Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas de la province Extrême-Nord Cameroun

 | 
Christian Seignobos
, 
Olivier Iyébi-Mandjek

Maroua. Répartition socio-professionnelle et emprise agricole

Christian Seignobos et Olivier Iyébi-Mandjek

Texte intégral

  • 1 Un certain nombre de noms de métiers ou de produits sont passés par l’anglais et plus précisément (...)

1Plutôt que de puiser dans la nomenclature des métiers dont nous disposons en français, nous préférons faire référence à celle en usage à Maroua. Les termes puisés dans le foulfouldé, kanouri, haoussa et aussi pidgin1 rendent compte avec plus de précisions des activités économiques et de leurs nuances, même si parfois elles se recouvrent partiellement.

2Un individu exerce rarement une activité définie, il en a plusieurs qui peuvent être concomitantes ou successives. L’une d’elles toutefois, peut être qualifiée de plus importante, quand elle couvre plusieurs mois dans l’année et représente, pour l’intéressé, la plus rémunératrice.

Les activités de Maroua

L’interpénétration du moderne et du traditionnel

3Maroua enregistre un très grand nombre d’activités. Celles de type traditionnel peuvent se rencontrer dans n’importe quel gros village, comme la fabrication d’instruments aratoires, la confection des harnachements des chevaux, des lits tara (arngaawo), des stores (kasaryel), des portes. D’autres sont tournées vers la fabrication des kanouns sur la copie du Tchad, ou de marmites (ga’doowo makinge) avec des tôles ondulées en aluminium récupérées des toitures.

4Avec l’accroissement du parc automobile et celui des motos, de nouveaux métiers se sont développés, particulièrement liés à la mécanique, la soudure, l’électricité. Mais, depuis les années 1980, ce sont les transformations de l’architecture à Maroua qui ont conduit à diversifier un grand nombre d’activités. Les maçons traditionnels qui gâchent la terre (jii’boowo loope) et lèvent des murs s’avèrent de plus en plus polyvalents et montent également des murs de parpaings. Ils restent souvent puisatiers ou creusent les latrines – encore que cela puisse être une spécialisation. Tapan birikre (faire des parpaings) peut être une activité à part entière, de même que celle de ferrailleur, pour ceux qui posent les fers à béton, et de crépisseur (karpitoowo). Charpentiers (sarfanjeejo), couvreurs, peintres s’accompagnent d’une foule d’ouvriers et d’aides et on enregistre l’émergence de véritables entrepreneurs de maçonnerie.

5Les nouvelles techniques ont entraîné la floraison de menuiseries métalliques, avec des soudeurs (cuudoowo), des vendeurs de pièces métalliques (piloowo jam’de), de tôles, de chevrons, et on voit même apparaître des « mineurs », ouvriers qui manient le marteau-piqueur.

6Parallèlement, le mobilier s’est enrichi. On ne se contente plus de la kanta (étagère à assiettes), on achète des armoires (armnal), chaises, tables, jusqu’au « salon » venu du Sud et de l’Ouest. Les huisseries elles-mêmes deviennent de plus en plus sophistiquées.

L’existence de filières

7La diversité des activités a donné naissance à des chaînes de métiers plus ou moins interdépendants. Certaines ont disparu, comme, dans les années 1950, celle des teinturiers (balinoowo), dont on retrouve encore les bacs à teinture. D’autres ont subi des reconversions, comme celle de la forge.

8Une des filières les plus importantes à Maroua est celle du cuir avec ses lieux de tannage (hoppir’de) ; en amont, les commerçants de peaux (lare joor’de), les tanneurs (hoppoo’be), ceux qui teignent les peaux en rouge (pi’d’de) et, enfin, les cordonniers (nyotoo’be padde) et les maroquiniers (nyotoo’be lare), ceux spécialisés dans les porte-monnaie, les sacs, les poufs, le harnachement des chevaux, ceux encore qui confectionnent les coffrets de Coran.

  • 2 Celle-ci fait partie avec les chevrons, contreplaqués, produits manufacturés... d’un fret qui part (...)

9La filière de la noix de cola est demeurée particulièrement vivante. Toutefois, il n’existe pas à proprement parler de négociants-transporteurs spécialisés dans la cola2. À partir d’un réseau de grossistes, parfois spécialisés dans certaines variétés de cola, une infinité de ramifications de revendeurs alimentent jusqu’au plus petit village. Certains emballent les noix, d’autres les nettoient, les rafraîchissent.

10Une filière s’est développée de façon spectaculaire ces dernières années, celle de la viande. Le système pyramidal est plus marqué qu’ailleurs avec le saarkin paawa, notable du lamido, qui contrôle tous les patrons bouchers (bangaaro), eux-mêmes associés à des commerçants et convoyeurs de bétail. Il y a ceux qui abattent le bétail (loojoowo/kirsoowo), ceux qui le dépècent (boloowo), les « boyautiers », les garçons-bouchers (pincoowo) qui nettoient les carcasses. Suivent les revendeurs de viande en morceaux (cipoowo kusel) et ceux qui préparent et commercialisent la viande sous forme de soya, de brochettes pimentées... Tous les groupes païens montagnards sont présents dans cette filière qui est méprisée par les Fulbe et les musulmans en général.

11Le commerce de sable a aussi sa corporation. La flotte de camions-bennes est partagée entre quelques gros entrepreneurs. À côté d’eux, des centaines de tâcherons louent des « pousses » pour aller extraire le sable des mayos. Il ne s’agit pas seulement d’alimenter la fabrication de parpaings ou celle de mortier, il faut aussi sabler les concessions, de même que l’intérieur des cases traditionnelles. Cette habitude procède du mode d’habiter peul, la propreté des concessions en dépend, propreté qui confine à la pureté rituelle. Le sablage de la concession se fait au moins après chaque saison des pluies.

12Le monde religieux, quant à lui, engendre une série d’activités. À côté des grands modibos, goni’en, des imams juulirde (de mosquée) et des alkali, vit tout un monde d’enseignants (mallumjo jannginoowo), de muezzins (ladan) qui collectent également le mil de la zakkat, sans oublier une foule de pseudo-malloums, charlatans, fabricants de « médicaments », de charmes... qui sont appelés mallum buudeejo ou « marabouts ». Avec plus de huit cents malloums, les activités religieuses sont les plus nombreuses à Maroua, le nombre de mosquées et d’écoles coraniques ne cessant d’augmenter.

13Le pouvoir traditionnel est encore très présent et ceux qui en vivent sont nombreux. La « maison du lamido » est composée de serviteurs, servantes, palefreniers. Les saraaki’en (notables), dont certaines charges sont toujours aussi convoitées, jouent un rôle dans la gestion des quartiers et des villages à la périphérie de Maroua. Des cimaa’en (envoyés) prélèvent, auprès des différentes corporations, des taxes sur les champs du lamido donnés en location, sur les marchés, sur les « stationnements » aux gares routières (souvent en concurrence avec les employés de la commune urbaine). Les grands notables ont également leurs propres saraaki’en : le kaygamma, lamido cudde... On peut également inclure dans la mouvance du pouvoir traditionnel les groupes de griots (bamnbaa’do).

Une longue liste de métiers

14Les tailleurs (teela) constituent une corporation prospère et on compte de très nombreux nyootoowo keeke, ceux qui utilisent une machine à coudre. Les ateliers peuvent être spécialisés dans les vêtements féminins, ou les bubu, njayre, togore, jibbere afranga, jallaabya... jusqu’aux grands vêtements en gabak (ngapaleewol).

15Les brodeurs (tuppitoowo) forment un groupe important avec, près d’eux, ceux qui fabriquent et brodent les bonnets ou qui simplement les lavent et les amidonnent.

16Les blanchisseurs (lootoo’be), les fabricants de matelas, d’oreillers, les ébénistes, les bijoutiers (cubbowo), les forgerons (gudi’en) sont également présents.

17Sur les marchés officient les coiffeurs (wannjam), les barbiers-circonciseurs (femnboo’be) et aussi les rebouteux (mallum beero).

18À cette cohorte de petits métiers, qui est peut-être ce qu’il y a de plus mouvant, s’ajoutent tous les réparateurs de vélos, mobylettes, montres, postes de radio, ventilateurs et même assiettes et marmites (takkan tassa), les rémouleurs (moulins), les fabricants de fards pour les femmes (pinoor’di) ou de parfums (urdi ngoye) à base de rhizomes de plantes aquatiques (Cyperus sp.).

19Enfin, les activités de service se diversifient encore avec la crise économique : porteurs d’eau (may moya/may rwa), manœuvres en tous genres, « pousseurs », « chargeurs », portefaix (bambeejo)…

20Toutefois, la plus grande diversité de situations est offerte pas le commerce. Les commerçants se distinguent par la nature des produits qu’ils proposent, la façon de les mettre en vente et les quantités commercialisées.

21Tenant le haut du pavé, les grands commerçants, alhadjis, possèdent des flottes de camions et opèrent parfois à partir de Douala. Ils ont leurs chauffeurs, mécaniciens, comptables et une suite de convoyeurs courtiers, fondés de pouvoir appartenant à la famille (muletee’do) ou non (dilaalijo), rétribués à la commission. Ces commerçants peuvent être spécialisés dans un produit : bois de charpente, noix de cola, mil... ou dans le transport, ou au contraire faire commerce de tout. Ils peuvent alors se spécialiser dans certains circuits : la route de Douala, de Bangui, de N’Djamena... La majorité des semi-grossistes opèrent sur le circuit de Banki (lawool Banki) à la frontière du Nigeria, lieu d’approvisionnement essentiel de la province depuis qu’en 1984-85 Kérawa fut supplanté. Lawool Banki concerne aussi une infinité de petits commerçants, parfois occasionnels comme les femmes, qui s’y approvisionnent, les revendeurs de pièces détachées et, plus récemment, les revendeurs de carburant qui, par centaines chaque jour, vont se ravitailler à bicyclette. Ce dernier commerce, légalisé depuis 1990, est un rare exemple de petits détaillants qui se sont substitués aux grossistes et semi-grossistes.

22Les commerçants peuvent également disposer de séries de boutiques, spécialisées (sacs, chaussures, réveils, pagnes, parfums...) ou pas.

23Vient ensuite la masse des revendeurs (filtoo’be), le degré zéro de la boutique étant le petit commerce à l’étal (filan tabal) où l’on trouve de tout. Ce tablier peut être ouvert sur les marchés ou devant sa propre concession.

  • 3 Vient du foulfouldé « fond de canari ».

24Les colporteurs proposent des produits allant de l’artisanat (filan tireeda) aux sous-vêtements, vêtements d’enfants, lacets, chaussettes (filan gaana), cigarettes, cassettes... Les commerçants qui répartissent leurs produits dans de petits contenants, sachets et autres (filan pa’dke’en)3 sont appelés aussi ’dankooliijo. Ce peut être de la verroterie, des clous, des boutons... Ils forment une catégorie de commerçants à part.

25Le commerce de tissus et de vêtements est sans doute le plus diversifié avec les commerçants de pagnes (filan turmiiji) et de solides tissus importés de couleur unie (filan batta ou kupon). Le filan gonjo intéresse les friperies occidentales, et le filan baance, les autres vêtements traditionnels d’occasion.

26Chaque grand commerce anime une filière de petits revendeurs, que ce soit celui du grain ou du commerce des oignons et légumes locaux ou importés, celui des poissons, secs ou fumés.

27Tout se vend : les touques en fer, les sacs (pour le mil, buhuure), le papier des sacs de ciment pour empaqueter la viande, préparée ou non. Selon la saison ou l’occasion, ces petits revendeurs peuvent s’intéresser à d’autres produits. Toutefois, leur commerce repose sur des quantités infimes et on les désigne sous le terme de cuku cuku (faire du commerce de tout en fraude et en faible quantité). Pour celui qui, profitant de ses pérégrinations, se livre occasionnellement à un commerce, on emploie l’expression : se waancuru (il se promène) tant l’activité dont il relève a un caractère ludique.

28La vente de tickets de droits de place sur les marchés, de même que les fonctions de président et vice-président des comités de base des partis politiques (RDPC et UNDP) sont considérées comme des métiers dont on vit.

29Les activités liées au transport ressortent aussi de la filière, avec ses chauffeurs, mécaniciens, accompagnateurs... Les motos-taxis, dites « clandos », appartiennent en majorité à des salariés, fonctionnaires, qui les donnent en location.

30Il faut enfin mentionner le monde particulièrement envié des salariés et plus encore des fonctionnaires (kuugal ngomna, travail du gouvernement).

L’organisation des métiers

31L’organisation des corps de métier avec à leur tête un représentant désigné comme saarkin, lawan ou ar’do n’est pas à proprement parler traditionnelle. Elle n’est apparue que sous Lamido Suudi (1901-1908), à l’époque de la colonisation allemande. Lamido Suudi devait reprendre en main Maroua qui lui marquait une forte hostilité, de même qu’envers la présence allemande. Cette nouvelle organisation était un moyen de contrôle supplémentaire, en particulier sur l’ouest de la ville, dominé par le kaygamma, d’autant mieux qu’une partie des gens de métiers en étaient issus.

32Cette organisation sera complétée sous Lamido Amadu Saajo (1909-1943) et Lamido Yaya (1943-1950), qui achèvera la titulature des métiers.

33L’administration coloniale, comme certaines maisons de commerce, trouvaient là des interlocuteurs pour transmettre des directives ou faire passer des commandes importantes. Le chef des maroquiniers et celui des brodeurs et des tisserands redistribuaient ainsi les commandes, puis centralisaient les productions.

34Certaines corporations, comme celle des maroquiniers, étaient exemptées de corvées de voirie et de construction de routes. Les représentants des métiers furent nommés par le lamido qui, parfois, désignait ses serviteurs ; puis ils furent élus pour ensuite être confirmés par le lamido. Les titres les plus anciens, datant de l’époque précoloniale, étaient ceux d’ar’do gudi’en (le chef des forgerons) et de lawan wambambe (le chef des griots). Les premiers à être nommés à ces postes furent en majorité des Bornouans, car ils étaient les mieux représentés, voire en situation de monopole dans différents corps de métiers. Aujourd’hui, Sirata et Hausa forment encore 40 % des effectifs.

35La charge de représentant pouvait être héréditaire, mais souvent l’adjoint du chef prenait sa succession. Chaque représentant réglait les conflits au sein de sa profession et, pour certains, entre grossistes et détaillants. Il prélevait des taxes et des « cadeaux » pour le lamido, dont les montants étaient fort variables selon les corporations. Le lawan dilaali na’i (chef des convoyeurs de bétail) prélevait un pourcentage sur toutes les négociations de bétail. Pour la fête du tabaski, il offrait trois têtes de bovins et il fournissait à la demande pour les réceptions. Le chef des tailleurs habillait les notables à leur nomination. Le lawan sehoo’be (chef des boisseliers) offrait mortiers et pilons avant le ramadan. Le chef des commerçants de poisson sec approvisionnait les sarés du lamido et de certains notables. Le saarkin gooro (chef des commerçants de cola) levait pour le lamido des taxes sur les sacs de cola débarqués à Maroua, alors que le lamido gooro (chef des revendeurs de cola) les levait directement chez ces revendeurs.

36Certains chefs de corporation ont très tôt échappé au lamido, c’est le cas du saarkin tassa, chef des grands commerçants qui se sont regroupés dans un syndicat de transporteurs dès l’indépendance, étroitement affiliés au parti unique.

37Actuellement encore, de nouveaux chefs de métiers émergent, mais ils ont un rôle plus effacé. Aujourd’hui, la commune urbaine recueille les taxes, que ce soit sur les colas ou la location des « pousses ». Les boisseliers paient patente au service des Eaux et Forêts... Toutefois, les « cadeaux » pour le lamido sont encore de mise.

38La tendance est au cumul ou à la succession d’activités. Certaines associations d’activités liées au cycle saison sèche/saison des pluies sont courantes. On peut exercer le métier de maçon, de maroquinier, de boucher, de colporteur ou encore de manœuvre... pendant la saison sèche et redevenir cultivateur pendant la saison des pluies.

39On rencontre souvent des activités jumelées, comme celles, très sédentaires, d’un commerce à l’étal et de vente d’eau ; ou d’autres logiquement associées, comme vendeur de pièces détachées de mobylettes et loueurs d’engins ; de jardinier et commerçant de légumes... À l’inverse, des activités peuvent être très différenciées. Il est possible de mener de front le commerce de godon, tissu traditionnel, et celui de cola ; celui du riz et des tissus ; un charpentier peut être aussi commerçant de cola ; un maçon vendeur de poissons secs...

40Il existe plusieurs niveaux de commerce avec des activités de repli réclamant moins d’investissement. Un même individu peut commencer par le commerce des aleewa (bonbons pimentés) avant de passer à la revente de cola, puis au commerce de pa’dke. Si les affaires prospèrent, il commercialisera des tôles et des chevrons, ou des sacs de plastique du Nigeria... En cas d’échec, il repassera par des paliers antérieurs qu’il maîtrise mieux.

  • 4 Certains hauts fonctionnaires ont possédé jusqu’à 83 motos-taxis, d’autres trois à quatre camions (...)

41Le cumul d’activités touche aussi le monde des salariés et des fonctionnaires. Même les plus hauts placés – pour ne pas dire surtout – sont saisis par l’affairisme, directement ou par le biais de leurs épouses ou d’hommes de paille, mettant à profit leurs relations dans les douanes ou leurs liens avec la police pour pratiquer un commerce fortement apparenté à la contrebande4 et celles avec les pouvoirs traditionnels et administratifs pour se faire concéder des terrains.

Une ville encore agricole

42Les habitants de Maroua s’avouent volontiers « cultivateurs ». Même un grand commerçant se présentera avec cette modestie, d’abord parce que le taux d’imposition est le plus bas pour cette catégorie d’activités et aussi que cette qualité induit la possession de champs le désignant comme enraciné dans la place.

Cultivateurs et rentiers du sol

  • 5 Parmi les cultivateurs exclusifs, 53,5 % sont propriétaires, 28 % locataires ou bénéficiaires de p (...)

43Maroua reste encore une grosse agglomération agricole. Sur 11 91 5 chefs de famille (exception faite des fonctionnaires du sud et des invalides), en 1990, 54,5 % des enquêtés disposent alentour de terres dont ils sont propriétaires, locataires ou les deux à la fois. Certains peuvent travailler des parcelles prêtées – ce qui devient de plus en plus rare vu le prix des loyers – ou encore bénéficier de parcelles sur le domaine du lamido. 19 % se révèlent être des cultivateurs exclusifs5 et 35,5 % possèdent des champs et y associent une autre activité.

  • 6 Il existe une forme d’achat de terre en viager, pratiquée par des commerçants (qui prennent en cha (...)

44On remarque une forte proportion de locataires, y compris parmi ceux qui ne vivent que de l’agriculture, véritable situation de survie pour les islamisés dont les femmes ont peu ou pas d’activités. En revanche, les gens qui se comportent comme des rentiers du sol, principalement des zones de vertisols (karal), ne représentent qu’environ 200 personnes dans notre enquête. Les femmes qui ont hérité de terrains de culture n’ont pas été comptabilisées, ni les personnes qui donnent en location une partie de leurs terres6. Certaines n’en tirent qu’un faible revenu, mais il n’en va pas de même pour celles qui donnent en location plus d’une centaine de cordes.

  • 7 Il faudrait ajouter quelques dizaines de tâcherons exclusivement tournés vers les cultures, mais q (...)

45Nous pensons toutefois que l’importance des champs exploités au village d’origine a été sous-estimée, en particulier pour les Fulbe, Mofu et Giziga, issus des environs de Maroua. Le nombre de familles ayant une activité agricole atteindrait alors 60 %7.

46Les champs des femmes n’ont pas été pris en compte. Or, dans certaines ethnies elles s’avèrent très actives, allant jusqu’à louer des cordes entières de karal, parfois avec du coton, se livrant même à une culture spéculative de légumes en champ. Les hommes qui ne cultivent pas sont de jeunes adultes de moins de 30 ans, qui hériteront plus tard des champs de leurs pères ou se porteront acquéreurs de parcelles. Ils aident occasionnellement un parent pour le premier sarclage ou les récoltes.

  • 8 Les baux pratiqués en 1988 étaient de 4500 à 6000 F CFA la corde pour du sorgho rouge (njiigari) o (...)

47Les terres de karal sont les plus recherchées, elles font l’objet des appropriations les plus anciennes et les plus strictes et elles représentent 66 % des parcelles louées8.

48Les quartiers extérieurs, anciens villages de la périphérie de Maroua, ont naturellement le plus fort pourcentage de cultivateurs. À Makabay I, seulement 12 % des chefs de famille ne cultivent pas ; il en va de même pour les différents quartiers Ziling. Pour les quartiers de Nguessao, leur nombre chute à 5 %. Sur les marges sud de Domayo, la proportion de ceux qui n’ont pas de champs reste encore faible. Pour Zourmbaywo I et II, on note respectivement 25 % et 24 %. Il s’agit de gens anciennement établis à Maroua et qui, pour des raisons de commodité, se sont portés à la périphérie de la ville tout en conservant leurs terrains de culture. Les quartiers du nord, fortement enclavés dans la montagne, présentent la plus forte proportion de ressortissants ne disposant pas de terre et n’en louant pas : 72 % à Doualaré, 73 % à Djoudandou et 64 % à Lopéré. Au cœur de la ville, à Maodiwo et à Kakataré par exemple, 44 % et 23 % seulement n’ont pas de champs.

49Le faire-valoir direct domine. Pourtant un grand nombre, même parmi ceux qui louent leurs champs, prennent une main-d’œuvre salariée. Certains cultivateurs de Dougoy, Doursoungo et Nguessao, possesseurs de karals particulièrement riches, se sont transformés en entrepreneurs agricoles, employant des dizaines de salariés. Ils sont ainsi une soixantaine à être devenus des cultivateurs-commerçants-spéculateurs en grains. Les plus grands propriétaires fonciers restent naturellement les lamidos, le kaygamma et certains chefs de quartiers. À Maroua, la terre est aussi une valeur-refuge et 75 commerçants dits « en faillite » se sont reconvertis en agriculteurs.

  • 9 Mofu et apparentés (Gemzek, Zulgo, Molkwo, Muyang) sont les seuls à cultiver la montagne. Les Mofu (...)

50Les Mofu9, dont les quartiers sont accrochés aux basses pentes des collines de Makabay et de Marouaré, les mettent en valeur avec des sorghos de montagne (cerge), laissant les hauteurs à la divagation du petit bétail. Ils louent peu de terre de karal à cause du coût élevé des baux et préfèrent vendre leur force de travail en ville ou comme manœuvres sur les champs des autres.

51Le maraîchage intéresse 6,4 % des cultivateurs. Ce sont d’anciens jardiniers de Domayo qui se sont déplacés à Ferngo, puis à Meskine, Ziling, Hedjer. Certains partent jusqu’à Houloum et même sur le mayo Ranéo (cf. Les cultures maraîchères). De nouveaux venus, Giziga et Mofu, islamisés ou non, les ont rejoints. Ils se livrent à la culture spéculative d’oignons et de brèdes. Cette activité est le plus souvent jumelée à une autre, petit commerce ou artisanat. Les locataires sont ici nombreux en dépit de baux élevés. Le maraîchage est maintenant tenu par les femmes dans les quartiers de Domayo Lougol, Domayo I et Bololo. Il n’apparaît comme une activité essentielle qu’à l’ouest de la ville, à Makabay et à Ziling (cf. Les cultures maraîchères).

L’emprise agricole de la ville

52Certains cultivateurs peuvent avoir jusqu’à sept parcelles éclatées et fort éloignées les unes des autres. Si la plupart cherchent à réduire le plus possible l’éloignement des champs, la volonté de disposer d’une récolte de saison des pluies et d’une de muskuwaari pousse les familles à posséder deux zones de culture et souvent trois si l’on inclut les champs de femmes. Les habitants de Domayo peuvent, en revanche, avoir leurs champs dans une certaine continuité géographique en direction du sud.

  • 10 Un habitant de Diguirwo I, bien qu’originaire de Mindif, acheta en 1981 un vaste champ à Mogom du (...)

53À Maroua, on exploite la terre sur deux axes principaux. Le sud a été privilégié car il a progressé avec le développement du muskuwaari à partir de Ferngo et Makabay, vers Mayel Denguesdji, Tchoukounga, Bao-Hosséré, Karal-Hala, Djodjong... jusqu’à Nanikalou, Matfay et Mogom. 25,5 % des parcelles cultivées par les gens de Maroua se situent là. Avec l’épuisement des karals de Tchoukounga, ils font pression sur Matfay et surtout Mogom, descendant le mayo Boula de Yakang à Ouro-Zangui. Mais la limite avec Mindif est proche et passe entre Salak et Yakang pour remonter à seulement 7,5 km de Maroua avant de retraverser le mayo Boula entre Mogom et Kahéo. Cette partie du mayo Boula avec ses vastes karals fut un enjeu depuis toujours entre Maroua et Mindif ; les conflits ont été nombreux et faillirent dégénérer dans les années 1930 à propos de Karal-Hala (le karal de la palabre). Le lamido de Mindif veille jalousement sur ses possessions. Les ressortissants de Maroua ne peuvent acheter la terre, ils sont autorisés seulement à la louer10.

54Le deuxième axe de développement des champs de Maroua est celui du nord, ou plus exactement du nord-est, qui longe sur sa partie orientale Hosséré Mogazang, de Ouro Bikordi, Djoundé, Mayel Ibbé, Kosseyel, Mogazang, Gayak, Adiya, Kosséwa, Massourdouba, Iba, Médemtéré jusqu’à Papata. On trouve là 21 % des parcelles des habitants de Maroua. L’autre versant de Mogazang ne compte que 6 % des parcelles, à Mambang, Houloum, Godola, Markaba, Dogba.

55En revanche, les champs de Maroua connaissent un moindre développement à l’ouest : 17 %, et surtout à l’est : 7,5 %.

56L’emprise agricole très concentrée de Maroua est le fruit de ses origines modestes, la ville se trouvant comprimée entre des principautés plus puissantes qu’elle : Meskine à l’ouest, Mindif au sud et Bogo à l’est. Ainsi s’explique son extension vers le nord-est, zone de conquête sur les Giziga Bi-Marva, et sa difficulté de pénétration sur le mayo Boula, autrement dit le pays zumaya, convoité à la fois par Bogo, Mindif et Maroua.

57La poussée vers Meskine est plus récente et a été facilitée par l’annexion de Meskine par Maroua.

58On est en présence d’un quasi-terroir citadin, très ramassé sur l’axe privilégié Kosséwa-Matfay. Les habitants de Maroua se cantonnent dans les limites de leur lamidat ; peu s’exposent à acheter des terres ailleurs. S’ils vont cultiver au-delà, c’est sur des champs hérités, dans les villages d’origine (environ 10 % des parcelles mises en culture par des habitants de Maroua). Les ressortissants de Maroua ne dépassent pas au nord le mayo Mangafé, respectant la frontière historique avec les Mandara. La recherche de champs sur les routes de Bogo et de Ngassa est récente.

La disparition des grands troupeaux de bovins et l’affirmation d’un élevage ovin citadin

59Le nombre d’éleveurs à Maroua est en recul : 198 chefs de famille avouent tirer le plus gros de leur revenu de l’élevage et, pour certains, être des éleveurs exclusifs.

60Il n’existe plus, en principe, de troupeaux dans le centre-ville, hormis deux à trois têtes par-ci par-là. La sous-préfecture urbaine et la mairie ont, depuis les années 1960, pris des mesures interdisant la divagation du bétail en ville (arrêté renouvelé en 1981). Le bétail est donc refoulé dans les quartiers périphériques, où l’on rencontre le plus grand nombre d’éleveurs : Doursoungo, Dougoy II, Makabay I, Nguessao, Nguessao Yoldéo, Ouro Djama... Ils prennent en charge une partie des troupeaux de certaines familles de Zokok, Gada Mahol, Maodiwo et Lopéré.

61Maroua présente encore, du point de vue de l’élevage, un comportement de village peul avec ses réserves de pâturage de saison des pluies où stationne le bétail. Pour les éleveurs de Domayo et de Nguessao, le bétail va à Waldé-Giring et celui des éleveurs de Makabay et Ziling à Waldé-Kofiki, au sud de Mayel Denguesdji. Un certain nombre d’emplacements fonctionnent comme des harde dabbaji (zones de regroupement du bétail), où le bétail attend au moment de la saison des pluies que les karals s’égouttent, comme vers le « Commices » où sont maintenues 350 à 400 têtes de bétail. La présence de l’usine Sodecoton leur permet d’utiliser les graines de coton, en particulier pour le bétail de Domayo, estimé à près de 1500 têtes. Toutefois, ici, l’élevage n’est qu’une activité d’appoint et ceux qui disposent de plus de 4 à 5 têtes de gros bétail sont rares.

  • 11 Il s’agit de trois types de bouviers : ceux qui accompagnent la transhumance vers les yayrés et le (...)

62Bien qu’il soit difficile de connaître la richesse en gros bétail de Maroua, on peut estimer à 5000 le nombre de bovins qui stationnent en ville ou à proximité immédiate. Ce sont toujours dans ces mêmes quartiers que l’on trouve le plus fort contingent de bergers11, sans que soient comptabilisés les nombreux bergers de petits ruminants. On note également l’amorce d’une embouche bovine, de trois à cinq têtes de bétail, nourries aux tourteaux et tiges de muskuwaari.

  • 12 Tout un commerce de tourteaux se met en place et une quinzaine d’éleveurs fabriquent et vendent un (...)

63L’élevage des petits ruminants, plus précisément du mouton, est en progression, en fonction de l’accroissement de la communauté musulmane. En témoigne l’importance des apports quotidiens de fanes d’arachide, niébés et d’herbe à Maroua12.

64Pour E. Thyset al. (1988), 41,7 % des concessions enquêtées possédaient au moins un animal, soit un petit ruminant pour six habitants. 66,2 % étaient destinés à l’auto-consommation. L’ensemble de cet élevage était estimé à 21373 bêtes. Il appartient essentiellement aux Fulbe et islamisés. Les Mofu, qui élèvent plus volontiers des chèvres – hormis pour les quartiers de Makabay – ont laissé leurs troupeaux sur leurs massifs d’origine.

Activités et ethnies

65Beaucoup d’activités sont liées à une ethnie ou à un groupe réduit d’ethnies. Par exemple, les bijoutiers sont hausa, arabes Showa (Haddad), ou encore « sénégalais » ; les vendeurs de thé ambulants (may shay) sont arabes Showa, hadjeray-yalna (Tchad) ; ceux qui fabriquent des marmites à partir de matériaux de récupération sont « sénégalais ». Certains métiers subissent ou ont subi une substitution d’ethnies, les porteurs d’eau (may rwa) ont longtemps été kanembu, arabes Showa, avant d’être supplantés par des Mafa et Mofu.

66D’autres activités, en revanche, plus ouvertes, relèvent soit d’une volonté d’insertion dans la ville, soit de métiers nouveaux : gardiens, blanchisseurs, menuisiers, soudeurs...

Religion et pouvoir traditionnel

67Malloums et bamnbaa’do illustrent l’un la dominante d’un groupe, l’autre une grande diversité.

68Les religieux, enseignants ou non, sont représentés par les Fulbe au sens strict (50 % de l’ensemble). Au sein des Fulbe, ce sont les Ngara-Mawndin qui forment le plus gros contingent, une centaine, et sont aussi parmi les plus réputés. Il convient toutefois de mentionner les Fulbe Badawwoy (une trentaine), lignage du lamido qui, traditionnellement, fournit les grands imams, modibos et alkali.

69À côté des Fulbe, on rencontre des groupes très divers : Waddaïens, Arabes Showa, Hausa, Jerma... Néanmoins, les Bornouans dominent avec 86 malloums. Maroua continue à attirer les grands malloums pour leur enseignement. Rares sont ceux qui sont issus de groupes récemment islamisés. Si l’on écarte les Bi-Marva et les Zumaya, ils ne sont plus que 8,5 % avec, parmi eux, des Mofu Wazan de Gazawa et des Giziga Kaliaw.

70On recense une cinquantaine de grands imams juulirde. Les malloums et modibos qui animent une école à l’exclusion de tout autre activité sont 226, ceux qui cultivent et commercent, 153. Une dizaine vendent de la littérature pieuse, 7 sont spécialisés dans le traitement des maladies mentales et de l’hystérie, quelques-uns dans la chiromancie.

71Quant aux « marabouts », on constate une inversion, les Fulbe ne sont que 16 % cédant le pas à des balee’be, des Sirata Balda et à des islamisés, dont les Mofu Wazan. Parmi les 43 muezzins de l’enquête, tous professionnels, un seul, aveugle, est peul. Tous les autres sont des descendants de balee’be ou des islamisés récents.

72Les griots sont d’extractions diverses. Une vingtaine d’ethnies sont représentées : Amruk (Fulbe Bagaarmi), Zumaya, Kotoko (Woulki), Fali... Deux groupes se détachent, celui des Hausa, une dizaine à Founangué IV, et les serviteurs de Mawndin et Badawwoy, une demidouzaine à Mayel Ibbé et attachés au lamido. Deux griots seulement ne sont pas musulmans. Leur art et leurs instruments de musique sont variés. Lors des fêtes, ils opèrent pour leur compte ou en groupe. Ils témoignent de la vitalité de la société traditionnelle à Maroua. La moyenne d’âge est élevée.

73Les serviteurs du lamido et des lawans sont 84, auxquels il faut ajouter une quarantaine de commissionnaires, releveurs de taxes qui couvrent autant de villages ou de quartiers. Ceux qui habitent Zaguiré, sous-quartier de Bongoré, sont d’origine servile.

Les artisans

74Le métier de coiffeur demande peu de matériel et une simple insertion dans la société musulmane, aussi y rencontre-t-on des gens venus d’horizons très divers, des Haddad du Tchad, des Vere, Soso islamisés. Ici encore, 30 % de la profession regroupe des Sirata Borno, puis des Margi « hausaïsés » et des balee’be.

  • 13 Les forgerons pratiquaient un ensemble de rituels complexes et de règles de conduite liées à la fo (...)

75La forge fut pendant longtemps un moyen de s’intégrer dans la ville. Toutefois, les différents groupes forgerons furent toujours suspectés de pratiques peu orthodoxes par les musulmans, aussi ont-ils tendance à abandonner peu à peu cette activité13. Le chef des forgerons, ar’do gudi, chef de quartier de Gada Mahol IV, est d’origine bi-marva. Il est le représentant d’autres familles de forgerons qui possèdent leur propre ar’do : les Zumaya, les Mandara venus jadis (à la demande du lamido de Maroua) renforcer les Bi-Marva à Zokok-Ladéo, et celle enfin des Sirata Paatawal.

76Ces anciens groupes sont en voie de dissolution, abandonnant un métier mal perçu. Certains se sont reconvertis dans la menuiserie métallique. Ils sont remplacés par des forgerons issus de groupes périphériques à la tête desquels se trouvent les Giziga (non musulmans) de Loulou, Moutouroua... Tous les grands groupes forgerons de la province sont représentés, les Musgum Mogulna, les Murgur, les Bana... On recense également des Hausa, promoteurs de nouveaux modèles de houes et fabricants de charrues. Les non-musulmans représentent environ 40 % des soixante-dix forgerons.

77Les bouchers suivent un peu l’évolution observée chez les forgerons. Les anciens groupes qui avaient la maîtrise de cette corporation sont en repli par rapport à de nouveaux venus. Les Fulbe sont toujours absents dans cette branche. Les anciennes générations de bouchers étaient les Bi-Marva – dont était issu leur chef – (37), des descendants de balee’be et riimay’be (encore une vingtaine). Puis le chef des bouchers a été un Giziga islamisé de Dogba, accompagné d’un contingent de Giziga islamisés (47, dont 18 de Dogba) et de 43 autres, non musulmans, d’établissements divers. D’un deuxième groupe, de Mofu (75 islamisés et 32 non islamisés) est issu l’adjoint du saarkin paawa, un Mofu Gemzek qui est devenu à son tour chef des bouchers en 1991.

78Le recrutement des égorgeurs, équarrisseurs, « boyautiers » et revendeurs de viande touche une trentaine d’ethnies. Cela représente pour beaucoup l’opportunité de s’insérer économiquement dans la ville et de gagner de l’argent.

79Quant à la préparation de la viande (brochettes, soya, marara...), elle est essentiellement assurée par des « Hausa », en fait des Mafa ou des Margi qui ont vécu au Nigeria grâce à ce métier et sont devenus hausaphones. 34 % des aides-bouchers et 70 % de ceux qui cuisinent la viande ne sont pas musulmans.

80La filière des métiers du cuir (commerçants de peaux, de tanins végétaux, mégissier-tanneurs, maroquiniers, cordonniers, commerçants d’objets de cuir) vient en deuxième position après la corporation des religieux.

  • 14 G. Dégatier et O. Iyébi-Mandjek (1993), font état de 819 artisans du cuir, dont 134 tanneurs, 324 (...)

81Nous avons recensé 729 chefs de familles dont 63 maîtres tanneurs (sans aides et apprentis), 383 maroquiniers, le reste en cordonniers dont un volant de cordonniers-maroquiniers. Rappelons que notre enquête est constituée de gens payant l’impôt à Maroua et correspond aux deux tiers de la population de la ville14.

82G. Prestat en 1952 recensait 75 tanneurs, 74 cordonniers et 141 maroquiniers, soit 290 artisans. La proportion de cordonniers aurait donc augmenté par rapport aux deux autres corporations. Toutefois, l’ensemble des artisans des métiers du cuir aurait diminué des deux tiers, en importance relative, compte tenu de l’évolution de la population.

83Pour les tanneurs, les groupes dominants historiquement et encore aujourd’hui sont les Sirata et les Hausa (36 %). Les Fulbe sont absents.

84Les Fulbe (F. Zokok et Giziga islamisés, en particulier G. Kaliaw) sont plus nombreux chez les maroquiniers. Les cordonniers sont le plus souvent des Giziga islamisés. Les Sirata, avec 11 %, sont également représentés chez les maroquiniers et les cordonniers. Les Hausa, en revanche, ne participent pas à ces activités. Seuls 13 % des artisans du cuir ne sont pas musulmans et la corporation fonctionne comme un moule à islamisation où la conversion du postulant est quasi obligatoire. En revanche, depuis 1970, les haa’be de plaine investissent peu à peu la tannerie, alors que les montagnards ont fait une timide entrée parmi les cordonniers.

85La tannerie s’assimile plus ici à un travail de mégisserie (peaux de petits ruminants). Le « travail de rivière » (reverdissage, épilage et déchaulage) s’effectuait jadis avec des solutions végétales (écorces de Ficus platyphylla et d’Anogeissus leiocarpus additionnées de cendres). Actuellement, il inclut de plus en plus de produits chimiques. Le tannage proprement dit passe par trois bains où le tanin essentiel reste les gousses d’Acacia nilotica (gabde). La tannerie, sur la route de Mindif, couvre un hectare. Dix quartiers regroupent 260 bassins de trempe avec un grand nombre de danki (auvent) pour abriter les peaux, que se partagent 67 maîtres-tanneurs.

86Un tanneur traite 240 à 400 peaux de petits ruminants par mois. La production mensuelle d’un cordonnier oscille entre 100 et 200 paires de samara. Un maroquinier, non spécialisé, confectionne 10 sacs à main, 120 portefeuilles et 10 poufs, non brodés, par mois.

87La maroquinerie fournissait jadis une clientèle de notables et de « chevaliers » peuls. C’est un noble art développé à l’image de celui du Bornou. Les Sirata, venus directement du Bornou ou de Paatawal en furent les initiateurs et l’apprentissage s’apparenta, dès le départ, à un compagnonnage.

88L’administration coloniale, consciente de l’importance de cet artisanat, voulut en améliorer les techniques. Dans les années 1930, elle envoya des artisans se perfectionner à Fort-Lamy et même en France. On prôna le modèle marocain. On passa ensuite à la mise en place d’un centre commercial (le Centre artisanal), construit à l’entrée du Grand Marché, en face de Kakataré, en 1955. En 1947 déjà, la SIP (Société indigène de prévoyance) monta une section artisanale pour l’aide à la commercialisation. Pendant la période d’après-guerre jusque vers 1960, « l’Artisanat » demeura le domaine d’intervention réservé des épouses de chefs de régions. Avec la Socooped en 1960 (Société coopérative d’épargne et de développement), les commerçants vont court-circuiter les artisans et récupérer tous les réseaux de vente. Ils garderont cette position (en dépit de la Cooparmar, Coopérative des artisans de Maroua) jusque dans les années 1990.

89Ces coopératives qui se sont mises en place n’éliminèrent pas pour autant les structures pseudo-traditionnelles, et l’audience du lawan lare (chef des cuirs) du quartier Pidéré, un Fulbe Zokok, n’est pas négligeable. Dans la décennie 1980, l’artisanat du cuir enregistre un certain désintérêt, parallèlement à une baisse de technicité qui se répercute sur les produits, moins bien finis.

90Avec la crise économique qui se prolonge, cette branche de l’artisanat prouve encore sa vitalité et sa capacité d’innovation avec certains articles nouveaux : nous donnerons l’exemple des samara dites « makabayje ».

91Ce type de babouches très décoré aurait été mis au point à Ngaoundéré. Un apprenti originaire de Maroua a ouvert un atelier à Makabay. Les commandes affluent par lots de plusieurs centaines pour Douala et le Gabon. Il recrute une dizaine d’apprentis qui un à deux ans après s’établissent à leur compte, fabriquant toujours ce modèle. Ce produit devient une spécialité de Makabay. En 1998, on recense une douzaine d’ateliers, mais déjà le marché marque des signes de saturation.

92Les derniers venus dans cette filière sont les réparateurs de chaussures et une catégories de cordonniers et cireurs ambulants ayant appris leur métier au Nigeria (1990). Ils passent dans les rues pour proposer leurs services, se signalant par le claquement du fermoir de leur boîte à outils.

93Chez les tailleurs, le groupe dominant est celui des Fulbe (33,7 %), puis des Bi-Marva et Fulbe Zokok (17 %), des Giziga islamisés (11,5 %), des Sirata (9 %)... L’éventail du recrutement est très large, on note toutefois que sur les 419 tailleurs de la place, 4 % seulement sont chrétiens. Sur les 15 qui cousent les grands boubous, les Fulbe sont les plus nombreux. La trentaine de fabricants de bonnets forment un corps de métier à part où les Giziga dominent. En revanche, l’origine des amidonneurs de bonnets est plus mêlée.

94Le métier de brodeur est réservé aux islamisés. Leur représentant (lawan baate) est un Fulbe Badawwoy (quartier Maodiwo). Les Fulbe, si on leur adjoint les Fulbe Zokok et les Bi-Marva, représentent 70 % du groupe. Les islamisés de fraîche date sont pratiquement absents parmi les 92 brodeurs, dont six sont brodeurs dessinateurs.

95Chez les blanchisseurs, en revanche, les Fulbe sont absents, de même que les islamisés anciens. Balee’be et Bi-Marva sont un peu mieux représentés. Des islamisés récents (Giziga, Mafa, Mofu et surtout Kapsiki) forment les 60 % de la centaine de lotoowo. Le chiffre exact est difficile à appréhender, car il y a beaucoup de migrants temporaires dans cette activité. Les chrétiens ne sont que 5 %, alors que les blanchisseurs des quatre grands hôtels de Maroua sont quasiment tous chrétiens. Ceux recensés travaillent comme des artisans blanchisseurs, ils collectent les vêtements et les redistribuent à des tâcherons qui lavent dans les séanes du mayo Kaliao et qui sont, eux, non musulmans (Kapsiki et Mafa en général).

96Les métiers du bâtiment sont assez bien structurés avec maître, ouvriers, apprentis, tâcherons. Certains mêmes sont de véritables entrepreneurs disposant de matériel. Toutefois, ici encore, le chiffre des maçons (340) ne peut être qu’estimatif, car il comprend les manœuvres à tout faire. L’acquis minimal exigé pour ces métiers fait que le spectre de recrutement est très large, une soixantaine d’ethnies. Elles sont d’origines très diverses, avec une mosaïque de gens venant du Tchad, Arabes Showa, Kanembu, Barma... auxquels s’ajoutent des Kotoko et des Fulbe Yillaga. Maîtres et ouvriers sont toutefois essentiellement giziga et mofu. Ils se répartissent de façon presque égale entre les maçons traditionnels et les modernes ou ceux qui pratiquent les deux méthodes (22 % de Mofu, islamisés ou non et 20 % de Giziga, de toutes confessions). Des groupes à tradition de bâtisseurs sont également représentés, comme les Musgum, Masa, Mundang (16 %). Les manœuvres mafa (5,2 %) sont très largement sous-représentés et n’apparaissent pas en raison de leur statut de temporaires.

  • 15 Les administrateurs coloniaux furent très frappés par l’absence de meubles dans la ville de Maroua (...)

97Les menuisiers sont souvent charpentiers (une soixantaine) et parfois ébénistes (les ébénistes purs ne sont qu’une quinzaine). Les charpentiers-couvreurs sont également une soixantaine. Le recrutement est ethniquement très éclaté, mais à cause du rôle des missions dans la formation à ces métiers, les chrétiens représentent 45 %15. Les ressortissants du sud ont largement prospéré jusqu’en 1985 grâce aux commandes de l’administration. Ils ont ensuite été remplacés par des Biafrais. En 1991, la fabrication des meubles, sur place, à Maroua, battue en brèche par les importations du Nigeria, stagne. L’ébénisterie est une illustration des changements extrêmement rapides que connaît la ville de Maroua.

98Les métiers très techniques comme électriciens, plombiers, carreleurs... restent parmi les plus ouverts. Aucun groupe ne domine vraiment. Les non-musulmans y sont 30,4 %. Les Fulbe (8 %) boudent ces métiers.

99Les débits de boissons sont tenus en majorité par des Bamileke, qui ont souvent commencé comme photographes avant de passer à cette activité autrement plus lucrative.

  • 16 Cette commercialisation à partir des bornes-fontaines publiques entraîne des rapports conflictuels (...)

100Le nombre de manœuvres de notre corpus (625), comme les transporteurs de sable, d’eau, les « chargeurs », les bambe, les porteurs d’eau... n’exprime pas la réalité, les chiffres doivent être multipliés par six ou sept. On y rencontre très peu de musulmans, mais plutôt des migrants temporaires venus de la montagne, des bords du Logone ou du Tchad. Quant aux « porteurs d’eau », leur recrutement est composé de Mafa et de Marba-Musey-Lélé (région de Kélo). Ils s’approvisionnent soit à partir des dix-huit bornes-fontaines16, en général avec des palanches, soit auprès de particuliers qui commercialisent l’eau de la SNEC, et qu’ils chargent sur des pousses par dix bidons de 20 ou 25 litres. Les meilleurs clients sont les gargotières ou les brasseuses de bière de mil.

Les commerçants

101Fulbe, Foulbéisés et musulmans dominent de façon quasi exclusive les différentes filières commerciales. Les non-musulmans peuvent apparaître dans le commerce du bois et de la bière – souvent associés dans les dépôts-collectes – et dans les commerces de table.

102Certaines denrées sont l’objet de quasi-monopoles. La commercialisation du poisson sec voit s’illustrer, comme on pouvait s’y attendre, des groupes de pêcheurs du Logone : Kotoko et Musgum. Les grossistes sont dominés par les Bornouans qui détiennent 40 % de ce commerce, singulièrement des Sirata Balda établis à l’entrée des grands yayrés, par où était écoulé tout le poisson du système Logone-yayré avant 1974-75. La revente est entre les mains d’islamisés qui, généralement, couvrent des secteurs géographiques bien précis.

103Le commerce du natron et du sel est plus encore un monopole sirata (80 %) et de Sirata Borno, avec quelques ressortissants du Niger.

104Le commerce de la cola a comme chefs de file les Sirata Paatawal et les Hausa. Ils sont concurrencés au niveau du commerce de gros (environ une trentaine de commerçants) par les Fulbe parmi lesquels se glissent aussi des Zumaya, Mandara, quelques Bamileke et Yoruba (31,2 % de Sirata et Hausa, 29,3 % de Fulbe, 18,8 % de Fulbe Zokok, Bi-Marva et Zumaya). Les petits revendeurs qui fournissent les abords de la ville sont essentiellement des Mofu Wazan (Gazawa) et des Giziga Dogba.

105Le commerce du bétail est indiscutablement entre les mains des Fulbe (79,5 %). Celui des petits ruminants est plus ouvert et les Fulbe ne sont présents qu’à 39 %. Les non-musulmans commencent à apparaître, chez ceux qui en font leur activité majeure.

106Le commerce des peaux (80 commerçants et rabatteurs non occasionnels) est tenu à 42 % par les Sirata Borno et les Sirata Paatawal (49 % avec les Hausa dont est issu le chef). Les commerçants de peaux achètent durant la saison sèche les peaux de bovins et de petits ruminants. Ils couvrent généralement des zones de prospection bien délimitées jusqu’au Tchad. Quelques-uns commercialisent uniquement les peaux déjà travaillées et teintées de rouge, certains sont spécialisés dans les peaux d’iguanes et de crocodiles.

107Les vendeurs de produits d’artisanat (165) ne commercialisent pas seulement les produits du cuir, mais aussi les étoffes artisanales et divers objets destinés aux touristes. Ce commerce est pour 32,3 % entre les mains des Fulbe, 24 % des Fulbe Zokok et Bi-Marva, 13 % des Bornouans-Hausa, les autres étant des islamisés anciens. Ils partent vendre ce tireeda à Douala, Yaoundé, Bangui, Libreville, Kinshasa... et reviennent avec du tireeda de ces pays, ce qui explique le côté cosmopolite de ces artisanats africains.

  • 17 Les commerçants de mil cultivent volontiers le goût du secret. L’aspect spéculatif, parfois outran (...)

108Le commerce du mil est traditionnellement entre les mains des Fulbe (61 %, atteignant 75,5 % si on leur adjoint les Fulbe Zokok et les riimay’be). Les Mawndin dominent suivis des Humaka’en. Il ne s’agit pas de grands collecteurs de mil, qui eux appartiennent au cercle fermé des grands alhadjis hausa, sirata et fulbe Taara, organisant collectes et stockages avec l’aide des pouvoirs traditionnels. Certains d’entre eux ont bâti leur fortune sur ce commerce qui, souvent, s’apparentait à une organisation de la pénurie17.

109La commercialisation du riz de la Semry (riz marchand et brisures) est toujours passée par Maroua, alors que le paddy est directement écoulé sur le Nigeria. Les commerçants peuls et bornouans sont concentrés autour du marché aux herbes (luumo akko). Le commerce du mil et du riz occupe environ 105 personnes.

110Pour l’arachide, ce sont les mêmes groupes qui prédominent. On voit toutefois émerger des Bi-Marva (18,2 %), des ressortissants de Gazawa (Fulbe Yillaga) et Mofu islamisés, 19,7 %.

111Les commerçants, que l’on pourrait qualifier de « semi-grossistes », de légumes traditionnels, gombo, oignons, gubu’do, laalo... de salades, carottes et tomates, sont souvent eux-mêmes des maraîchers (Giziga islamisés et riimay’be). Le nombre de commerçants de « primeurs » est très fluctuant. Nous en avons relevé une centaine. Ils revendent à une infinité de femmes commerçantes qui écoulent alors ces légumes « au tas » sur les marchés de la ville.

112Les vendeurs de médicaments indigènes (40 à 50 personnes) installent leurs étals (de racines, écorces, poudres et huiles diverses) sur des aires sablées en face de la mission catholique de Founangué et, depuis 1991, à l’entrée de Kakataré, en face du bâtiment de « l’Artisanat ». Les « kapsoles » (médicaments conditionnés en gélules venus du Nigeria) font l’objet d’un commerce à part. Toutefois, les colporteurs peuvent les proposer conjointement avec les produits de la pharmacopée locale.

113Les Fulbe sont majoritaires dans le commerce des étoffes, celui des pagnes et des tissus importés. En tête (32 %) viennent les Ngara-Mawndin et les Taara. L’ensemble des Fulbe dépasse la moitié des 175 commerçants.

114Le commerce de gaana (sous-vêtements, chaussettes, lacets...), du moins celui de gros, est dominé par les Fulbe Ngara, Taara et Sawa (37,5 %) et les Sirata (10 %), mais on trouve aussi des Arabes Showa, Gorane, Gude hausaphones et, toujours, un contingent de Bi-Marva.

115Quant à la vente de fripes, les grossistes sont toujours des Fulbe et les revendeurs des islamisés récents.

116Les boutiques sont également tenues par les Fulbe. Sur les 110 propriétaires de notre corpus, certains possèdent jusqu’à 15 magasins et les Ngara-Mawndin sont les plus nombreux parmi les Fulbe. Si l’on prend en compte les Foulbéisés anciens (Fulbe Zokok, Bi-Marva, quelques Zumaya et des riimay’be), ils forment 63,2 % de la corporation, suivis des Sirata-Mandara-Hausa (27,3 %) et des islamisés de fraîche date (9,5 %). Les non-musulmans en sont exclus.

117Les mêmes proportions se retrouvent pour les gérants et vendeurs : 65,2 % de Fulbe et Foulbéisés anciens, 18 % de Sirata-Mandara-Hausa, 12,5 % d’islamisés récents et 4,3 % de non-musulmans. Dans ces boutiques, on retrouve toutes les marchandises : chevrons, tôles, sacs, parfums, cosmétiques, thé, appareillages divers, pièces détachées...

118Le transport des personnes et des marchandises concerne une centaine de personnes avec 46,6 % de Fulbe (y compris les Bi-Marva), 24,8 % de Sirata-Mandara-Hausa, 18,8 % d’islamisés récents et 9,8 % de chrétiens, essentiellement les petits transporteurs bamileke.

119Les chauffeurs de taxis-brousse, camionnettes, semi-remorques, bennes, citernes... relèvent d’un recrutement très large (Vute, Margi, Ngambay, Laka...) ; les Fulbe, Bi-Marva, Zumaya et riimay’be sont 39,2 %, puis viennent les islamisés récents (30,5 %) avec une dominante Giziga-Mofu. Les Bornouans-Hausa sont seulement 24,3 % et les chrétiens 6 %, encore sont-ils souvent engagés dans un processus d’islamisation.

120L’inégale répartition des bornes-fontaines (présentes uniquement dans la vieille ville du lamido), le manque de puits et un réseau de distribution vieilli et incomplet ont entraîné un commerce de l’eau très actif. 12 % des ménages sont officiellement abonnés à la SNEC, soit 3500 sur une estimation de 24000 ménages (recensement de 1987). La sous-utilisation de cette infrastructure est liée à des coûts de branchement trop élevés et des règlements non appropriés. Des abonnés de la SNEC, plusieurs centaines, revendent l’eau et certains parviennent à en tirer l’essentiel de leurs revenus. Il s’agit souvent de personnes âgées dont les enfants, salariés, ont contracté pour eux un abonnement à la SNEC afin de leur procurer par ce biais des revenus réguliers. En même temps, ils leur fournissent un équipement de pousses et de bidons pour les confier à des manœuvres.

Les salariés

121Les gardiens, de nuit et de jour, des particuliers, des entreprises, des boutiquiers du marché constituent une corporation hétéroclite, mais 62,4 % ne sont pas musulmans. Les gros effectifs sont fournis par les Giziga (25 %) suivis des Mofu (21 %), des Tupuri (9,3 %), des Masa (7,5 %), Mafa, Gidar et Mundang. Les Fulbe ne sont que 4,6 %.

12279,5 % des cuisiniers sont chrétiens. Les groupes les mieux représentés sont les Sara-Ngambay. Les Tchadiens, toutes origines confondues, couvrent un quart de la corporation, avant les Mundang, les Giziga et les Gidar.

123Les entreprises privées sont peu nombreuses et de taille modeste. Leurs employés sont en majorité chrétiens (63,8 %) dont une proportion importante de sudistes (13 %). Fulbe et Bi-Marva réunis forment 17,2 %, les islamisés anciens, 8,6 % et les nouveaux, 10,4 %.

124Les services ou entreprises para-étatiques qui emploient le plus de main-d’œuvre à Maroua sont (en 1993) l’IRA avec 320 permanents et 100 saisonniers, la Sodecoton et les Travaux publics avec respectivement 196 et 110 salariés.

125Parmi les salariés de Sodecoton, IRA, Sonel, SNEC, Camair... les chrétiens du nord et du sud sont sensiblement plus nombreux que les musulmans. Fulbe et Foulbéisés anciens ne dépassent guère le quart des effectifs (28 %). Au niveau des simples employés, on retrouve les mêmes proportions que dans le privé : 63,6 % de chrétiens, dont une écrasante majorité de gens du nord, avec de fortes représentations mundang, giziga et tupuri (46,8 %). Les Fulbe et les Bi-Marva se réduisent à 10,3 % et les islamisés récents à 19 %.

126Dans la catégorie des manœuvres, salariés à l’année ou saisonniers, (233 recensés), les Fulbe – souvent de lignage douteux – et les Bi-Marva ne sont que 6,9 %, les Mandara, 3,7 %, les islamisés récents, 19 %. Les non islamisés, 70 %, sont dominés par les Giziga (de Moutouroua, Midjivin...), les Mofu, puis les Mundang, Tupuri et Gidar.

  • 18 Les fonctionnaires sont difficiles à recenser, car ils sont mobiles et n’ont pas de relations avec (...)

127Dans notre corpus, environ un millier de fonctionnaires18, 37,7 % sont des chrétiens du nord ; 21,5 % des sudistes (avec une forte proportion de Bamileke) ; 17,8 % des Fulbe – tous lignages confondus – des Bi-Marva et des riimay’be ; 13,4 % des islamisés récents ; 8,4 % de Sirata-Mandara et 1,2 % des islamisés anciens.

128Depuis que Maroua est devenu chef-lieu de province, la démultiplication des services administratifs a profité aux chrétiens, sans le filtre du précédent gouvernement qui réservait les postes de l’administration, même subalternes, aux musulmans. Ils devraient être encore plus nombreux si les services de police, gendarmerie, armée avaient été comptabilisés. Le nombre des ressortissants du sud lui aussi en sortirait très majoré.

Les différents secteurs d’activités à travers les chiffres officiels

129Le tableau ci-dessous montre qu’il est difficile de remplir la grille officielle des secteurs d’activités économiques reconnus. Même après regroupement en secteurs primaire, secondaire et tertiaire, le choix reste arbitraire. Les réparateurs de voitures sont mis au registre artisanat, dans le secondaire. Parmi les « services », sont inscrits pêle-mêle : marabouts et griots, coiffeurs, photographes, vidéo-clubs et gardiens de nuit... La difficulté est encore plus grande de traiter de la notion de chômage, malgré des chiffres fournis par le CNPS (2835 en 1983 à Maroua, par exemple).

Répartition de la population active, en pourcentages calculés sur 29 934 personnes de plus de six ans (d’après le recensement national de 1987)

Agriculture, élevage

27

Industrie extractive

0,002

Industrie manufacturée

6,5

Eau et électricité

0,02

Bâtiment et TP

9,1

Commerce, restauration, hôtellerie

26,6

Transports, communication

4,2

Banques, assurances

0,01

Services fournis à la collectivité (fonctionnaires)

25,4

Secteurs non déclarés

1,1

  • 19 Les chiffres de 1973 donnaient : secteur primaire : 32,7 % ; secteur secondaire : 17,2 % ; secteur (...)

130Toutefois, les chiffres officiels confirment la large part de l’activité agricole, qui demeure la première à Maroua19. Il y aurait sur-déclaration d’agriculteurs pour des raisons fiscales, ce qui est largement compensé par ceux qui exploitent la terre à des degrés divers et sont inscrits sur d’autres métiers. L’importance de cette activité est renforcée par la crise de ces dernières années. Les habitants de Maroua ont dans le passé souffert des gels abusifs de terrains par l’administration (en particulier par les Eaux et Forêts), obligeant les familles les plus anciennement implantées dans la ville à aller travailler des champs toujours plus loin. Les aménagements futurs devraient prendre en considération cet aspect « terroir agricole » de Maroua.

131Le commerce arrive juste après l’agriculture, confirmant la place de marché régional de la ville. Dans ce secteur sont comprises restauration et hôtellerie. Les quatre principaux hôtels de Maroua emploient chacun moins de 20 personnes. Par suite d’une politique pour le moins hésitante des différents gouvernements, le tourisme au Nord-Cameroun attend toujours la place qu’il devrait avoir.

132Les « services fournis à la collectivité », autrement dit les fonctionnaires, arrivent en troisième position. Ils ont en effet plus que doublé entre 1983 et 1987 du fait de l’établissement des services provinciaux.

133Le quatrième secteur par ordre d’importance est celui du Bâtiment et des Travaux publics. Pourtant, Maroua qui s’est construite très rapidement en dur dans les années 1980 connaît depuis 1990-91 un sérieux ralentissement de cette activité. Quant aux Travaux publics, ils débauchent.

  • 20 En 1988, la chambre de commerce affichait douze entreprises à Maroua, avec 284 employés et une moy (...)

134Les industries manufacturières constituent la majorité de la dizaine d’entreprises de Maroua20. Il s’agit notamment de la Sitraf (Société industrielle de transformation fruitière), créée en 1982 qui, en 1993, déclare encore 26 salariés et ferme en 1996. Notacam, mise sur pied par un groupe d’alhadjis en 1985, collecte les peaux pour une usine de prétraitement avant exportation. Elle emploie, en 1993, 68 ouvriers, mais se trouve en difficulté en 1996. Sodeva, société de produits laitiers, créée en 1987, compte 12 salariés. Elle n’a tenu que quatre ans. Codevi (cosmétiques et parfums sans alcool), fondé en 1984 par un industriel israélien, emploie 35 permanents et 20 temporaires, mais préfère se délocaliser à Ngaoundéré en 1995. La Coopérative de tissage artisanal de Maroua, montée en 1960 par M. Lavit de la CFDT, dirigée longtemps par Mme Lavit, a traité jusqu’à 400 tonnes de coton. Reprise par un alhadji, elle périclite peu à peu, aujourd’hui les artisans travaillent à leur compte. Foraco-Pompes Vernet, entreprise de forages et d’entretien de pompes (1992), a employé jusqu’à 53 personnes puis a fermé en 1996.

135Nous sommes loin du compte des 1945 personnes déclarées dans ce secteur, nombre d’entreprises artisanales auraient alors été prises en compte : ateliers de menuiserie et de menuiserie métallique. Ces chiffres mettent en lumière la faiblesse des industries de transformation et la difficile émergence des PME et PMI à Maroua. Le marché du Nord-Cameroun est réduit, malaisément maîtrisable, car pris dans l’aire économique du Nigeria. Alors que le commerce import-export marquait le pas au milieu des années 1980, les opérateurs industriels et les alhadjis furent sollicités pour créer de petites unités industrielles. Peu y répondirent ou seulement pour prendre des parts infimes (Sitraf par exemple), ou bien ils détournèrent simplement des crédits Fogape (sur le point de fermer en 1997) ou des fonds d’aide aux PME du FED ou du FAC. Ils firent montre de carences graves en matière de gestion de marketing... Les alhadjis sont aujourd’hui fortement endettés et leurs biens immobiliers souvent hypothéqués. Ils ne peuvent plus avoir recours au crédit facile, comme ils le faisaient à la fin du mandat du président Ahidjo, avec la caution des hommes politiques issus du Nord. Aussi appellent-ils de leurs vœux un retour à cette époque, ce qui motiverait chez certains leurs engagements politiques.

136Quant aux transports, c’est un secteur en crise depuis la dissolution du Syndicat national des transporteurs routiers du Cameroun, en 1987.

137Le secteur dit « industrie extractive » a probablement comptabilisé par accident quelques personnes se déclarant transporteurs de sable (prélevé dans les mayos...).

138Quant aux femmes, 18 % des actifs (chiffre on ne peut plus arbitraire), on les trouve surtout dans le commerce et la restauration (53,8 %), l’agriculture (21,7 %) et parmi les fonctionnaires et assimilées (15,2 %).

139Des pans entiers des secteurs secondaire et tertiaire se dissolvent dans un secteur dit informel qui apparaît de plus en plus comme le seul vrai moteur de la vie économique de Maroua. Ce basculement paraît irréversible, d’autant que ce qu’il est convenu d’appeler « crise » depuis la fin des années 1980 fortifie cette « économie intermédiaire », la dévaluation de 1994 n’apportant aucun changement dans l’économie régionale.

Répartition des activités dans la ville

140Les quartiers désignés comme ceux d’une corporation ou d’une activité correspondent parfois plus à une situation historique qu’à une réalité actuelle : Boussaoré (Founangué IV) est dit quartier des griots, Maodiwo, celui des brodeurs ; Patchiguinari, celui des tanneurs ; Founangué, celui des grands commerçants ; Domayo Lougol, celui des jardiniers...

141Les appartenances socio-professionnelles suivent naturellement la répartition ethnique, mais on observe des nuances. Certaines activités sont diffuses dans la ville, comme la vente au tablier, les moulins et même la forge en dépit d’un regroupement aux environs des abattoirs. D’autres activités, en revanche, se concentrent autour du marché ou à la périphérie de la ville. Pourtant, même s’il existe un lien de proximité avec le lieu de travail, on constate rarement la forte dominante d’une catégorie socio-professionnelle dans un quartier. Le saupoudrage des diverses activités est de règle, avec émergence de deux ou trois d’entre elles. Rares sont celles qui occupent plus de 30 % des activités du quartier.

Les activités du centre-ville

Les abords du marché

142Les différents quartiers Gada Mahol sont peuplés par des commerçants possédant boutiques ou non. C’est là que l’on trouve la majorité des commerçants loueurs, car tout se loue : vélo, motocyclette, moto, pousse, brouette ou machine à coudre. Il y a aussi des colporteurs, des commerçants de cola et des chauffeurs d’alhadji. À Gada Mahol III, sont concentrés les commerçants de natron. Barmaré abrite une grande variété de métiers, avec toutefois l’émergence de celui de marabout. Lopéré est un ensemble de quartiers où se sont opérés des regroupements de commerçants de cola, de boutiquiers, de tailleurs, de dilaali et chauffeurs, de mécaniciens. Toutefois, dans cet ensemble complexe, les malloums demeurent les plus nombreux. Le quartier Nassarao présente aussi de multiples branches d’activités : gens du commerce avec, en tête, les colporteurs, les gérants de boutiques et négociants d’arachides.

La vieille ville

143Zokok est peuplé de charpentiers, menuisiers, ébénistes, salariés, mais aussi de maroquiniers et de brodeurs. À Kakataré, les menuisiers qui vendent leurs productions sont nombreux, moins toutefois que les malloums. Tailleurs et gens du lamido constituent également de lourds contingents. À Garré Bongor, les serviteurs du lamido dominent, suivis des malloums, de divers commerçants et des blanchisseurs. À Maodiwo, brodeurs, tailleurs et malloums sont nombreux.

144De Founangué I à Founangué IV, ce sont des quartiers de tailleurs, de commerçants de tireeda, de réparateurs et, toujours, une bonne proportion de malloums. À Founangué IV-Bussaoré, ce sont les colporteurs et les griots qui apparaissent. Founangué Atchemiré est le quartier des transporteurs, chauffeurs d’alhadji et « motor-boys ».

La ville Est

145Dans ces quartiers à dominante peule et foulbéisée, les activités traditionnelles perdurent. À Dougoy II, les malloums dominent avec les revendeurs de cola, les tailleurs, les maquignons et les employés des alhadjis, alors qu’à Dougoy I, le commerce des peaux est la seule activité qui émerge. Dougoy III, IV et V ont des activités dirigées vers l’extérieur. Grands commerçants et leur personnel, mais aussi colporteurs sur les marchés périphériques (notamment à Dougoy V) habitent dans ces quartiers.

146À Doursoungo, le commerce de tissu, des boutiques et les activités de transport prennent plus d’importance avec la présence de chauffeurs, dilaali et petits propriétaires de taxibrousse et de camion.

147Les malloums sont nombreux dans ces quartiers (notamment Doursoungo ouest). On rencontre aussi des éleveurs et commerçants de bétail (Doursoungo secteur II). La présence de nombreux maçons s’explique par le fait que les constructions en dur ont commencé à se réaliser dans ces quartiers plus fortunés.

La ville Ouest, Djarengol

148C’est celle des salariés, fonctionnaires et retraités : Djarengol Kaygamma, Djarengol Pitoaré, Djarengol Hamadou Dandi. Il en est de même pour Palar et pour Koutbao. Cette situation se prolonge jusqu’à Ouro Tchédé où salariés et manœuvres sont majoritaires, directement en rapport avec la présence du Génie rural et de l’IRA. Mais dès Pidéré Djarengol, les maroquiniers sont présents, annonçant les quartiers de Domayo. La proximité de la gendarmerie, de la Sodecoton et de quelques PME explique la présence d’une majorité de salariés et aussi de retraités, anciens gendarmes qui ont acquis des titres fonciers.

La ville Nord

149Il s’agit pour l’essentiel des deux immenses quartiers de Djoudandou et de Doualaré. On y retrouve les mêmes activités que dans le centre, mais avec une envergure moindre : petits revendeurs, malloums peu cultivés, tailleurs débutants, chauffeurs occasionnels, colporteurs de gaana, ainsi que de nombreux bouchers et maçons. À Doualaré, la proportion de tabliers est la plus élevée de la ville.

La ville méridionale, Domayo

150Cette partie de la ville est dominée par les activités liées au travail du cuir et aux commerces d’artisanat : à Diguirwo I : maroquiniers, tanneurs, commerçants de peaux et malloums ; à Diguirwo II : maroquiniers, commerçants d’étoffes, brodeurs, tailleurs et malloums.

151Les tanneurs se sont rapprochés de la route de Mindif et résident entre Patchiguinari et Bongoré. On enregistre un partage quasi au cordeau de la ville entre maroquiniers et cordonniers, marqué par l’ancienne muraille au nord du mayo Kaliao et son prolongement sur l’autre berge : à l’ouest, les maroquiniers et à l’est les cordonniers. Les maroquiniers sont principalement établis à D. Bololo, D. Ardo Yaouba. Une analyse plus fine montre qu’à Pidéré, se retrouvent les brodeurs de poufs, à Domayo VI, les spécialistes des portefeuilles. À partir de Zourmbaywo II, commence l’aire des cordonniers qui se prolonge jusqu’à Bourta. Toutefois, à Domayo II, III et IV, les salariés et les fonctionnaires sont également présents et ils dominent à Bongor Domayo.

  • 21 Gargotes tenues plutôt par des femmes originaires du sud du pays.

152Une autre activité importante a gagné ces quartiers, bars et « circuits »21 se sont développés à partir du camp de gendarmerie et de Pidéré Djarengol, en direction du boulevard du Renouveau. Interdite sur l’avenue Kakataré où s’ouvre le saré du lamido, et de moins en moins bien acceptée au sud du marché, la vie nocturne s’est déplacée là.

153Le gros quartier de Zourmbaywo II possède, outre des maroquiniers, un nombre important d’employés – dont les gardiens – et de maçons. À Patchiguinari, les actifs se partagent principalement entre les activités du cuir, le commerce de peaux et celui du poisson sec (près de la moitié des 80 commerçants).

154Les quartiers à la sortie de Pont Vert : Bananaré I, Boussaoré, Mandararé, Domayo Toupouri sont issus des déplacements de gens des quartiers de la vieille ville : Garré-Bongor, Founangué IV... et de l’arrivée du sud, de Tupuri et Mundang. Ces derniers forment les contingents de petits salariés et de manœuvres. Ces quartiers constituent également un centre de brassage de la bière de mil et de distillation d’argué. La partie des quartiers non musulmans se restructurent en fonction du rachat des concessions par des couches sociales au pouvoir d’achat supérieur, essentiellement gendarmes et militaires.

Les marges de la ville

155Au nord, à Balgaré, les maçons sont les plus nombreux, suivis des bouchers et des forgerons.

156Marouaré Mofou est le quartier des bouchers (son chef est l’adjoint du saarkin paawa). Il compte aussi des maçons, des manœuvres, bambe et tireurs de pousses. Les bouchers sont en nombre à Mayel Ibbé, tous ces quartiers se développant à l’arrière des abattoirs. On rencontre également des chauffeurs de taxis, des mécaniciens, revendeurs de poisson sec et quelques griots.

157À Laïndé et Lowol Diga Mofou, les cultivateurs qui vendent du bois, les manœuvres, les forgerons composent l’essentiel de ces quartiers, avec l’appoint de bouchers et de tisserands.

158Au sud, au pied de la colline de Makabay, on retrouve des cultivateurs-éleveurs, quelques regroupements de maroquiniers, des salariés, des bouchers, des commerçants de bois et toujours le commerce de la bière.

159À Nguessao et Nguessao Yoldéo, les activités de l’élevage et de l’agriculture se doublent du commerce du mil et du colportage pour les Fulbe, de manœuvres et de vendeurs de bois et de sable pour les haa’be.

160À l’ouest, ces mêmes activités réapparaissent : petit commerce de bois, de fourrage et de sekko. La proximité de la zone de maraîchage fait se concentrer là les jardiniers, en particulier dans les quartiers Ziling... C’est là aussi que vivent les fabricants de bonnets à la broderie bien particulière qui demeure une des activités les plus importantes des villages voisins de Kaliao, Zala, Mogoudi, Dourga...

161Les rapports que les ethnies entretiennent avec les différentes activités économiques sont hérités de l’histoire même de la ville de Maroua, fondée par des Foulbéisés et des Fulbe éleveurs, guerriers et religieux.

  • 22 L’arrivée du multipartisme a joué comme un révélateur des forces politico-économiques en présence (...)

162Les Fulbe conservent un monopole sur le religieux, la justice traditionnelle, l’élevage. La terre, par droit de conquête, a été partagée entre les divers groupes conquérants et les Bi-Marva autochtones. Passés par le Bornou et acculturés au cours de leur long séjour dans ce royaume ou sur ses marges, les Fulbe de Maroua en subissent encore l’influence à travers les différentes colonies bornouanes venues à des époques et à des titres divers. L’importance économique des Bornouans dans la ville en fait encore les chefs de file de nombreux corps de métiers ou de branches d’activités, qu’ils partagent également avec des hausaphones. Au cours de ces trente dernières années, les Fulbe ont effectué une percée remarquable dans le commerce, en particulier les groupes de Doursoungo et de Kongola, dans le prolongement de Doursoungo, qui s’étend même hors du périmètre urbain. Ils disputent ainsi la direction des affaires aux Bornouans et sont même en passe de les supplanter22.

163Les alentours de Maroua contribuent de plus en plus au peuplement de la ville par l’implantation de Mofu et de Giziga dont les activités ne passent plus obligatoirement par la tutelle des Fulbe ou des islamisés. Ils fournissent des salariés ou des cadres subalternes de l’administration. Les non-islamisés pourraient, à l’avenir, conserver leur identité dans des quartiers propres, ce que l’on voit s’amorcer à Baouliwol (sous-quartier de Koutbao) et à Ponré.

164Quand Maroua est devenue chef-lieu de province, l’installation de populations originaires du sud sur des postes à technicité élevée ou des activités exigeant un savoir-faire artisanal nouveau, s’est accélérée.

165Les activités économiques se développent de façon diffuse dans la ville, en dépit de regroupements remarquables, le grand marché cristallisant toujours la principale d’entre elles, le commerce. L’opposition la plus évidente à Maroua s’opère entre ville musulmane et marges païennes. Elle oppose des zones plus riches à d’autres, mais plus encore des genres de vie citadins différenciés sur une base ethnique. À Maroua, il n’existe pas encore vraiment de quartiers de nantis – même avec l’ébauche de Doursoungo et de Kongola. Les grands sarés des alhadjis sont encore implantés dans leurs quartiers d’origine, chacun les marquant de sa réussite.

Bibliographie

Indications bibliographiques

Bussonnais (V.), 1992 — Artisanat « moderne » non structuré dans la ville de Maroua. Rapport AFVP, 69 p.

Dégatier (G.), Iyébi-Mandjek (O.), 1993 — L’évolution de l’artisanat du cuir dans une ville du sahel : Maroua, au nord du Cameroun. 23 p. multigr.

Lopez (E.), 1997 — Organisation et stratégies des petites entreprises agroalimentaires à Maroua (Nord-Cameroun). Thèse, Univ. Paris-X Nanterre, 378 p.

Gauthier (P.), 1989 — Le marché du bois de feu à Maroua. Rev. Bois et Énergie n° 25 : 25-26.

Froelich (J.-C.), 1954 — Ngaoundéré : la vie économique d’une cité peule. IFAN Centre de Yaoundé, Étud. Cam. n° 43-44 : 3-66.

Gondolo (A.), 1979 — Évolution économique de la ville de N’Gaoundéré (Cameroun). Les Cahiers d’Outre-Mer n° 126 : 179-193.

Habib (O.), 1994 — Étude de l’activité maraîchère dans le secteur urbain et péri-urbain de Maroua (Nord-Cameroun). Maroua, mémoire de stage Istom-Orstom, 56 p. et annexes.

Iyébi-Mandjek (O.), 1993 — La distribution de l’eau potable à Maroua et les petits métiers afférents. Yaoundé, MRST, 19 p.

Mainet (N.), Paba-Salé (M.), 1977 — L’artisanat d’art à Maroua (Nord-Cameroun). Yaoundé. Annales de la Faculté des lettres et sciences humaines, n° 8 : 159-186.

Paba-Salé (M.), 1980 — Maroua : aspects de la croissance d’une ville du Nord-Cameroun (des années 50 à nos jours). Thèse 3e cycle, univ. Bordeaux-III, 304 p.

Paba-Salé (M.), 1985 — Petits métiers de transport à Maroua (Cameroun). Les Cahiers d’Outre-Mer : 77-85.

Paba-Salé (M.), 1981 — « L’approvisionnement en bois d’une ville dans le Nord-Cameroun : l’exemple de Maroua ». In :L’énergie dans les communautés rurales des pays du Tiers-Monde, Bordeaux-Talence, Ceget, CNRS : 234-242, Trav. et Doc. Géo. Trop. n° 43.

Penouil (B.), Lachaud (J. P.), 1985 — Le développement spontané : les activités informelles en Afrique. Paris, CEAN, Éd. Pédone, 303 p.

Prestat (G.), 1952 — Note sur l’artisanat de Maroua. GP/MM. n° 422/SMA.

Prestat (G.), 1953 — Maroua, ville d’islam. Paris, Archives du CHEAM, 24 p.

Ribbink (H. W.), Leeuw (M. de), 1989 — Garoua et Maroua ne se sont pas (non plus) construites en une journée. (Une recherche sur les problèmes urbains de deux villes du Nord-Cameroun). Garoua-Maroua, SNV, 62 p.

Roupsard (M.), 1987 — Nord-Cameroun : ouverture et développement. Thèse doct. d’État, Univ. Paris-X, Coutance, impr. C. Bellée, 516 p.

Santerre (R.), 1973 — Pédagogie musulmane d’Afrique noire. L’école coranique peule du Cameroun. Montréal, PUM, 176 p.

Seignobos (C.), 1976 — La bière de mil dans le Nord-Cameroun : un phénomène de mini-économie. Recherches sur l’approvisionnement des villes. Paris, CNRS : 1-39.

Seignobos (C.), 1997 — Terroir de Joodi-Feere et Ziling-Juutgo (terroir péri-urbain et maraîchage). Maroua, DPGT-Sodecoton-Orstom, 68 p.

Simon (F.), 1988 — Monographie d’un atelier de maroquiniers. AFVP, multigr.

Thys (E.), Ekembe (T.), 1988 — La situation des petits ruminants à Maroua (Province de l’Extrême-Nord Cameroun). Un exemple d’élevage citadin en Afrique. Paris, CNFZV, 15 p.

Tourneux (H.), Iyébi-Mandjek (O.), 1994 — L’école dans une petite ville africaine : Maroua, Cameroun (l’enseignement en milieu urbain multilingue). Paris, Karthala, 330 p.

Viguié (R.), 1994 — De la corporation au petit métier : les tailleurs de Maroua (Nord-Cameroun). Maroua, mémoire de stage Istom-Orstom, 73 p.

Notes

1 Un certain nombre de noms de métiers ou de produits sont passés par l’anglais et plus précisément le pidgin : teela : de taylor (tailleur) ; leebra : de labour (manœuvre) ; tabal : de table (petit étal) ; leeda : de leather (vendeur de sacs en plastique) ; tireeda : de trader (commerçant) s’applique pour désigner les produits du cuir et de l’artisanat ; Bambeejo : de bambe (porteur), vient du pidgin de Douala, emprunt au douala où bambe veut dire porter sur la tête, les portefaix du port de Douala étaient appelés les bambeboy...

2 Celle-ci fait partie avec les chevrons, contreplaqués, produits manufacturés... d’un fret qui part du sud et de l’ouest du Cameroun, ou du Nigeria, contre des chargements d’oignons, d’arachides, de niébés... venant du nord.

3 Vient du foulfouldé « fond de canari ».

4 Certains hauts fonctionnaires ont possédé jusqu’à 83 motos-taxis, d’autres trois à quatre camions de transport, d’autres encore plusieurs boutiques, de petites entreprises de maçonnerie, de fabrication de parpaings...

5 Parmi les cultivateurs exclusifs, 53,5 % sont propriétaires, 28 % locataires ou bénéficiaires de prêts et 18,5 % complètent leurs parcelles par des locations.

6 Il existe une forme d’achat de terre en viager, pratiquée par des commerçants (qui prennent en charge des personnes âgées jusqu’à leur mort pour ensuite récupérer leurs champs).

7 Il faudrait ajouter quelques dizaines de tâcherons exclusivement tournés vers les cultures, mais qui demeurent en ville, ne réintégrant plus leurs villages. Certains louent même leurs services avec charrue et attelage.

8 Les baux pratiqués en 1988 étaient de 4500 à 6000 F CFA la corde pour du sorgho rouge (njiigari) ou de 2000 F + 40 « tasses » ou encore 1sac sur 10 au moment de la récolte. On atteint le double pour les terres à muskuwaari, à Nguessao, Ferngo, Mayel Denguesdji...

9 Mofu et apparentés (Gemzek, Zulgo, Molkwo, Muyang) sont les seuls à cultiver la montagne. Les Mofu Duvangar ont les premiers obtenu du lamido Yaya (années 1950) l’autorisation de mettre en valeur la montagne.

10 Un habitant de Diguirwo I, bien qu’originaire de Mindif, acheta en 1981 un vaste champ à Mogom du ressort de Mindif. Le lamido de Mindif contraignit le propriétaire à lui rendre l’argent et à reprendre son champ. Par ailleurs, le lamido de Mindif oblige ses ressortissants à ne pas accepter une avance supérieure à deux fois le montant du bail.

11 Il s’agit de trois types de bouviers : ceux qui accompagnent la transhumance vers les yayrés et le sud pour des troupeaux qui ne rallient plus Maroua ; ceux qui conduisent les cureeji (partie du troupeau restant au village durant la saison sèche) au voisinage de la ville et, enfin, les convoyeurs de bétail pour les abattoirs de Maroua et des environs.

12 Tout un commerce de tourteaux se met en place et une quinzaine d’éleveurs fabriquent et vendent une complémentation (canne de mil + tourteau + natron), tandis que quelques-uns se spécialisent dans la vente de gousses de Faidherbia albida.

13 Les forgerons pratiquaient un ensemble de rituels complexes et de règles de conduite liées à la forge. Chaque ouverture annuelle de la forge se marquait par des sacrifices sur l’enclume, que l’on qualifiait de sadaka.

14 G. Dégatier et O. Iyébi-Mandjek (1993), font état de 819 artisans du cuir, dont 134 tanneurs, 324 cordonniers et 361maroquiniers.

15 Les administrateurs coloniaux furent très frappés par l’absence de meubles dans la ville de Maroua et dans sa région. Ils firent former dans l’atelier du poste, à partir de 1933, six apprentis par an pour fabriquer des meubles et « qui seront renvoyés parfaitement outillés dans leurs villages » in ANY/APA 11 834/L. Comme pour la diffusion de la charrue à partir de la plantation du poste, ce sera un échec. La demande n’existait pas et ne se révélera que très tardivement dans les années 1970.

16 Cette commercialisation à partir des bornes-fontaines publiques entraîne des rapports conflictuels avec la municipalité et la Snec. Les pouvoirs traditionnels, en revanche, veillent à leur maintien.

17 Les commerçants de mil cultivent volontiers le goût du secret. L’aspect spéculatif, parfois outrancier, les lie aux lamidos et lawans, qui demeurent les plus grands propriétaires terriens et conservent un monopole sur les grains. Ce commerce peut être perçu comme un lointain avatar de la traite.

18 Les fonctionnaires sont difficiles à recenser, car ils sont mobiles et n’ont pas de relations avec les chefs de quartier. Ils ont été sous-représentés sur la carte.

19 Les chiffres de 1973 donnaient : secteur primaire : 32,7 % ; secteur secondaire : 17,2 % ; secteur tertiaire : 43,4 % ; non déclarés : 6,1 %.

20 En 1988, la chambre de commerce affichait douze entreprises à Maroua, avec 284 employés et une moyenne de 20 employés.

21 Gargotes tenues plutôt par des femmes originaires du sud du pays.

22 L’arrivée du multipartisme a joué comme un révélateur des forces politico-économiques en présence dans la ville, jadis contenues au sein du RDPC. Les Fulbe de l’est de la ville se sont engagés dans l’UNDP et ont cherché à supplanter (événements de juillet 1991) le chef du marché, le responsable des commerçants... tous accusés d’être des « étrangers » (car Bornouans, Hausa...).

© IRD Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540