Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas de la province Extrême-Nord Cameroun

 | 
Christian Seignobos
, 
Olivier Iyébi-Mandjek

Hydraulique villageoise

Les « biefs » dans les monts Mandara. Bilan des programmes

Olivier Iyébi-Mandjek et Christian Seignobos

Texte intégral

1La province de l’Extrême-Nord, inscrite dans la zone soudano-sahélienne, subit les aléas climatiques inhérents à ce type de région. Les conditions d’approvisionnement en eau potable des populations se détériorent chaque année davantage depuis la sécheresse de 1972-1973, poussant l’administration à prendre des mesures.

  • 1 La sécheresse fut tellement sévère en 1973 qu’elle entraîna le déplacement vers les puits encore e (...)

2Les deux tiers de la population de la province vivent en milieu rural. Cette proportion ne prend pas en compte les villes de moindre envergure comme Méri, Mindif et tous les petits centres administratifs, dont le mode de vie se rapproche également du milieu rural. À l’époque coloniale, des programmes d’hydraulique villageoise étaient entrepris pour mettre à la disposition des populations des sources d’eau potable et contribuer ainsi, de manière passive, à l’amélioration de l’état sanitaire général. Ces implantations étaient supervisées par les chefs traditionnels et les chefs de subdivision. Leur poursuite a été un des soucis de l’administration après l’indépendance. Elle en a confié la responsabilité au secrétariat d’État au Développement rural, dont dépendaient les services du Génie rural. Après les sécheresses de 1972-1973, 1984 et 1987, de nouveaux programmes d’hydraulique villageoise, plus adaptés à l’urgence du moment, ont été instaurés1 et leur exécution confiée à de multiples intervenants. Un programme Fsar (Fonds spécial d’action rurale), comportant deux phases, a été mis en place dès 1978. La première phase, considérée comme expérimentale, a pris fin en 1984, relayée immédiatement par les programmes d’urgences. La deuxième phase, commencée en 1986, s’achève en 1993. Dès 1984, les Puhv (Programmes d’urgence d’hydraulique villageoise) ont été mis en place, pour une durée de trois ans. Ils concernaient les trois provinces septentrionales, avec une priorité pour l’Extrême-Nord et devaient fournir 1000 forages. On y distingue 3 Puhv : 1984-85, 1985-86 et 1986-87. À ces programmes viennent s’ajouter des projets de petite envergure initiés par des ONG (les missions catholiques et protestantes, l’organisme CARE), dont certaines devaient s’orienter plutôt vers la construction des « biefs » dans les monts Mandara, abandonnant les forages aux autres intervenants, ou des crédits privés liés aux programmes de développement (Schlumberger à Petté, Semry dans le Mayo-Danay). Chacune des phases a eu un financement et un maître d’œuvre. Les Fsar, financés par la Banque mondiale et le budget de l’État, ont été exécutés par les services du Génie rural. Certains de ces programmes ont bénéficié de crédits d’organismes extérieurs. La Banque islamique de développement (BID) a financé 308 forages dans la province de l’Extrême-Nord, alors que la Coopération japonaise est plutôt intervenue dans la province du Nord.

3Les programmes d’hydraulique villageoise ont été poursuivis en compte après l’indépendance, avec un financement du Fides (Fonds international pour le développement économique et social), relayé par le budget de l’État. La réalisation des travaux et l’entretien des ouvrages avaient été confiés aux services du Génie rural, qui assuraient le surcreusage et le carottage qu’un épuisement saisonnier de la nappe rendait le plus souvent nécessaires. Ce service avait des antennes dans chaque département et entretenait une équipe de puisatiers qui disposaient d’un matériel adéquat. Les populations intervenaient, le plus souvent, pour le nettoyage des abords du puits.

  • 2 Ce fut aussi un moyen pour le chef d’exercer son autorité en écartant du puits les indésirables. P (...)

4Dans les plaines musulmanes, le puits était localisé à proximité des lieux de pouvoir : chez le lamido, le lawan ou le chef de village. Cette relation entre l’ouvrage et le pouvoir se justifiait par les nécessités de la maintenance2. Plus tard, l’État n’a pas résisté à la tentation d’utiliser ce biais pour assurer un meilleur encadrement des populations. L’administration s’est servie des puits pour renforcer l’autorité des chefs traditionnels musulmans et surtout pour encourager la conversion des chefs païens.

  • 3 Selon les normes internationales, un paysan a besoin de 25 litres tous les jours pour satisfaire s (...)

5On comptait 1 400 puits dans l’ensemble de la province en 1978, dont 600 hors d’usage. 360 devaient être recreusés et 240 réaménagés. L’approvisionnement de la province dépendait donc de 800 puits, qui devaient dispenser de l’eau à plus de 976000 personnes et à un cheptel de 1200000 animaux environ. Les besoins théoriques de cette population étaient évalués à 19520 m3 par jour, auxquels il faudrait ajouter les 36000 m3 nécessaires à l’alimentation en eau du bétail3. Chacun des 1400 puits devrait en principe fournir 39,65 m3 tous les jours, ou 14 m3 si cette eau ne sert qu’à l’approvisionnement humain. Comme la moitié des puits est hors service, l’exploitation des autres est saturée. Chacun des 800 puits devrait fournir – toujours théoriquement – 24,4 m3 pour alimenter les populations et un surcroît de 45 m3 pour le bétail. Le débit journalier d’un puits dépasse difficilement 5 m3. Il doit être révisé à la baisse compte tenu des moyens d’exhaure archaïque – généralement des seaux tirés à bras d’homme – et des embouteillages aux points d’eau.

6Au cours des années 1960 et 70, cette situation provoquait un équilibre assez précaire entre les besoins et les disponibilités en eau. L’approvisionnement, à peu près satisfaisant pendant la saison des pluies, devenait souvent problématique dès le mois de janvier. Les différentes sécheresses l’ont aggravé en réduisant les potentialités de la nappe phréatique. Les populations les plus touchées furent celles des montagnes. Les puits y sont creusés dans le socle et forment des réservoirs qui emmagasinent l’eau du toit du substrat. De ce fait, ils subissent une forte évaporation et tarissent très vite. Les montagnards étaient alors amenés à parcourir de grandes distances pour aller chercher de l’eau dans la plaine. Il n’était pas rare d’assister à des conflits entre eux et les populations de plaine. La difficulté de creuser des puits dans la montagne a reporté les efforts des pouvoirs publics dans la plaine et les piémonts, laissant la montagne à d’autres systèmes.

La gestion de l’eau dans les monts Mandara

7Pendant la saison sèche, l’eau est rare dans les monts Mandara et sa quête quotidienne pénible. Femmes et enfants peuvent parfois parcourir près de 10 km pour accéder à un point d’eau. Le manque d’eau culmine aux mois de mars et avril.

8L’équilibre toujours instable entre nappes phréatiques et pluies a été remis en cause par une perte de 150 mm d’eau sur le bilan annuel en moins de 25 ans et par une forte augmentation des charges de population.

9Plus que le manque de terre, le déficit en eau est la raison première, avancée par les populations pour descendre en plaine, malgré les stratégies mises en place pour capter et retenir l’eau dans les montagnes.

Collectes des eaux de surface, séanes et puisards traditionnels

10Quand l’eau jaillit du sol en sources pérennes, leurs sites font l’objet de solides protections. Leur exploitation donne au quartier « propriétaire » une préséance sur ceux qui utilisent l’eau en contrebas.

11Une pâture enclose chez les Mafa permet, sinon la recharge de la nappe, du moins de limiter les phénomènes d’érosion autour de la source protégée. On rencontre ce type de pâture enclose à Ziver, à Zouelva, Massakal, Magoumaz, Madabrom...

12Chez les Mofu, les mabitse yam sont des points d’eau aménagés pour la saison des pluies. Le fond est tapissé d’une argile particulière (ndilemp), sur laquelle on répand une couche de sable. Ces points d’eau parfois protégés d’une toiture sommaire intéressent une ou plusieurs exploitations et tarissent dès janvier.

13Les Vame, à l’extrémité nord des monts Mandara, collectent l’eau des pluies en plaçant de grosses poteries au bas des dalles rocheuses. L’eau ainsi recueillie alimentera les fermes qui possèdent ces chaos d’éboulis, pendant les premiers mois de la saison sèche.

14Sur les piémonts, c’est la traditionnelle exploitation des inféro-flux des mayos asséchés, par des séanes aménagés contre les berges.

15Les puits creusés dans les arènes ou les zones d’altération suivent les lignes de fractures qui emprisonnent des poches d’eau. Ils sont traditionnellement renforcés, comme pour les sources, par un agencement de pierres sèches en entonnoir. L’accès à l’eau est facilité par un escalier de pierres. Certains aménagements sont remarquables, comme celui de Zouelva. Lorsque le puits est profond, l’exhaure s’effectue à l’aide d’un puisoir et d’une corde. Ces types de puits sont fréquents chez les Muktele, Kirdi Mora, Uldeme et leur profondeur varie de 2 à 10 mètres.

16Dans les années cinquante, l’administration a commencé à procéder à l’amélioration des puits traditionnels, les surcreusant, les dotant de margelle et les équipant de buses cimentées. Ces aménagements ont alors permis l’exploitation des nappes à plus de 15 mètres de profondeur, l’exhaure étant souvent facilitée par l’adjonction d’une pompe manuelle.

Petits barrages de retenue construits par les sociétés traditionnelles

Qui construisait des barrages et pourquoi ?

17L’eau sur les massifs était étroitement associée au pouvoir et au religieux. Le chef de massif possédait les pierres de pluies, celles qui provoquent la pluie et celles qui « ferment » la pluie. Il contrôlait d’une certaine façon l’eau qui ruisselait sur les massifs. Avec quelques chefs de clans anciennement établis, ils se partageaient la propriété des sources et des puits. Ainsi, n’arrêtait pas le « chemin de l’eau » qui veut !

18Quand un barrage était créé et que l’eau y était retenue une partie de l’année, l’endroit devenait habité par un esprit. De ce fait, chez les Mofu, il y avait un préposé pour son culte (ndaw ma riyam). On disposait un autel, on plantait Euphorbia kamerunica ou une pierre. Ce lieu faisait l’objet de certaines précautions rituelles ; on ne pouvait faire passer à proximité un cadavre, ni l’annonceur d’un deuil...

  • 4 Irriguer un champ était jadis un privilège du chef de massif.

19Si l’on prend l’exemple des Mofu de Douvangar, seul le chef de massif s’arrogeait le droit de faire des menge yam : des « pièges à eau »4. Certains barrages s’apparentaient à des « biefs », alors que d’autres étaient de vastes puisards aménagés et d’autres encore des citernes temporaires.

20Les ouvrages attribués au chef Mangala (qui mourut en 1956) et dont certains ne sont que des réaménagements de barrages antérieurs, se situent à Tokwola, Guirwadé, Dalgamak, Yam-Tabay et Foutangor. À Dalgamak, Mangala réalisa, en 1937, un ouvrage classique de bois imputrescible et de pierres appareillées d’argile et de mottes gazonnées. Une douzaine de Mboku, appartenant aux familles de ses gendres, cassèrent les rochers et les corvées des représentants des clans serviteurs du « chef » montèrent le barrage. En contrebas, il fit creuser un puits et aménager un abreuvoir pour le bétail.

21Pour ses différents chantiers, Mangala eut recours aux corvées des quartiers (Mokoujek, Kilouo, Mbaldak...), chacun devant fournir son diya (sa partie). Il convoqua aussi les mazgla ou classes d’âge. Il fit aménager le point d’eau de Tawaday (Gayak). Le but était de créer un abreuvoir pour ses vaches et celles de deux de ses frères et notables. Les gardiens du bétail taxèrent ensuite les femmes qui venaient s’y approvisionner.

22Quant à Yam-Tabay, en piémont de Gwoli, ce point d’eau avait déjà été aménagé par un chef précédent Bi Biginé. Le débit s’était considérablement affaibli, 6 jarres par jour, soit 192 litres. Seules les vieilles femmes s’y rendaient encore et « tricotaient » leur tabay (sac traditionnel pour le mil) en attendant leur tour. Mangala fit dégager et agrandir la poche, puis calfeutrer de pierres les parois. Il fit couvrir le tout de dosses de rônier et couler une couche d’argile (matabalak). C’était une citerne. Cette technique s’appelle en Mofou mapepeye (comme le platelage de terre des greniers). À peu de distance il fit aménager pour lui par le quartier Mbaldak, une poche d’eau appelée yam ma bay (eau du chef).

23Lorsque le père Tabart en 1966 érigea le barrage de Kilouo en piémont, en arrière des bâtiments de l’école, le chef de massif (Bizi Durum, fils de Mangala), décréta qu’un mauvais esprit habitait cette eau. Tous ceux qui pratiquaient le maray s’abstinrent d’y puiser, mais pas les chrétiens. À cette époque, le bief de Dalgamak construit par Mangala retint moins d’eau. Les Mofu en déduisirent que le barrage du père était en train de capter l’eau de Mangala. Cet épisode illustre la lutte d’influence sur le massif entre la mission et le chef.

Les ouvrages traditionnels

24Ces ouvrages mettent en œuvre des techniques traditionnelles et un certain savoir-faire. Chez les Mofu, les « pièges à eau » étaient faits d’une assise de pieux d’Anogeissusleiocarpus, de Terminalia brownii et de pierres préalablement cassées pour mieux s’encastrer les unes dans les autres. On les cassait à l’aide de melez, gros galet dur utilisé par les forgerons comme enclume. Les Mofu avaient recours à deux types d’argile, l’un, ndilemp, servait à jointoyer les pierres et l’autre plus collante, matabalak, permettait de mieux faire adhérer les pierres contre la paroi. On les plaçait aussi en pavement sur les côtés, de part et d’autre du barrage en amont pour mieux contenir la poche d’eau. On semait Acacia ataxacantha pour protéger ses abords du bétail. Sur la partie haute de l’ouvrage, on semait Eleusine coracana (marta), qui allait ensuite se ré-ensemencer et s’abâtardir en wawadlar. On repiquait également des graminées pérennes pour stabiliser l’ouvrage.

  • 5 Ces chants mettent en scène une cistude (kawackutaf), tortue d’eau, qui plonge et disparaît dans l (...)

25Lorsque l’on appareillait les pierres, il ne fallait pas parler (« la bouche gâte le résultat »), car cela mécontenterait « l’esprit de l’eau ». On effectuait en revanche certains travaux (casser et transporter les pierres) accompagnés de musique et de chants dits « pour faire venir l’eau »5. S’il y avait un blessé, que le sang coulait et si une mort survenait, les travaux n’étaient pas suspendus ; c’était au contraire un signe positif, l’eau allait demeurer là.

  • 6 Chéneaux (kwalalang) de bois placés entre les toitures des cases jointives.

26On récurait les menge yam tous les deux ans, à l’époque du lam macede kwalalang (le temps de tailler les chéneaux)6 quand on réaménageait les passages d’eau sur les abords de la concession. Mais surtout on « purifiait » et nettoyait les sources et les proto-barrages au moment des maray, grandes fêtes des massifs.

27Les Mafa avaient également coutume de construire de petits ouvrages qui, en pleine saison des pluies, freinaient l’écoulement des torrents et permettaient de dévier un peu d’eau pour de minuscules rizières. Ils étaient construits sur des portions de talwegs à faibles pentes. Les sections à pente forte demeuraient, en revanche, encombrées de blocs et d’un enchevêtrement d’Acacia ataxacantha et Acacia mucronata propres à freiner le passage de l’eau.

28Ces barrages étaient montés avec des pierres jointoyées d’argile, avec toujours des graminées comme gwaldala (Pennisetum purpureum) repiquées qui, grâce à leur système racinaire stolonifère, renforcent la cohésion de l’ensemble. Ces petites retenues d’eau servaient au malaxage de la terre pour la construction des habitations.

29D’autres retenues furent conçues pour lutter contre des périodes de sécheresse, mais elles présentaient des déficiences :

  • manque de fondation, les ouvrages reposent souvent à même le sol ;
  • leur architecture est dérivée de celle des murs de case et le rapport hauteur/épaisseur les rend très sensibles aux pressions latérales ;
  • Enfin, absence de déversoir et de renardage.

30Ces constructions étaient fragiles et leur durée de vie excédait rarement deux saisons des pluies consécutives, mais elles demandaient peu d’investissement en temps et en main-d’œuvre. Leur côté éphémère, dans certains cas, ne pouvait faire accuser leurs auteurs de vouloir s’approprier l’eau.

La construction des biefs 7

  • 7 Nous avons abondamment puisé pour rédiger cette partie dans les rapports de Damien Clément et de C (...)

31Jusque vers 1973, l’infrastructure des puits en place permit tant bien que mal d’alimenter les populations des monts Mandara. Après les sécheresses successives des années 1970, une étude des potentialités hydrauliques des monts Mandara, avec une carte des sites préférentiels des barrages fut établie par l’USAID (United States Agency For International Development). Quelques ouvrages furent réalisés dans le cadre du ministère de l’Agriculture. Par la suite et surtout après le deuxième stress climatique de 1983, les nappes éprouvèrent des difficultés à se recharger et les puits s’asséchèrent encore plus rapidement. On chercha à les multiplier et à passer à l’exploitation des nappes phréatiques à plus de 20 mètres de profondeur. Mais cela nécessitait une autre technologie, celle des forages. Celle-ci est hors de portée des populations, le choix des emplacements leur échappe et elles n’en maîtrisent pas l’entretien. Sur la plupart des massifs, cette technologie semble quasi exclue à cause de la difficile accessibilité pour le matériel et de la faible importance des nappes.

32Il fallut donc revoir l’alimentation des puits, avec une nouvelle approche qui se formalisera peu à peu. Elle est née d’une sorte de convergence entre l’intérêt des paysans, leur savoir-faire et les ONG intervenant en milieu rural sur un nouveau type de retenue d’eau.

33Barrage et micro-barrage étant un monopole que voulait se réserver l’administration, il fallut trouver une autre appellation pour ce type d’ouvrage. En 1985, le mot de « bief » s’imposa alors que « seuil » eût été plus pertinent.

34Les missions catholiques ont joué un grand rôle dans les premières réalisations de biefs. Elles pouvaient déjà se prévaloir de réalisations des proto-barrages et c’est en leur sein qu’opéra D. Clément, celui qui assura la réussite des biefs. Le caractère ponctuel et l’absence de planification furent quelque peu corrigés par la création en 1988 du Comité diocésain de développement (CDD). Ses interventions sont encore les plus étendues.

35D’autres organismes de développement s’appuyant sur les églises ont fait des biefs un de leurs chevaux de bataille en matière de développement rural. Les zones d’intervention des différentes obédiences religieuses recoupent les fiefs où elles sont fortement implantées.

36L’Union des Églises baptistes du Cameroun (UEBC) opère dans le centre des monts Mandara, dans la région de Gamboura, chez les Bana et Mofu, au sud d’une ligne Mokolo-Maroua. L’Union des Églises évangéliques du Nord-Cameroun (UEENC) intervient au nord, dans les centres-massifs et le pays Muktele.

37Depuis 1981, CARE (Cooperation for American Relief Everywhere) conduit un projet de développement plus global avec des financements USAID et ACDI (Agence canadienne pour le développement international). CARE se lança aussi dans les micro-barrages à proximité des puits déjà implantés par ses soins, pour les réalimenter. Cependant, peu de sites s’y prêtaient et faute de pouvoir prendre la tête de l’action sur les biefs, CARE s’en désintéressa.

38Les projets AFVP (Association française des volontaires du progrès) de leur côté étaient mort-nés. Quant aux Peace Corps, leur intérêt pour les biefs ne date que de 1991.

39À cela, il faut ajouter l’action des comités villageois de développement, qui jouent un peu un rôle de faire-valoir. Ils sont animés par les « élites » extérieures et intérieures des villages. Les projets qu’ils soumettent à l’exécution des populations sont souvent initiés de l’extérieur. Toutefois, dans le cas de réalisations de biefs ou de puits, l’animation est plus du ressort du village.

40Le CDD et l’UEENC ont réalisé le plus gros pourcentage des ouvrages mis en service.

Technologie des biefs, exposé sommaire

  • 8 La différence entre un barrage et un bief, c’est que le premier, généralement de grande dimension, (...)

41Bien que leur technologie soit directement dérivée des barrages traditionnels, les biefs en diffèrent par l’objectif8. Les premiers sont orientés vers la constitution de réserves d’eau de surface, les seconds favorisent l’infiltration en vue de la recharge de la nappe phréatique et d’une restitution en aval dans les puits. Ce nouvel objectif n’était pas tout à fait absent dans la construction des barrages traditionnels, mais il apparaissait secondaire.

42Le choix des sites de biefs rejoint celui des barrages et se porte aux goulots d’étranglement des talwegs. La présence d’enrochements est un impératif pour s’épargner des ancrages trop profonds, les rochers servant d’« ailes » à l’édifice et ceux au pied du bief limitant l’érosion.

43Les biefs sont avant tout des ouvrages d’amont que l’on ne peut soumettre à de trop forts débits. Ils peuvent être conçus en terre et pierres sèches avec, en leur centre, un môle en terre damée, qui sert d’ancrage à des pierres de pavement en protection des deux côtés, avec un déversoir cimenté.

  • 9 Parmi les 1 803 micro-barrages antiérosifs du « périmètre Matakam » au nord-ouest et au sud de Mok (...)

44Les biefs en gabions présentent une certaine flexibilité d’utilisation puisque composés d’éléments que l’on peut stocker et même rajouter au cours de la saison des pluies. Ils amortissent bien les chocs9.

  • 10 De la connotation ciment – poto-poto chez les populations (argile travaillée pour monter les murs (...)

45Les biefs en maçonnerie de type « cyclopéen » sont élaborés en grosses pierres tenues par un mortier de ciment et de sable. Les désavantages en sont le coût, l’exigence d’un sable de bonne granulométrie et enfin la disposition de beaucoup d’eau pour laver les pierres, mouiller les fondations, gâcher le ciment et arroser régulièrement le ciment lors des phases de dessiccation.10

46On peut rencontrer des ouvrages qui combinent plusieurs techniques. L’association maçonnerie et pierres sèches est une solution économique : la partie maçonnerie assure l’étanchéité et l’ancrage, la partie pierres, côté amont augmente la masse de l’ouvrage, donc sa résistance.

47Les gabions et la terre font aussi bon ménage, les premiers apportant masse, stabilité, résistance, la terre l’étanchéité.

48Dans tous les cas, l’effort porte sur le déversoir avec, à sa sortie, un « enrochement brise-jet ».

49Dans les années 1992-93, on donna la préférence à la technique des biefs en pierres calées. Il s’agit d’imbriquer des pierres semi-taillées ou même taillées, inclinées vers l’amont, en pavement. Le travail est parfaitement en accord avec le savoir-faire des populations, « gens des rochers » habitués à casser les blocs, à les calibrer pour monter des terrasses, des mûrs de soutènement d’enceintes de vastes cases à grenier, etc.

50On avança aussi dans l’aménagement de talwegs entiers tout en jumelant les actions biefs/puits.

Historique des biefs chez les montagnards

Les biefs chez les Mofu

51La filiation barrages traditionnels et biefs est assez bien illustrée par le cas des Mofu Duvangar.

52Le père de Douvangar, lorsqu’il entreprit son barrage en 1982, récupéra des gens qui furent jadis réquisitionnés par le chef de chantier des Travaux publics (J. Penaud) pour faire la route du col de Méri. Ce sont des « pauvres » qui n’avaient pu racheter leur corvée auprès du chef Mangala qui fournissait la main-d’œuvre à l’administration. Certains apprirent là à gâcher le ciment.

53Le barrage de Gwoli dans le quartier Ngouakouré aurait été fait deux ans après la mort de Mangala. Le maître d’œuvre fut Tsukudof, qui voulait faire un jardin. Les matériaux avaient été fournis par un Mofu travaillant à Yaoundé. En dépit du ciment, la moitié de l’édifice fut emportée par une crue. L’année suivante, Tsukudof refit la partie emportée en traditionnel avec pierres, argile et graminée tikdlam. Tsukudof sera ensuite recruté par le CDD, pour faire des biefs, mais il s’occupa aussi de moulins, de distribution de semences...

54Sous le chef Bizi Durum, en 1974, les gens construisirent un barrage à Gayak. Ce fut d’abord un échec. L’entreprise fut renouvelée, le père de Douvangar relevant les cotisations, 200 F par concession. Les gens du massif furent surpris des moyens en hommes engagés et de l’importance des blocs de rochers déplacés. Jikaha supervisa le travail, car il était réputé pour monter de hauts murs de clôture. En 1977, après la série d’années de sécheresse, la population voulut renforcer un des biefs de l’époque de Mangala. Les travaux furent interrompus par la précocité des pluies. En 1978, la saison des pluies ayant été favorable, les Mofu ne jugèrent pas utile de se mobiliser pour achever le bief, mais un puits fut creusé à proximité, en 1980.

55La construction du bief de Mbaldak, à la limite de Douroum, en 1985, s’avéra le moins coûteux de la région (200000 F CFA). Les premières crues comblèrent la retenue de gros cailloux. La population abandonna le projet. L’année suivante, on remarquait que la végétation en amont du bief se desséchait, alors qu’elle demeurait verte en aval. En 1987, on assista à la construction de six petits biefs en aval. Ils s’accompagnent de micro-jardins et vergers. En 1988, les constructions se poursuivirent. On pourrait presque parler ici d’appropriation technologique.

56La même année, à Dalgamak (quartier de Gayak), un petit bief de 1,5 mètre de haut et 4,5 de large est construit. Il servira de démonstration, la mission conviant des gens de Mbokou et de Tchakidjébé pour apprendre à monter un bief.

Les biefs en pays mofu

Les biefs en pays mofu

57Dans les massifs voisins de Douvangar, les populations de Wazang avaient été mobilisées pour un barrage. Les ruines de l’ouvrage laissent voir des erreurs de conception. À Wazang, les promoteurs de biefs se heurtèrent à la conception des élites issues de l’administration en matière de développement. Ces derniers voulaient avoir recours au matériel des TP. On ne put trouver de terrain d’entente et les projets de biefs furent mis en sommeil.

58Le barrage de Watergass (Douroum), réalisé en 1985 dans le massif voisin fut en revanche un des plus coûteux. La gestion des « animateurs » fut mise en cause par les populations : amendes arbitraires de 1500 F CFA pour ceux qui ne participaient pas, surfacturation des matériaux, détournement des salaires... Il fallut revoir les bases de financement et préciser les normes de travail pour les ouvrages ultérieurs.

59En 1988, la technologie du bief se diffuse dans toute la zone mofu : à Ndoloko (Mbokou), à Dougour, à Manguirdla, à Zob (Douroum) et à Matsaray (Wazang).

60Toutefois, les biefs restent pour beaucoup une possibilité de gagner de l’argent au village. En 1989, en aval du barrage de Kilouo-École, le CDD fit un bief (en même temps que celui de Marvay), grâce à l’aide canadienne. Les orphelins de Douvangar furent avantagés dans le choix du recrutement. Le monde se pressa pour être embauché sur le chantier, car c’était une période de disette. La direction des opérations fut confiée à Kabam, un chef maçon. Comme il rackettait les gens en prélevant le tiers du salaire, il fut renvoyé. Ce fut un échec en dépit des 17 sacs de ciment employés...

61En 1990, le bief de Guisar (Méri) est construit sous la direction de Cidika Comtaway, un maçon recruté par le CDD, et avec l’aide canadienne. Grâce aux salaires et aux dons il permit aux personnes de passer la période de disette.

62Ce travail de type communautaire n’est pas le fruit de la volonté des montagnards. Il est initié et encadré par les missionnaires « qui ne veulent pas donner directement de l’argent ». Les Mofu comme les autres montagnards vivent dans la recherche constante d’une forme de salariat. De ce fait, ils préfèrent que la construction des biefs soit assimilée à de vrais chantiers avec main-d’œuvre salariée. Le barrage de Mbokou à la fin des années 1970, opération douteuse entre toutes, est même donné en exemple par les Mofu. Les Mboku éprouvent peu de besoins en eau, habitant une zone privilégiée dans ce domaine. Même les gens de Douvangar venaient puiser de l’eau chez eux. Sans aucune action préalable de « sensibilisation », l’administration vint construire un barrage et pour ce faire préleva un certain nombre de parcelles de mil. Le mécontentement cessa quand furent recrutés une trentaine de manœuvres mboku, rétribués 25000 F par mois. Certains ont pu rassembler un pécule, se lancer dans un petit commerce, acheter une motopompe...

Les biefs en pays mafa

  • 11 Véritable homme providentiel pour les ONG.

63Les premiers biefs sont apparus en 1982 à Gousda, dans l’arrondissement de Koza, au cours d’une période de sécheresse. Ils ont été construits de pierres et d’argile par les élèves de l’école publique. En 1986-87, grâce à un financement extérieur CIBA (Suisse) et la prise en main de l’expérience par des personnalités politiques (Gonodo, alors député du Mayo-Tsanaga11), apparaissaient les premiers biefs en pierres maçonnées ; une dizaine pour Gousda et sa région. Les villageois ont été sollicités pour s’organiser en comités villageois de développement pour mieux coordonner leurs actions. En 1989, trois nouveaux biefs sont construits, deux anciens sont réaménagés et cinq puits sont creusés à leur proximité. À l’exemple de Gousda, Maltamaya et Moskota se dotèrent de comités de développement villageois, qui s’attelèrent à la réalisation des biefs.

64En 1985, les gens du canton de Gaboua entreprirent aussi la construction de biefs. Le chef de canton sollicita une aide de la mission catholique. Les villageois disposèrent d’une somme de 150000 F. À la suite de défaillances techniques, le premier bief de Goura ne retint pas l’eau longtemps. Les paysans se découragèrent. Toutefois en aval, les puits bénéficièrent d’une meilleure alimentation.

65Suivant Goura, les paysans de Mathar (Koza) décidèrent de monter un bief en pierres et terre consolidées par le ciment. L’eau passera à travers et il faudra des réparations de fortune pour colmater les brèches. Toutefois, ces deux derniers biefs, s’ils ne sont pas des références technologiques, ont apporté des résultats concrets qui ont permis d’argumenter la campagne de sensibilisation dans la région. Elle se solda par la mise en place de onze biefs les années suivantes : Goualda et Vouzi en 1986, Mandoussa et Béjok en 1987, Chélékéké, Mathar II, Gay-Béjok I et II et Mbzao en 1988, enfin Zawalda et Tchébé-Tchébé en 1989.

Les biefs chez les Muktele

66Les habitants de Madjéri dans le massif de Zouelva avaient construit un petit barrage en 1954 (à la suite d’un déficit en eau l’année précédente). Les travaux furent réalisés sous l’impulsion du chef de canton Ménégué. L’ouvrage qui mesurait 15 mètres de large barrait le mayo à Madzelva. Ceux qui participèrent à sa construction se souviennent encore des efforts déployés. L’année d’après, le résultat était patent, le puits gardait l’eau durant la saison sèche. Ce petit barrage a tenu moins de dix ans. Un jour, il a été détruit pierre par pierre au cours d’une chasse collective aux petits rongeurs.

67En 1989, les paysans entreprirent la construction d’un ouvrage en pierres calées, sur le même emplacement avec l’aide de la mission catholique. L’année précédente, de petits ouvrages en pierres calées avaient été édifiés sur le mayo Kolgen (Baldama) et à Tsé-Baldama, sans financement extérieur. Bien que la retenue d’eau ait rapidement été comblée par des sables grossiers, le puits de Kolgen se maintint en eau. Les habitants des villages voisins ne voulant pas être en reste suivirent l’exemple de Kolgen.

68À Galgamats, sur le haut plateau, l’église évangélique poussa les habitants à réaliser l’aménagement du bassin versant qui alimentait le puits du village. Ils créèrent, à partir de la source, 43 biefs en pierres calées, espacés de 10 mètres.

69À la même époque à Goudjimdélé, l’école privée catholique construisait un ouvrage en gabions pour renforcer l’alimentation du puits de l’école.

Les biefs dans les monts Mandara centraux

70À Gamboura chez les Bana de l’arrondissement de Bourah, les Églises baptistes construisirent un bief sur le site de Mahao, dans le cadre de la politique des soins de santé primaire. Une crue détériora l’ouvrage, qui sera reconstruit en 1987 en béton armé. Cette réussite technique ne pouvait être reproductible par les populations. L’année suivante à Vassi, on encouragea les villageois à construire un bief avec des matériaux plus adaptés à leur savoir-faire, à proximité d’un puits. Il y eut un effet d’entraînement matérialisé par la construction d’ouvrages en pierres maçonnées sur le même site en 1989 et un autre bief à Gongona, toujours financé par l’Église baptiste.

71À Bourah, la diffusion des biefs revint à un administrateur municipal. Soucieux d’apporter un début de solution aux problèmes suscités par la sécheresse, il réalisa un bief près du bourg avec des fonds de la commune et une contribution financière de la population. Les résultats pourtant positifs déçurent les éleveurs qui auraient souhaité une retenue de surface.

  • 12 Hors des Mandara, on note certaines réalisations de biefs, en particulier dans l’arrondissement de (...)

72Dans la région, trois biefs furent construits à Téléki et les travaux de celui de Guili qui avaient commencé en 1988 furent repris et achevés.12

73Les agents de développement, en ignorant la nature du pouvoir des chefs de massif « maîtres de la pluie » autrement dit de l’eau et en poussant à construire des biefs (avec l’assentiment des autorités administratives), ont fait sauter le monopole traditionnel sur l’eau.

74Cette relative démocratisation de l’accès à l’eau entraîna une meilleure exploitation des fonds de vallée, jusque-là souvent négligés dans les monts Mandara septentrionaux en particulier. Toutefois, cette expérience ne put être initiée et poursuivie que solidement encadrée par des ONG, s’appuyant sur des missions bien implantées.

Puits et biefs dans les projets de développement

75Pendant longtemps les monts Mandara furent ignorés par les projets de développement. On les reporta en piémont avec la politique des casiers de colonisation (Mokyo, Haïssa-Hardé...). La saturation foncière rapide des piémonts conduisit ensuite à une politique d’émigration vers la Bénoué. La montagne devait rester une zone répulsive et ses habitants être toujours appelés à descendre en plaine.

TABLEAU I. Répartition des biefs par canton, par type et par organisme encadreur, de 1982 à 1993

TABLEAU I. Répartition des biefs par canton, par type et par organisme encadreur, de 1982 à 1993

B = béton, G = gabions, PM = pierres maçonnées, PC = pierres calées, PT= de pierre et de terre. CRB = commune rurale de Bourah

76L’accès à l’eau constituait les seules actions de développement possibles pour la montagne. Les projets d’hydraulique villageoise concernant les puits se multiplièrent. Le mouvement s’accéléra entre 1980 et 1985.

77CARE, le plus gros employeur des monts Mandara, implanté à Mokolo, va creuser des puits à un rythme de 30 par an. Les missions catholiques en totaliseront 40 par an, les missions baptistes 12 et les missions évangélistes 6.

78Durant cette dernière période, on pensa que l’avenir était aux forages. La démarche forage s’appuyait sur un discours hygiéniste, sur fonds des grands programmes de pompes hydrauliques en plaine. Ce fut la course à l’équipement lourd, mais il s’agit ici de techniques autrement plus complexes que celle de cuveler un puits. On s’aperçut rapidement des carences : problèmes de matériel, choix des sites trop aléatoires, spécialistes trop difficiles à trouver. Le non-professionnalisme conduisit souvent à des catastrophes. CARE dut abandonner en 1996. Les missions catholiques, prudentes, avaient signé un contrat avec une entreprise de forage, la Foraco, et se permettaient d’afficher 50 % de réussite. Mais l’image du développement participatif est mise à mal par les difficultés de gestion des pompes. Les protestants, quant à eux, n’équiperont que leurs centres.

79Depuis 1984, quelques pionniers militaient en faveur des biefs. Ces techniques fort anciennes avaient été également remises en pratique dans les années 1970 au Guéra (Tchad). Dès 1988, les ONG s’emparèrent de l’idée. À cette époque, le bilan des interventions hydrauliques était, dans certaines zones, particulièrement lourd d’échecs. Dans toute la province, sur 3 000 forages, seuls 700 fonctionnaient. Les taux de succès des puits ne dépassaient pas 50 % et leur surcreusage n’apportait généralement qu’un sursis. Les biefs sont donc nés de l’échec des programmes hydrauliques antérieurs.

80Au départ, ils subirent le handicap des campagnes précédentes, peu concluantes. L’idée fut adoptée et promue avant même que la technologie des biefs ne soit maîtrisée. La course pour se placer sur ce « nouveau marché » fut d’autant plus âpre que le « bief » avait de bons arguments pour décrocher un financement : demande des populations face à une situation de crise, promotion de techniques reproductibles par ces mêmes populations et enfin démarche participative.

81Les rapports d’activités sur les biefs demeurent ambigus. Tout en affirmant (1988-89) que la progression des « biefs correspond avant tout à une demande croissante des populations » et que « c’est à leur mobilisation que l’on doit ce dynamisme », ils n’en soulignent pas moins qu’une grande partie de l’action des équipes réside dans la sensibilisation des villageois, la formation d’encadreurs qui feront campagne pour concevoir et réaliser les chantiers de biefs. Il s’agit bien d’un groupe de « développeurs » très actifs, qui imposa l’idée du bief.

82Les ONG se sont souvent heurtées à l’inertie des paysans, d’autant moins compréhensible que la technologie requise était connue dans le cadre traditionnel. En 1994, on déplore encore le manque de temps passé à l’encadrement, accusé d’être la cause principale des échecs.

83C’est que les biefs des ONG diffèrent des aménagements traditionnels. L’initiative ne passe plus par les « propriétaires de l’eau », chefs de massif, de quartier, mais par les riverains mobilisés par des acteurs extérieurs. Le caractère permanent consécutif à la mise en œuvre de matériaux nouveaux complique encore l’effort que doit faire la société pour l’intégrer.

84Comment résoudre le problème de l’entretien de l’ouvrage ? Plusieurs méthodes furent tentées, toutes visant à faire naître une prise de conscience des populations concernées. Cette participation fut perçue différemment selon les intervenants en présence.

85Les mêmes problèmes se présentaient déjà lors de la phase d’hydraulique villageoise des puits. CARE demandait par exemple une somme modique de 35000 à 65000 F CFA pour un puits. Les autres organismes se contentaient d’une participation matérielle (sacs de ciment, outils...). Les villageois fournissaient le sable et la main-d’œuvre.

86L’idée était de leur faire prendre conscience que les résultats du travail leur appartenaient et qu’en conséquence il fallait veiller à sa pérennité. Les villageois bénéficiaires raisonnent autrement et considèrent que l’entretien du puits ou du bief reste à la charge de celui qui l’a commandité. Ils croyaient fournir un effort unique, comme pour la construction d’une école, les charges d’entretien incombant à l’organisme assistant.

87C’est dans l’entretien de l’ouvrage que se révèle la réalité de la « demande des populations » issue de « sensibilisation » et « d’encadrement » poussés par des moniteurs du développement opérant dans le cadre des missions.

  • 13 L’action de certaines ONG s’est montrée pour le moins maladroite par le déversement immodéré de so (...)

88Un patient travail de conscientisation et de prise en charge par les villageois eux-mêmes de leurs problèmes de développement, pour les biefs en particulier, fut accompli. Le GOIB a essayé d’uniformiser les différentes actions. Les communautés concernées devront verser un financement de 20 à 25 % du coût global, qui grâce aux prestations couvrirait en fait 60 %. Mais tout peut être remis en question par l’arrivée de nouvelles ONG ou d’un sponsor de comité villageois jouant une carte personnelle13.

  • 14 Le 12 juillet 1988, une réunion des ONG décida de faire le point de leurs travaux en matière d’hyd (...)

89Bien que traditionnellement peu enclines à s’immiscer dans les ONG, les instances de l’administration provinciale furent sollicitées pour mettre un peu d’ordre dans les actions anarchiques concernant les biefs14. Mais, la Midima (Mission de développement intégré des monts Mandara), créée en 1982, opérationnelle en 1987 se montra incapable, faute de moyens, d’orchestrer des actions de développement.

  • 15 Trois comités de développement figurent dans le GOIB : Codevigo (Comité de développement du villag (...)

90Quant aux comités de développement villageois, de « groupement villageois » ou d’AVA (Association de villageois autogérée), ils ont été justement suscités pour que s’opère un transfert de responsabilité de l’administration ou de sociétés para-étatiques ou simplement pour être un relais pour des actions de développement15.

91Ces organismes n’ont pas encore, en 1994, une personnalité juridique reconnue. C’est le lieu clos d’affrontements internes et s’ils disposent de fonds, ils tombent sous la coupe des autorités administratives ou traditionnelles. Ces comités peuvent survivre dans le cadre des Églises ou être influencés par elles, ces dernières jouant un rôle d’arbitre entre les membres, contrôlant le nouveau pouvoir que cette structure génère. Elles sont aussi une garantie contre l’ingérence des pouvoirs traditionnels.

92Dans les sociétés musulmanes, le « groupement villageois » ne peut être qu’une émanation du lawan ou du lamido, ou, plus rarement, il est récupéré par ses opposants, soutenus par des élites extérieures.

93Que ce soit pour les biefs ou pour toute autre action de développement, l’illusion entretenue (pour complaire aux bailleurs de fonds) de l’existence de « comités villageois » véritablement autonomes est lourd de conséquences pour l’avenir.

Conclusion

94Présenté comme « une demande des communautés villageoises », qui constatent ailleurs ses effets bénéfiques, le bief n’en reste pas moins encore, à quelques exceptions près, un produit d’officines de développement. Il en a toutes les caractéristiques :

  • il part d’une idée généreuse : garder l’eau dans les massifs ;
  • il repose sur des techniques éprouvées ;
  • le bief présent dans le paysage est un marqueur du « développement » ;
  • il ignore tout de l’encadrement socio-politique des groupes où il est implanté ;
  • le droit foncier est escamoté, à qui profite le bief ? Les puits et les jardins potagers de proximité ne font pas l’objet de démarches approfondies.

95Le bief, comme le « bosquet villageois » composé d’arbres exogènes et les pépinières villageoises, ferait partie d’un ensemble de signes qui fondent un établissement dynamique, moderne ; il y a peu de temps, on disait « évolué ». Si bien que l’on est en droit de se demander, ici encore, si le signe n’importe pas plus que la fonction.

96Il n’en demeure pas moins que les besoins en eau des montagnes sont cruciaux et que le bief est sans doute la seule technique pour réalimenter les puits. Il faut laisser le temps agir pour que le bief devienne un réflexe technique, comme la construction et la réparation des terrasses, et que son entretien trouve sa place dans l’ensemble des disciplines agraires.

97Si, pour les zones de montagne, des techniques appropriées associant biefs en amont et puits en aval, semblent avoir été trouvées, il n’en va pas de même pour les plaines. Ici, la technique du forage a été retenue.

Les programmes d’hydraulique villageoise dans les plaines

Le Fsar et la mise en place d’un réseau de puits

98L’insuffisance et l’état des structures existantes, l’accroissement démographique et les crises climatiques, ont amené l’administration à envisager de nouveaux programmes d’hydraulique villageoise. La création du Fonds national du développement rural (Fonader) à l’intérieur duquel devait naître le Fsar, et un financement de la Banque mondiale ont donné les structures nécessaires à la mise en place des premiers programmes. Dès 1978, la phase expérimentale du programme Fsar est lancée, avec les ministères de l’Agriculture et des Mines comme principaux intervenants. Elle consistait surtout à entretenir les points d’eau existants et à en creuser 600 nouveaux, équipés de pompes. 600 structures ont été refaites par le Génie rural, 60 nouveaux puits creusés, dont 37 équipés de pompes à motricité humaine. En même temps que le Fsar, les missions chrétiennes et les ONG ont participé à l’approvisionnement des populations en eau potable. Leurs actions conjuguées ont abouti à l’implantation de 275 puits (tableau II) : 107 dans l’arrondissement de Mokolo, 51 dans celui de Maroua, 15 à Méri, 15 à Koza, 26 à Bourah, 17 à Mora et 14 à Tokombéré. Les autres unités administratives ont très peu bénéficié de ces interventions ; chacune d’elle n’excédant pas 6 puits. CARE en a réalisé le plus grand nombre, avec 139 puits creusés, suivi par l’UEBC (76), le Fsar (40) et la Mission catholique (9). Les autres structures sont le fait de privés (4), de la Midima (1) et du ministère des Pêches (1).

99L’implantation de ces nouvelles structures consacre un partage de l’espace entre les organismes impliqués. CARE et L’UEBC ont choisi la zone des montagnes et les piémonts. Fsar intervient un peu partout, mais avec une prédominance pour les plaines au nord du cordon dunaire. Toutefois, au sud du cordon, on trouve des puits Fsar à Maroua, dans les cantons limitrophes (Dargala et Kongola) et dans la localité de Gaygay. L’UEBC intervient plutôt à Gazawa et dans les cantons de Ouzal, Gawel, Mokong, Mofou-Sud, Boula, Gawar et Hina, dans lesquels son action d’évangélisation est maximale. CARE creuse des puits à Gazawa, Kola, Gayak et à Kongola-Saïd, dans l’arrondissement de Maroua. Plus au nord, on les retrouve le long du mayo Mangafé, à Dogba. Leur action s’est cependant concentrée dans les piémonts et sur la montagne.

TABLEAU II. Répartition des puits par arrondissement et par organisme intervenant

TABLEAU II. Répartition des puits par arrondissement et par organisme intervenant

100Le nombre d’intervenants dans l’implantation des puits s’accompagne d’une diversification des systèmes d’exhaure. Les marques des pompes représentent les pays qui financent leur installation. On en trouve en tout 7 ; les pompes Briau fabriquées sous licence à Douala par les Forges tropicales du Cameroun (Tropic), Vergnet pour la France, Abi pour la Côte-d’Ivoire, Robbins et Myers, pour les États-Unis, Mono pour le Canada et l’Angleterre. Les marques SWN et Volanta sont néerlandaises. Chacun de ces organismes a manifesté une préférence pour un type de pompe. CARE en a installé 66 du type Robbins, 72 Mono et 1 SWN, le Fsar a penché pour les Briau (60 % de son parc) et l’UEBC pour les SWN (89,5 %).

101La réalisation des puits est centrée sur l’exploitation de la nappe superficielle, contenue dans les arènes et les altérations argileuses du rocher. Les programmes Fsar et autres essayaient de maintenir un fragile équilibre en les exploitant au moyen de puits munis de pompe. « La perméabilité de cette couche est très réduite de l’ordre de 1.10-6 m2/s et les nappes sont sujettes à de très fortes variations de niveau. Les puits encore utilisables en saison sèche donnent des débits généralement inférieurs à 10 m3/j (souvent inférieurs à 0,5 m3/j). Les ressources en eau sont toujours déficitaires par rapport aux besoins et plus particulièrement vers la fin de la saison sèche. » (Bernardi, Detay, Machard de Gramont, 1988 : 246).

Les programmes d’urgence d’hydraulique villageoise (Puhv) ou l’avènement et la généralisation des forages

102Ils consistent à aller au-delà du réservoir capacitif des altérites pour exploiter un aquifère beaucoup plus important, à la perméabilité dix fois supérieure aux altérites et sujet à moins de fluctuations. Cela nécessite un changement technologique qui se manifeste par le passage aux forages ou puits tubulaires, car non seulement le matériau est plus dur que les altérites, mais l’aquifère n’est exploitable qu’entre 20 et 30 mètres (Bernardiet al., op. cit. : 246). Répartis entre les trois provinces du Nord, 1000 forages devaient être réalisés, dans le cadre du programme d’urgence (Puhv), entre 1984 et 1987. Parallèlement, le Fsar entamait sa deuxième phase avec des objectifs similaires : 1000 forages positifs. Des intervenants secondaires, les mêmes que pour les puits ont essayé d’occuper le créneau.

  • 16 Certains forages ne sont pas pris en compte ici car, officiellement, le Puhv semble avoir réalisé (...)

103Les études prévoyaient un débit moyen de 2 m3/h par forage et un forage pour 200 à 300 habitants. En considérant la base de 300 habitants par forage, 4878 forages seraient nécessaires pour alimenter l’ensemble de la population rurale de la province. Or en 1992, on n’en compte que 106716, selon le tableau III.

104Le Puhv et le Fsar ont réalisé 81,34 % des forages. On note le recul de CARE, (2,06) mais aussi le relatif maintien de la mission catholique, la quasi-absence des Églises protestantes et l’apparition depuis 1990 du programme de la Banque islamique de développement (BID). La rubrique « Autres » recouvre les intervenants occasionnels, tels la Semry, avec deux forages à Maga, la société Louis Berger international dans le département de Kaélé, dont les forages ont servi à l’étude des conditions d’installation d’une infrastructure d’adduction d’eau dans les centres urbains de Mindif et de Kaélé, le PNUD et la FAO qui ont réalisé des forages, l’un à Waza et l’autre dans l’arrondissement de Logone-Birni. On remarque une spécialisation des différents programmes par arrondissements. Le programme BID a été centré sur le Diamaré (Maroua et Bogo) et dans le Logone-et-Chari. Il apparaît aussi à Mindif, dans le département de Kaélé, attestant ainsi une préférence pour les zones d’habitat musulman, ce que pourrait justifier l’origine du financement. Le Fsar I est surtout intervenu dans le Mayo-Danay et le Puhv dans les plaines et les piémonts.

105La maîtrise d’œuvre de tous ces projets est toujours assurée par le Fonader, le Génie rural et le ministère des Mines, de l’Eau et de l’Énergie (Minmee) et la maîtrise d’œuvre déléguée, par des bureaux d’études généralement expatriés. Pour la province de l’Extrême-Nord, elle a été confiée à des sociétés tels Arlab, Geolab, Géohydraulique et Sogreah. La technicité requise a favorisé une diminution du nombre d’entreprises intervenant dans la réalisation des forages. Cinq principales entreprises se sont partagé le marché : la Foraco, le Programme des eaux souterraines (PES), l’Institut géotechnique néerlandais (IGN), la société Chine Géo-Engineering Corporation (CGC) et la Boskalis (tableau IV).

106La diminution des intervenants ne s’est pas accompagnée d’une simplification du parc du matériel d’exhaure. On compte toujours autant de modèles, mais les tendances semblent se dessiner en faveur du type Vergnet. 313 pompes de cette marque ont été installées, suivies de Briau (147) et des Mono (143).

107Contrairement aux puits, les forages mettent en œuvre une technologie dont la maîtrise échappe totalement aux populations, qui les considèrent pour ce qu’ils sont : des objets rapportés et transposés dans leur milieu dont ils se servent pour le moment. Les mécanismes de l’entretien sont assez complexes et nécessitent un minimum de connaissances technologiques qui n’est pas souvent disponible dans les villages. Quand un forage tombe en panne, il est purement et simplement abandonné. Par ailleurs, l’emplacement des forages devrait obéir à une logique technique et non humaine. Or, on assiste à des détournements d’emplacements au profit de la proximité des chefferies. Toutes ces pratiques entravent l’intégration des forages dans les communautés villageoises et posent le problème de leur entretien.

La maintenance des puits et forages

108L’avènement de la pompe dans le système d’exhaure a immédiatement posé le problème de sa maintenance. Il fallait disposer d’un stock de pièces détachées pour intervenir efficacement le cas échéant. Or, la grande diversité des pompes a fortement perturbé leur entretien.

TABLEAU III. Répartition des forages par arrondissement et par intervenant

TABLEAU III. Répartition des forages par arrondissement et par intervenant

Source : Archives de la Foraco, 1992

109Dans les premiers programmes d’hydraulique villageoise, le service chargé de l’installation des pompes en assurait la maintenance. Il était placé sous l’autorité du chef de service provincial du Génie rural qui en coordonnait les interventions. Pour un maximum d’efficacité, une cellule fonctionnait dans chaque département. Elle intervenait soit à la demande, soit au cours des tournées périodiques qu’elle programmait. Un magasin de pièces de rechange de tous les types de pompe était localisé à l’unité de base du GR à Maroua et approvisionnait à la demande les cellules. Malgré ce système, des pompes restaient plusieurs mois en panne. Dans ce cas, les populations perçaient un trou dans la dalle et assuraient l’exhaure à l’aide de sceaux. La réparation, lorsqu’elle intervenait, devait également prendre en charge la dalle dégradée.

110Pour une meilleure gestion de ce parc de puits, les autorités ont voulu confier la maintenance aux populations. Chaque communauté devait présenter un artisan qui devait être formé sur le type d’appareil présent dans le village pour assurer les petites réparations. L’administration a également cherché à minimiser les coûts d’entretien en sollicitant une participation des paysans. Des formes de participation ont été mises à l’étude et une cotisation forfaitaire, 240 F par village, a été fixée. Toutes ces mesures tendaient à faire prendre conscience aux paysans que le puits ou le forage leur appartenait et qu’ils devaient veiller à son entretien et à sa pérennité. La sensibilisation a été menée tambour battant par le développement communautaire. La privatisation d’une des phases de l’opération devait aboutir à alléger les charges financières de l’État.

111Toutefois, la complexité des opérations de dépannage des pompes pour les paysans a remis en cause les espoirs du développement communautaire. En 1992, sur les 809 forages recensés, 324 étaient en cessation de fonctionnement, soit 40 % du parc. Le Mayo-Tsanaga (52,3 %), le Mayo-Danay (43,4 %) et Kaélé (41,3 %) sont les départements les plus touchés par le phénomène. 45 % des pompes Briau sont en panne, suivies des Mono avec 43 %, des Vergnet (38), des Robbins (38), des Volanta (28) et des SWN (21 %).

112Cette situation, pour le moins préoccupante, a abouti à la création d’un programme de réhabilitation confié à la société Vergnet-Foraco. Il consiste d’abord à réhabiliter les forages défectueux, ensuite à harmoniser le parc de pompes, pour ne laisser subsister que l’hydro-pompe Vergnet, enfin à former des artisans réparateurs. Ce projet s’accompagne d’un important volet d’encadrement et de sensibilisation des populations pour une privatisation rapide de la maintenance. Il montre aussi la complexité de l’interventionnisme en milieu rural. L’eau, comme pour les monts Mandara, est un projet dont les résultats sont visibles. Apporter aux populations l’eau dont on pressent les besoins et dont précède la demande relève d’une action particulièrement gratifiante et tous les bailleurs de fonds veulent en être. Seulement, l’État camerounais, surtout dans une période de crise structurelle, ne peut entretenir un tel parc sans la moindre intervention de la population et dans l’indifférence totale de celle-ci. Les populations, de leur côté, bien que naturellement conscientes de l’intérêt d’avoir des puits et des forages, éprouvent encore des difficultés à gérer un bien collectif de cette nature.

113Les tendances les plus réalistes seraient plutôt qu’une entreprise installe des forages et des puits et fasse de cette activité de mise en place et de maintenance un commerce de vente d’eau. Or, cette idée ne cadre pas avec la générosité des projets de développement. Par ailleurs, les anciens clichés sur le « communisme primaire » des Africains ont la peau dure et on continue à préconiser des groupements villageois comme solution à la prise en charge du développement du village. Les résultats démentent, pour le moment, la validité de cette démarche.

Conclusion

114En résumé, on peut dire que les programmes d’hydraulique villageoise sont passés par quatre étapes, qui se sont naturellement chevauchées dans le temps.

  • La première est une « modernisation des puits ». On assiste à une substitution des outils manuels locaux par ceux de type occidental, ainsi qu’à l’introduction du ciment. L’administration ou les premières ONG ne sont que des partenaires.
  • La « mécanisation du creusement » avec compresseurs, marteaux-piqueurs et explosifs représente la seconde phase. Les populations intéressées n’organisent plus les travaux, mais elles fournissent une main-d’œuvre sous la direction d’ONG.
  • La « mécanisation de l’exhaure » va suivre, sous couvert d’amélioration sanitaire de l’eau. Les populations se trouvent dans une situation de dépendance vis-à-vis des ONG et autres intervenants (entretien des pompes).
  • Enfin, le « mandatement » de l’exécution intégrale d’un point d’eau par une équipe de spécialistes (entreprise privée) — creusement motorisé et exhaure mécanique — aboutit à une forme de monétarisation de l’eau. Au vu de la disproportion entre disponibilité financière des communautés villageoises et coût des forages, elle ouvre la voie à une situation d’assistanat sans fin.

115Cette évolution va dans le sens d’une exploitation de type minier des ressources aquifères. Dans cette optique, le rôle des intervenants s’accroît et celui des populations diminue jusqu’à disparaître. Les rapports populations-ONG tournent de plus en plus à l’avantage de ces dernières, mais se pose alors le problème de la pérennité de leur présence.

116À la différence des forages, les biefs offrent l’avantage d’un choix de techniques de renouvellement des ressources en eau qui ne sont pas génératrices de nouveaux rapports sociaux. Toutefois, faut-il encore choisir, au sein de ces techniques, celles qui sont les plus à la portée des populations.

117En 1998, le dilemme réside moins entre « exploitation minière » et « renouvellement des ressources » ou entre « techniques lourdes » et « techniques douces » qu’entre les choix techniques qui génèrent des rapports favorables aux ONG et ceux qui favorisent véritablement l’autonomie des paysans.

TABLEAU IV. Répartition des forages par entreprise et par arrondissement

TABLEAU IV. Répartition des forages par entreprise et par arrondissement

Source : Archives de la Foraco, 1992.

Bibliographie

Indications bibliographiques

Bernardi (A.), Detay (M.), Machard de Gramont (H.), 1988 — Recherche d’eau dans le socle africain. Corrélation entre paramètres géo-électriques et les caractéristiques hydrodynamiques des forages en zone de socle. Hydrogéologie, n° 4 : 245-253.

Charniaux (C.), 1991 — Projet eau 1988-1991. Maroua, CDD, Rapport d’activité, 28 p.

Charniaux (C.), Werckmann (M.), 1990 — Groupe des organisations intervenant dans les biefs. Maroua, CDD-UEENC, Rapport d’activité 1989-1990, 24 p.

Charniaux (C.), Turquais (H.), 1991 — Groupe des organisations intervenant dans les biefs. Maroua, CDD-UEBC, Rapport 1990-1991, 31 p.

Clément (D.), 1990 — Manuel technique pour la réalisation de biefs, dans le cadre d’une maîtrise de l’eau à l’échelle villageoise sur les monts Mandara. Maroua, GOIB, multigr.

Clément (D.), 1991 — La métamorphose des programmes hydrauliques entre 1985 et 1990 dans les monts Mandara (Cameroun). 26 p. multigr.

Clément (D.), 1992 — Spéculations sur le faiseur de pluie ? Hydraulique villageoise et pouvoir politique. Réflexion sur la logique des ONG à travers une étude de cas ; les actions des ONG dans les monts Mandara, Extrême-Nord-Cameroun. Genève, IUED, Mémoire de fin d’études, 141 p.

Clément (D.), 1997 — « Eau et pouvoir dans les monts Mandara, choix techniques en hydraulique villageoise ». In : Paris, Orstom, coll. Coll. et Sém., L’homme et l’eau dans le bassin du lac Tchad : 367-373.

Desjeux (D.), 1985 — L’eau, quels enjeux pour les sociétés rurales ? Paris, l’Harmattan, coll. Alternatives paysannes.

Detay (M.), Poyet (P.), Emsellem (Y.), Bernardi (A.), Aubrac (G.), 1989 — « Influence du développement du réservoir capacitif d’altérites et de son état de saturation sur les caractéristiques hydrodynamiques des forages en zone de socle cristallin ». In : Comptes rendus de l’Académie des Sciences, série 2, vol. 309, n° 4 : 429-436.

Dumas (D.), 1992 — Les terrasses de cultures dans les monts Mandara. Strasbourg, univ. Louis-Pasteur, Mémoire de maîtrise, UFR de Géographie, 119 p.

Géolab-Arlab, 1984-85-86-87 — Programme d’urgence dans les provinces du Nord et de l’Extrême-Nord au Cameroun. Yaoundé, ministère de l’Agriculture, 19 tomes.

GoibRapports d’activités biefs 1988-1989, 20 p.

Nouvelot (J. F.), 1973 — Hydrologie des mayos du Nord-Cameroun. Monographie de la Tsanaga. Cah. Orstom, sér. Hydrobiol., 10 : 211-303.

Olivry (J.-C.) 1986 — Fleuves et rivières du Cameroun. Paris, Orstom, Mesres, Monographie hydrologique n° 9.

Sandfuchs (U.) 1985 — Étude sur l’extension des barrages et diguettes en cours dans la région du Guéra (Tchad). Multigr.

Seignobos (C.), 1997 — « Maîtrise de l’eau et contrôle de l’érosion, l’exemple Mafa (Nord-Cameroun) ». In : Paris, Orstom, coll. Coll. et Sém., L’homme et l’eau dans le bassin du lac Tchad : 351-365.

Sogreah, 1976 — Inventaire des sites de barrages dans les monts Mandara. Grenoble, multigr.

Tillement (B.), 1970 — Hydrogéologie du Nord-Cameroun. Yaoundé, Bulletin de la Direction des mines et de la géologie, n° 6.

Vincent (J. F.), 1991 — Princes montagnards du Nord-Cameroun. Les Mofu-Diamaré et le pouvoir politique. Paris, l’Harmattan, 2 tomes, 774 p.

Vincent (J. F.), 1997 — « Princes, pluies et puits dans les montagnes Mofu-Diamaré (Nord-Cameroun) ». In : Paris, Orstom, coll. Coll. et Sém., L’homme et l’eau dans le bassin du lac Tchad : 337-349.

Notes

1 La sécheresse fut tellement sévère en 1973 qu’elle entraîna le déplacement vers les puits encore en eau d’éleveurs qui n’avaient pas perdu leur troupeau, créant des phénomènes de surpâturage et multipliant les conflits avec les agriculteurs.

2 Ce fut aussi un moyen pour le chef d’exercer son autorité en écartant du puits les indésirables. Plus tard, il en sera de même avec les forages. En 1991, le chef de Mouda, en opposition avec une partie de la population, en vint à cadenasser la pompe.

3 Selon les normes internationales, un paysan a besoin de 25 litres tous les jours pour satisfaire ses besoins en eau. En revanche, un citadin utilisera tous les jours 50 litres en moyenne. Des enquêtes, menées par un bureau d’études dans les villages de la province de l’Extrême-Nord, ont permis de ramener cette valeur à 20 litres pour le paysan et d’évaluer la consommation quotidienne du bétail à 30 litres par animal.

4 Irriguer un champ était jadis un privilège du chef de massif.

5 Ces chants mettent en scène une cistude (kawackutaf), tortue d’eau, qui plonge et disparaît dans l’eau (donc profonde). Les chants ne sont pas accompagnés de flûtiaux, mais de claquements de doigts, comme le font les forgerons pour saluer le chef chez les Mofu Sud.

6 Chéneaux (kwalalang) de bois placés entre les toitures des cases jointives.

7 Nous avons abondamment puisé pour rédiger cette partie dans les rapports de Damien Clément et de Christian Charniaux.

8 La différence entre un barrage et un bief, c’est que le premier, généralement de grande dimension, retient l’eau en surface, alors que le second ne la conserve (guère plus de deux mois) que pour mieux la faire pénétrer dans le sol. Ces retenues sont modestes. Le barrage est conçu et réalisé par des entreprises et fait appel à une technologie complexe. C’est une construction unique. Le bief est le fruit d’un savoir-faire local et exogène. Il est construit par les populations. Son implantation n’est pas isolée, on parle de famille de biefs aménageant un ou plusieurs talwegs.

9 Parmi les 1 803 micro-barrages antiérosifs du « périmètre Matakam » au nord-ouest et au sud de Mokolo, faits sous la direction des Eaux et Forêts (crédits FED) entre 1962 et 1972, une grande partie a été détruite après le prélèvement du fil de fer des gabions par les populations.

10 De la connotation ciment – poto-poto chez les populations (argile travaillée pour monter les murs traditionnels) – découle en général une mauvaise préparation et utilisation du mortier.

11 Véritable homme providentiel pour les ONG.

12 Hors des Mandara, on note certaines réalisations de biefs, en particulier dans l’arrondissement de Kaélé. L’expérience a été tentée à Mindjil en 1985 sous l’impulsion d’un chef de village et d’un infirmier. Elle a toutefois tourné court car les matériaux utilisés (sacs de sable) n’étaient pas adaptés à ce genre d’édifice. Elle fut reproduite avec plus de bonheur à Lara et à Boboyo.

13 L’action de certaines ONG s’est montrée pour le moins maladroite par le déversement immodéré de sommes importantes. À Mazam en 1992, l’une d’elle lance le projet de trois biefs, 10 millions de CFA et pense « aux retombées économiques sur la région ». C’est assurément à court terme répondre aux vœux des villageois demandeurs d’emplois salariés... mais après ? Cet organisme est pour beaucoup dans le développement d’un sentiment de frustration des montagnards, qui se traduit par la mise en accusation des missions et des animateurs. Ils leur reprochent de constituer un écran entre eux et les donateurs.

14 Le 12 juillet 1988, une réunion des ONG décida de faire le point de leurs travaux en matière d’hydraulique villageoise. Elles s’organisèrent en Groupe des organismes intervenant dans les biefs (GOIB).

15 Trois comités de développement figurent dans le GOIB : Codevigo (Comité de développement du village de Gouzda), Codevima (Comité de développement du village de Maltamaya), Codevimo (Comité de développement du village de Moskota).

16 Certains forages ne sont pas pris en compte ici car, officiellement, le Puhv semble avoir réalisé 651 forages à lui tout seul.

Table des illustrations

Titre Les biefs en pays mofu
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/11587/img-1.jpg
Fichier image/, 362k
Titre TABLEAU I. Répartition des biefs par canton, par type et par organisme encadreur, de 1982 à 1993
Légende B = béton, G = gabions, PM = pierres maçonnées, PC = pierres calées, PT= de pierre et de terre. CRB = commune rurale de Bourah
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/11587/img-2.jpg
Fichier image/, 119k
Titre TABLEAU II. Répartition des puits par arrondissement et par organisme intervenant
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/11587/img-3.jpg
Fichier image/, 123k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/11587/img-4.jpg
Fichier image/, 1,9M
Titre TABLEAU III. Répartition des forages par arrondissement et par intervenant
Légende Source : Archives de la Foraco, 1992
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/11587/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
Titre TABLEAU IV. Répartition des forages par entreprise et par arrondissement
Légende Source : Archives de la Foraco, 1992.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/11587/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 125k

© IRD Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540