Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas de la province Extrême-Nord Cameroun

 | 
Christian Seignobos
, 
Olivier Iyébi-Mandjek

Maroua. Répartition ethnique et densités de population

Olivier Iyébi-Mandjek et Christian Seignobos

Texte intégral

  • 1 Les non-imposables étaient subdivisés en deux classes : les enfants jusqu’à 14ans et les personnes (...)

1L’absence de chroniques chiffrées, régulières et fiables rend difficile la reconstitution du schéma d’évolution de la population urbaine de Maroua. Les statistiques disponibles appellent quelques commentaires. L’approximation des chiffres avant les années 1940 a été partiellement rectifiée au fil des recensements. Les décisions prises lors de la conférence de Brazzaville (1944) ont incité les administrateurs à y apporter plus de soin. Toutefois, ces statistiques d’après-guerre ne furent pas sans lacune, les administrateurs n’y accordaient pas tous la même importance. L’objectif des recensements était l’évaluation et la planification des recettes des contributions directes1. Les opérations de comptage étaient menées par les chefs de villages ou de cantons, qui recevaient une rétribution calculée au prorata des sommes collectées. Le chef de subdivision passait, en principe, une fois par an afin de réactualiser les listes. Les chefs de quartiers ne comptabilisaient pas les étrangers à la région, qui étaient tenus de s’acquitter de leurs impôts dans leurs localités d’origine. À la fin des années 1960, l’émergence d’une population de migrants de courte durée va introduire un élément perturbateur car une partie va échapper au comptage.

  • 2 La détermination des limites de la ville est un problème auquel se sont toujours heurtés les autor (...)

2Ce commentaire s’appuie sur les résultats des deux derniers recensements généraux de la population, de 1976 et de 1987. Des données, issues d’autres recensements locaux, seront prises en compte, en dépit des imprécisions qu’elles recèlent. Les chiffres livrés par l’administration ne le sont jamais avec les limites assignées alors à la ville2. Or, Maroua est constituée d’une suite de quartiers qui s’égrènent en continu de Meskine, à l’ouest, à Kongola, à l’est.

Évolution de la population de Maroua

L’évolution démographique de 1893 à 1992

3Estimée à 35000 personnes à la fin du siècle dernier, la population urbaine de Maroua atteint 62600 personnes en 1976 et 123000 en 1987. En 1992, elle aurait dépassé le seuil de 162000 habitants.

4Une synthèse des différentes hypothèses sur l’évolution démographique permet de dégager trois phases, avec une première phase d’accroissement qui s’arrête au début du siècle, avec l’arrivée des Allemands (1902), où la population aurait été de 35000 habitants. Selon les estimations de Passarge lors de son passage en 1893, les effectifs dépassaient largement ce chiffre et il avance celui de 60000 à 70000 personnes (cf. Maroua, évolution historique).

5La deuxième phase va de 1902 à la fin de la Deuxième Guerre mondiale. Le bilan démographique fait état d’une baisse importante des effectifs, qui se stabilisent autour de 20000 personnes. Les chiffres démographiques évoluent en dents de scie, au gré des événements. Les périodes de guerres et d’invasions acridiennes sont marquées par des reculs. Pourtant, cette époque va permettre de réunir les conditions nécessaires à l’essor démographique ultérieur de la ville. L’action de l’administration coloniale se concrétise par la fin des guerres tribales et celle de la traite qui empêchaient la libre circulation des personnes, en particulier celle des haa’be. Ces derniers ont pu alors venir s’établir librement à Maroua. La mise en place d’une structure d’encadrement médical va entraîner une forte baisse de la mortalité.

6Le bond démographique de Maroua date de la fin des années 1950. Il s’est poursuivi et même accéléré à partir de 1970. Les taux de croissance traduisent bien cette évolution. Avant l’indépendance, la croissance moyenne annuelle était estimée à 5 %. Depuis, Maroua croît à un rythme d’environ 9 % par an. La croissance naturelle participe pour 3 % et l’immigration pour 6 %. L’évolution de la ville est donc redevable en grande partie à l’immigration, dont on saisit les mécanismes à travers l’analyse des lieux de naissance et de résidence antérieurs, en dépouillant les recensements de 1976 et 1987 (fig. 1).

FIGURE 1. Évolution de la population de Maroua, 1893-1992

Une croissance liée à l’immigration

7En 1976, 65,6 % des migrants étaient issus de la province, dont 41,4 % pour le seul département du Diamaré. Pour les autres, les origines sont diverses, les provinces du Nord (10,8 %), du Centre (4 %), de l’Adamaoua (2,4 %) et du Littoral (2,3 %). Un tout petit pourcentage était originaire des provinces de l’Ouest (0,8 %), du Sud-Ouest (0,5 %) et du Sud (0,6 %). La part des étrangers était de 12,3 %, dont 6,6 % du Tchad.

8En 1987, 39,2 % des citadins de Maroua sont nés à l’extérieur de la ville. Parmi eux, les deux tiers viennent toujours des départements de la province. Au contraire des autres grandes villes du pays, le bassin migratoire de Maroua se restreint aux départements limitrophes les plus peuplés. Quelques changements d’ordre sont toutefois enregistrés. La part de l’Extrême-Nord est descendue à 61 %, concurrencée par l’intensification des arrivées en provenance d’autres provinces. Entre 1976 et 1987, le nombre d’immigrés venus de l’Adamaoua a plus que doublé, alors que celui des pays étrangers a été multiplié par 1,6. Les provinces du Littoral, du Centre, de l’Est et surtout de l’Ouest ont considérablement augmenté leur part de migrants, conséquence du passage de Maroua en chef-lieu de province en 1983 (tabl. I).

9Dans l’ensemble, on assiste à un accroissement du taux des nouveaux venus. 52,4 % totalisent moins de 5 ans de présence dans la ville, 20,2 % y vivent depuis 5 à 10 ans et 27,4 % depuis plus de 10 ans. Avec des rapports respectifs de 44 %, 23 % et 37,5 %, les migrants de l’Extrême-Nord se signalent par leur constance.

10Les ressortissants des autres provinces manifestent un comportement différent, qui dénote des motivations d’installation plus diverses. Néanmoins, leur pourcentage en hausse témoigne d’une circulation plus importante de la population entre les différentes provinces.

11L’analyse des lieux de naissance en 1987 renforce les impressions de la variable précédente. La comparaison avec les lieux de résidence antérieure met en lumière des écarts plus ou moins forts. Globalement, les faibles écarts entre « lieux de naissance » et « lieux de résidence antérieurs » militeraient en faveur d’une immigration directe, alors que l’inverse évoquerait une migration différée due, par exemple, à des fonctionnaires ayant eu plusieurs affectations (tabl. II).

12Les migrations « différées » touchent alors les représentants d’autres provinces. Le détail montre que, pour la province du Nord, les migrants viennent des départements de la Bénoué et du Mayo-Louti, de la Vina pour l’Adamaoua, et de la Mifi, spécialement de Bafoussam, pour l’Ouest.

  • 3 La plupart des gargotes étaient, en 1987, entre les mains de tenancières originaires de l’Ouest.

13La migration est plutôt masculine pour les ressortissants de la province de l’Extrême-Nord. En revanche, celles des provinces du Nord-Ouest et de l’Ouest manifestent un rapport de masculinité inférieur à 100 (tabl. I). La « laïcisation » de l’administration, plus exclusivement musulmane, qui fait venir des fonctionnaires du Sud et de l’Ouest, la diversification des migrants, commerçants, artisans, « gargotières »3 rendraient compte de ce rapport de masculinité.

14Si l’on compare les rapports de masculinité entre 1976 et 1987, on constate, pour les provinces de l’Adamaoua, de l’Est et aussi les pays étrangers, une évolution vers une migration plus familiale, dont témoigne la pyramide des âges (fig. 2).

FIGURE 2. Pyramide des âges de la population de Maroua (pour 1 000 habitants)

TABLEAU I. Résidences antérieures des citadins de Maroua (valeur absolue)

TABLEAU I. Résidences antérieures des citadins de Maroua (valeur absolue)

* Rapport de masculinité
Sources : Recensements démographiques 1976, 1987

TABLEAU II. Évolution intercensitaire dans l’origine des lieux de naissance des citadins de Maroua (valeur absolue)

TABLEAU II. Évolution intercensitaire dans l’origine des lieux de naissance des citadins de Maroua (valeur absolue)

Sources : Recensements démographiques 1976, 1987

La structure par sexe et par âge de la population de Maroua

15La population de la ville est très jeune. En 1987, elle se caractérise par une forte proportion des moins de 15 ans (43 %). Les deux tiers de la population ont moins de 25 ans. Le groupe d’âge des 15-55 ans représente 51 % des citadins et les plus vieux, 6 %.

16La répartition par sexe de la population laisse apparaître un léger excédent des hommes par rapport aux femmes. La ville compte, en 1987, 50,5 % d’hommes pour 49,4 % de femmes. La pyramide des âges présente une base élargie et un corps tassé, qui s’amincit rapidement vers le haut. Les garçons sont plus nombreux que les filles dans les premières classes d’âge, mais la tendance s’infléchit de 15 à 34ans, au moment où les femmes sont le plus fécondes. Ce phénomène explique le fort pourcentage de la classe des 0-10 ans. Entre 35 et 80 ans, la tendance est globalement favorable au sexe masculin avec, toutefois, des inversions pour les classes 50-54, 60-64 et 80 ans et plus.

17Le rapport de masculinité de la population permet d’évaluer le comportement des groupes d’âges entre les deux recensements. L’évolution des sex-ratios confirme le réajustement des sexes observé chez les populations migrantes. En 1976, on comptait 98,5 hommes pour 100 femmes, valeur se rapprochant de celle des milieux ruraux. La ville n’offrait alors pas suffisamment de débouchés stables aux migrants et servait simplement de plaque tournante pour d’autres destinations. L’inversion de tendance, observée en 1987, serait redevable à une installation plus durable. Elle trouverait une explication dans le développement des possibilités d’emploi (petits métiers) qu’offrait, dans les années 1980, l’intensification des échanges avec le Nigeria.

18Cette tendance s’accompagne de migrations différentielles. Les hommes viennent d’abord, puis, quand ils trouvent du travail et un logement, le reste de la famille les rejoint. De plus en plus de jeunes entrent dans ce processus, alors qu’ils ne sont pas encore mariés, mais il n’en a pas toujours été ainsi. On note une forte augmentation de la proportion des moins de 25 ans (53,4 % en 1976 et 61,4 % en 1987) et une diminution corrélative des adultes de 25 à 49 ans (respectivement 34 % et 29 %) et des vieux adultes de 50 ans et plus (12,5 % et 9,43 %). Le tableau III confirme cette évolution tout en révélant une anomalie dans la classe des 15-19 ans, la proportion de filles étant plus importante en 1987 qu’au recensement précédent.

19Entre 1976 et 1987, la population a presque doublé, elle a été multipliée par 1,8. Le comportement des différentes classes d’âges dans cette augmentation est assez significatif. Le gonflement le plus spectaculaire est enregistré chez les jeunes de 0 à 19 ans. Leurs effectifs ont été multipliés par 2,4 durant la période intercensitaire, alors que les 20-55 ans connaissaient un coefficient multiplicateur de seulement 1,6.

Évolution spatiale et densités par quartiers

Évolution spatiale

20L’essor rapide de la population urbaine de Maroua, lié à l’afflux de personnes d’ethnies et de conditions sociales variées se traduit, dans l’espace bâti, par une différenciation spatiale qui a radicalement changé la physionomie de la cité.

21La ville de 1952 s’organisait de part et d’autre du mayo Kaliao, limitée à l’est et à l’ouest par l’emprise des services administratifs. La vieille ville couvrait la rive gauche, quadrillée par un maillage de rues organisé à partir de la voie centrale de Kakataré, et englobant les quartiers de Zokok, Bongoré, Diguirwo, Maodiwo et Founangué.

22De l’autre côté de la muraille, les quartiers Gada Mahol, autour de l’actuel marché restaient encore à l’écart de cet aménagement. Sur la rive droite, « le village de Maroua » était parsemé d’espaces consacrés au maraîchage. L’habitat, formé de cases rondes à toit de chaume entourées de murs de terre, était assez semblable à celui des campagnes du Diamaré.

23Dix ans plus tard, la ville a acquis son cadre actuel. Elle s’est étendue au-delà du marché. De nouvelles voies ont été percées au sud, entre le mayo Kaliao et la rocade sud. Les espaces administratifs se sont encore développés. Le bâti s’est densifié et l’on assiste au recul des unités architecturales traditionnelles, à la multiplication des cases quadrangulaires et des toits de tôles. Toutefois, l’habitat traditionnel reste encore majoritaire (PABA-SALÉ, 1981 : 59). En 1976 (RGPH), 94,7 % des murs de case sont en banko ou en briques crues, 39 % des toits sont encore en paille. Les unités de type villa ne constituent pas 2 % du bâti.

24L’évolution semble dès lors s’accélérer. D’après les enquêtes menées par le « Plan d’urbanisme directeur de la ville de Maroua » (Bureau central d’études Outre-Mer, 1982), une habitation principale sur six possède des murs en dur et neuf sur dix ont une toiture de tôle. Toutefois, la structure reste de type traditionnel, puisque 71 % des unités d’habitation disposent d’une ou deux pièces seulement.

25La superficie d’un saré de Maroua est estimée, pour 73 % d’entre eux, comme inférieure à 700 m2. Globalement, la densité d’habitation est plus forte dans les vieux quartiers qu’à la périphérie. Néanmoins, certains quartiers anciens, comme Diguirwo I et II, présentent des superficies pour leurs sarés comparables à celles de quartiers récents, comme Djoudandou, lequel est peuplé de montagnards à faibles revenus. Dans ce cas, 40 % des concessions sont inférieures à 200 m2. Les quartiers de Djarengol, en revanche, présentent les sarés les plus vastes, 39 % mesurent plus de 1000 m2.

26De 1976 à 1987 (RGPH), la baisse du nombre de concessions, de 44442 à 16801, serait imputable à un changement, entre les deux recensements, des critères retenus pour la définition d’une concession. On note, dans le même laps de temps, une diminution de la proportion de murs en briques crues (78,4 %) et une augmentation du nombre de murs montés en parpaings (19,4 %). La tôle a presque totalement remplacé le chaume, avec 91 % des toitures. Le nombre de villas est en nette augmentation, passant de 194 à 1557. Ces changements témoignent visiblement de l’enrichissement d’une population pendant la décennie 1975-1985. Ils induisent, parallèlement, des bouleversements dans les modes de vie et les hiérarchies traditionnelles.

Les densités

27Au recensement de 1963, la ville comptait 67 quartiers et 31500 personnes (chiffres corrigés) (Pontié, 1979). En 1987, elle compte 30 quartiers de plus et la population a presque quadruplé. La composition de chaque quartier a évolué différemment.

  • 4 La seule délimitation des quartiers de la ville a été établie en 1989 pour cet atlas, à l’aide d’u (...)

28Le recensement de 1976 n’a pas été conçu pour fournir le détail de la répartition par quartier des habitants de la ville, non plus que celui de 19874. Le dernier recensement fournit une répartition démographique selon les déclarations des enquêtés. Mais ces données prises comme base pour la carte des densités par quartier ont été vérifiées et corrigées à partir d’une enquête exhaustive sur la composition ethnique et professionnelle de la ville, conduite dans le cadre de cet atlas.

29En 1995, Maroua s’étend sur une superficie de 3 692 ha (contre 2750 en 1987), découpée en une centaine de quartiers, pour une moyenne de 45,7 hab./ha. Les quartiers les moins peuplés (inférieurs à 20 hab./ha) restent, en toute logique, ceux de la périphérie : Djarengol, Makabay, Nguessao, Dougoy II Sarki Ay, Wourndé, Lowol Diga Mofou. On y retrouve encore des zones de lotissements non totalement occupées et des quartiers ruraux comme Nguessao.

30Les quartiers toujours peu peuplés, entre 20 et 50 hab./ha, se situent dans le prolongement immédiat des précédents : Mayel Ibbé, Laïndé, Palar I, Missinguiléo II...

31La troisième couronne de quartiers qui comptent entre 50 et 100 hab./ha appartient encore, pour l’essentiel, aux extensions post-indépendance de Maroua : Doualaré, Djoudandou, Lopéré, Dougoy I et Doursoungo. On y rencontre quelques quartiers de Domayo qui ont conservé jardins et vergers, comme Zourmbaywo I, Domayo Lougol et Bololo.

32Dans les années 1990, les quartiers de la « vieille ville », au nord du mayo Kaliao, ne sont pas les plus densément peuplés, ceux comptant entre 100 et 200 hab./ha et entre 200 et 300 hab./ha sont également répartis de part et d’autre du mayo.

33Certains quartiers, parmi les plus peuplés, Diguirwo I, Marouaré Matakam, Domayo Galdima, Louga Payendé Banana II, présentent des effectifs de ressortissants d’autres quartiers qui paient leurs impôts auprès des chefs des dits quartiers, sans y habiter.

34Toutefois, les zones les plus denses de la ville sont celles qui flanquent le grand marché et, à Domayo, les approches des deux ponts.

35Le barycentre démographique de Maroua reste toujours sur le même axe de part et d’autre du mayo Kaliao, renforcé par deux avenues parallèles, au nord, l’ancienne Kakataré et, au sud, la nouvelle, le boulevard du Renouveau.

TABLEAU III. Population masculine et féminine par tranches d’âges en 1976 et en 1987 et sex-ratio pour 1 000 habitants

TABLEAU III. Population masculine et féminine par tranches d’âges en 1976 et en 1987 et sex-ratio pour 1 000 habitants

Sources : Recensements des années correspondantes

Composition ethnique de Maroua

36Nous avons enquêté à partir de fiches d’imposition que détiennent les chefs de quartiers. Parmi les contribuables inscrits sur les listes, certains habitent un autre quartier. Les propriétaires de leur saré s’acquittent de l’impôt dans leur propre quartier. En revanche, les gens vivant en location choisissent librement leur représentant, avec lequel ils partagent généralement la même communauté d’origine. Quant aux islamisés demeurant dans des quartiers périphériques à dominante de chrétiens ou de haa’be, ils préfèrent se rattacher à un chef musulman.

  • 5 En 1988-89, nous avons enquêté directement auprès de 13 353 imposables, en grande majorité des che (...)

37Ces listes d’imposables permettent de toucher les ressortissants de la ville dite traditionnelle. Les salariés, les fonctionnaires en particulier, dont l’impôt est retenu à la source, échappent à cette investigation. Nous les avons recensés à partir de leurs entreprises ou de leurs administrations5.

Le bilan ethnique de Maroua

  • 6 Les recensements administratifs mentionnent l’ethnie jusque dans les années 1960. Toutefois, les c (...)

38On pourrait présenter plusieurs cartes ethniques de Maroua, aussi justes les unes que les autres, mais qui différeraient sur les diverses façons de manifester ses origines : celle qui ressort du désir d’afficher un choix ethnico-social, celle de s’affilier au groupe dominant ou, à l’opposé, de souligner son ethnicité. Bien que l’ethnie se décline par celle du père, certains préfèrent mettre en avant le lignage maternel s’il est plus valorisant. On peut également entériner la désignation que font les voisins. Les manipulations quant aux origines intéressent essentiellement les islamisés6.

Les ethnies creusets

39De notre enquête il ressort que 74,2 % des chefs de familles sont musulmans (juul’be). La conversion à l’islam passe le plus souvent par une « foulbéisation ». Maroua est une ville sans doute plus « foulbéisée » que réellement peule. Même si les Fulbe, toutes fractions confondues, sont les plus nombreux, ils ne représentent que 21,5 % des enquêtés. Il convient de leur adjoindre les descendants de riimay’be (affranchis) et de maccu’be (esclaves) qui s’affirment généralement fulbe et cohabitent étroitement avec eux (14,3 %). Il faut également ajouter des islamisés anciens issus de Giziga Bi-Marva autochtones, qui forment 8,2 % de la population.

40L’ensemble des « Foulbéisés », autrement dit des islamisés émanant de différents groupes païens, constituerait un groupe de 21,4 %, soit l’équivalent des Fulbe susey (purs). Les groupes musulmans autres que peuls vivant à Maroua (Bornouans, Mandara, Arabes Showa...) représentent 16,6 % de la population. Certaines de ces ethnies musulmanes ont rallié des individus qui, en s’islamisant, ont changé d’identité.

Les Fulbe

41L’histoire particulière du lamidat de Maroua a abouti à un nombre de fractions peules plus important qu’ailleurs. Le lignage auquel se réfère la famille du lamido est très minoritaire et seuls 160 chefs de famille se disent Fulbe Badawwoy (cf. Les Fulbe).

42Trois grandes fractions peules dominent : les Ngara (553) auxquels sont associés les Mawndin (238), les Yillaga (671) et les Taara (567) et, enfin, ceux qui se présentent comme Fulbe Sawa (215) et des Fulbe Bagaarmi (79).

  • 7 Pour éviter de fastidieuses listes de lignages peuls, nous les avons simplifiés. Toutefois, un gro (...)

43Les Ngara et Mawndin de Petté et de Fadaré ont rallié Maroua tardivement. Les Taara, en revanche, ont été présents à Maroua dès la période de la conquête, à Makabay, Kongola et Kodek. Quant aux Yillaga, leur fort pourcentage est logique dans ce lamidat qui a absorbé les entités yillaga de Meskine, Katoual et Gazawa. La proximité du lamidat yillaga de Mindif7 renforçant encore leurs effectifs.

Les Bornouans ou Kanuri

44Comme le souligne Paba-Salé (1981 : 19), Maroua est aussi une ville bornouanne, moins sans doute par ses effectifs (10 %) que son importance économique. On distingue trois groupes de Bornouans, les Sirata Paatawal, de loin les plus nombreux avec 789 représentants, les Sirata Borno (310) et les Sirata de Balda, mêlés de Baldamu (114).

45Le terme de « Sirata » désigne des ressortissants du Bornou anciennement établis dans la région, auprès des Fulbe. Les Sirata Paatawal sont issus du grand centre de commerce et de traite à la charnière des lamidats de Maroua, Mindif et Bogo, où transitaient les caravanes de commerçants parties du Bornou en direction du sud. Ce centre détruit vers 1890 par Modibo Hayatu, une grande partie des Sirata rallia Maroua.

46Les Sirata prenaient en charge, dans la cité peule, les activités dédaignées par les Fulbe. Ils ont servi de creuset à ceux qui, en s’islamisant, voulaient conserver ou pratiquer des activités artisanales (forgerons, coiffeurs, bouchers...) et commerciales.

Les Mandara et autres Kambari’en8

  • 8 Les Fulbe de Garoua désignent par « Kambari’en » les islamisés anciens. Ce mot, qui vient du haous (...)

47Le terme de « Mandara » recouvre des populations très mêlées, « mandaraisées », soit anciennement s’il s’agit du fond de peuplement maya, soit plus récemment pour les populations montagnardes (Mada, Muyang, Urzo...). Leur poids dans la ville est marginal (3,5 %).

48Les Hausa, avec 280 familles, ont un statut à part et peu parmi eux possèdent des terres. Ils vivent généralement dans les quartiers bornouans avec lesquels ils se confondent. Ils viennent rarement du pays hausa proprement dit, mais de colonies hausaphones du Nigeria, voire de Garoua ou de l’Adamaoua.

49Kotoko et Arabes Showa cohabitent dans les mêmes quartiers avec des groupes originaires du Tchad, dont certains sont établis depuis longtemps, comme les Bulala du quartier Dougoy Sarki Ay ou d’autres encore comme les Barma au sud du marché. Les réfugiés tchadiens des années 1980, Hadjeray et Goranes, entrent plutôt dans la catégorie des « étrangers ».

Les Foulbéisés

50Leurs origines sont diverses, toutefois il convient de différencier Foulbéisés anciens et Foulbéisés récents (une ou deux générations).

Fulbe Zokok et Bi-Marva

51Les Fulbe Zokok sont, à l’origine, des riimay’be des Fulbe Taara qui ont devancé leurs maîtres dans la région de Maroua et ont assuré pour leur propre compte la conquête de la ville giziga (cf. Maroua, évolution historique). Ils vivent imbriqués avec les Giziga Bi-Marva qu’ils ont conquis ou ralliés. Les Fulbe Zokok comptent 478 chefs de familles et les Bi-Marva, 602, sans que nous ne soyons tout à fait sûr de ce rapport car chacun se dit « Fulbe de Maroua » et l’ambiguïté demeure pour un certain nombre.

52Parmi les Foulbéisés anciens, on compte un gros contingent de Zumaya, importante ethnie qui occupait, au XVIIIe siècle, le cœur du Diamaré. En dépit de leur assimilation par les Fulbe, 302 chefs de famille s’affirment encore Zumaya.

TABLEAU IV. La composition ethnique de Maroua en 1988

TABLEAU IV. La composition ethnique de Maroua en 1988

Balee’be et riimay’be

  • 9 Déjà dans un rapport annuel, de 1919, de la circonscription de Maroua, le Cpt. Petit (ANY/APA 1203 (...)

53Le monde des descendants d’esclaves et d’affranchis ou ceux désignés comme tels est complexe9 et garde parfois, dans certains cas, toute son acuité. Quelques individus se présentent encore comme balee’be, mais ce sont plutôt les autres qui les désignent ainsi. Leur origine ethnique est parfois précisée à moins qu’on ne les rattache à tel lignage peul. On parle alors de balee’be de Mawndin... Dans ce corpus, qui pèche forcément par défaut (331 chefs de famille), une catégorie bien particulière apparaît, celle des serviteurs du lamido (saraaki’en, koffa’en) qui possèdent un réel pouvoir dans la ville.

54Quant aux riimay’be, il est difficile de les faire apparaître car leur statut est transitoire, en voie de naturalisation par un lignage peul.

Les haa’be et islamisés récents

Les groupes ethniques de la périphérie de Maroua

55Après la conquête peule, les Giziga Bi-Marva vaincus sont restés sur la frontière entre Fulbe et Wandala et auprès des massifs-îles au nord et à l’ouest de Maroua.

  • 10 « À Maroua-ville, les recensements de 1963 font apparaître une population forte de 3027 individus (...)

56La deuxième ethnie de la ville, après les Fulbe, est celle des Giziga islamisés ou non (Pontié, 1973 : 21)10. Les Giziga Nord représentent 55 % de l’ensemble giziga. La fraction la plus fortement représentée est celle des Giziga Kaliaw (branche des Bi-Marva), 333 chefs de familles sont islamisés et 70 restés giziga. Parmi les Giziga-Sud, on compte les Giziga Muturwa (22,6 %), les Giziga Mijivin (15,3 %) et les Giziga Lulu (6,9 %). Parmi ces derniers, les non-musulmans sont plus nombreux.

57Chez les Mofu, on distingue les Mofu Sud et les Mofu Nord. Parmi les Mofu Nord, les représentants de Douvangar sont les plus nombreux (216), suivis de ceux de Wazang et de Douroum. Viennent ensuite les gens de Mbokou et ceux des massifs-îles.

Les autres ressortissants des monts Mandara

58Les ethnies des monts Mandara septentrionaux sont faiblement représentées. Leur ville est Mora, voire Kousseri. On relève, néanmoins, quelques exceptions : les Urzo, tous islamisés, et les Mada, en majorité musulmans. Les plus nombreux sont toutefois les Muyang (70).

59Les Mafa et apparentés, ethnie montagnarde la plus importante compte, en toute logique, le plus grand nombre de ressortissants (302).

60Parmi les groupes des monts Mandara centraux, les Hina, tous islamisés, sont les plus nombreux (49), suivis des Kapsiki.

Les groupes haa’be de plaine

61Deux importants contingents, de force égale, Mundang et Tupuri, dominent cet ensemble composé par ailleurs de Musgum, Masa, Gisey, Wina, Musey et Kera.

62Le nombre des Tupuri représentés par 419 chefs de famille augmente rapidement. Les Mundang, qui rallièrent très tôt Maroua, comptent 443 familles, principalement issues de la région de Kaélé. Les chrétiens y sont fortement majoritaires.

63Pour les Musgum, la fraction Kalang (région de Guirvidig) est la mieux représentée, 92 sur 182 chefs de famille, pratiquement tous islamisés. Les Masa, à l’inverse, sont majoritairement non musulmans, 176 contre 70.

64En limite de la province, les Gidar fournissent un effectif de 179 familles.

Les groupes originaires des autres provinces et les « étrangers »

65Les ressortissants de l’ancienne grande province du Nord, à l’exception des Mbum et des Baya, ne sont guère plus de 10 familles.

66Le terme de gada mayo (ceux de l’autre côté du fleuve) fait allusion, au départ, à la Bénoué et maintenant à la Sanaga. Les gens de Maroua distinguent les Yaundu (Yaoundé) et les Grafi (Grass Fields) qui englobent les groupes bamileke et anglophones, dont on comptait, pour ces derniers, 115 chefs de famille en 1989.

67Parmi les étrangers, les Tchadiens ont un statut à part, notamment ceux du Sud. Maroua est traditionnellement pour eux une ville d’immigration, un relais sur la route du Nigeria. Si l’on écarte les groupes frontaliers, ce sont les Ngambay qui viennent en tête (70) auxquels on peut rattacher divers Sara et apparentés.

68L’ensemble abusivement appelé à Maroua « Kabalay » recouvre en plus des Kabalay, les Kim, Nancere, Lele... sans oublier quelques Centrafricains, Banda et Kaba.

69Les étrangers pouvant faire état de papiers de leurs pays d’origine sont peu nombreux. Il s’agit, pour l’essentiel, de Nigérians (Yoruba, Ibo, Soso), de Maliens et de « Sénégalais », terme qui, pour les habitants de Maroua, désigne tout Africain de l’Ouest.

70La colonie des expatriés tourne autour de 200 personnes. Le pourcentage de Français est sans cesse en diminution dans cet ensemble (122 en 1988, 75 en 1991), qui varie au gré des projets de développement, des chantiers et des représentations missionnaires.

Les différentes « villes » ou la répartition ethnique dans Maroua

71La carte ethnique souligne les grands ensembles. À l’ouest de la vieille ville résident les Fulbe Zokok et Bi-Marva, dans les quartiers Zokok, Zouloum, Djarengol... À l’est, les affranchis, les serviteurs du lamido et des Fulbe dans les quartiers de Bongoré, Kakataré, Diguirwo... La véritable ville peule se trouve tout à fait à part, à l’est, à Dougoy et Doursoungo, et avec, en extension, les petits quartiers-villages de Nguessao. Autour du grand marché sont les quartiers Sirata-Hausa. Sur les marges de la ville se développent ceux des Giziga avec, sur les basses pentes des collines, les Mofu et autres montagnards.

72Les différents quartiers, hormis ceux des marges de la ville, sont également occupés par des Foulbéisés divers qui arrivent souvent en deuxième position, voire en première, dans le cas des quartiers de Djoudandou et de Doualaré.

73Hormis sur les marges de Maroua, on constate rarement une majorité ethnique écrasante par quartier, ce qui n’exclut pas qu’un quartier soit désigné comme appartenant à tel ou tel groupe. Un quartier est dit « sirata » dans la mesure où il s’agit de l’ethnie de son chef, comme à Dougoy III. Un autre s’appelle Barmaré parce qu’il a été fondé par des Baguirmiens.

74Toutefois, comme dans les villages du Diamaré, le groupe le plus nombreux forme le noyau duquel est issu le chef. Ce dernier s’appuiera aussi sur des lignages apparentés pour assurer une majorité. Le groupe qui soutient la chefferie est, dans la plupart des quartiers, équivalent à plus ou moins 30 % de l’ensemble de la population. Avec les alliés « naturels » que sont les groupes issus d’une certaine proximité géographique d’origine, on passe généralement les 50 %. L’hétérogénéité des autres composantes empêche tout concurrent de briguer la direction du quartier.

75La situation est différente dans les quartiers qui entrent dans l’apanage du kaygamma et de la famille du lamido... Ces derniers y placent alors leurs notables ou des membres de leur famille en ambitionnant de gagner de nouveaux quartiers.

La vieille cité, domaine des riimay’be

76Elle est partagée entre lamido et kaygamma. Peu de titres fonciers sont enregistrés dans cette partie de la ville qui est de leur ressort exclusif.

77Le garre ou laamorde (lieu de résidence du lamido) est occupé par les descendants de populations locales asservies, mais qui fournissent au lamido des épouses et ses plus fidèles notables. La population peule n’habite pas ou peu ces « quartiers historiques ». Cette répartition est tout à fait en accord avec la situation des différents centres de lamidat.

78Dans le quartier même du kaygamma, à Zokok, 30 % de la population sont des Fulbe Zokok. Associés à des Bi-Marva, ils forment 43,7 % du quartier. On y rencontre curieusement des Sudistes (19 %) qui ont ouvert ateliers et boutiques le long de l’avenue Kakataré. Ce même type de populations se trouve à Zouloum, Djarengol et Pidéré.

79Dans le quartier Bongoré, les serviteurs du lamido représentent encore 17,7 % de la population. Avec les Bi-Marva et descendants de riimay’be, ils constituent 31,6 % de la population. Le groupe suivant est celui des islamisés. Les Fulbe ne représentent que 21,6 % de cet énorme quartier qui a progressivement essaimé à Domayo.

80Founangué I dépend directement du lamido. Les riimay’be constituent 34,8 % ; avec les Fulbe de tous horizons, ils atteignent 68,3 %.

81Les seuls quartiers peuls à l’intérieur de l’ancienne muraille sont Maodiwo et Diguirwo I et II. Dans le premier, les Mawndin y sont majoritaires avec 18,4 %, et l’ensemble peul atteint 49 %. Toutefois, Bi-Marva et riimay’be forment encore 29,7 % des habitants.

82Les ressortissants de la vieille cité passent aussi de l’autre côté du mayo Kaliao, à Bololo et Domayo Galdima. Les quartiers de Domayo sont de composition hétérogène. Ici, les équilibres s’établissent moins en fonction de l’appartenance ethnique qu’à travers le type d’activités artisanales. Par exemple, dans le quartier Patchiguinari, si le groupe sirata-hausa représente 28,3 %, suivi des Fulbe (21 %), les premiers rallient des Zumaya et des Bi-Marva dans le travail du cuir. Ensemble, ils assurent une majorité de 60 %. Le nombre de non-islamisés est plus important que dans la vieille ville (11 %). Zourmbaywo II est un vaste quartier de 434 familles. Le noyau sirata (16 %) a rallié dans ses « ateliers » de travail du cuir des Giziga anciennement islamisés, ce qui leur donne 30 % du quartier. À cela s’ajoutent les aides et apparentés islamisés récents giziga et mofu, mais aussi hina, daba, mafa, soit 33,5 %. Les Fulbe (13 %) sont marginalisés, alors que les non-islamisés montent à 23,5 %.

La ville peule, à l’est du marché

83Les Fulbe sont présents dans la plupart des quartiers, et les Foulbéisés de tous bords contribuent à donner l’illusion de leur omniprésence.

84Toutefois, la vraie ville peule se situe à l’est, à la jonction des deux routes qui drainent le pays peul, celle au sud, de Kalfou-Moulvouday, et celle de l’est, de Bogo et Petté.

85Les Fulbe sont majoritaires à Dougoy II et V. Dougoy II Sarki Ay est l’un des plus grands quartiers de Maroua, avec 800 familles. Les Fulbe Ngara et Mawndin sont 21,8 % pour un total peul atteignant 49,3 %. Dougoy V Tchoumo inclut, à côté des Fulbe, un fort pourcentage de Zumaya.

86À Doursoungo, établissement peul datant de la conquête, les Fulbe sont également majoritaires.

Les colonies sirata et hausa autour du grand marché

87Conditionnées par leurs activités, elles se distribuent autour du grand marché et dans des lieux qui furent des centres artisanaux.

88Le cas du quartier Bamaré – appelé également Nassarao – est particulier. Il est réputé bornouan parce qu’il a accueilli en 1960, les « réfugiés » venus de Bama (Nigeria). Le groupe bornouan ne représente plus que 19,3 % de la population, mais atteint 38,6 % si l’on y ajoute les ressortissants de sa mouvance, Mandara et Arabes Showa (venant du Bornou) et quelques Kotoko. Fulbe et affranchis sont 22,2 %. Les islamisés récents, Giziga-Mofu, sont 36,3 %.

89À Lopéré, le noyau initial, des Sirata Paatawal ne représentent plus aujourd’hui que 20,4 %, et 39,3 % si on leur adjoint les autres Kambari’en. Fulbe, affranchis et Zumaya composent un autre groupe important, avec 32 %. C’est un quartier dont la scission administrative est projetée depuis longtemps.

90À Founangué Atchemiré, où le chef est un Sirata Paatawal, ils sont 29,4 %. Associés aux Hausa, Mandara et Arabes Showa, ils atteignent 50 %. Dans les quartiers Gada Mahol, comme Gada Mahol III, les Sirata Paatawal sont 52,6 % ; à Founangué Fatoudé May, ils représentent 58 %. À la périphérie de Maroua, on relève deux petits quartiers sirata Paatawal en peuplement pur : Makabay Bornouans Blama Mamadi et Dougoy Sirataré.

91Les deux quartiers dits « hausa » se situent également à proximité du marché, à Boussaoré et Gada Mahol I, où les Hausa sont plus de 30 %. Ils sont ici alliés aux Sirata et Mandara et représentent ainsi près de 55 %, les autres habitants étant des Fulbe et des islamisés.

Les quartiers-villages des marges peules et païennes

92Sur la route de Mindif, au sud du mayo Tsanaga, les quartiers peuls sont des villages types du Diamaré. Nguessao est peuplé de Fulbe Zaake’en (Taara) ; Nguessao Idowao, par des Fulbe Jam et Nguessao Yoldéo, par des Fulbe Mawndin, tous accompagnés de leurs clients et affranchis. Ils sont souvent flanqués d’un petit quartier haa’be. Ouro Djama’a, à l’est de la ville, entre dans cette catégorie.

93Makabay constitue un des établissements peuls de la conquête parmi les plus anciens. I Abderaman était un fief taara, mais ce groupe ne représente plus aujourd’hui que Makabay 13 %. L’ensemble fulbe, avec l’appoint des incontournables Bi-Marva constitue 34,3 % des résidents, les Giziga-Mofu – islamisés ou non – 37 %. Un îlot sirata, 8,7 %, et de récentes colonies de Mundang et de Tupuri (20 %) font de ce quartier la reproduction de la composition générale de Maroua.

94Makabay II Lawan Sidiki est le point d’ancrage, de l’autre côté du mayo Tsanaga, de la ville du kaygamma. Fulbe Zokok et Bi-Marva y sont encore 39 %, mêlés aux islamisés et divers haa’be.

95Bourgou Tchaindé est une implantation antérieure à la prise de Maroua. Fulbe Zokok et Bi-Marva y sont 35,6 % mais les Giziga et les Mofu y sont de plus en plus nombreux.

96Les franges païennes se démarquent du reste de la ville par leurs modes d’habiter et les traits architecturaux, véritables enseignes ethniques.

97À Makabay, les Mofu peuplent deux quartiers. Les Duvangar, associés aux Durum et Wazan, forment 82 % du quartier de Makabay Mofou Gaftéré. Makabay Mofou Batchar est, lui, peuplé de Mofu Wazan. Makabay Guisiga est intégralement habité par des gens de Bilgim (Giziga Jebbe). À Ziling I, en plaine, les Giziga sont également majoritaires.

98Sur les franges nord de la ville, contre la montagne de Marouaré, les quartiers des montagnards sont parfois constitués sur une base ethnique exclusive, comme Marouaré Matakam Vogo pour les Mafa ; Wourndé Bouloré pour les Mofu Mboku. Néanmoins, ce sont des équilibres délicats qui peuvent constamment être remis en question par de nouveaux arrivants.

99À Lowol Diga Mofou, par exemple, une fraction de Molkwo, les Murgur, « possèdent » le quartier, avec des clans alliés. Ils représentent 31 %. Dans le quartier voisin de Laïndé, les Molkwo dominent avec 33,3 %. Mais, parmi les divers montagnards, un fort noyau muyang, 29,6 %, fait figure de prétendant. Les islamisés, 16 %, sont en position d’arbitres. À Marouaré Mofou Sambala, quartier à condominium Gemzek-Mofu Duvangar, l’équilibre est plus précaire.

100Avec les ressortissants de la plaine, on retrouve de semblables regroupements ethniques. À Domayo Toupouri, les Tupuri sont 56,4 % et, avec leurs voisins Wina et Kera, ils totalisent 65 %. À Bananaré I, les Musey sont 29 % avec, dans leur mouvance, Gisey et Masa, composant ainsi plus de 60 % de ce quartier.

Quartiers éclatés et enkystements ethniques

101Les quartiers éclatés sont ceux peuplés de non-musulmans qui n’ont pas résisté à la pression de la cité musulmane et ont été refoulés ou submergés. Leurs habitants se sont éparpillés, mais ils continuent à payer l’impôt à leur chef de quartier, devenu plutôt « chef de race ». On désigne leur quartier comme un lieu-dit. C’est le cas, par exemple, du quartier Kongo, jadis occupé par le petit personnel travaillant auprès des Européens.

102À l’opposé, certains groupes peuvent manifester plus de cohésion, tels les Tupuri, et ériger chacune de ses communautés en sous-quartiers avec un représentant, comme à Pidéré Camp de gendarmerie, Djarengol Pitoaré et Ouro Tchédé.

103Le quartier de Dougoy Sara fut accordé aux Ngambay (appelés Sara par les gens de Maroua) par l’administration après leur « déguerpissement » lors de l’aménagement des abords du marché.

104À la différence de Ngaoundéré et de Garoua, il n’existe pas de quartiers sudistes à Maroua. Ceux-ci sont distribués dans la ville, avec une concentration plus forte à Domayo et Djarengol. Un regroupement est toutefois remarquable, celui du « Camp Sic » (Société immobilière du Cameroun), lotissement monté en 1984 et occupé par des fonctionnaires, surtout ressortissants du Sud.

105Les rapports que les différentes ethnies entretiennent avec Maroua sont divers. Ceux des Giziga Nord et des Mofu sont de nature ombilicale. Le site de Maroua a joué par le passé un rôle d’étape dans l’implantation de leur peuplement. Une grande partie de la population de Maroua a une origine giziga et mofu.

106On observe toutefois une évolution. Le hiatus entre Giziga islamisés et les autres s’efface, ils cohabitent dans le même quartier, sorte d’antichambre avant d’intégrer les quartiers « fulbe ». On note, cependant, que cette intégration totale au monde peul est de moins en moins recherchée. Pour les Mofu, les liens avec Maroua passent par des relations privilégiées, entretenues avec des familles peules ou foulbéisées. Elles se sont, à l’origine, établies par le biais de captifs troqués en piémont contre du mil, au moment des famines endémiques que connaissaient les massifs. Elles se prolongent aujourd’hui dans une phase de clientélisme instauré lors de la période coloniale.

107Pour les ethnies de plaine, il n’existe pas de liens organiques. Ceux qui s’islamisent opèrent une coupure radicale avec leurs milieux d’origine. C’est le cas des Masa, Musey et Tupuri. Toutefois, l’accélération du processus de conversion à l’islam pourrait être, à terme, un frein à la foulbéisation. Chez les Mundang, Giziga et Gidar des noyaux islamisés sont attestés dans leurs propres pays respectifs.

108La genèse de la ville, conquise par un groupe d’affranchis très composite au départ, a marqué son histoire. Ils formèrent le creuset d’une population qui restera toujours multi-ethnique. La volonté des lamidos, jusqu’à nos jours, de ne pas permettre la constitution de quartiers mono-ethniques et de brasser les populations, est visible dans la composition de la ville.

109Les haa’be sont toujours cantonnés à la périphérie, dans l’impossibilité hors de l’islam de créer de vastes quartiers. Les missions elles-mêmes n’ont pas généré d’espaces chrétiens. Les gens du Sud ne se sont pas approprié des zones de résidence, non plus que les expatriés.

110Le modèle d’une cité de l’islam, peule, est renforcée par les centaines de mosquées qui ont fleuri depuis les années 1980, ou qui ont acquis à ce moment-là une expression architecturale affirmée. Toutefois, ce modèle est de plus en plus contesté par les nouveaux convertis qui n’entendent plus se foulbéiser, mais souhaitent rester au sein de leur groupe. Les élites non musulmanes instruites réclament, pour leur part, une gestion plus laïque de Maroua, comme celle de n’importe quelle ville du Cameroun, et aussi la sécurité foncière dans la ville.

111Les ressortissants du Sud et surtout ceux de l’Ouest cherchent, par le jeu des rachats d’habitation, à disposer d’espaces où se regrouper.

112Maroua, ville d’islam, en perdant peu à peu les moyens de foulbéiser ses nouveaux migrants, devra sans doute composer dans les années à venir.

Bibliographie

Indications bibliographiques

Bceom, 1982 — Ville de Maroua, plan d’urbanisme directeur, horizon 2000. Yaoundé, Min. de l’Urbanisme et de l’Habitat, RUC, 94p. + annexes.

Beauvilain (A.), 1980 — Les migrations au Nord-Cameroun. Revue de Géographie du Cameroun, 1 (1) : 1-14.

Beauvilain (A.), 1983 — « Maroua, dynamisme d’une ville précoloniale ». In : Atlas aérien du Cameroun : Campagnes et Villes, Univ. de Yaoundé : 105-107.

Boutrais (J.) éd., 1984 — « Migrations provisoires et migrations définitives ». In : Le Nord-Cameroun : des hommes, une région, Paris, Orstom, Mémoires n° 102, 320 p.

Gubry (P.), 1992 — Maroua, du village à la ville : histoire et démographie. 20 p. multigr.

Hamadou Bachirou Sali, 1998 — Zourmbaïwo II, une chefferie de troisième degré de Maroua. Yaoundé, ministère de l’Administration territoriale, 19 p. multigr.

Mohammadou Eldridge, Bassoro (A.), 1977 — Histoire de Garoua, cité peule du XIXesiècle. Garoua, Onarest, 296 p.

Paba-Salé (M.), 1981 — Maroua : aspects de la croissance d’une ville du Nord-Cameroun. Univ. Bordeaux, thèse de 3e cycle, 304p. + 8 planches photos.

Passarge (S.), 1895 — Bericht über die Expedition des deutschen Kamerun-Komitees in den Jahren 1893-94. Berlin, Dietrich Reimer, XX, 573 p. + 3 cartes et pl. h. t.

Pontié (G.), 1973 — Les Guiziga du Cameroun septentrional. Paris, Orstom, Mémoires n° 65, 255 p. + annexes.

Pontié (G.), 1979 — La contestation par la migration ; le cas des Guiziga du Nord-Cameroun. Cah. Orstom sér. Sci. Hum. 16 (1-2) : 111-127.

Recensement général de la population et de l’habitat, 1976 et 1987.

Roupsard (M.), 1987 — Nord-Cameroun : ouverture et développement d’une région enclavée. Thèse Paris-X, 516 p.

Notes

1 Les non-imposables étaient subdivisés en deux classes : les enfants jusqu’à 14ans et les personnes âgées de plus de 55 ans, auxquels on ajoutait les infirmes.

2 La détermination des limites de la ville est un problème auquel se sont toujours heurtés les autorités administratives, puis les démographes, dans le recensement de la population de Maroua. Faut-il arrêter la ville à la seule surface urbanisée ou l’étendre au canton de Maroua ? Le problème s’est véritablement posé lors du recensement de 1967.

3 La plupart des gargotes étaient, en 1987, entre les mains de tenancières originaires de l’Ouest.

4 La seule délimitation des quartiers de la ville a été établie en 1989 pour cet atlas, à l’aide d’une cartographie au 1/5 000 (d’après une couverture aérienne de 1982). Chaque chef a indiqué les limites de son quartier en accord avec les agents de la sous-préfecture.

5 En 1988-89, nous avons enquêté directement auprès de 13 353 imposables, en grande majorité des chefs de famille, ce qui nous a fait toucher près des deux tiers de la ville de Maroua.

6 Les recensements administratifs mentionnent l’ethnie jusque dans les années 1960. Toutefois, les critères retenus n’étant jamais explicités et la tendance à globaliser par grands groupes font que ces données ne peuvent pas être comparées et partant restent très indicatives.

7 Pour éviter de fastidieuses listes de lignages peuls, nous les avons simplifiés. Toutefois, un groupe mérite d’être mentionné, les Fulbe Humaka’en. Leur peuplement se situe à la frontière des lamidats de Maroua et de Mindif. Leur statut de groupe péjoré – à Maroua ils peuvent faire oublier leur origine – et la proximité de Maroua expliquent leur forte représentation (65 familles).

8 Les Fulbe de Garoua désignent par « Kambari’en » les islamisés anciens. Ce mot, qui vient du haoussa (Mohammadou Eldridge, Histoire de Garoua, 1977 : 77), est, en revanche, peu usité à Maroua. Son emploi sera retenu ici pour éviter la répétition de l’ensemble Sirata-Mandara-Hausa-Arabes Showa.

9 Déjà dans un rapport annuel, de 1919, de la circonscription de Maroua, le Cpt. Petit (ANY/APA 12032), note que la libération d’un captif à Maroua revenait entre 100 et 500 F et d’ajouter : « Dans un pays comme Maroua, il n’y a plus de captifs par suite des unions. Par conséquent, il ne reste pour les quelques rares Foulbés, 200 peut-être sur 20 000 dans Maroua, que l’orgueil de se dire je suis un homme libre. »

10 « À Maroua-ville, les recensements de 1963 font apparaître une population forte de 3027 individus pour un total de 28210 habitants, soit plus de 10 % de la population. Les Guiziga sont l’ethnie la plus représentée après les Fulbe. En 1967, il y avait, toujours d’après les recensements officiels, 4215 Guiziga : soit une augmentation en quatre ans de plus du tiers de la population. »

Table des illustrations

Légende FIGURE 1. Évolution de la population de Maroua, 1893-1992
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/11599/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Légende FIGURE 2. Pyramide des âges de la population de Maroua (pour 1 000 habitants)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/11599/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Titre TABLEAU I. Résidences antérieures des citadins de Maroua (valeur absolue)
Légende * Rapport de masculinitéSources : Recensements démographiques 1976, 1987
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/11599/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
Titre TABLEAU II. Évolution intercensitaire dans l’origine des lieux de naissance des citadins de Maroua (valeur absolue)
Légende Sources : Recensements démographiques 1976, 1987
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/11599/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Titre TABLEAU III. Population masculine et féminine par tranches d’âges en 1976 et en 1987 et sex-ratio pour 1 000 habitants
Légende Sources : Recensements des années correspondantes
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/11599/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 302k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/11599/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre TABLEAU IV. La composition ethnique de Maroua en 1988
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/11599/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 435k

© IRD Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540