Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas de la province Extrême-Nord Cameroun

 | 
Christian Seignobos
, 
Olivier Iyébi-Mandjek

La pêche dans le lac de Maga

Localisation, effectifs et techniques

Christian Seignobos et Bernard Raugel

Texte intégral

  • 1 Nous renvoyons aux cartes et commentaires concernant la riziculture.

1Le lac de Maga fut créé pour permettre ultérieurement l’aménagement de 7000 hectares de « rizières irriguées en maîtrise complète de l’eau »1. En 1979, fut construite une digue de terre de 27 km (2 à 7 m de hauteur sur 3,5 m de largeur à la crête), allant de Guirvidig à Pouss, qui donna naissance à un plan d’eau dont la superficie varie de 360 km2 à la cote maximale de 312,50 (septembre-novembre) à 120 km2 à la cote minimale de 310,80 (maijuin). Elle entraîna l’ennoyage d’une quinzaine de villages ou quartiers musgum.

2Cette retenue est alimentée par les eaux des mayo Boula et Tsanaga issus des monts Mandara et aussi par le mayo Guerléo, sorte de défluent-affluent du Logone. La prise d’eau du chenal d’alimentation (10 km) de Djafga dans le Logone permet de contrôler la bonne mise en eau et le niveau du lac. Le mayo Vrek, qui autorise la vidange, en est l’exutoire, auquel s’ajoute un déversoir de trop-plein vers Pouss. La profondeur du lac varie de l’ordre de 3,50 m à 2,50 m lors de l’étiage. Sur ce plan d’eau, l’évaporation, de l’ordre de 2 m par an, est remarquable.

  • 2 La flore du lac n’est pas encore stabilisée. Sa création est trop récente. Elle devient toutefois (...)

3La faible pente des parties en amont (0,2 %) les transforme en yayrés durant la saison des pluies. L’existence de ces milieux très favorables à la reproduction et à la croissance des alevins de certaines espèces comme les Alestes, protégés ici des prédateurs par la multiplication des herbiers, confère au lac un énorme atout pour les activités piscicoles. La végétation de bordure est composée, jusqu’aux eaux libres, de graminées de types Vetiveria nigritana, Echinochloa pyramidalis et aussi d’Oriza longistaminata2... Le phytoplancton, très abondant, contribue à l’opacité des eaux. Dans les parties libres, la turbidité donnée par les sédiments du fond brassés par une houle légère limite encore la transparence (de 15 à 25 cm). Ces zones méridionales, de même que les bourrelets de berges du mayo Guerléo, sont durant la saison sèche le lieu de concentrations importantes de troupeaux.

4En 1981, le sous-secteur du service de l’Élevage, des Pêches et des Industries animales de Maga et des agents de SEMRY-II recensaient 911 pêcheurs et 456 pêcheurs-riziculteurs, soit 1367 personnes. Certains campements du lac ayant échappé à ce recensement, on estimait à 2500 les effectifs réels de pêcheurs. En 1982, le service des Pêches de la Semry dénombrait 1388 pêcheurs, avec la même incertitude sur le chiffre global. En 1985, année de sécheresse où l’eau a très fortement manqué dans le Logone, interdisant les pêches d’étiage, le lac reçut des populations de pêcheurs en surnombre. Ils furent estimés à plus de 3000. L’année 1986, celle de nos enquêtes, succédait à un véritable épuisement des stocks piscicoles lié à la précédente campagne et ne saurait donc être présentée comme une année normale. Toutefois qu’entendre par normalité pour le lac de Maga ? Il sera toujours difficile de contrôler les peuplements de pêcheurs nigérians et tchadiens ; le manque d’eau dans le Logone et la non-alimentation des mares du nord engendreront systématiquement de tels afflux.

  • 3 Grâce aux bateaux à moteur fabriqués par B. Raugel et avec l’aimable autorisation du directeur de (...)

5Nous avons d’abord enquêté au début de la campagne de pêche (février) afin d’observer la mise en place des campements. Nous avons ensuite tenté un recensement, le plus exhaustif possible, par voie d’eau3 durant les mois de mars et d’avril, dans les campements regroupés ou disséminés dans les herbiers.

Les effectifs de pêcheurs sur la retenue

Âges et origines ethniques

6L’enquête, réalisée auprès de 1264 pêcheurs, a porté sur leur origine, les techniques de pêche et de préparation des poissons.

  • 4 Nous avons comptabilisé comme campements de pêche de petits établissements quasi pérennes, qui son (...)

7Il convient d’y ajouter le résultat d’enquêtes menées dans les villages dits « satellites », nouvellement installés au nord de la digue4. Des pêcheurs (301) utilisent la retenue, sans toutefois y séjourner. Le total général passe alors à l 565.

  • 5 N’a pas non plus été pris en compte le campement sur l’île du Logone entre Katoa et Pouss, où stat (...)

8Toutefois, il conviendrait de majorer légèrement ce chiffre, car quelques campements ont pu échapper à nos investigations, en particulier dans le dédale des herbiers des parties centrale et occidentale. Certaines équipes de pêcheurs à la ralingue (taro) au repos, de même que les cultivateurs de Djafga, pêchant sporadiquement dans le canal d’amenée, ont échappé à notre enquête5.

9En 1988, D. Campbell et M. A. Reddoch recensaient 1120 pêcheurs et se heurtaient à la même difficulté de répertorier ceux « hors lac », résidant dans les villages périphériques.

10Nous avons intégré dans la catégorie de pêcheurs actifs les garçons qui, dès l0 ans, savent diriger une pirogue, préparer le poisson et parfois même réparer les filets. Ils ne forment toutefois, de l0 à l4 ans, que 8 % des effectifs. Les tranches d’âge les mieux représentées se situent évidemment entre l5 et 35 ans, avec une pointe entre 25 et 29 ans (tabl. I).

TABLEAU I. Âge des pêcheurs et dates d’installation sur les rives du lac

TABLEAU I. Âge des pêcheurs et dates d’installation sur les rives du lac

11La pyramide des âges dans les campements conforte des faits de simple observation, à savoir un gonflement de la proportion de jeunes adultes, particulièrement démesuré dans le cas de campements où l’on utilise le taro. En effet, à l’écrêtage des couches « vieux adultes », notamment des femmes à partir des 35-39 ans et parfois même en deçà, s’ajoute la présence de contingents de jeunes manœuvres (campement ngambay de la digue). Les jeunes femmes accompagnent leur mari, alors que la première épouse reste au village où elle prend soin du reste de la maisonnée. Ils peuvent certes se passer de leur mère, mais ils sont aussi de peu d’utilité dans le campement. Les enfants en bas âge sont certes assez nombreux sur les campements, mais sans commune mesure toutefois avec la base exprimée par les pyramides villageoises. Dans les campements musgum, si le profil de la pyramide suit le même dessin, il est toutefois moins exagéré. Mais la volonté de se retrouver en famille est plus nette. Les tranches « hommes à partir de 40 ans » sont bien représentées (Woulouki, Bourmi, Pitimiyé...). En revanche, d’autres campements se signalent par une absence de « vieux adultes » et une concentration de certaines classes d’âge (Kéléo pour les 20-29 ans, et Guizi pour les 20-25 ans et 35-39 ans).

12Certains campements peuvent se caractériser par une pyramide aberrante. Il s’agit, par exemple, de Gamak-II, où les classes les mieux représentées sont celles des adultes et « vieux adultes ». Ces Kotoko se comportent, il est vrai avant tout, plus en rentiers de la pêche, louant leur matériel, petits taro, éperviers et surtout pirogues.

13Seulement 7,6 % des pêcheurs sont en place depuis la mise en eau de la retenue (1979) et ce sont principalement des groupes qui pêchaient déjà sur le Guerléo. 54,8 % des pêcheurs recensés ne viennent sur la retenue que depuis 1984. Pour 95 % d’entre eux, ils occupent sinon le même site, du moins le même bief. Il semblerait que le lac ait d’abord attiré les groupes de pêcheurs étrangers à la région, très mobiles (Kabalay, Kim, Ngambay, Kotoko, Bornouans, Mambay...). Ces coureurs de fleuves auraient alors progressivement reflué devant les pêcheurs autochtones qui, peu à peu, prirent en main « leur » lac.

14En l986, l’élément musgum est prépondérant, car les différentes fractions (dominées par les Musgum Mpasay avec 27,5 %) forment 57,25 % du total, ce qui tendrait à faire de la retenue de Maga un lac musgum en période « normale ». À cela, il faudrait ajouter les contingents d’autres riverains sensiblement apparentés, les Bege (8,3 %), les Muzuk de Gabarey...(tabl. II)

15Dans leur Census of fishermen on lake Maga (1988), D. Campbell et M. A. Reddoch confirment cette prise en main : 73 % de Musgum, 8,3 % de Masa, 8 % d’Arabes Showa, 5,4 % de Kotoko...

16Les fameux « Hausa » du Nigeria, tant décriés comme pilleurs de biefs, furent peu nombreux en l986. Cette appellation recouvre plutôt des Bornouans venus d’établissements frontaliers du Nigeria, comme Bama et Gambaru. Ils bénéficient de la proximité de colonies bornouanes implantées de longue date à Guirvidig et dans la région de Balda. Celle-ci préviennent les Bornouans de l’intérêt de la campagne de pêche et les hébergent en partie, participant à la commercialisation des prises.

17Une sorte de spécialisation ethnique peut être mise en évidence. Les Bornouans, comme les Arabes Showa, sont des pêcheurs à kadra (lignes dormantes à hameçons multiples) et des préparateurs de banda (poisson fumé). Les Ngambay pêchent au taro et vendent du poisson frais ; les Masa, Kera et Tupuri se distinguent surtout comme manœuvres et pêcheurs épisodiques, alors que les rares Fulbe recensés sont des patrons ou contremaîtres de taro. Les Musgum se présentent comme pêcheurs individuels, travaillant seuls ou accompagnés de frères, voire de neveux, calant les mêmes types de filets (zagazaga), et commercialisant du poisson frais ou séché.

18Dans nos enquêtes, 955 personnes accompagnaient, à des titres divers, les 905 pêcheurs interrogés. Les pêcheurs sont accompagnés d’un nombre légèrement supérieur de personnes n’intervenant pas directement dans la prise du poisson. Il s’agit des femmes et des enfants qui vont conditionner le poisson sur le site, aller chercher le bois et préparer la nourriture. Une population de près de 3000 personnes colonise ainsi les abords immédiats de la retenue et, parfois, dans certains biefs, occupe la moindre termitière, ou encore s’agglutine littéralement, comme à l’extrémité du Guerléo. Une vie de relations intense s’instaure et les visites sont très fréquentes. Dans plus d’un campement sur cinq, on remarquait au moment de l’enquête un ou plusieurs visiteur (s), parent (s) ou ami (s).

TABLEAU II. Répartition ethnique des pêcheurs

TABLEAU II. Répartition ethnique des pêcheurs

Le partage du lac

  • 6 Dans les plus anciens projets de la région (1958, les casiers rizicoles A, puis B, au nord de Bong (...)

19L’ennoyage de leurs terroirs obligea certains villages à « déguerpir ». Ils forment actuellement une partie des villages satellites de Maga et de Pouss dans la zone rizicole. Ils n’en revendiquent pas moins leurs droits sur leurs anciens sites et l’on peut constater une sorte de substitution du droit de la terre par celui de l’eau. Pourtant, à chaque création de périmètres rizicoles, le problème du droit de pêche dans les amenées d’eau n’a pas été pris en compte6.

  • 7 A. N’diaye, du service Animation de SEMRY-II, dans une Note sur la transmigration du début à ce jo (...)
  • 8 610 en 1988, selon D. Campbell et M. A. Reddoch.
  • 9 La même année (1985), les enquêtes de M. N’diaye sur tout le périmètre rizicole de SEMRY-II donnai (...)

20Au moment de l’implantation de SEMRY-II (1979), les canaux, et surtout la retenue, fascinèrent les « planteurs » au point que certains en délaissèrent leurs rizières. L’administration fut amenée à réglementer la pêche en réservant les matinées aux seuls riziculteurs (J. Brunet-Jailly, 1981 : 83)7. Cette volonté de la Semry de voir la retenue, construite pour la riziculture, exploitée par les seuls possesseurs de piquets (0,5 ha) de riz, échappe à la conception du droit de la pêche des ethnies contractantes. 549 pêcheurs8 (sur 1565) déclarent cultiver du riz dans le périmètre de Maga. Il ne s’agit pas uniquement de propriétaires de piquets, mais aussi de fils ou de neveux qui participent à la fois à la production rizicole et à la campagne de pêche9. De plus cette restriction paraît difficilement applicable étant donné la difficulté de surveiller le lac. Aurait-elle aussi une chance de résister aux possesseurs de grand taro, quelquefois réduits à de simples gérants ?

  • 10 Il ne s’agit plus de litres d’huile de poisson qui, sur le Logone, était jusque vers 1968, la taxe (...)

21Les autochtones réoccupent leurs anciennes zones pour pêcher. Ils s’y trouvent souvent majoritaires : Musgum-Kelew, Musgum-Kalang, Musgum de Bourmi... Les ex-chefs de village, mués en maîtres de l’eau, se mettent alors à effectuer des tournées et à prélever une « taxe » de poisson auprès des pêcheurs étrangers. Les chefs de Yanga, Kéléo, comme celui de Pitimiyé que nous avons rencontré dans sa tournée en pirogue, opèrent de cette façon. Le chef de Bourmi, lui, reprend possession, durant la campagne de pêche, de l’ancien site émergé du village. Les pouvoirs coutumiers supérieurs, les sultans de Pouss et de Guirvidig, ont remis en vigueur leurs anciens découpages administratifs sur le lac. Le premier contrôle toute la rive orientale et le Guerléo jusqu’au sud de Bourmi, alors que le second prend le relais sur le Guerléo jusqu’à Kaykay-Bourkoumandji et surveille la rive occidentale, la limite passant vers Bazawa-Kéléo. Ils perçoivent des redevances de marché, que les pêcheurs paient « volontairement » en poissons, voire en petites sommes répétées qui peuvent atteindre 5000 F CFA par tête10, ce qui évite les tracasseries au moment de l’écoulement des prises sur le marché. Toutefois, les princes de Pouss et quelques notables, prenant parfois prétexte d’un contrôle de la réglementation des engins, de la taille des mailles, viennent visiter la retenue. Comme environ 30 % des pêcheurs disposent d’un matériel illégal, ce contrôle tourne rapidement à une forme de « racket », surtout vis-à-vis de pêcheurs étrangers (1984-85). Les Kabalay et les Kim, en particulier, en firent les frais, avec confiscation de filets, zagazaga et taro... Sur la digue, les pêcheurs sont d’origine plus mêlée et les pouvoirs traditionnels s’effacent quelque peu devant celui de l’administration installée à Maga en la personne de l’infirmier vétérinaire. Selon la personnalité de ce fonctionnaire, la taxe peut ou non donner lieu à des excès. Toute réglementation sur le lac devra tenir compte de ces limites, face aux différents groupes de pression évoqués.

Techniques de pêche et de préparation du poisson

Calendrier des pêches

22Dès février l986, certains campements, comme Guizi, Pont-Deux et Gamak-II, étaient déjà presque au complet. D’autres doubleront : Hoff, Managa-Kéléo, Gadjara, Kéléo ou même encore tripleront : Pitimiyé, Woulouki, Bourmi... Ceux déjà en place en février ont, parfois, comme les villages qui jouxtent la digue, participé à la petite pêche d’octobre quand l’eau, pas encore refroidie, est propice à la prise de Tilapia et de Lates. Ensuite, durant la saison fraîche, le poisson se raréfie sur la retenue. Il ne réapparaîtra qu’à partir d’un certain réchauffement de l’eau. De la fin novembre au début du mois de février, les pêcheurs sont également occupés ailleurs sur des biefs de décrue, particulièrement poissonneux dans les zones de déversement du Logone. La pêche est ouverte en octobre et celle utilisant des sennes (taro) généralement en janvier. Toutefois, avant mars, seulement 23,2 % des pêcheurs sont en place sur la retenue. Les arrivées s’échelonnent de janvier à avril, indépendamment, semble-t-il, des techniques de pêche employées. Mai demeure une période stable, sans départs ni arrivées.

23Les départs ont lieu, de façon plus groupée, au cours du mois de juin, en particulier pendant la deuxième partie. 4,6 % des pêcheurs resteraient encore près du lac en juillet, notamment des Musgum possédant des champs à proximité et quelques Kotoko. En août et septembre, la retenue est quasiment désertée. La saison des pêches se concentre sur trois mois et demi, entre le début du mois de mars et le 15 juin.

24Les arrivées sur le lac, s’échelonnent ainsi : 1,7 % avant janvier ; 7,6 % durant le mois de janvier ; 13,9 % en février ; 40 % en mars ; 36,8 % en avril.

Les techniques de pêche

25Sur la retenue, les techniques sont peu nombreuses et peuvent être ramenées à quatre : les palangres ou lignes dormantes (kadra), les filets maillants calés (zagazaga), les grandes sennes manœuvrées par des équipes (taro) et enfin les éperviers (birgi).

26Les kadra sont des lignes de 500, 750, 1000, parfois 1500 hameçons non appâtés, de 3 à 4 cm en général, espacés de 10 cm et montés sur un avançon d’une dizaine de centimètres. Les flotteurs constitués d’ambadj (Aeschynomene elaphroxylon) ou de petites cucurbitacées prélevées sur le site même des campements sont placés aux extrémités. Ces lignes sont accrochées à des souches ou à des perches et sont destinées à capturer surtout des poissons fouisseurs (Synodontis, Mormyres, silures). Les pêcheurs estiment leur rendement à un silure par jour pour 15 hameçons, quand toutefois le protoptère ou autre prédateur ne passe pas avant le relevé des lignes. Il est impératif que les hameçons brillent pour attirer les poissons, ce qui oblige à les renouveler tous les trois mois de pêche.

  • 11 1 bundur = 100 yards = 91,4 m ; 1 coudée = 1/2 yard ; 1 doigt = 10 mm.

27Les zagazaga (ou zubaawol en foulfouldé) sont des filets composés d’unités de 200 mailles de chute disposées bout à bout en longueur. Ils sont calés à l’aide de perches et rarement utilisés comme filets dérivants. Sur la ralingue supérieure, les flotteurs d’ambadj, disposés tous les 50 cm, ont été remplacés par des semelles de sandales en plastique. Les poids accrochés à la ralingue du fond sont plus traditionnels, disques ou croissants de terre cuite. Le filet mesure de 0,5 bundur11 à 2,5 bundur de longueur, rarement plus, pour une profondeur maximale de 7 coudées. Un bundur équivaut à 100 yards de filet étiré. Mais, pour des raisons pratiques, les pêcheurs ne montent que des filets de 50 yards ; ceux-ci toutefois conservent l’appellation de bundur. Cette désignation, utilisée par les pêcheurs eux-mêmes, a prévalu dans notre comptabilisation. Les mailles les plus fréquentes sont de 4 et 2 doigts. La petite diagonale de la maille après montage est égale au côté de la maille.

28Les taro ou taru (hausa) sont des sortes de grandes sennes, pouvant atteindre plusieurs centaines de mètres. Cette technique a été vulgarisée par les Nupe du Nigeria sur la Bénoué et s’est diffusée par Garoua, le mayo Kebbi (Léré au Tchad) et enfin le Logone. Le taro est accroché par une extrémité à la berge, tandis qu’une pirogue, porteuse de l’autre extrémité, décrit un grand arc de cercle pour revenir près du point initial. C’est de la berge que sera halé le filet. En outre, un petit filet tendu contre les herbiers borde la berge pour empêcher les poissons d’y trouver refuge. Une pirogue accompagne la poche à mesure qu’elle se rétrécit, pour éventuellement soulever la ralingue afin de la dégager de souches et paquets de vase gisant sur le fond, jusqu’à ce que la poche se referme. Nous renvoyons aussi à la description qu’en fait A. Stauch (1960a : 2). Pour le taro, le pêcheur achète également par unité de 100 yards de filet étiré, mais les monte à 70 %, ce qui donne 65 m environ pour un taro de 1 bundur monté. Les mailles — hormis celles de la poche, toujours plus réduites et renforcées de plusieurs nappes — s’échelonnent de 1 à 5 doigts. La moyenne de ces taro approche les 10 bundur pour une chute de maille de 7 coudées, la maille la plus fréquente étant celle de 2 doigts.

  • 12 On en dénombrait une dizaine en février et 46 en août dans la même zone.

29Il existe d’autres techniques mineures, comme celle des enceintes de capture sur le Guerléo12, appelées sene en mousgoum. Ces enceintes de capture, ou plutôt ces abrispièges, dont on ne voit sortir de l’eau que le haut des branchages mis à l’intérieur, sont formées d’un sekko circulaire de 3 à 3,5 m de diamètre. À la périphérie du cercle, deux tores maintiennent une claie verticale de l m de branchettes, où sera ménagée une ouverture d’environ 1 m. Sept à huit tresses régulièrement espacées permettront de déplacer ce sekko sur le fonds sableux et de le hisser sur la rive. Cet engin est généralement placé à quelque distance du bord ou immergé au niveau d’un banc de sable, zone calme peu profonde, l’ouverture tournée vers la rive. Le poisson, attiré par ce havre ombreux, sera capturé. Lorsque l’engin sera hissé sur la berge, le poisson essayera en vain de fuir en direction du fleuve. Les Tilapia représentent souvent plus de 80 % des prises. Ces enceintes de captures sont rarement isolées, elles peuvent aussi être reliées à un montage de parois de claies immergées qui guident le poisson vers elles. Elles sont actuellement aux mains des vieux adultes.

30Les Kotoko placent parfois des bremi, enceintes de capture, et petits ngura, nasses en racines de doum arrimées au fond, le plus souvent sur le Vrek.

31Les nasses musgum, légèrement fusiformes, faites de Chloris robusta, que l’on immerge dans les canaux des rizières, n’apparaissent pas sur la retenue.

32Est également pratiquée par les Kotoko, la pêche au sakama, filet à poche conique de 4 m de profondeur. La poche est maintenue ouverte par deux perches en V de 3,5 m. À l’extrémité, le filet peut atteindre 6 m. Une barre transversale renforce les deux antennes et permet de manipuler le filet. Le fond de la poche retombe dans la pirogue. Un pagayeur est placé à une extrémité de la pirogue, l’actionneur du filet à l’autre. Les manœuvres s’effectuent en descendant le courant et en avançant vers la berge. Les sennes à bâton, les haveneaux sont rarement utilisés sur la retenue.

  • 13 D. Campbell et M. A. Reddoch (1988) signalent 604 pêcheurs au gill net.

33Le zagazaga est de loin la technique la plus répandue (tabl. III). Elle concerne 609 pêcheurs, qui disposent d’un ou plusieurs zagazaga ; 204 les associent à quelques palangres, 12 à des éperviers et, enfin, 31 jouent sur un éventail de matériel : kadra, birgi et même petit taro, en plus de leur zagazaga13. 125 pêcheurs pratiquent exclusivement le kadra et 74 ont opté uniquement pour l’épervier. Près du quart des effectifs s’adonnent à la pêche au taro (entrepreneurs de taro et manœuvres compris).

TABLEAU III. Nombre de pêcheurs par technique de pêche

TABLEAU III. Nombre de pêcheurs par technique de pêche

Évaluation du matériel servant sur la retenue en 1986

  • 14 Les hameçons sont généralement compris entre les numéros 10 et 14.
  • 15 Les lignes appâtées de 250 gros hameçons sont en nombre négligeable.

34Les pêcheurs disposent de 490 pirogues, dont 125 sont louées. La mission d’étude piscicole du barrage de Maga (novembre 1981) en avait recensé 250. En comptabilisant les lignes de 500, 750 et 1000 hameçons et en les ramenant à l’unité de 1000 hameçons toutes tailles confondues14, nous avons obtenu 1285 lignes, ce qui fait une moyenne de 3,5 lignes par pêcheur15 pratiquant le kadra. La rive occidentale du lac est incontestablement la plus favorable : multiplication des herbiers, grande densité de souches qui gênent la pose des filets, fonds très bas. On y recense 56 % des lignes, auxquelles il faut ajouter celles des pêcheurs des villages satellites à l’ouest du périmètre rizicole.

  • 16 Une propagande anti-épervier émanant du service des Pêches induit une vraisemblable sous-estimatio (...)

35Nous avons répertorié 121 éperviers, 67 avec des mailles de deux doigts, 46 avec trois doigts et 8 à un doigt16. Excepté le rentrant du lac dans la zone de Kéléo, les éperviers sont aux mains des pêcheurs occasionnels des villages qui jouxtent la digue : Gamak, Maga, Manaka, les différents quartiers de Bakassaray, Pouss. Ces équipes sont mobiles et passent rarement la nuit sur la retenue, hormis sur le bas Guerléo.

36Le zagazaga est omniprésent sur tous les biefs en eau libre et le long du Guerléo. Le zagazaga le plus courant est celui de l bundur de long sur 4 coudées de chute de mailles pour une maille de 4 doigts. En ramenant tout à l’unité du bundur nous en avons recensé 1 090. Les pêcheurs en disposent en général de plusieurs sortes : à mailles de 2, 4 ou 5 doigts, de 0,5 ou 1 bundur. Pour 813 pêcheurs utilisant le zagazaga, chacun dispose d’un peu moins de 1,3 bundur (tabl. IV).

TABLEAU IV. Taux d’utilisation du zagazaga en fonction de la hauteur (coudées) et des mailles (doigts)

TABLEAU IV. Taux d’utilisation du zagazaga en fonction de la hauteur (coudées) et des mailles (doigts)

37Les taros sont si peu homogènes que chacun d’eux représente une pièce unique. Ils recouvrent de grandes disparités de taille, depuis les taros qui nécessitent une quinzaine de manœuvres à ceux qui peuvent fonctionner avec cinq personnes. Nous avons répertorié 76 taro de 2,5 à 19 bundur de longueur sur une hauteur allant de 4,5 à 18 coudées. Les taro sont en action essentiellement dans le chenal du mayo Guerléo et le long de la digue (respectivement 31 et 35 d’entre eux). Le restant opère dans les anses dégagées de la retenue.

38Les autres techniques peuvent être considérées comme négligeables : les 8 sennes à bâton vues à Hoff et à Yanga ; les quelques nasses appâtées des Maliens, les 46 enceintes de capture, déjà mentionnées sur la rive droite du Guerléo, au nord de Lougoy-Kamas.

39Chambres de capture et nasses sont quasi absentes et on peut s’en étonner. Sans doute est-ce à mettre en rapport avec un droit de pêche traditionnellement en vigueur sur le Logone. Seules les populations autochtones étaient autorisées à pêcher avec des engins qui touchaient ou reposaient sur le fond, les étrangers n’ayant accès qu’aux techniques de pêche n’y prenant pas appui (filets maillants, sennes).

Les techniques de préparation du poisson

40Ces techniques sont les mêmes que celles qui ont cours sur le bas Chari et le Logone, avec séchage pour la production de salanga (cf. Glossaire) et fumage pour celle de banda.

41Le séchage s’effectue sur des claies de baguettes de Sesbania sp. Cette technique l’emporte largement puisque plus de 65 % des pêcheurs la pratiquent exclusivement ou partiellement. Ainsi, même les pêcheurs spécialisés dans le poisson frais, ont toujours auprès d’eux une claie de séchage, et les prises trop réduites pour justifier un voyage sur un point de vente sont séchées. De même, lorsque le poisson menace de pourrir, on s’empresse de le faire sécher. Si le campement est trop distant des marchés, on y apporte le poisson frais les jours de marché et on le sèche les autres jours.

42Depuis l’introduction des lignes dormantes sur les rives du Chari et du Logone par les Bornouans et les Hausa, la technique du banda leur est associée. Selon les informateurs, un four doit être alimenté par 5000 hameçons au minimum. Nous avons comptabilisé 181 fours, toujours appelés nugra (trou), bien qu’il ne s’agisse plus d’une fosse, mais d’un bâti de terre. À l’intérieur, les claies de bois vert imputrescible ont été remplacées par des grilles de fer et les nattes qui le recouvraient par des feuilles de tôle ondulée.

43L’appellation de banda, sur la retenue, s’applique à deux produits également fumés : le vrai banda, formé de portions de gros poissons, préalablement vidés et écaillés, et le faux banda, technique bornouane classique que l’on retrouve sur le lac Tchad et qui consiste à fumer des poissons entiers, mais de taille réduite, en particulier des Clarias. Ils sont enfilés sur une baguette passant par la bouche, puis par l’ouïe et la queue qui est ramenée maintenue contre le corps. Parmi les 7,60 % de pêcheurs spécialisés dans le banda et les quelque 13 % qui en font partiellement, moins de la moitié préparent du véritable banda (tabl. V).

44Le bois utilisé pour le fumage est celui d’Acacia sieberiana et Acacia senegal principalement. Sur la partie occidentale de la digue se sont créés des points de vente de perches pour les bâtis des campements, de charbon de bois et aussi de bois pour les fours.

45La commercialisation d’huile de poisson a été pratiquement abandonnée, celle-ci est seulement autoconsommée. La bouteille (25 cl) est vendue 250 F CFA sur le marché de Pouss, aussi les Alestes en salanga sont-ils d’un meilleur rapport que transformés en huile.

TABLEAU V. Préparations et ventes des poissons

Banda exclusivement

7,60 %

Banda + poisson séché

8,90 %

Banda + salanga + poisson frais

3,55 %

Banda + poisson frais + poisson séché + poisson frit

0,91 %

Poisson séché exclusivement

17,85 %

Poisson frais

26,55 %

Poisson séché + poisson frais

34,65 %

46La retenue est divisée en biefs plus ou moins spécialisés, en partie à cause de leur situation. La rive occidentale, la mieux pourvue en bois et la plus occupée par des populations d’Arabes Showa et de Bornouans, s’est spécialisée dans le banda. Partout où l’accès aux marchés, principalement aux quotidiens, de la digue, est aisé, le poisson frais domine. Pour les campements les plus enclavés des poches du lac, il s’agit de salanga. Mais une grande partie d’entre eux ont adopté des formules mixtes, où dominent salanga et poissons frais. Certains campements peuvent néanmoins présenter une sorte de spécialité, comme à Yabay, où les femmes font également frire le poisson.

Les types de campements

47Les campements de pêche, voire les aires de pêche, peuvent être classés en plusieurs catégories selon leur situation, leur composition ethnique et le matériel employé. Certains sont constitués de pêcheurs à la palangre, d’autres à l’épervier, au taro ou encore au zagazaga.

Les campements originaux

  • 17 Doulam est du même type que Guizi, formé d’une vingtaine d’Arabes Showa, issus des régions d’Afadé (...)

48Guizi est composé d’Arabes Showa, venus pour plus de la moitié avec femmes et enfants. Parmi ces 33 pêcheurs arabes, 5 se disent Salamat, 15 Saadine, 7 Hamadiye, 3 Abu Jime, 2 Bakarya et 1 Uled Musa. Ils sont issus de six villages des régions de Makari et Afadé, mais le noyau du campement est composé de Saadine issus de Madina (Makari). Ils sont devenus pêcheurs après la sécheresse de 1984, qui fut la cause de la disparition totale de leurs troupeaux. Ce fut également le cas des Arabes Showa du campement de Doulam, à l’intérieur de la retenue17. Ils ont été initiés à la pêche au kadra par les Bornouans dans les mares de la région d’Afadé, où le pêcheur utilise de grosses calebasses-flotteurs pour dévider ses lignes. Certains ont connu la pêche avec des Kotoko, sur le lac Tchad. Les premiers sont arrivés en 1983, accompagnant des pêcheurs kotoko. Ils entraînèrent ensuite les autres.

49Ils restent longtemps au bord du lac, de janvier à fin juin, dans un campement particulièrement bien aménagé. Les unités d’habitation sont la copie, dans leur structure et leur aménagement, de celles des éleveurs dans les yayrés. Une dizaine d’entre eux ne repartent plus à Afadé et Makari. Installés à Guirvidig, ils y cultivent le sorgho rouge et même le muskuwaari. Ils peuvent ainsi participer à la petite campagne de pêche d’octobre.

  • 18 Ce qui correspond à l’estimation de B. Raugel (1987), 1 poisson sur 3 pêchés dans le lac étant soi (...)

50Leur matériel de pêche est des plus simples, constitué de kadra (ou zambat), avec une moyenne de 7450 hameçons par pêcheur pour un minimum de cinq lignes de 1000 hameçons par ligne et un maximum de 15 lignes. Toutes leurs pirogues sont louées aux Kotoko de Gamak-II, à raison de 5000 F CFA pour la campagne de pêche (5 mois). Ils font exclusivement du banda, qu’ils commercialisent à Guirvidig. Le poisson séché par leur soin est autoconsommé. Le campement dispose de vingt-six fours et déjà le problème de l’alimentation en bois commence à se poser. L’unité de vente est le carton de paquets de thé ou de sucre, reconverti en colis à poissons, dont le prix, en 1986, varie de 5 000 à 7 000 F CFA. Le convoyage est en moyenne de trois à cinq carton par marché, fréquenté pour la plupart régulièrement chaque samedi. La production est estimée entre 75 et 80 cartons par pêcheur. Le revenu de près de 25 cartons sera utilisé à des achats de riz, huile, pétrole...18. La moyenne des bénéfices d’une campagne de pêche oscille entre 250000 et 300000 F CFA par pêcheur. En cas de mévente, ils remettent leurs prises à des commerçants bornouans de Guirvidig qui les stockent et les écouleront ultérieurement, notamment auprès de commerçants de Maroua. Quelques-uns ont entrepris, depuis 1985, de stocker leur production et d’aller eux-mêmes l’écouler, en plusieurs voyages, à Maroua et à Garoua.

51Une partie d’entre eux expriment le désir de reconstituer leurs troupeaux grâce à l’argent de la pêche et de retourner chez eux. Les postes de dépense montrent alors qu’un tiers du revenu thésaurisé est dans le but d’acheter des bovins, un tiers allant dans l’habillement et un tiers dans l’équipement de la case et l’alimentation. D’autres sont tentés par le commerce, mais tous jugent la situation présente comme transitoire. Dans le même campement, cinq Bornouans, originaires des régions de Banki et Gambaru au Nigeria, résident depuis peu à Guirvidig, où ils cultivent durant la saison des pluies. Ils pratiquent la même technique de pêche, mais à pied et sans pirogue, et ils conditionnent le poisson de la même façon. Sept Musgum, d’origines diverses (Kelew, Mala et Kalang) pratiquent le zagazaga d’un bundur (haut de 5 coudées et une maille de 4 doigts) et chacun immerge quelques lignes. Ils fournissent le poisson frais aux différentes « gargotes » de Maga ou le vendent sur la digue. Leur surplus est séché et commercialisé à Guirvidig.

52Auprès d’eux, une équipe de six Maliens (2 Bozo, 2 Dogon et 2 Bambara) fournissent aussi du poisson frais à Maga. S’ils possèdent des zagazaga et des lignes dormantes, ils pêchent aussi avec des sortes de nasses de filet, montées sur des arceaux flexibles, semi-hémisphériques ou plus vastes et semi-cylindriques, avec une ouverture au sommet pour atteindre le poisson. Ces nasses (apparentées au durankoro du Niger) aux multiples entrées sont posées au fond. Appâtées avec des boules de son de riz grillées, elles visent la capture de poissons fouisseurs. Ces nasses sont très légèrement émergées afin que les Clarias puissent respirer avant de redescendre sur le fond.

53Le campement de Kéléo, à l’extrême sud du lac, offre un aspect plus précaire : de simples sekkos entourent des auvents et sont distribués sans ordre, de même que les fours (19) et les claies de séchage (5) qui les accompagnent. Le chef de campement est ici un Mambay de Katiao, accompagné de ses deux frères. Ils ont quitté le mayo Kebbi pour pêcher sur le Logone, à Tsébé. En 1980, ils vinrent sur le lac de Maga et ils habitent maintenant à Kaykay-Bourkoumandji. Auprès d’eux viennent pêcher des Musgum (11 de Lougoy et 1 de Kalang) et 18 Masa Walya, issus de Tsébé. Les premiers s’installent à Kéléo en janvier.

54Tous pratiquent une technique unique, celle de l’épervier. Le kadra est pratiquement absent. Cette partie de la retenue est très basse et parcourue par de nombreux troupeaux qui empêchent la pose des lignes. De plus, la brousse ennoyée a laissé ici une densité de souches trop grande pour que l’on puisse y déployer les zagazaga. Le birgi oblige le pêcheur à disposer d’une pirogue et à avoir recours au service d’un manœuvre qui la dirige. Les pirogues sont en majorité louées car les pêcheurs sont jeunes. 13 éperviers de maille à 2 doigts, 7 à 3 doigts et 2 à 1 doigt, ont été recensés. Le poisson produit est traité en banda entier et, secondairement, en poisson séché. Le tout est acheminé à Kaykay-Bourkoumandji, à chaque marché, parfois jusqu’à Maga, par une piste accessible du campement. La prise hebdomadaire d’une équipe est de 3 cartons de banda et l’équivalent d’une cuvette de poissons secs en vrac. Ce campement est le seul de ce style sur la retenue, hormis quelques points de pêche sur le même bief, à Kéléo-Valla et à Bizigui. Toutefois, de Maga et Manaka, une dizaine d’équipes de pêcheurs à l’épervier viennent travailler à l’entrée du rentrant de Kéléo, en face de Bazawa-Kéléo.

55Excepté le noyau central, composé de Mambay et de Musgum, les Masa se présentent comme un élément de population « flottante ». Certains viennent pêcher pendant deux à trois semaines seulement, louant pirogue et épervier, si bien qu’au cours d’une campagne de pêche, il passe à Kéléo de 50 à 70 jeunes pêcheurs, toujours issus de Tsébé. Ce campement se caractérise par une moyenne d’âge très basse, 25 ans. Sur 33 pêcheurs, 7 seulement sont accompagnés d’une femme, c’est un campement de jeunes célibataires.

  • 19 Formées de deux claies qui décrivent une enceinte ovale de 40 x 80 cm en ménageant aux deux extrém (...)
  • 20 À Gamak-II, six sont quasi exclusivement commerçants en poissons.

56Le campement de Gamak-II, au bord du Vrek, derrière la digue, est un des plus pérennes. La plupart des 31 pêcheurs ne s’y sont installés que depuis 1984, mais il est occupé alternativement tout au long de l’année. Des Kotoko, 15 de Ngodeni, 9 de Zina, 6 de Garlé et 1 d’Hinalé, vivent là avec femmes et enfants. La moyenne d’âge des chefs de famille est de 38 ans. La structure du campement répond à celle des villages kotoko qui, dans bien des cas, sont privés de leurs éléments jeunes, partis en ville. Ils sont attributaires d’un ou deux piquets de riz sur les casiers de Maga, mais continuent toutefois à retourner chez eux pendant la saison des pluies pour y cultiver des parcelles de sorgho rouge et pêcher. Les Kotoko disposent, entre leurs activités piscicoles dans les yayrés et celles sur le lac de Maga, du matériel de pêche le plus complet. Tous possèdent plusieurs zagazaga de dimensions diverses, d’un petit taro de quelques bundur, d’éperviers, de lignes dormantes et même de nasses. Tous utilisent également le magrabata, trident barbelé, et le harpon à une pointe de section quadrangulaire, dont deux arêtes sont barbelées (callala en kotoko de Zina et msagwi en kotoko de Logone). Dans les yayrés, ils ont recours aux techniques traditionnelles, comme les enceintes de capture mumen, faites en tiges de Chloris robusta cultivées19. Ils pratiquent également la pêche au petit sakama sur pirogue. Cette surabondance de matériel leur permet également de pratiquer la location, de même que de celle de leurs nombreuses pirogues. Ils pêchent toutefois et commercialisent du poisson frais et des petits poissons secs (brebre)20. En 1988, le village kotoko de la digue disparaît, entérinant non pas un relâchement des activités de pêche, mais la rareté de pêcheurs étrangers à la région à qui ils prêtaient le matériel et dont ils commercialisaient le poisson.

Les campements en semis des pêcheurs de zagazaga

57La majeure partie des pêcheurs, plus de 57 %, sont des Musgum, dont la technique de pêche repose sur les zagazaga et qui, secondairement, peuvent immerger une ou deux lignes non appâtées.

  • 21 La communication entre la retenue proprement dite et le Guerléo est malaisée. La longue barcasse d (...)

58L’extrémité du Guerléo qui s’enfonce dans la retenue21 est ainsi colonisée sur les fins bourrelets de berge des deux rives par des familles musgum espacées parfois de quelques mètres seulement. Des campements de taro s’intercalent quelquefois entre elles.

59Sur cette portion ultime du Guerléo, appelée Woulouki, on relevait 17 familles musgum de Mourla, 2 de Tokélé, puis 7 de Lougoy, mais ce sont les Mpasay (26 familles), qui dominent. Avec une colonie de Bege, de 16 familles, qui occupe son propre bief, se sont établies trois « têtes de taro » avec leurs équipes de manœuvres.

60Les pêcheurs de Pouss et de Mourla ont, pour 23 d’entre eux, inclus la retenue dans leur circuit de pêche depuis les années 1980-1981. En décembre et janvier, ils descendent le Logone jusque vers Mazera et plus précisément sur un défluent, le Wadday, pour y pratiquer une pêche de décrue. Délaissant les campagnes d’étiage sur le Logone, ils se rabattent sur la retenue depuis début mars jusqu’au mois de juin. Leur matériel est des plus courants, basé sur les zagazaga d’un bundur sur 4 à 5 coudées de hauteur avec des mailles de 2 à 4 doigts, plus rarement 3 à 5. On remarque peu de kadra, moins d’une ligne par pêcheur en moyenne et, en revanche, un épervier pour trois pêcheurs. Ce matériel peut servir à des équipes de « visiteurs ». Le poisson frais est apporté sur la digue ou sur leur point de vente le long de la route Pouss/Yagoua qui longe le Logone. Quant au poisson séché, il est commercialisé tous les quinze jours ou toutes les trois semaines au marché de Pouss.

  • 22 La situation est précaire, en particulier au niveau de l’alimentation en eau. On ne peut creuser d (...)

61Plus représentative de la pêche sur la retenue est la dispersion de familles musgum sur un bief de pêche, parsemé d’herbiers et de termitières, dans le site de Pitimiyé. Les termitières sont presque systématiquement utilisées pour dresser une moustiquaire, dérouler une natte et construire un foyer de fortune22. Les claies de séchage prennent appui sur la termitière et débordent même souvent sur l’eau par manque de place. De plus les campements sont mobiles et suivent le retrait des eaux. 63 familles musgum se mêlent ici, dominées par les Musgum Kelew, dont c’était un ancien village, parmi eux vivent également 4 Bornouans. Ils pêchent aux zagazaga les plus divers et possèdent aussi quelques lignes dormantes. Tous se plaignent des maux les plus dénoncés sur la retenue : vol des lignes et surtout des filets, qui oblige parfois à passer la nuit dans les pirogues, la ralingue attachée au pied.

62Le poisson est le plus souvent séché, mais quelques-uns pratiquent le banda, qui est commercialisé une fois par mois, à Guirvidig.

Les équipes mobiles de taro

63Les sennes de rivage sont entre les mains de véritables entrepreneurs de pêche, qui, sur le lac peuvent disposer de deux à trois unités. Ce matériel exige un certain investissement, non seulement pour le filet lui-même, mais pour les embarcations, en particulier une grosse pirogue pour conduire à pied d’œuvre l’équipe de pêcheurs. Le chef d’équipe, appelé la « tête de taro », contrôle le déroulement des opérations et l’écoulement du produit de la pêche, le patron effectuant des visites brèves, mais fréquentes. Le choix de l’équipe, ou de son noyau, est souvent ethnique, son origine étant le village du patron.

  • 23 Auprès d’eux, un petit noyau de Musgum qui sont établis le reste de l’année à Logone-Birni.

64Les pêcheurs tchadiens Ngambay occupent plusieurs petits campements en arrière de la digue, à l’est de Pont-Deux. Ils disposent de simples sekkos en cônes renversés et montent leurs moustiquaires en plein vent. On recense 66 pêcheurs dans les campements de Djoumgolo-I et-II et Malka-Ngambay23, et, sur la digue même, 37 pêcheurs. Ces campements sont étonnamment homogènes. Ce sont tous des Ngambay de la région de Bébédja (Tchad) et plus précisément du village de Mborey. Tous résident au quartier Jambalbar de Bongor. Ceux sur la digue viennent de Bénoye, toujours en pays ngambay, et vivent au quartier Chagoua de N’Djamena. Il s’agit uniquement de pêcheurs professionnels, qui n’ont pas d’autres activités et ne touchent pas la terre.

65Les premiers arrivent en février, mais la plupart s’installent sur la retenue à la fin mars. Ils ont à leur disposition 18 taro, généralement de taille réduite ou moyenne, plus de la moitié ont 100 m ou moins, une hauteur de 3 m et des mailles de 3 doigts. Ils commercialisent exclusivement du poisson frais et passent une sorte de contrat avec cinq à six commerçants de Maroua qui emportent la marchandise dans des glacières, ainsi qu’avec des femmes de Maga, plus rarement de Pouss.

  • 24 À côté des équipes de taro, on recense 27 pêcheurs de zagazaga, 8 à l’épervier et quelques-uns au (...)

66Au nord de Bourkoumandji, sur le Guerléo, le village de Lougoy-Maswan est la base arrière des pêcheurs au taro qui opèrent le long du Guerléo. Une vingtaine de « têtes de taro » y résident en permanence, ce qui représente avec une moyenne de dix manœuvres par taro, un campement de 200 pêcheurs, quelques-uns restant à Bourkoumandji24. Le vendredi, les taro des musulmans sont déroulés à travers le village pour être réparés, le dimanche ce sera le tour de ceux des chrétiens. Hormis les quatre patrons de taro qui habitent à Bourkoumandji, dont une famille peule et trois Hausa originaires de Garoua, la majorité d’entre eux sont des Masa de Yagoua (Tsébé).

67Les taro des Bege (au nombre de 5) qui opèrent sur le Guerléo sont issus de Djafga et Doreissou, les autres de Pouss. Tous campent sur les rives du Guerléo, dans les régions de Bourmi-Woulouki, si bien que 25 à 30 taro sont continuellement en fonction entre Bourkoumandji et Woulouki durant les gros mois de pêche. Les pêcheurs de taro tendent, pour les rentabiliser, à pêcher presque toute l’année, si bien que la plupart des taro évoluent le reste de l’année sur le Logone entre Yagoua et Bongor, excepté trois qui opèrent sur le lac de Fianga avant de revenir à Maga. Leur clientèle de femmes les suivront jusque sur le Guerléo, dans les portions accessibles par la piste, au nord de Lougoy-Maswan. Elles louent de petits camions et viennent acheter leurs cuvettes de poissons. De nombreux conflits ont été enregistrés entre les équipes de taro, très mobiles, et les « pêcheurs saisonniers » sur « leur » bief (Bromley, 1987). Les différentes propositions de faire pêcher les premiers le jour et les seconds la nuit n’ont naturellement pas abouti, pas plus que les recommandations pour les taro de n’opérer que vers la digue et le Guerléo avec interdiction d’accès aux herbiers-frayères. Seuls les pêcheurs étrangers, ngambay, s’y soumettent, mais les équipes de taro appartenant aux notables et personnalités politiques locales n’en tiennent pas compte.

Comparaison entre les campagnes 1985 et 1986

  • 25 Toutefois, les campements ne sont pas encore vraiment stabilisés. Certains, visités en 1984-1985, (...)

68L’année 1985 a été caractérisée par un gonflement des effectifs de pêcheurs dans les différents campements25. Les effectifs de Yabay ont été quadruplés par rapport à 1986. Ceux de l’île de Hoff ont été multipliés par 6, ceux de Guizi par deux. Pour le chapelet de campements le long de la digue, Djoumgolo-I et-II, Manaka, Pont-Deux, Gamak-II... on constate la même inflation.

69Toutefois, ce furent surtout les campements en semis dans les herbiers, Manaka-Kéléo, Gadjara, Pitimiyé... qui virent leurs effectifs s’accroître le plus. Quant au Guerléo, l’actuelle densité de campements de l’embouchure remontait jusqu’au sud de Bourmi.

  • 26 En arrière de Hoff, derrière la digue, 38 familles kotoko des régions de Holom et Mazera campaient (...)

70La composition des campements a également changé de 1985 à 1986. L’île de Hoff, par exemple, n’accueille plus de Kotoko en 1986, alors qu’elle comptait l’année précédente 90 familles, venues en grande partie de Holom26. En 1986, ce campement, composé de Musgum Mpasay ne fournit que du poisson frais, alors que l’année précédente, il produisait exclusivement du poisson sec. Les Ngambay sur la digue auraient été deux fois plus nombreux et certains groupes renommés de pêcheurs du Logone (Kim, Besme, Kabalay) sont absents en 1986. Les Masa de la rive droite du Logone, venus en nombre à Kéléo, sur le Guerléo, le long du chenal d’amenée d’eau de Djafga, sont peu représentés en 1986. Les Kotoko, comme les Arabes Showa, se sont recentrés sur quelques campements. Quant aux Bornouans, leurs effectifs ont fondu par rapport à l’année précédente. Or, ce sont eux qui défrayèrent le plus la chronique en 1985. Ils arrivent par vagues, en taxis-brousse, voire par camions entiers affrétés en même temps, sans autres équipements que quelques lignes de 500 ou 1000 hameçons, une natte et une moustiquaire. Ils s’installent dans les golfes de la retenue, pêchant à pied, sans pirogue. Très mobiles, insaisissables, accrochant leurs lignes aux souches, ils font fumer ou sécher leurs prises sur de minuscules termitières. Ils ont colonisé toute la rive occidentale.

TABLEAU VI. Espèces de poissons caractéristiques du lac de Maga (1986)

TABLEAU VI. Espèces de poissons caractéristiques du lac de Maga (1986)

À noter
Lates niloticus : captures en diminution ; Bagrus : captures en augmentation

71Il apparaît ainsi que la différence entre le chiffre avancé en 1986 et celui estimé en 1985 (pratiquement le double) serait essentiellement redevable à l’apport de pêcheurs étrangers à la région comprise dans le quadrilatère Pouss-Guirvidig-Bourkoumandji-Yagoua. L’exploitation du poisson fut non seulement plus intensive, mais les pourcentages des différents engins de pêche mis en action furent différents de ceux opérant pendant la campagne 1986 : surabondance de lignes dormantes et de taro... Il s’ensuivit une exploitation également différenciée du stock piscicole perceptible d’une année sur l’autre. Les fortes ponctions de 1985 ont eu des répercussions sur le niveau des prises de 1986. Un changement du contenu apparaît avec la quasi-absence d’Heterotis niloticus, la baisse des Tilapia et, en revanche, l’augmentation des Clarias et des Bagrus. En général, on constate l’absence de poissons de grosse taille et l’apparition d’individus de tailles subégales.

La commercialisation

72La commercialisation du poisson frais de la retenue de Maga est répartie sur toute la zone environnante. Toutefois, les marchés de la région jouent un rôle important : le mardi à Pouss, le mercredi à Kaykay, le vendredi à Doreissou, le samedi à Guirvidig et le dimanche à Maga. La vente subit les contraintes de l’offre et de la demande suivant les saisons. Un certain nombre de facteurs (pluviométrie, disponibilité du stock piscicole, qualité des espèces...) influencent les prix, qui peuvent doubler, voire tripler.

73La vente commence début octobre, date d’ouverture de la pêche, où les prises sont faibles du fait du niveau maximal des eaux de la retenue. La production se raréfie encore vers la mi-novembre avec l’apparition des premiers froids. Cette situation peut se prolonger jusqu’en mars. Pendant cette période, le poisson frais reste assez cher en dépit de la concurrence des productions de décrue. D’importants tonnages d’Alestes dentex, Brycinus nurse, Alestes barmose et de petits Mormyridae sont presque intégralement vendus séchés.

TABLEAU VII. Prix de vente du poisson séché au marché de Pouss en juillet 1985 (en F CFA)

TABLEAU VII. Prix de vente du poisson séché au marché de Pouss en juillet 1985 (en F CFA)

74La commercialisation, toujours anarchique, ne l’a jamais été autant qu’en 1985. À partir de décembre de cette année-là, les commerçants camerounais, tchadiens et nigérians se sont installés en grand nombre à Maga, Pouss et Guirvidig, visitant les campements sur toute la longueur de la digue. Les Nigérians achètent le poisson aux pêcheurs ou revendeurs à des prix élevés. Ils les font transformer sur place (Lates niloticus et Gymnarchus niloticus principalement) en banda pour les mettre au goût de leur clientèle. De véritables navettes de taxis chargés de colis de banda partent pour le Nigeria. Le prix du sac varie alors entre 100000 et 150000 F CFA.

75Certains Nigérians s’étaient spécialisés dans le poisson frais acheté sur la digue. Ils le conservaient dans de grandes glacières s’alimentant en glace à Maroua. Le poisson était ensuite vendu sur le marché de Maiduguri au Bornou, trois à quatre fois son prix d’achat.

76En année normale, le pêcheur vend son poisson à une ou plusieurs revendeuses. Parfois, c’est une personne de sa famille qui se charge de cette commercialisation. Les transactions se pratiquent sur la digue, dans les marchés. Le poisson est vendu à la pièce, au tas ou à la cuvette, selon la grosseur et les espèces.

77Certains commerçants de Maroua s’approvisionnent directement sur la digue, remplissent leurs sacs de jute, qu’ils chargent sur leur moto. Ce mode de transport se passe de la chaîne du froid. D’autres, toujours de Maroua, louent des camionnettes les jours de marché. Ils sont équipés de caisses ou de vieilles glacières contenant des barres de glace. Ils collectent le poisson au fur et à mesure de son arrivée sur le marché.

78Le prix d’achat moyen du kilo de poisson en 1985 (digue) était pour Lates niloticus : 400 F ; Tilapia : 350 F ; Bagrus : 300 F ; Gymnarchus : 400 F, Auchenoglanis : 350 F ; Heterotis : 300 F, petites espèces : 250 F.

79Le service des Pêches de SEMRY-II ont suivi la vente sur cinq marchés : Guirvidig, Maga, Pouss, Doreissou et Kaykay, de 1984 à 1987. Les marchés de Pouss et de Kaykay commercialisent chacun 50 tonnes. Guirvidig, sensiblement plus... On est loin des tonnages antérieurs, ceux des années 1960. La fin des grandes campagnes de pêche se situe, en effet, vers 1968-69, tous les riverains du Logone s’accordant sur cette date. Il convient de souligner que c’est la demande sans cesse croissante, le développement des transports, la vulgarisation des fibres synthétiques pour les filets maillants rendant les méthodes anciennes d’un rapport aléatoire, qui a provoqué l’effondrement des stocks piscicoles. Cet appauvrissement a commencé à se manifester bien avant les problèmes écologiques liés à la sécheresse que connut le système Chari-Logone dans les années 1972-73 et 1983-84.

  • 27 Ce point de vente, situé à la frontière du Tchad, fut interdit en avril 1986 par l’administration, (...)

80La fréquentation des marchés par les pêcheurs est régulière : une ou deux fois par semaine, plus rarement trois. Les quatre ouvrages de la digue d’où partent les canaux primaires alimentant les rizières, en particulier Pont-Deux, sont des points de vente quotidiens de poisson frais. Ils intéressent 14 % des pêcheurs auxquels s’ajoutent 12 %, plus occasionnels. Une partie des pêcheurs partagent la vente de leurs prises entre deux marchés, comme Pouss et Kaykay ou Pouss et la digue. Les pêcheurs de la rive orientale et de l’extrémité du Guerléo vont vendre leur poisson frais sur la digue ou à un point de vente (Blah) sur la route qui longe le Logone au sud de Pouss27. Leur stock de poisson sec est écoulé sur le marché même de Pouss

81Sur l’ensemble des pêcheurs 18,4 % fréquentent le marché de Kaykay ; 14,2 % celui de Guirvidig ; sur la digue, ils sont 14 % ; à Pouss : 12,5 % ; Maga : 8,7 % ; sur la route Yagoua à Pouss : 3,4 % ; Pouss + Kaykay : 7,6 % ; Guirvidig + Maga : 0,9 % ; la digue + Maga : 4 % ; Pouss + Maga : 0,4 % ; Pouss + Yagoua : 1,1 % ; Maga + Kaykay : 1,8 % ; Pouss + la digue : 7,9 %.

82Si l’on compare la fréquentation des différents marchés en 1986, le plus fréquenté est celui de Pouss suivi de ceux de Kaykay, puis de la digue (tous points de vente confondus), enfin ceux de Maga et de Guirvidig. Le faible nombre de pêcheurs sur le marché de Guirvidig est compensé par une assiduité plus forte. Les marchés de Guirvidig et de Kaykay, de même que les points de vente de la digue sont fréquentés par les pêcheurs les plus professionnels. Il n’existe pas nécessairement une corrélation entre fréquentation des marchés et tonnages piscicoles écoulés, car un certain nombre de campements se comportent comme des têtes de circuit, c’est-à-dire des points où s’effectuent les premiers achats par de petits commerçants bornouans, fulbe ou musgum, équipés d’engins à deux roues. Mais Pouss, Kaykay et Guirvidig restent les principaux lieux de concentration de la production.

  • 28 J. Blache et F. Miton (1962 : 37) : « Guirvidig (12-03 au 23-04) commercialisa 4078 tonnes de pois (...)

83Dans les années 1950, selon A. Stauch, le marché de Guirvidig « est le plus important centre fixe de transactions de poissons du Nord-Cameroun et les tonnages traités sont très élevés. Actuellement (décembre 1959), on y vend surtout les produits de la pêche de décrue (Tilapia, Alestes nurse) ainsi que des “salangas” (Brycinus dentex et Alestes baremose) qui sont restés stockés dans les cases kotoko depuis le mois de juillet. »28.

84En 1960, P. Couty (1962 : 218) décrit ainsi le marché de Guirvidig : « En décembre, le samedi, l’endroit offre un spectacle extraordinaire : contrairement à ce qui se passe ailleurs, le marché débute avant l’aube, la plupart des pêcheurs étant arrivés la nuit ou la veille au soir. Des feux sont allumés entre les tas de poisson car les nuits sont très fraîches à l’époque. Les acheteurs bornouans ou foulbé vont de groupe en groupe, agitant leurs paquets de billets de banque, examinant le poisson, marchandant interminablement... Il arrive que tout soit vendu avant 9 heures ; des porteurs mousgoum chargent les paniers sur une vingtaine de camions (dont certains feront le voyage Maroua-Guirvidig et retour deux fois dans la journée). Les propriétaires voyagent sur le sommet du chargement. »

85Guirvidig est, en effet, le plus important marché qui draine les yayrés et les biefs du Logone de Pouss à Logone-Birni et même Kousseri, en l’absence de route praticable toute l’année de Maroua à Kousseri. Musgum et Kotoko y acheminent leurs prises en pirogue, puis avec des ânes. Il s’agit principalement du vrac de décrue (gumsala), Brycinus nurse et d’un peu de salanga, de silures en paquets et de Tilapia dans des couffins de nattes, avec une moyenne de 20 à 25 tonnes par marché (P. Couty, 1962 : 239). Ce grand centre est entièrement tourné vers Maroua et sa région, qui a un rôle de redistribution essentiel.

86Dans les années 1980, à la suite de sécheresses à répétition, les yayrés ne sont plus inondés ou très partiellement. Il faudra attendre 1989 et 1991 pour leur remise en eau. La production piscicole est au plus bas dans le bassin du Logone. Le rôle de Guirvidig s’est peu à peu réduit avec l’axe goudronné Mora-Kousseri qui capte la production des yayrés et du bas Logone. Avec l’établissement de la retenue de Maga à ses portes, Guirvidig n’a pas gardé le monopole de sa production. Elle s’est, au contraire, atomisée en de nombreux marchés pour le poisson frais — ce qui se conçoit — mais aussi pour le poisson séché et le banda. L’amélioration du réseau de communication dans les années 1970 est un atout pour le commerce du poisson, ainsi que la généralisation de l’utilisation de glacières, à partir de 1980-82. La fluidité des transports impose moins de gros points de concentration pour les colis de poissons. La nature des produits varie, les poissons frais vendus chers sont plus abondants. Sur certains marchés, à Pouss, à Kaykay en février et mars, le frais l’emporte sur les autres catégories. La raréfaction du salanga stricto sensu, envisagée comme un phénomène conjoncturel, se prolonge d’année en année. Enfin le poids du voisin, le Nigeria, et de ses habitudes alimentaires, pousse à produire du banda, inconnu auparavant sur les rives du Logone. Sa production dépasse celle des deux autres produits, frais et sec, à Kaykay (Bromley, 1987) et Guirvidig, pour les mois d’avril et mai. Guirvidig, devenu un marché comme les autres au niveau de la commercialisation du poisson, présente à certains moments de l’année, une orientation plus marquée vers le Nigeria.

  • 29 La Mission d’étude piscicole du barrage de Maga admettait provisoirement « un potentiel de 1500 to (...)

87Un quart seulement de la production de la retenue de Maga, estimée à 1500 t par an29, transiterait par les cinq principaux marchés de la région : Kaykay, Pouss, Guirvidig, Maga et celui de la digue. Un tiers est autoconsommé, le reste passe par l’infinité des points de vente secondaires et des campements eux-mêmes. Toutefois, la région reste encore tournée vers le grand marché de Maroua, qui commande toujours l’ensemble de la distribution régionale.

88La pêche sur le lac de Maga engendre un véritable genre de vie, les pêcheurs viennent en famille faire des cures de poisson. Les jeunes gens se retrouvent par classes d’âge pour boire le thé, jouer aux cartes dans les moments creux... Certaines familles bege ont même à leurs côtés leurs troupeaux... Pour ceux qui se consacrent intensivement à cette activité, pêcheurs de kadra à investissement minimum et qui produisent du banda, très valorisé, ou entrepreneurs de pêche comme les propriétaires de taro, la pêche prend une importance tout autre et ses revenus ne sont pas négligeables. Nous sommes bien ici, pour reprendre le mot de P. couty, dans ces « économies intermédiaires », entre le monde traditionnel et des activités fortement monétarisées.

89Toutefois, le chiffre jugé optimal, — deux pêcheurs au km2 — pour toute retenue d’eau, a été doublé en ce qui concerne le lac de Maga, compte tenu de la richesse en phyto et zooplancton, de l’existence de nombreux herbiers pérennes qui conditionnent un renouvellement rapide des populations piscicoles. Il s’ensuit, selon le service des Pêches, que 800 pêcheurs serait le chiffre souhaitable pour le potentiel de pêche estimé à 1500 tonnes par an, dont la moitié serait transformée. Le nombre de pêcheurs, de 1600 à 1650 en 1986, considérée comme une année de faible activité, serait le double de la population optimale de pêcheurs sur la retenue. Ce constat devrait amener les autorités à concevoir une réglementation d’accès au lac plus restrictive.

90En 1996, dix ans après l’enquête, le laxisme de la réglementation et les abus de pêche ont fait définitivement plafonner les prises. Le poisson n’a pas le temps de se développer et les Lates, en particulier, restent toujours de petites tailles. Le lac est musgum, réservé aux villages originels qui existaient avant la retenue, et les colonies de pêcheurs tchadiens sont de plus en plus marginales. Après une coopération française en matière de piscicole dans le cadre de SEMRY-II, puis japonaise, qui a monté à Maga une base de réparation de bateaux et des unités frigorifiques jamais vraiment utilisées… le lac ne fait l’objet d’aucun projet.

91Grâce au retour d’une pluviométrie favorable, les yayrés ont été largement inondés en 1994 et même en 1995, ce qui relativise l’action négative prêtée à la retenue quant à leur alimentation en eau et relance leur intérêt pour la pêche. En revanche, le lac de Maga n’étant pas entré dans une gestion plus rationnelle de ses stocks ichtyologiques, son avenir reste incertain d’autant qu’il est avant tout lié à la riziculture et que la Semry connaît en 1996 les insolubles problèmes de ce que l’on peut appeler une « énième » restructuration.

TABLEAU VIII. Tableau récapitulatif des espèces de poissons pesées sur le marché de Kaykay-Bourkoumandji en 1986 (en kilo, 1 pesée par semaine)

TABLEAU VIII. Tableau récapitulatif des espèces de poissons pesées sur le marché de Kaykay-Bourkoumandji en 1986 (en kilo, 1 pesée par semaine)

* Mois de fermeture de la pêche.
Source : service des Pêches, SEMRY-II

Bibliographie

Indications bibliographiques

Benech (V.), Franc (J.), 1975 — Résultats d’ensemble des pêches à la senne de rivage de 1966 à 1974. N’Djamena, Orstom, 4 p. multigr.

Blache (J.), Miton (F.), 1962 — Première contribution à la connaissance de la pêche dans le bassin hydrographique Logone-Chari-lac Tchad. Paris, Orstom, Mémoire n° 4, 143 p.

Blache (J.), 1964 — Les poissons du bassin du Tchad et du bassin adjacent du Mayo Kebbi. Paris, Orstom, Mémoire n° 4, 483 p.

Bouquet (C.), 1976 — La pêche dans le bief inférieur du Chari (Tchad, Cameroun). Cahiers d’Outre-Mer n° 116 : 386-405.

Bromley (W.), 1987 — Rapport trimestriel, fév.-avril 1987. Volontaire du Corps de la Paix Américain, 4 p.

Brunet-Jailly (J.), 1981 — L’introduction de la riziculture irriguée en pays musgum. Rev. de Géogr. du Cameroun, vol II, n° 2 : 71-96.

Campbell (D.), Reddoch (M. A.), 1988 — Census of fishermen on lake Maga. Peace Corps Volunteers. Délégation Provinciale Minepia, 18 p.

Cornec (N.), 1991 — Marché et micro-commerce en Afrique. Le marché de Pouss - Nord-Cameroun. DEA anthropologie sociale, Paris-V, 63 p. + annexes.

Couty (P.), 1962 — Le commerce du poisson dans le Nord-Cameroun, Yaoundé, Ircam, 247 p.

Durand (J. R.) et Lévêque (C.), 1981 — Flore et faune aquatique de l’Afrique sahélo-soudanienne. Paris, Orstom, IDT 45, 484 p.

Guillard (J.), 1955 — Études et travaux sur la pêche dans le Bassin Camerounais du Logone. Garoua, Archiv. de l’Inspection forestière du Nord, dactyl.

Loubens (G.), Franc (J.), 1972 — Étude méthodologique pour la récolte de statistiques de pêche basée sur l’observation des pêcheries d’un bief du delta du Chari. Fort-Lamy, Orstom, 44 p. multigr.

Mahamat Paba Sale, 1977 — La pêche à Kousseri. Univ. de Yaoundé, Cahiers du Département de Géographie n° 1 : 1-6.

Mission d’étude piscicole du barrage de Maga, nov. 1981 — Yagoua, Semry, 11 p.

Monod (T.), 1928 — L’industrie des pêches au Cameroun. Paris, Soc. d’Ét. Géogr. Marit. et Colon., 504 p. : 272-347.

Poe (G.), 1985 — The single species-single gear bio-economic model : applications to management and development proposals for the fishery at lake Maga, Pouss. 21 p. multigr..

Rapports sur le déroulement des campagnes de pêche, 1962, 67-68, 68-69. Kousseri, Archives de la Socopeli.

Raugel (B.), 1987 — Rapport d’activité 86. Semry, Doc. 87-545, service Pêche Semry Maga, 36 p.

Situation de la pêche Bassin Logone-Chari, 1957 — BDPA, t. I, 199 p. ; t. II, 148 p.

Stauch (A.), 1960 a — La pêche au tarou. Garoua, service des Eaux et Forêts, 12 p. multigr..

Stauch (A.), 1960 b — Évolution et extension du commerce du « salanga ». Garoua, service des Eaux et Forêts, 9 p. multigr..

Stauch (A.), 1960 c — Redevances coutumières et industries de la pêche dans le Nord-Cameroun. Garoua, service des Eaux et Forêts, 15 p. multigr..

Stauch (A.), 1960 d — Développement et évolution de la pêche dans le bassin tchadien. Garoua, service des Eaux et Forêts, 4 p. multigr.

Stauch (A.), 1961 — Essais de classification des engins de pêche utilisés dans les bassins tchadien et de la Bénoué. Garoua, service des Eaux et Forêts, 14 p. multigr.

Welcomme (R. L.), 1975 — L’écologie des pêches dans les plaines inondables africaines. CPCA 3, 51 p.

Zee (E., Van der) 1988 — Les pêcheurs kotoko dans les yaérés au nord du Cameroun. Série Environnement et développement au Nord-Cameroun, 24 p. (+ annexes).

Notes

1 Nous renvoyons aux cartes et commentaires concernant la riziculture.

2 La flore du lac n’est pas encore stabilisée. Sa création est trop récente. Elle devient toutefois plus complexe, on voit même apparaître sur la rive occidentale certaines variétés caractéristiques du lac Tchad comme mirta (Typhaaustralis) et quelques Aeschynomene elaphroxylon.

3 Grâce aux bateaux à moteur fabriqués par B. Raugel et avec l’aimable autorisation du directeur de la Semry.

4 Nous avons comptabilisé comme campements de pêche de petits établissements quasi pérennes, qui sont en arrière de la digue : les campements de Pont-Deux, occupé par des Musgum Mpasay, et celui de Gamak-II, peuplé de Kotoko.

5 N’a pas non plus été pris en compte le campement sur l’île du Logone entre Katoa et Pouss, où stationnaient 21 familles musgum, kabalay et ngambay, qui pêchaient également sur la retenue.

6 Dans les plus anciens projets de la région (1958, les casiers rizicoles A, puis B, au nord de Bongor), les Masa furent continuellement accusés de sabotage parce qu’ils posaient des engins de pêches dans les canaux en travers des digues. À Satégui-Déressia, au Tchad toujours, en 1976, des groupes de pêcheurs s’étaient violemment affrontés lors de la mise en eau du principal conduit. Ils installèrent même des engins de pêche qui menaçaient de dégrader les ouvrages.

7 A. N’diaye, du service Animation de SEMRY-II, dans une Note sur la transmigration du début à ce jour, (1981), fait la proposition de « sillonner [le lac] avec des embarcations rapides à moteur pour confisquer les filets des pêcheurs qui pêchent en dehors des périodes autorisées et de doter les riziculteurs de cartes leur permettant de pêcher lorsqu’ils ont terminé les travaux culturaux (...). Pour cela, en période de culture, surveiller constamment le lac et confisquer définitivement les filets des contrevenants, sans quoi, nous risquons de perdre le peu de riziculteurs qui sont déjà fixés, pour la bonne raison que les ressources de pêche sont immédiates et plus importantes que celles de la riziculture. »

8 610 en 1988, selon D. Campbell et M. A. Reddoch.

9 La même année (1985), les enquêtes de M. N’diaye sur tout le périmètre rizicole de SEMRY-II donnaient le chiffre de 465 pêcheurs sur le lac (les pêcheurs occasionnels restant dans les villages et ceux campant sur la retenue n’étant pas différenciés).

10 Il ne s’agit plus de litres d’huile de poisson qui, sur le Logone, était jusque vers 1968, la taxe la plus communément réclamée aux pêcheurs étrangers.

11 1 bundur = 100 yards = 91,4 m ; 1 coudée = 1/2 yard ; 1 doigt = 10 mm.

12 On en dénombrait une dizaine en février et 46 en août dans la même zone.

13 D. Campbell et M. A. Reddoch (1988) signalent 604 pêcheurs au gill net.

14 Les hameçons sont généralement compris entre les numéros 10 et 14.

15 Les lignes appâtées de 250 gros hameçons sont en nombre négligeable.

16 Une propagande anti-épervier émanant du service des Pêches induit une vraisemblable sous-estimation des éperviers dans les réponses.

17 Doulam est du même type que Guizi, formé d’une vingtaine d’Arabes Showa, issus des régions d’Afadé et de Logone-Birni. Venus dans les mêmes conditions que ceux de Guizi, à la suite de la perte de leur bétail en 1979, ils pêchent et apprêtent le poisson comme à Guizi.

18 Ce qui correspond à l’estimation de B. Raugel (1987), 1 poisson sur 3 pêchés dans le lac étant soit autoconsommé, soit vendu pour permettre des achats alimentaires.

19 Formées de deux claies qui décrivent une enceinte ovale de 40 x 80 cm en ménageant aux deux extrémités une ouverture en renfoncement, ces numen sont appâtées avec de la farine de mil. Elles étaient auparavant leur « bétail », autrement dit elles leur procuraient le plus de poisson, le plus de richesse. Les enceintes ma, dans les chenaux de retour des eaux, sont encore bien utilisées en période d’inondation.

20 À Gamak-II, six sont quasi exclusivement commerçants en poissons.

21 La communication entre la retenue proprement dite et le Guerléo est malaisée. La longue barcasse de contreplaqué équipée d’un moteur, qui assure la liaison de la digue à Bourkoumandji, doit généralement cesser ses activités dès le mois d’avril.

22 La situation est précaire, en particulier au niveau de l’alimentation en eau. On ne peut creuser de petits puits comme dans les autres campements. Là, dans le cas de vastes termitières, les horizons alcalinisés donnent une eau saumâtre.

23 Auprès d’eux, un petit noyau de Musgum qui sont établis le reste de l’année à Logone-Birni.

24 À côté des équipes de taro, on recense 27 pêcheurs de zagazaga, 8 à l’épervier et quelques-uns au kadra. Tous sont musgum.

25 Toutefois, les campements ne sont pas encore vraiment stabilisés. Certains, visités en 1984-1985, étaient vides en 1986. Le campement de Yabay (ou Yabay-Bourmi) ne date que de 1984. En 1986, pour la première fois, un campement musgum s’installe sur une pointe dans le prolongement du Guerléo, en face de l’île de Hoff, appelé Hoff-Bourmi.

26 En arrière de Hoff, derrière la digue, 38 familles kotoko des régions de Holom et Mazera campaient auprès d’une dizaine de familles musgum de Zina.

27 Ce point de vente, situé à la frontière du Tchad, fut interdit en avril 1986 par l’administration, pour refus de paiement des taxes administratives, sans doute sensiblement majorées.

28 J. Blache et F. Miton (1962 : 37) : « Guirvidig (12-03 au 23-04) commercialisa 4078 tonnes de poisson séché (79 % de Clariidaeet de Mormyridae). Kaykay-Bourkoumandji (16.03 au 27.04) commercialisa 767 tonnes de poisson séché (52 % de Clariidae et Mormyridae), 31 % d’Alestes). »

29 La Mission d’étude piscicole du barrage de Maga admettait provisoirement « un potentiel de 1500 tonnes de production, 300 à 400 tonnes représentant les espèces les plus intéressantes pourraient être traitées en poisson frais ».

Table des illustrations

Titre TABLEAU I. Âge des pêcheurs et dates d’installation sur les rives du lac
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/11584/img-1.jpg
Fichier image/, 63k
Titre TABLEAU II. Répartition ethnique des pêcheurs
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/11584/img-2.jpg
Fichier image/, 111k
Titre TABLEAU III. Nombre de pêcheurs par technique de pêche
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/11584/img-3.jpg
Fichier image/, 44k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/11584/img-4.jpg
Fichier image/, 1,1M
Titre TABLEAU IV. Taux d’utilisation du zagazaga en fonction de la hauteur (coudées) et des mailles (doigts)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/11584/img-5.jpg
Fichier image/, 53k
Titre TABLEAU VI. Espèces de poissons caractéristiques du lac de Maga (1986)
Légende À noterLates niloticus : captures en diminution ; Bagrus : captures en augmentation
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/11584/img-6.jpg
Fichier image/, 184k
Titre TABLEAU VII. Prix de vente du poisson séché au marché de Pouss en juillet 1985 (en F CFA)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/11584/img-7.jpg
Fichier image/, 73k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/11584/img-8.jpg
Fichier image/, 285k
Titre TABLEAU VIII. Tableau récapitulatif des espèces de poissons pesées sur le marché de Kaykay-Bourkoumandji en 1986 (en kilo, 1 pesée par semaine)
Légende * Mois de fermeture de la pêche.Source : service des Pêches, SEMRY-II
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/11584/img-9.jpg
Fichier image/, 169k

© IRD Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540