Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas de la province Extrême-Nord Cameroun

 | 
Christian Seignobos
, 
Olivier Iyébi-Mandjek

Élevage II. Les transhumances

Christian Seignobos

Texte intégral

1Les effectifs bovins de la province représentent 25 % de l’ensemble national. Toutefois, leur taux d’accroissement est devenu très faible et partout on assiste à une diminution des capacités d’intégration des pasteurs résidents ou transhumants dans des espaces de plus en plus occupés par les cultures.

2Une partie des éleveurs a néanmoins conservé des pratiques de transhumance grâce à des conditions exceptionnelles offertes par les yayrés, prairies d’inondation du Logone.

3Le bétail n’est jamais, à aucun moment de l’année – ou seulement pour de brèves périodes – en totalité sur les terroirs des éleveurs peuls du nord du Diamaré. Certains éléments du troupeau ne font qu’y transiter, alors que d’autres ne rallient plus « leur » village pendant plusieurs années.

4Ainsi, les cartes de transhumances du bétail constituent le contre-point indispensable de celles des charges. Elles reflètent les stratégies des éleveurs qui, selon les contraintes, stress climatique et insécurité, adaptent leurs parcours.

Les parcours limités des Arabes Showa

5Cet élevage concerne essentiellement le département du Logone-et-Chari où se trouvent 22 % de l’ensemble du bétail de la Province. Encore doit-il être augmenté des troupeaux des ressortissants de villages arabes Showa au nord des départements du Mayo-Sava, Mayo-Danay et même du Diamaré, où ils vivent auprès des Fulbe.

6On peut diviser ces éleveurs en deux ensembles : ceux de l’extrême nord regardent vers le lac Tchad et s’enfoncent dans les pâturages de décrue du lac, et les autres transhument sur les grands yayrés, la plaine d’inondation du Logone et, par là même, se répartissent à sa périphérie occidentale.

7Les troupeaux des Arabes Showa, quelles que soient leurs fractions : Dar Begli, Bani Asan, Khawalme, Bani Seit... opèrent, durant la saison sèche, le même type de mouvements.

8Les Arabes Showa disposent d’un village de saison des pluies, généralement sur un site ventilé. Le bétail reste dans les vastes cases, kuzi, une partie de la journée, pendant la saison des pluies, afin d’échapper aux mouches. Au début de la saison sèche, tout le village se déplace dans les yayrés ou sur les berges hautes du lac, pour fonder, avec d’autres établissements, un dor, campement temporaire. C’est un point d’eau pérenne qui fixe cet emplacement, généralement réoccupé année après année. Le village d’hivernage reste vide, à l’exception de quelques vieillards. Tout a été transporté dans le dor, excepté les infrastructures : jarres, table meulière, barattes, vaisselle, cantines, parfois même certaines plaques foyères. L’abri de paille du campement est un compromis entre la reconstitution du lit-vaisselier couvert et la tente de nattes des éleveurs sahéliens. Le canevas de disposition de ces unités est généralement celui de cercles concentriques ménageant des zéribas pour le bétail.

9L’éloignement de ces dor excède rarement une demi-journée de marche. Ceux qui s’obligent à des parcours plus longs viennent du Nigeria, non loin de la frontière, ou de l’intérieur des terres. Ils parcourent parfois 40 km pour aller soit se fixer à l’embouchure du Serbéwel pour ceux situés à l’ouest de son cours, soit dans la région de Nganatir pour ceux de l’est. Les éleveurs d’Afadé peuvent aussi parcourir 60 km pour se rendre sur leurs pâturages de Logone-Birni. Les parcours se résument alors sur la carte à une multitude de petites flèches.

10Depuis les sécheresses de 1903-1904 et de 1914, les Arabes Showa ont quitté les berges du Serbéwel et du Taf-Taf, qui n’étaient plus qu’épisodiquement en eau, pour se porter sur les pâturages du lac. Une grande partie d’entre eux sont passés d’un élevage de petit bétail à celui de bovins. Sur le lac, ils commencèrent également une mise en culture des zones de décrue avec un petit mil court (dukhun liji), des niébés et des cucurbitacées. Ils amorcèrent ainsi une « course » au lac qui entraîna une réorientation des chemins de parcours, ultérieurement réorganisés en 1941-1946. E. Conte et F. Hagenbucher (1977) signalent qu’à cette date, la baisse du lac, l’une parmi les plus importantes, correspondit à un bouleversement des réseaux de transhumance. Les Arabes à l’ouest du Serbéwel se tournèrent vers le lac et ses îles, dans la région de Tchouka et Koundjara. Ceux de l’est du Serbéwel accentuèrent leur occupation de la rive du lac, de Ngarkawa à Nganatir.

11Entre 1960 et 1963, les éleveurs à l’est du Serbéwel empruntaient un chemin de parcours (turbo) qui part de Woulki, passe à l’est d’Abou-Kous, Yik, l’ouest de Biang, Krenak, Madam-Dougourou, Abou-Dangala, Massaki. Le Taf-Taf était franchi à Tamraya (Nganatir). Le gros des troupeaux demeurait là et sur les rives proches du lac. Depuis 1975, ils s’avancent vers le delta du Chari, à l’ouest de Blangwa, à Kinzeyakou et Kwekaya.

12Les éleveurs des villages arabes, en arrière du Chari, délaissant les mares de l’intérieur, opèrent de petits parcours sur les pâturages du lit majeur du fleuve. Ceux de l’ouest du Serbéwel et du bas Serbéwel, depuis Atri et Amchilga, s’enfoncent vers le lac. Ils empruntent plusieurs turbo (appelé moukhal au Tchad selon Le Rouvreur, 1962) pour aboutir entre Hilé-Alifa et Tchouka ; d’autres vont à Koundjara (toujours sur « l’île » de Karéna).

13Les éleveurs de la région de Fotokol se déplacent à l’embouchure de l’El Beïd. Ils sont ici fortement concurrencés par les troupeaux venus du Nigeria qui se concentrent à Djaréna avant de se disperser jusqu’à Karmouna. Ils ne franchissent pas le Serbéwel. Les Arabes des villages et dor du Cameroun se plaignent régulièrement de vols au retour des troupeaux au Nigeria.

14Entre 1953 et 1955, les éleveurs au sud de Makari ne transhument plus sur le lac, la situation y devenant d’année en année plus délicate. En effet, le lac attire non seulement les éleveurs, mais aussi les cultivateurs, qui cumulent souvent les deux activités. À la suite des différents stress hydriques, l’agrosystème régional s’est profondément modifié.

15Après 1957, le petit mil de décrue est abandonné au profit de la culture du maïs de décrue. Mais, à partir de 1975, c’est surtout une spéculation plus payante, un niébé, cultivar à grain rouge, qui suscite un véritable engouement car parallèlement, la culture du muskuwaari devient de plus en plus aléatoire. Au fur et à mesure que l’eau se retire, on cultive les niébés, puis le gombo, le piment et le maïs. Il se pose dès lors de gros problèmes d’accès aux pâturages. Les conflits se multiplient à cause des parcours anarchiques du bétail et l’absence de protection des champs par manque d’épineux. Les tensions sont telles que les troupeaux de veaux ont aussi leurs bergers.

16Les grandes variations de niveau des eaux du lac font que les dor changent de site. Chaque village peut alors disposer de plusieurs points d’ancrage où l’on fait encore des cultures. Le village de Miliyé-Kabir, par exemple, envoyait son bétail pendant la saison sèche à Ngarkawa. L’eau cessant d’atteindre ce site, ils allèrent à partir de 1976 à Naga, tout en conservant l’ancien emplacement. Le village d’Alek allait depuis 1946 à Nganatir ; une trop grosse concentration de troupeaux les conduisit à Koundjara. Abou-Dangala et Ngamé transhumaient également à Nganatir ; depuis 1975, ils vont à Kinzeyakou. Les Arabes de Mafoulso faisaient pâturer leur bétail au nord de Hilé-Alifa ; maintenant leurs troupeaux vont à Tchouka...

17Sur les embouchures des différents cours d’eau, les dor se regroupent par dizaines, comme à Shelop au débouché du Taf-Taf, à Naga, Abassouni... La concentration la plus spectaculaire s’opère à l’embouchure du Serbéwel. Djaréna, fondé en 1972, rassemble douze ans plus tard les dor de vingt-deux villages, soit plus de 2200 personnes. Abankouri, sur l’autre rive (droite), rallie les dor de vingt-sept villages et, quelques kilomètres en aval, c’est Bargaram, formé d’une grappe de dor, de peuplement plus mêlé.

18Les charges de bovins dépassent pour la région les 100 têtes au km2. Aussi a-t-on tenté, après les épizooties de charbon (1985, 1988), des opérations de desserrement et de redistribution. Les dor se structurent et forment de véritables agglomérations de cases kuzi, avec moulins à maïs, commerces permanents, tailleurs... Depuis les années 1980, les dor en bordure du lac ont tendance à devenir le village principal. Les gens y demeurent sept à huit mois et partent à l’intérieur des terres rejoindre le village originel pour les premières pluies.

  • 1 T. Schrader (1986 : 24), expose la répartition des éleveurs en 1985 entre la réserve de Waza et le (...)

19Les sécheresses de 1969-1973 poussèrent les Arabes Showa à investir pour la première fois l’intérieur des yayrés. En 1975, ceux d’Afadé, mais aussi ceux du Nigeria arrivèrent massivement dans le nord du Mayo-Danay, à tel point que les éleveurs peuls firent pression sur les autorités préfectorales pour qu’ils soient refoulés. Mais cette pénétration allait se répéter et même s’accentuer après 1982-1983. Des contingents d’Afadé et du Nigeria descendent jusqu’à la limite de la réserve de Waza. Les Fulbe voient leur route vers Logone-Birni, barrée. En 1984-1985, les pâturages du lac étant saturés, on assiste au basculement vers le sud d’un certain nombre de troupeaux. Des Arabes Showa de Goulfey et du nord d’Afadé rejoignent alors les éleveurs de Kousseri, Houlouf... Ils prennent la direction de la Logomatya, en dépassant largement la distance habituelle village-dor. En 1985, la plus forte concentration est signalée à Ngodeni avec 29 campements, dont chacun dispose de 150 à 200 têtes de bétail, sans compter de nombreux petits ruminants1. Leurs comportements sur les yayrés ne sont pas tout à fait comparables à ceux des Fulbe. Ils n’effectuent pas les mêmes rotations sur les différents types de pâturages. Moins mobiles, ils restent sur place plus longtemps. Quand les Fulbe décrochent des yayrés à la fin du mois de mars ou début mai, eux restent non seulement après les regains issus des feux de brousse, mais aussi après les premières pluies au début du mois de juillet.

20Les Fulbe du Diamaré sont donc pris entre la réserve de Waza – leurs troupeaux s’en approchent de plus en plus malgré les prédateurs – et ces nouveaux venus, le Logone, devenu frontière à cause de l’insécurité qui régnait à cette époque au Tchad, et, enfin, depuis 1979, les périmètres rizicoles de Maga.

21Les éleveurs Showa à faible rayon d’action se sont montrés sensibles aux sécheresses. Beaucoup de villages ont perdu leurs troupeaux entre 1969 et 1973 et, en 1984, certains ont dû momentanément changer de genre de vie. Pour survivre, ils ont vendu du bois de chauffe, fait du petit commerce, cultivé des piquets de riz à Maga (SEMRY-II), sont devenus pêcheurs sur le bas Chari ou le lac de Maga...

22Cette pression qu’ils exercent sur les yayrés est nouvelle pour les Fulbe du Diamaré, dont c’était jusqu’au nord de Logone-Birni « le » pâturage. Maintenant, ils doivent composer avec ces nouveaux venus et répercuter leur pression en se tournant eux-mêmes vers le sud. De petits groupes arabes Showa, alliés aux Fulbe du Diamaré, les rejoignent même durant trois mois de la saison des pluies, dans la région de Mindif. Cette pression n’opère pas uniquement sur les yayrés, mais aussi dans le nord-ouest du Diamaré. Entre Soukoungo, Malam, Horkwa et Tchalouga, s’étend une zone où les troupeaux de la région du Mangafé, jusqu’à Petté et Madaka (Bogo), passent la saison des pluies. Depuis 1986, l’arrivée massive des troupeaux des Arabes Showa, Fulbe et même Bornouans de Banki, Bama et Kumse entraîne un surpâturage latent. En août 1991, on y enregistrait près de 20000 têtes de bétail.

Les parcours-types des éleveurs peuls (1986, 1990, 1995)

23Trois grands ensembles d’éleveurs peuls ont respectivement opté pour trois circuits de transhumance : un qui intéresse les yayrés, l’autre qui vise les pâturages méridionaux et le troisième, enfin, tourné vers les piémonts et les plateaux des monts Mandara.

24Nous avons retenu 1986, considéré comme une bonne année pour les éleveurs ; 1990, qui fut en revanche une année médiocre, et 1995, pour faire le point le plus récent.

La transhumance des yayrés

25La proximité des yayrés encouragea chez les Fulbe Ngara et Taara des régions de Petté, Fadaré, Balda et Bogo le maintien d’une vocation d’élevage. Ils entraînaient jadis avec eux, sur les mêmes chemins de bétail (burtol), l’ensemble des éleveurs du nord du Diamaré. Ensuite, ils furent rejoints dans les années 1960 par la majorité des éleveurs peuls de ce qui est devenu la province de l’Extrême-Nord. Actuellement le « noyau dur » de cette transhumance intéresse 80000 à 100000 têtes.

  • 2 Tokke (sing. tokkere) est un troupeau de 80 à 150 têtes, encore que les estimations varient. Un che (...)

26Nous donnerons l’exemple de Balda, demeuré fidèle à la transhumance sur les yayrés. Le départ se situe entre octobre et novembre, époque où s’opère le tri des troupeaux (senndugo), soit dans le village même, soit sur la zone de stationnement de saison des pluies. Le départ de Balda, comme du reste dans l’ensemble du Diamaré, s’opère à l’amorce de la saison fraîche (dabbunde heccere), parfois même avant la récolte des sorghos rouges. Dès la « porte » des yayrés, qui varie selon les groupes d’éleveurs, ou peu après (pour Balda et Bogo, c’est Siwokou), le chef de transhumance, kaydal, fait une reconnaissance (daargol, de laargo : prospecter) à cheval des pâturages. Il relève les zones à hu’do marriho, les plus nutritives. À son retour, il donne des consignes aux chefs des bergers (ar’do waynaa’be) pour les prochains pacages. Le troupeau passe par Blama Motoko, la mare de Joldouga, puis il rejoint ceux de Bogo, Fadaré et Petté à Tchoffol-Gwa, dans les yayrés, vers l’exutoire du mayo Ranéo, où ils subissent un contrôle sanitaire. À partir de là, ils se dispersent en se subdivisant en quelques tokke2. Évitant le Vrek, à l’eau stagnante et aux herbes amères, ils se dirigent vers les régions de Mazera et Holoum, ou ils restent entre Zina et Sarassara, le long du mayo Siyokou qui peut s’assécher, à Tchoffol-Kodoki – toujours en eau – ou encore à Tchoffol-Mokak, plus précisément à Ngawni et Goubouda. Ils n’approchent pas Yayré-Zimado, aux zones touffues, gîtes à glossines.

27Les différents « cantons » peuls éleveurs se partagent les yayrés. Chacun possède ses sites de campement de prédilection, reconnus par les autres éleveurs. Ils se situent généralement près des points d’eau pérennes, mares ou diverticules de la Logomatya, au bord du Logone ou de son affluent-défluent, le Wadday.

  • 3 Les toponymes sont peuls et n’ont pas toujours pu être portés sur les cartes.

28Certains troupeaux de Balda peuvent transhumer avec ceux de Bogo. Bogo répartit ses troupeaux entre Maskalay, Mazera, Tchouvouna, Belel-Bara et Nyorgoyel. Les éleveurs de Petté sont à Tchoffol-Dawa’di, Bagadassa, Lougué-Gangang, Maskalay et Doulo. Ceux de Fadaré sont à Mazera et Nyorgoyel ; Tankirou à Mbela-Katambaadji, Tchoffol-Arra, Gawa ; Kahéo à Gwa, Gofa et Doulo ; Balaza à Lahay et Doulo ; Djoulgouf à Tchouvouna et Lahay ; Kolara à Marmay3.

29À la suite du retrait des eaux sur les yayrés, du sud vers le nord, les troupeaux s’y enfoncent, passant des graminées annuelles aux vivaces.

30Les bergers se dispersent à la tête de leur tokkere qui pâturent Sorghastrum trichopus et surtout Eriochloa fatmensis sur les zones de décrue. Ils cherchent les zones à burgu, Echinochloa stagnina jaunissant, pâturage le plus nutritif, car le bétail le broute rapidement, sans se déplacer. La fatigue est moindre dans ces prairies aquatiques qu’avec les repousses éparpillées. Pendant ce temps, les bergers mettent le feu aux yayrés, préparant les prochains pacages. Ils brûlent des sols encore humides pour favoriser la rapidité des repousses, et des sols surélevés plus secs pour étaler dans le temps les pâturages de regain (coo’bal). D’autres feux seront allumés pour atténuer la pression des mouches. Il est nécessaire d’assurer l’alimentation du bétail pendant trois mois et plus. Les troupeaux vivront sur les repousses d’Hyparrhenia rufa et de Vetiveria nigritana, « la véritable richesse des yayrés ». La pérennité de ces circuits de pâturage à partir des mêmes campements réoccupés chaque année faisait que les vieilles vaches pouvaient conduire le troupeau. Les bergers n’avaient pas à prendre en compte la dispersion des espèces les mieux appétées et les troupeaux étaient encadrés légèrement. Depuis 1995, l’insécurité dans les yayrés impose une garde rapprochée du bétail. Si la sécheresse réduit ces zones, on passera aux pâturages aériens, en bordure des yayrés, vers la réserve de Waza, ou alors les troupeaux pousseront vers les mares qui s’assèchent pour brouter les bases de na’d’dere (Oryza longistaminata).

31En 1986, les gens de Balda n’ont pas dépassé la latitude de Logone-Birni à cause des Arabes Showa encore trop nombreux cette année-là. La stratégie, jusqu’en février, est à la dispersion, car les points d’eau sont encore nombreux, et les Musgum, grands voleurs de bétail, sont occupés à la récolte du muskuwaari et au battage.

32Avant 1980, les troupeaux de Balda allaient encore jusqu’à Mogroum sur le Chari, partageant la proximité de campement avec les Fulbe de Malboum et les Fellata Am Arba (Fulbe résidents au Baguirmi)... Aujourd’hui, les passages au Tchad sont souvent le fait de kaydal qui, contre l’avis des propriétaires, franchissent le mayo Boori (le Logone). Toutefois, ils s’en éloignent peu. Les bergers dénoncent les tracasseries administratives à la frontière tchado-camerounaise. Les passeurs kotoko (jawmu joldude : maîtres de gué) exigent le paiement de 10000 F par tokkere (1993) et ce, même si leur aide n’est pas nécessaire pour le franchissement du fleuve. Le passage des troupeaux camerounais au Tchad serait estimé à 50000 têtes. Les services provinciaux de l’élevage indiquent qu’en 1995 les yayrés auraient accueilli 600000 bovins, 250000 venant du nord du Diamaré, 200000 de la partie méridionale (Mayo-Danay) et de l’ouest (Mayo-Sava), 50000 du Nigeria et 10000 du Tchad (Passole Dili Baba, 1995). Ces chiffres sont largement surestimés et 400000 têtes devraient être un maximum.

33La descente vers le sud, pour aller au-devant des pluies, s’amorce en avril-mai. Quand les vents changent et que l’on voit, au sud, le ciel se couvrir, les éleveurs surveillent les troupeaux et changent parfois l’organisation du campement. Au début de leur séjour sur les yayrés, la garde revient aux bergers qui occupent les bukkaaru (huttes de paille à arceaux de bois) au nord du corral, car les bêtes ont tendance à partir vers le nord et à s’enfoncer dans les yayrés. Le retrait des eaux s’amorce au mois de mars, du sud vers le nord. À la fin du séjour, ce sont ceux des bukkaaru du sud qui prennent le relais. Les bovins lèvent la tête vers le sud et les nuages. Ils se regroupent « pour former une seule vache » et ne paissent plus très bien. Les Fulbe désignent ce comportement par le terme de tijjago (regarder vers le haut). Cette période précède de peu la sortie des yayrés dite jaacaago (retour de transhumance). Toutefois, ce sera la prolifération des mouches précédant les pluies qui déclenchera le départ et non le manque d’herbe. Les troupeaux de Balda subissent comme beaucoup d’autres (Fadaré, Balaza, Bogo...) une nouvelle partition à Boko : les bêtes faibles, blessées rentreront au village ; d’autres, les plus jeunes, s’arrêteront en cours de route pour attendre les pluies. Les plus robustes descendront, parfois à marche forcée, vers le regain suscité par les premières pluies.

34Plusieurs burtol de descente s’offrent aux gens de Balda. La descente est aléatoire et, selon la répartition des pluies et la pression des insectes piqueurs, les parcours peuvent être rapidement modifiés. Ils peuvent passer par Pouss, Kalang – après avoir contourné le lac de Maga – Moulvouday, Viri ; ils font une pause à Tchoffol-Badi, à Gobo, puis poursuivent sur Ngoulmoun, Gounou-Gaya, Kolon, Kélo. Ils peuvent aussi emprunter le burtol qui passe par Baknay, Kolara, Guidiguis, Binder-Nayri, Pala. La rencontre avec les précédents peut s’opérer dans la région de Pont-Carol. L’abreuvement ne posant plus problème, la remontée se fait en ordre dispersé. Ils se regroupent en juillet vers Kolara, où ils passent les mois de saison des pluies, jusqu’en septembre.

35Les troupeaux remontent ensuite au fur et à mesure de l’avancement des récoltes de sorghos sous pluie, par Kolara, Djagaray, Korré, Sedek, Guingley, Guirvidig. À ce niveau, une partie rentre au village, les autres continuent directement sur les yayrés, fermant la boucle.

  • 4 Cureeji (sing. sureye) désigne les vaches gardées dans de vastes cases, enfumées une partie de la j (...)
  • 5 Hurum : réserve de pâturage de saison des pluies, vient de la racine kurum (sombre, sous-entendu ép (...)

36Pendant ce temps, au village, le cureeji4, grossi de toutes les bêtes fragilisées, des vaches gravides, des veaux de moins de huit mois, mais aussi des vaches lactantes, va être alimenté avec les résidus de récoltes. Pendant la saison des pluies, le cureeji aura aussi son hurum5, sa zone de parcours égouttée, sans mouches, sur un ‘yoolde, le cordon de dune, à Malinga et vers Papata qu’il partage avec les cureeji de Fadaré et de Petté... Sur les ‘yoolde, l’herbe pousse plus rapidement et les pâturages à Aristida funiculata et à andropogonées avec des légumineuses comme Zornia glochidiata présentent un intérêt pastoral certain.

37La majorité des éleveurs de Balda sont restés fidèles au grand circuit classique des yayrés. Pourtant, depuis quelques années, certains d’entre eux envoient leurs troupeaux rejoindre ceux de Balaza-Lamido, Malam-Pétel, Papata... sur les piémonts. Cette voie est empruntée par les éléments faibles du troupeau et la proportion de veaux est importante. Ils pâturent sur les piémonts de Tchéré, vers Mbozo, à Makalingay... Ils font une cure de fanes d’arachides et de niébés, et vivent sur les basses tiges de sorghos laissés sur les champs. Les bouviers passent des accords avec les cultivateurs haa’be et implantent leurs corrals (waalde), qu’ils changent deux fois pendant leur séjour, sur les champs. Ils restent ainsi pendant la saison fraîche sur les piémonts, car il fait moins froid que sur les yayrés, où les bêtes les plus solides les ont précédés. Ils ne quitteront les piémonts qu’après la récolte du muskuwaari pour profiter au passage des éteules du village. Là, ils seront triés à nouveau et ceux jugés aptes rejoindront les autres sur les yayrés à Badliwol, Massa, Maskalay, ou au Tchad, à Doulo-Yayré, Kasire-Ngoura, Tabaywo et Ngawni. Ils y resteront moins de cinquante jours et descendront avec les autres chercher les pluies, mais s’arrêteront à Kalfou, pour rejoindre à Horlong le troupeau qui remonte du Tchad, accomplissant vers le sud une boucle plus courte.

38Les éleveurs de Petté ont aussi cherché une zone de transhumance de substitution ou complémentaire à celle des yayrés. En 1985, devant la médiocrité des pâturages des yayrés et leur surpeuplement en éleveurs, ils envoyèrent un fort contingent de bêtes sur les monts Mandara, à la latitude de Ndoukoula, en pays daba. Avec ce changement de milieu, les troupeaux contractèrent des douves du foie (Faseida gigantica) et des amphistomes de la panse et enregistrèrent de nombreuses pertes. L’expérience ne fut pas jugée concluante. En revanche, Malam-Pétel, par exemple, tend à remplacer le circuit des yayrés à la fois par celui des piémonts et un mouvement directement orienté vers le sud.

39Ces exemples démontrent la souplesse générale du système. Le grand circuit, qui va en latitude du nord de Logone-Birni à Gagal au sud et opère en trois temps (séjour sur les yayrés, descentes dans le sud, stationnement pendant la saison des pluies entre Torok et Mindif) est modulable dans l’espace et dans le temps. Le nombre d’animaux qu’il intéresse est également fonction des années. Des délestages plus ou moins importants sont consentis en cours de route.

40Sur ce circuit s’en greffe un autre qui peut en cas de détérioration de la situation sur les yayrés ou au Tchad voir ses effectifs gonfler. Ces circuits secondaires intéressent les piémonts ou des pâturages de décrue méridionaux, du Logone ou du mayo Kebbi. On comprend dès lors la difficulté à vouloir quantifier les flux de transhumance et fixer leur parcours.

Les mouvements méridionaux

41Il a toujours existé des groupes de villages qui partageaient leurs troupeaux entre les yayrés et des pâturages méridionaux. Ceux des groupes les plus au sud, qui convoyaient leurs bêtes sur les yayrés, maintenaient aussi des burtol méridionaux. C’est le cas des villages de Kolara, Horlong, Sarman... qui envoyaient leurs troupeaux sur les yayrés par Manga, Golomba, Boko, Barkeyewol, Lahay, où se glissent, sur les burtol des gens de Bogo et de Balda, pour stationner près de la mare de Dugi et Yayré-Labane. Toutefois, une partie des éleveurs empruntaient également les burtol des gens de Kalfou, vers le sud.

42Ces transhumances méridionales peuvent se diviser en deux, celles qui vont sur les zones de déversement du moyen Logone et celles qui intéressent les rives du mayo Kebbi et des lacs de Tréné et Léré.

43En 1986, Kaya, Korré, Baknay, comme beaucoup d’autres villages, conservent leur bétail le plus longtemps possible auprès d’eux, sur les petits yayrés de Goumley et Baknay, avant de se rendre au Tchad, dans l’arrière-pays de Har, via Kalfou. Le gros du troupeau auquel vient s’ajouter le cheptel des villages de Kaday, Dambay... reprend la route du Tchad, plus ou moins abandonnée lors des trois années précédentes. Ils passent par Polgué, puis Houloum et Gounou-Gaya. Cette année-là, certaines familles partirent sur les piémonts des Mandara, via Moutouroua, et un quart du troupeau rejoignit à Guidiguis les burtol qui conduisent au mayo Kebbi.

44En année normale, les troupeaux descendus des yayrés empruntent le même « couloir » que ceux de la région de Kalfou, y compris les troupeaux descendus par la rive droite du Logone qui infléchissent leur parcours après Ham pour s’enfoncer vers Gounou-Gaya. Ils se tiendront toujours éloignés du Logone, ne dépassant guère la ligne Gounou-Gaya, Kolon et Kélo, sorte de limite avec les éleveurs fellata et arabes Showa venus du nord du Chari. Au sud de Pont-Carol, un mélange s’opère, y compris avec les Fulbe de la Bénoué.

45Les rives du mayo Dore (mayo Kebbi) sont les pâturages que les Fulbe Yillaga de Binder, Doumrou et Guidiguis se réservent. Leurs troupeaux, qui partent en décembre, transhument par Hardé-Houré, Mayel-Bigouméri, Maranka (à l’est de Tréné), Binder-Nayri, Balidan... Une autre partie descend le mayo Binder pour stationner durant toute la saison sèche sur le mayo Kebbi, à Fouli, Touzoké, Yaba, Dendé-Wendoulao, Léré... Ici encore les bêtes les plus robustes vont chercher les pluies à Pala, Pont-Carol et parfois jusqu’à Gagal. Les troupeaux s’éparpillent pour remonter par petites unités (sawru) de cinquante à soixante têtes. Certains bouviers, avant 1983, commençaient à s’établir au Tchad, y demeurant plusieurs années d’affilée. La majorité revient néanmoins pendant la saison des pluies entre Kourong et Pizimiré, vers Kaélé (Djidoma) et, bien sûr, à Torok. Certains faisaient des cures de tourteaux de graines de coton à Kaélé.

46Ce parcours s’est encore renforcé depuis 1990 avec la venue d’éleveurs du nord de Mindif, de Mogom, Djapay, Doyang. Mais cette transhumance est écourtée car les troupeaux partent après la récolte des muskuwaari. Ils se concentrent à Doyang pour descendre à Bissélé, puis à Pizimiré et Doumrou. Ils passent la frontière à Mbrodong et entrent dans le lamidat de Binder. Là, ils sont soumis au sarkin saanu de Binder qui leur indique leur zone de pâturage. Tout le long de leur descente, ils auront emprunté les éteules de muskuwaari. Selon la sécurité qui règne au Tchad, ils restent sur le mayo Kebbi à l’est de Tréné, ou bien ils avancent jusqu’à Pala. Selon le cas, ils optent pour les parcours les plus en brousse ou au plus près des villages. Ils peuvent rester là-bas jusqu’aux pluies et remonter avec elles, en suivant le même burtol ou en empruntant des parcours plus à l’ouest.

MOUVEMENTS DU BÉTAIL DE 1960 À 1970

MOUVEMENTS DU BÉTAIL DE 1960 À 1970

47Les Fulbe Buula du mayo Louti et ceux de l’ouest de Maroua ne sont jamais partis sur les yayrés. Les troupeaux de Zongoya, Gawel, Ndoukoula, descendaient par Moutouroua, Bissélé, Mboursou, pour rallier le burtol de Doumrou en direction de Binder-Nayri et Pala. Certains, enfin, qui rejoignaient les rives du mayo Kebbi après le franchissement de la frontière, furent en 1984 et 1985 les chefs de file d’une transhumance méridionale, uniquement à l’intérieur du Cameroun, rejoints par d’autres villages du Diamaré. Ils descendent à Biparé, sur le mayo Kebbi, le long du mayo Louti, par Guider et Figuil, puis Badadji. En 1995, tout se paie sur le mayo Kebbi, l’autorisation de pacage auprès des chefs, les résidus de récoltes auprès des cultivateurs et les pâturages aériens auprès des agents des Eaux et Forêts.

Les parcours de piémonts et sur les massifs

48Les groupes d’éleveurs les plus proches des monts Mandara ont, à l’exception de quelques familles, abandonné le parcours des yayrés. Les troupeaux de Kosséwa, Yaga, Tambadjam, Magawa, Papata, Dogba, Zokok-Ladéo, Ngassao, Kodek, Kongola-Djiddéo, Kongola-Garé, Gayak partent sur les piémonts les plus proches, d’autres « descendent » à Wanarou, Hina, Kaftaka, Guili...

49Nous évoquerons deux circuits types d’éleveurs de la région de Maroua.

50Les départs vers les monts Mandara s’effectuent généralement en novembre-décembre, après la pâture des éteules du village. Les transhumants montent assez rapidement sur le plateau Kapsiki, à Mogodé. Chaque famille a un beero (hôte) qui, pendant deux mois, la reçoit, lui donne un repas le soir et 1000 F CFA par mois pour fumer ses champs. L’eau ruisselle partout sur les plateaux. Les cultivateurs coupent les tiges de sorghos au plus près de la panicule et laissent encore les fanes de leurs légumineuses sur les champs. Les éleveurs descendront ensuite sur Gada, puis sur les piémonts, à Mayo Motorsolo et à Doulek. Ils passent rapidement à Hardé-Mandouvaya car les cultivateurs protègent leurs champs afin de réserver les résidus de récoltes pour leurs bœufs de trait. Ils remontent à Warba, chez les Mandara, où ils commercialisent le lait pendant un mois. Ils évitent les piémonts des Muyang et des Molkwo qui accusent les Fulbe de voler leurs moutons et de les incorporer dans leurs troupeaux. Ils finiront la saison sèche auprès du mayo Selo.

  • 6 Il y a convergence d’intérêt entre éleveurs et montagnards descendus sur leur piémont. Ces dernier (...)

51D’autres groupes peuls partent sur les monts Mandara via Mokong, toujours à la même époque. Là, sur les piémonts, les contrats de fumure sont plus élevés, 1 000 F CFA pour 15 jours6. Ils suivent les piémonts jusqu’à Loulou, sans y passer la nuit car ils redoutent les hyènes susceptibles d’attaquer les veaux. Ils entrent dans la plaine de Gawar au moment de la récolte du muskuwaari. Le sarkin saanu de Gawar empêche le contact entre les bœufs de fuunaange (l’est) et ceux de hirnaange (l’ouest) pour prévenir les épizooties et il réglemente strictement la répartition des pâturages. Ils vont ensuite « chercher les pluies » plus au sud ou se fixent à Tchofi. Si les pâturages sont parcimonieux, ils sont néanmoins assurés d’avoir de l’eau jusqu’aux pluies. Avec les pluies, ils se rendent sur les hurum de la région de Maroua, comme au nord de Kosséwa, réserve délimitée par les services de l’Élevage.

52Les éleveurs des plateaux au sud de Mokolo, les Fulbe Baamle et Fulbe Iso demeurent pendant la saison des pluies dans la région de Wanday, Kosséhone, Kila (Mogodé)... puis descendent durant la saison sèche en pays gude et jusqu’à Mayo Oulo. Ils investissent aussi les piémonts pour une cure de légumineuses, effectuant un mouvement inverse des troupeaux de Gazawa, Meskine et Ndoukoula. Quelques familles préfèrent stationner entre Tourou et Wanday. Ils se trouvent de plus en plus en concurrence avec les troupeaux de la plaine, anciennement habitués aux plateaux, Zongoya, Salak et Gawar, comme avec ceux venus, après 1973, de Gawel, Mindif et parfois même de Bogo, auxquels se joignent des tokke de Madagali.

53Depuis 1985, les parcours de bétail sur les plateaux et les piémonts s’enchevêtrent de façon inextricable. Certains éleveurs de la plaine préfèrent remonter ou rester, pendant la saison des pluies, sur le plateau au sud de Mokolo, au sol caillouteux et égoutté, au climat plus sain et sans mouches. Quant au plateau Kapsiki lui-même, sa mise en culture anarchique fait se multiplier les conflits entre éleveurs et cultivateurs. Il en va de même dans les piémonts.

54L’apparition d’un nouveau type d’éleveur, issu des villes, va accentuer ces conflits. L’appropriation du cheptel par la bourgeoisie urbaine a été plus tardive à Maroua qu’à Garoua. Elle est née au moment de la crise économique de la fin des années 1980, où le bétail, comme la terre, devient une valeur refuge et où le cheptel semble plus sûr que le système bancaire.

55Ces éleveurs « absentéistes » confient leurs troupeaux en patronage à un notable qui demeure près des zones de pacage et surveille troupeaux et bergers, souvent des Mbororo Alijam recrutés dans la région de Mindif. Ce type d’élevage, avec l’intervention de salariés (mal payés) et d’intermédiaires, ne permet guère de performances zootechniques, mais il va concurrencer de façon sauvage les éleveurs locaux. Dans les années 1990, les troupeaux de grands commerçants de Maroua (estimés de 5000 à 6000 têtes) s’imposent sur des hurum déjà fortement réduits principalement sur les piémonts, de Loulou à Doulek. Ces hurum sont réservés à certains villages peuls qui ont souvent passé des accords avec les communautés de cultivateurs voisins. Ces gros troupeaux déséquilibrent les rapports entre éleveurs et cultivateurs et même entre éleveurs.

56Ces comportements aboutissent à des conflits parfois violents, comme ce fut le cas dans les piémonts mofu, en 1995, entre Zidim, Tambadjam et Boula.

Modes de fonctionnement et difficultés actuelles de parcours

57Trois types de troupeaux partent en transhumance :

  • des troupeaux collectifs avec, à leur tête, des kaydal, qui reçoivent délégation pour les conduire. Ces troupeaux sont généralement constitués sur la base de relations de parenté ou de cohabitation de quartiers voisins ou de villages ;
  • des troupeaux « privés » conduits par leurs propriétaires, aidés de membres de leurs familles et de serviteurs, qui peuvent également englober des têtes de bétail confiés par des parents ou des voisins ;
  • des troupeaux confiés à des kaydal et des bouviers salariés, mais néanmoins intéressés au croît du troupeau.
  • 7 A. Dauzats, chef des services vétérinaires à Maroua et qui fut très populaire auprès des éleveurs (...)

58Propriétaires de troupeaux et kaydal en réfèrent à un notable du lamido ou du lawan, le saarkin saanu, dont la charge est souvent prise dans la même famille. Ce dernier lève les taxes auprès des éleveurs locaux ou étrangers7.

59Les troupeaux empruntent un réseau de burtol, dont certains circuits sont plus impératifs que d’autres. Ces chemins à bétail sont souvent visibles dans le paysage, comme au nord de Guirvidig, le long de la berge occidentale du Logone. Ils évitent les zones cultivées, empruntent des successions de hardés. Certains de ces hardés servent de plaques de redistribution pour des dizaines de milliers de têtes, comme Hardé-Lagaaje par exemple (Seignobos, 1993). La carte des mouvements de bétail montre que les grands burtol évitent les masses d’agropasteurs masa et tupuri. Entre les deux, un étroit passage à partir de Kalfou, par Viri ou par le no man’s land de Bangana, puis Gobo, donne accès aux pâturages d’inondation du moyen Logone.

60Le bétail qui reste au village, le cureeji, est très variable et dans sa quantité et dans son contenu selon les années. À Tankirou, il atteignait, en 1986, 30 % ; à Yoldéo, 15 % (mais en 84, il était monté à 40 %) ; à Balda, 5 tokke sur 27 restent au village, à Kolara, 4 sur 25, soit en moyenne près de 20 %.

61L’élevage peul de la province de l’Extrême-Nord s’articule autour de trois pôles, doublés de trois types de pâturages, également en crise : les yayrés, les hurum de saison des pluies, de Torok à Mindif ; et les pâturages d’éteule sur les terroirs des éleveurs eux-mêmes, sur les piémonts, le long des parcours.

62Le pôle moteur fut et reste encore, pour de nombreux groupes éleveurs, les yayrés. Les successions d’années déficitaires ont entraîné un processus de dégradation de leur écosystème. La création de la retenue d’eau de Maga dut également avoir des conséquences encore mal évaluées sur la partie sud des yayrés à l’ouest du Vrek. Si la capacité de charge des grands yayrés, en année normale, était estimée par Gaston et Dulieu (1976) à 210000 têtes, ces chiffres ont souvent été dépassés. Les charges de bovins, qui peuvent dépasser 30 têtes/ha, ont accentué la dégradation des pâturages et l’érosion des sols par réduction du couvert après une consommation sélective, surtout ces dernières années à ennoyage réduit.

63Cette dégradation joue sur les ceintures à Echinochloa stagnina qui se réduisent. On assiste parfois à une avancée des graminées pérennes plus résistantes, mais moins bien appétées par le bétail, et aussi à un envahissement des ligneux (Acacia seyal, Piliostigma reticulatum, Calotropis procera...) vers l’est et le sud-est du parc de Waza. Il est visible au nord de Tchikam, à Gobé, au sud de Baram, à Mbilé, Zeyla, autour d’Hinalé... Si le problème de l’exhaure demeure, en dépit de nouvelles mares artificielles ouvertes, des puits qu’il faut creuser, on constate surtout une détérioration des pâturages qui préoccupe les éleveurs. Le déséquilibre entre pâturages des grandes mares (coofol) et ceux des zones d’inondation hautes, qui rythme les parcours quotidiens, allonge les circuits du matin sur pâturage à Hyparrhenia rufa, Vetiveria nigritana, Jardinea congoensis, Vossia cuspidata, Sporobolus sp... Le troupeau doit alors parfois accomplir un parcours de 20 à 25 km par jour avant de revenir sur les pâturages de bord de mares, à Echinochloa stagnina,Vossia cuspidata, Oryza longistaminata, Cyperaceae... où il restera jusqu’à la nuit.

64Les pérennes perdent de leur valeur nutritive au cours de la saison sèche et posent des problèmes de digestion. Il faut attendre le regain, après le passage du feu ; c’est la période des plus forts achats de natron.

65L’autre pôle indispensable du développement de l’élevage peul de la province, le pendant des yayrés pour la saison des pluies, est la région comprise entre Torok et Mindif, jusque-là peu mise en culture et bien égouttée, dépourvue de mouches. Elle concentre la majorité des troupeaux de fin juin à début septembre.

66Cette zone est aujourd’hui menacée par le développement des emblavures, principalement à cause de la remontée de fronts pionniers tupuri. Dans cet espace, vital pour l’élevage, a été aménagé, en 1978, un projet agropastoral conçu après les sécheresses de 1972-1973 – où fut enregistrée une perte de 56000 bovins – pour réformer « l’exploitation anarchique des écosystèmes pastoraux ». 25000 hectares, en trois blocs (Maoundiré, Kaday et Kolara), furent mis en défens, dans une zone où 50000 têtes de bétail passaient auparavant la saison des pluies. Les blocs, répartis en parcelles, sont réservés aux villages limitrophes, une soixantaine, dont les troupeaux, 15000 têtes de gros bétail, n’en continuent pas moins à suivre avec leurs voisins les circuits de transhumance. Le bétail « étranger » peut circuler dans les pare-feux, mais ne peut y séjourner. Toutefois, « par solidarité, les éleveurs du bloc permettent à leurs frères venus d’ailleurs de laisser paître et boire leurs animaux dans le bloc au lieu de le leur interdire » (Dongmo-Zedong, 1986). Ainsi, grâce à la souplesse d’adaptation des éleveurs, les blocs n’ont pas complètement déréglé leurs mouvements ; ils ne sont ressentis que comme une contrainte supplémentaire, mais, pour pâturer à Mindif, il faut un ticket délivré par les yim’be gomna (agents du gouvernement) ; aussi une partie des éleveurs sont-ils partis sur le ‘yoolde de Kalfou.

67Ce projet a été initié dans une logique de « gestion rationnelle des pâturages » ignorant tout des stratégies de transhumance, du fonctionnement du lamidat de Mindif, l’un des plus conservateurs de la province, et des accords qui lient le lamido et les éleveurs itinérants. Ce « Projet pilote Mindif-Moulvouday » fut un vaste malentendu. Tous les essais de pâturages tropicaux artificiels dans les « grazing-schemes » et en « milieux paysans » avec ensemencement de vivaces (Stylosanthes guyanensis, Stylosanthes hamata, Andropogon gayanus, Hyparrhenia filipendula) et des jachères à légumineuses fourragères, furent des échecs.

68La discipline que voulut imposer le Projet ne fut pas suivie : refus de nettoyer les parefeux, de surveiller les mares, d’instaurer une rotation de pâturages. Seule fut respectée l’interdiction de feu de brousse, qui aboutit en 1991 à un constat d’envahissement des blocs par Acacia ataxacantha buissonnant. On dut alors demander aux riverains des blocs d’y bouter le feu... ce qu’ils déclinèrent.

69Est lié à ces échecs, celui des comités villageois élus qui, dans un système lamidal despotique, n’avaient aucune chance de fonctionner. La gestion coopérative du troupeau et des ressources naturelles, de même que « l’association de commercialisation du bétail dans le cadre des blocs de paissance » ne purent aboutir.

70Quant aux traitements trypanocides et de déparasitage, de même que les formules d’embouche pour le bétail, ils furent abandonnés en raison de leurs prix. Comme ailleurs, l’association agriculture/élevage programmée fut un échec avec ses « volets » accompagnateurs : reboisement sans objet d’essences exogènes, promotion d’un sorgho S35 inutilisable... De fait, l’erreur tient à la volonté de créer un groupe d’agropasteurs autochtones coupés du reste des éleveurs du Diamaré, alors que tous sont interdépendants, non seulement dans leurs activités d’élevage, mais aussi dans un cadre socio-économique plus large. Toutefois, les infrastructures : routes, mares artificielles, layons pare-feux, bâtiments, demeurent. L’administration locale, prenant le relais en 1985, maintient là une forme de pouvoir que des commerçants et fonctionnaires fortunés utilisent pour placer leur bétail dans les blocs, tendant à y faire des ranches semi-privés.

De la gestion du cureeji à l’embouche bovine

71Le troupeau qui reste en place et ne cesse de s’accroître reçoit de plus en plus d’attention de la part des communautés villageoises peules.

72La garde du cureeji est divisée en sept périodes. Nous prendrons l’exemple de celui de Makabay, au sud de Maroua :

  • pendant la saison des pluies, le troupeau pâture autour du village et sur la colline de Makabay, leur hurum, avant de gagner la colline de Wourndé, sorte de réserve secondaire. À la fin de la saison des pluies, le troupeau peut partir vers les piémonts, à Mokong, où les sols s’égouttent plus rapidement ;
  • au début de la saison sèche, le troupeau s’avance sur les pâturages des environs immédiats, à Loubour, Djapay, Djodjong et Yakang ;
  • c’est ensuite la période dite nyayle (traduit par « moissonnage ») où le troupeau paît sur les champs de sorghos rouges et d’arachides après la récolte ;
  • la période qui suit oblige à de plus grands déplacements vers des pâturages appauvris. Le troupeau peut se rendre à Mouda et revenir dans la journée ;
  • la période de champoyage sur les soles de sorghos repiqués ouvre le deuxième nyayle, moment faste où le troupeau se refait. On garde une partie des tiges de muskuwaari pour la fin de la saison sèche ;
  • progressivement, de février à mai (ceedu), les pâturages vont en s’amenuisant, de même qu’un peu plus tard, l’eau. On fera boire le cureeji le matin et le soir. Le troupeau pourra rester hors du village pendant deux à trois jours, à proximité de puisards. Les bêtes s’affaiblissent car les bas-fonds à Panicum anabaptistum sont rares ;
  • piriyel est une période cruciale. Les premières pluies ont entraîné la pourriture des herbes restantes sans que le regain ne pousse effectivement. On se rabat sur les jeunes feuilles des arbres qui précèdent le regain. Les bergers partent la hache sur l’épaule le long de mayel Denguesdji et du mayo Salak pour abattre les branches de Khaya senegalensis, Ficus gnaphalocarpa, Maerua crassifolia…
  • 8 Les keeleeje (sing. : heeleewo) sont des abreuvoirs à bétail, lenticulaires en argile, peu profond (...)
  • 9 Kongola-Garé et Kongola-Djiddéo, à côté de Maroua, laissent leurs troupeaux hors du village, excep (...)

73L’accroissement des troupeaux sédentaires conduit à créer ou à améliorer l’exhaure de saison sèche en multipliant les keeleeje8. Le manque de disponibilité de pâturage sur certains terroirs entraîne une dissociation habitat-troupeau de plus en plus marquée. C’est particulièrement sensible pour Maroua et sa périphérie9. Les cureeji des différents quartiers de Maroua ont peu à peu disparu, indépendamment des différents arrêtés municipaux, dont le dernier en date de 1981 interdisait le passage des troupeaux. Toutefois, vivre avec des bovins auprès de soi est un comportement socio-économique que les Fulbe et Foulbéisés ne sont pas près d’abandonner. Aussi s’organisent-ils pour maintenir cet élevage de proximité.

  • 10 Les différentes formes de sorgho qui n’arrivent pas à épiaison, en particulier les muskuwaari, sou (...)

74On assiste depuis les années 1980 à une récupération des sous-produits de l’agriculture, commencée avec les fanes d’arachides et qui, maintenant, touche à tout : cannes de sorghos, émondes de Faidherbia albida. Les éleveurs qui profitaient des tiges de sorghos sur pied (salwaare, pl. calwaaje) après la récolte se voient maintenant contraints de passer des accords avec les cultivateurs, d’abord pour les champs de certains muskuwaari (safraari) à tige sucrée10 et aujourd’hui, pour tous les champs y compris ceux de coton.

75Les résidus de récolte et la complémentation avec les sous-produits agro-industriels, essentiellement du coton, deviennent essentiels dans l’alimentation du bétail. D’une part, les jachères tendent à disparaître et, d’autre part, les vastes vertisols livrés au muskuwaari sont de moins en moins disponibles pendant la saison des pluies.

76Les agrosystèmes incluant la jachère, comme celui des Musey, sont en train de disparaître. Les pseudo-jachères ou espaces laissés pour compte par les cultivateurs et pouvant porter des Pennisetum pedicellatum ou des Schoenefeldia gracilis sont de plus en plus réduits et éclatés au sein des terroirs villageois.

77Pendant la saison des pluies, le bétail est tenu éloigné des karals. Cette discipline agraire est surveillée de très près par les jawros et les lawans. Le bétail ne doit pas tasser les vertisols et surtout toucher au couvert graminéen très anthropisé, dominé par Setaria pumila, Setaria sphacelata et Loudetia togoensis qui favorisent le meilleur brûlis avant repiquage. Ce brûlis en limitant les adventices permet l’économie du sarclage.

  • 11 À Bankara en 1997, 35 éleveurs se livrent à l’embouche bovine. Parmi eux, trois traitent annuellem (...)
  • 12 L’Alibet (acronyme de « aliments pour bétail » contient 95 % de tourteau, 3 % de calcaire, 1,5 % d (...)

78L’augmentation des cureeji chez les éleveurs, le développement d’un élevage sédentaire commencé avec les bovins de trait chez les cultivateurs et le maintien chez les islamisés d’un élevage urbain de petits ruminants conduisent aux mêmes comportements : conservation de ballots de fanes de légumineuses, mise en gerbiers de cannes de sorghos, création de nouveaux postes de dépense pour l’achat de tourteaux de coton depuis 1974-1975, de paille de riz... Une activité d’embouche spéculative s’insère entre les naisseurs (éleveurs) et les chevillards en zone urbaine et péri-urbaine depuis 1989-1990. Elle aurait commencé à Bankara, près de Katoual11. Des commerçants fulbe de Maroua, Sedek ou Balaza, ont été encouragés à l’embouche par l’existence à la fois de résidus de récolte des vastes karals proches et des sous-produits de la Sodecoton de Maroua et enfin d’une demande sans cesse accrue de viande. Ils achètent au début de la saison des pluies des bœufs affaiblis, éprouvés par le changement de ration alimentaire. Ils les déparasitent et les mettent à l’embouche avec des tourteaux de coton (Expeller, Pellet-farine et surtout Alibet)12. Ces tourteaux, consommés à raison de 1 kg par tête et par jour, peuvent être mélangés à des tiges de safraari hachées, des fanes d’arachides, de niébé et de sorgho rouge. Si l’embouche est prévue sur trois mois, on donne du sel ; sur six mois ou plus, du natron. Elle s’accompagne de soins vétérinaires, déparasitants, complexes vitaminés, médicaments contre les affections cutanées…

  • 13 En mai 1995, les rejets de muskuwaari étaient à 40 F le kg ; les fanes d’arachides à 70 F le kg et (...)

79En 1992, 50 kg de tourteaux coûtaient 1250 F CFA, la gerbe de cannes de muskuwaari entre 350 et 500 F, un ballot de fanes d’arachides, 200 F CFA13. Les bêtes sont revendues six mois plus tard, pendant la saison sèche. Le bénéfice peut parfois être égal aux sommes engagées.

80Les tourteaux de coton se sont imposés dans toute opération d’embouche et ils sont devenus un véritable enjeu. Il suffit pour cela de voir la foule des acheteurs de graines et de tourteaux de coton, venue avec des pousses et des camionnettes, se presser chaque lundi devant l’usine de la Sodecoton de Maroua. Sa commercialisation se caractérise par une offre aléatoire en ce qu’elle dépend de la production de coton-graine et aussi d’une demande saturée. Selon les pratiques commerciales de la province, celle du tourteau n’échappe pas aux monopoles. Des alhadjis se portent acquéreurs du gros de la production, comme du reste de celle des alibets (alors que ces derniers devraient revenir en priorité aux « planteurs »). Ils organisent des pénuries, afin de revendre les tourteaux au double, voire au triple du prix d’usine. Les coques de coton qui devraient être gratuites sont vendues alors de 500 à 600 F le sac (1995).

Les grands transhumants ou éleveurs itinérants

81L’importance des éleveurs peuls du Diamaré et les fortes densités de population du Mayo-Danay d’une part, l’existence des monts Mandara de l’autre, ont verrouillé tout passage d’éleveurs extérieurs à la région, en particulier des Mbororo. On ne les retrouve que sur la frontière tchado-camerounaise, à la latitude de Figuil, encore sont-ils sédentarisés.

82Un groupe réduit d’Ali Jam (quatre campements) s’est glissé sur le grand burtol des Fulbe du Diamaré, après avoir été chassé du Nigeria (sud-est du pays hausa) par de graves conflits de pouvoir avec les populations locales dans lesquels l’armée a dû intervenir. Ils vont sur le Grand Yayré pendant la saison sèche et prennent leur quartier de saison des pluies dans la région de Mindif.

83Un groupe dit « Mare’en », issu de la sous-fraction peule Keesu, est venu du Bornou en passant par Limani. On compte, en 1997, une dizaine de campements ou de quartiers dans la région de Mindif, Kobo et Kolara. Leur nombre se serait fortement renforcé après la sécheresse de 1984.

84On rencontre encore quelques familles d’Addanko’en et de Farananko’en, originaires du Niger, qui ont transité par le Nigeria. Depuis 1973, ils transhument entre Mindif et le sud des yayrés, à Louboy.

85Les Arabes Showa, enfin, se sont installés dans une vingtaine de campements, à la fois dans la région de Mindif et de Guirvidig, pour la saison des pluies, les premiers depuis les années 1960. Ils ont inversé leur migration qui les faisait partir du nord, de Balge (Bornou) vers les yayrés, pour une transhumance au départ du sud, depuis Mindif jusqu’aux yayrés.

86Le cheptel des éleveurs itinérants (12800 têtes en 1997) équivaut au tiers de l’ensemble des effectifs bovins de la région de Mindif. Ils étaient près de 20000 en 1981, avant la mise en place effective du projet agropastoral Mindif-Moulvouday.

87Les groupes d’éleveurs itinérants trouvent dans le Diamaré des conditions de vie bien meilleures que dans le nord. Ils remplacent, d’une certaine façon, des éleveurs peuls qui préfèrent reproduire, eux aussi, leur modèle d’élevage plus au sud, au Tchad.

  • 14 Les Uudaa’en sont composés de plusieurs fractions peules qui se différencient des autres par leur (...)

88En revanche, les moutonniers Uudaa’en14, venus du Niger ou de la région de Sokoto au Nigeria, traversent la frontière au niveau d’Afadé. Depuis 1973, une deuxième composante passe au nord de Mora, elle stationne un temps au sud de Waza, utilisant les pâturages aériens des Acacia ; au cours des dernières sécheresses, ils effectuèrent des descentes sur les parcs de Faidherbia albida des piémonts des monts Mandara. Ils traversent les yayrés et rejoignent les autres éléments uudaa’en sur les rives du Chari. Ils remontent avec les premières pluies, avant les éleveurs de bovins, profitant de l’herbe rase, que ne peuvent saisir les zébus et quand le sol est encore ferme, car détrempé il ne conviendrait plus à leurs grands moutons. Le retour s’opère sur les mêmes couloirs qu’à l’aller, certaines fractions choisissant de passer par le Kanem. Après 1990, la pression uudaa’en est moins forte, ils descendent le long du cordon du paléo-Tchad jusque vers Fadaré, mais passent de moins en moins nombreux le Logone. Au sud du lac Tchad, sur le Serbéwel, on voit apparaître des Biibe Woyla venus du Niger, avec des dromadaires, des moutons et des bovins, leurs effectifs sont pour l’instant négligeables.

Historique des parcours de bétail du Diamaré

Évolution des grands mouvements de transhumance

89Au moment de la conquête peule de la fin du XVIIIe siècle, les éleveurs peuls étaient depuis longtemps dans le pays. Leurs parcours ne pouvaient être que circonscrits aux royaumes musulmans du Bornou et du Wandala. Certains ar’do les représentaient à la cour de Berni Ngazargamu, ce qui les tenait très avertis des intentions du pouvoir. Toutefois, leur prédilection allait déjà aux parcours sur les marges de ces formations politiques et ils restèrent longtemps à « Mayo Dilaara » : à l’ouest et au sud du lac Tchad.

90Des éléments fulbe dits Baamle et des riimayi’be (affranchis) s’étaient enfoncés plus au sud et vivaient en symbiose avec les haa’be. Ils recherchaient néanmoins des encadrements politiques stables, avec lesquels ils pouvaient passer des accords, comme la confédération gude, les chefferies de Sukur, Goudour, ou encore Zoumaya-Lamordé, Maroua...

91À cette époque, les densités de peuplement étaient faibles. Les groupements païens occupaient souvent des sites défensifs, induisant des terroirs ramassés sur des zones bien contrôlées, situation qui entraînait l’existence de vastes espaces ouverts à l’élevage. Dès ce moment-là, des no man’s lands sont occupés, en particulier de grands couloirs de razzia, par les éleveurs. Leurs parcours connaissaient des amplitudes réduites qui, à la suite de remise en cause d’alliances, d’exactions de chefs, pouvaient subir de brusques changements.

92À la suite de la conquête des plaines au début du XIXe siècle, les éleveurs vont en gros rester à l’intérieur des limites des lamidats. Seuls les éleveurs de Petté et de Bogo pénétraient sur les franges des yayrés, en demeurant groupés.

  • 15 En 1990, plus de 1200 Fulbe venus de Kalfou, Bogo et Maroua étaient établis entre le canton de Gob (...)

93La paix coloniale apporta aux éleveurs peuls des possibilités illimitées, qui en firent les premiers bénéficiaires. Tous les pâturages se trouvèrent accessibles, les grands yayrés d’abord, puis, après les années 1930, les pâturages du moyen Logone. Bien avant que les montagnards ne descendent, l’amorce des piémonts fut occupée par les éleveurs foulbés. Un des derniers no man’s lands à être occupé en plaine fut les abords du pays musey. Population belliqueuse, tardivement soumise, les Musey ne disposent pas, à la différence des Masa et des Tupuri, d’un élevage concurrent ; le canton de Gobo est l’entrée vers les plaines de déversement du Logone15. Outre l’occupation des régions libres, cette période est celle de l’allongement des parcours de transhumance, avec une amorce de dissociation habitat/troupeaux. Les années 1950 et 1960 furent l’âge d’or de ces grands mouvements de transhumance (la carte de H. Fréchou, 1984 : 430, l’illustre). Ils connaîtront de nombreuses perturbations après 1973.

  • 16 Nous avons même observé en 1989-1990 quelques familles peules de la région de Haïssa-Hardé install (...)

94À partir de cette date, les pâturages des yayrés, tout en se dégradant, enregistrent de trop fortes concentrations d’éleveurs, les Fulbe se trouvent de plus en plus cantonnés à la partie méridionale des yayrés. Certains Fulbe préfèrent alors emprunter des circuits plus improvisés en direction des monts Mandara, où ils s’immiscent entre les tissus villageois, afin d’exploiter les pâturages et les éteules qui restent16. Pour minimiser les risques, les éleveurs scindent leurs troupeaux, et les confient à plusieurs kaydal, dans des directions diversifiées. Si les flux sur les yayrés se sont ralentis, c’est aussi au profit de ceux tournés vers le sud. Le mouvement a commencé avec les éleveurs les plus éloignés des yayrés, ceux du sud du Diamaré, les régions de Guidiguis, Kalfou, puis il touche l’ouest de Maroua (Katoual 1966). Après la sécheresse de 1973, ce sera le tour de ceux du nord de Maroua (Gayak, Kosséwa...), suivis en 1984 d’établissements du mayo Boula (Ouro-Zangui, Daram, Mogom...).

95Vers 1979, intervient un nouvel élément, l’insécurité au sud du Tchad, qui culmine en 1984, avec la rébellion kodos, qui touche la zone d’aboutissement des éleveurs peuls, celle de Pont-Carol. Les troupeaux ne passent plus la frontière ou alors seulement jusqu’au mayo Kebbi. Les gens de Guidiguis, Doumrou, rejoints par les éleveurs de Mindif, Dargala... vont alors se fondre avec ceux de Ndoukoula, Zongoya... pour descendre par Kongkong, Bidzar, Figuil, Biparé, Bibémi et jusqu’au nord de Rey.

La fin d’un genre de vie

  • 17 Mal Hammadu Misaw (Kalfou), Saydu Musa (Makabay), Hammadu Jidda, Siddi Umaru (Balaza), Kaydal Hamm (...)

96Les biographies de kaydal17 retracent l’évolution et la fin d’un genre de vie d’éleveurs peuls. Dans les yayrés et sur les bords du Logone, les bergers peuls du Diamaré ont côtoyé d’autres groupes éleveurs. Les plus importants sont les Fellata Am Arba (Fulbe installés au Baguirmi dès avant le XVIe siècle), comme les Abdala’en, Mono’en, Puri’en... Ils parlent un foulfouldé dont une partie du lexique est empruntée au barma et à l’arabe. Ils sont les premiers à avoir investi les grands yayrés à la latitude de Logone-Birni, avant même le XIXe siècle. Dans les yayrés, circulent aussi les durbali, moutonniers du nord du Baguirmi, des Uudaa’en du Nigeria et, enfin différentes fractions d’Arabes Showa. Ces éleveurs communiquent entre eux par une sorte de lingua franca où le foulfouldé des Am Arba l’emporte, avec des termes arabes et même des expressions de l’initiation peule.

97Avec les autochtones, Kotoko et Musgum, s’opèrent des échanges, lait et aussi bouses des vaches qui constituent un combustible précieux dans ces régions sans bois, contre riz et poissons... Les rapports entre eux ne sont pas toujours faciles. Les éleveurs peuls se plaignent de mises à feu anarchiques des pâturages par les chasseurs. Ils dénoncent les vols de bétail.

98Ils accusent aussi les pêcheurs kotoko et musgum de favoriser le drainage de certains yayrés en aménageant des chenaux pour disposer leurs nasses et enceintes de capture pour piéger les poissons entraînés vers le Logone. Ces pratiques répétées surcreusent les chenaux et limitent le potentiel herbacé en accélérant l’assèchement des mares (Reiss, 1996).

99Les jeunes, après avoir subi leur initiation, deviennent bergers du cureeji des villages, endossant progressivement des responsabilités de plus en plus grandes jusqu’à vingt ans. Ils peuvent ensuite s’engager pour la transhumance dans les yayrés, qui est la plus prestigieuse. On leur confie alors un sawru, puis un tokkere. Ils reçoivent un taureau de deux ans à chaque retour des yayrés qu’ils revendent pour acheter des génisses, et une petite somme d’argent. Dans les yayrés, ils disposent du lait que les femmes du campement peuvent commercialiser. Après une dizaine d’années, ils sont à leur tour reconnus et peuvent réunir une équipe de bergers. Ils deviennent mawn’do. Les propriétaires de grands troupeaux font appel à leurs services et ils se voient confier plusieurs tokke, entre 350 et 400 têtes. Les mawn’do restent soumis à un kaydal. Quant aux kaydal, ils ont affaire à un représentant des Fulbe appelé lawan, coopté par les mawn’do et les kaydal. Un lawan réside à Mazera et un autre à Logone-Birni, auprès des autorités traditionnelles kotoko. Les lawans récupèrent des taxes sous forme d’argent alors que, dans les années 1960, il s’agissait de bêtes sur pied et de beurre (ti’d’dere). Les kaydal règlent les conflits de pâturage et les différends entre bergers. Ils détiennent les fiches de vaccination et représentent les éleveurs auprès des postes vétérinaires de Mazera, Zina, Ivié...

100Le mawn’do rend seul compte aux propriétaires des naissances dans leurs troupeaux. Il peut subtiliser des veaux et les placer dans d’autres troupeaux et ainsi rapidement s’enrichir. Dans les yayrés, les bergers peuls mènent une vie austère. La nourriture frugale est à base de lait et de bouillie. Ils se rendent sur un marché où, une fois par semaine, ils font un repas carné.

101À la fin de chaque transhumance, le retour des bergers s’effectue un peu à la manière des marins arrivés au port. Les filles, encadrées par des daada suudu (mère/maison), viennent les rejoindre pour des fêtes où l’alcool n’est pas absent. Les bergers peuvent perdre tout leur argent dans les hirde (lieux où l’on veille). Ces transhumances entretenaient toute une culture peule de musiques, de chants, qui risquent de disparaître, tout comme une somme de savoirs concernant le bétail et les pâturages.

102La désorganisation des grandes transhumances sur les yayrés et la concurrence des parcours méridionaux qui ne se font plus dans le même milieu et dans le même cadre culturel, et aussi la reprise en main de la société peule par les religieux condamnent cet héritage des Fulbe éleveurs.

103En 1990, les grands circuits de transhumance continuent à être suivis par les centres d’éleveurs du nord du Diamaré, mais les troupeaux passent plus difficilement la partie des yayrés comprise entre réserve de Waza et Logone. Ils maintiennent encore une descente vers le Tchad méridional, à la rencontre des pluies, mais elle concerne des effectifs réduits, le gros des troupeaux s’arrêtant à certains paliers de cette descente et plutôt en territoire camerounais. En revanche, les grandes zones de pacage de saison des pluies restent inchangées, quoiqu’un peu plus éclatées qu’auparavant.

104La tendance est toujours à une inversion des flux vers le sud. La ligne de démarcation entre les établissements dont le gros des troupeaux continue à se rendre sur les yayrés et ceux qui envoient directement leur bétail vers le sud, a glissé sur une latitude plus haute (cf. carte). Dans les années 1950, une majorité des éleveurs peuls, à l’exception des gens du mayo Louti, partait sur les yayrés, y compris Guidiguis, Doumrou et Kalfou. En 1990, la plupart des éleveurs de Dargala, Balaza, des régions de Maroua, de Mindif, tournent le dos aux yayrés.

105Les rythmes de transhumance sont aujourd’hui jugés comme contraignants, mais encore efficaces. Les circuits sont souples. Ils évoluent selon les ressources pastorales de saison sèche ou de saison des pluies disponibles, selon les risques sanitaires et l’insécurité qui prévalent. Les éleveurs combinent en fait deux stratégies complémentaires. D’une part la transhumance, dont les circuits gagnent en complexité et fluidité et qui intéresse des troupeaux réduits, de compositions plus homogènes. D’autre part, le maintien d’un maximum de bêtes sur place qui se réalise grâce à une meilleure valorisation des ressources de chaumes, fanes, et par l’achat de produits de complémentation, voire par la création de formes d’embouche.

106Eux-mêmes se trouvent confrontés lors des transhumances à la même volonté de la part d’autres communautés villageoises d’éleveurs ou de cultivateurs possédant du bétail, de se réserver les pâturages de leur terroir et de faire de leurs troupeaux les seuls bénéficiaires des sous-produits de leur agriculture.

107Ces stratégies actuelles, comprises par les éleveurs comme une situation d’attente avant un allégement des charges de bétail sur les yayrés et une régénération des grandes « bourgoutières », pourraient bien être l’amorce de pratiques pastorales plus intensives et irréversibles.

MOUVEMENTS DU BÉTAIL DE 1980 À 1986

MOUVEMENTS DU BÉTAIL DE 1980 À 1986

Bibliographie

Indications bibliographiques

Beauvilain (A.), 1981 — Élevage et éleveurs du grand yayré (Nord-Cameroun). Revue de Géographie du Cameroun, 2 (2) : 163-176.

Boulet (J.), 1975 — Magoumaz, étude d’un terroir de montagne en pays mafa. Yaoundé, Orstom, 147 p.

Boulet (J.), 1975 — Définition des potentialités agro-pastorales. Problèmes humains. Mission franco-américaine, 59 p. multigr.

Bouquet (C.), 1979 — « Situations agropastorales sur les rives et les îles du lac Tchad. » In : Synthèse agropastorale du bassin du lac Tchad. 1979, Maisons-Alfort, IEMVT : 102-125.

Boutrais (J.), 1981 — L’expansion des éleveurs Peuls dans les savanes humides du Cameroun. Cah. Orstom, sér. Sci. Hum., 18 : 31-45.

Boutrais (J.) éd., 1984 — Le Nord du Cameroun : des hommes, une région. Paris, Orstom, Mémoires n° 102, 551 p.

Boutrais (J.), 1991 — « Pauvreté et migrations pastorales du Diamaré vers l’Adamaoua (1920-1970) ». In : Actes du IVe colloque Méga-Tchad, CNRS/Orstom (Paris, sept. 1988) : 65-106.

Branckaert (R.) 1968 — Étude sommaire de l’élevage en République Fédérale du Cameroun (Situation actuelle. Perspective d’avenir). Expert FAO, Univ. de Yaoundé, 62 p.

Bruijn (de, M.), 1987 — Les éleveurs Fulbe dans les yayrés du Cameroun du Nord. Leiden, IRZ, Série Environnement et développement au nord du Cameroun, 25 p.

Clanet (J.), 1977 — Les conséquences des années sèches 1969-1973 sur la mobilité des éleveurs du Kanem. CEGET : 239-259.

Conte (E.), Hagenbucher-Sacripanti (F.), 1977 — Habitation et vie quotidienne chez les Arabes de la rive sud du lac Tchad. Cah. Orstom, Sér. Sci. Hum., 14 (3) : 289-323.

Digard (J. P.), Landais (E.), Lhoste (P.), 1993 — La crise des sociétés pastorales. Un regard pluridisciplinaire. Revue Élev. Méd. Vét. Pays Trop., 46 (4) : 683-692.

Dongmo Zedong (J. P.), 1986 — Évaluation de l’intégration Agriculture-Élevage dans le périmètre du Projet Pilote Mindif-Moulvoudaye. DPLEG, ENS, 147 p.

Doutressoulle (G.), 1947 — L’élevage en Afrique Occidentale Française. Paris, Larose, 298 p.

Fréchou (H.), 1966 — L’élevage et le commerce du bétail dans le Nord du Cameroun. Cah. Orstom, Sér. Sci. Hum., 3 (2), 125 p.

Fréchou (H.), 1984 — « L’élevage : les techniques. L’économie de l’élevage. » Les problèmes zootechniques. In : le Nord-Cameroun : des hommes, une région. Paris, Orstom, Mémoires n° 102.

Fritsch (P.), 1970 — Aspects géographiques des plaines d’inondation du Nord-Cameroun. Univ. Féd. du Cameroun, rapport dactyl. 50 p.

GruveL (J.), Troncy (P. M.), Tibayrenc (R.), 1970 — Contribution à la connaissance de la distribution des glossines au Nord-Cameroun. Rev. Élev. Méd. Vét. Pays Trop., 23 (1) : 89-91.

Guillard (J.) 1965 — Golompoui. Analyse des conditions de modernisation d’un village du Nord-Cameroun. Paris, Mouton & Co, La Haye, EPHE, 502 p.

Haberland (P.), Spierenburg (P.), 1991 — Stratégies d’élevage dans la région de Mindif (Nord-Cameroun). Wageningen, 101 p.

Koulandi (J.), 1990 — Le gurna tupuri. Un essai d’étude de l’anthropologie alimentaire. Dactyl., 13 p.

Landais (E.), 1990 — Sur les doctrines des vétérinaires coloniaux français en Afrique noire. Cah. Sci. Hum., 26 (1-2) : 33-71.

Le Bourgeois (T.), Seignobos (C.), 1995 — Végétations anthropophiles des villages de pasteurs et d’agriculteurs (région du Diamaré, Nord-Cameroun). Journal d’Agric. Trad. et de Bot. Appl., nouvelle série, 37 (2) : 93-113.

Le Rouvreur (A.), 1962 — Sahéliens et Sahariens du Tchad. Paris, Berger Levrault, l’homme d’outre-mer, 467 p.

Letenneur (L.), Douffissa (A.), Lobry (J.-C.), Nanko (G.), Tacher (G.), 1995 — Étude du secteur élevage au Cameroun. Paris, CIRAD-EMVT, BDPA-SCETAGRI, 347 p. + annexes.

Marty (A.), 1992 — Étude régionale des stratégies différenciées des éleveurs d’Afrique Centrale. Le Nord-Cameroun. Paris, IRAM, 112 p.

Morvan (H.), Vercruysse (J.), 1978 — Vocabulaire des maladies du bétail en langue fulfulde chez les Mbororo de l’Empire Centrafricain. JATBA, 25 (2) : 111-118.

Pagot (J.) et al., 1981 — Projet de développement de l’élevage dans la province du Nord-Cameroun. Maisons-Alfort, IEMVT.

Passole Dili Baba, 1995 — La transhumance dans l’Extrême-Nord. Maroua, CNFZV, dactyl.

Reiss (D.) et al., 1996 — Trois situations de gestion des ressources pastorales en zone soudano-sahélienne. Garoua, IRZV, 23 p.

Schrader (T.), 1986 — Les yayrés du Nord-Cameroun : pâturages de saison sèche ? Aspects socio-écologiques du développement pastoral dans la plaine inondable du Logone. Leiden, IRZ, série Environnement et Développement au Nord du Cameroun, 99 p.

Seignobos (C.), 1979 — « Situation agropastorale dans le Nord-Cameroun et le sud du Tchad (bassin conventionnel du lac Tchad). » In : Contribution à la synthèse agropastorale du bassin du lac Tchad. IEMVT-CBLT : 145-168.

Seignobos (C.), 1992 — « L’élevage au Nord-Cameroun : entre transhumance et sédentarité. » In : Atlas de l’Élevage, IEMVT : 13-14.

Seignobos (C.), 1993 — « Harde et karal du Nord-Cameroun, leur perception par les populations agropastorales du Diamaré. » In :Les terres Hardé, caractérisation et réhabilitation dans le bassin du lac Tchad. Cah. Scient. n° 11, Suppl. de Bois et Forêts des Tropiques : 9-26.

Seignobos (C.), Iyébi-Mandjek (O.), Abdourhaman Nassourou, 1995 — Terroir de Balaza Domayo (Peul) (Saturation foncière et muskuwaari). DPGT, Sodecoton-Orstom, 62 p.

Seignobos (C.), 1996 — « Terroir de Wombare, village arabe Showa (canton de Magdeme, Nord-Cameroun). » In : Atlas de l’Élevage du B. L. T., IEMVT : 71-74.

Stenning (D. J.), 1966 — « The pastoral Fulani of Northern Nigeria. » In :Peoples of Africa, Gibbs (J.-C.) ed., London.

Tedonkeng (P. E.), Scholte (P.), 1995 — Les yayrés du Nord-Cameroun. Stabilité, dégradation et essai de restauration d’une plaine d’inondation. Maroua, Projet Waza-Logone, 108 p.

Thillard (R.), 1920 — L’agriculture et l’élevage au Cameroun. Paris, Larose, 199 p.

Tobias (C.), Vanpreat (C.), 1981 — Notes d’écologie soudano-sahélienne : quelques révélations sols-végétation dans le Parc National de Waza (Nord-Cameroun). Revue Science et Technique 1 (4) : 51-80.

Van Der Berg (J.), 1991 — It is easier to handle 100 cows than 10 people (Evaluation of the agro-pastoral project Mindif-Moulvoudaye). Leiden, 58 p.

Van Der Grijn (J.), 1988 — La végétation des yayrés longtemps inondés au Nord-Cameroun. Sér. Environnement et Développement au Nord Cameroun, Leiden, IRZ, 37 p.

Van Oijen (C. J.), Kemdo, 1986 — Les yayrés relevés (une description phytoécologique de la végétation de la plaine d’inondation du Logone. Nord Cameroun, en 1985). Série Environnement et développement au nord du Cameroun, Leiden, IRZ, 68 p.

Wit (P.), 1975 — Preliminary note on the vegetation of Waza National Park. Rome, FAO, Project working document n° 1, FO SF/CRM/72/005.

Notes

1 T. Schrader (1986 : 24), expose la répartition des éleveurs en 1985 entre la réserve de Waza et le Logone. Les Arabes Showa du nord de la latitude de Kousseri occupent la partie des yayrés sur la basse Logomatya, et celle entre la Logomatya et le Logone. Les Fulbe du Diamaré sont établis entre le parc et la Logomatya avec, au milieu d’eux, des campements d’Arabes Showa venus du Nigeria.

2 Tokke (sing. tokkere) est un troupeau de 80 à 150 têtes, encore que les estimations varient. Un chef de bergers réunit généralement quatre à cinq tokke. Le tokke se subdivise en sawru. Sawru (pl. cabbi) est le bâton de berger, il désigne par métaphore le nombre de têtes qu’un bouvier peut garder seul, soit 40 à 60 bêtes.

3 Les toponymes sont peuls et n’ont pas toujours pu être portés sur les cartes.

4 Cureeji (sing. sureye) désigne les vaches gardées dans de vastes cases, enfumées une partie de la journée, à la façon des Arabes Showa, mais c’est aussi l’ensemble des bêtes qui passent la saison sèche au village.

5 Hurum : réserve de pâturage de saison des pluies, vient de la racine kurum (sombre, sous-entendu épais, boisé). Ce pâturage de saison des pluies, ruumirde, peut s’appliquer à un yoolde (zone sableuse) comme à un hardé bien égoutté. On retrouve aussi le terme de surannde dans le sens de réserve de pâturage, interdite aux cultures.

6 Il y a convergence d’intérêt entre éleveurs et montagnards descendus sur leur piémont. Ces derniers veulent mettre en valeur les zones de hardé et demandent aux éleveurs d’y installer leurs corrals ; ensuite, à leur emplacement, ils monteront des diguettes pour une meilleure contention de l’eau. L’herbe poussera et deux ans après on y cultivera des sorghos rouges.

7 A. Dauzats, chef des services vétérinaires à Maroua et qui fut très populaire auprès des éleveurs peuls, entreprit le premier, dès le début des années 1930, de récupérer les compétences des saarkin saanu.
Dans un rapport du 1er semestre 1933 (ANY/APA 11834/L), on peut lire « les Sarki-sanou, bien que hors cadre, sont un peu rémunérés. Ils s’occupent surtout du rassemblement des troupeaux lors des opérations de vaccination »

8 Les keeleeje (sing. : heeleewo) sont des abreuvoirs à bétail, lenticulaires en argile, peu profonds (40 cm), de 3 à 4,5 m de diamètre. Une petite butte est souvent aménagée au centre pour permettre au berger de s’y tenir et avec un bâton de discipliner le bétail et d’empêcher que les bêtes en détériorent la margelle. Ces abreuvoirs sont construits près des puits ou des séanes, parfois à même le lit des mayos. Ils se distribuent en grappes ou s’égrènent le long des cours d’eau. On enregistre encore très peu d’exhaure avec moto-pompe en 1993.

9 Kongola-Garé et Kongola-Djiddéo, à côté de Maroua, laissent leurs troupeaux hors du village, excepté le lawan de Kongola-Garé qui en 1995 garde 40 têtes sur ses 260 car il dispose de vastes champs, y compris ceux qu’il loue et où son bétail a le droit de pâturer après les récoltes. Les cureeji sont ici réduits à une ou deux tête (s) par concession ou sont absents.

10 Les différentes formes de sorgho qui n’arrivent pas à épiaison, en particulier les muskuwaari, souvent à cause d’un repiquage défectueux, sont récupérées par l’embouche : les daldaari ou pied n’ayant pas produit de panicule, les muuka’de ou panicule non arrivée à maturité, les suudu belluuje à l’épiage incomplet, sur un seul côté, les goorte, à panicule rabougrie... En 1982, Kaya interdit aux troupeaux étrangers au village de champoyer sur ses karals, en 1985, Gawel fit de même. Entre ces deux dates, c’est toute la région de Mindif qui a fait ce choix. Les ventes des éteules de cette région aboutissent à des prix exorbitants, qui mettraient la canne de sorgho (safraari) de 10 à 15 F CFA le kg.

11 À Bankara en 1997, 35 éleveurs se livrent à l’embouche bovine. Parmi eux, trois traitent annuellement 200 têtes et plus en deux opérations d’embouche d’un trimestre chacune.

12 L’Alibet (acronyme de « aliments pour bétail » contient 95 % de tourteau, 3 % de calcaire, 1,5 % de sel, 0,5 % de composés vitaminés.

13 En mai 1995, les rejets de muskuwaari étaient à 40 F le kg ; les fanes d’arachides à 70 F le kg et celles de niébés à 35 le kg (Letenneur, 1995 : 202).

14 Les Uudaa’en sont composés de plusieurs fractions peules qui se différencient des autres par leur genre de vie de moutonnier. Leurs moutons sont particuliers, grands, noir et blanc ou roux foncé et blanc. Les Uudaa’en recherchent des pâturages de mimosées (Acacia seyal, Acacia senegal, Acacia sieberiana...). Les bergers conduisent leurs troupeaux la hache sur l’épaule et rabattent les branches à portée de leurs bêtes.

15 En 1990, plus de 1200 Fulbe venus de Kalfou, Bogo et Maroua étaient établis entre le canton de Gobo et celui de Guissey. Les premiers s’installèrent dans les années 1960, puis après la sécheresse de 1973 et l’islamisation du chef musey de Gobo en 1975, des contingents se replièrent du Tchad en 1984 et 1985. La proximité des pâturages d’inondation du moyen Logone a attiré ces éleveurs dont les troupeaux sont estimés à plus de 4500 têtes.

16 Nous avons même observé en 1989-1990 quelques familles peules de la région de Haïssa-Hardé installées durant la saison sèche sur le plateau intermassifs, à Tala-Mokolo, faisant paître leurs troupeaux en pays mineo et zulgo.

17 Mal Hammadu Misaw (Kalfou), Saydu Musa (Makabay), Hammadu Jidda, Siddi Umaru (Balaza), Kaydal Hammadu (Balda).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/11583/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre MOUVEMENTS DU BÉTAIL DE 1960 À 1970
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/11583/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 629k
Titre MOUVEMENTS DU BÉTAIL DE 1980 À 1986
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/11583/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 532k

© IRD Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540