Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Atlas de la province Extrême-Nord Cameroun

 | 
Christian Seignobos
, 
Olivier Iyébi-Mandjek

Postface

Texto completo

La province Extrême-Nord et l’identité nationale

1Le bilan du demi-siècle écoulé après l’indépendance à travers la province Extrême-Nord est mitigé. La région s’est indéniablement enrichie et équipée. On est passé d’un État, sinon policier du moins très contrôlé par une administration musulmane appuyé par un parti unique, sous le président Ahmadou Ahidjo, à une administration nationale et laïque, avec l’arrivée au pouvoir de P. Biya en 1982. La liberté d’expression, surtout avec le multipartisme, a incontestablement progressé même si, à la différence du Sud, elle n’a pas été associée à l’éclosion d’une presse locale.

2Si la province, comme le reste du pays, enregistre la fin des mythes fondateurs de l’État postcolonial : oublié le père de l’indépendance, fini le parti unique, l’appareil d’État actuel est toutefois devenu plus lointain pour les populations de la province. Elles se reconnaissaient mieux dans le gouvernement Ahidjo, notamment les musulmans qui le percevaient comme une sorte de super-lamido avec de grands notables ministres. Les non-musulmans y trouvait leur compte en profitant des retombées : postes dans l’armée, la gendarmerie et la police.

3Les modalités de l’exercice du pouvoir de l’État ont changé, la crise des finances publiques le contraignant à une moindre omniprésence. Ce désengagement s’exerce dans tous les secteurs de la vie publique. Le retrait des infrastructures est, sans doute, le plus sensible pour la santé, la province se trouvant partagée en zones d’influences : Union européenne, coopérations belge et italienne, fondation suisse et Banque mondiale ; et pour les infrastructures routières, les grands axes sont réaménagés grâce à des fonds internationaux et les réseaux secondaires en grande partie entretenus par la Sodecoton.

4On assiste à la fin des grandes sociétés para-étatiques, Semry et Sodecoton, dont la privatisation traîne en longueur. L’arrêt des projets volontaristes signe aussi la fin de la planification.

5Les entrepreneurs locaux ne sont pas au rendez-vous du libéralisme économique. Le tissu industriel en PME, programmé au début des années 1980, ne s’est jamais mis en place. Les crédits ont été engloutis à des fins somptuaires. Les alhadjis commerçants se prennent aujourd’hui à rêver d’un retour à l’âge d’or de l’époque Ahidjo où l’accès aux crédits sous caution politique était facile et où l’activité commerciale reposait sur des ententes. La vie économique non agricole de la province se partage entre des activités de survie et un secteur, appelé il y a peu encore, intermédiaire et qui se confond avec les pratiques, devenues quasi licites, de la contrebande.

6On est témoin de l’effondrement de certains services, comme ceux de l’Élevage et de l’Agriculture qui ont perdu jusqu’à leur velléité d’intervention.

7On s’inquiète également de l’émiettement de la déontologie dans certains services des forces de l’ordre et de la justice. Par ailleurs, les actions délictueuses de bandes posent de sérieux problèmes de sécurité comme les « coupeurs de route » qui sévirent au cours du premier semestre 1998. Ce type de banditisme s’avère rémanent dans la province.

8L’État n’est plus en mesure de donner des emplois aux nouveaux diplômés, ni d’ouvrir des concours à fort recrutement de fonctionnaires en tenue, ce qui reste une grande revendication de la province.

9L’école n’apparaît plus comme pourvoyeuse de postes. Les groupes qui ont misé tardivement sur le système éducatif voient se fermer la porte devant eux. Les sociétés musulmanes traditionnelles s’en réjouissent, les écoles publiques se vident et les écoles coraniques font le plein. L’effondrement de l’école publique reste sans doute la question la plus préoccupante en 1998. L’enseignement primaire, avec la moitié des effectifs en maîtres bénévoles soutenus par des associations de parents d’élèves impécunieuses, connaît une détérioration sans précédent. Cette décomposition n’épargne pas le secondaire, et les efforts du privé ne parviennent pas, avec les collèges confessionnels, à parer les carences de l’Éducation nationale. L’école n’est pas toujours perçue comme un lieu neutre. On compte un pourcentage infime d’enseignants musulmans et l’idée de laïcité n’a jamais fait florès. Le recul de l’école ne pourra, à terme, qu’entraîner celui de l’adhésion à la citoyenneté qui passe en grande partie par elle.

10Les populations des campagnes de la province n’ont jamais adhéré véritablement au projet national et l’espace de l’État-Nation n’a jamais débordé la ville, voire certains quartiers. Maroua reste un des rares lieux de débat de la politique nationale, ce qui s’est traduit en 1991 par la participation à la campagne « villes mortes » contre le gouvernement Biya. La « société » nationale se renforce à Maroua par le biais de l’accroissement du nombre de fonctionnaires, d’employés et de techniciens de sociétés privées mais aussi par toute une population de recalés de l’école, de divers « compressés » des entreprises et des administrations, de « sauveteurs » rapatriés de Yaoundé. Maroua était un creuset pour la foulbéisation qui, aujourd’hui, n’opère plus sans pour autant avoir cédé le pas à la citoyenneté. Une certaine partition urbaine est en train de se créer et le repli tribaliste ne laisse pas de place au civisme. L’opinion publique se partage entre les factions que sont les grands partis politiques : RDPC (Rassemblement démocratique du peuple camerounais) et UNDP (Union nationale pour la démocratie et le progrès) et leurs transfuges. Toutefois, l’attitude des leaders politiques locaux, souvent prêts à toutes les compromissions, entraîne chez les populations une certaine désespérance qui la conforte dans ses replis identitaires.

11Paradoxalement, le pluripartisme redonne vie aux chefferies, qui deviennent un enjeu pour les partis politiques. Dans les milieux ruraux, voter comme le lamido est la règle. Les grandes chefferies, toujours légalistes en tant que relais de l’administration, ont tendance à faire voter pour le parti au pouvoir. Néanmoins, ces dernières années, elles reçoivent un soutien inattendu de leurs élites urbaines qui, prônant les valeurs du passé, les confortent dans ce retour aux sources.

12La province a subi un processus d’intégration nationale incomplet. La phase de valorisation de l’État aurait dû se poursuivre. Il aurait fallu, encore dans les années 1980, assurer la promotion de l’école auprès de certaines communautés musulmanes, celle des soins de santé auprès des montagnards septentrionaux...

13Pourtant, l’infrastructure administrative n’a cessé de resserrer ses mailles, les districts se muant en arrondissements, les arrondissements se subdivisant en districts jusqu’à la création récente et ex-nihilo de sous-préfectures, l’argument politique prenant le pas sur la raison démographique.

14Cette intégration nationale était d’autant plus nécessaire que l’Extrême-Nord est une étroite bande de terre comprimée entre Tchad et Nigeria. La référence nigériane est préférée à celle du Tchad, jugée moins prestigieuse, alors que la majorité du peuplement de la province y trouve ses racines. Le Nigeria, c’est le Bornou, d’où vient l’islam, et l’empire de Sokoto auquel appartenaient les lamidats peuls de la province. Cette fin de siècle donne l’impression qu’une grande parenthèse de l’histoire de la région incluant les périodes coloniale et postcoloniale se referme. L’ancien empire du Bornou, par Nigeria interposé, semble recouvrer sa zone d’influence économique. Le marché frontalier de Banki qui, en 1986, a remplacé celui de Kérawa, devient le poumon économique de la province. Les voies commerciales transversales reprennent les anciennes pistes caravanières du Bornou, l’axe Bama-Balda-Guirvidig... Des flottes de camions du Nigeria rallient Fianga et, plus au sud, Mbaymboum. La monnaie du Nigeria prime sur tous les marchés frontaliers et au-delà sur les bords du lac Tchad, qui n’a d’ailleurs jamais vraiment gagné la zone franc. Le retour du Bornou est plus prégnant encore aux niveaux culturel et religieux, mais les influences islamistes de l’Est se font également sentir.

15Lorsque, au tout début du siècle, les Allemands ont conquis la région, les lamidats peuls étaient en pleine effervescence religieuse. Il faudra une reprise en main du monde religieux pour asseoir le pouvoir colonial. Les administrations successives devaient, par la suite, surveiller de très près les cénacles de religieux.

16Après 1990, on assiste à une renaissance du fondamentalisme à Maroua, qui se traduit par un engouement pour l’enseignement coranique et un bouillonnement de groupuscules tararbiiya, wahhabites... Les passages de prédicateurs soudanais, pakistanais sont de plus en plus fréquents.

17L’influence du Bornou et du nord du Nigeria se traduit par la séduction d’une grande partie de la classe commerçante qui ont des velléités d’y envoyer leurs enfants faire des études, plutôt qu’à Yaoundé.

18L’intégrisme islamique connaît son pendant avec la montée de mouvements revivalistes chrétiens et des sectes dans les années 1990. Ces dernières, très influentes dans le sud du pays, firent en sorte que leur interdiction initialement prévue dans la nouvelle constitution de décembre 1995, soit caduque.

19On peut alors s’interroger sur ces forces centrifuges et sur le degré d’ancrage des différents milieux sociaux ou groupes ethniques dans la nation. Certains d’entre eux affichent un attachement à l’identité nationale plus fort que d’autres. Cette conscience est redevable, dans le cas des Mundang et des Tupuri, à leur taux élevé de scolarisation et à leur représentation massive dans certains compartiments de l’administration. Les Kotoko, qui ont fourni de nombreux cadres, manifestent le même comportement.

20Les montagnards, réservoir humain sous-représenté pendant la période du président Ahidjo, sont restés longtemps en marge de la société nationale. L’administration a eu peu d’actions dans leur direction et les démarches actuelles des missions et des ONG ne sauraient compenser le retard. La « descente » des montagnards, leitmotiv de la période coloniale et de la première décennie de l’indépendance, n’a toujours pas été repensée. Il ne suffit pas de prendre des populations dans des zones jugées subjectivement surpeuplées pour les déplacer dans des zones peu peuplées, mais juridiquement fortement ancrées dans des lamidats. Ces migrations planifiées, puis pseudo-spontanées et, enfin, libres sont des phénomènes autrement plus complexes, dont les conséquences économiques, sociales et écologiques n’ont pas été vraiment prises en compte. C’est par le biais de l’école qu’ils ont tardivement ralliée que les montagnards intègrent finalement la société nationale. Lors de leurs migrations en plaine, ils jouent la « carte nationale » et leur appartenance à certaines missions. Ils rallient également de nouvelles bases identitaires : « Dynamique culturelle kirdi », « Association des Mofous unis » et bien d’autres, qui rejoignent celles des Giziga, des Tupuri... À ces associations répondent celles des Kanuri, des Fulbe du « Comité des élites du Diamaré »... Ces différentes associations recouvrent ou recoupent des comités de développement qui, depuis la fin des années 1980, fleurissent en milieu rural, animés par des « élites extérieures » (résidant en ville). Elles se muent en courtiers de développement et prennent en otage un certain nombre de ses activités.

21Ces quêtes identitaires sont forcément porteuses de conflits et peuvent toucher des sphères inattendues comme celles des alhadjis commerçants. Sur fond de concurrence commerciale et politique, on remonte sur plusieurs générations pour dénoncer les « étrangers » qui se sont enrichis sur le pays.

22Tous ces mouvements éclatés prospèrent dans un cadre de « crise » économique et foncière et dans celui, plus large, d’une implosion démographique.

23Après une période post-coloniale marquée par des accents nationalistes et la lutte contre l’ethno-régionalisme baptisé « tribalisme », véritable antienne, l’apparente démission de l’État laisse un vide.

24La société nord-camerounaise émergente, celle de la ville, des écoles, bref ce que l’on serait tenté d’appeler la société civile, fait preuve de bien peu d’initiatives. L’asthénie est plus grande encore dans les campagnes, en dépit de la vision qu’en ont encore quelques idéologues du développement. Aujourd’hui, l’aide extérieure boude les administrations et cède le pas aux nouvelles formes d’encadrement que sont les ONG, les bureaux d’études locaux, les comités de développement et autres associations paysannales artificielles dont les sigles évoluent sans cesse. On passe ainsi d’une inféodation à des administrations jugées peu performantes et parfois dévoyées à un inconnu d’où surnagent l’expertise mercantile et l’affairisme caritatif. À Maroua, on compte en 1998 déjà plus d’une cinquantaine d’ONG.

25L’État se résout mal à la perte de son hégémonie et, sans vraiment changer de nature, il modifie ses pratiques de gouvernement. Ce qu’il a perdu en impécuniosité, il essaie de le récupérer par un contrôle des réseaux et par le clientélisme. Cette notion, bien comprise pour ne pas dire acceptée par les populations, ne s’embarrasse malheureusement pas de moralité publique. Il continue à régenter par décrets ou arrêtés les nominations et les promotions administratives. Il ferme les yeux sur les détournements de biens publics par des personnalités qui lui sont attachées et qui cherchent à conforter leur leadership local. L’appui aux réseaux, par exemple celui des chefs traditionnels, peut conduire la haute administration à désavouer gouverneur et préfet, fragilisant un pouvoir qui n’a vraiment pas besoin de l’être.

  • 1 L. Sindjoun, 1996 « Le champ social camerounais : désordre inventif, mythes simplificateurs et sta (...)

26Peut-on se passer d’État ? La « crise » que traverse le Cameroun et dont l’analyse n’a jamais été clairement faite ne serait-elle pas justement dans ce fléchissement de l’État ? Dans la province, c’est moins l’État lui-même qui est vilipendé que ses serviteurs ; son prestige demeure. On a encore besoin des fonctions régaliennes. Il reste le maître des représentations collectives et le « dépositaire de la norme et de la règle »1. Il produit malgré tout une citadinité et une citoyenneté seules à même de limiter les affrontements ethniques et de résorber les héritages conflictuels. Le manque d’État est cruellement ressenti au niveau des politiques de développement. Un certain nombre d’orientations et d’arbitrages ne sont pas rendus. « Acteurs locaux » et ONG ont beau proposer des réformes foncières, rechercher des équilibres entre éleveurs et cultivateurs, formuler des arbitrages entre la sauvegarde du stock cynégétique et la limitation des nuisances que constitue la faune des aires protégées... rien ne pourra aboutir sans le sceau d’une administration responsable.

27On sent le besoin de remettre en selle, et rapidement, des serviteurs de l’État qui puissent fédérer et orchestrer ces organisations montantes que sont les groupements paysans, les comités de développement, les ONG, en leur redonnant les règles du jeu. Cette génération d’administrateurs dégagés de tous préjugés devra être habitée d’un esprit de reconquête pour asseoir une légalité acceptée non plus seulement par les villes, mais par les campagnes. De leur réussite dépend l’avenir de la province.

28 Les éditeurs scientifiques

Notas

1 L. Sindjoun, 1996 « Le champ social camerounais : désordre inventif, mythes simplificateurs et stabilité hégémonique de l’Etat ». In : Karthala, Politique africaine, Le Cameroun dans l’entre-deux.

© IRD Éditions, 2005

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540