Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Atlas de la province Extrême-Nord Cameroun

 | 
Christian Seignobos
, 
Olivier Iyébi-Mandjek

De l’orthographe des toponymes

Christian Seignobos

Testo integrale

1La transcription des toponymes dans les textes ou les cartes, en Afrique en général et au Cameroun en particulier, a toujours posé problème. Il n’existe pas de solution satisfaisante car, même si une logique préside au choix, elle doit aussi tenir compte de l’héritage.

2Actuellement encore, l’orthographe d’une partie des toponymes de la province reste flottante, en l’absence de toute normalisation officielle. Elle oscille donc entre l’orthographe de l’administration, celle des registres officiels des sous-préfectures, qui peut être parfois différente de celle d’autres services (de l’Élevage par exemple) et celle des cartes.

3Ces dernières présentent également de grandes variantes entre les cartes IGN au 1/50 000 et celles au 1/200 000 et 1/500 000. Ce sont elles qui ont servi à l’élaboration des fonds de cartes de l’atlas. Pourtant, au moment de leur établissement, de la fin des années 1940 à celle des années 1950, s’est manifesté le désir de normaliser et de fixer l’orthographe des toponymes.

L’orthographe des toponymes dans les années 1950

4Ces préoccupations se retrouvent dans les archives de Yaoundé, de Garoua et même de Mokolo. On y rencontre des textes de communications du 2e Congrès international de toponymie de 1948, en particulier Le problèmetoponymique dans la cartographie technique française (aperçus historiques) de J. Recordon, 12 p. Mais déjà dans le Bulletin de la Société d’Études camerounaises (n° 4, 1943) sont regroupées Quelques notes de toponymie du Nord-Cameroun, par A. Dauzats, du service de l’Élevage de Maroua et des Notes annexes de l’administrateur M. Baudelaire et de M. Mahondé, écrivain interprète en poste à Garoua.

5Dans les archives de poste, on découvre ça et là des notes d’administrateurs qui se préoccupent de ces problèmes et même une intervention de J. -P. Lebeuf sur L’inscription des noms indigènes sur les cartes (5 p., 1952), toujours au moment de l’établissement de la couverture des cartes IGN de la région.

6Les cartographes, essentiellement des techniciens, ont toujours tenu pour mineure la phase de « préparation et précomplètement sur le terrain ». Au Cameroun, elle a toujours été escamotée.

7J. Hurault, à partir d’une mission au Cameroun en 1955, a fait un travail qui aurait pu devenir une référence en la matière (Problèmes de toponymie et de représentation du peuplement en Afrique noire, 1958, IGN, 124 p.). Il y critique la façon dont le « complètement » des cartes IGN, autrement dit la disposition de l’habitat et de la toponymie, a été réalisé, en particulier pour la série au 1/50 000 du Nord-Cameroun. Il dénonce le travail hâtif d’agents non préparés, l’absence d’interprètes qualifiés et l’emploi de guides peuls étrangers au pays. Il propose une approche passant par une meilleure connaissance des sociétés dont l’espace était cartographié. Elle a dû sembler en son temps trop lourde à appliquer par les seuls agents de l’IGN et elle sera suivie de peu d’effet. C’est un sujet vaste et complexe en raison du foisonnement des langues et des toponymies qui en découlent.

8Un linguiste de l’Orstom, A. Jacquot, s’est penché sur la normalisation et la fixation de l’orthographe des toponymes du Cameroun in : La transcription des toponymes africains, (Orstom-Ircam, 1958), 16 p. Pour Jacquot, il s’agissait de trouver « une formule de transcription simple et pratique, accessible à tous les individus de langue française, permettant de restituer de façon satisfaisante à la lecture, la prononciation locale des toponymes ». Un nettoyage des lettres inutiles était préconisé, ainsi qu’un choix entre des lettres pouvant rendre compte du même son : c ou k (pour l’occlusive vélaire sourde), w ou ou (pour la semi-consonne labio-vélaire), ch ou sh (pour la constrictive alvéolaire sourde). Toutefois, la difficulté de réformer peut devenir plus sérieuse pour des toponymes reconnus qui sont en fait des déformations de termes locaux. Si l’alphabet romain et les habitudes orthographiques françaises sont conservés, il faut se décider pour choisir des phonèmes communs avec les langues vernaculaires, mais adopter pour ceux qui leur sont propres des signes conventionnels sans recours à des signes diacritiques. Il propose un alphabet phonétique spécialisé pour une transcription claire. Il s’agit alors de bien autre chose qu’une simple réforme orthographique.

9Les propositions de Jacquot n’ont pas trouvé d’écho. À la veille de l’indépendance, et après, il manquera une volonté politique pour les appliquer. La nouvelle administration camerounaise préféra ne pas revenir sur la toponymie et la première graphie est devenue officielle par la force de l’habitude. La crainte d’avoir deux orthographes parallèles a sans doute joué. Enfin la recherche de l’authenticité des toponymes a pu apparaître comme un luxe superflu.

10Au Cameroun, on revient difficilement sur la genèse des institutions et sur leurs symboles. Cela est valable pour les sociétés traditionnelles comme pour les administrations. Plus de quarante ans plus tard, nous nous heurtons aux mêmes problèmes, non résolus, de transcriptions toponymiques.

Confrontation de quelques transcriptions de toponymes

11L’orthographe a néanmoins évolué dans le temps. Certains administrateurs ont appliqué des habitudes de graphie à la française qui leur semblaient plus esthétiques, comme celle de terminer un mot par un h ou par un y pour le i, si bien que Makari a été un temps écrit Makary. Quelques-uns étaient favorables à la promotion du k et du w alors que d’autres s’appliquaient à maintenir une graphie à la française. Cela favorisa des orthographes parallèles, dont nous donnerons quelques exemples.

12Dans le Mayo-Sava, « Nguétchévé » (nom de village) selon l’orthographe administrative, devient « Ngachévé » sur la carte IGN au 1/200 000. Ce village a donné son nom à la rivière qui le traverse, mais il est, sur la même carte, transcrit « Ngassawé ».

13Dans la région de Makalingay (Makelingueï sur la carte IGN 1/200 000), on rencontre pour un village le nom administratif de « Tala Bisher » et, sur les cartes, celui de « Ouro Bésser » (tala et wuro désignent un village respectivement en wandala et en foulfouldé). On trouve aussi « Tindirmey » comme appellation administrative de village, « Toundourmé » sur la carte IGN (1/50 000) et « Tindermé » sur celle au 1/200 000. Toujours dans la même région, le village de « Serewa » sur les registres administratifs se retrouve en « Séraoua » sur la carte IGN au 1/50 000.

14Dans le Logone-et-Chari, « Ngodeni » est le terme administratif pour un village de la rive de la Logomatya, « Nkhodeuni » (carte IGN 1/50 000 et 1/200 000). « Ngodeni », la graphie la plus simple, a été retenue.

15Dans le Diamaré, un massif mofu est signalé comme « Ouazzang » à la sous-préfecture, « Wazam » dans les services de l’Agriculture, « Ouazan » sur la carte IGN (1/50 000) et « Wazang » sur celle au 1/200 000. Nous avons adopté la dernière graphie, la plus conforme à l’appellation mofu. Il y a des orthographes qui ont une existence parallèle et d’autres qui se succèdent. Midschiwin, par exemple, fut adopté jusqu’à la fin des années 1940 où l’on passa à Midjivin. Mendiff devint Mindif dans les années 1950.

16Nous avons conservé l’orthographe de « Moutouroua » qui est restée constante des registres administratifs aux cartes, pour les mêmes raisons, on a maintenu « Gazawa ». Dans les années 1980, un nouveau toponyme a fait son apparition avec le bourg de pêche de « Blangwa » sur le Chari. La double graphie w et ou apparut simultanément, mais « Blangwa » a été retenu, car plus proche de la prononciation.

17La gémination des consonnes peut se faire sentir même pour des oreilles peu exercées, comme pour « Doubbel » (qui signifie petit rônier) et nous l’avons conservée, alors que dans « Djapay », moins perceptible, elle a été abandonnée. Le mot de Jiddere qui, en foulfouldé, veut dire « butte anthropique ancienne » ou « tas de détritus » posait problème. Le redoublement est signalé sur la plupart des toponymes : Djiddéré-Saoudjo, Djiddel (diminutif), Djiddéré-Balol, Ouro-Jiddéré (près de Meskine), à l’exception de Kongola-Djidéo (sur la carte au 1/200 000). Que devions-nous faire pour homogénéiser la graphie ? Nous avons choisi de maintenir le redoublement.

18« Bourrah » s’écrit également « Bourah », nous avons opté pour la simplification. Dans Bourah-Wamgo (le village païen par opposition au Bourah établi le long de la route et où se trouve le chef musulman), « Wamgo » provient de waamngo, « montagne », sous-entendu « groupement païen », nous avons adopté une graphie simple la plus proche du foulfouldé.

19En l’absence de toute directive administrative ou de toute tendance à homogénéiser l’orthographe dans la reprise des cartes IGN par les cartographes de l’INC à Yaoundé, nous avons conservé la plupart des toponymes existants. Les petites retouches apportées vont toujours dans le sens d’une version simplifiée du mot, ou d’une logique qui cherche à se maintenir dans le cadre d’une orthographe à la française.

  • 1 Les linguistes préféreraient muzgum et gizay.

20En revanche, nous avons transcrit les noms d’ethnies en orthographe plus phonétique : mofu pour mofou, musgum pour mousgoum, gisey pour guisseye 1, giziga pour guisiga..., ce qui les distingue des noms des localités qu’elles ont engendrés (ex. : Ouldémé).

  • 2 Le foulfouldé n’est pas la seule langue disposant d’un système standardisé d’écriture et pouvant ê (...)

21Plus généralement, le foulfouldé pose problème en tant que langue véhiculaire. Il est devenu une langue écrite et peut prétendre à être enseigné (H. Tourneux et O. Iyébi-Mandjek, 1994, L’école dans une petite ville africaine, Maroua, Cameroun, Paris, Karthala, 330 p.)2. Promu notamment par les missions protestantes et par la Sodecoton qui l’utilise dans son journal Le paysan et dans de petits traités de vulgarisation, le foulfouldé tend à devenir une langue de communication écrite.

22Dans cet atlas, la graphie phonétique de la langue peule est très peu présente dans les cartes, elle l’est en revanche dans les notices, devançant ainsi un usage plus général du foulfouldé. Le Dictionnaire foulfouldé-français (dialecte peul du Diamaré), du R. P. D. Noye (Paris, Geuthner, 1989) sert de référence.

De l’intérêt d’une bonne transcription toponymique : l’exemple peul et mofu

23La toponymie peule a tendance à envahir les zones où elle était absente. En pays peul sont omniprésents les « mayo » (rivière), « hosséré » (montagne), « ouro » (village). Les administrateurs coloniaux et ceux de la période actuelle, « sudistes », se sont parfois inspirés des rudiments de foulfouldé à leur disposition pour foulbéiser certains toponymes, comme Haïssa Kardé (wandala) en Haïssa-Hardé (nom des sols halomorphes en foulfouldé), ou Oulargo, toponyme tupuri en Ouro-Largo, par exemple.

24La toponymie peule couvre de vastes espaces dans les plaines. Elle est récente et encore explicite, n’ayant pas eu le temps de subir des modifications. Elle demanderait à être mieux transcrite.

25Les toponymes peuls sont à classer en plusieurs catégories.

26• Les toponymes antérieurs à la conquête peule sont nombreux. Le plus célèbre est Maroua pour Marva, capitale des Giziga Bi-Marva ou encore Gazawa pour Gajava…

27• Les plus abondants sont liés à des situations géographiques ou font référence à un type de sol, une espèce d’arbre... On enregistre ainsi de très nombreux villages ou quartiers appelés « Domayo », daw maayo, de l’autre côté de la rivière ; ou « Tchakamadjé » : cakka maaje, entre deux rivières, comme par exemple entre les mayos Soukoungo et Ranéo.

28Citons encore :

29Toango : de townde, lieu élevé ;

30Yoldéo : de ’yolde, élévation de terrain sableux, dune ;

31Hardéouo, Hardéo : de harde, sols halomorphes ;

32Doumdéré : de dundeehi, (Ficus platyphylla) ;

33Djabiré : de ja’b’bi, (Tamarindus indica) ;

34Golombéwo, Golombéré (à côté de Bogo) : de golombe, Stereospermum kunthianum ;

35Chalougol-Djamdi : de callugol jamdi, brousse de fer, impénétrable.

36Le terme de Garré signale le centre de chefferie, en remplacement d’un terme antérieur, Bongor, en paléo-guisiga (à Bogo, Mindif, Maroua...) ; celui de Vindé signale un ancien emplacement de village, des ruines. Le village de Bobingo vient de boobaago, être déserté : village vidé de ses habitants.

37• Les toponymes marqueurs de l’occupation de l’espace se signalent avec le nom de fractions peules : Djibiré, le village des Fulbe Jibbi ; Ngarao (Salak), habité par des Fulbe Ngara, Djoubao (F. Juuba)... ou d’autres ethnies comme Sirataré, habité par les Sirata (Bornouans).

38• Les toponymes marqueurs d’activités présentes ou passées relèvent sans doute plus d’appellation de quartiers que de celle de villages :

39Ouro Bikordi (à Maroua) : de Wuro biikor’di, village des couperets pour nettoyer les parcelles vouées aux sorghos repiqués ;

40Ouro Sabéré : de saabeere, champ d’arachide ;

41Ouro Liéjé (Guidiguis) : de Wuro li’eeje, village des cotonniers indigènes pérennes ;

42Ouro Wendou : de weendu, fosse à teinture (village de foulons)...

43Goyliré : de gooyli (kanouri), bac à teinture ;

44Yola-Baldé (Korré) : grande dune associée à baal’de (corrals) désigne un village voué à l’élevage.

45L’indication est parfois indirecte :

46Toupéo (Dargala) : de tuppe (Tribulus terrestris), herbes rampantes aux graines épineuses, qui se développent particulièrement dans les villages d’éleveurs.

47• Certains toponymes sont indicateurs de sites défensifs anciens, antérieurs à la conquête peule avec Tchoukol, Choukol, Tchokola : cukkol, fossé, ou mahel, petit mur.

48• Les toponymes issus de l’histoire induisent souvent un sous-entendu :

49Edapabi (à Mogom, Balaza-Lawane et Ouro-Zangui) : he’da pabbi, écoute les crapauds, nom de quartier zumaya, ethnie dont l’identité avec les batraciens par l’alimentation et dans les rituels était très forte.

50Kahéo : de ka’yeewo, pierre. Les Zumaya, chassés du pays par les Peuls au début du XIXe siècle, bouchèrent leurs puits avec des pierres. Plus récemment, enfin, le quartier de Tchaloudi-Ansare (Balaza-Lawane) vient de callu’di ansar : les épineux des combattants de la foi. Ce nom commémore le lieu d’affrontement des mahdistes avec les Allemands, au tout début de la conquête coloniale.

51Les toponymes portent des connotations parfois élogieuses, mais le plus souvent péjoratives. On peut opposer Djouta-Bembal (sur la route de Petté) : le grand grenier, à Bembel (vers Mindif), le petit grenier. Tchanga, de calnga, corde à veaux et augmentatif avec le sens sous-entendu de village riche en gros bétail, s’oppose à Gourel-Bei : petit village des chèvres, sous-entendu sans vaches.

52• Certains villages s’affichent comme religieux : Wirdiwo (au nord de Kahéo), village du wirdi, voie religieuse ; Dinao (diina, la religion) à Guidiguis, à Meskine... signifie villages de nouveaux convertis ; ou encore Ouro-Modibo, wuro mooddibbo, village de l’enseignant religieux peul. Ce village maraboutique est peuplé de tarbiiya, persécutés et réfugiés sur les bords du mayo Mangafé, qui fait frontière entre le Wandala et le lamidat de Maroua.

53• Les toponymes péjorés, forcément donnés par les voisins, s’adressent à des colonies d’esclaves, de clans de basse extraction ou encore de sociétés villageoises à l’islam douteux…

54L’appellation peut être directe comme Ouro-Bale (Meskine) de ’baleebe (esclaves) ou encore Roumdé (de ruumnde, village de serfs) près de Doumrou, mais elle est le plus souvent allusive :

55Badéo : village des singes (baa’di) ;

56Kaodjiga (entre Ngaba et Balda) vient de et kaw jiga qui signifie « oncle des charognards » (jigaawal : le vautour) ;

57Takayer (Petté) : de takay, sauce de peu de valeur ;

58Yéréo (Petté) : de yara (yargo, boire) et yiiwo (yiiwaago, se laver), sous-entendu ceux qui boivent et se lavent (ablution) avec de la bière ;

59Ouro-Lotatako : lootaago (purifier), lootgo (laver), village de ceux qui ne se lavent pas, qui ne font pas leurs ablutions, de mauvais musulmans ;

60Toukou-Mayel (Petté) : de tukkingo, s’entêter à ne pas entrer dans la religion du prophète ou à revenir chez leurs maîtres ;

61Fatoudé-Djabingo (Gazawa) : de fattude ja’bingo (ja’baago, se révolter contre ses maîtres, esclaves en fuite) ou signaler un quartier d’esclaves marrons ;

62Birawaré : de ’bii rawaandu, fils de chien (contraction d’une injure peule jadis courante, ’biirawa kaado c’est à dire fils de chien de païen) ;

63Papata : sexe de l’homme (forme argotique) ;

64Ouro-Sissiyel : de sisi, ancienne pièce de monnaie, la plus petite. Diminutif soulignant l’absence de valeur, ce nom a été donné à un ancien village de serfs de la région de Maroua.

65• Il existe aussi des noms « cosmopolites » dans tout l’ancien l’Adamawa et que l’on retrouve aussi dans le Diamaré, comme :

66Hodandé : de ho’dannde (lieu de séjour) ou Hodango (ho’dango, séjourner) avec le sous-entendu de refuge accueillant après un conflit ;

67Nassarao : de nasrugo (vaincre) généralement nom de village commémoratif d’une victoire, y compris électorale. Il en est de même de Djalingo, du verbe jaalaago (l’emporter) ;

68Wafango : de waafgo, mettre en travers, mais aussi prendre un chemin détourné ;

69Dolé, Doléré : de bee doole (de force), terme évoquant un déplacement du village.

70Il existe enfin des noms de villages empruntés au kanouri et au haoussa : comme Sabongari...

71Une meilleure connaissance de la société peule et de sa langue pourrait éviter bon nombre de déformations incongrues dans la transcription des toponymes comme Yoldé-Ardobélo pour ’yolde Ardo Bello (la dune du chef peul, ar’do, Bello) ou Ngas-Kafourou (au nord de Fadaré) pour ngaska fowru, le terrier de la hyène ou encore à Maroua le mayo Mizao, mizaw étant l’appellation de la rivière en Guisiga, c’est-à-dire la rivière rivière…

72Les atlas régionaux étant appelés à devenir des ouvrages de référence, nous n’avons pas cherché à innover en matière de transcription toponymique, mais plutôt à corriger certaines aberrations. Nous sommes restés dans une logique qui, tout en prenant en compte le passé de chaque toponyme, opère le choix le plus simple parmi les orthographes officielles.

73Les toponymes de chaque groupe ethnique de la province seraient, bien sûr aussi à retranscrire. Cette expérience a été tentée localement par certains chercheurs. Le linguiste D. Barreteau (1988), en particulier, l’a appliquée sur les cartes du pays mofu-gudur (in : Description du Mofu-Gudur, livre II, Orstom, 480 p.).

74Chez les Mofu, montagnards, les termes de topographie apparaissent avec une grande fréquence : anggwa (montagne), ley (plaine), ray (sommet, surplomber), siy (dessous, bas), wayam (rivière), et aussi pera’d (rocher plat), yideng (endroit abandonné), darzlam (endroit inculte)... Leur connaissance aurait permis d’améliorer très sensiblement la transcription des termes locaux sur les cartes existantes.

75Nous ne donnerons que quelques exemples intéressant les reliefs : Angogbar pour anggwagedar (la montagne de Gedar). Hosséré Ngomaguian pour anggwa magiyang (la montagne de Magiyang), le terme peul de hosere étant superfétatoire, Zimbowak pour siy mbawak (au pied de la colline de Mbawak)… Au-delà de ces multiples erreurs, la cartographie des zones montagneuses présente une toponymie beaucoup trop aléatoire.

76Réformer les orthographes défectueuses des toponymes ne suffit plus. Il faut réviser pour des secteurs entiers le choix même des toponymes et procéder à une réactualisation générale d’une cartographie vieille d’un demi-siècle. La situation, en l’état actuel, n’est acceptable ni par les élites locales en manque de repères identitaires, ni par les administrations et les « opérateurs économiques » demandeurs d’outils d’interventions plus précis.

77Il faut passer des transcriptions linguistiques à une écriture vulgarisée mais cohérente.

78On pourrait procéder par paliers et retenir d’abord, outre le foulfouldé, les familles de langues musgum, giziga, mofu, qui couvrent un vaste espace, ainsi que le tupuri.

79Avant de la faire adopter par l’administration et de l’appliquer sur les cartes, il serait possible de la tester dans d’autres travaux comme les dictionnaires de villages, dont le Cameroun est demandeur dans ses programmes de l’Institut national de cartographie.

Note

1 Les linguistes préféreraient muzgum et gizay.

2 Le foulfouldé n’est pas la seule langue disposant d’un système standardisé d’écriture et pouvant être enseignée. Le mofou-goudour présente les mêmes avantages. La longue présence de linguistes de l’Orstom et de la SIL s’est accompagnée de formations en langue vernaculaire. Il existe, de plus, de petits journaux en mofou : « Mey hay makam da Makang » et « Mey hay Mawiya ».

© IRD Éditions, 2005

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540