Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Atlas de la province Extrême-Nord Cameroun

 | 
Christian Seignobos
, 
Olivier Iyébi-Mandjek

Maroua. Évolution historique

Christian Seignobos

Full text

1C’est moins la localisation de Maroua, au contact plaine-montagne et à la convergence de deux grands mayos, Kaliao et Tsanaga, qui a retenu les premiers peuplements, que son site. Hosséré Marouaré est une colline de 700 m de hauteur, avec en prolongement, Modjogomoré, qui touche la confluence du mayo Kaliao et du Mizao. Ce bief reste longtemps en eau, subaffleurante au sable du lit pendant la saison sèche.

2La présence d’ateliers de taille sur les collines de roches vertes de hosséré Marouaré, de Kossel Bei et Makabay, comme sur les rives du mayo Tsanaga (mayo Ferngo) atteste une présence humaine ancienne.

3Les traditions orales (Fulbe, Giziga, Mofu) font état de passages de nombreux groupes, dont il est malaisé d’établir la filiation, la succession et encore moins la chronologie. Elles n’en désignent pas moins Maroua comme une plaque de redistribution de la population dans la région.

La période pré-giziga et l’émergence de Masfaye

4Les mouvements de peuplement les plus anciennement attestés sont issus du nord et du nord-est, avec des groupes qui ont quitté les bords du Chari ou venant de plus à l’est encore (cf. La mise en place du peuplement). Ils appartiennent à la nébuleuse saw avec, parmi eux, les Kanagi, de Logone-Birni, groupe le plus ancien recensé à Maroua.

5Dans ce même ancien fond de peuplement, on compte les Hidigir, Zeleng et Kerdeng, dont la mémoire sera conservée à Maroua dans la mesure où leurs descendants partagèrent pendant longtemps certaines rituels comme maîtres de la pluie ou maîtres du fleuve.

6On retrouve, toujours venus du nord, de Doulo, capitale du royaume du Wandala, les Mavo ou Mowo. Ils y détenaient le pouvoir, avant de devenir les grands ritualistes des rois maya (XVe siècle ?). Chassés de Doulo, ils descendirent alors en pays zumaya et à Maroua.

7Une partie quitta Maroua et remonta la Tsanaga jusqu’à l’entrée des monts Mandara, où ils fondirent une puissante chefferie, qui donnera naissance, par la suite, à celle de Goudour. Ceux qui sont restés perdurent encore en tant que clan chez les Giziga Bi-Marva, sous le nom de Gorey ou Gorey Maya.

8 Mohammadou Eldridge (1975) signale que, dans la titulature du Wandala, le titre de tlikse-masfaye pour le chef de Maroua était prééminent par rapport aux autres charges de notables. Une telle importance ne pouvait s’expliquer par le seul rôle de Masfaye (Maroua) dans le contrôle du pays au bénéfice du Wandala.

9Les groupes issus des cités saw vont reconstituer à Maroua un établissement selon ce modèle, divisé en deux, avec un aval et un amont (bipartition encore présente chez les Kotoko, héritiers des Saw, avec la ville de l’alifa et celle du sultan). Cette bipolarisation demeure à Maroua jusqu’à nos jours.

  • 1 Le jiddere chez les groupes non musulmans de plaine (Zumaya et Giziga) était plus qu’une simple ac (...)

10De la période pré-giziga, on retient aussi l’usage d’un jiddere1 (accumulation d’ordures) près de la demeure du chef ; la pratique de la sépulture dans des doubles jarres, qui perdurera jusqu’aux derniers chefs Giziga ; la présence d’un génie protecteur de la cité sous forme de serpent, qui était censé résider sur la colline de Modjogomoré.

  • 2 Cette origine est rencontrée à Goudour, Moutouroua, Midjivin (Barreteau, 1988 ; Jaouen, 1995 ; Sei (...)

11Les suivants suivants sont des groupes qui se revendiquent du Baguirmi2. Ils se déplacent sur une latitude plus basse que celle de leurs prédécesseurs, en passant par le pays muzuk. Ces groupes sont fortement marqués par l’art de la métallurgie qui va également monopoliser tous les rituels d’intronisation et d’inhumation des chefs.

12De cette strate de peuplement, désigné le plus souvent comme « Bi-Dugwoy », serait redevable le notable mala mofko (porteur du couteau de jet sacré) et pris dans le clan Degeng, justement issu du Baguirmi. L’importance des Ficus (Ficus platyphylla en particulier) comme autels peut lui être imputée. On relève certains traits architecturaux de cette période comme le balak, grand auvent aménagé.

13Les traditions orales peules parlent encore de « Mofu » à l’origine de Maroua, pour la simple raison que les groupes évincés de la cité n’avaient pas d’autre recours que de gagner les massifs proches - où ils concourent à composer le peuplement mofu. Il conviendrait plutôt de distinguer plusieurs strates de paléo- « Mofu », qui devaient avoir peu de choses en commun avec les actuels Mofu. Pour les Fulbe, les « Mofu » étaient des Masafaya ou des Bi-Durum.

  • 3 Les étymologies populaires de la région ont en commun d’être suspectes. Masfaye en est un exemple. (...)

14La ville porta vraisemblablement le nom de Masfaye3 aux XVIe et XVIIe siècles. Les Giziga indiquent, qu’à leur arrivée, seule la partie ouest de ville (Zokok et Zouloum) était dénommée ainsi. Les ressortissants qui durent la quitter au moment de l’installation des Giziga ont transféré le nom de Masafaye à la région de Goyang.

15Il est malaisé de se faire une idée de la cité et de son économie à l’époque où Maroua était Masfaye. Ceux qui voient dans son peuplement des Mofu incitent à les replacer dans leur cadre actuel de montagnards et leur font cultiver les collines de Maroua ; ceux qui se réfèrent aux Saw et aux Muzuk inclinent à les faire vivre dans une cité emmuraillée.

La Marva des Giziga (XVIIIe siècle)

16Nous donnerons une version de la prise de pouvoir par les Giziga Bi-Marva parmi celles qui contiennent le plus grand nombre d’éléments constitutifs :

17« Le chef Bi-Dugwoy qui règne sur Maroua est accusé de ne pas satisfaire les aînés des clans électeurs. Les Bi-Marva sont présentés comme des chasseurs du sud, de Midjivin, et qui vivent en brousse sous des riya (Acacia ataxacantha). Ils apportent régulièrement de la viande séchée aux femmes de Maroua qui puisent de l’eau dans le mayo Ferngo.

18« Les clans Megesele, Ndubula, Ngwoyang (Masfaye) et Gilbada décident de déposer Bi-Dugwoy pour donner le pouvoir à ces nouveaux venus. Les Gilbada vont trouver Bi-Dugwoy et lui disent qu’il faut abattre des bœufs et satisfaire les notables. Bi-Dugwoy accepte et fait préparer un festin, il demande pour lui-même simplement des gotani, une variété de cucurbitacées. Les Gilbada qui, comme les Bi-Marva, sont originaires de Midjivin, s’entendent avec les Megesele et demandent à Bi-Dugwoy de s’isoler de la populace sur son balak (auvent), eux s’installent au-dessous. Ils décommandent le repas et attendent. Des gouttes de courge tombent de l’auvent sur un Gilbada, qui s’écrit : « qui mange des choses à la graisse là-haut, alors qu’ici nous n’avons rien ; allons-nous supporter cela plus longtemps ? »

19« Au moment de la grande fête de fin d’année, lorsque Bi-Dugwoy et les siens sont partis à la chasse vers Djoulgouf, le chef Bi-Marva est intronisé. À son retour, Bi-Dugwoy entend des tambours et demande : « que se passe-t-il dans la ville ? », on lui répond :

20« les Megesele ont choisi un autre que toi ». Il veut fuir, on l’en empêche. On lui demande de quitter son saré de Kakataré pour s’établir à Dougoy, où il ne sera plus qu’un chef de quartier. »

21Ce récit rend compte d’un assemblage de stéréotypes appartenant à ce qu’il est convenu d’appeler des « mythes » de fondation antérieurs :

  • celui de l’éviction des chefs au moment de la chasse rituelle qui clôt l’année, suggérant l’existence ancienne de cycles de règnes (la prise de Doulo s’est également effectuée lors d’une chasse collective) ;
  • la courge symbolise tout un ensemble de courants migratoires venus du Logone. Cette courge, qui n’est pas partagée, génère conflits et départs ;
  • quant au mythe du chasseur qui distribue de la viande et à qui l’on offre le pouvoir, on le retrouve au sud, chez les Mundang (à Léré).

22Les Dugwoy font partie des groupes du Logone, alors que les intronisateurs Megesele seraient originaires de Doulo. Les Gilbada appartiennent à la dernière vague de peuplement remontée du pays mbana (mundang) au XVIIe siècle, comme les Bi-Marva eux-mêmes. Les Bi-Marva eurent donc à unifier sous leur commandement des groupes hétérogènes, arrivant en ordre dispersé sur les piémonts de cet archipel de massifs-îles au nord de Maroua.

23À Marva même, dans sa partie occidentale, les quartiers de Zokok et de Zouloum étaient peuplés de Megesele, qui fournissaient le masay qui nommait le chef, et de Mogodinger et de Digidim, qui donnaient aussi de grands notables.

24Dans la partie orientale de la ville, les quartiers Bongor, Kakataré et Hidiguir (foulbéisé en Diguirwo) regroupent les clans de la chefferie, les Bi-Marva, leurs alliés et des clans esclaves.

25Le quartier de résidence du dernier chef bi-marva est Bongor. Les désignations des sites de sarés des chefs de lignées « mofu » et giziga restent sujettes à caution, mais reflètent en général la bipolarisation géographique de la ville, les chefs résident dans la partie orientale de la ville, l’ouest étant réservé aux clans « autochtones » intronisateurs où se situent les principaux autels (Mbaggure, Humorde, Luggere hayre).

26Les Giziga apportent toutefois une nouvelle façon d’habiter, avec des constructions entièrement végétales, à l’exception des greniers. Les éléments amovibles étaient nombreux, dans une architecture basée sur des modules de cases affrontées. Le vaste saré du chef se dégageait avec un gala, clôture spéciale en sekko, renforcée d’une haie de Commiphora africana. Ce tout végétal conduisit à un desserrement des quartiers afin de limiter les risques d’incendie. Les quartiers sont pris dans des haies végétales de Commiphora et d’euphorbes afin de protéger certains champs de case en canalisant le bétail. Ce sera aussi un bocage défensif, qui perdurera en partie au début de la période peule, et jusqu’en 1970 à Makabay.

27Pendant l’époque giziga, les champs se situent au nord des mayos Ziling et Kaliao, mordant sur Domayo, jusqu’à Djarengol. L’interfluve de Domayo représente une sorte de no man’s land entre Marva et Makabay, menacé par les divagations du mayo Ferngo. Il constitue une réserve de graminées pour des populations qui en font grand usage. La toponymie le rappelle encore avec le quartier Domayo Bololo (bololo est le nom local de Andropogon gayanus), recherché pour tresser des tapades. Elle signale aussi la nature humide du terrain à ce moment-là.

  • 4 Le mayel Denguesdji fait référence à des pièges-assommoirs (dengesji) que l’on montait sur ses ber (...)

28La région de Maroua reste très boisée, à l’exception toutefois des collines. Les berges des mayo portent encore d’épaisses végétations ripicoles giboyeuses4.

La Maroua peule

La conquête de Marva

29Les modalités de la conquête peule vont déterminer l’avenir de la ville jusqu’à nos jours. Au XVIIIe siècle, les Fulbe qui vivent auprès des Giziga sont, soit des Fulbe Baamle (cf. Les Fulbe) installés à Makabay, soit des riimay’be (affranchis) envoyés en éclaireurs ou qui, le plus souvent, ont fui leurs maîtres, restés au nord du Wandala. Ces affranchis, concentrés à Bilmiti, plus nombreux et mieux organisés, vont rapidement, grâce à leurs alliances matrimoniales, entrer dans les rivalités dynastiques des Giziga. Commandés par Mal Biiri, ils s’allient aux Giziga Kaliaw, une branche des Bi-Marva, contre le chef de Marva.

  • 5 Les Fulbe Yillaga de Mindif, avec Modibo Buba Biroowo, pensaient aussi s’approprier la région. Ils (...)

30Après une série de combats, entre 1792 et 1794, le chef bi-marva est bouté hors de la ville5. Pendant seize ans, Mal Biiri restera le maître incontesté de Maroua.

31Mais les riimay’be, vainqueurs, se trouvent devant une situation qu’ils ne sauront résoudre. Lors de l’époque nomade, ils représentaient la principale force guerrière des groupes peuls en déplacement, nommant (ou influençant fortement la nomination) des ar’do’en. À Maroua, cette situation les empêche de légitimer leur conquête, d’autant que les familles de leurs maîtres les ont rejoints (Fulbe Taara et Sawa) ; ces derniers entendent bien rester dans cette logique et confisquer la victoire à leur profit.

32Les nombreuses conquêtes peules, qui surviennent un peu partout en cette fin de siècle, vont être récupérées par un vaste mouvement religieux animé par Sokoto et relayé par Yola. Le seehu de Sokoto s’arrogera le droit de nommer les chefs sur les seuls critères de leurs compétences en matière coranique, or ces compétences sont entre les mains des lettrés peuls des familles des maîtres.

33Les riimay’be parviennent à écarter Al Kasum (Fulbe Taara), ancien représentant des Fulbe auprès du chef bi-marva, puis des chefs de lignage comme Biibi (Fulbe Sawa) et enfin, Muhaman Selbe (Fulbe Taara). Ils ne veulent voir en eux que des imams, alors que ces derniers s’entêtent à vouloir gouverner, c’est ainsi que Kaw Buhaari et Bah Yeero, successeurs de Muhaman Selbe, seront tour à tour éliminés.

  • 6 Pour les Giziga Bi-Marva, les kaygamma de Maroua ne seraient que des Megesele islamisés ; Mal Biir (...)

34Ceux qui veulent aller chercher le tuutawal (la bannière) à Yola, sont écartés par ces mêmes riimay’be que l’on désignera ensuite comme Fulbe Zokok. Mal Biiri, leur représentant, s’est installé dans le quartier du masay megesele, dans son propre saré, héritant du même coup du rôle d’intronisateur6. Mal Biiri et les riimay’be vont alors choisir un modibo « chargé de corans » et dépourvu de clientèle, étranger aux familles peules Taara et Sawa. C’est Muhaman Damagaram, un Fulbe Badawwoy, à qui l’on confie la fonction d’imam. La mosquée sera implantée sur le lieu des lawru (sacrifices) des Bi-Marva. Modibo Muhaman Damagaram prendra peu à peu en main la partie orientale de la ville.

35La ville garde sa division en deux, partagée selon une ligne qui va de l’actuelle prison (à Zouloum) par Luggere Kaygamma jusqu’au mayo Kaliao et, au-delà, vers Makabay.

36Les descendants de Mal Biiri deviendront les kaygamma (pour reprendre la titulature copiée sur le Bornou, qui se met en place dans tous les lamidats peuls). Ils nomment les lamidos. Le premier à recevoir ce titre est Sali, fils de Modibo Muhaman Damagaram. Les lamidos s’arrogent le droit, à leur tour, de nommer les kaygamma, toujours dans la famille de Mal Biiri.

37Entre ces deux villes s’insèrent des quartiers-tampons qui seront récupérés plus tard par le lamido ; ils appartiennent aux familles qui ont eu un temps l’imamat sur la ville et la prétention d’y régner.

Maroua sous Mal Biiri et Modibo Muhaman Damagaran (1795-1846)

38Lorsque Mal Biiri nomma Modibo Muhaman Damagaran grand imam, certains religieux, installés à Maroua avant lui, en furent mécontents et partirent à Binder, ce fut notamment le cas de Mal Belal, apparenté au galdiima. Il se réconcilia ultérieurement avec Muhaman Damagaran et obtint une petite portion de terre à Domayo (le quartier de Domayo Waziri Rajil).

39Les premières installations à Domayo sont le fait de la famille de Muhaman Selbe à Diguirwo Domayo. L’éviction de la famille de Biibi entraîna la création de Domayo Galdima. Il en fut de même pour la famille de Kaw Buhaari, qui est à l’origine du quartier de Fatoudé Lawan (Domayo III). La famille de Muhaman Selbe, parée des titres de ar’do et de lawan de Maroua, dirige encore de nos jours les quartiers de Diguirwo I, Diguirwo Domayo et Fatoudé Ardo. Les quartiers de Domayo Galdima et Domayo Waziri Rajil « appartiennent » aux descendants de Biibi qui ont reçu le titre de galdiima.

40Les quartiers de Zokok et de Zouloum étaient peuplés de riimay’be, mêlés à des Giziga Bi-Marva ralliés et convertis à l’islam. De l’autre côté du mayo, Fatoudé Bapaldé, actuellement occupé par le relais de la Porte Mayo, de même que Domayo Kaygamma étaient plutôt habités par des affranchis.

41Ziling et Bourgou Tchaindé étaient occupés par la clientèle ou les familles de Muhaman Selbe, de Bah Yeero et aussi de princes giziga ralliés. Certains partiront à Gawar, pour en revenir au début de la période coloniale.

42Makabay Ouro Baye (actuellement Makabay II Lawan Sidiki), entre colline et mayo Tsanaga, était peuplé d’affranchis. Ce village verrouille au sud les terres du kaygamma qui s’étendent à l’ouest, virtuellement jusqu’aux montagnes (Kaygamma Yaya, successeur de Mal Biiri, mit à sa tête son notable, Baye).

43À l’ouest, la ville peule proprement dite commence avec les quartiers de Garré-Bongor, Kakataré, Diguirwo I-II, peuplés, au début, de Fulbe éleveurs, de religieux et de leurs serviteurs. Ils devaient peu à peu faire place à la « maison du lamido », grossie de contingents de serviteurs.

44Modibo Damagaran est imam de Maroua de 1801 à 1846, couvrant ainsi la première partie du XIXe siècle. Il met patiemment en place les assises du futur pouvoir des lamidos de Maroua en organisant l’espace qui lui est dévolu. Il place à Doursoungo son demi-frère, pour couvrir Maroua sur son flanc oriental. Sur la voie d’accès à la ville, le long de la montagne de Mogazang, qui fut aussi la ligne de conquête sur les Giziga, et pour parer aux attaques du Wandala, il installe des villages de Fulbe Badawwoy et de serviteurs, commandés à Gayak, par un neveu et à Kosséwa, par son propre frère.

45Au sud, de l’autre côté du mayo Ferngo, pour faire face à Mindif, il établit des étudiants coraniques, dirigés par un de ses élèves.

46À l’intérieur de Maroua, il s’emploie à apaiser les rivalités. Il développe son quartier de Bongoré, et plus précisément près de la montagne, Zaguiré (de zagii, palefrenier). Ces esclaves dépendent du notable lamido cudde. Il met à la tête du quartier de Zouloum un de ses compagnons de route, Garga Zulum, dont les descendants étaient encore en place dans les années 1980.

  • 7 Le quartier fut surnommé Mawndiwo ngo walaa maw’do (les soi-disant grands qui n’ont pas de renommé (...)

47Modibo Muhaman Damagaran, qui veut faire de sa ville un pôle religieux, attire des lettrés. Il essaie, sans y parvenir, de la peupler de Fulbe. Ceux de Kakataré ne seront jamais très nombreux. Il n’existera qu’un seul quartier peul intramuros : Maodiwo peuplé de Fulbe Mawndin7 et grossi ultérieurement par des Fulbe Ngara fuyant les guerres de Modibo Hayatu.

48Une série de quartiers extérieurs furent créés à la suite de conflits ou pour desserrer la vieille ville.

49Ouro Ardo, à l’emplacement de l’hôpital central, était peuplé de Fulbe Taara, conduits par Ardo Sambo. Évincés de Maroua par les riimay’be, ils rejoignirent les Taara de Makabay. Mal Biiri demanda à Ardo Sambo de créer un ribadu (camp) en face de Mindif, afin de lutter contre les vols de bétail.

50Les Fulbe Baamle, alliés aux Giziga, furent chassés de la périphérie de Maroua. Ils revinrent ensuite à Maroua, comme, par exemple, Ardo Mogole qui fonde un quartier à Domayo, connu sous le nom de son fils, Ardo Zataw, c’est l’actuel Domayo II.

51D’autres Fulbe sont à l’origine du quartier dit Zourmbaywo II, appelé également Hardéo. Ils y ont rejoint un serviteur Zurmba, installé auprès de ses corrals, à proximité du mayo Ferngo (Mohammadou Eldridge, 1976 : 61).

52Un Bornouan lettré, précédemment installé à Djoudandou, fondit un quartier aujourd’hui dans Patchiguinari, confirmant ainsi que les Bornouans étaient à Maroua dès la conquête peule, sinon avant.

  • 8 Les abords du mayo étaient couverts de ganjannje (Mimosa pigra), au point que les esclaves dirigés (...)

53À cette époque, les cultures sont repoussées jusqu’au mayo Ferngo(8).

Le développement de Maroua sous Lamido Sali, dans la deuxième partie du XIXe siècle

54Sous Lamido Sali (1846-1896), la population de la vieille ville s’accroît. Le maintien de vastes sarés, avec corrals et jardins, oblige sa population à passer le mayo Kaliao.

55Du côté de la vieille ville du kaygamma, on voit apparaître des jawro ngesa, chefs de quartier par droit de défriche, notable ou membre de la famille de Kaygamma Yaya. Ils s’installent à Djarengol.

56Un groupe de Zumaya, qui fuit les persécutions du lamido de Mindif, demande (vers 1880 ?) une place à Kaygamma Yaya. Excellents bourreliers, à l’école des Bornouans de Paatawal, ces Zumaya enseignent leur art aux Fulbe Zokok. Leur quartier prit le nom de Pidéré (de pi’d’de, cuir tanné teint en rouge).

57Koutbao et Missinguiléo se peuplent de Bournouans venant principalement de Balda, après un désaccord avec le lawan de cette localité. Ils contribueront à développer différents types d’artisanats, principalement le tissage, faisant de la ville du kaygamma un centre de production important pour le tissage et le travail du cuir.

58À la sortie de la ville, en direction de Meskine, à l’emplacement du bâtiment actuel des Travaux publics, se trouve une série de concessions bien particulières, celles de Bakari Wagay et de ses esclaves. Lui-même esclave du kaygamma, il assure la fonction de gardien de prison (bongngo). On envoie chez lui les esclaves récalcitrants pour les mettre à l’encan. Le « saré de redressement » est constitué de suite de cases dans lesquelles on les soumet à différentes fumigations.

59Toute la politique de Modibo Damagaran, puis de Lamido Sali, aura été de déstabiliser la ville du kaygamma et d’essayer de faire de Maroua un lamidat comme les autres, et du kaygamma, un simple notable. Pour parvenir à leurs fins, ils sont servis par l’idéologie véhiculée de Sokoto et le soutien inconditionnel de Yola.

60Dans les autres lamidats, le lamido s’appuie sur les notables de rang servile, plutôt que sur des membres de familles peules nobles, qui lui sont moins redevables de leur charge. À Maroua, la situation est un peu différente.

61Les grands notables ont ici des charges héréditaires : kaygamma, galdiima, ar’do, kacalla et jerma. Cet état de fait a même tendance à contaminer les autres représentants de la titulature (faada). Comme ces charges sont liées à des fiefs et des quartiers dans la ville, faire l’histoire de Maroua revient à relever l’histoire de ces grandes familles.

62Le lamido cherche à asseoir son pouvoir grâce à ses esclaves qu’il désigne comme notables. Il reçoit aussi le soutien du parti des lettrés et des alkali qui deviendront avec le temps de plus en plus puissants.

63La première victoire du lamido sur le kaygamma fut le ralliement d’un notable de ce dernier, avec son quartier. Il sera alors nommé jerma. Ses descendants dirigent toujours le quartier Domayo V Djerma.

64Le mode de progression de la ville veut que les gens installés sur les champs d’un quartier dépendent du chef de ce quartier. Les champs à la périphérie immédiate de Maroua sont le plus souvent des saabeere (des champs d’arachides) entretenus par des femmes, ou des parcelles encloses de cotonniers pérennes (leeno).

65Avec peu de bétail et pas d’accès au grand commerce, esclaves et riimay’be ne pouvaient envisager que la culture du mil sur de grandes étendues, toujours plus loin de la ville, comme voie d’émancipation et d’élévation sociale. Maroua fourmille d’exemples d’esclaves remplissant des dizaines de silos, achetant à leur tour des esclaves grâce à leurs réserves au moment de famines, s’affranchissant enfin auprès de leurs maîtres.

66Grâce à l’action de ses esclaves ou des ressortissants de « sa » ville, le lamido va contrôler les zones où vont s’édifier de nouveaux quartiers, comme Palar I, dans l’espace pourtant réservé au kaygamma.

67À la fin du règne de Lamido Sali, la puissance du lamido est affirmée. Il installe ses fils, Amadu Rufaw et Yerima Samusa, à Domayo. Le premier empiétera sur Fatoudé Mogole, le second sur les terrains du galdiima, créant le quartier actuel de Domayo I. Le reste, qui deviendra le quartier Bongor Domayo Stade, sera grignoté par les esclaves du lamido.

68Domayo Bourta reste encore vide car, à cette époque, c’est là que s’amorce le grand burtol (chemin à bétail), qu’empruntent de nombreux troupeaux de Maroua pour aller vers le sud.

69La ville du lamido continue sa progression vers l’est (fuunaange). Les actuels quartiers de Founangué I et II se peuplent de Fulbe Zaake’en et de leurs serviteurs. Lamido Sali voulut donner ce quartier (Founangué II) à Moodi (M. Mustafa), son frère. Ce dernier, qui désirait davantage et nourrissait une solide inimitié envers Sali, en fit ostensiblement don à un de ses élèves, un Fulbe Zaake’en, avec le titre de yeriima (fils de chefs). Ses descendants devaient porter ce titre, bien qu’étrangers à la chefferie de Maroua.

70Un premier quartier est créé de l’autre côté de la muraille (appelée plutôt gasol, fossé, car il a duré plus longtemps que la muraille elle-même). Ce quartier, Founangué Fatoudé May, est fondé par un Bornouan, May Tijaani. Il compte des sarés-entrepôts pour le sel et le natron venant du nord et des sarés pour les esclaves. On y élève des enfants capturés au cours de razzias, jusqu’à l’âge d’être vendus sur le marché. Maroua est le deuxième marché d’esclaves de la région, après Paatawal, et le premier lorsqu’il héritera de Pataawal entre 1894 et 1896.

71Ce quartier s’agrandit avec l’arrivée de Mandara bannis de Mora et encore avec d’autres Bornouans. May Budige (le chef des foulons), trop à l’étroit à Goyliré (de goyle, bac à teinture) un sous-quartier à l’intérieur de la muraille, va la franchir et installer à Fatoudé May de nouvelles aires de bacs à teinture.

72Le développement de Maroua attire de plus en plus d’artisans, donc de Bornouans qui, dispersés de Pataawal vers Mindif et Binder, lors des guerres de Modibo Hayatu, vont ensuite gagner Maroua. Les femmes, de leur côté, tissent des godons (cf. Glossaire). Par leurs activités, les Bornouans contribuent largement au développement de Maroua.

73Cette importance, Maroua la doit aussi à l’originalité de son encadrement politique. Le pouvoir bicéphale lamido-kaygamma et le nombre de notables à charges héréditaires brident le despotisme du lamido. L’absence d’une fraction peule dominante – les Fulbe Badawwoy sont très minoritaires – permet à chaque groupe (Mawndin, Sawa, Taara, Ngara et même Yillaga) d’y trouver sa place.

74L’énorme quartier de Zokok, composé de riimay’be, qui détint longtemps la réalité du pouvoir, donne le ton à la ville, refuge d’affranchis ayant ici l’opportunité de réussir. À Maroua, à la différence des lamidats yillaga, les esclaves peuvent posséder d’autres esclaves et facilement s’affranchir. Le statut d’esclave et d’homme libre n’est pas marqué par le vêtement. Maroua protège aussi certains groupes persécutés : les Zumaya de Mindif « vendus comme des moutons », certains groupes foulbéisés méprisés, comme les Fulbe Humaka’en...

75La liberté d’expression permet de critiquer les actions du kaygamma comme celles du lamido sur les marchés. Cette liberté favorisera, par ailleurs, l’émergence de lettrés peuls appartenant à différentes wirdi. Ils constituent des cénacles rivaux : celui de l’entourage du lamido, ceux de Balaza Alcali, ou encore ceux du quartier Domayo Waziri Rajil.

76S. Passarge (1895), qui séjourne brièvement dans la partie de ville du kaygamma, y décrit le côté grouillant et l’esprit frondeur de cette ville « où la plèbe domine, le gouvernement est très faible à son endroit... ».

77De fait, c’est cette liberté qui, en favorisant l’implantation d’ateliers d’artisans – activité ici valorisée – de commerçants et de lettrés, contribua à faire de Maroua à la fin du XIXe siècle incontestablement la plus grande ville de l’Adamawa.

Chronologie des lamidos de Maroua

Chronologie des lamidos de Maroua

La Maroua coloniale

Essai de suivi de la population

78Lors de son expédition en 1893 dans le Nord-Cameroun (op. cit.), S. Passarge (1895) avance le premier chiffre de 60000 à 70000 habitants à Maroua. Il en fait la ville la plus peuplée de l’Adamawa, loin devant Ngaoundéré et Garoua qui n’est créditée que de 5000 âmes.

791893 est l’année de l’arrivée de Rabah au Bornou. Modibo Hayatu, installé dans la région depuis quelques années pour y intriguer, a rallié sa cause. Cette époque troublée a vu Maroua se gonfler d’une population importante de réfugiés. La ville ne semble pourtant se déployer que sur 2,5 km. Les sarés enclos de hauts murs disposent encore de corrals, de jardins, voire de mares ; les densités y sont faibles, même si, en revanche, la main-d’œuvre servile s’entasse dans les zawleeru ou quelques dépendances. Moins de dix ans après, en 1909, O. Zimmermann, compagnon de H. Dominik, le vainqueur de la bataille de Maroua (1902), livre à son tour une estimation de 30000 habitants. Nous pensons que le chiffre avancé par S. Passarge est surévalué, celui de O. Zimmermann conviendrait mieux.

  • 9 En 1902 déjà, H. Dominik avance pour Zongoya, Katoual et Meskine 20000 habitants, dans son Rapport (...)

80Sous la colonisation allemande et les débuts du mandat français, on assiste à une récession notable de la population de la ville. Le Rapport annuel de la Circonscription de Maroua de 1919 (ANY/APA 12/033) fait état de 20000 habitants et estime à 100000 la population environnante, dans un rayon de cinq kilomètres9.

81Le chiffre du recensement administratif de novembre 1916 donne 25 000 habitants (ANY/Vt 17/206/B), nombre bien en deçà des estimations des premiers observateurs allemands. Toutefois, les recensements administratifs opèrent dans un périmètre urbain délimité, alors que l’on ne sait quelle suite de quartiers plus ou moins contigus les estimations antérieures ont bien voulu prendre en compte. D’entrée, l’administration coloniale essaya de trouver une limite au périmètre urbain, notion étrangère de la conception d’un lamidat, où il existe un garre, quartier où réside le chef, et une nébuleuse de quartiers plus ou moins proches. Ceux-ci n’ont pas une structure et une composition très différentes de celles des villages de brousse. L’administration créera parallèlement un « Maroua-Environs », qui après 1936, cèdera la place à plusieurs petits lawanats. Le but des recensements administratifs est de déterminer le nombre d’imposables, entraînant une ignorance ou une sous-estimation des femmes seules, des individus âgés, infirmes... Cette sous-estimation est inhérente aux recensements de la période coloniale car, lamidos, lawans et même jawro avaient intérêt à fournir des chiffres inférieurs, afin d’empocher la différence des rentrées fiscales. Les auxiliaires de recensement n’étaient autres que des notables commis par lesdits lamidos et lawans. L’administration fermait les yeux. Dans les années 1930, ces prélèvements sur l’impôt constituaient une sorte de compensation du manque à gagner de la traite et des opérations de rapine que l’administration s’efforçait d’éliminer.

82C’est moins le choc direct de la colonisation qui va vider une partie de la ville que le rôle nouveau qu’elle va attribuer au lamido. Les administrations coloniales agiront ainsi par méconnaissance profonde de l’histoire de Maroua.

83Les Allemands, puis les Français aligneront Maroua sur le stéréotype du lamidat que l’administration s’était bâti, en donnant tous les pouvoirs au lamido. L’homme de confiance des Allemands sera L. Abduraamani Suudi (1901-1908). Il régna par la terreur. Il devra mater les religieux, majoritairement acquis au mahdisme, doctrine fortement combattu par le colonisateur (Mohammadou Eldridge, 1976 : 336). Il profitera de l’appui de l’administration pour liquider toute opposition, en particulier celle du kaygamma et de Zokok. L’application de certains principes de l’occupation allemande comme la lutte contre les voleurs va multiplier les exécutions, alors que la traite continue comme par le passé.

84Le règne de Lamido Suudi sera la « grande époque » du lamidat de Maroua, (qui annexe Petté, Bogo et Gawar). Lamido Koyranga (1908-09/1914), qui succède à L. Suudi, sera révoqué et remplacé par Lamido Saajo. Avec ce dernier, les Allemands procèdent à un changement de lignées. La répression qui s’abat alors sur la branche aînée et sa clientèle ajoute encore à la confusion. Encore de nos jours à Maroua, la lignée de Sali et celle de Moodi, tous deux fils de Modibo Damagaram, restent concurrentes.

85Ç’en était fait de l’esprit de liberté de la Maroua précoloniale. Maroua était maintenant à l’image de Mindif, Binder, Bibémi... avec à sa tête un lamido despote, appuyé par une administration coloniale, au personnel peu nombreux, qui trouvait commode de s’en remettre à lui. Devant ce pouvoir arbitraire, la population, les grandes familles en particulier, préférèrent quitter Maroua pour leurs fiefs du mayo Boula ou les villages périphériques : Katoual, Kongola, Balaza... Repli qu’elles considéraient comme temporaire. Elles le firent d’autant plus facilement que les opérations de police coloniale contre les païens rendaient moins dangereuses les campagnes, à l’ouest de Maroua notamment.

86La guerre de 1914-1918 ne va pas épargner Maroua et sa région. C’est une période pleine de troubles et d’intrigues. Après un chassé-croisé Allemands/Alliés, le 14 décembre 1914, le lieutenant-colonel Brisset entre à Maroua. Que la ville de 1919 ne compte que 20000 habitants semble logique. Les gens qui ont quitté Maroua attendent de voir comment va se dérouler la relève française. Elle les confortera dans l’idée de prolonger leur attente : les pouvoirs du lamido sont maintenus par les Français. L’époque de « l’indigénat » va commencer pour ne s’achever qu’en 1945.

87Le Rapport du premier trimestre 1926 de la Circonscription de Maroua (ANY/APA 12033) donne une population de 25000 habitants, le même chiffre avancé en 1916 et que l’on confirmera jusqu’à la fin des années 1930. L’époque 1939-1945 a certainement marqué un pallier dans la croissance de la ville. Toutefois les chiffres évoqués jusqu’en 1954 semblent faibles, pour 1945 : 15961 (Beauvilain, 1989 : 570) ; 1953 : 16606 (Prestat, 1953) ; 1954 : 17269 habitants. Faut-il dans le premier cas incriminer une circonscription un peu aléatoire ? l’effort de guerre et la désorganisation des services sanitaires ?

88La faiblesse de ces chiffres serait plutôt à mettre au compte de la carence des recensements – de vrais recensements plutôt que des estimations – ou d’une interprétation plus étroite du périmètre urbain ; elle illustre malgré tout une stagnation. Le repeuplement se fera à la fin des années 1950.

La période allemande

  • 10 Appelé aussi luumo Zulum ou encore luumo Balinga, du nom d’un gradé indigène, qui défraya la chron (...)

89Les Allemands n’auront tout d’abord qu’un campement à Dougoy, en marge de la ville, non loin du campement du jawro Baariki, où stationnaient les grosses caravanes. Ils s’installèrent ensuite sur la colline de Modjogomoré. Weyse, le premier résident, fera construire un bâtiment à l’emplacement de la résidence actuelle du gouverneur, ainsi que trois petits bâtiments (prison, bureau, menuiserie) sur le col qui relie Modjogomoré à hosséré Marouaré. Il provoqua un premier déguerpissement d’une partie du quartier Zouloum, puis en contrebas de Modjogomoré, à l’ouest, le vieux quartier Ouro Ardo est déguerpi pour monter le camp des gardes, à l’emplacement de l’Hôpital Central. À l’est, une partie de Zokok, appelée Mbagouré (de mbaggure, tambour, en fait un rocher (creux) qui résonnait pour avertir du danger les gens de Maroua), subit le même sort pour bâtir des bureaux, qui seront ceux de la préfecture, puis de la province. À l’emplacement actuel de la PMI fut mis en place un petit marché : luumel townde10 qui fonctionnera jusque vers la fin des années 1930.

90En face de Zokok, sur la route du sud, il y eut le « bureau des Allemands », près du pont, où se trouve aujourd’hui le bâtiment de Socatour. Les Allemands recevaient là les doléances des populations, exerçaient la justice, rassemblaient ce qui était plus proche d’un tribut que d’un impôt, en particulier le bétail, qui était convoyé à Garoua. Les Allemands étaient peu présents à Maroua qu’ils dirigeaient à partir de Garoua, leur place forte. Peu de quartiers verront le jour durant cette période, excepté Gada Mahol (hors du mur), avec Alhaji Haman Bindir, sous Lamido Saajo. En revanche, le contrecoup de la pacification de la région par les colonnes allemandes entraîna un départ des éleveurs de Maroua, surtout de la ville ouest, Zouloum et Missinguiléo. Ils suivirent le mouvement des Fulbe Sawa éleveurs établis à Doyang Massinika et tout le long des hardés, de Zokok Ladéo à Bilmiti, et qui partirent occuper les no man’s lands des piémonts.

91Zouloum était alors un vaste quartier subdivisé en sous-parties dont une était réservée au saarkin saanu.

La période française

1920-1939 ou le démantèlement de la ville du kaygamma

92Les administrateurs français effectuèrent des séjours de moins de deux ans. Aussi s’abstiendront-ils d’entrer dans le jeu politique subtil du lamidat et confirmeront-ils le lamido dans son rôle de seul interlocuteur.

93Les notables à la charge héréditaire, le kaygamma en tête, se trouvent ainsi marginalisés. Les relations administration/lamido passent par l’entremise de certains notables comme le magaaji et quelques turjuman (interprètes) que le lamido contrôle et dont on ne soulignera jamais assez l’importance, véritables écrans entre l’administration et la population.

94Le début du mandat français correspond à « l’époque où Zokok fut piétiné ». À la lecture des cartes, on s’aperçoit que toute l’infrastructure administrative va se développer sur la ville du kaygamma, celle du lamido restant intacte.

95Dès leur arrivée à Maroua en 1916, les Français occupèrent l’ancien poste allemand. Ils construisirent également des bâtiments au sud de Dougoy, près du mayo Kaliao. Dans un esprit plus stratégique que de préoccupation de voirie, ils percent dès 1917 l’avenue Kakataré ou plus exactement élargissent la voie qui partait du saré du lamido jusqu’à la porte principale de la ville qui donnait sur le marché. C’est sur cette avenue large de 16 m, qui va du poste au marché, et non plus vers la mosquée, que s’ouvrira le « Tata du Lamido ». Durant l’administration militaire, sous le capitaine Petit, en 1920, le marché fut redélimité et la mosquée construite en dur. Cette concomitance frappa les habitants de Maroua qui prétendaient que la mosquée et le grand marché (luumo altinewo veut dire marché du lundi) furent fondés le même jour sous M. Muhaman Damagaran, associant ainsi les deux grandes vocations de Maroua, l’enseignement coranique et le commerce. Les bâtiments d’apparat et les magasins du lamido auraient été construits à la même époque sous Lamido Muhammadu Saajo.

96Le rapport annuel du chef de circonscription Gauthier (ANY/APA 12 032), fait le point en 1918 :

97« Le poste de Maroua, construit en pisé a été complètement détruit en juillet et août, à la suite de l’inondation du mayo Kaliao.

98« L’installation d’un nouveau poste a été entreprise dès le 12 septembre au point choisi l’année dernière pour y organiser un poste de défense... Installé sur un mamelon rocheux (Modjogomoré) bien battu par les vents, sur le bord du mayo Kaliao et en amont de la ville, il met le personnel dans d’excellentes conditions d’hygiène.

99« La conformation du terrain, le peu d’étendue de la crête empêche de songer à élever des constructions symétriques d’un modèle uniforme et établies suivant les conditions admises pour un poste militaire ; mais il sera facile d’y organiser avec le temps des ouvrages de défense plus sérieux.

100« Les travaux seront assurés par la main-d’œuvre militaire et la main-d’œuvre indigène rétribuée. Tous les matériaux sont payés... ».

101Jusque vers 1935, les bâtiments des postes administratifs (Maroua, Mokolo, Yagoua...) sont montés en briques, sèches ou cuites. À Maroua, on abat de nombreux arbres à l’ouest de la ville, zone très boisée, pour fabriquer le charbon de bois nécessaire à la cuisson des briques des constructions du service de l’Élevage de Missinguiléo, des écuries du lamido près du mayo, à Garré-Bongor, de la prison, des abattoirs et du centre artisanal du grand marché.

102Le manque de ciment pour jointoyer les briques pose un vrai problème. La « chaux de Bidjar » est connue, mais pas encore exploitée, celle issue des bancs de lamellibranches du Logone s’avère trop coûteuse. On utilise alors comme mortier les déchets des boules d’indigo (cacaari), des foulons de Maroua, malaxées avec de la cendre ayant déjà servi, par lixiviation, à donner du sel de potasse et que l’on collecte dans les sarés. L’indigotier est alors abondamment cultivé par les Bornouans, à Ziling et à Meskine.

103Les populations de Maroua se sont mises, à cette époque, à construire des cases à toiture d’argamasse (cf. Glossaire) de terre légèrement bombées, soutenue par des murs épais, sur la copie de celles du Bornou. Ces constructions, dites takkaande, sont montées par des maçons hausa ou bornouans, pour le compte des gens riches de Maroua. L’administration adoptera ces techniques et les toitures seront « en paille et plafonnage d’argamasse »

104Les essais de tuiles par l’administration coloniale seront abandonnés car elles ne résistent pas aux pluies. Pour les charpentes, on fait venir les dosses de rônier de la région de Pouss (cf. La végétation anthropique).

105En 1918, le personnel expatrié du poste de Maroua comprend un capitaine, chef de circonscription, un sous-lieutenant, un sergent secrétaire de la circonscription, un sergent fourrier (agent spécial, agent postal...), et on attend un médecin.

106Maroua mettra du temps avant de s’urbaniser, comme en témoignent les rapports semestriels. En 1932 (ANY/APA 11832/A), excepté les bâtiments du chef de circonscription, les bureaux et le dispensaire, « tous les autres bâtiments datent des années 1920... Ce sont des constructions en briques et mortiers indigènes recouvertes de chaume. Elles sont peu confortables et ont toujours besoin de réparation. Le vent très violent arrache la toiture de paille et il faut les couvrir entièrement chaque année avant la saison des pluies ».

107Dans le rapport du 1er semestre 1933 (ANY/APA 11834/L), on peut lire : « Le poste de Maroua produit généralement à ceux qui le voient pour la première fois, une impression pénible. C’est une ville de 25000 âmes où n’existent qu’une rue et une place. Encore cette place est-elle encombrée de bâtiments administratifs couverts de chaume et qui menacent ruine... En faisant disparaître tous ces bâtiments, avec quelques sarés indigènes, nous obtiendrons une place convenable, sur laquelle pourront être tracées des allées d’arbres verts. »

108Ces bâtiments seront en effet déplacés au cours des années suivantes, laissant un espace qui est celui de la place qui fait face aux bâtiments administratifs actuels.

109À cette époque, la seule partie urbanisée de la ville est celle de la rive gauche du mayo Kaliao. La rive droite, c’est-à-dire Domayo, est signalée sur les cartes et croquis administratifs comme « Maroua village ». Les sarés sont installés là, au milieu des jardins et des champs. L’administrateur Cournarie (1935-1940) fut le plus longtemps en poste à Maroua. Les plus grandes transformations de Maroua lui sont dues ainsi qu’à son adjoint Fourneau (1935-1936).

110Les administrateurs civils complétèrent l’amorce de damier des militaires, en multipliant les rues perpendiculaires à Kakataré. Ils reprirent à l’extérieur, en les agrandissant, les voies existantes. Déjà en 1893, S. Passarge indiquait qu’à proximité de Maroua « les routes s’élargissaient jusqu’à devenir aussi larges que les nôtres, permettant à quatre, cinq et six porteurs de marcher de front, et on était tenté de se retourner pour voir arriver des voitures, tellement ces routes étaient carrossables ».

111La grande route vers le sud traverse le mayo en face de Zokok ; un radier y sera aménagé. On transformera en route le burtol qui empruntait l’emplacement de l’actuel pont de Founangué, de même que celui vers l’est, en direction de Bogo.

112À l’époque de Cournarie, l’administration s’employa à combler un certain nombre de mares. La ville en était piquetée. Ces wasaande (mare artificielle, de was go, creuser) servaient autant de carrières d’argile pour les potières, pour construire des murs, que d’abreuvoirs. Certaines eurent, quand la ville était giziga, des rôles rituels, en particulier Luggere Zokok, à l’emplacement du grand carrefour de la Poste. L’administration dut en laisser un certain nombre : Luggere Kaftara Kele, la mare du lamido, celle du kaygamma. La grande mare de Luggere Mala, où trois grands quartiers (Garré-Bongor, Diguirwo, Maodiwo) prélevaient la terre, fut peu à peu reconvertie en une immense décharge au cœur de la ville.

113Cournarie interdit l’inhumation dans les sarés, excepté pour le lamido, le kaygamma et le galdiima. Plusieurs cimetières furent créés, à Dougoy – où était déjà situé le cimetière allemand – à Doursoungo et Guidamatou Domayo.

114L’administration va batailler, en vain, pour essayer d’exclure la vache de la ville.

115On assiste en 1936 au déguerpissement de plus de la moitié du quartier de Zokok. Les gens seront déplacés à Djarengol. En face de Zokok, l’ancien quartier Bapaldé sera rasé pour faire place à un campement, qui deviendra la Porte Mayo et le Quartier des Évolués, aujourd’hui le camp SIC.

116Les services de l’Agriculture, grands demandeurs de terre, vont les prélever sur Djarengol. On dédommagea le lamido, alors qu’il s’agissait de terres du kaygamma... Les derniers lots furent payés à des particuliers. Cette partie de Djarengol fut nommée Nguessa Pascalet, du nom d’un conducteur de travaux agricoles, J. Pascalet. À Missinguiléo II, sur les champs du kaygamma encore, fut implanté le « grand laboratoire sérumigène » qui fonctionna, en 1931, avec une écurie poulinière et qui sera voué ensuite aux bovins. Là seront implantés les services de l’Élevage.

  • 11 Cette politique perdura jusqu’au début des années 1960. L’usine d’égrenage du coton, puis l’huiler (...)

117Pour les habitants de Maroua, le lamido satisfait les besoins de l’administration sur le dos de ses opposants institutionnels, en lui remettant ce qui ne lui appartient pas. L’administration se rend complice en donnant l’impression d’être au service du lamido11. Si le démantèlement de la ville du kaygamma fut le plus spectaculaire, les autres grandes familles souffrirent aussi de ces empiètements. Le quartier du galdiima dut encore reculer devant celui de Bololo. Les champs de la famille de Kaw Buhaari, vers Nguessao, furent pris par les Eaux et Forêts pour des périmètres de reboisement en Cassia.

118Pour les corvées de portage, de réfection de rues, d’ouverture de routes, l’administration avait besoin de manœuvres. Lorsque le commandant en demandait vingt, le lamido en réclamait cent, prélevés essentiellement dans les quartiers du kaygamma et qui devaient se racheter auprès du lamido.

119La période de l’indigénat (cf. Glossaire) fut assez durement ressentie à Maroua, car elle remettait en cause la division de la société en maccu’do et diimo (esclave ou descendant d’esclave et homme libre). Les hommes de condition libre, mais pauvres, durent se livrer à des tâches jugées inacceptables, comme le portage de pierres sous le contrôle de gardes, pour renforcer les berges du mayo Kaliao, pour empierrer des routes, et cela à la vue du reste de la population.

120Le lamido confisqua la zakkat à son profit (1/10 des récoltes et 1 tête sur 30 têtes de bétail). Il obligea le kaygamma à lui verser sa part de zakkat de ses quartiers, alors qu’il disposait déjà du baytal sur toute la ville. Il obligea même les gens de Zokok à effectuer des corvées sur ses champs.

121Dans cette atmosphère de tracasseries et de mise en coupe réglée de la ville par une pléthore d’envoyés du lamido, on comprend qu’elle se soit peu développée.

  • 12 Kunca : viande et graisse résultant du raclage des peaux fraîches. Achetées séchées, elles améliora (...)

122Néanmoins, si des groupes quittaient Maroua, d’autres les remplaçaient. Sous Lamido Muhammadu Saajo, il existe encore des quartiers de tanneurs intramuros, comme celui de Kuncaare12, dirigé par son propre frère, Yeriima Babba Gaji, grossi par un groupe de foulons bornouans, qui fondèrent un sous-quartier : Majeemare. Ces foulons, chassés par la « famine des criquets » (weelo ba’b’bati) de 1930 à 1933, se seraient réfugiés à Maroua. Leur implantation aurait été favorisée par Lamido Saajo, dont la mère était Bornouane. D’autres Bornouans seraient venus lors d’une famine antérieure (weelo jooriinga) de 1912 à 1914. Ils s’établirent à Djarengol, puis près du marché. Les gens de Maroua insistent sur l’arrivée des colonies bornouanes lors de périodes de famine, pour mieux souligner leur rapide enrichissement dans la ville.

123Des familles en indélicatesse avec le pouvoir dans d’autres lamidats vinrent s’installer à Maroua selon un réflexe courant dans la région : la contestation par l’émigration. En 1934, un quartier de Nguessao fut fondé par un chef de Matfay en opposition avec le lamido de Mindif. Il dépendit directement du lamido puisqu’il s’était établit sur des champs que ce dernier attribuait à ses serviteurs de Garré-Bongor.

  • 13 Buusaw ne vient pas du mot foulfouldé qui signifie « magie », comme l’insinuent certains informateu (...)

124Le seul quartier qui ne serait pas issu du déguerpissement de Zokok, ni créé par des populations réfugiées de la famine, fut Boussaoré, créé dans la première partie du règne de L. Muhammadu Saajo par plusieurs familles hausa du Gobir (de buusaw ou busawwal qui veut dire la trompe en corne de bélier)13. Ce quartier entra dans l’apanage des yeriima. Il est actuellement dirigé par un transporteur hausa.

125Toutefois, à l’est, le quartier de Dougoy commença à se peupler de familles peules. Il fut fondé par Jawro Emman et un groupe de Fulbe Dasngal. Pressentant l’importance future de ce quartier, Lamido Saajo plaça le saarkin yaahi Bashiru Moodi, à la fois son frère et son notable, pour le commander.

De 1940 à 1960, la mise en place de la Maroua moderne

Redéploiement des structures administratives

126Durant toute la période coloniale, la titulature guerrière des lamidats subit une reconversion. Un certain nombre de titres tombent en désuétude ; d’autres prennent une réelle importance, comme le magaaji, intermédiaire entre lamido et administration. Au courant de toutes les affaires, il devient incontournable. Il rassemblera une clientèle, obtiendra des fiefs... ce fut le cas de Magaaji Mallum.

  • 14 Pour l’administration (cf. Rapport du Comité chargé de l’étude de la structure administrative du N (...)

127La restructuration de la faada au service de l’administration ne sera formulée qu’en 195314 dans le but d’associer plus étroitement les pouvoirs traditionnels contre la montée des revendications indépendantistes. Cette réforme ne devait pas aboutir à cause des connotations qui restaient attachées à ces anciennes charges. Seuls les saarkin saanu, auprès des services de l’Élevage, remplirent leurs tâches. On reconnut aussi une certaine efficacité au bongngo, responsable de la prison, qui mettait au service de l’administration la main-d’œuvre pénitentiaire pour la construction des bâtiments du poste, la fabrication des briques... L’administration suscita aussi des rouages pseudo-traditionnels parmi les corporations d’artisans. L. Muhammadu Saajo commença à régenter les corps de métiers, créant ar’do, lawan, saarkin... pour chacun d’eux. L. Muhammadu Dayru, dit Lamido Yaya (1943-1950), son successeur, complétera cette organisation.

128Maroua de l’après-guerre se présente comme un chef-lieu de région classique : la résidence du chef de Région, les bureaux, la prison, l’hôpital, le garage administratif, la centrale électrique, la poste et, enfin, le Cercle. Mais ce centre autour de son acropole de Modjogomoré s’avère trop à l’étroit. Les activités administratives vont alors être implantées dans deux directions, à Djarengol et, de l’autre côté du marché, à Dougoy.

129À Djarengol, on installera les gros consommateurs d’espace : Travaux publics et services de l’Agriculture. En 1945, on a fait déguerpir des sous-quartiers pour monter la caserne des tirailleurs, qui deviendra ensuite la gendarmerie.

130À l’emplacement de la léproserie – que l’on déplace à Meskine – est construite la mission catholique de Djarengol, avec école et menuiserie. Par suite de blocages administratifs, il faudra attendre 1963-1964 pour voir émerger une deuxième mission, à Founangué, près du Pont Vert, là où s’élèvera la cathédrale.

131Dougoy sera réservé aux services de la subdivision, future sous-préfecture, et aux ensembles scolaires.

132Le pont de Founangué (Pont Vert) est jeté entre les deux rives du mayo Kaliao en 1952, la ville s’allonge dès lors sur 5 km. C’est toutefois le marché et ses abords qui vont connaître le plus de bouleversements. On crée un centre artisanal à une extrémité et un centre commercial avec boutiques, à l’autre. Les quartiers gada mahol (hors de la muraille) vont être remodelés en fonction de ces nouveaux espaces aménagés. Le quartier Gada Mahol IV Ardo Goudi, remplacé par le groupe scolaire se voit affecter l’espace au sud du marché ; Gada Mahol V reste en place. Dougoy Tchoumo est rasé et se replie à l’est, pour céder la place au centre commercial, de même qu’un sous-quartier, peuplé de Ngambay – qui deviendra Dougoy Sara – et qui restera figé sur une seule rue. Founangué Atchemiré subira un léger refoulement. Le quartier Barmaré, qui aurait été fondé par un « Baguirmien », Ajia Bakari, fut habité par des porteurs sara islamisés, se disant Barma (baguirmiens). Ils occupèrent une partie de Saabeere Mammala, terrain d’une riche Bornouane. Des portefaix continuèrent à peupler ce quartier, qui fut un des premiers quartiers à bière de Maroua. Des bars prirent ensuite la relève.

Peuplement de Domayo et de l’est de la ville

133De l’autre côté du mayo Kaliao, s’étendait le quartier de Kongo. Le chef était un Sara de Goré (Tchad). Des porteurs (roondoo’be) baya s’y établirent au début de la période coloniale, rejoints ensuite par le personnel de maison des Européens. Domayo Doursoungo a été créé après une inondation du mayo Kaliao (emplacement du « stationnement » actuel) par le frère du lawan de Doursoungo qui vint s’y installer avec des éleveurs. Les Mundang déguerpis du quartier Domayo Djerma, afin de construire la « cité Mathey » (1947-1948) – qui sera remplacée par la « maternité de la Caisse » en 1973 – vinrent s’y adjoindre.

134À ce moment-là, les gens continuent à quitter la vieille ville pour Domayo. D. Bololo fut confié successivement à des serviteurs du lamido et à la mère même de Lamido Yaya. Néanmoins, on hésite encore à s’installer à Domayo, car à certains endroits la nappe est très proche. Il fallait renforcer le bas des murs contre l’humidité ; en revanche, on compte encore beaucoup de jardins.

135Des Masa Tuku furent les premiers à Louga Payendé (de lugga payende, grosse mare + poteries), mais c’était plus un lieu-dit qu’un quartier. Cette mare constituera une carrière d’argile pour les potières bornouanes.

136Le quartier Patchiguinari se développe également, les premiers à s’installer furent des Bornouans Kaama. Venant de la région de Dikwa, ils firent escale à Maroua, pensant s’établir à Paatawal (sous L. Sali). Ils s’installèrent au bord du mayo mais chassés par les eaux, ils se replièrent un peu plus loin, chez des Bornouans Paatawal. L’endroit prit l’appellation de « paccimginari » (de paccam, inondation, en foulfouldé ; ginari étant une désinence kanouri). Ce n’est que sous L. Muhammadu Saajo qu’ils se mirent au commerce du poisson (vrac de décrue, salanga, poisson séché pilé), à la faveur des alliances matrimoniales nouées avec la colonie bornouane de Balda. Plus récemment encore, ils se sont lancés dans le commerce des peaux avec l’arrivée de Bornouans de Bama. Ils confirmaient la réputation de quartier industrieux et riche de Patchiguinari.

137À Zourmbaywo Hardéo, des Bornouans vont également s’établir, après avoir appris leur métier de cordonnier au Bornou et à Fort-Lamy ; ils formeront à leur tour des gens de Domayo. Bourta se peuple, lui, de sarés de yeriima. Ce quartier sera aussi appelé Fatoudé Amadan (du nom du fils aîné de Moodi, frère de L. Sali), là sont ses descendants. Il sera commandé par une femme, Hari Tukur, qui levait l’impôt à la place de son frère – qui craignait de le faire auprès de ces aristocrates.

138Des quartiers de « réfugiés » continuèrent de s’agglomérer à la ville. Un groupe de Bornouans Pataawal, en désaccord avec le chef de Balaza-Lawane, viendra vivre à Dougoy Sirataré, tout en conservant ses champs à Balaza. À Ouro Djama, ce sont des Fulbe Ba’a’en qui ont fui les exactions du lamido de Mindif.

139Maroua garde toujours son rôle de refuge de prétendants évincés de la tête d’un lawanat, voire d’un lamidat, qui sont parfois accompagnés d’une partie de leur clientèle.

L’arrivée des haa’be

140Les grands changements de la deuxième partie de la période coloniale vont être l’arrivée progressive, à la périphérie de la ville, de groupes haa’be des montagnes et des plaines.

141Les premiers furent les Mofu Duvangar qui, grâce à leur chef Mangala, avaient, à l’amorce de la période coloniale, tissé des liens avec les lamidos de Maroua. Ils reçurent d’eux l’autorisation pour cultiver la montagne en arrière de Maroua, sans toutefois y construire, afin de ne pas dominer la cité.

142À Makabay, les premiers seront également des Mofu. Les Duvangar du quartier Makabay Mofou Gaftéré quittèrent leur massif en 1934 (famine des criquets). En 1945, ils demandent à L. Yaya la permission de cultiver la colline de Makabay. Pendant quinze ans, ils effectuèrent des corvées sur les champs et dans le saré du lamido. Les Mofu Wazan vinrent ultérieurement à Makabay Mofou Batchar. Des Giziga de Bilguim occupèrent le piémont immédiat vers la même époque. Puis ce sera le tour des quartiers mofu de Marouaré Mofou et de Marouaré Matakam, au nord de la ville. Contre la colline de Kossel Bei, un quartier de Giziga prendra le nom de leur village d’origine : Fatoudé Modjom-Bodi (de nichée en guisiga et serpents en ffldé). Son chef était à la tête d’une bande redoutée, qui opérait pour le compte du lamido de Mindif. À Maroua, ils se contentèrent de recel. Chassés, ils furent remplacés par des Zulgo. Vers 1950, le quartier devint Balgaré (de waalaago, se coucher, i. e. où l’on parquait le bétail sans zeriba), qui, par moquerie, fut changé en mbal garre « centre de la bière ».

143Les premiers quartiers de haa’be de plaine constitués furent le fait de Tupuri à Domayo Toupouri et de Wina à Mayel Denguesdji, venus en 1945 travailler comme tâcherons sur les champs de karal des Fulbe.

Les Blancs et leurs « concessions »

144Les quelques Européens présents à cette époque-là résident plutôt à Dougoy, en arrière du centre commercial, et les fonctionnaires, entre Djarengol et Missinguiléo.

145Les administrateurs se sont longtemps plaint de l’absence de négociants et en particulier de négociants français. Il faut dire que les activités sont réduites. En août 1945, le chef de subdivision, J.-M. Soupault souligne que « mis à part le commerce du bétail et des peaux, d’une part, et celui des objets ouvrés en cuir d’autre part, le trafic commercial de la Subdivision est pratiquement nul ».

La titulature dans le lamidat de Maroua
La titulature est calquée sur celle du Bornou, avec des emprunts aux États hausa. Charges et fonctions attachées aux titres ne sont pas toujours fixées et peuvent évoluer selon la personnalité des récipiendaires ou la volonté du lamido.
Les dignitaires ou courtisans, appelés saraaki’en, appartenaient à la faada (cour) du lamido. Les titres des grands notables : kaygamma, galdiima, jerma... etaient héréditaires. Le premier jouait un rôle prééminent à Maroua en ce qu’il nommait le lamido, possédait toute la partie occidentale de la ville et disposait de sa propre faada. Dans les autres lamidats, il apparaît comme le premier notable remplaçant le lamido en son absence. Il était, lors des campagnes, le chef des guerriers à pied.
Comme dans tous les lamidats peuls, il existait à Maroua deux collèges de notables, l’un formé de Fulbe et de gens libres, l’autre composé de serviteurs du lamido.
Dans le premier collège, le saarkin faada assurait la fonction de chef du conseil. Pendant la période coloniale, il a souvent eu la charge de lever les impôts pour l’administration.
Le galdiima, jadis premier notable et conseiller du lamido, n’est aujourd’hui qu’un chef de quartier.
Le saarkin yaahi fut le chef des armées, plus précisément de la cavalerie. Il est maintenant chef de quartier, après avoir assuré la police dans la ville et en brousse pendant la période coloniale.
Les alkali jouaient le rôle de juges et d’assesseurs auprès des tribunaux coutumiers. Ils continuent à exercer les fonctions de juges de 1re instance.
Le saarkin saanu était le représentant du lamido auprès des éleveurs. Jusqu’à nos jours, il est resté un auxililaire apprécié des services de l’Élevage.
Le deuxième collège était présidé par le lamido cudde. Ce dernier s’occupait des champs et des récoltes du lamido. Pendant la colonisation, il eut souvent un rôle de trésorier.
Le magaaji était chargé du ravitaillement du saré du lamido. L’administration coloniale le chargea de la voirie et des réquisitions en hommes pour les corvées. En tant qu’intermédiaire obligé du « commandant » et du lamido, il prit une grande importance.
Quant au jerma, à part ses attributions militaires, sa fonction est toujours restée mal définie. Il est aujourd’hui un chef de quartier.
Le kacalla était chargé d’« habiller le lamido » lors de sa nomination et de celle des notables. Il s’occupait de sa garde-robe et des tambours de la chefferie.
Il continue à superviser les repas de fête et la nourriture qu’offre le lamido.
Le ciiroma, après des fonctions variées, reste un conseiller du lamido.
Le bongngo était le chef de la prison et le maître des hautes œuvres.
Le samaki soigne les chevaux du lamidat et de ceux du lamido en particulier.
Le wakili était en charge, avec le lamido cudde, des questions agricoles. Il gardait le baytal (trésor) du lamido. Il aidait le saarkin faada à réunir les impôts de capitation.
Le saarkin zagii’en, chef des valets, est un titre tombé en désuétude.
L’ajiya, confident du lamido, est son « envoyé de confiance ».
Le saarkin yara est le messager entre le lamido et les assesseurs des tribunaux.
Les koffa’en et ciima’en, les « yeux et oreilles » du lamido, sont les envoyés et représentants du lamido.
Il existait d’autres notables en dehors de la faada.
Le saarkin turawa, chef des commerçants, et le saarkin jongo, « chef des étrangers », exercèrent seulement durant la période coloniale.
On rencontre aussi le saarkin paawa (jadis bornouan, aujourd’hui mofu), chef des bouchers, qui est le second du saarkin saanu (peul).
Le saarkin samaari est le chef des jeunes gens et des griots.
Le saarkin maata est le représentant des jeunes filles et des femmes libres.

146En 1918, une seule maison de commerce, tenue par un Syrien, Marcopoulos, représentant la maison Ferry Georges, et des agents de Maiduguri effectuent de courts séjours : tous ne s’intéressent qu’à l’exportation des peaux. En 1945, Maroua ne compte que deux boutiques, celle de la R. W. King (depuis 1932), appelée par la population de Maroua « Kampani » (compagnie), et celle d’un négociant, M. Peletier.

  • 15 Les sociétés d’import-export reflueront peu à peu vers Garoua après l’indépendance.

147À partir de 1950, les choses changent et, à la veille de l’indépendance, en 1958, Maroua compte vingt-et-une entreprises tenues par des Européens : SCOA (Société commerciale de l’Ouest africain), SHO (Société du Haut-Ogoué), CRC (Comptoirs réunis du Cameroun), Crédit Lyonnais, R. W. King, CCHA (Compagnie commerciale hollando-africaine), qui ne fermera ses portes qu’en 198715. À cela, il faut ajouter les abattoirs de Salak, trois commerces de détail et une entreprise de travaux publics, fondée par les frères Meunier, dont les entrepôts devaient être transformés en hôtel de luxe, le Saré. Des commerçants indépendants (Koukorski, Saladin Mourad) sont courtiers en arachides, en cuirs... Soixante-dix-neuf entreprises autochtones sont inscrites : commerçants, transporteurs, tailleurs, boulangers...

148On recense deux cent quinze véhicules, dont quatre-vingt-dix camions de plus de 1,5 tonne dans la subdivision de Maroua.

149En 1958, la population expatriée est, pour la subdivision, mais essentiellement à Maroua, de 176 Français (dont 45 dans l’administration, 5 gendarmes, 29 dans les entreprises et 31 missionnaires), 6 Libanais, 5 Suisses, 5 Italiens et 9 divers.

150Un certain nombre de commerçants français et libanais (Peletier, S. Mourad...) furent les initiateurs de nouvelles activités économiques. Ils seront suivis par ceux qui deviendront les grands alhadjis de Maroua et qui vécurent dans la commensalité des Blancs de l’époque : A. Bashiru, Isa Balarabe...

  • 16 Il s’agit ici d’un quartier exclusivement bornouan, car ils sont, par ailleurs nombreux, souvent m (...)

151L’apparition d’éléments de peuplement païen et l’intrusion du commerce occidental ne transformeront pas notablement Maroua. Dans son rapport, G. Prestat (1953) signale que « la ville et ses environs sont divisés en 69 quartiers dont 53 quartiers foulbés et islamisés, 1 quartier bornouan16 et 15 quartiers d’animistes (...) L’islam est la religion des neuf dixièmes de la population et toute la ville vit au rythme du Coran : l’organisation politique, le droit, la vie sociale, les fêtes, tout est déterminé par les préceptes du prophète ».

La Maroua de l’indépendance

Sous Ahmadou Ahidjo (1960-1982)

Les nouveaux intervenants et le dépouillement des prérogatives du lamido

152Après l’indépendance, la disparition de l’administration coloniale va multiplier les centres de pouvoir et diversifier les réseaux d’influence.

153La création de la fonction de maire, la nomination de certains ministres originaires de la ville, parfois véritables missi dominici du gouvernement, et l’action de commerçants de plus en plus riches, imbriqués dans le politique par le biais du Parti unique (UNC), vont se conjuguer pour sonner le glas du pouvoir traditionnel dans la ville.

154Le gouvernement Ahidjo n’est pas enclin à ménager les chefs traditionnels, vu le peu d’empressement qu’ils lui ont manifesté lors de son ascension. L’administration nationale n’a plus les mêmes préoccupations que la coloniale, qui voyait dans « les chefferies du premier degré », les lamidats « rénovés » un « rempart à la marée upéciste ».

155Le gouvernement, opérant dans deux sphères, celle des services administratifs et celle de l’UNC, va progressivement rogner les prérogatives du lamido. Déjà la loi-cadre de 1956 recommandait la fermeture des prisons traditionnelles. En 1959, sous Lamido Ibrahimu, à la suite d’un abus de pouvoir sur la personne d’un gradé, le saare dangay (la prison du lamido) de Maroua fut aboli. Sous Ousmane Mey, alors préfet du Diamaré (1960-1963), il fut décidé que la zakkat serait désormais libre et non plus un droit régalien. Lamido Ibrahimu se montrant peu souple, sa charge lui fut retirée. On l’exila à Tibati en 1961. À la suite de quoi, le lamidat de Maroua subit un démembrement.

156C’est toutefois l’installation d’une commune urbaine avec un maire qui fut perçue comme un véritable coup de force de l’administration contre le lamido. Comment les compétences allaient-elles être réparties ? Exercice difficile d’autant que l’interprétation des textes laisse un certain flou. Il fallut toute l’habileté de L. Muhammadu Koyranga (1961-1966) et celle du premier maire, Alium Mana (1960-1967) pour réussir. Le lamido demeure l’inamovible premier adjoint. Les ordres du jour sont débattus au saré du lamido, avant d’être exposés lors du conseil municipal. On ne toucha pas aux taxes traditionnelles alimentant le baytal, le lamido gardait un droit de « main morte » sur les sarés et les terres sans héritier. On lui reconnaît également une sorte de propriété sur les « quartiers historiques », en particulier Garré-Bongor, Diguirwo, Zouloum et Kakataré. Le peu de titres délivrés ne le sont que sur demande du lamido.

157L’état civil fut transféré du saré du lamido au bureau de la mairie, les serviteurs du lamido devenant des agents de la commune urbaine. Le maire a un droit de préemption sur les terrains (là encore exercé en accord avec le lamido) et procède au « déguerpissement » et au « recasement » des déguerpis. La commune urbaine a repris le service de la voirie, qui, dépendant du magaaji, était une source de financement indirect et de corvées pour le lamido. Elle récupéra, en théorie, les taxes des divers métiers, du marché, des « stationnements », le lamido ne bénéficiant que de « gestes volontaires ».

158Les prérogatives de l’édile ont néanmoins des limites. Il ne peut convoquer un chef de quartier qu’avec l’aval de la sous-préfecture, alors que le lamido procède dans ce domaine comme bon lui semble. Le préfet, qui a en tutelle la commune urbaine, apparaît donc un peu comme un arbitre entre maire et lamido.

159Toutefois, le lamido pense en termes de lamidat, et Maroua est au centre des terres qu’il revendique. Quand l’indépendance est proclamée, le petit peuple de Maroua se sent appartenir à un lawanat dépendant d’une sorte de lamidat national, dont les ministres seraient de supernotables de la faada d’Ahidjo. L’homme fort de Maroua sera le ministre des Postes, Sanda Oumarou, « l’ami du Président ». Il fera et défera lamidos et lawans, essaiera de se tailler des fiefs, comme le canton de Tchéré... surveillera la ville, jugée frondeuse à l’égard du gouvernement.

160À des échelles moindres, les pressions administratives, des préfets, sous-préfets, voire chefs de services, pourront jouer pour contrecarrer certaines décisions du lamido. Chaque nomination de chef de quartier, qui participe au registre des « affaires coutumières », devient un enjeu entre le lamido et la sous-préfecture. La politique du lamido consistera à placer un membre de sa famille sur des quartiers vacants après la division de certains vastes quartiers, comme Doualaré par exemple. À l’inverse, il s’opposera à ce qu’un grand quartier, apanage d’un membre de sa famille, comme Dougoy II, soit scindé.

161Ce que les gens de Maroua dénoncent comme la « politique des alhadjis » est l’intrusion de plus en plus systématique des riches commerçants dans la vie publique de Maroua.

162Une première génération de commerçants apparut entre les deux guerres. Certains préfiguraient déjà les alhadjis modernes, avec comme chef de file, Ajia Duji (un affranchi de Mindif), qui devint saarkin turawa. Ils bâtirent leurs fortunes sur le commerce des peaux et du sel avec le Bornou. Ils entrèrent rapidement en conflit avec le lamido, dont ils copiaient le faste : grand saré à hauts murs, zawleeru imposant, domesticité importante, petite clientèle, grand nombre de chevaux... Certains furent récupérés dans la faada même du lamido ; d’autres, qui s’adressèrent directement à l’administration, furent éliminés par le lamido.

163Les alhadjis ont conquis leur situation prépondérante comme négociants-transporteurs. Ils commencent à émerger dans les années 1950 (une dizaine de transporteurs à Maroua et dans sa région en 1954). Ils se livrent à la collecte des arachides, du mil, et cherchent à être « agréés » par l’administration (grâce à des appuis politiques) sur les circuits commerciaux « officiels », pratiquant des ententes pour commercialiser huile, sucre...

164Dans les années 1980, ils disposent de flottes de camions, d’un réseau plus ou moins étendu de magasins et de boutiques, d’une antenne à Douala et d’un parc immobilier en location. Depuis 1986, certains se lancent dans le mécénat religieux et financent la construction de mosquées à minaret, à leurs couleurs, dans les quartiers de Maroua ou les villages périphériques.

  • 17 Il est de notoriété publique que l’élection de Lamido Buba Bakari en 1982 a été prise en charge pa (...)

165Les alhadjis vont « sponsoriser » des yeriima pour les porter au pouvoir comme lamido, lawan ou même comme chef de quartier. Les yeriima, à peu d’exceptions, végètent avant de pouvoir briguer le pouvoir. Au moment de la succession, il leur faut acheter les voix d’un certain nombre de grands électeurs, lawans, jawro, notables... ou leur titre auprès du lamido. Un ou plusieurs commerçants vont alors prendre en charge ces investissements, avançant des sommes, prêtant des véhicules pour de véritables campagnes électorales17. Par la suite, les donateurs seront dédommagés par des facilités pour l’acquisition de terrains, l’installation de boutiques, de moulins...

166La politique des alhadjis sera surtout dénoncée lors des spéculations foncières, montées avec la complicité active du maire en fonction. On n’ose encore toucher à la ville du lamido, ce sera donc la ville du kaygamma, Djarengol en particulier, qui subira les premières spéculations. Djarengol n’est toujours pas subdivisé, les kaygamma s’y opposant. Les sous-quartiers sont des lieux-dits et les chefs de quartiers de simples collecteurs d’impôt du kaygamma. Il en est de même des différents quartiers Pidéré.

167Le déguerpissement d’un quartier de Djarengol, derrière la gendarmerie et l’École d’agriculture, eut lieu en 1969. On déplaça les populations sur Pitoaré, sans dédommagement d’aucune sorte, ni puits, ni infrastructure. En même temps, s’installait le personnel de l’huilerie de Pitoa fermée en 1970, qui était récupéré pour faire fonctionner une seconde unité à l’huilerie de Maroua.

168Le fait nouveau est que les spéculations foncières vont toucher les marges de la ville du lamido. En 1973, ce sera le déguerpissement du quartier Bongoré (en face du stade). Ce quartier avait été peuplé dix ans auparavant par des familles giziga qui s’étaient installées à la suite du chef de Kaliao exilé avec ses gens. L’éventrage des sarés montra des habitations giziga traditionnelles avec doubles cases affrontées et silos. Ces populations furent déplacées sur la route de Mindif, à Mandararé, dans une situation provisoire, toujours sous l’administration d’un koffa du lamido. À cet endroit furent construites des villas de rapport, propriétés d’alhadjis, louées à de hauts fonctionnaires ou à des expatriés.

169Les spéculateurs s’attaquèrent aux marges de la ville car ils s’appuyaient sur l’idée qui a toujours prévalu depuis la création de la Maroua peule que les ayants droit ne peuvent être que musulmans ; les non-musulmans étant envisagés comme des candidats à l’islamisation. On comprend mieux la difficulté d’installation de sous-quartiers chrétiens et la précarité de leur situation devant un pouvoir traditionnel et une administration qui, sur le sujet, partageaient le même avis.

170C’est donc l’administration (entièrement musulmane) qui va museler le pouvoir traditionnel, et une classe nouvelle de riches, celle des alhadjis, qui va chercher à le dépouiller. Le lamido, face aux maires, sous-préfets, préfets et ministres, subit ce nouvel encadrement politique qui repose sur une logique nationale.

171Ainsi le lamido se trouve-t-il à son tour dans la situation passée du kaygamma, spolié par une mécanique administrative et idéologique sur laquelle il n’a plus de prise.

La progression de la ville

172Les travaux de voirie se poursuivirent, en particulier sous le mandat du premier maire. On s’employa au redressement d’un certain nombre de rues, au percement du plus long axe de Maroua, qui part de Boussaoré, passe par Founangué II, jusqu’au quartier du saarkin paawa vers le nord, et surtout à l’établissement de la double voie de Kakataré. À la différence d’autres villes du nord, comme Ngaoundéré, les percements de rues se déroulèrent sans trop de difficultés. On creusa un fossé profond pour recueillir les eaux de pluies de hosséré Marouaré, à Lopéré, qui fut dénommé « mayel Maire ».

173L’assainissement de la ville s’est continué avec le comblement de certaines mares : Luggere biyyere (de bi’y’ye, graines de coton), avec l’aide de la CFDT, à l’emplacement du marché aux légumes, ou encore, plus tard, celui de Luggere Mamma Dakkere, qui donna lieu à une nouvelle spéculation foncière.

174Le grand marché fut encore agrandi. Néanmoins, il ne sera construit en dur, avec des boutiques, qu’en 1973-1974.

175Au fur et à mesure que la ville s’agrandit, certaines activités deviennent indésirables et sont rejetées vers la périphérie. Dans le passé, ce furent les ateliers de foulons, plus récemment ce fut l’abattoir et les mégisseries. Vers 1963-64, l’abattoir quitte l’actuel marché aux légumes (loumo Hako) pour Kossel Bei. Les tanneries, après être passées successivement par différents quartiers, se stabilisent à Patchiguinari en 1962. Elles seront en fin déplacées hors de la ville au bord du mayel Dada-Mama, sur la route de Mindif, en 1981.

176La logique qui consiste à construire sur des champs en limite du périmètre urbain, obligeant ceux qui les exploitent à acquérir des parcelles à cultiver toujours plus loin, se poursuit. Ces nouveaux espaces bâtis sont souvent le fait de gens qui construisent sur leurs champs. Il y a ainsi implantation de quartiers à partir du centre vers la périphérie. L’imbrication de champs appartenant à plusieurs quartiers peut susciter des situations peu claires lorsque ces derniers se lotissent. Le quartier de Baouliwol, en face de Koutbao, peuplé de colonies mofu et giziga, en est un exemple. La sous-préfecture voudrait réunir ce puzzle, mais ni le kaygamma, ni les chefs de quartiers de Palar I et II ne veulent en entendre parler.

177Les mêmes mécanismes d’accueil aux réfugiés évincés du pouvoir opèrent encore. Lorsque Yuguda Koce, chef de Kaliao, fut démis de ses fonctions par la sous-préfecture en 1964, le lamido Muhammadu Koyranga offrit, à lui et à sa clientèle, des terres vers les Comices et le mayo Tsanaga qui devinrent un sous-quartier appelé Kaliaoré.

178Le quartier Nassarao (victoire), appelé aussi Bamaré, accueillit des populations du Cameroun britannique qui, au moment de l’indépendance, optèrent pour le Cameroun. Il s’agissait de vingt-cinq à trente familles, originaires de Bama, qui, en indélicatesse avec les autorités, profitèrent des conditions d’accueil proposées.

179On enregistre une forte progression de la ville à l’est. Le quartier Ouro Bikordi est peuplé de Bornouans, forgerons pour la plupart, qui quittèrent Mindif, en désaccord avec le lamido.

180Dougoy II se développe aussi et une série de sous-quartiers commence à apparaître : Gortogalwo, Ouro Goni, Ouro Gamara.

181Toutefois, les quartiers qui ont connu les plus fortes progressions durant cette période sont Djoudandou et Doualaré. Le premier, initialement peuplé de riimay’be et de hoogi’be (serviteurs ayant fui leur condition), accueillit les petits métiers. Doualaré disposait d’une base de départ plus large. Son extension est spectaculaire comme en témoigne la comparaison des photographies aériennes de 1953 et de 1985. Un Bornouan Paatawal, Sali, venant de Meskine avec trente personnes, créa ce quartier, qui prit forme administrativement en 1971. À la mort de Sali en 1988, on le scinda en deux sans toutefois officialiser la partition.

182L’espace en arrière de Djoudandou et de Doualaré commence à se peupler dans les années 1970. Mayel Ibbé sera fondé en 1971 par un serviteur du lamido. En 1975, Mayel Ibbé entre en contact avec Lowol Diga Mofou, et, en 1978, avec Laïndé. À l’arrière, plus au nord, à Wourndé (wurn’de, le col), des constructions apparaissent dès 1965, mais Wourndé Bouloré ne sera créé qu’en 1975, Bellaré I en 1976 et Djébé en 1978... Leurs contours resteront flous, et Bellaré II ne verra le jour qu’en 1985. Ces quartiers, peuplés de montagnards, entrent, dès leur fondation, dans la mouvance du lamido. Ce dernier désigne pour chaque quartier un ciimaajo (serviteur, représentant du lamido) et cela avant même que ledit quartier ne soit officialisé et n’apparaisse sur les registres de la sous-préfecture et de la mairie. À la différence des populations de plaines non islamisées, les montagnards sont encore très sensibles au pouvoir du lamido. Ils reçoivent de lui l’autorisation de cultiver les collines de roches vertes. Ces chefs de quartiers ne cessent d’être sollicités pour s’islamiser.

Maroua de 1983 à 1997

183Avec l’arrivée au pouvoir de Paul Biya, fin 1982, Maroua passe de chef-lieu de département à capitale de province en 1986, ce qui fut perçu comme une revanche sur Garoua, sa rivale. Sous les mandats du premier président, Maroua ne reçut que des crédits d’équipements mineurs, afin de ne pas gêner le développement de la capitale du Nord : Garoua.

184Conséquence de la diversification des services techniques, le nombre de fonctionnaires est multiplié, confortant la vocation tertiaire de la ville. Avec eux, sont montées du sud des familles pléthoriques qui ont fait brusquement grossir les contingents gadamayo (sudistes), phénomène particulièrement ressenti au niveau des établissements scolaires.

  • 18 Toutefois un regroupement s’opère autour du camp SIC depuis 1984-1985 et, après 1990, le long du b (...)

185C’est enfin l’entrée de Maroua dans la société nationale par le biais de la laïcité. Antérieurement, pour être dans l’administration du Nord, il fallait « porter le bonnet », autrement dit être musulman. Dix ans après, le corpus des fonctionnaires est plus mêlé et les non-musulmans dominent. Cette remontée des gens du Sud a fait prospérer certaines activités. À Maroua, une autre ville se met en place, qui si elle n’a pas, à la différence de Garoua, ses propres quartiers18, ne vit pas aux mêmes rythmes que la Maroua traditionnelle. Cette population « d’expatriés de l’intérieur » se superpose à la fois aux quartiers peuls et aux quartiers haa’be périphériques.

186À la différence de Garoua et de Ngaoundéré, Maroua refuse les quartiers ethniques, comme elle a refusé sous la colonisation la notion de « chef de race ». Cette politique, menée tant par les lamidos que par les maires, manifeste une volonté de disperser les nouveaux venus dans les quartiers pour mieux les intégrer et les islamiser. Ainsi, au début de la période coloniale, un Hausa, Alhaji Balarabe, qui intriguait pour obtenir un quartier (Founangué I) se le vit refuser par Lamido Saajo qui le soupçonna de vouloir créer un quartier hausa. De même, plus récemment, des pressions s’exercèrent de la part de Bamileke (commandant du Corps urbain, magistrats et commerçants) pour se faire céder un vaste périmètre à l’ouest de la ville, le maire et le kaygamma s’y opposèrent. La délivrance de titres fonciers ne se fait qu’en ordre dispersé dans la ville.

187Les années 1980 auraient dû être celles de l’industrialisation de Maroua, elle n’a pas eu lieu. Alors que le commerce d’import-export marquait le pas, les alhadjis furent sollicités pour créer de petites unités industrielles, peu y répondirent ou prirent des parts infimes comme dans la Sitraf, ou encore Notacam (cf. La répartition socio-professionnelle).

188À la fin des années 1980, la plupart des alhadjis sont fortement endettés, leurs biens immobiliers hypothéqués. Ils ne peuvent plus avoir recours aux crédits faciles, cautionnés par les hauts pouvoirs politiques. Ils subissent la concurrence de leurs propre dilaali (courtiers, commissionnaires) qui, à Douala, reprennent à leurs comptes, une partie des filières. Le conflit entre les alhadjis de la première génération, Bornouans et hausa, et les nouveaux, Fulbe ou Foulbéisés, regroupés autour du « groupe de Kongola », ne cesse de s’exacerber, pour le contrôle du grand marché et à travers le pluripartisme mis en place en 1991.

189Ils n’en continuent pas moins à bâtir des villas ostentatoires. Il ne s’agit plus de villas comme celles construites dans les années 1960 et 1970 pour être données en location aux expatriés et dont les loyers, dans le cas des coopérants (les loyers étaient versés par le ministère de la Coopération) constituaient une sorte d’aide au développement du Nord-Cameroun. Les villas d’alhadjis sont la copie de villas vues en Arabie Saoudite, immenses, avec une démultiplication des pièces, un abus de stuc... Toutefois, les aménagements suivent mal, en particulier les luminaires. Les zawleeru disparaissent, le plus souvent remplacés par des portails, car il faut faire entrer les voitures, mais ces portails sont monumentaux, en fer forgé, avec les initiales du maître de céans, véritables sceaux de leur réussite sociale.

190Les entreprises expatriées, quasi absentes ou de taille modeste, ont, en 1997, disparu. Les rares autres ne sont là que pour la durée d’un grand chantier.

191Le tourisme, dont on a toujours beaucoup attendu, n’arrive pas, en raison d’une politique pour le moins hésitante à faire vivre les quatre principaux hôtels de la ville.

192Maroua reste une ville où le secteur dit informel est de plus en plus omniprésent, intégré dans des réseaux de commerces « transversaux », branchés sur la frontière du Nigeria, avec comme poumon le marché de Banki.

193Les créations nouvelles, infrastructures et encadrements sont toutes d’origines étrangères : école pour les agents de santé (Coopération belge, 1985), après l’ouverture d’une école d’infirmiers vétérinaires (Coopération belge, 1980), aéroport de Salak rénové de 1989 à 1992 avec des aides italiennes...

194Plus l’État montre ses carences et se désengage, plus les ONG se multiplient ; en 1997, elles sont plus de vingt à avoir pignon sur rue.

  • 19 Le 12 août 1991, une longue pluie torrentielle occasionna l’effondrement de 20 % des maisons de Ma (...)

195Les carences de l’État éclatent au grand jour lors des comices de janvier 1988. Les comices agropastoraux servent habituellement au Cameroun à relancer les infrastructures du chef-lieu de la province où ils se tiennent. Celui de Maroua fut un échec au niveau des équipements : le réseau des chaussées a été laissé en chantier jusqu’en 1992 où il fut partiellement achevé. La plupart des bâtiments administratifs en sont restés à des carcasses de béton. Toutefois, les comices auront donné à Maroua l’occasion de construire « en dur ». Après la disparition des toitures de chaume lors de la décennie précédente, la ville connaît le passage du banko au parpaing 19.

196La population de la ville ne cesse d’augmenter. En 1976, lorsqu’elle englobe les quartiers périphériques vers Makabay, Ziling, Palar I et II (soit 4061 habitants), elle compte 67000 personnes. En 1987, elle passe à 123000 habitants et, en 1992, à 163000, auxquels il faut ajouter les résidents temporaires. La ville se développe à l’est et à l’ouest, comblant les espaces compris entre Ouro Tchédé et Meskine, entre Doursoungo et Kongola, pour créer une conurbation de plus de 15 km de long. Les vides qui séparaient Lowol Diga Mofou et Doualaré s’estompent en 1992. Vers le nord, la progression de la ville dans le golfe de Lowol Diga Mofou s’accompagne d’une urbanisation complètement anarchique, sans réseau de rues. Les constructions s’emparent des pentes – car le terrain n’est pas approprié – en 1990. L’utilisation de matériaux de récupération fait penser à une forme de « favellisation » de la banlieue nord.

197Les infrastructures (voirie, adduction d’eau, réseau de distribution d’électricité) sont vieillies et inadaptées à un tel accroissement démographique. Même la grande institution de Maroua, luumo altinewo, le marché, demanderait à être rénové, à la façon de celui de Garoua en 1985.

198Si l’on se reporte aux projections faites en 1982 dans le « Plan d’urbanisme directeur, horizon 2000 », du BCEOM, pour la ville de Maroua, on s’aperçoit que seuls les « coups partis », c’est-à-dire les projets engagés en 1980, ont abouti : camp SIC, Pont Rouge, Boulevard du Renouveau, aménagement de la périphérie du marché allant de la sous-préfecture à Kossel Bei, grande mosquée de Dougoy.

199Il faut dire que le plan se montrait bien optimiste, « l’hypothèse basse » fait passer Maroua de 237000 habitants en 1990 à 332000 en 1995 et 500000 en l’an 2000.

200Le plan d’urbanisme directeur est conçu dans l’idée que le phasage de type plan quinquennal (nous sommes à l’époque du Ve plan) va se poursuivre, mais la crise de la fin des années 1980 contraint à suspendre les plans. Ce schéma d’urbanisme directeur comprend quatre « unités urbaines ». La première, U1, intéresse la ville de 1980, limitée à l’est à Dougoy et, à l’ouest, à la route de contournement Garoua-Kousseri. Les trois autres unités, nouvelles, se présentent comme de véritables villes-satellites. U2 prévoit une extension à l’est de Maroua, entre le mayo Tsanaga au sud et la route de Petté (ex-route de Mora) au nord, incluant Dougoy, 1700 hectares prévus pour 155 000 habitants. U3 encadre l’extension à l’ouest, après la route Garoua-Kousseri : 1800 hectares pour 156000 habitants ; c’est l’unité la plus aérée en raison du réseau hydrographique. U4 vise l’extension au sud de Maroua, audelà du mayo Tsanaga : 1570 hectares pour 142000 habitants.

201U2 et U3 disposent chacune d’un centre avec son système de voirie semi-rayonnant, relié à l’ancienne ville par un « axe structurant ». U4 est plutôt établie sur un plan en damier, le tout est bouclé par un boulevard circulaire.

202Chaque unité est découpée en quatre zones : habitat et activités, habitat évolutif, habitat concerté et « villas », la superficie dévolue à l’habitat évolutif allant de 61 à 65 %. Dans chaque unité sont prévus un grand marché, une grande mosquée et un dosage d’établissements scolaires, des centres de santé, des commissariats d’arrondissement, des centres de loisir... Des zones non constructibles sont également prévues en raison de la présence des mayos et des « plantations en régies ».

203En 1997, aucune des prévisions du plan n’a été réalisée. Les implantations au nord-est et au sud de la ville n’ont pas eu lieu car ces zones sont de riches terres à muskuwaari que les gens de Maroua ne sont pas prêts à abandonner. De plus, elles ne deviendraient constructibles qu’après de gros travaux d’assainissement. « L’espace vécu », en accord avec ses modes économiques d’exploitation (cf. carte de L’emprise agricole de la ville de Maroua), n’a pas été pris en compte. En revanche, la zone d’extension des quartiers nord, Djoudandou, Doualaré, Wourndé, entre les collines, est, dans le plan directeur, réservée à des « espaces verts ». Dans les années 1990, c’est la partie de la ville qui se développe le plus vite, peuplée de montagnards qui occupent là des terrains non appropriés en cultivant les pentes des collines.

204Les zones d’habitations, administratives et industrielles ont été projetées en fonction d’une organisation des transports en commun inadaptée et toujours inexistante. Le plan directeur n’a pu anticiper l’explosion après 1985 du phénomène moto-taxi, moyen pratique et économique qui fait vivre les jeunes et conduit les gens du plus profond des venelles du centre de la ville vers les quartiers périphériques.

205L’extension de la zone industrielle à partir de l’actuelle prévoyait l’implantation d’une dizaine de PME. En 1997, les quelques PME existantes ont fermé.

206Aucun nouvel espace vert n’a été créé. Ce n’est pas dans l’esprit des élites et des administrateurs, d’une part et d’autre part, l’administration dispose de réserves foncières qu’elle estime suffisante pour freiner l’urbanisme sauvage. Elle a, du reste, bien du mal à les entretenir.

207L’administration coloniale devait couvrir la ville d’arbres, il y eut différentes modes, celle des kapokiers, celles des cailcédrats et des neems. Toute la vieille ville et une partie de Domayo se présentent comme une sorte d’oasis par rapport à la région environnante. En revanche, dans les quartiers nord de Doualaré et de Djoudandou et une partie de Domayo, à Pitoaré et Palar, il n’y a plus, depuis la fin des années 1970, de volonté de planter des arbres, comme cela se faisait systématiquement lors de l’établissement d’un lotissement. De plus, les arbres, non renouvelés, meurent. Les grands cailcédrats sont cravatés et l’écorce sert à brasser la bière. Ils ont quasiment disparu du boisement des Eaux et Forêts, à la jonction du mayo Kaliao et du mayo Mizao et, peu à peu, le long des rues.

208En 1997, Maroua en est restée à un développement linéaire sur les deux rives du mayo Kaliao. On assiste à un renforcement des deux centres administratifs, de part et d’autre de la vieille ville, et à une forte densification du tissu urbain que l’on ne prévoyait pas.

209Le saré du lamido, aux bâtiments hérités de la période coloniale, semble immuable. Il n’a vu que récemment, en 1991, sa muraille de terre remplacée par des parpaings. Voisin des sarés des serviteurs, de la Grande Mosquée, de la mastaba (école franco-arabe), encadré par les sarés de l’imam à l’est et par ceux du ciiroma et du magaaji à l’ouest et, au sud encore, par celui de lamido cudde, ce saré reste pour les gens de Maroua toujours au cœur de la cité. Mais le pouvoir y est-il encore ? Il se partage plutôt entre les vastes sarés des alhadjis aux portails ostentatoires, dominés par des antennes paraboliques, et les mosquées à minarets qui fleurissent et rappellent que depuis deux siècles Maroua demeure, selon l’expression de G. Prestat, une « Ville d’Islam ».

Bibliography

Indications bibliographiques

Barreteau (D.), 1988 — Description du Mofu-Gudur. Paris, Orstom, t. II, 480 p.

Beauvilain (A.), 1981 — Notes sur les villes de la province du nord. Revue de Géographie du Cameroun, 2 (1) : 25-32.

Beauvilain (A.), Dongmo (J. L.), Paba Salé (M.), Pahai (J.), Roupsard (M.), Seignobos (Ch.), 1983 — Atlas aérien du Cameroun, campagnes et villes. Paris, Orstom, 138 p.

Beauvilain (A.), 1989 — « Maroua : dynamisme d’une ville précoloniale ». In : Atlas aérien du Cameroun, campagnes et villes, Univ. de Yaoundé, 138 p. : 105-107.

Beauvilain (A.), 1989 — Nord-Cameroun, crises et peuplement. Coutances, Impr. Cl. Bellée, t. I et II, 625 p.

Decraene (P.), 1979 — Lettre de Maroua : l’ombre portée du Nigeria. Le Monde, 29 au 29 juillet : 8.

Denham (M.), 1826 — Voyages et découvertes dans le nord et les parties centrales de l’Afrique, exécutés pendant les années 1822, 1823 et 1824. Trad. Eyries et de La Renaudière, Paris, A. Bertrand, 3 vol. : 367p., 379 p., 428 p.

Dominik (H.), 1902 — Expédition et combat contre Maroua. Yaoundé, Archives nationales, TA-49.

Eguchi (M. J.), 1973 — Aspects of the life style and culture of women in the Fulbe districts of Maroua. Kyoto, University African Studies, vol. VIII : 17-92.

Mohammadou Eldridge (M.), 1975 — Le royaume du Wandala ou Mandara au XIXesiècle. Onarest, 302 p.

Mohammadou Eldridge (M.), 1976 — L’histoire des Peuls Férobé du Diamaré : Maroua et Petté. Tokyo, ILCAA, 409 p.

Mohammadou Eldridge (M.), 1989 — « Islam et urbanisation dans le Soudan Central au XIXe siècle, la cité de Maroua (Nord-Cameroun) ». In : Proceedings of international conference on urbanism in islam, ICUIT, Tokyo, 22-28 oct. : 117-154.

Froelich (J.-C.), 1954 — Ngaoundéré : la vie économique d’une cité peule. Yaoundé, Éd. camerounaises, n° 43-44 : 3-66.

Gide (A.), 1927 — Voyage au Congo, suivi de Le retour du Tchad. Paris, Gallimard, coll. Idées, 493 p.

Gondolo (A.), 1978 — Ngaoundéré, évolution d’une ville peule. Univ. Rouen, thèse IIIe cycle, 301 p.

Jambes (J. P.), Laura (P.), 1989 — Programme pilote pour la diffusion de foyers améliorés dans l’extrême-nord du Cameroun. Yaoundé, AFVP, 48 p.

Jaouen (R.), 1995 — L’eucharistie du mil. Paris, Karthala, 283 p.

Landeroin (M. A.), 1911 — « Notice historique ». In : Tilho (AJM), Documents scientifiques de la mission Tilho (1906-1909), Paris, Imprimerie nationale, t. II.

Marliac (A.), 1978 — Prospection des sites néolithiques et post-néolithiques au Diamaré (Nord-Cameroun). Cah. Orstom, sér. Sci. Hum., 15 (4) : 333-351.

Modibo Ahmadou, 1976 — Histoire de Maroua et ses quartiers. Manuscrit en arabe (3 p.) transcrit par Limam Mamoudou Bakari, trad. en français en 1992.

Nkili (R.), 1977 — Maroua, la ville et sa région, des origines à 1919. Univ. Paris-IV, thèse IIIe cycle, 467p.

Paba Salé (M.), 1980 — Maroua : aspects de la croissance d’une ville du Nord-Cameroun (des années 50 à nos jours). Univ. Bordeaux-III, thèse IIIe cycle, 304 p.

Passarge (S.), 1895 — Adamaua Bericht über die Expedition des Deutschen Kamerun-Komitees in den Jahren 1893-1894. Berlin, D. Reimer, XX, 573 p., 3 cartes et 7 planches hors texte.

Pontié (G.), 1973 — Les Guiziga du Cameroun septentrional. Paris, Mém. Orstom n° 65, 255 p.

Prestat (G.), 1953 — Maroua « ville d’islam ». CHEAM, cote 2, 176, 1953 D, 21 p. dactyl.

Quéchon (G.), 1974 — Un site protohistorique de Maroua (Nord-Cameroun). Cah. Orstom, sér. Sci. Hum., 11 (1) : 3-46.

Roupsard (M.), 1987 — Nord-Cameroun, ouverture et développement. Coutances, Impr. C. Bellée, 516 p.

Seignobos (C.), 1976 — « La bière de mil dans le Nord-Cameroun ». In : Recherches sur l’approvisionnement des villes, CNRS : 1-39.

Seignobos (C.), 1981 — L’arbre et la cité dans la zone soudano-sahélienne (les exemples du Tchad et du Cameroun septentrional). Yaoundé, Rev. de Géogr. du Cameroun, 2 (1) : 49-52.

Seignobos (C.), 1984 — « Les relations entre habitations citadines et campagnardes dans le Nord-Cameroun. In : Communautés Africaines, n° 7, spécial Habitat : 8-13.

Seignobos (C.), 1991 — « Le rayonnement de la chefferie théocratique de Gudur (Nord-Cameroun) ». In : Actes du IVe colloque Méga-Tchad, CNRS-Orstom, Paris, 14-16 sept. 1988, vol. III, Du politique à l’économique, Études historiques dans le bassin du lac Tchad : 225-315.

Struempell (K.), 1922 — Wörterverzeichnis der Heidensprachen des Mandara-Gebirges (Adamaoua). Zeitschrift für Eingeborenen Sprachen, Berlin, 1 : 47-149.

Ville de Maroua, Plan d’Urbanisme Directeur, Horizon 2000, 1982 — BCEOM, Yaoundé, ministère de l’Urbanisme et de l’Habitat, t. I, 94 p. et t. II, 47p.

Vincent (J. F.), 1980 — « Données nouvelles sur la fondation de la chefferie de Marva et le peuplement Giziga-Mofu de la région (Nord-Cameroun) ». Colloque CNRS, L’esprit de découverte, Valbonne, déc. 1980, 24 p. multigr.

Zeltner (J.-C.), Bakari Yaya, 1963 — Histoire des sultans de Maroua. Yaoundé, Abbia n° 3 : 77-92.

Notes

1 Le jiddere chez les groupes non musulmans de plaine (Zumaya et Giziga) était plus qu’une simple accumulation d’ordures. Par son importance, il signifiait la présence de l’habitation du chef. C’était parfois une tour de guet et toujours un autel.

2 Cette origine est rencontrée à Goudour, Moutouroua, Midjivin (Barreteau, 1988 ; Jaouen, 1995 ; Seignobos, 1991).

3 Les étymologies populaires de la région ont en commun d’être suspectes. Masfaye en est un exemple. L’appellation viendrait de la contraction de masahay afaya, autrement dit « le chef du sacrifice de faya » (Calotropis procera). Cet arbuste avait une grande importance, comme autel, chez les Bi-Marva.

4 Le mayel Denguesdji fait référence à des pièges-assommoirs (dengesji) que l’on montait sur ses berges pour attraper du petit gibier. À l’est de Maroua, on relève un burtol niiwa (passage de l’éléphant), Bourgou Tchaindé vient de burgu caynde (Echinochloa stagnina et canards) ; Tchofa Bani de coffa bani (grande mare aux buffles).

5 Les Fulbe Yillaga de Mindif, avec Modibo Buba Biroowo, pensaient aussi s’approprier la région. Ils voulurent prêter main-forte au soulèvement des riimay’be. Ce fut, en fait, une campagne de pillage qui dévasta Kaliao, Makabay, Dougouf... et n’épargna pas les riimay’be eux-mêmes. Le chef bi-marva, Jomkoy, mourut au combat, mais le gros des forces giziga put se replier à Marva.
Les riimay’be se déplacèrent de Bilmiti à Zokok Ladéo, puis une partie alla à Makabay Ouro Baye (Lawan Sidiki). Ils s’établirent enfin aux portes de Maroua, en face de Zokok, au quartier Bapaldé, d’où se déclencha une véritable guerre civile.
Les Yillaga, revenus durant la saison des pluies, reprendre la tête des opérations, en furent dissuadés par la hauteur du mil. Après la récolte, les riimay’be n’attendirent pas les Yillaga et, aidés des Giziga Kaliaw, attaquèrent, brûlant les barrières végétales. Dans la ville tout le monde ne se battait pas, certains clans étaient neutres ; d’autres, comme les Megesele, ouvertement pour les riimay’be. Les combats entre les deux factions rivales, dirigées par Leta et Mal Biiri, durèrent des mois, entrecoupés de trêves. On se battait concession par concession, les nombreuses mares de la ville furent empoisonnées.
Puis, les Bi-Marva, craignant un retour offensif des Yillaga, lâchèrent prise pour se fortifier à Balgaré où avait été stockée une partie de leurs réserves de mil. Le chef bi-marva campa sur la colline au-dessus, sous un parasol de cuir, emblème de son pouvoir. Les riimay’be réussirent à mettre le feu aux réserves de mil, les Bi-Marva durent alors se réfugier sur la montagne de Mogazang.
Les Giziga Kaliaw tentèrent de reprendre la place des Bi-Marva, mais les riimay’be de Mal Biiri se retournèrent contre eux et les chassèrent.

6 Pour les Giziga Bi-Marva, les kaygamma de Maroua ne seraient que des Megesele islamisés ; Mal Biiri et ses descendants ayant épousé des filles megesele.

7 Le quartier fut surnommé Mawndiwo ngo walaa maw’do (les soi-disant grands qui n’ont pas de renommée) ; Mawndin, le nom de leur lignage voulant dire : grand, aîné. Au début du XIXe siècle, ces Fulbe ont fui Bogo à cause de la famine. Ils ont essayé de gagner Maroua en mangeant le mil haut de quelques centimètres (njal’binndi) sur leur passage. Ils durent se battre avec les gens de Balaza qui voulaient les empêcher de ravager leurs champs et passèrent le fossé de Maroua semi-mourants.

8 Les abords du mayo étaient couverts de ganjannje (Mimosa pigra), au point que les esclaves dirigés par Mukuba, serviteur d’un notable de Mal Biiri, défrichaient avec des culottes et des bonnets de cuir. Une partie de la zone prendra le nom de Luggere Mukubare.

9 En 1902 déjà, H. Dominik avance pour Zongoya, Katoual et Meskine 20000 habitants, dans son Rapport de campagne au gouverneur de Buea (Eldridge, 1976 : 331).

10 Appelé aussi luumo Zulum ou encore luumo Balinga, du nom d’un gradé indigène, qui défraya la chronique du temps.

11 Cette politique perdura jusqu’au début des années 1960. L’usine d’égrenage du coton, puis l’huilerie furent installées sur un terrain « donné par le lamido », de fait un champ du kaygamma et de vieilles familles de Zokok, appelé Ngessa Kaygamma.

12 Kunca : viande et graisse résultant du raclage des peaux fraîches. Achetées séchées, elles amélioraient les boulettes de condiments de graines d’oseille de Guinée, fond de sauce des familles pauvres de Maroua.

13 Buusaw ne vient pas du mot foulfouldé qui signifie « magie », comme l’insinuent certains informateurs.

14 Pour l’administration (cf. Rapport du Comité chargé de l’étude de la structure administrative du Nord-Cameroun, 1953), « il s’agit de codifier, de préciser les attributions des différents dignitaires en partant des anciennes responsabilités. C’est ainsi que le lamido de Maroua a proposé de fixer les rôles de deux dignitaires : le sarkin yahi, ancien chef de guerre, deviendrait responsable de la sécurité ; le sarkin samari, chef des danses et jeux, deviendrait le responsable de la jeunesse et des sports ». À Maroua, le sarkin djagui [saarkin jongo], ancien dignitaire aux fonctions imprécises, est responsable actuellement de l’hygiène, il signale les épidémies, dirige les malades sur les formations hospitalières...

15 Les sociétés d’import-export reflueront peu à peu vers Garoua après l’indépendance.

16 Il s’agit ici d’un quartier exclusivement bornouan, car ils sont, par ailleurs nombreux, souvent majoritaires dans les quartiers autour du marché.

17 Il est de notoriété publique que l’élection de Lamido Buba Bakari en 1982 a été prise en charge par le grand alhadji de la place de l’époque, Aminu Adama.

18 Toutefois un regroupement s’opère autour du camp SIC depuis 1984-1985 et, après 1990, le long du boulevard du Renouveau.

19 Le 12 août 1991, une longue pluie torrentielle occasionna l’effondrement de 20 % des maisons de Maroua, presque toutes celles de type traditionnel, confirmant, pour les gens de Maroua, le bien-fondé du passage « en dur » et l’acceptation de ce poste de dépense.

List of illustrations

Title Chronologie des lamidos de Maroua
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/11598/img-1.jpg
File image/jpeg, 175k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/11598/img-2.jpg
File image/jpeg, 1,5M

© IRD Éditions, 2005

Terms of use: http://www.openedition.org/6540