

308Après l’indépendance, en 1960, la circonscription deviendra département du Margui-Wandala jusqu’en 1981. Il sera alors scindé en deux départements : Mayo-Tsanaga et Mayo-Sava.

massif, n. m.

309Contrairement au sens géographique usuel « ensemble montagneux de forme massive », le mot a acquis dans les textes relatifs aux monts Mandara une valeur particulière sous la plume de géographes et d’anthropologues.

310Plus que des représentations morphologiques, les « massifs » sont le siège de petites unités socio-politiques qui disposent généralement de leur langue propre et d’un cycle particulier de fêtes. On a là affaire à des « massifs-ethnies », véritables patries des montagnards.

Matakam, n. et adj., inv.

311Appellation des montagnards mafa par les Mandara, puis les Fulbe. Ce nom est ressenti aujourd’hui comme péjoratif par les intéressés qui lui préfèrent le terme de « Mafa ».

312Il perdure parfois comme appellation géographique pour les hydrologues et les pédologues : « le plateau Matakam », « le château d’eau Matakam »...

313(Cf. Mafa)

matchoudo, n. m., pl. matchoubés

314Transcription française du foulfouldé maccu’do, pl. maccu’be.

315Esclave mâle, généralement serf de case. Ce terme courant dans les textes administratifs quasiment jusqu’à l’indépendance, désigne plutôt des descendants d’esclaves.

Maya, n. et adj., inv.

316Ancienne population de la plaine de Mora, aujourd’hui pratiquement disparue. Quelques dizaines de Mandara sur les bords du mayo Mangafé se disent encore Maya. Il existe même des Sli-Maya (chefs des Maya).

317Certains clans des groupes montagnards, comme les Muyang, se revendiquent Maya. Il en va de même chez les Giziga Bi-Marva où le clan Gorey fait référence à la fraction maya jadis détentrice du pouvoir à Doulo. « Gorey » et « Maya » sont encore présents dans la toponymie.

mayo, n. m.

318Du foulfouldé maayo, pl. maaje, « cours d’eau ».

319Dans son intégration dans le vocabulaire scientifique, « mayo » a pris le sens de cours d’eau temporaire, oued ou ouadi.

Mayo-Kani

320L’ancien département du Kaélé créé en 1981 prend le nom de Kani en 1994. La logique retenue est celle adoptée à l’indépendance, de construire l’appellation des départements à la française, sur le nom de la rivière principale qui les traverse.

321Pour Kaélé, peu riche en cours d’eau, ce fut malaisé. Le mayo qui passe près de Kaélé est sur la carte le mayo Binder, du nom de la principale localité baignée par son cours. Aujourd’hui, elle a le double inconvénient d’être au Tchad et peule.

322Cette rivière reçoit au Cameroun le nom des petites localités près desquelles elle passe : Zakalam, Zamzimri... Par suite de la rivalité des deux cantons mundang riverains, Boboyo et Kaélé, l’appellation de Kaélé a été réfutée. On a choisi le nom du petit village de Kani, juste en amont de Kaélé, ainsi est né le Mayo-Kani. Certains « ultras » mundang s’interrogent sur l’opportunité du mot peul « mayo ».

may rwa

323Du haoussa mai ruwa, « responsable de l’eau ».

324Vendeurs d’eau à Maroua. Ce furent au début des Tchadiens du Kanem transportant l’eau à l’aide d’une palanche. Ils ont été remplacés au début des années 1980 par des porteurs d’eau équipés de « pousse-pousse », chargés de bidons en plastique. Ils ne s’approvisionnent plus aux bornes-fontaines publiques, mais auprès de particuliers qui leur vendent l’eau.

325(Cf. pousse-pousse)

Mbororo, n. et adj., inv.

326Peuls nomades.

327« Le vocable "Mbororo" fait un regrettable amalgame de lignages que les origines géographiques, les races de bétail élevées, les coutumes et traditions, différencient distinctement. Le terme est fréquemment perçu péjorativement par les intéressés... Le mot est employé par commodité dans diverses publications, ce n’est pas rendre service aux sociétés pastorales qui revendiquent précisément leur identité culturelle. S’il faut retenir des termes génériques aux groupes de lignages tels que les éleveurs les définissent, il convient de distinguer les Djaafun, les Daneedji et les Woodabe. Les derniers groupes ayant peu d’affinités avec le premier » (D. Reiss, 1996 : 8).

328Dans la province de l’Extrême-Nord, les Mbororo sont peu nombreux. Quelques Jaafun montent temporairement de la Bénoué. Les plus représentés sont les Ali Jam qui transhument entre la région de Mindif et les yayrés. Toutefois, les bergers mbororo louent de plus en plus leurs services à de gros propriétaires, alhadjis ou hauts fonctionnaires.

meskine, n. m.

329De l’arabe du Tchad miskîn, « homme pauvre ».

330Ce mot arabe francisé a été utilisé par les administrateurs pour parler des gens du commun par opposition à l’aristocratie. On trouve dans les écrits de la période coloniale des expressions telles que : « la fuite [qui est] la grande parade du meskine », « le meskine comme le yérima (prince) »...

331Les Fulbe – bien qu’ils disposent de « miskinjo » ou « miskiniijo » et aussi de « la’fu’do » – de même que les groupes non peuls, lui préfèrent un autre terme, celui de talaka, qui viendrait du tamacheq, via le haoussa.

mil, n. m.

332Désigne dans le nord du Cameroun les sorghos ou l’ensemble sorghos et mils pénicillaires. Cet emploi abusif est vraisemblablement né de l’habitude de dire « gros mil » pour sorgho et « petit mil » pour le mil pénicillaire.

333On parle alors de « mil rouge » pour les njigaari, de « mil jaune » pour les cerge, de « mil blanc » pour les ’ yolobri, qui sont tous des sorghos. En revanche, le terme de « sorgho » se trouve appliqué aux seuls muskuwaari.

mil à poils, n. m.

334On les retrouve parmi les sorghos sous pluie comme parmi les sorghos repiqués. Ce sont des sorghos irisés. La présence d’aristes, les poils, qui prolongent d’un centimètre ou plus une des glumelles enserrant le grain, dissuade les oiseaux granivores. On sème souvent ces sorghos sur les bords des champs.

335(Cf. quélea)

mil d’hiver, n. m.

336Le mil d’hiver est le muskuwaari. Cette expression provient sans doute de la montaison de ce sorgho pendant la période fraîche. Elle est largement employée dans les archives coloniales des années 1940 et 1950 et a son pendant « mil d’été » pour les sorghos sous pluie. Ce dernier a été toutefois d’un usage limité.

337(Cf. muskuwaari)

modibo, n. m.

338Du foulfoudé moodibbo, pl. modi’b’be « docteur en sciences coraniques ».

339Si l’on peut choisir de devenir « malloum » après une cérémonie qui marque la fin des études coraniques et couronne l’achèvement de la lecture et de l’écriture du Coran, il n’en va pas de même pour devenir modibo.

340Personne ne peut décerner ce titre, c’est uniquement l’écho de son enseignement et de ses avis en matières religieuses et juridiques qui font que l’on commence à saluer un religieux du titre envié de « mobido ».

Mofu, n. et adj., inv.

341Les Mofu se dénomment « gens du rocher, de la montagne », ndehay nga ngwa, par opposition aux populations de la plaine, Giziga et Fulbe. Ils ne se sont jamais désignés comme « Mofu ». Cette appellation leur a été appliquée tardivement si l’on en juge par sa faible pénétration. Le terme est accepté par les intéressés plutôt dans ses limitations négatives : les « Mofu » ne sont pas des Mafa, des Hina ou des Mada.

342D. Barreteau (1988 : 15) formule l’hypothèse qu’en pays mofu-gudur, « Mofu » désigne un clan « mafaw » et le massif auquel on le rattache. Cette appellation locale aurait pu alors être véhiculée par un groupe voisin. Cette hypothèse est rendue plausible par la situation du massif Mafaw, entre Diméo et Boudoum. Il domine la seule passe qui, du Diamaré, permet l’accès à la plaine de Gawar et, au-delà, à Mubi et Madagali. On comprend que les Fulbe aient retenu ce toponyme stratégique et l’aient ensuite abusivement étendu à tous les montagnards situés à l’ouest de Maroua, suivis en cela par l’administration coloniale.

343Cette appellation, sans doute commode, a été reprise par les scientifiques, entretenant ainsi la confusion. En 1996, des associations d’élites mofu se sont réunies pour trouver un ethnonyme commun, sans y parvenir.

344On distingue :

  • les Mofu Gudur ou Mofu Sud, à savoir les Mofu de Mokong et de Goudour, ceux de Zidim, les Dimeo, ainsi qu’un groupe particulier, les Cuvok ;
  • seraient appelés Mofu Diamaré ou Mofu Nord les montagnards de la chaîne qui va de Massakal à Mbokou, via Méri ; les Zulgo Mineo en seraient exclus, alors qu’on leur rattacherait les Mofu de Dougour, de Mékiri et de Tchéré, et aussi les Molkwo.

345Au total, ce sont huit parlers qui se partagent l’aire mofu : [mofu-sud], [mofu-nord], [merey], [cuvok], [’dugwor], [melokwo], [gemzek] et [gaduwa], un idiome en voie de disparition.

mouton bororo, n. m.

346Mouton de grande taille, à robe pie à l’avant-train noir et arrière-train blanc ou inversement, est encore appelé mouton oudah [uuda], fraction de Peuls nomades, exclusivement moutonniers. Cet animal a aussi intégré les élevages citadins, comme à Maroua, surtout en vue de la fête de la tabaski.

mouton poulfouli, n. m.

347Du foulfouldé fulful-, qui indique une appartenance au monde peul, par rapport au non-peul. Appellation officielle des services de l’Élevage pour ce mouton dont la taille est intermédiaire entre le mouton bororo et le mouton kirdi ou « banana ». « On observe une nette majorité de race poulfouli sur les marchés du Diamaré, 73 % » (Thyset al., 1988).

Mundang, n. et adj., inv.

348On a pris l’habitude de mettre un « g » final à leur nom qui, en fait, se termine par une voyelle nasalisée.

Musgum, n. et adj., invar.

349À l’origine, « Musgum » ne désignait que les habitants de la cité de [muskûm], la plus importante avec celle de Mala, sur la rive tchadienne du Logone.

350Les Musgum au sens large ont longtemps été appelés par l’administration « Banana » ou « Massa ». Les Allemands usaient des noms de « Musgo », « Musgu » et « Muzuk ». L’usage actuel des historiens et géographes réserve le nom de Muzuk au groupe du mayo Guerléo, dont les éléments méridionaux sont en voie d’assimilation par les Masa.

351Les Musgum ne reconnaissent aucun mot générique couvrant l’ensemble de leurs dialectes. Chaque groupe de langue porte un nom particulier, [vulum] au Tchad pour des Musgum administrativement appelés « Mouloui » ; [mujuk] à Guirvidig ; [mpus] à Pouss...

352Les Musgum sont divisés en grandes fractions rivales Mugulna, Kaday, Kalang... qui se sont repoussées depuis le Logone jusqu’aux monts Mandara.

muskuwaari, n. m.

353Ce mot foulfouldé vient du kanouri masakwa, « sorgho repiqué ».

354Les sorghos repiqués se développent dans le bassin du lac Tchad entre 9,5° et 13° de latitude nord, dans une zone qui connaît de 900 à 500 mm de précipa tions. On les rencontre de Maiduguri à Oum-Hadjer et de Yola à Am-Timan.

355Le matériel est composé de Sorghum durra et de durra caudatum, aux panicules semi-compactes à compactes, à pédoncule droit ou crossé. Quoique très typés, ces sorghos se caractérisent par leur grande hétérogénéité.

356Le désaisonnement et la technique du repiquage du sorgho ont été mis au point dans les secteurs de décrues des eaux lacustres du Balge (Nigeria) et du Fitri (Tchad) qui sont autant de foyers anciens de diffusion. Pour le nord du Cameroun, le muskuwaari s’est diffusé à partir du Bornou par des colonies bornouanes au XIXe siècle ; puis les Peuls en ont fait « leur mil » et ont assuré sa vulgarisation après les années 1930.

357L’itinéraire cultural de ces sorghos repiqués (muskuwaari au Cameroun et berbéré au Tchad) suit les mêmes étapes. Les pépinières préparent les plants en quarante jours avant l’apparition du premier nœud. Il s’ensuit les travaux de trouaison et de repiquage, généralement à large écartement. Les plants sont repiqués plus ou moins profondément selon le développement de l’horizon argileux. On arrose le plant immédiatement après la mise en terre afin de limiter le stress du repiquage, précaution particulièrement nécessaire dans les secteurs sahéliens à vent desséchant.

358Du point de vue écologique, la culture des sorghos repiqués n’est pas sans poser de problèmes. Elle s’accompagne d’une éradication de la strate ligneuse afin de limiter la concurrence pour l’eau et d’éloigner les populations aviaires prédatrices. De plus, toute la biomasse produite sur les parcelles de muskuwaari est soit brûlée avant repiquage, soit récoltée pour être consommée par les hommes ou les animaux.

359Les deux principaux systèmes de culture des muskuwaari expriment une adaptation aux conditions hydrologiques du milieu. La décrue, qui intéresse l’exploitation des laisses alluvionnaires fluviales ou lacustres, autorise de fortes densités de repiquage (18 000 à 20 000 plants/ha) et des associations culturales. Elle offre des rendements de plus de 1 000 kg/ha sans aménagement, ni jachère.

360Le système qui repose sur l’exploitation d’une inondation d’origine essentiellement pluviale ou profitant parfois de la remontée de nappes inféodées à des cours d’eau est plus complexe. Le repiquage doit être réalisé très rapidement, les densités sont réduites de moitié et les rendements plus bas, 800 kg/ha. Il se passe également de jachères, du moins sur de bons vertisols. Il réclame, en revanche, plus de sophistication, endiguement d’écoulement jusqu’au corroyage systématique de plus en plus dense en amont des toposéquences. La lutte contre les adventices conduit à une anthropisation du couvert graminéen.

361Dans le nord du Cameroun, le second système intéresse les plaines du Diamaré, alors que le muskuwaari est une culture de décrue sur les bords de la Bénoué. Des systèmes mixtes existent, comme en pays mundang, où le muskuwaari est produit sur les vertisols des interfluves et en double culture le long des mayos.

362Depuis une trentaine d’années, la culture des muskuwaari est en forte progression géographique ; vers le nord, elle remplace les mils pénicillaires ; vers le sud, en concurrence avec le maïs, elle fait reculer les sorghos sous pluie et elle permet le développement du coton. Elle tend à occuper tous les sols vertisoliques et apparentés.

Nassara, n. et adj.

363Du pluriel arabe nasârâ, « chrétiens », passé en foulfouldé sous la forme nasaara. Le mot arabe an-nâsira dérive du toponyme « Nazareth », patrie de Jésus.

364Dans toute la région, le « Nassara » est le Blanc, l’Européen.

natron, n. m.

365Vient de l’arabe natrûn, appelé kilbu en foulfouldé et en kanouri, « carbonate naturel hydraté de sodium cristallisé ».

366Le natron est exploité dans les ouadi, dépressions, du Kanem de la frontière du Niger à l’ouest, jusqu’à Doum-Doum à l’est, le long du lac Tchad. Il est extrait par des groupes semi-castés, les Haddad. Ces sauniers tirent des natronières trois types de produits selon la profondeur. Celui de surface ou « natron blanc », celui de la strate intermédiaire et le « natron noir » de la plus basse couche. Dans cette dernière, le « cœur du natron », gris foncé, est le plus recherché. C’est le gobkoro qui donnerait en foulfouldé mannda gongoros.

367Le natron est commercialisé en poudre, en morceaux et sous forme de pains elliptiques de 60 cm x 40 cm x 15 cm pesant de 30 à 40 kg. Le natron noir est destiné au marché du Nigeria et transite par Baga-Sola. Le natron blanc est commercialisé au Tchad. Dans le nord du Cameroun, les deux qualités coexistent avec une prédominance du natron noir.

368Le natron est utilisé comme sel dans les aliments. En raison de ses qualités laxatives, il est largement mis à contribution par les populations musulmanes dans la médecine et l’art vétérinaire. Il traite, en gros, toutes les « maladies du ventre ». On le considère comme tonique et reconstituant, il est donné en solution aux animaux. Les hommes, non peuls, chiquent un mélange de tabac et de natron. Il sert également dans le travail du cuir, pour le blanchiment des peaux.

neem, n. m.

369De l’hindi nîm, venant du sanscrit nimba, passé par l’anglais colonial, nom scientifique Azadirachta indica, anciennement Melia azaderak.

370Cet arbre, devenu omniprésent dans le nord du Cameroun, est originaire du Pakistan. Le neem a été d’abord introduit en Gold Coast (Ghana) par un administrateur colonial britannique. De là, il a été diffusé au Nigeria, dans la province du Bornou. Un forestier, M. Wier, assura les premiers essais en 1928 à Maiduguri (Bokhari et Aslam, 1985 : 83). Il s’est diffusé ensuite dans le Nord-Cameroun, à la fin des années 1940, à partir de Mora, puis de Maroua. Implanté initialement autour des édifices publics, sur les marchés, le long des rues et des routes, il entra ensuite dans les sarés. On est surpris du peu d’utilisation que les populations du Cameroun font du neem, qui reste l’arbre enseigne de l’administration.

371Dans toutes les langues de la région, il est appelé ganye, du haoussa « feuilles, feuillage ».

néré, n. m.

372Mot de l’Afrique de l’Ouest que l’on retrouve en wolof, bambara et malinké. En foulfouldé du Diamaré, le nom de Parkia biglosa est nareehi.

373Cet arbre est particulièrement abondant sur les plateaux des monts Mandara centraux, en prolongement des parcs à néré-karité des piémonts du Nigeria.

374En 1945, A. Vaillant, chef de la station agricole de Maroua, a fourni une note sur le néré : « L’écorce est utilisée pour son tanin. L’écorce de la partie basse de l’arbre est utilisée en infusion comme tonique. La décoction des enveloppes florales est utilisée comme anti-diarrhéique. Les jeunes boutons floraux sont employés comme préventif de la lèpre. Les graines rendraient potable l’eau polluée et puante. Les graines bouillies, puis décortiquées, sont réduites en pâte que l’on dessèche et que l’on utilise comme nourriture ou assaisonnement... ».

375(Cf. dawadawa).

niébé, n. m.

376Terme provenant des langues ouest-africaines comme le wolof ou le malinké, il se retrouve dans le foulfouldé nyebbe du Nord-Cameroun.

377« Niébé » est le nom français homologué de Vigna unguiculata. On devrait toujours l’employer au lieu de « haricot » (légume exotique des maraîchers de Maroua) qui est une appellation impropre.

378(Cf. haricot textile)

njigaari

379Mot foulfouldé qui désigne le sorgho rouge de saison des pluies.

380Terme générique pour tous les sorghos rouges durra-caudatum ou caudatum, ils sont généralement hâtifs ou semi-hâtifs. Certains groupes, comme les Masa, en font la base de leur alimentation, alors que d’autres les réservent au brassage de la bière.

381Dans la littérature scientifique avant 1990 et dans les rapports administratifs, il est écrit « djigari ».

Paléonigritique, n. m. et adj.

382L’expression « paléonigritique » a été forgée par des chercheurs allemands, Baumann, Frobenius et Von Eickstedt, dans les années 1930. J.-C. Froelich devait en 1968 la redéfinir de façon plus restrictive dans son étude Les montagnards « paléonigritiques » (qui intéresse naturellement les kirdis du Nord-Cameroun).

383Il s’agit d’une recherche bien datée qui participait des grands inventaires sur les aires culturelles en Afrique jusqu’au milieu du siècle. Le but est de caractériser et de cerner ce complexe culturel original du plus ancien fond de peuplement en Afrique. J.-C. Froelich le tentera pour les populations comprises entre le 8e et le 12e parallèle.

384Les paléonigritiques, groupes « archaïsants » auraient eu en commun d’être des sociétés du refus, d’avoir lutté contre les « cycles culturels conquérants » et d’avoir échappé à la soudanisation, puis à l’islamisation. Pour ce faire, ils se sont réfugiés sur des reliefs, établissant une emprise totale sur le milieu naturel que traduisent des agricultures intensives souvent remarquables.

385Dans le nord du Cameroun, « l’appellation “paléonigritique” a recueilli, un moment, la faveur des auteurs. Elle tend maintenant à être remise en cause. Si la désignation “Païens” peut paraître désuète, elle a le mérite d’englober une catégorie bien déterminée de population » (Boutrais, 1977 : 5). « Paléonigritique » a, en effet, servi un temps à qualifier les populations non musulmanes de la province, en concurrence avec « païens », « habés » et « kirdis » (cf. Fréchou, 1966).

386L’expression est récemment revenue, comme une sorte de revendication identitaire, pour faire référence à des civilisations foncièrement « nègres » avec, parfois, l’emploi du seul « paléo », les « peuples paléos », les « pays paléos » chez A. Kourouma (1998).

panier de capture, n. m.

387Engin de pêche formé d’un panier tronconique de 20 cm à l’ouverture supérieure, de 60 à 80 cm à la base, sur 60 cm de hauteur, utilisé par les femmes, en particulier chez les Musgum, Masa et Tupuri.

paysannat, n. m.

388Paysans d’un ensemble de villages, fortement encadrés par un projet de développement ou un organisme para-étatique. Les Belges sembleraient avoir été les premiers à utiliser ce terme au Congo. Le « paysannat de Golompoui » a longtemps été cité comme exemple.

389(Cf. planteur)

pierres de pluie, n. f. pl.

390Pierres, généralement polies, utilisées par le chef de massif pour manipuler la pluie. La possession de ces pierres est le fondement du pouvoir chez les montagnards, que ce soit dans la grande chefferie de Goudour, pour les chefs mofu de Wazang à Douvangar, ou encore chez les « maîtres de la pluie » mafa ou daba qui officient pour plusieurs massifs.

391Chez les Mofu, « Pour maîtriser les pluies le prince dispose (...) de deux techniques utilisant deux types opposés de pierres à pluie : d’une part des “enfants de la pluie”, bizi yam, lisses et arrondies, associées à la fraîcheur, capables de faire venir les pluies, qu’il faut manipuler, enduire. Le prince a, d’autre part, en sa possession des “pierres arc-en-ciel”, kwalay, les arcs-en-ciel marquant la fin des pluies. Les “pierres-sécheresse” sont décrites comme striées de veines multicolores parmi lesquelles domine le rouge. Pierres redoutables, associées au feu (...) elles arrêtent les pluies en les asséchant » (Vincent, 1997 : 343).

piquet, n. m.

392Unité de superficie qui correspond à la corde, appliquée aux périmètres rizicoles de la Semry. Les variations du piquet ont été plus grandes encore que celles de la corde avant de se stabiliser à un demi-hectare.

393« Le non-paiement de la redevance entraînera automatiquement (...) l’arrachage [la reprise] des piquets du riziculteur ou de l’ensemble des membres du groupement » (Évolution des relations paysans-Semry, 1984, doc. 90-607, Yagoua).

pirogue cousue

394Pirogue constituée de pièces assemblées par des liens végétaux. Presque toutes les embarcations qui circulent sur le Logone, le bas Chari et le lac de Maga sont des pirogues de ce type. Les troncs de cailcédrat généralement utilisés dans la région sont souvent insuffisamment calibrés pour former une pirogue complète. Il convient d’y rajouter des pièces : proue, éléments d’un flanc...

395Les grosses pirogues cousues ont, depuis la fin des années 1970, été remplacées par des embarcations en contreplaqué avec des moteurs hors-bord.

planteur, n. m.

396Cultivateur encadré par un organisme para-étatique. Ce terme, venu du Sud, est peu adéquat dans la zone soudanienne. On parle des planteurs de la Sodecoton et de la Semry.

397La différence entre groupe de planteurs et paysannat tient au fait que les premiers sont encadrés dans une culture de spéculation.

poney du Logone, n. m.

398Appelé cheval kirdi, cheval musey, cheval laka ou encore cheval de montagne.

399Ce poney, élevé dans les plaines du moyen Logone, principalement chez les Musey et les Marba, était jadis beaucoup plus répandu. Donné comme en voie de disparition au milieu des années 1980, il fait, dix ans plus tard, partie de tous les paysages de la zone cotonnière. Moins coûteux qu’un attelage bovin, plus fort qu’un âne, cet équidé fait merveille comme animal de trait.

pousse ou pousse-pousse, n. m.

400Charrette à bras métallique qui sert à transporter les marchandises entre le marché et les entrepôts. Les particuliers s’en servent de plus en plus pour rapatrier les récoltes depuis les champs jusqu’à leur habitation. On les voit même attelés à des poneys musey.

puits-entonnoir, n. m.

401Ce type de puits traditionnel intéresse surtout les monts Mandara et leurs piémonts.

402« Ces puits de montagne (...) apparaissent comme des constructions de pierre en forme d’entonnoirs – appelés parfois "puits-murailles" – aux dimensions parfois impressionnantes (cinq mètres de diamètre moyen, mais parfois beaucoup plus : ainsi dix mètres pour le puits de Gudi dans la chefferie de Douvangar). Leurs murs sont parfois faits de pierres taillées, d’apparence presque cyclopéenne, que des escaliers – au nombre de deux, parfois quatre – permettent de descendre, pour atteindre le niveau de l’eau. Ils ne comportent aucune margelle, l’eau devant être accessible en toutes saisons » (Vincent, 1997 : 341). (Cf. séane)

Quélea, n. m.

403Oiseau granivore le plus représenté dans les secteurs de Maroua et de Waza ; vers le nord en revanche, les Passer spp. augmentent en pourcentage dans la population aviaire.

404Chaque quélea consomme 2,6 g/jour de céréales, dont 80 % de sorghos cultivés. Les dégâts sont de l’ordre de 10 à 15 % de perte sur les champs de la région de Maroua. Les ravages interviennent tôt le matin et dans la soirée. Les sorghos repiqués pendant la saison sèche sont les plus menacés (Da Camara Smeets, 1977).

405La lutte contre la pression aviaire passe par la protection directe. On habille la panicule avec le drapeau (dernière feuille) et la feuille précédente. On procède également par effarouchement. À partir de miradors, on place des jeux d’oscilles, fragments de calebasse, récipients métalliques sur fils tendus que les enfants animent pour les faire tintinnabuler. On tend aussi entre les tiges des bandes de cassettes audios usagées dont le sifflement dans le vent ajoute à la dissuasion. La recherche de protection par sélection variétale conduit à promouvoir des cultivars moins appétés par ces granivores ou à panicules aristées. Ils sont repiqués dans les zones les plus menacées ou en auréole de protection autour des variétés plus sensibles. On peut pratiquer des pulvérisations de substances répulsives ou destructrices sur des arbres dortoirs, procédés coûteux hors de portée des exploitations paysannes.

Radier, n. m.

406Revêtement couvrant le lit d’un cours d’eau transversalement, en un point de passage.

407« Radier » s’est imposé alors que « dalots » et « ponceaux » ne sont pas sortis des textes techniques des services de l’Équipement de la Sodecoton et des Travaux publics.

408Toutefois, le sens donné à ce mot dans le Nord-Cameroun ne correspond pas tout à fait à la définition contenue dans les dictionnaires. Il a ici le sens de revêtement couvrant le sol d’un mayo pour assurer un point de passage. Le radier maçonné équipé de buses est une sorte de pont submersible qui ne permet pas de franchir le mayo lors des crues, mais seulement au moment d’un faible débit et pendant la saison sèche.

409L’établissement de radiers temporaires a été parmi les derniers travaux issus de l’indigénat à subsister, opportunément baptisés « investissement humain » jusque dans les années 1980. Il s’agit, dans ce cas, de faisceaux de branches recouverts de sekko et de terre posés à même le lit sableux des mayos. (Cf. indigénat)

Saarkin paawa

410Du haoussa sarkin fawa, « chef de la boucherie ».

411Il est responsable de l’abattage du bétail sur les grands marchés des lamidats et des villes.

412« L’organisation de la profession [boucherie] repose sur les Sarkin-Pawa, c’est-à-dire sur des hommes étroitement liés aux cadres socio-politiques coutumiers, incompétents en matière d’inspection sanitaire, et dont certains abusent de leur situation en exigeant des cadeaux des autres bouchers, en leur imposant à des prix exagérés l’achat d’animaux qu’ils ont eux-mêmes fait venir de marchés éloignés » (Fréchou, 1966 : 92).

413Le saarkin paawa (souvent orthographié « sarki-pawa » dans les textes) était autrefois un Bornouan ou un notable d’origine serve du lamido. La consommation de la viande ayant énormément progressé ces deux dernières décennies, le poste de saarkin paawa est très recherché. Aujourd’hui, il n’est plus seulement sous la coupe du lamido, mais aussi sous l’autorité de la commune urbaine, voire de la sous-préfecture dans tous les grands centres. À Maroua, la fonction de saarkin paawa est devenue un monopole des Mofu islamisés, du reste majoritaires parmi les bouchers.

saarkin saanu

414Du haoussa sarkin shanu, « chef des bovins ».

415C’est le responsable des troupeaux du lamido et le représentant du lamido auprès des éleveurs.

416A. Dauzats, chef des services vétérinaires à Maroua, au début des années 1930, entreprit, le premier, de mettre à profit les compétences des « sarkisanou ». Il en fera les auxiliaires très efficaces des services vétérinaires.

417Dans le début des années 1970, sous le titre de « surveillants d’épizootie », ils bénéficiaient d’une sorte de salaire, mais, depuis 1987, leur recrutement est arrêté. Les chefs de secteur de l’Élevage ont suscité leurs propres « sarki-sanou », qui concurrencent ceux nommés par les lamidos. « Les vaccinateurs ou les surveillants d’épizootie (sarki-sanou) sont en voie de disparition des effectifs du Ministère » (Étude du secteur Élevage au Cameroun, 1995 : 105).

salanga

418Poisson sec, Alestes dentex et Alestes baremose, fendus en deux dans le sens de la longueur. Ces poissons, appelés aussi « sardines » sont pêchés à l’étiage, le plus souvent à la senne à bâtons, et mis à sécher sur des fils.

419Le mot salanga est devenu synonyme de « poisson séché au soleil » par rapport au poisson fumé, le banda.

saré, n. m.

420Du foulfouldé saare, « enclos familial ».

421Ce terme est si courant dans le français local que, bien souvent, on l’emploie pour désigner tous les types de concessions du Nord-Cameroun. Le saré peul constitue pour tous ceux qui s’islamisent un modèle architectural. Ses canons sont quelque peu mis à mal dans la densification du tissu urbain de villes comme Maroua.

422« Saré » a également été choisi comme contenant démographique ou socioéconomique : « La notion, au sens strict, de ménage est mal adaptée dans un contexte comme celui de Maroua, aussi l’unité "saré" a-t-elle été adoptée de préférence. » (Ville de Maroua, plan d’urbanisme directeur, BCEOM, 1982).

sauce, n. f.

423Préparation culinaire qui accompagne la boule. Appelées haako (feuille) en foulfoudé, les sauces sont en effet préparées à base de brèdes ou légumes-feuilles consommés seuls ou avec de la viande, du poisson. Les sauces sont divisées en trois catégories : celles avec des légumes réputés acides comme le follere et qui nécessitent la présence de pâte d’arachide ou de sésame, les sauces dites « gluantes » avec le gombo par exemple et enfin les sauces à base de feuilles séchées, pilées (feuilles de baobab) considérées, jusqu’à ces dernières années, comme les plus communes.

424(Cf. boule)

sauveteur, n. m.

425Dérivé de l’expression « vendre à la sauvette ».

426Le terme a fait son apparition au sud du Cameroun à la fin des années 1980. Ce sont essentiellement de jeunes migrants montagnards, Mofu et Mafa, qui exercent de petits métiers dans les grandes villes du Sud. Certains se sont spécialisés ; les Mofu Sud sont vendeurs de chaussures d’occasion ; d’autres sont dans la vente de soya (viande grillée).

427Avec la crise économique, les sauveteurs sont revenus en masse dans leurs villages, vers le milieu des années 1990, contribuant à accentuer sur les piémonts les problèmes fonciers.

séane, n. m.

428Du wolof seyaan, « puits peu profond creusé durant la saison sèche dans le fond d’une mare temporaire ».

429« Séane » tend à s’appliquer à tous les puits villageois, aménagés ou non. Les trous-entonnoirs dans les sables du lit des mayos visant à atteindre pendant la saison sèche l’inféro-flux proche, sont également appelés « séanes ».

430On appelle improprement « séanes » les abreuvoirs à bétail, en foulfouldé heeleewo, des Fulbe éleveurs, réservoirs lenticulaires aménagés près des puits ou sur les bords des mayos.

431(Cf. puits-entonnoir)

sekko, n. m., inv. ou non

432En foulfouldé sekko, « panneau de vannerie en tiges de graminées ».

433C’est probablement le mot foulfouldé qui a été transcrit avec le plus de fantaisie : seko, secco, seco, secot... Chez les administrateurs, il est employé en concurrence avec « tapade », du portugais tapada, jusque vers 1935.

434Les sekko servent à tout, comme paroi de case, pour clôturer les cours, sur les auvents, pour les greniers sur tréteaux, pour les silos souterrains, pour protéger les récoltes mises à sécher, pour les toitures, entre chevrons et litages de chaume...

souchet, n. m.

435Du français « souche », à cause du chevelu racinaire important de la plante.

436 Cyperus esculentus, appelé en foulfouldé waccuure, pl. waccuuje, produit de petits rhizomes arrondis, de la taille d’un pois, que l’on consomme crus ou légèrement grillés avant d’être mis en pâte, additionnée ou non de miel ou de pâte d’arachide. Ce « gâteau de souchet », mataway en mofou-nord, est une spécialité des montagnards.

437(Cf. chiendent)

soudure, n. f.

438« Période de soudure », période intermédiaire où l’on a épuisé les réserves de grains de l’année précédente et où la nouvelle récolte n’est pas encore disponible. On frôle souvent la disette en cette fin de saison des pluies et on a recours alors à des aliments de soudure, comme certains tubercules sauvages.

surga

439Ce mot d’origine kanouri comme la plupart des mots peuls concernant l’agriculture (houe, types de sarclage, sorghos de saison sèche...) est passé en foulfouldé pour désigner un travail communautaire non rétribué, dont les participants sont simplement nourris et, chez les non-musulmans, abreuvés de bière.

soya

440Terme haoussa qui signifie « frire dans l’huile ».

441C’est de la viande grillée en morceaux sur des « gongons » de métal aménagés en barbecues. Cette pratique, venant du pays hausa, s’est répandue à Maroua depuis les années 1970.

stationnement, n. m.

442Gare routière. À Maroua, le premier stationnement a été établi à Dougoy à destination de Bogo-Guirvidig-Pouss et de Moulvouday-Yagoua, premiers axes de la province où se sont organisés les transports en commun en camion, à la fin des années 1930.

Strophantus sarmentosus, n. scient.

443 Strophantus est un arbuste lianescent, dont les graines fournissent un puissant poison sagittaire. Généralement sous le contrôle des chefs, son éradication a souvent été exigée par les commandants, en même temps que le démantèlement des défenses végétales, en signe de soumission à l’autorité coloniale.

444Semé et entretenu dans les monts Mandara, il continue à alimenter un commerce non seulement pour les chasseurs traditionnels à l’arc, mais aussi pour ceux qui utilisent les fusils de traite ou même des carabines modernes dont ils enduisent balles et chevrotines de pâte de Strophantus.

Tablier, n. m.

445Du français « table ».

446De nombreux petits revendeurs, qui pratiquent le commerce de tablier, exposent leurs marchandises en bordure de rue, sur une table dont le plateau rabattable relevé sert également de présentoir.

tara, n. m.

447Lit, généralement de tiges de Sesbania pachycarpa assemblées et liées par des lanières d’écorce ou de cuir. Ce « lit indigène » est aussi dit parfois « lit foulbé ». Son nom peul est arngaawo.

tata, n. m., inv.

448Du wolof tata, « muraille d’enceinte ».

449« Tata », palais fortifié du sultan ou du lamido, est strictement resté dans le vocabulaire de l’administration militaire. Sur le plan de la ville de Maroua du 31-12-1918, levé par le chef de circonscription, le « tata du lamido » est mentionné. « Tata » peut avoir aussi le sens de poste fortifié comme le tata de Rabah à Lakta, à 6 km au nord de Kousseri.

taurin, n. m.

450Bovin de petite taille, Bos taurus.

451Appelé mbuuji par les Fulbe, sa présence semble très antérieure à l’introduction du zébu (Bos indicus) dans la région. Largement répandu dans les plaines du Diamaré et les bords du Logone au XVIIe siècle, il a subi la concurrence du zébu et ne se retrouve que sur les monts Mandara. Les Kapsiki et quelques villages bana élèvent encore ce petit bovin sans bosse.

Tupuri, n. et adj., inv.

452Appelés indifféremment par l’administration coloniale Toupouri et Toubouri. Entre 1950 et 1960, l’appellation s’est fixée sur « toupouri ». Les étymologies populaires, comme les interprétations savantes du mot « Tupuri » s’avèrent peu satisfaisantes.

453Les Fulbe, quant à eux, préfèrent les désigner comme Doore’en, du nom du clan ou de l’ensemble de clans dont est issu leur chef spirituel, le waang doore au Tchad.

454La soixantaine de clans tupuri se partage en quatre grandes fractions : les Baare et apparentés, originaires du nord-est ; les Doore et apparentés venus du sud-ouest, du mythique Pefe ; les Mbarhay, issus de l’ouest, et un fond de peuplement mal identifié, les Guyuri.

traite, n. f.

455Commerce des arachides entre le « traitant » et le paysan à la période coloniale.

456Dans le vocabulaire colonial, le mot désigne le commerce des produits agricoles par l’intermédiaire d’un négociant, qui achetait aux paysans leurs productions, grâce à des rabatteurs, pour les revendre aux grandes compagnies. Une « culture de traite » est donc une production destinée à ce genre de commerce. L’arachide, jusqu’en 1955, en est le meilleur exemple pour le Nord-Cameroun.

457Les « traitants » non européens ou certains rabatteurs locaux devaient former par la suite la première génération d’alhadjis fortunés.

tribut, n. m.

458Le tribut, jomorgol en foulfouldé, est un terme sujet à caution.

459Dans le passé, un certain nombre de massifs ou de groupes de villages étaient soumis à tribut par le sultan du Wandala ou par les lamidos de Maroua, Mindif, Binder...

460Les chefferies traditionnelles actuelles présentent ces tributs du siècle passé comme des sortes d’impôts réguliers, accréditant la thèse de leur suzeraineté sur nombre de groupes ethniques. Les soi-disant tributaires le nient et parlent, eux, de « présents » volontairement consentis, au mieux de « tributs libératoires occasionnels ».

461Il est difficile d’y voir juste tant les situations ont été variables selon les époques et le contenu des tributs. Le tribut pouvait aller du symbolique geste d’allégeance à des contributions lourdes, plusieurs dizaines d’esclaves (qui restaient le « produit » le plus recherché), des centaines de têtes de petit bétail, des rouleaux de gabak, des fers de houe... Quoi qu’il en soit, le tribut passait toujours par une mise en scène collective du respect de l’autorité à travers ses envoyés. Le tribut était forcément plus lourd quand le suzerain venait le chercher lui-même.

tsé-tsé, n. f., inv.

462Du tswana tsêtsê, via l’afrikaans.

463Le nom de tsé-tsé, la glossine, est souvent mal employé dans le Nord-Cameroun, où il peut désigner les taons. Toutefois, Glossina tachinoides perdure dans les lambeaux de forêts-galeries du bas Chari et du bas Logone, en dépit de campagnes antiglossinaires.

Vame, n. et adj., inv.

464La classification des petits groupes de l’extrême nord des monts Mandara a longtemps posé problème : Plasla (Pelasla), Urzo, Vame et Mora.

465Les Mora ou Kirdi Mora appartiennent à l’aire wandala ; leur langue, [mura], est un dialecte du mandara.

466Le terme de « vamé » apparaît pour la première fois dans la littérature chez J. Vossart, 1953 : 28. Ce serait une appellation donnée par les Mandara aux montagnards au sud des « Kirdi-Mora ». En 1949, avait été créé un canton dit « Vamé-Brémé », distinct de celui de Mora-Massif. Cette désignation administrative donnera l’ethnonyme « Vamé-Brémé » dans les années 1960 (Hallaire, 1965 : 6). En fait, on a accolé à une appellation mandara le nom d’un des six clans « vamé », celui des Brémé.

467Si l’on doit recourir à la linguistique, on s’aperçoit que certains clans s’identifient à un dialecte : [ndreme], [mberem], [demwa], [pelasla], auxquels on peut ajouter [hurza]. O. Nyssens (1990 : 230) propose de les appeler plutôt « Ndrémé-Mbrémé » qui renverrait aux deux principaux clans et parlers. Mais, ici encore, la désignation administrative, consacrée par l’usage, fait que celle de « Vamé » a été maintenue.

valawa, n. m.

468Type de bière particulier, qui tire son nom d’un lignage majeur chez les Hurza, initiateurs de cette boisson. Cette bière de mil doit son succès à l’amertume que lui confère une macération de liber d’écorce de cailcédrat. Le valawa a fait son apparition à Maroua au début des années 1970. Il est accusé d’être à l’origine de la disparition de bon nombre de cailcédrats dans les piémonts septentrionaux des monts Mandara ainsi qu’à Maroua. (Cf. bilbil)

Wina, n. et adj., inv.

469Les Wina sont également appelés Viri, du toponyme désignant l’une de leurs fractions.

Yayré, n. m.

470Du foulfouldé yaayre, vaste plaine d’inondation.

471Le « grand yayré » correspond à la plaine de la rive gauche du Logone, en aval de Pouss.

472Certains administrateurs, relayés par les premiers chercheurs, n’ont pas hésité à présenter les yayrés comme une « Mésopotamie tchadienne ».

473Pendant l’inondation, en particulier au moment du retrait des eaux, les yayrés appartiennent aux pêcheurs musgum, qui y ont aménagé des réseaux de drains et placé nasses et enceintes de capture. C’est ensuite le domaine, pendant la saison sèche, des éleveurs peuls et arabes Showa. Ils occupent ces vastes pâturages selon des lignes de partage qui varient avec la pression des éleveurs venant du Nigeria, les stress hydriques et, aussi, en fonction de leurs stratégies de gestion des bourgoutières et des vétiveraies.

474Depuis l’endiguement du Logone et la présence du lac de Maga, les yayrés sont mal alimentés en eau et ils ont perdu de leur potentiel agrostologique. Leur réaménagement est à l’ordre du jour.

yoldé, n. m.

475Du foulfouldé ’yoolde, « élévation de terrain sableux, dune ».

476Ce terme géographique, sans connaître le succès de son pendant au Tchad, « goz », renvoie à de nombreux toponymes : Yoldéo, Yolel, Yolol, Yola, Yoldé-Ardo...

Zagazaga

477Filet dérivant.

478La pêche au zagazaga s’est surtout propagée après 1960. Le pêcheur descend le fleuve en pirogue, en maintenant le filet dans une position sensiblement perpendiculaire à la berge. Cette technique individuelle a, avec d’autres comme celle de l’épervier, supplanté peu à peu des techniques de pêche collective traditionnelles comme la senne à bâtons et les barrages d’enceintes de capture.

zakkat, n. f.

479De l’arabe zakât, « aumône légale instituée par le Coran ».

480Elle a été depuis longtemps détournée pour n’être plus qu’une redevance versée au profit du lamido. Elle touche, en principe, à la terre, au bétail, à la pêche et aux marchés. Les agriculteurs devaient ainsi remettre un dixième de la récolte, d’où sa fréquente appellation de « dîme ».

481Les administrations successives, coloniale et postcoloniale, ont tour à tour, cherché à limiter, voire à interdire ces pratiques, sans y parvenir. La zakkat a même été officiellement abolie par un arrêté en 1966. Néanmoins, chaque fois que le pouvoir a eu besoin de s’appuyer sur les chefs, il a fermé les yeux sur ces « impôts traditionnels ». À la fin des années 1950, époque de pré-indépendance, où lamidos et lawans devaient être ménagés pour faire, entre autres, barrage à l’UPC, les chefs de subdivisions ont même cherché à organiser la zakkat.

482La zakkat était interdite sur les produits de traite comme l’arachide et aussi le coton. En compensation, l’administration favorisa celle sur le mil. Dans leurs rapports, les chefs de subdivisions font un certain nombre de recommandations, comme à Kaélé en 1956 : « le mil ne devra pas être enlevé au jour le jour, mais entassé après récolte sur le champ où la zakka sera prélevée ». La zakkat est toujours d’actualité.

zawleeru, pl. zawleeji

483Ce mot foulfouldé vient du haoussa zaure via le kanouri zawule, « casevestibule ».

484Cette pièce, sorte de « poterne », est devenue l’élément architectural le plus représentatif du saré peul.

zébu arabe, n. m.

485Type de zébu de taille moyenne, au corps trapu et bien en chair. Le cornage est réduit et la robe le plus souvent d’un roux foncé. Sa production de lait est réputée supérieure à celle du zébu peul.

zébu peul, n. m.

486Sous cette appellation se cache une grande diversité d’animaux. Dans la région du Diamaré, il s’agissait traditionnellement d’un zébu de petite taille, à cornes relativement courtes et appelé « poulfouli ».

487L’arrivée des Mbororo, à la fin des années 1930, modifia progressivement la composition des troupeaux peuls. Ils ont introduit le zébu « akou » à robe blanche, ainsi que le zébu « djafoun » à robe rouge et à grand cornage.

zériba, n. f.

488De l’arabe zarîba, « enclos à bétail ».

489Enceinte d’épineux destinée à protéger, pendant la nuit, le bétail contre les voleurs et les gros prédateurs. Elle est devenue, par extension, toute haie sèche d’épineux clôturant champs, jardins, vergers au moment de la production.

490Les corrals seuls rappellent les zéribas du siècle passé, celles des « traitants esclavagistes », qui se protégeaient derrière des palissades rehaussées d’épais paquets d’épines : Dichrostachys cinerea, Bauhinia rufescens, Acacia polyacantha et aussi Gardenia erubescens, le plus dissuasif des matériaux ligneux de clôture. Les haies basses d’émondes de jujubiers, qui entourent les champs chez les Masa, ou encore celles de Balanites aegyptiaca protégeant les champs en pétale autour des villages arabes Showa sont fautivement appelées « zéribas ». Bien qu’épineuses, ces clôtures s’apparentent à toutes les haies sèches renouvelables, comme celles de Guiera senegalensis sur les dunes.

Zumaya n. et adj. inv.

491Ethnie que l’on a voulu trop hâtivement considérer comme disparue. De fait, plusieurs milliers de personnes se revendiquent zumaya dans la plaine du Diamaré. Il a fallu plusieurs coalitions peules pour venir à bout des Zumaya et ils ne seront écrasés que vers 1830. Les différents pouvoirs peuls qui se sont partagés le pays zumaya s’acharneront sur eux et les persécuteront jusque dans la deuxième partie du XIXe siècle. Ils ont été contraints de s’islamiser et d’abandonner leur langue.

492L’administration coloniale, pour complaire aux lamidos de Maroua, de Mindif et de Bogo, les a considérés comme assimilés aux Fulbe et n’a pas soulevé la « question zumaya ».

Indications bibliographiques

Glossaires et ouvrages incluant des lexiques

493 Fouda (M.), 1995 — Le franco-faufilé illustré ou l’art de parler le français au Cameroun. Yaoundé, Équinoxe, 90 p.

494 Le Rouvreur (A.), 1962 — « Petit lexique des termes qui ont un intérêt particulier ». In : Sahéliens et Sahariens du Tchad, Paris, Berger-Levrault, l’Homme d’Outre-Mer n° 5, 467 p.

495 Lestringant (J.), 1964 — « Lexique des termes de la langue foulfouldé d’usage courant pour désigner des réalités locales sans correspondances exactes en français ». In : Les pays de Guider au Cameroun, Versailles, 466 p. multigr. + annexes.

496 Santerre (R.), 1973 — « Lexique ». In : Pédagogie musulmane d’Afrique noire, PUF : 171-172.

497 Seignobos (C.), Tourneux (H.), (sous presse) — Le Nord-Cameroun à travers ses mots (Province de l’Extrême-Nord). Glossaire de termes relatifs à la région. Paris, IRD-Karthala.

Ouvrages cités dans le glossaire

498 Barreteau (D.), 1988 — Description du Mofu-Gudur. Paris, Orstom, 2 vol., 480 p.

499 Barth (H.), 1861 — Voyages et découvertes dans l’Afrique septentrionale et centrale pendant les années 1849-1855. Trad. de P. Ithier, Paris, MNHN, musée de l’Homme, 2 vol.

500 Bokhari (M. H.), Aslam (K. M.), 1985 — Neem (Melia azadirachta A. Juss), a useful tree in Northern Nigeria. Maiduguri, Annals of Borno 2 : 83-86.

501 Bouquet (C.), 1990 — Insulaires et riverains du lac Tchad. Paris, l’Harmattan, t. I et II : 464 p.

502 Boutrais (J.), 1977 — Compétition foncière et développement au nord du Cameroun : la plaine de Mora. Yaoundé, Onarest, 45 p.

503 Boutrais (J.), éd., 1984 — Le nord du Cameroun, des hommes, une région. Paris, Orstom, 551 p.

504 Boutrais (J.), 1987 — « Mbozo-Wazan, Peul et montagnards au nord du Cameroun ». In : Atlas des structures agraires au sud du Sahara, n° 22, Orstom, 154 p.

505 Da Camara Smeets (M.), 1977 — Les dégâts d’oiseaux au berbéré, au Tchad et au Nord-Cameroun. L’agronomie tropicale, 3 : 262-278.

506 Diziain (R.), 1954 — Densité de la population, démographie, économie rurale dans les subdivisions de Guider, Kaélé et Yagoua (Nord-Cameroun). Yaoundé, Ircam-Orstom, 106 p.

507 Fréchou (H.), 1966 — L’élevage et le commerce du bétail dans le nord du Cameroun. Cah. Orstom, sér. Sci. hum., 3 (2) : 125 p.

508 Fréchou (H.), 1984 — « L’élevage, les techniques, l’économie de l’élevage, les problèmes zootechniques ». In : Le nord du Cameroun : des hommes, une région. Paris, Orstom. Mémoire n° 102.

509 Froelich (J.-C.), 1968 — Les montagnards « paléonigritiques ». Paris, Orstom-Berger-Levrault, 267 p.

510 Gide (A.), 1927 — Voyage au Congo, suivi de Le retour du Tchad. Paris, Gallimard, coll. Idées, 1981, 493 p.

511 Gonneville de (G.), 1992 — Étude sur la commercialisation du bétail dans les provinces du nord. Minepia-SFC, 209 p.

512 Hallaire (A.), 1965 — Les monts du Mandara au nord de Mokolo et la plaine de Mora ; étude géographique régionale. Yaoundé, Orstom-Ircam, 101 p., multigr.

513 Hérelle (S.), 1938 — Comment on écrit l’histoire coloniale... le « bec-de-canard ». Bulletin du Comité de l’Afrique Française n° 10 : 261-264.

514 Jamin (F.), 1997 — Rapport de mission de reconstruction des cases-teleuk (Mourla Hâ), Extrême-Nord du Cameroun, oct. 1996-avril 1997. Paris, Patrimoine sans frontières, 8 p. + annexes.

515 Klein (D.), Rippstein (G.), 1991 — Les parcours et l’alimentation des ruminants. IRZ-Garoua, 16 p. multigr.

516 Kourouma (A.), 1988 — En attendant le vote des bêtes sauvages. Paris, Le Seuil, 358 p.

517 Lopez (E.), 1997 — Organisations et stratégies des petites entreprises agro-alimentaires à Maroua (Nord-Cameroun). Thèse doct. Géographie humaine, univ. Paris-X Nanterre, 376 p. + annexes.

518 Minepia-CFD, 1995 — Étude du secteur Élevage au Cameroun, 347 p.

519 Mohammadou Eldridge, 1997 — « Kanuri imprint on Adamawa Fulbe and Fulfulde ». In : Advances in Kanuri Scholarship, Cyffer (N.), Geider (T.), éd., Cologne, Rüdiger Köppe : 257-311.

520 Nyssens (O.), 1990 — « Tradition orale et pouvoir rituel chez les Vamé du Nord-Cameroun ». In : Actes du IIIe colloque Mega-Tchad (Paris, sept. 1986), Paris, Orstom., coll. Coll. et Sém. : 213-234.

521 Raimond (C.), 1999 — Terres inondées et sorgho repiqué, évolution des espaces agricoles et pastoraux dans le bassin du lac Tchad. Univ. Paris-I Panthéon-Sorbonne, 543 p.

522 Reiss (D.), 1996 — Étude de l’élevage dans le lamidat de Tchéboa. Garoua, Minepia-Sodecoton-DPGT, 13 p.

523 Thys (E.), Njobdi (O.) et al., 1988 — Observatoire sur la commercialisation des ovins dans le département du Diamaré. Maroua, CNFZV, 20 p.

524 Urvoy (Y.), 1949 — Histoire de l’Empire du Bornou. Paris, Larose, Ifan n° 7, 166 p.

525 Vaillé (J.), 1970 — Essais de mise en valeur des sols « hardé » du Nord-Cameroun. L’agronomie tropicale, 15 (5) : 472-490.

526 Vincent (J. F.), 1991 — Princes montagnards du Nord-Cameroun. Les Mofu-Diamaré et le pouvoir politique. Paris, l’Harmattan, 2 t., 774 p.

527 Vincent (J. F.), 1997 — « Princes, pluies et puits dans les montagnes Mofu-Diamaré (Nord-Cameroun) ». In : L’homme et l’eau dans le bassin du lac Tchad, Paris, Orstom, coll. Coll. et Sém. : 337-349.

528 Vossart (J.), 1953 — Histoire du sultanat du Mandara. Études camerounaises, t. IV, n° 35-36 : 19-52.

INDEX DES SIGLES

529ACGUI : Association culturelle Giziga, fondée en 1992

530ACI : Association culturelle islamique

531AFVP : Association française des volontaires du progrès

532ANY : Archives nationales de Yaoundé

533Atcam : Assemblée territoriale du Cameroun (1952)

534AVA : Association villageoise autogérée (1990)

535AVP : Association villageoise de producteurs

536BCEOM : Bureau central pour les études d’outre-mer

537BDPA : Bureau pour le développement de la production agricole

538BRGM : Bureau de recherches géologiques et minières

539BEC : Bulletin de la société d’études camerounaises (1935-1961), devenu REC, Revue d’études camerounaises (1961-1966)

540CAC : Crédit agricole du Cameroun, remplace en 1989 le Fonader

541Cafor : Cellule d’appui à la formation rurale, ONG camerounaise, à Maroua depuis 1993.

542CARE : Cooperative for American Relief Everywhere (Mokolo, 1975-1995, Maroua depuis 1997)

543CBLT : Commission pour le bassin du lac Tchad (1964)

544CCCE : Caisse centrale de coopération économique, devenue CFD en 1993

545CCHA : Compagnie commerciale hollando-africaine, ex-Hollando, à Maroua de 1953 à 1989

546CDD : Comité diocésain de développement (1975)

547CEDC : Centre d’étude de l’environnement et du développement au Cameroun CFA : Côte française d’Afrique, unité monétaire de l’Afrique francophone CFAO : Compagnie française de l’Afrique occidentale

548CFD : Caisse française de développement

549CFDT : Compagnie française pour le développement des fibres textiles (1951-1974)

550CFJA : Centre de formation de jeunes agriculteurs, à Goyang, Guétalé et Moulvouday (1969)

551CGN : Centre de géographie national, devenu INC en 1993

552CIM : Centre d’instruction médicale, projet de santé publique, Coopération Belgique Cameroun (1981-1994)

553CMG : Centre motorisé de Guétalé (1948)

554CNAR Centre national d’appui à la recherche

555CNFZV : Centre national de formation zootechnique et vétérinaire (Maroua)

556Codevi : Compagnie de développement et d’industrie, Société israélienne de fabrication de parfums, (à Maroua, 1984-1995)

557Cooparmar : Coopérative artisanale de Maroua

558CRF : Centre de recherche forestière (Maroua)

559CRH Centre de recherche hydrologique

560CZV : Centre zootechnique et vétérinaire

561DGRST : Délégation générale à la recherche scientifique et technique

562DPENEN : Délégation provinciale de l’éducation nationale pour l’Extrême-Nord

563DPGT Développement paysanal et gestion de terroir

564EFLC : Église fraternelle luthérienne du Cameroun (1923)

565FAC : Fonds d’aide et de Coopération (France), a pris la succession du Fides en 1960

566F CFA : Franc de la communauté financière d’Afrique. 1 F CFA = 0,20 F et, à partir du 14 janvier 1994, 1 F CFA = 0,10 F

567FED : Fonds européen de développement Femec : Fédération évangélique des missions et églises du Cameroun, (1953)

568Fides : Fonds d’investissement et de développement économique et social (1946)

569Fonader : Fonds national de développement rural, appelé également « Banque du paysan », 1972-1988

570Foraco : Forage rationnel et construction, devenu de 1992 à 1996, Foraco-Pompes Vernet

571FSAR : Fonds spécial d’aménagement rural (organisme annexe du Fonader pour les micro-projets)

572GIC : Groupe d’initiative communautaire GOIB : Groupe des organismes intervenant pour les biefs (1988)

573GVP : Groupement villageois de producteurs (Sodecoton, 1980)

574INC : Institut national de géographie

575Inades : Institut africain de développement économique et social (Inades-formation, créé à Maroua en 1973)

576IRA : Institut de la recherche agronomique devenu IRAD en 1995 (IRA pour le développement)

577IEMPM Institut d’études médicales et des plantes médicinales

578IRCT : Institut de recherche du coton et des textiles exotiques (1946-1992)

579IRGM Institut de recherche géologique et minière

580ISH : Institut des sciences humaines (dissous en 1991)

581MDR : Mouvement pour la défense de la République (1992)

582Mesres : Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, devenu Mesires puis Minrest

583Midima : Mission de développement intégré des monts Mandara (1988)

584Minepia : Ministère de l’Elevage, des Pêches et des Industries animales

585NEB : Projet Nord-Est Bénoué (1973-1994)

586Norcamtour : Nord-Cameroun tourisme (1970-1986)

587Notacam : Nouvelles tanneries du Cameroun (Maroua, 1988)

588OC : Office céréalier (1975)

589OMI : Oblats de Marie-Immaculée (depuis 1949)

590Onarest : Office national de recherche scientifique et technique

591PCIDRK : Promotion collective des initiatives de développement rural de Kar-Hay, fondé en 1988

592PCN : Projet Centre-Nord (Sodecoton, 1981-1986)

593PHV : Programme d’hydraulique villageoise

594PIME : Pères des missions étrangères de Milan (Pontifico Istituto Missioni Estere, depuis 1975)

595RDPC Rassemblement démocratique du peuple camerounais

596Saild : Service d’appui aux initiatives locales de développement (ONG camerounaise, à Maroua depuis 1991)

597SAP : Sociétés africaines de prévoyance, se substituent aux SIP de 1946 à 1960

598SDF Social Democratic Front, 1990 Semnord : Secteur expérimental de modernisation rurale du Nord-Cameroun (1952-1974)

599Semry : Secteur expérimental de modernisation de la riziculture de Yagoua, devenu en 1970 : Société d’expansion et de modernisation de la riziculture de Yagoua. Semry-I, 1971 ; Semry-II, 1977 ; Semry-III, 1978

600SIP : Sociétés indigènes de prévoyance (1937)

601Sitraf : Société industrielle de transformation de fruits, Maroua, 1982-1995

602Socamco : Société camerounaise de conserverie, Maroua-Salak, 1965-1975

603Socatour : Société camerounaise de tourisme (1986-1994)

604Sodecoton : Société de développement du coton du Cameroun (prend la relève de la CFDT en 1974) Socooped : Société coopérative d’épargne et de développement (1973)

605Sogreah : Société grenobloise d’études et d’applications hydrauliques

606SUM : Sudan United Mission

607UEBC : Union des églises baptistes du Nord-Cameroun, Maroua (1960)

608UEENC : Union des églises évangéliques du Nord-Cameroun, alias SUM, 1970

609UNDP Union nationale pour la démocratie et le progrès UPC : Union des populations du Cameroun

© IRD Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540